Panthéon National, Lisbonne, Portugal

Le Panthéon National est destiné à honorer et à perpétuer la mémoire des citoyens portugais qui se sont distingués pour les services rendus au pays, dans l’exercice de hautes fonctions publiques, de hauts services militaires, dans l’expansion de la culture portugaise, dans les domaines littéraire, scientifique et artistique. création ou pour la défense des valeurs de la civilisation, en faveur de la dignité de la personne humaine et de la cause de la liberté. Les honneurs du Panthéon peuvent consister en la déposition, dans le Panthéon national, des restes de citoyens distingués ou dans l’affichage, au Panthéon national, d’une pierre tombale faisant allusion à sa vie et à son travail.

Le bâtiment actuel de l’église de Santa Engrácia a remplacé les anciennes églises dédiées à un martyr de la ville de Braga, Saint Engrácia. La première église dédiée au Saint a été parrainée par Infanta Maria du Portugal, duchesse de Viseu, fille du roi Manuel I, vers 1568. En 1681, la construction de l’église actuelle a commencé après l’effondrement des structures précédentes. La conception était l’œuvre de João Antunes, architecte royal et l’un des architectes baroques les plus importants du Portugal.

La construction s’est déroulée de 1682 à 1712, lorsque l’architecte est décédé. Le roi Jean V s’est désintéressé du projet, concentrant ses ressources dans le gigantesque couvent de Mafra. L’église n’a été achevée qu’au 20e siècle, de sorte qu’Obras de Santa Engrácia (littéralement les œuvres de Saint Engrácia) est devenu un synonyme portugais pour un projet de construction sans fin. Un dôme a été ajouté et l’église a été ré-inaugurée en 1966.

Le Panthéon national rend hommage à certaines des personnalités les plus importantes de l’histoire et de la culture portugaises de tous les temps, les présidents Manuel de Arriaga, Teófilo Braga, Sidónio Pais et Óscar Carmona, les écrivains Almeida Garrett, Aquilino Ribeiro, Guerra Junqueiro et João de Deus, l’artiste Amália Rodrigues et le maréchal Humberto Delgado.

Histoire
Quatre cents ans de construction ont valu l’adage populaire «Obras de Santa Engrácia» au monument qui est aujourd’hui le Panthéon national.

L’église de Santa Engrácia a subi de nombreuses vicissitudes, au cours d’un long processus de construction qui a commencé dans le dernier quart du XVIe siècle. De l’église primitive, il ne reste que l’histoire de la profanation du tabernacle et l’accusation de Simão Solis, dont la condamnation à mort injuste aura motivé la malédiction sur les œuvres de Santa Engrácia, condamnée à rester éternellement entraînée dans le temps.

Malgré les efforts de la puissante Confrérie des esclaves du Saint-Sacrement, créée pour réparer l’affront subi et ériger un temple majestueux, le projet audacieux baroque, conçu par João Antunes, dont la construction a commencé en 1682, est resté sans couverture jusqu’au début des années 1960. , lorsque le régime d’Estado Novo a décidé de terminer le bâtiment et de continuer avec la loi de 1916, qui a déterminé l’adaptation du temple au Panthéon national.

La décision politique visait à utiliser l’image du monument qui, obstinément, restait inachevée, sur plusieurs générations, pour prouver la capacité du régime à résoudre efficacement les défis.

Ainsi, en un peu plus de deux ans, un double dôme en béton a été conçu, recouvert de pierre de lyz, l’intérieur a été restauré, riche en différents types de pierre, et les restes des personnalités à transférer ont été transférés. Le 7 décembre 1966, à l’occasion du quarantième anniversaire de l’Estado Novo, Santa Engrácia – Panthéon national a été inauguré, la même année que le pont sur le Tage a rejoint Lisbonne et Almada.

De la paroisse primitive à la hardie église baroque inachevée
Infanta D. Maria (1521-1577), dernière fille du roi Manuel I, sensible aux arts et dotée d’une culture insolite, a parrainé la construction de la première église paroissiale dédiée au saint martyr d’origine portugaise, décédé à Saragosse au siècle IV.

Ce temple a été construit selon la conception de l’architecte Nicolau de Frias, on en sait peu sur l’évolution des œuvres au cours des deux premières décennies du XVIIe siècle. En 1621, c’est déjà Teodósio de Frias qui poursuit l’œuvre de son père, en attendant sa conclusion. Quelques années plus tard, en 1630, il y a eu un épisode de profanation du temple, avec le vol d’hôtes consacrés, gardés dans le tabernacle du choeur. Simão Solis, un jeune chrétien qui a été vu traîner autour du temple, a été accusé du crime. Condamné à mort sur le bûcher, il aura toujours juré son innocence, aussi certain que les travaux de l’église de Santa Engrácia ne se sont jamais terminés. La Confrérie des esclaves du Saint-Sacrement a été créée immédiatement, avec les membres de 100 nobles nobles, engagés dans la réparation de l’affront commis.

Commencé en 1632, il s’effondrerait soudain, une cinquantaine d’années plus tard. La catastrophe a conduit la confrérie influente à décider de construire un nouveau temple et, en 1681, le projet du maître João Antunes (1643-1712) a été choisi. Étrange à l’architecture nationale, le programme était basé sur un plan centralisé, en croix grecque, où les quatre bras d’égale dimension étaient réunis extérieurement par des murs ondulés, marqués dans les angles par des tourelles, dont l’échelle, le rythme et la proportion lui conféraient une affiliation italienne . Au moment de la mort de l’architecte en 1712, l’église n’était pas encore terminée, sans couverture, finitions intérieures et autres éléments mineurs.

Le retard dans le développement des travaux de conclusion a donné lieu, parmi les habitants de Lisbonne, à l’adage populaire d’Obras de Santa Engrácia, appliqué à tout ce qui présentait un retard dans l’exécution.

Espace d’occupation militaire et de culte national
Avec l’extinction des ordres religieux en 1834, le temple de Santa Engrácia a été remis à l’armée qui, après avoir recouvert l’espace central d’un dôme de zinc, l’a adapté à la caserne du 2e bataillon de la garde nationale de Lisbonne, puis usine d’armement et aussi l’atelier de fabrication de chaussures.

Malgré l’occupation militaire, l’idée de fournir la réhabilitation et l’achèvement de l’église a continué de représenter un défi pour les architectes les plus distingués, mécontents de l’état incomplet des plus beaux de nos monuments du XVIIe siècle, caractérisé par Ramalho Ortigão. La suggestion d’en faire un panthéon national, en faisant l’un des bâtiments les plus imposants d’Europe, avait été présentée par l’écrivain dans son ouvrage intitulé «Le culte de l’art au Portugal», publié en 1896.

Par décret du 16 juin 1910, l’église a été classée monument national et la décision de l’adapter au Panthéon national a déjà été prise dans la République, en avril 1916. Cependant, jusque dans les années 1930, son occupation militaire se poursuit.

Restauration ou finition: à la recherche d’une solution
En 1956, plusieurs architectes ont été invités à soumettre des propositions pour l’achèvement du bâtiment. Sept d’entre eux ont livré leurs études, certaines conservées dans des dossiers, comme celles d’António Lino, Joaquim Areal e Silva, Raul Lino et Luís Amoroso Lopes.

Amoroso Lopes a considéré le défi proposé selon deux points de vue différents. Le premier, du point de vue de l’achèvement d’un bâtiment inachevé. La seconde, quand on considère le monument comme la cible d’une restauration, où l’action doit être minimale, juste assez pour permettre son utilisation. C’est cette dernière attitude qui a recueilli le plus grand consensus.

La fin du mythe et l’adaptation au Panthéon national
En 1964, António de Oliveira Salazar a visité le monument, décidant de profiter d’une image prise dans la superstition populaire d’une œuvre sans fin, ordonnant son achèvement en deux ans. L’inauguration coïnciderait avec les célébrations du quarantième anniversaire du régime en 1966. À un moment particulièrement difficile, il était important de montrer aux Portugais et au monde comment l’Estado Novo avait la force de détruire les mythes de l’incapacité.

La construction de la toiture a alors commencé avec une double structure en béton cupulaire, recouverte de pierre, qui a été saluée par Edgar Cardoso.

Programme décoratif et environnement
Le nouveau programme sculptural du bâtiment a été exécuté par les sculpteurs António Duarte (1912-1998) et Leopoldo de Almeida (1898-1975). Le premier a été l’exécution des statues de la façade principale. Leopoldo de Almeida a réalisé les images pour l’intérieur du temple.

Toujours à l’intérieur du temple, le chœur a été organisé avec la mise en place de l’orgue baroque du XVIIIe siècle, qui a permis la réutilisation d’une pièce baroque de valeur historique et artistique qui a ainsi été sauvée de l’abandon.

En même temps que le dôme s’élevait et que l’intérieur du temple était en cours de restauration, dans la zone entourant le monument, une zone pavée et un escalier menant à la façade ont été créés, ce qui convenait à la monumentalité du bâtiment et conférait l’élément de surprise au visiteur ..

Malgré la courte période, Santa Engrácia a été achevée à la fin de 1966 et, avec la cérémonie d’inauguration le 7 décembre, a pris la fonction de Panthéon national.

Une valeur artistique et un symbole national
L’église de Santa Engrácia, malgré les vicissitudes vécues, révèle un remarquable plan baroque d’importation italienne, unique au Portugal.

La façade principale de l’église combine de manière exemplaire la nouveauté du baroque italien avec la pratique architecturale la plus notable et la plus importante du Portugal. En Galilée, on croise les trois portails, animés d’une œuvre décorative de grand relief, attribuable au sculpteur français Claude Laprade (1687-1740). Dans le bouclier national au-dessus du riche portail central, nous trouvons explicite le caractère national de l’église qui était présente à la fois dans la fondation de la première paroisse et plus tard dans la reconstruction du temple par la Confrérie.

L’aspect imposant et le caractère unique de l’œuvre justifient son classement en Monument National et légitiment son choix d’accueillir les restes des Portugais d’exception.

La dynamique des formes du monument s’inscrit dans une implantation privilégiée sur l’une des collines de la ville face au fleuve. Le temple se distingue dans le panorama de Lisbonne comme un grand rempart. Sa terrasse offre aux visiteurs une vue unique sur la capitale et le Tage.

Architecture
João Antunes a préparé un design ingénieux pour Santa Engrácia, jamais tenté auparavant au Portugal. L’église a un plan d’étage centralisé, avec une forme de croix grecque. À chaque coin, il y a une tour carrée (les pinacles n’ont jamais été achevés) et les façades sont ondulées comme dans les dessins baroques de Borromini. La façade principale a un hall d’entrée (galilée) et trois niches avec des statues. L’entrée de l’église se fait par un beau portail baroque aux armoiries du Portugal tenu par deux anges. L’église a un haut dôme central qui n’a été achevé qu’au 20e siècle.

L’intérieur harmonieux de l’église est dominé par les espaces courbes du croisement central et des nefs. Le sol et les murs sont décorés de motifs baroques en marbre polychrome. Le magnifique orgue baroque du XVIIIe siècle a été ramené de la cathédrale de Lisbonne.

Le Panthéon National – Eglise Santa Engrácia a pour mission d’honorer, de promouvoir et de diffuser la vie et l’œuvre de personnalités portugaises distinguées. Le Panthéon National est un “Monument National” portugais depuis 1910 et c’est un exemple unique de style baroque au Portugal. Le Panthéon national se tient en face du Tage, mettant en évidence la zone historique de la ville, étant une référence incontournable dans les toits de Lisbonne.

Entrée principale
A l’entrée, on croise les trois portails, animés d’un grand travail de décoration. L’entrée de l’église se fait par un beau portail baroque aux armoiries du Portugal tenu par deux anges. Ce programme décoratif est attribuable au sculpteur français Claude Laprade (1687-1740).

Parmi les travaux sculpturaux d’entrée du monument, il convient encore de mentionner le bas-relief représentant Santa Engrácia. Non seulement pour ses proportions inhabituelles mais surtout pour son design innovant et l’originalité des murs ondulés, le Panthéon National révèle un plan baroque remarquable, unique au Portugal.

C’est un bâtiment avec un plan en croix grecque – définissant une croix à quatre bras égaux – avec des élévations courbes marquées aux angles par des tourelles.

Intérieur
L’intérieur du monument est animé par un magnifique travail de maçonnerie, rehaussé par la coloration des pierres ornementales (d’Arrábida, Sintra et de la région d’Alentejo d’Estremoz, Borba et Vila Viçosa) et une disposition géométrique, créant l’impression d’un espace massif.

Dans les angles intérieurs de l’église sont représentés Santo António, São João de Brito, São Teotónio et São João de Deus, par le sculpteur Leopoldo de Almeida. Le Panthéon National est surmonté d’une majestueuse coupole qui culmine à 80 m d’altitude.

Salles de tumbling
Les salles funéraires du Panthéon national accueillent les présidents de la République Manuel de Arriaga, Teófilo Braga, Sidónio Pais et Óscar Carmona, les écrivains Almeida Garrett, Aquilino Ribeiro, Guerra Junqueiro, João de Deus et Sophia de Mello Breyner Andresen, l’artiste Amália Rodrigues , le footballeur Eusébio da Silva Ferreira et le maréchal Humberto Delgado.

Chœur élevé
L’espace organisé dans un amphithéâtre, à l’origine réservé aux chœurs religieux, nous donne une perspective de la nef centrale et de ses demi-coupoles.

L’orgue
Au bas de la nef centrale se dresse le magnifique orgue historique du XVIIIe siècle qui occupe le maître-autel de l’église. Orgue du XVIIIe siècle fabriqué par Joaquim António Peres Fontanes.

Centre d’interprétation
Espace qui intègre des éléments récupérés de l’église primitive, des bijoux utilisés dans la célébration de la messe d’ouverture du Panthéon national et un ensemble unique de modèles en plâtre de la campagne de conclusion de la construction du monument (1964-1966).

Terrasse
Le Panthéon National se dresse sur l’une des collines de l’est de Lisbonne, face au fleuve. Grâce à cet emplacement, sa terrasse, haute de 40 m, est un point de vue unique sur la ville, permettant de profiter d’une vue privilégiée sur Lisbonne et le Tage.

Programme personnalités et funérailles
La désignation de personnalités nationales à honorer au panthéon national était l’une des tâches de la Commission consultative des œuvres de Santa Engrácia, créée fin 1965, sous la présidence de l’historien Damião Peres. Pour la Nef Central, le choix s’est porté sur Camões, Vasco da Gama, D. Nuno Álvares Pereira, Afonso de Albuquerque, Pedro Álvares Cabral et Infante D. Henrique, ayant opté pour une solution mémorielle uniquement évocatrice, basée sur des cénotaphes, sans la présence physique des restes des figures nobles. Pour les salles funéraires, formées dans les coins du temple, il a été convenu de transférer les personnalités enterrées dans l’ancienne salle du Chapitre du Monastère des Hiéronymites, à savoir: les anciens présidents de la République, Teófilo Braga, Sidónio Pais et Óscar Carmona et les écrivains Almeida Garrett, João de Deus et Guerra Junqueiro.

Église de Santa Engrácia: l’autel portugais de la renommée
Le Panthéon national accueille et honore certaines des personnalités les plus importantes de l’histoire et de la culture portugaises de tous les temps, les présidents de la République Manuel de Arriaga, Teófilo Braga, Sidónio Pais et Óscar Carmona, les écrivains Almeida Garrett, Aquilino Ribeiro, Guerra Junqueiro et João de Deus, l’artiste Amália Rodrigues et le maréchal Humberto Delgado.

Tout le monde qui a fait le Portugal dans son corps et son âme ne sera pas ici. Mais seulement avec l’existant, moralement, le Panthéon évoque ceux qui manquent comme standard de valeurs nationales.
– D. Manuel Gonçalves Cerejeira –

Personnalités honorées

Luís de Camões (1524/1525? -1580)
Considéré comme l’un des plus grands poètes de la langue portugaise et même le plus grand de l’humanité, Luís Vaz de Camões a été célébré dans la littérature pour son œuvre épique, Os Lusíadas, publiée pour la première fois en 1572.

Le poète serait né vers 1524/1525, dans un lieu encore incertain, ayant assisté, semble-t-il, au cours de sciences humaines de l’université de Coimbra.

À Goa, où il a quitté, en 1553, dans le cadre de l’armada de Fernão Álvares Cabral, il a écrit une grande partie d’Os Lusíadas – une épopée où l’histoire du Portugal et les aventures du peuple portugais dans le monde ont été singulièrement racontées. Camões, le poète maudit, victime du destin, incompris, abandonné par l’amour, mais en même temps un homme déterminé, un grand humaniste et un grand penseur, est devenu depuis le romantisme un symbole des valeurs nationales. Les restes présumés du poète sont récupérés de l’église de Santa Ana à Lisbonne et transférés au monastère de Belém en 1880, à l’occasion de la célébration du trois centième anniversaire de sa mort.

Pedro Álvares Cabral (1467 / 1468-1520 / 1526)
Navigateur portugais, capitaine de la marine qui, en 1500, est parti pour l’Inde, lors d’un voyage troublé, se retrouvant dans des terres appelées Vera Cruz. Le Brésil a donc été officiellement découvert le 22 avril 1500.

Né, semble-t-il, à Beira Baixa (Belmonte?), Il a déménagé à Seixal à l’âge de onze ans. À Lisbonne, il a étudié la littérature, l’histoire et les sciences, ainsi que les arts militaires. Après le retour de Vasco da Gama en 1498, il a été nommé par D. Manuel I comme commandant du deuxième voyage en mer vers l’Inde, qui partirait de la plage de Restelo le 9 mars 1500. La mission de Pedro Álvares Cabral était d’établir des relations diplomatiques et commerciales avec le Samouraï de Calicut, consolidant le rôle économique du Portugal sur les routes de l’océan Indien.

Le 14 mars 1903, une partie de sa dépouille a été transportée de l’église de la Graça de Santarém, où il est enterré, vers un dépôt dans le vieux siège de Rio de Janeiro.

Infante D. Henrique (1394-1460)
Cinquième fils du roi D. João I et D. Filipa de Lencastre, dont la descente directe Camões surnommée «Ínclita Geração», est né à Porto le 4 février 1394. Il a joué un rôle décisif dans les découvertes portugaises.

Il fut l’une des figures les plus importantes au début des découvertes portugaises, et son action en Afrique du Nord, dans les conquêtes faites aux musulmans, et dans l’Atlantique avec la découverte des archipels de Madère et des Açores et la reconnaissance et l’établissement des entrepôts commerciaux sur la côte ouest-africaine.

À la date de la mort de l’enfant, en 1460, la côte africaine baignée par l’Atlantique avait été explorée jusqu’à ce qui est aujourd’hui la Sierra Leone.

D. Henrique est décédé le 13 septembre, dans le village de Sagres, à l’âge de 66 ans. Inhumé provisoirement dans l’église de Santa Maria da Graça de Lagos, déjà disparue, sa dépouille a été transférée au monastère de Batalha, où il réside dans l’une des tombes pariétales de la Chapelle du Fondateur.

Vasco da Gama (1460/1469? -1524)
Grand navigateur portugais de l’époque des Découvertes, il commandait la flotte qui atteindrait l’Inde convoitée par la mer (1497-1498), ouvrant aux Portugais l’une de ses périodes les plus prospères et un domaine maritime sans précédent.

Vasco da Gama est chargé par D. Manuel I de diriger la flotte en direction de l’Inde, ce qui en fait le premier commandant à entreprendre le voyage en mer d’Europe vers l’Asie.

La réputation acquise par le navigateur portugais dans ses missions orientales, parvenant à obtenir d’importantes concessions commerciales et à fonder des usines portugaises en Inde (Cochin et Cananor), a conduit D. João III à le nommer gouverneur de l’Inde portugaise, avec le titre de vice-roi, en 1524. Il mourra la même année, à Cochin, victime du paludisme.

Ses restes ont été transférés au Portugal, en 1538/1539, à l’église du couvent de Nossa Senhora das Relíquias, où il restera jusqu’en 1880, date à laquelle ses restes ont été reçus au monastère des Hiéronymites à l’occasion de la célébration du tricentenaire de la mort de Luís de Camões.

Afonso de Albuquerque (1453 (?) – 1515)
Marin, soldat, homme d’État, administrateur et diplomate, d’origine noble, il fut le 2e gouverneur de l’Inde portugaise (1508-1515) dont les actions politiques et militaires furent décisives pour l’établissement de l’empire portugais dans l’océan Indien.

Par ordre de D. Manuel I, Afonso de Albuquerque part en 1503 lors de sa première expédition en Inde, où il reviendra en 1506. En 1513, il devient le premier commandant européen à naviguer sur la mer Rouge.

La stratégie militaire combinée à de grandes capacités diplomatiques lui a permis d’assurer le contrôle maritime et le monopole commercial en Inde, créant les bases de l’Empire portugais à l’Est.

Il mourut en mer le 16 décembre 1515. Il fut enterré dans l’église de Nossa Senhora da Serra, à Goa, d’où il fut transféré, en 1566, au panthéon de la famille dans l’église du couvent de Nossa Senhora da Graça, à Lisbonne. Avec la destruction du cénobium par le tremblement de terre de 1755, le tombeau du grand vice-roi a été perdu.

D. Nuno Álvares Pereira (1360-1431)
D’origine noble, D. Nuno Álvares Pereira en tant que commandant militaire a joué un rôle fondamental dans la crise de 1383-1385, où le Portugal s’est battu pour son indépendance de la Castille.

En 1384, il est nommé par D. João de Avis Condestável de Portugal, à la suite de la victoire qu’il a remportée contre les Castillans, dans la bataille d’Atoleiros, où il se distingue par son courage et sa stratégie militaire.

Son génie guerrier se révèle à nouveau à Aljubarrota, le 14 août 1385. Cette bataille s’avérera décisive pour la consolidation de l’indépendance portugaise.

Il a fondé le couvent de Nossa Senhora do Vencimento à Monte do Carmo en 1389. Répondant à un appel intérieur, il y est devenu Frei Nuno de Santa Maria, en 1423.

Il a été béatifié en 1918 par le pape Benoît XV et canonisé par le pape Benoît XVI en 2009.

Ayant perdu sa tombe à la suite de la destruction causée par le tremblement de terre de 1755, certains ossements ont été retrouvés, pris comme reliques, désormais répartis entre la chapelle du Tiers-Ordre, à Largo do Carmo, et l’église de Santo Condestável, à Lisbonne.

Personnalités enterrées

Manuel de Arriaga (1840-1917)
Manuel José de Arriaga Brum da Silveira e Peyrelongue a été le premier président de la République portugaise, élu constitutionnellement, à l’âge de 71 ans.

Né dans la ville de Horta, aux Açores, Manuel de Arriaga est diplômé en droit de l’Université de Coimbra, où il est devenu doyen. Avec une carrière politique intense, liée au Parti républicain, pour lequel il est devenu député du cercle de Madère à quatre reprises, il a également été écrivain, poète et grand orateur. En plus d’autres ouvrages, il a publié deux volumes de vers, «Cantos Sagrados» (1899) et «Irradiações» (1901).

Après la proclamation du régime républicain, il a été appelé à exercer les fonctions de procureur de la République. Élu président de la République le 24 août 1911, il occupera ses fonctions jusqu’en 1915, dans une période très agitée, marquée par la succession de gouvernements, une grande instabilité entre les parties et une forte tension internationale qui se terminera par la Première Guerre mondiale. .

Il démissionnerait du poste présidentiel à la suite du défi qui lui était adressé par le Parti démocrate, dirigé par Afonso Costa, rendant compte des vicissitudes de son mandat dans le livre Dans la Première Présidence de la République – Un rapport rapide, qu’il publierait en 1916.

Enterré dans une tombe familiale au Cemitério dos Prazeres à la date de son décès le 5 mars 1917, il a été transféré au Panthéon national le 16 septembre 2004.

Teófilo Braga (1843-1924)
Joaquim Teófilo Fernandes Braga, né dans la ville de Ponta Delgada sur l’île açorienne de S. Miguel, est diplômé en droit de l’Université de Coimbra, après s’être distingué en tant que politicien, écrivain et essayiste. Dans sa trajectoire politique, la direction du gouvernement provisoire formé avec la mise en place du régime républicain (du 6 octobre 1910 au 3 septembre 1911) et l’exercice du poste de président de la République en 1915 se démarque.

Teófilo Braga adhéra bientôt aux idéaux républicains, étant l’un des fondateurs du Parti républicain portugais. Il a été président du 1er gouvernement provisoire de la République portugaise en 1910 et a ensuite remplacé Manuel de Arriaga, pour un mandat entre le 29 mai et le 5 octobre 1915, lorsqu’il a été remplacé par Bernardino Machado.

La notoriété et la reconnaissance qu’il avait obtenues par écrit et le rôle de pionnier qu’il avait dans le développement de l’histoire de la littérature portugaise lui ont permis de gagner la place de professeur de littérature moderne au cours supérieur des lettres (1872-1910).

Teófilo Braga, auteur d’une œuvre littéraire vaste et variée composée de plus de trois cents titres, a écrit de la poésie, des œuvres de fiction et plusieurs essais consacrés à l’histoire universelle, au droit, au théâtre et à la littérature. Il lui appartenait également de recueillir des contes et des chants traditionnels et leur publication anthologique (Cancioneiro Popular, 1867; Contes traditionnels du peuple portugais, 1883.

Décédé à l’âge de 81 ans, il a été enterré dans la salle capitulaire du monastère des Hiéronymites, où il est resté jusqu’à l’ouverture du Panthéon national en 1966.

Sidónio Pais (1872-1918)
Sidónio Bernardino Cardoso da Silva Pais est né à Caminha le premier jour de mai 1872. C’est en tant que militaire et politique qu’il s’est démarqué. Après l’établissement de la République, il a occupé le poste de député, ministre de la Promotion, de la Guerre, des Finances, des Affaires étrangères et ambassadeur du Portugal à Berlin, assumant la présidence de la République après le coup d’État de 1917.

Sidónio Pais, après avoir commencé une carrière militaire à l’école de l’armée, a obtenu son doctorat en mathématiques à l’Université de Coimbra, où il était professeur titulaire.

L’opposition à la participation du Portugal à la Grande Guerre et l’affirmation comme chef de file du défi au gouvernement, à la tête de la junte militaire révolutionnaire, l’ont conduit à diriger le coup d’État du 5 décembre 1917 qui a destitué Bernardino Machado de la présidence. Sidónio Pais assumera les fonctions présidentielles le 27 décembre 1917, et simultanément en tant que chef du gouvernement, jusqu’à une autre élection. Proclamé président de la République le 9 mai 1918, au suffrage direct des électeurs, il obtient un vote sans précédent, soutenu par les monarchistes et les catholiques. L’état de grâce du régime sidoniste se terminerait par un fort défi social. Le président n’échappera pas à la spirale de la violence installée, abattu le 14 décembre 1918, à la gare de Rossio, par José Júlio da Costa,

Sidónio Pais entrerait dans l’imaginaire portugais comme un mélange de sauveur et de martyr. Son corps tumultueux, d’abord au monastère de Belém et, après 1966, au Panthéon national, a toujours fait l’objet d’un pèlerinage dévot.

Oscar Carmona (1869-1951)
António Óscar de Fragoso Carmona, un descendant de l’armée, né à Lisbonne, est diplômé du Collège militaire et de l’École de l’armée. Nommé par décret suite à la démission de Bernardino Machado, il assume les fonctions de président de la République le 16 novembre 1926, devenant le onzième président de la République portugaise et, à partir de 1933, le premier de l’Estado Novo.

Officier de cavalerie, Óscar Carmona, a construit une carrière remarquable, passant au rang de maréchal, en 1947. Tout au long de sa carrière professionnelle et politique, il a occupé plusieurs postes exceptionnels au service des Forces armées et de l’État: il a été directeur de l’École pratique de cavalerie à Torres Vedras (1918-1922), ministre de la Guerre (1923), président du ministère (1926-1928) et ministre des Affaires étrangères (1926). Assume la présidence de la République en 1926.

Se distinguant par sa capacité politique, ses relations faciles et sa compétence technique, Carmona est apparue comme une solution consensuelle, dotée d’un fort pouvoir d’arbitrage, pour trois questions fondamentales pour le régime de Salazar: les relations entre les militaires; relations entre militaires et politiciens; et les relations entre monarchistes et républicains. Dans un régime qualifié de «présidentialisme du Premier ministre», son rôle politique face à un Salazar au pouvoir incontestable a toujours été discret. Ces raisons justifient qu’il soit resté au poste de président de la République pendant un quart de siècle, jusqu’à la date de sa mort, survenue le 18 avril 1951. Inhumé au monastère des Hiéronymites jusqu’à la conclusion du Panthéon national où il a été transféré en 1966, lors de son inauguration.

Almeida Garrett (1799-1854)
João Baptista da Silva Leitão de Almeida Garrett, né à Porto, éduqué sur l’île de Terceira et plus tard à Coimbra, où il s’est inscrit au cours de droit, s’est distingué dans la société portugaise en tant qu’écrivain et homme politique.

Libérale, passionnée de la Révolution de 1820, Almeida Garrett est contrainte de s’exiler après le coup d’État de 1822, où le libéralisme est vaincu. Au cours de son exil, d’abord en Angleterre, où il entre en contact avec le mouvement romantique, puis en France, dans la région du Havre, Garrett s’affirme comme l’un des initiateurs du romantisme au Portugal, marquant un tournant dans la littérature portugaise, qu’il a commencé à privilégier les valeurs nationales et l’histoire.

Grand promoteur du théâtre au Portugal, il a promu la construction du Théâtre national et la création du Conservatoire d’art dramatique. Afin de renouveler la dramaturgie portugaise, il écrit et met en scène des pièces à caractère historique.

Dans le cadre du culte patriotique, l’idée de créer un Panthéon National, à instituer au Monastère des Hiéronymites, qui, à l’image des modèles français et anglais, rendait hommage à certains des héros nationaux les plus marquants, fut son initiative. Ses restes y seront déposés, en 1903, transférés à Santa Engrácia en 1966, lorsque le monument sera inauguré sous le nom de Panthéon national.

Aquilino Ribeiro (1885-1963)
Écrivain, né à Sernancelhe, a étudié à Lamego avant d’entrer au Séminaire de Beja. Il abandonne rapidement le milieu religieux pour s’installer à Lisbonne. Il s’est distingué en tant que romancier dans la première moitié du 20e siècle, remportant un grand succès auprès du public et des critiques.

Dans les ouvrages de référence d’Aquilino Ribeiro, le recueil de nouvelles «Estrada de Santiago» (1922) et les romans «Terras do Demo» (1919), «Andam Faunos aos Bosques» (1926), «Volfrâmio» (1944) se tiennent out., “O Malhadinhas” (1946), “A Casa Grande de Romarigães” (1957), “When the Wolves Howl” (1958) ou “O Livro da Marianinha” (1962).

Son idéologie républicaine a été enregistrée en collaboration avec certains journaux, comme «A Vanguarda», ou même par le travail de fiction de propagande républicaine, «A Filha do Jardineiro» (1907), qu’il a écrit en partenariat avec José Ferreira da Silva.

Son activité journalistique et ses liens avec la Grande Oriente Lusitano l’ont contraint à s’exiler à différents moments de sa vie, en France, en Allemagne et en Espagne.

Il a été professeur à Liceu Camões, conservateur de la Bibliothèque nationale, fondateur et président de la Société portugaise des écrivains.

Le caractère unique de son travail, qui met en évidence l’utilisation de termes rustiques, archaïques et d’argot, révélant des valeurs verbales inexplorées dans la langue portugaise, l’a conduit, en 1960, à être proposé pour le prix Nobel de littérature.

Du complot des écrivains du cimetière de Prazeres, où il a été enterré, il a été transféré, en 2007, au Panthéon national.

Guerre de Junqueiro (1850-1923)
Né à Freixo de Espada-à-Cinta, Abílio Manuel de Guerra Junqueiro, il est diplômé en droit de l’Université de Coimbra. Après avoir suivi le séminaire, il a choisi de poursuivre une carrière littéraire, se distinguant comme poète et écrivain.

Guerra Junqueiro est l’auteur d’œuvres telles que «Deux pages des quatorze ans» (1864), «Vozes sem Echo» (1867), «Baptismo de Amor» (1868), «La mort de D. João» (1874) , «Contes pour l’enfance» (1875), «La vieillesse du Père éternel» (1885), «Os Simples» (1892).

Il faisait partie du mouvement académique de Coimbra, connu sous le nom de Geração de 70, aux côtés d’Antero de Quental, Eça de Queirós, Ramalho Ortigão, Oliveira Martins, s’efforçant de renouveler la vie politique et culturelle portugaise.

Il développa une intense activité politique, ayant été député entre 1878 et 1891. Suite à l’ultimatum anglais (1891), Guerra Junqueiro publiera les brochures «Finis Patriae» et «Pátria», rejoignant le concours national généré autour du gouvernement portugais et de La maison de Bragança pour le manque de fermeté face à la perte de la domination portugaise dans les territoires coloniaux africains situés entre l’Angola et le Mozambique.

La facette d’un poète pamphlétaire accentuerait le lien étroit avec l’environnement révolutionnaire qui conduirait à la chute de la monarchie et à l’établissement de la République en 1910. Il est décédé le 7 juillet 1923 et a eu des funérailles pour le monastère des Hiéronymites, à partir de où il a été emmené au Panthéon national en 1966.

Jean de Dieu (1830-1896)
João de Deus de Nogueira Ramos, né à São Bartolomeu de Messines en Algarve, a rejoint le séminaire de Coimbra, mais le manque de vocation ecclésiastique l’a conduit à étudier le droit. Sans goût particulier pour le droit, il deviendrait, par vocation, un illustre poète lyrique.

João de Deus est l’auteur des poèmes publiés dans les collections «Flores do Campo» (1868), «Ramo de Flores» (1869), «Despedidas de Verão» (1880) et «Campo de Flores» (1893).

Cependant, il atteindra une popularité extraordinaire en tant que pédagogue, en raison de son implication dans des campagnes d’alphabétisation, créant une méthode innovante d’enseignement de la lecture aux enfants, basée sur le livret maternel, de sa paternité (1876), approuvée, deux ans plus tard, comme méthode nationale d’apprentissage de la lecture et de l’écriture du portugais.

Il a été enterré au Panthéon National, en 1966, après que, dans l’année de sa mort, ses restes ont été déposés dans la chapelle du baptistère du Monastère des Hiéronymites.

Amalia Rodrigues (1920-1999)
Amália da Piedade Rebordão Rodrigues, née dans la paroisse de Pena, à Lisbonne, s’est distinguée comme chanteuse et actrice de fado.

Au théâtre et au cinéma, Amália Rodrigues était la figure principale de la pièce «A Severa» (1954) et a joué dans certains films, parmi lesquels «Capas Negras» (1946), «Amantes do Tejo» (1954), «As Ilhas Encantadas »(1964)),« Via Macau »(1965),« Véronique »(1966). Cependant, c’est comme «Rainha do Fado» qu’elle se fait connaître dans le monde entier, se distinguant autant par la qualité de son timbre vocal et de ses interprétations que par les contributions apportées à l’histoire de ce genre musical, introduisant la nouveauté des poèmes chantés par les auteurs. Portugais consacré, de Camões à Ary dos Santos.

Parmi ses fados les plus réussis figurent “Strange Form of Life”, “People Who Wash in Rio”, “Ai Mouraria”, “Black Boat”, “Portuguese House”, “Casa da Mariquinhas”, “It was God”.

Propriétaire d’une superbe voix, avec une brillante carrière internationale, commencée dans les années 1940, jamais égalée par aucun autre artiste portugais, Amália était l’un des grands chanteurs du XXe siècle. Le symbolisme du fado dans la culture portugaise, combiné avec les qualités artistiques du travail d’Amália Rodrigues et les contributions qu’elle a apportées à la diffusion de la culture et de la langue portugaise à travers le monde, de Paris à Tokyo, de l’Union soviétique aux États-Unis, ont fait elle l’un des ambassadeurs les plus reconnus du Portugal.

Il est décédé le 6 octobre 1999, à son domicile de S. Bento (Lisbonne), et la singularité de sa carrière lui a assuré, en 2001, une place au Panthéon National.

Humberto Delgado (1906-1965)
Humberto da Silva Delgado, distingué militaire et politique, né à Torres Novas, a suivi les cours d’artillerie (1925), de pilote-aviateur (1928) et d’état-major général (1936). Après avoir soutenu, pendant de nombreuses années, les positions officielles de l’Estado Novo, son parcours politique serait marqué par la candidature à la présidence de la République aux élections présidentielles de 1958.

Humberto Delgado, nommé directeur du Secrétariat de l’aviation civile, en 1944, fonde l’année suivante le transport aérien portugais (TAP). Seul candidat de l’opposition aux élections de 1958, il a cependant été défait aux urnes, dans un processus électoral frauduleux qui a donné la victoire au candidat du régime, Américo Tomás. Son attitude face à la dictature de Salazar lui a valu le nom de «Général sans peur».

Après la défaite électorale, il a été renvoyé des forces armées et contraint de s’exiler au Brésil, pays où il a dirigé un mouvement d’opposition au gouvernement portugais.

Il a été assassiné par la police politique près de Badajoz, à Villanueva del Fresno, le 13 février 1965, où il a été attiré dans un piège, pensant qu’il venait rencontrer des opposants au régime de l’Estado Novo.

Ses restes, après avoir été identifiés, ont été enterrés au cimetière de Villanueva del Fresno. Le transfert au Portugal n’a eu lieu que le 23 janvier 1975, au cimetière de Prazeres, à Lisbonne.

Humberto Delgado, symbole de la lutte contre la dictature de Salazar, a été nommé maréchal de l’armée de l’air à titre posthume en 1990, date à laquelle ses restes ont été transférés au Panthéon national.

Sophia de Mello Breyner Andresen (1919-2004)
Sophia de Mello Breyner Andresen, l’un des plus grands poètes du XXe siècle portugais, est née à Porto le 6 novembre 1919. Les racines danoises remontent à son arrière-grand-père paternel, qui s’est installé à Porto. C’est à Quinta do Campo Alegre, aujourd’hui le jardin botanique de Porto, et à la plage de Granja qu’il a vécu son enfance et sa jeunesse et où il a reçu des influences décisives pour son travail.

Élevée dans l’ancienne aristocratie portugaise et éduquée selon les valeurs traditionnelles, elle a fréquenté la philologie classique à l’Université de Lisbonne. Il est devenu l’une des figures les plus représentatives d’une attitude politique démocratique, dénonçant le régime de Salazar et ses partisans. Il publie les premiers vers en 1940 dans la revue Cadernos de Poesia, avec laquelle il collabore.

Entre 1944 et 1997, il a publié 14 livres de poésie, dans lesquels il a privilégié des thèmes tels que la nature – en mettant l’accent sur la mer, sa beauté et ses mythes -, la recherche de la justice, la civilisation grecque et l’importance de la poésie. Il se consacre également à la prose, écrit des nouvelles, des pièces de théâtre et des histoires pour enfants.

En 1964, il a reçu le Grand Prix de Poésie de la Société Portugaise des Écrivains pour son Livre Six. En 1999, elle a été la première femme portugaise à recevoir le prix littéraire le plus important en langue portugaise: le prix Camões. Il a également reçu le prix Max Jacob en 2001 et le prix Reine Sofia pour la poésie ibéro-américaine en 2003, entre autres.

Il est décédé à l’âge de 84 ans, le 2 juillet 2004, à Lisbonne. Elle a été transférée au Panthéon national le 2 juillet 2014, dix ans après sa mort.

Eusébio da Silva Ferreira (1942-2014)
Eusébio da Silva Ferreira était considéré comme l’un des meilleurs joueurs de football du 20e siècle, ses performances extraordinaires, sa vitesse, sa technique et son tir puissant l’ont fait connaître sous le nom de Black Panther.

Eusébio est né à Lourenço Marques, au Mozambique, et a très tôt commencé à jouer au football avec ses amis sur des terrains improvisés. Mais c’est au Portugal, où il s’établit à l’âge de 17 ans, qu’il développe son extraordinaire carrière.

De 1961 à 1973, il a fait partie de l’équipe portugaise. En 1966, portant le maillot numéro 13, il était le meilleur buteur du championnat du monde en Angleterre, étant reconnu comme l’un des meilleurs buteurs de l’histoire du football mondial.

En 1965, il a remporté le Ballon d’or – Meilleur joueur européen. Il a été le premier joueur à remporter le Soulier d’or en 1968, un exploit qu’il répéterait en 1973.

En 1973, il a obtenu sa dernière internationalisation; cependant, seulement 7 ans plus tard, il cessera de jouer, lorsqu’il fera partie de l’équipe technique de l’équipe portugaise, jusqu’à sa mort.

Du cimetière de Lumiar, où il a été enterré à la date de son décès le 5 janvier 2014, il a été transféré au Panthéon national le 3 juillet 2015.