Opéra-National de Paris, France

L’Opéra-National était une compagnie d’opéra parisienne que le compositeur français Adolphe Adam fonda en 1847 pour offrir une alternative aux deux principales compagnies d’opéra françaises à Paris, l’Opéra et l’Opéra-Comique. Les objectifs de la nouvelle compagnie étaient de le talent de composition, “revive les opéras comiques d’une période antérieure, et produit l’opéra à un prix inférieur de billet pour un plus large public

La compagnie se produit pour la première fois dans le relativement grand Cirque Olympique du boulevard du Temple, dans un quartier populaire de Paris. Les difficultés financières et la tourmente de la Révolution de 1848 provoquent la fermeture de l’entreprise en mars de la même année. Edmond Seveste, en 1851, lorsqu’il s’installe au Théâtre Historique, à une courte distance sur le boulevard du Temple. En 1852, la compagnie est rebaptisée Théâtre Lyrique et exploite sous ce nom jusqu’en 1872.

L’Opéra de Paris est l’une des plus grandes maisons d’opéra et de ballet du monde. Fondé il y a plus de trois siècles par Louis XIV, il possède deux théâtres, le Palais Garnier (1875) et l’Opéra Bastille (1989). Plus de 350 performances par an. De grands compositeurs tels que Rameau, Gluck, Rossini, Verdi, Wagner, Gounod, Massenet, Poulenc et Messiaen ont tous donné les premières représentations de leurs œuvres ici. La compagnie de ballet, riche de tradition historique , se produit dans le monde entier Au fil des ans, il a accueilli les plus grands chorégraphes: George Balanchine, Serge Lifar, Rudolf Noureev, Roland Petit, Maurice Béjart et bien sûr Pina Bausch

En 1791, pendant la Révolution française, de nombreuses restrictions sur les théâtres furent supprimées. De nouvelles lois autorisèrent essentiellement quiconque à ouvrir un théâtre. De nombreux nouveaux théâtres fondèrent de nouveaux théâtres et il devint de plus en plus difficile de gagner de l’argent. a publié un décret qui réglemente l’ouverture de nouveaux théâtres Personne ne pouvait ouvrir un théâtre sans l’approbation de l’empereur, sur la base d’une proposition préparée et soumise par le ministre de l’Intérieur. Le 25 avril 1807, il promulgua un second décret plus élaboré. déterminer les genres autorisés dans chaque théâtre Tout théâtre désirant mettre en scène une œuvre dans le répertoire de l’Opéra soutenu par l’État, de la Comédie-Française ou de l’Opéra-Comique devait payer des frais à la direction de l’entreprise appropriée. l’Opéra pourrait interpréter des ballets historiques et mythologiques particuliers, ce qui pèse sur plusieurs compagnies, notamment le Théâtre de la Porte-Saint-Martin

Le théâtre a ouvert le 15 novembre 1847 avec un prologue musical (Les premiers pas ou Les deux génies) et la première d’un opéra en trois actes Gastibelza. L’opéra avait un livret d’Adolphe d’Ennery et Eugène Cormon, et une musique d’Aimé Maillart. prologue, un pastiche avec la musique d’Adam, Daniel Auber, Fromental Halévy et Michele Carafa, et un livret d’Alphonse Royer et Gustave Vaëz, était d’actualité, avec des références au nouveau chemin de fer de Paris à Tours (une merveille technique de l’époque ) et le boulevard du Crime (surnom du boulevard du Temple, pour les nombreux mélodrames sur les crimes sensationnels dans de nombreux théâtres)

En 1851, l’Opéra-National est relancé et le 1er mai Edmond Seveste est nommé directeur. Fin juillet, il prend un bail au Théâtre Historique (72 boulevard du Temple). Construit par le dramaturge Alexandre Dumas, le théâtre ouvre ses portes. le 20 février 1847, fermé le 20 décembre 1850, et resté inutilisé L’entrée du théâtre était un long et étroit vestibule, pressé entre deux autres bâtiments, avec une façade de seulement huit mètres de large. L’auditorium, situé à l’arrière, était inhabituellement large (20 mètres) et seulement 16 mètres de profondeur Il avait une capacité d’audience de 1500-1700 et était censé avoir une excellente acoustique pour l’opéra

Le théâtre a nécessité des rénovations minimes pour sa nouvelle fonction: nouvelle peinture de blanc et d’or, quelques meubles et un rideau peint par Auguste Rubé. Quatre candélabres ont été fixés aux colonnes des caisses de scène et les bustes de Corneille et Molière ont été remplacés par des de Gluck et Lully Un piano à queue surmonté d’un buste de Weber a été installé dans le foyer Des modifications structurelles ont été apportées à certains espaces annexes, notamment la conversion des écuries utilisées pour les chevaux dans les drames historiques de Dumas, en salle verte des musiciens

Tags: