Musée national de la musique, Lisbonne, Portugal

Le Musée national de la musique est le musée national du Portugal consacré à la musique. Il possède l’une des plus importantes collections d’instruments d’Europe. Certains de ces instruments sont classés dans la catégorie des trésors nationaux. comme c’est le cas de Stradivarius Chevillard Cello – Roi du Portugal, Carnation Antunes, ou Carnation de Pascal Taskin.

Le Museu Nacional da Música abrite l’une des plus riches collections d’instruments de musique d’Europe, dont certains classés comme trésors nationaux portugais, tels que le violoncelle Stradivarius – Roi du Portugal, le clavecin Antunes ou le clavecin Pascal Taskin. La collection date du XVIe au XXIe siècle et comprend des instruments portugais et internationaux, à la fois de traditions savantes et populaires. En plus des instruments de musique, les visiteurs peuvent trouver des documents, des phonogrammes et une iconographie. Le musée abrite également un centre de documentation. Son vaste programme culturel comprend des concerts, des visites thématiques et des ateliers. Le musée est situé dans l’une des stations de métro de Lisbonne.

La mission du musée est de “sauvegarder, conserver, étudier, valoriser, diffuser et développer les atouts culturels du musée, en promouvant le patrimoine musicologique, phonographique et organologique portugais, dans le but d’encourager la qualification et la diffusion de la culture musicale portugaise”.

En plus des instruments de musique, les visiteurs peuvent trouver dans le musée des documents, des phonogrammes et une iconographie. Le Musée national de la musique possède également un centre de documentation et héberge un vaste programme de vulgarisation culturelle mettant l’accent sur les concerts, les visites thématiques et les ateliers.

Depuis 1994, le musée est installé dans la station de métro Alto dos Moinhos à Lisbonne.

Le Musée national de la musique sera entièrement installé au Palais national de Mafra, où il devrait ouvrir au public en 2021.

Histoire
L’histoire du Musée national de la musique remonte au début du XXe siècle et s’étend au fil des années sur un chemin troublé qui menait à la collecte de l’espace dans l’espace jusqu’à l’installation à la station de métro Alto dos Moinhos, où il était installé depuis 1994.

1911-1931 – Le musée instrumental Michel’angelo Lambertini
Les premières idées pour la création d’un musée instrumental au Portugal sont venues du roi D. Luís I et, un peu plus tard, d’Alfredo Keil, propriétaire d’une importante collection d’instruments de musique. Cependant, ce serait le musicologue Michel’angelo Lambertini qui relèverait vraiment le défi.

En 1911, après la création de la république, Lambertini réussit à être nommé par le gouvernement pour commencer à collecter des instruments de musique, des partitions et des morceaux d’iconographie musicale dispersés dans des édifices publics et religieux, un projet dans lequel il est engagé avec enthousiasme.

Cependant, le musicologue est rapidement confronté à la réticence de la classe dirigeante et, en 1913, une dépêche officielle le démet de ses fonctions. Il rééquilibre ensuite le projet de musée en recherchant l’aide de particuliers.

En 1915, Teófilo Braga, alors président de la République, signe un décret établissant, dans le bâtiment Rua dos Caetanos, le musée instrumental du conservatoire. Lambertini est invité à inventorier et organiser les objets collectés, sans aucune maturité, une invitation qu’il accepte. Cependant, le musée ne disposait pas des installations appropriées ni de la protection budgétaire nécessaire.

Il revient donc à l’idée de créer le musée des instruments de Lisbonne avec l’aide de particuliers. En 1916, il demande à António Carvalho Monteiro, également collectionneur, d’acquérir la collection de Keil, au risque de partir à l’étranger. Il lui vend sa propre collection et propose de déplacer le projet ensemble.

Carvalho Monteiro accepte et cède un espace pour le logement des spécimens dans un bâtiment de la Rua do Alecrim, où se rassemblent les collections de Lambertini, Alfredo Keil et Carvalho Monteiro. La collection se poursuivra jusqu’à leur mort en 1920, alors que la collection compte plus de 500 spécimens.

Avec la mort de Carvalho Monteiro et Lambertini, le projet de création du musée instrumental est reporté. En conséquence, la collection collectée reste dans les sous-sols du bâtiment de la Rua do Alecrim jusqu’en 1931.

1931-1971 – Musée du Conservatoire Instrumental
Compte tenu de la valeur de la collection constituée par Lambertini et de son abandon, l’État cherche à l’acquérir dans l’intention de faire avancer le musée instrumental du conservatoire, créé par décret en 1915. Tomás Borba, conservateur du musée et de la bibliothèque du Conservatoire national de l’époque, est en chargé de procéder à l’acquisition de la collection aux héritiers de Carvalho Monteiro. Conclu ce processus en 1931 est transféré au Conservatoire National, alors dirigé par Viana da Mota.

Plus tard, les instruments ayant appartenu au roi D. Luís, qui se trouvaient dans le palais d’Ajuda, ont été ajoutés à la collection, de même que certaines pièces vendues pendant la période d’abandon de la Rua do Alecrim, achetées aux enchères par le Conservatoire national.

L’héritage du musée instrumental du Conservatoire s’enrichit d’importantes acquisitions d’instruments de musique, partitions et autres accessoires, élargissant ainsi la collection aux instruments afro-asiatiques. C’est à cette époque que, pour la première fois, un espace d’exposition est créé, tandis que certains instruments sont en cours de restauration et sont utilisés dans les récitals de musique baroque.

À partir de 1946, avec la réouverture du Conservatoire après des travaux d’amélioration, le musée est officiellement inauguré, connaissant une période de développement de l’aspect muséologique et le souci de l’accès public se prolongeant jusqu’en 1971.

1971-1975 – Pepper Palace
Au début des années 70, l’espace occupé par le musée du Conservatoire est devenu nécessaire en raison de la création de trois nouvelles écoles – Danse, Cinéma et Education à travers l’art. Compte tenu de la possibilité de disposer de leur propre espace, les 658 pièces, qui constituaient alors la collection, ont été transférées, en 1971, au palais Pimenta de Campo Grande, qui accueillera plus tard le musée de la ville. Ils y restent jusqu’en 1975, dans des conditions précaires. Cette année-là, sur décision de João de Freitas Branco, alors secrétaire d’État à la Culture et à l’École de musique du Conservatoire, ils sont à nouveau transférés, cette fois à la Bibliothèque nationale.

1975-1991 – Bibliothèque nationale
À la Bibliothèque nationale, le musicologue Santiago Kastner est nommé directeur et commence à inventorier les spécimens. À partir de 1977, sous la direction de l’inspecteur Humberto d’Ávila, directeur du département de musicologie, divers types d’instruments, partitions, estampes, peintures, programmes de concerts, etc. ont été acquis.

Bien que logé à la Bibliothèque nationale, le musée est à nouveau ouvert au public, conservant la désignation de musée instrumental du Conservatoire.

Pendant cette période, les commissions mises en place discutent du meilleur endroit pour installer le musée et accueillir sa collection sans cesse croissante. Plusieurs bâtiments sont supposés, mais pour diverses raisons, aucun d’entre eux n’accueillerait le musée.

1991-1993 – La bibliothèque nationale à Upper Mills
En 1991, par décision du Secrétariat d’État à la Culture et conformément aux souhaits du Conseil de la Bibliothèque nationale, alléguant un manque d’espace, les collections sont emballées et transférées à nouveau. Les instruments sont emballés et envoyés au palais national de Mafra, les enregistrements sonores au musée national d’ethnologie et la collection de gravures au musée national d’art ancien, seule la collection bibliographique demeurant dans les mêmes locaux.

1993-2018 – Musée de la musique
Avec la signature, le 1 er octobre 1993, de la Journée mondiale de la musique, d’un protocole sous la loi sur le favoritisme, entre l’Institut des musées du Portugal (actuelle direction générale du patrimoine culturel) et le métropolitain de Lisbonne, ils remplissent les conditions d’installation le musée dans la station de métro Alto dos Moinhos pour une période de 20 ans (1993-2013).

Après signature du protocole, les travaux ont commencé et le Musée de la musique a ouvert ses portes le 26 juillet 1994. Durant cette période, le Musée développe son activité en présentant régulièrement des expositions temporaires, en organisant des événements diversifiés et en promouvant des activités de vulgarisation. étudier, inventorier et développer leurs collections…

Malgré l’apparente normalité, le caractère temporaire de son installation à Alto dos Moinhos serait toujours présent à l’horizon, aussi les discussions au cours des années sur son avenir devraient-elles être renouvelées au fil des ans.

En 2007, le PRACE (programme de réforme de l’administration centrale de l’État) discute de la création du musée du son, une structure qui devrait inclure le musée de la musique et une archive sonore nationale qui serait responsable du dépôt légal des phonogrammes. Avec le changement de détenteur du portefeuille de la culture en janvier 2008, cette idée tombe en morceaux.

Trois ans plus tard, en 2010, Elísio Sumavielle, alors secrétaire d’État à la Culture, annonçait, à l’occasion de la Journée internationale des musées, que le musée de la musique serait transféré dans le couvent de São Bento de Cástris, à Évora. jusqu’en 2014.

Cette décision serait annulée par un autre secrétaire d’État à la Culture (Jorge Barreto Xavier) en 2014, annonçant plutôt l’installation dans le palais national de Mafra, qui devrait avoir lieu jusqu’en novembre 2017.

Cependant, à la fin de 2013, 20 ans passés avec le métro de Lisbonne ont été logés dans la station de métro Alto dos Moinhos. Compte tenu de cette situation, le protocole est reconduit pour une période supplémentaire de 5 ans jusqu’à la fin de 2018, assurant ainsi que le musée, promu en mai 2015 au Musée national, puisse continuer à développer son activité.

Collection instrumentale
Le Musée national de la musique possède une collection de plus de mille instruments de musique du XVIe au XXe siècle, principalement européens, mais aussi africains et asiatiques, de tradition savante et populaire. Une grande partie de sa collection provient des anciennes collections d’Alfredo Keil, Michel’angelo Lambertini et Carvalho Monteiro.

La collection comprend des instruments rares de grande valeur historique et organologique, tels que le piano (Boisselot & Fils) que Franz Liszt a importé de France en 1845, la corne de Marcel-Auguste Raoux, construite pour Joaquim Pedro Quintela, 1. Comte de Farrobo, Le violoncelle d’Antonio Stradivari, qui appartenait et était joué par le roi D. Luís, le violoncelle d’Henry Lockey Hill, appartenant au violoncelliste Guilhermina Suggia ou le clavecin français de Pascal Taskin, construit à la demande du roi Louis XVI, appartiennent plus après-midi à la marquise de Cadaval.

Le musée se distingue également par la quantité et la qualité des instruments de fabrication portugaise, parmi lesquels le clavecin de Joaquim José Antunes (Lisbonne, 1758), les flûtes transversales de la famille Haupt (XVIII-XIX) ou les clavicordios du XVIIIe siècle de Lisbonne et ateliers de Porto ..

Il existe également des exemples curieux, tels que violons de poche, flûtes à canne, flûte en verre, mélophone de Jean Louis Olivier Cossoul ou trompettes marines.

Collection iconographique
Le Musée national de la musique présente dans ses collections plusieurs exemples de documents iconographiques en céramique, dessin, sculpture, photographie, gravure, sérigraphie ou peinture.

La peinture contient des huiles des XVIe au XIXe siècles. Entre autres, on peut apprécier “l’Assomption de la Vierge” de Gregório Lopes (XVIe siècle); un portrait du compositeur João Domingos Bomtempo (1814) peint par Henrique José da Silva; une autre de mezzo-soprano, Luisa Tod i, de Marie Louise Elisabeth Vigée-Lebrun. Il convient également de noter les peintures de José Malhoa, 1903, consacrant Beethoven et Musique, ainsi que quatre médailles du même auteur consacrées à Bach, Mozart, Schumann et Brahms.

Dans la sculpture, on trouve des anges musiciens jouant du luth (XVIIIe siècle) et un ensemble de putti en biscuit (XIXe-XXe siècles) jouant et dansant. En ce qui concerne la photographie, la collection comprend plusieurs portraits de personnalités du milieu musical de la seconde moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle, tels que José Viana da Mota, Guilhermina Suggia ou Ferruccio Busoni.

Parmi les céramiques et le dessin, on peut citer les plats “ratinhos” de Coimbra, contenant des représentations de joueurs ou des inscriptions faisant allusion à des pratiques musicales, et un dessin de António Carneiro, représentant Bernardo Valentim Moreira de Sá.

Le Musée possède également environ 150 gravures et sérigraphies de personnages liés au monde du théâtre et de la musique, en tant que compositeurs (ex. Marcos Portugal), instrumentistes (ex. Liszt) et chanteurs d’opéra des XVIIIe et XIXe siècles (ex. Adelina Patti) , par des enregistreurs célèbres tels que Henri Thomassin ou Francesco Bartolozzi, entre autres.

Collection documentaire
Le Musée national de la musique possède de nombreux documents graphiques, dont quelques centaines de partitions imprimées et manuscrites des XIXe et XXe siècles, des pièces de composition, des extraits de théâtre lumière et des œuvres d’auteurs tels que Fernando Lopes Graça, Armando Jose Fernandes, Cláudio Carneiro, José Viana da Mota, Oscar da Silva, parmi beaucoup d’autres.

Il convient également de noter les monographies et périodiques sur la musique et l’organologie, le livret, les programmes de concerts et les lettres de diverses personnalités du milieu musical, des documents intégrant plusieurs ensembles, notamment le butin d’Alfredo Keil; son collaborateur et auteur d’œuvres de théâtre lumière, Luís Filgueiras; Michel’angelo Lambertini; Josefina Andersen; Pedro Prado; le chanteur lyrique Tomás Alcaide; le violoniste Júlio Cardona et son père Ferreira da Silva; par la pianiste Ella Eleanore Amzel et le chef d’orchestre José de Sousa.

Un musicien, un mécène
“Un musicien, un mécène” est un cycle de concerts avec des instruments historiques de la collection du Museu Nacional da Música. Ce cycle vise à promouvoir l’une des plus importantes collections d’instruments d’Europe, avec l’aide de musiciens exceptionnels qui jouent bénévolement et donnent la parole aux trésors nationaux et aux instruments portugais de grande valeur historique. Cette exposition évoque l’histoire de ce cycle depuis sa première saison de 2013 à 2018.

Les concerts du cycle sont de véritables voyages dans la collection du Musée, faisant connaître les instruments au travers de concerts commentés et d’une contextualisation historique souvent étendue au répertoire choisi.

La maintenance et l’interprétation des instruments de musique et la communication de l’histoire de chacun sont des facteurs étroitement liés qui se traduisent par une action combinée entre le Musée et les patrons du cycle (musiciens, constructeurs / restaurateurs et autres partenaires).

À la fin de la saison 2018, le cycle comportera 53 concerts, donnés par plus de 50 musiciens à l’aide de 24 instruments historiques de la collection du Musée, dont 6 restaurés à la suite du travail accompli, mais plusieurs autres sont intervenus et maintenus.

Points forts

Clavecin (1758)
Le clavecin Antunes de 1758 était présent à toutes les saisons du cycle entre 2013 et 2018, en étant, avec le violoncelle “Stradivarius” l’instrument le plus joué. José Carlos Araújo (à quatre reprises), Joana Bagulho, Jenny Silvestre, Enno Kastens, Michele Benuzzi, Cristiano Holtz, Flávia Castro, Masumi Yakamoto et Miguel Jalôto ont été les musiciens qui ont eu l’occasion de donner vie à ce clavecin, en concert solo ou accompagnant d’autres instruments de la collection.

Piano (1922)
Le piano ayant appartenu au compositeur portugais Luís de Freitas Branco (1880-1955) a été utilisé dans six concerts du cycle par Duarte Pereira Martins, João Paulo Santos (à deux reprises), Jill Lawson, Luís Costa et Akari Komiya, accompagnant le Les violoncelles “Stradivarius” et “Lockey Hill” ainsi que l’alto construit par Francesco Emiliani. Le concert de Luís Costa, accompagné de son frère Fernando Costa, a été enregistré par RTP2.

Violoncelle (1ère moitié du 19ème siècle)
Le violoncelle “Lockey Hill” appartenant au violoncelliste portugais Guilhermina Suggia (1885-1950) a brillé lors de quatre concerts du cycle, interprétés par Nuno M. Cardoso (à deux reprises), Fernando Costa et Teresa Valente Pereira. Dans les trois premiers cas, il était accompagné des deux pianos Bechstein du Musée et, dans le dernier, il intégrait un quatuor avec trois autres violoncelles de la collection. Pour qu’il soit joué, le violoncelle est intervenu par le luthier Christian Bayon.

Violoncelle (1725)
Le violoncelle “Stradivarius”, l’une des pièces les plus emblématiques de la collection du Musée, a été entendu à toutes les saisons du cycle, comme le clavecin Antunes de 1758. Afin de garantir sa conservation, ce violoncelle n’est joué qu’un nombre très limité de fois par an. Pendant le cycle, ce privilège a appartenu à Irene Lima, Levon Mouradian et Pavel Gomziakov (à deux reprises) et à Clélia Vital, Paulo Gaio Lima, Marco Pereira, Maria José Falcão, Filipe Quaresma et Varoujan Bartikian.

Fortepiano (1763)
Le pianoforte van Casteel est l’un des très rares pianofortes originaux construits au Portugal et ayant survécu. En 2013, cet instrument a fêté ses 250 ans. Grâce à la visibilité obtenue avec le cycle, il a été possible d’avancer dans sa restauration, une intervention menée par Geert Karman, restaurateur hollandais de renom et constructeur d’instruments clés anciens. Après son travail, le pianoforte sera ensuite joué dans trois concerts de José Carlos Araújo (à deux reprises) et de Pieter-Jan Belder.

Violon (1780)
Le violon “Galrão” de 1780 est l’un des deux violons construits par Joaquim José Galrão et appartenant à la collection du musée. Il a été joué par Raquel Cravino en 2013 et par Daniel Bolito en 2017 lors de concerts dans lesquels il accompagnait un violoncelle du même constructeur et le clavecin Antunes 1758, ainsi que le piano Bechstein de 1925 et le violoncelle ‘Dinis’ de 1797.

Violoncelle (1769)
Ce violoncelle a été construit par Joaquim José Galrão et appartenait au roi D. Luís I du Portugal. Pendant le cycle, il a été joué par Nuno M. Cardoso, Amarilis Dueñas Castán, Raquel Reis et Marco Pereira, lors de concerts où il était accompagné d’autres violoncelles de la collection (1781 Galrão, Lockey Hill et Dinis), un violon (également Galrão). et le clavecin Antunes de 1758.

Basse viole de gambe (1ère moitié du 18ème siècle)
Viola da Gamba construite par le prestigieux constructeur Pieter Rombouts (1677-1749), disciple de Hendrick Jacobs. Datant de la première moitié du XVIIIe siècle et construit à Amsterdam, cet instrument a été joué en 2014 par Birgund Meyer-Ohme et, en 2016, par Sofia Diniz lors de concerts dans lesquels il était accompagné du clavecin Antunes de 1758.

Hautbois (1ère moitié du 18ème siècle)
Johann Heinrich Eichentopf était probablement le plus grand constructeur d’instruments à vent de son temps. Le hautbois de son propre auteur qui intègre la collection du Musée est un instrument extrêmement rare. Pendant le cycle, Pedro Castro a joué avec une copie moderne de l’instrument, construite par le constructeur portugais Diogo Leal. Cela a permis au public de comparer le son des deux hautbois.

Violoncelle (1781)
Esperanza Rama, Martin Henneken et Fernando Costa étaient les musiciens responsables du violoncelle de 1781 Galrão au cours du cycle. Lors des concerts, il était accompagné du violoncelle de 1769 du même constructeur et, à une autre occasion, des violoncelles de “Lockey Hill” et de “Dinis”.

Violoncelle (1797)
Le violoncelle Dinis de 1797 a été présenté dans quatre concerts du cycle, bénéficiant d’une intervention du luthier Elise Derochefort. Diana Vinagre (à deux reprises), Gonçalo Lélis et Nuno M. Cardoso étaient les musiciens qui ont donné vie à cet instrument, ainsi que l’orgue Fontanes, trois autres violoncelles (deux Galrões et Lockey Hill) et le piano Bechstein de 1925 ainsi que le violon Galrão de 1780.

Orgue (1780 – 1790)
L’orgue construit par Joaquim António Peres Fontanes est l’un des trésors nationaux du Musée. Au cours du cycle, il a été joué par Miguel Jalôto lors de deux concerts des saisons 2015 et 2016, accompagnant à deux reprises le violoncelle Diniz joué par Diana Vinagre.

Théorbe (1608)
Le théorbe de 1608 du constructeur allemand Matheus Buchenberg est l’un des instruments restaurés dans le cadre du travail élaboré pour le cycle, grâce au parrainage d’Agostinho da Silva (administrateur du groupe CEI-Zipor). La restauration a été effectuée en 2014 par le constructeur et restaurateur Orlando Trindade et a permis l’utilisation du théorbe lors de quatre concerts donnés par quatre musiciens différents: Hugo Sanches (avec la soprano Manuela Lopes et Pedro Sousa Silva aux flûtes), Pietro Prosser, Helena Raposo (avec Orlanda Velez dans la voix) et Vinicius Perez.

Piano (1925)
Le piano à queue Bechstein datant de 1925 était un autre des instruments restaurés grâce au travail effectué pour le cycle, en l’occurrence par la société pianos.pt. Une fois restauré, il est devenu l’un des instruments les plus récurrents, joué par Duarte Pereira Martins (à trois reprises), Marina Dellalyan, Joana David, Anne Kaasa, António Rosado et Lucjan Luc lors de concerts dans lesquels il a accompagné des violoncelles et violons du Musée. collection.

Clavicorde (1783)
Compte tenu de sa fragilité, le clavicorde construit par Jacinto Ferreira en 1783 n’a pas été réellement joué au cours du cycle. Cependant, une copie moderne de cet instrument serait utilisée par Cremilde Fernandes lors d’un concert en 2015. Ce concert permettait au public de jouir de l’instrument original en contrepoint avec sa copie.

Basson (1801)
Le basson fabriqué par le constructeur allemand Heinrich Grenser a été utilisé par Hugues Kesteman lors d’un concert avec l’ensemble Contágio Barroco formé également par Filipa Oliveira (Flûte Bisel), João Paulo Janeiro (clavecin) et Remi Kesteman (violoncelle).

Clavicorde (1730 – 1760)
Construit dans la région d’Aveiro au Portugal, ce clavicorde d’un auteur inconnu est l’un des trésors nationaux du Musée. Il a été joué par José Carlos Araújo pour interpréter la musique ibérique du 18ème siècle.

Clavicorde (18ème siècle)
Ce clavicorde du 18e siècle, d’origine inconnue, qui aurait été construit en Allemagne, a été joué occasionnellement dans le temps, le dernier de José Carlos Araújo lors d’un concert de la saison 2016 du cycle. Dans ce concert, Araújo a joué un autre clavicorde de la collection.

Guitare portugaise (1959)
La guitare portugaise fabriquée par Kim Grácio, et offerte au Musée par António Brochado da Mota en 2015, était l’instrument utilisé par Luísa Amaro et António Chainho lors des concerts qu’ils ont donnés pour le cycle, respectivement en 2016 et 2017.

Violon (1867)
Le violon de 1867 construit par António Joaquim Sanhudo était l’instrument utilisé par Daniel Bolito pour jouer Beethoven et Brahms lors du concert de clôture de la saison 2016 du cycle, accompagné du piano Bechstein de 1925.

Alto (1748)
Roxanne Dykstra était l’altiste responsable de la présentation de l’alto de 1748 construit par Francesco Emiliani, lors d’un concert de la saison 2018, dans lequel il était accompagné du piano Bechstein de 1922.

Clavecin (1789)
Le clavecin Antunes de 1789 était l’un des instruments restaurés par Geert Karman à la suite des travaux élaborés pour le cycle. Il sera créé en 2018 lors d’un concert où il aura la compagnie du clavecin 1758. Les deux instruments seront joués par José Carlos Araújo et Miguel Jalôto. Jusqu’à la fin de la saison 2018, il sera également joué par Cremilde Rosado Fernandes.

Clavecin (1782)
Trésor national et instrument d’une énorme valeur historique et organologique, le clavecin Taskin attendait depuis quelques années la conclusion de son processus de restauration, qui devait enfin se dérouler en 2018, dans le cadre d’un processus impliquant plusieurs intervenants: Ulrich Weymar (restauration organologique), Laboratório José de Figueiredo (restauration d’éléments décoratifs), Geert Karman (harmonisation, mise au point et remplacement de sauts) et quelques autres collaborateurs. Maintenant que ce processus est terminé, le clavecin sera enfin présenté lors d’un concert en 2018.

Piano (1844)
Le concert de clôture de la saison 2018 du cycle sera interprété par le piano Boisselot & Fils que Franz Liszt (1811-1886) a amené avec lui au Portugal en 1845. Cet instrument est en cours de restauration à la suite du travail développé pour le cycle. Une fois ce processus achevé, le musée disposera d’un instrument de collection supplémentaire, à condition d’être joué.

Tags: