Musée du 20e siècle, Milan, Italie

Le Musée du XXe siècle à Milan est une exposition permanente d’œuvres d’art du XXe siècle situées dans le Palazzo dell’Arengario et le Palais Royal adjacent à Milan. Le musée a absorbé les collections du précédent Musée civique d’art contemporain (CIMAC) qui était situé au deuxième étage du Palais Royal et qui a été fermé en 1998.

Le musée du XXe siècle, situé à l’intérieur du Palazzo dell’Arengario sur la Piazza del Duomo, abrite une collection de plus de quatre mille œuvres qui catalysent le développement de l’art italien du XXe siècle.

Le Musée du XXe siècle a été créé le 6 décembre 2010 dans le but de diffuser la connaissance de l’art du XXe siècle et d’offrir un aperçu plus complet des collections dont la ville de Milan a hérité au fil du temps. En plus de son activité principale d’exposition, le Musée est actif dans la conservation, la recherche et la promotion du patrimoine culturel et artistique italien du 20e siècle dans le but final d’atteindre un public toujours plus large.

Hormis une seule pièce abritant des œuvres d’artistes étrangers dont Braque, Kandinsky, Klee, Léger, Matisse, Mondrian et Picasso, la majorité des œuvres exposées au musée sont des artistes italiens. Une section importante est consacrée aux futuristes italiens, avec des œuvres de Giacomo Balla, Umberto Boccioni, Carlo Carrà, Fortunato Depero, Luigi Russolo, Gino Severini, Mario Sironi et Ardengo Soffici. La grande toile Il Quarto Stato de Giuseppe Pellizza da Volpedo (1902) est également exposée dans une pièce à part entière.

D’autres sections du musée sont dédiées à des artistes individuels tels que Giorgio de Chirico, Lucio Fontana et Morandi. Il existe également des sections consacrées aux mouvements artistiques du XXe siècle, notamment l’abstractionnisme, l’Arte Povera, le Novecento Italiano, le post-impressionnisme et le réalisme, ainsi qu’à des genres tels que le paysage et l’art monumental.

Architecture
Un exemple exceptionnel d’architecture et, aujourd’hui, une installation impressionnante communiquant directement avec la ville, depuis 2010 le Palazzo dell’Arengario abrite le Musée du XXe siècle. Ce bâtiment emblématique, conçu par Griffini, Magistretti, Muzio et Portaluppi, a été rénové par le Groupe Rota pour accueillir une collection richement stratifiée d’art italien du XXe siècle.

La transformation du Palazzo dell’Arengario a été dictée par la nécessité d’organiser la composition de la Civiche Raccolte d’Arte de Milan (Collections d’art municipales) autour de deux pôles distincts. Alors que les locaux historiques de la Villa Reale étaient censés abriter des collections datant du XIXe siècle, le Palazzo dell’Arengario a été distingué pour les expositions d’œuvres d’art du XXe siècle. Ce dernier était particulièrement significatif pour l’harmonie existant entre son architecture et la collection qu’il était censé présenter.

Ce projet a permis d’exploiter au mieux les locaux intérieurs, tout en faisant du bâtiment l’un des lieux culturels majeurs de Milan. Le grand escalier en colimaçon à l’intérieur du bâtiment est probablement l’élément architectural le plus impressionnant du Musée: un élément fonctionnel qui relie plusieurs niveaux, du métro jusqu’à la terrasse panoramique donnant sur le Duomo.

Le musée
Le Musée du XXe siècle, situé à l’intérieur du Palazzo dell’Arengario sur la Piazza del Duomo, abrite une collection de plus de quatre mille œuvres qui catalysent le développement de l’art italien du XXe siècle.

Le Musée du XXe siècle a été créé le 6 décembre 2010 dans le but de diffuser la connaissance de l’art du XXe siècle et d’offrir un aperçu plus complet des collections dont la ville de Milan a hérité au fil du temps. En plus de son activité principale d’exposition, le Musée est actif dans la conservation, la recherche et la promotion du patrimoine culturel et artistique italien du 20e siècle dans le but final d’atteindre un public toujours plus large.

Tourné vers la ville, le Musée du XXe siècle se développe autour de multiples lieux. La Collection permanente suit un chemin chronologique où les expositions collectives alternent avec les expositions d’art solo. Le grand escalier en colimaçon à l’intérieur du bâtiment accueille les visiteurs et leur fait découvrir la visite du musée avec le Il Quarto Stato (le quatrième domaine) de Pellizza da Volpedo. La librairie et le restaurant sont les lieux de rencontre du Musée. Le néon de Lucio Fontana représente une étreinte finale à la ville. Reflétant le dynamisme culturel fiévreux de Milan, la Collection permanente est essentiellement l’histoire de plusieurs collections privées qui ont été réunies grâce à la générosité et la passion pour l’art de nombreux collectionneurs privés. Depuis sa création, la collection s’est enrichie de dons majeurs d’artistes,

Collection
Créée et développée grâce à la générosité des collectionneurs et philanthropes privés milanais, la Collection du Musée du XXe siècle est l’une des importantes sélections d’art italien du XXe siècle. L’exposition rassemble environ 400 œuvres présentées par ordre chronologique. La date initiale est 1902, l’année du Quarto Stato (Le Quatrième Domaine) de Giuseppe Pellizza da Volpedo, à qui est dédiée une salle entière le long de l’escalier hélicoïdal en accès libre.

La Collection débute ensuite par un hommage rendu aux mouvements d’avant-garde internationaux, avec des peintures du début des années 1900 de Pablo Picasso, Georges Braque, Paul Klee, Kandinsky et Amedeo Modigliani. L’exposition se poursuit avec le futurisme, représenté par un noyau d’œuvres d’art unique au monde, présentant Umberto Boccioni, Giacomo Balla, Fortunato Depero, Gino Severini, Carlo Carrà et Ardengo Soffici. Les années vingt et trente, se déplaçant entre le mouvement de Novecento et l’art abstrait, se développent à travers une séquence d’îles d’exposition solo consacrées à Giorgio de Chirico, Giorgio Morandi, Arturo Martini et Fausto Melotti. À Marino Marini est consacrée une véritable salle, destinée à décrire la production riche et nuancée de l’artiste.

Au troisième étage se trouve une salle consacrée à Alberto Burri et Art Informel par les grands maîtres italiens: Emilio Vedova, Giuseppe Capogrossi, Gastone Novelli, Tancredi, Carla Accardi et Osvaldo Licini. L’exposition consacrée aux années 50 et 60 présente des œuvres de Piero Manzoni et des artistes du groupe Azimuth, d’Enrico Castellani à Agostino Bonalumi. Le dernier étage du Palazzo dell’Arengario est entièrement consacré à Lucio Fontana. Le Fontana Hall a été conçu comme un travail d’immersion dans l’environnement. Les protagonistes sont le plafond historique de 1956, initialement créé pour la salle à manger de l’hôtel del Golfo sur l’île d’Elbe et accordé par le ministère du patrimoine culturel et des activités; le néon appartenant à la Fondazione Fontana; et les concepts spatiaux des années 50.

En marchant sur la passerelle suspendue qui relie le Musée au Palazzo Reale, les visiteurs accèdent à la dernière section consacrée aux années 60 et 80. À partir de l’art cinétique et programmé, l’exposition suit avec les expériences pop et la peinture analytique, tandis que l’art conceptuel est représenté dans ses interprétations italiennes et internationales.

L’exposition se poursuit avec la salle dédiée à Luciano Fabro qui finit par se concentrer sur l’installation, par des œuvres d’artistes tels que Jannis Kounellis, Eliseo Mattiacci et Amalia Del Ponte. Il se termine ensuite au début des années 80 avec Nunzio Di Stefano, Paolo Icaro, Giuseppe Spagnulo et Alighiero Boetti.

Itinéraire de l’exposition
Créée et développée grâce à la générosité des collectionneurs et philanthropes privés milanais, la Collection du Musée du XXe siècle est l’une des importantes sélections d’art italien du XXe siècle. L’exposition rassemble environ 400 œuvres présentées par ordre chronologique. La visite est ouverte par deux sculptures de De Chirico dei Bagni Misteriosi della Triennale, accompagnées d’un ancien étage romain et du quatrième état de Pellizza da Volpedo.

Au premier étage, il y a des œuvres de la collection Jucker et des futuristes, au deuxième étage les abstractionnistes et les classiques du XXe siècle, le troisième étage accueillera l’art conceptuel et la visite se terminera par l’art pauvre.

Le Musée Civique d’Art Contemporain (CIMAC) est situé à l’intérieur du Palais Royal sur la Piazza del Duomo 12 à Milan. La date initiale est 1902, l’année du Quarto Stato (Le Quatrième Domaine) de Giuseppe Pellizza da Volpedo, à qui est dédiée une salle entière le long de l’escalier hélicoïdal en accès libre.

La Collection débute ensuite par un hommage rendu aux mouvements d’avant-garde internationaux, avec des peintures du début des années 1900 de Pablo Picasso, Georges Braque, Paul Klee, Kandinsky et Amedeo Modigliani. L’exposition se poursuit avec le futurisme, représenté par un noyau d’œuvres d’art unique au monde, présentant Umberto Boccioni, Giacomo Balla, Fortunato Depero, Gino Severini, Carlo Carrà et Ardengo Soffici.

Les années vingt et trente, se déplaçant entre le mouvement de Novecento et l’art abstrait, se développent à travers une séquence d’îles d’exposition solo consacrées à Giorgio de Chirico, Giorgio Morandi, Arturo Martini et Fausto Melotti.

Au troisième étage se trouve une salle consacrée à Alberto Burri et Art Informel par les grands maîtres italiens: Emilio Vedova, Giuseppe Capogrossi, Gastone Novelli, Tancredi, Carla Accardi et Osvaldo Licini. L’exposition consacrée aux années 50 et 60 présente des œuvres de Piero Manzoni et des artistes du groupe Azimuth, d’Enrico Castellani à Agostino Bonalumi.

Le dernier étage du Palazzo dell’Arengario est entièrement consacré à Lucio Fontana. Le Fontana Hall a été conçu comme un travail d’immersion dans l’environnement. Les protagonistes sont le plafond historique de 1956, initialement créé pour la salle à manger de l’hôtel del Golfo sur l’île d’Elbe et accordé par le ministère du patrimoine culturel et des activités; le néon appartenant à la Fondazione Fontana; et les concepts spatiaux des années 50.

En marchant sur la passerelle suspendue qui relie le Musée au Palazzo Reale, les visiteurs accèdent à la dernière section consacrée aux années 60 et aux expériences d’art cinétique et programmé, à commencer par la sculpture de Bruno Munari intitulée «AconaBicombì». Les dernières salles présentent des œuvres du groupe T et des peintures grand format du pop art italien et de la peinture analytique. L’exposition se termine par une salle consacrée à certains des principaux représentants de l’Arte Povera italienne (littéralement pauvre, art de base), de Luciano Fabro à Mario Merz, et de Gilberto Zorio à Giuseppe Penone.

Programme
Les activités éducatives permettent au public de faire l’expérience du Musée comme lieu de rencontre, d’apprentissage et d’expérimentation. C’est en effet un espace à vivre et à habiter, offrant un horaire pluridisciplinaire tout en privilégiant l’accessibilité, la médiation et les échanges culturels.

En collaboration avec Ad Artem, le Musée propose un programme éducatif riche et varié: visites guidées individuelles et collectives, ateliers pour un public de 11 à 99 ans, laboratoires pour enfants et adolescents, camps d’été et plus encore. Afin de rapprocher les enfants du monde de l’art, le Musée soutient certains projets spéciaux tels que F @ MU (la Journée nationale de la famille au Musée), tout en rejoignant “Il Mio Amico Museo” – un réseau rassemblant les meilleures activités pour les enfants de Milan. En outre, en 2016, la collaboration avec La Grande Fabbrica delle Parole – commencée avec les laboratoires d’écriture créative pour les écoles en 2014 – a été ouverte au public, devenant inclusive pour les enfants et les parents sourds grâce à la contribution de l’Istituto dei Sordi à Milan et à le soutien spécial des interprètes LIS.

L’objectif principal, qui est l’accessibilité et la valorisation du patrimoine culturel du Musée, est atteint dans une perspective inclusive et participative: le Musée est un lieu de collaboration, toujours prêt à trouver de nouvelles façons de raconter le scénario culturel et artistique du XXe siècle . En collaboration avec plusieurs institutions publiques et privées, le programme du Musée est enrichi de projets expérimentaux, dont l’objectif est d’impliquer également les personnes handicapées et les publics fragiles. Des parcours tactiles pour les malvoyants au dernier défi lancé par “DescriVedendo” – le projet d’accessibilité créé avec Associazione Nazionale Subvedenti et basé sur le pouvoir évocateur des mots.