Moulures Gallery I et II, Musée national des beaux-arts du Brésil

L’une des cartes postales du Musée national des beaux-arts, les deux galeries de moulage abritent plus de 150 œuvres en plâtre. Cette magnifique collection se compose de pièces moulées sur des originaux de la période hellénistique, romaine et grecque classique (le soi-disant âge d’or). La plupart des Moulures exposées dans les deux galeries du 2ème étage du MNBA sont des pièces réalisées du début du XIXe siècle jusqu’en 1928, principalement entre 1860 et 1875, en France.

À l’Académie impériale des beaux-arts, puis à l’École nationale des beaux-arts (ENBA), l’étude du dessin a été réalisée à l’aide de moules en plâtre. À cette époque, il était entendu que la simple contemplation ne suffisait pas pour comprendre la beauté de la sculpture classique, et le dessin était nécessaire pour atteindre l’aspect noble et grandiose des œuvres.

Une partie de la collection de moulures en plâtre a été acquise afin de remplir les niches du deuxième étage du bâtiment, construit en 1908 pour abriter l’École nationale des beaux-arts.

Des moulures en plâtre ont été réalisées en utilisant la technique du moulage direct sur les sculptures originales distribuées dans les principaux musées européens. Actuellement, cette procédure n’est pas autorisée, ce qui donne à la collection une grande importance pour la représentation historique de l’éducation artistique au Brésil.

Sculpture brésilienne
À l’intérieur de la section brésilienne, se trouve un grand arc historique commençant dans la période coloniale brésilienne, s’étendant jusqu’à nos jours, ayant une grande expressivité à l’époque de l’art académique brésilien, en particulier le lien historique de l’institution avec les beaux-arts de l’Académie impériale et successivement avec l’École nationale des beaux-arts et les salles annuelles. Dans ce contexte, nous mettons en évidence, par leur dimension, les œuvres de Rodolfo Bernardelli, et leur représentativité, celles qui sont entrées au Salon National d’Art Moderne.

Sculpture étrangère
La section étrangère, avec une certaine représentation du siècle. XIX, a sa plus grande attraction dans la collection de plâtre qui a permis aux étudiants de l’Académie impériale des Beaux-Arts de se rapprocher des œuvres de référence internationale. L’ensemble initial a été acheté au professeur Marc Ferrez de l’époque, en 1837 et 1846, et augmenté à partir de 1860 avec des moulures de l’atelier des musées impériaux et des ressortissants français. Nous soulignons également l ‘”Antínoo”, marbre romain d’origine à l’époque de l’empereur Hadrien, qui a été trouvé en 1878 dans des fouilles parrainées par D. Tereza Cristina, impératrice du Brésil, dans les environs de Rome, plus précisément à Veio, un ancien étrusque ville.

Musée national des beaux-arts du Brésil
Le Musée national des beaux-arts (MNBA) est un musée d’art situé dans la ville de Rio de Janeiro, au Brésil. Il concentre la plus grande collection d’œuvres d’art du XIXe siècle, étant l’un des musées les plus importants du genre dans le pays.

Situé dans le centre historique de Rio de Janeiro dans un bâtiment d’architecture éclectique conçu en 1908 par l’architecte Adolfo Morales de los Rios pour accueillir l’École nationale des beaux-arts, héritière de l’Académie impériale des beaux-arts, le Musée national des beaux-arts / Ibram / MinC a été construit lors des rénovations urbaines effectuées par le maire Pereira Passos dans ce qui était alors la capitale fédérale du pays.

Créé officiellement en 1937 par le décret du président Getúlio Vargas, il occupe une superficie de 18 000 m2 et est le musée d’art le plus important du pays. Il rassemble une collection de soixante-dix mille objets parmi des peintures, dessins, gravures, sculptures, objets, documents et livres, se constituant comme un centre rayonnant de connaissance et de diffusion de l’art brésilien.

La collection du musée a commencé avec l’ensemble d’œuvres d’art apportées par Dom João VI, en 1808, et a été élargie tout au long du XIXe et au début du XXe siècle avec l’incorporation de la collection de l’École nationale et d’autres acquisitions, et elle compte aujourd’hui environ 15000 pièces, y compris des peintures, sculptures, dessins et gravures d’artistes brésiliens et étrangers, ainsi qu’une collection d’art décoratif, de meubles, d’art populaire et un ensemble de pièces d’art africain.

La collection bicentenaire du Musée national des beaux-arts est issue de trois ensembles d’œuvres distincts: les peintures apportées par Joaquim Lebreton, chef de la Mission artistique française, arrivé à Rio de Janeiro en 1816; les œuvres appartenant ou produites ici par des membres de la Mission, parmi lesquels Nicolas-Antoine Taunay, Jean-Batiste Debret, Grandjean de Montigny, Charles Pradier et les frères Ferrez; et les pièces de la Collection D. João VI, laissée par lui au Brésil lors de son retour au Portugal en 1821. Ces collections ont été enrichies par d’importantes donations et acquisitions, comme le buste d’Antínoo, une pièce archéologique en marbre rare donnée par l’impératrice D. Teresa Cristina à l’Académie impériale des beaux-arts en 1880.