La mode masculine en Europe occidentale en 1700-1750

La mode de la période 1700-1750 dans les pays d’Europe et d’influence européenne se caractérise par une silhouette élargie pour les hommes et les femmes, en raison de l’allure haute et étroite des années 1680 et 90. Les perruques restaient essentielles pour les hommes de substance et étaient souvent blanches; les cheveux naturels étaient en poudre pour obtenir le look à la mode.

Les nouveaux modes du début du siècle sont reçus avec beaucoup de succès. Cela montre une société en marge de Versailles, composée de jeunes issus des nouveaux secteurs financiers et commerciaux. Ces jeunes hommes sont libérés des modes de Versailles et des obligations de la cour. Ils préfèrent rechercher leur bien-être mais obéir à l’autorité du dirigeant.

Au début du xvii e siècle, l’art, et par extension le costume cherche à décrire les aspects de la vie et de l’individu avec la lumière et la couleur. Le costume retranscrit la nouvelle sensibilité du temps et l’émergence de nouveaux besoins: plus de légèreté et plus de fantaisie.

«C’est un changement général d’esprit et de goût de chercher l’origine de l’évolution formelle du costume au xviii e siècle» (page 225 F. Boucher, 1996).

Partout à ce moment-là, les styles de vêtements sont devenus moins chargés que les tissus sont devenus plus précieux. Les silhouettes sont devenues plus naturelles et moins volumineuses, et les couleurs ont commencé à s’éclaircir vers le style rococo. Styles pour les deux sexes ont trouvé une conformité simple.

L’élément essentiel pour les hommes était le costume. Chaque homme avait un justaucorps, une culotte courte, une longue veste et parfois une cueillette blanche.

Les vestes, généralement en brocart, étaient très ajustées en haut, et au bas, elles s’enflammaient hors du corps, laissant une place à l’épée pour descendre jusqu’au genou. Les manches sont ajustées et décorées de rayures.

La chemise est portée avec un gilet aussi longtemps que la veste est boutonnée, avec des poches basses. La chemise est parfois portée avec un cropWhite. Ces hommes mis sous le pantalon serré juste au-dessus des genoux, le fond de la soie (couleur pour plus riche). Les chaussures plates et noires avec une boucle ont terminé la tenue. Toutes les classes sociales ont mis ces costumes pendant tout le siècle sans beaucoup de changement.

La coiffure se compose de rouleaux de cheveux couvrant les oreilles aussi appelées ailes de pigeon;cette coiffure élaborée conduit souvent au port de perruques en les imitant.

Entre les classes économiques et sociales, le style vestimentaire ne différait pas vraiment; mais c’était par les tissus qu’on les distinguait facilement.
Les classes supérieures utilisaient la soie, les brocarts et le velours pour les costumes et les robes, tandis que les classes inférieures et les paysans utilisaient la laine et le coton, moins chers. Les vestes de la noblesse avaient les embellissements, la broderie et des dizaines de boutons qui étaient considérés comme des bijoux. Les hommes des classes supérieures mettaient aussi des postiches blancs en poudre avec des boucles de cheveux près du visage et une queue. La classe ouvrière portait des vestes très sans fioritures et de longs cheveux en queue de cheval nouée autour de la nuque.

La mode masculine
Sous Louis XIV, la puissante cour française de Versailles détermine la mode: elle est majestueuse, majestueuse, coûteuse et substantielle. Néanmoins, les citoyens copient la dernière mode sur une échelle sobre. L’épouse de Louis et ses maîtresses déterminent la mode à la cour avec son étiquette stricte. Paris est la capitale de la haute couture: des poupées de mode sont envoyées partout en Europe. Quand le roi vieillit et devient religieux, la mode devient de plus en plus détendue.

Le costume trois pièces pour homme (veste ou jupe, pantalon, veste) pénètre d’Angleterre en France. Les sous-vêtements sont une chemise avec de la dentelle sur les manches. La longue veste, le juste-au-corps, atteint jusqu’aux genoux, a de grandes poches, des manches serrées avec des couvertures très larges, des boutonnières et une fente arrière. La veste est usée ouverte. Les gilets sont richement brodés de fleurs ou garnis de galons et sont aussi longs que la veste. Les shorts près du corps sont généralement invisibles et se transforment en bas qui sont brodés aux chevilles. Autour du cou une cravate (bandes de dentelle) est portée avec un grand nœud. Pour paraître plus grands, les hommes vont porter des chaussures à talons (rouges). Le roi chauve achète une grande perruque d’allonge (dans la couleur des cheveux) avec de longues boucles luxuriantes et peigné haut. La perruque est faite de poils d’animaux, et extrêmement lourde, maladroite et chère. Le chapeau est plié sur deux côtés et porté avec la pointe vers l’avant; cela crée les trois parties (tricorne).

En 1715, Louis XIV mourut; il est succédé par son arrière-petit-fils de cinq ans, Louis XV. Le duc d’Orléans est régent et cette période s’appelle régence. En 1730, le fin du baroque ou du rococo, avec sa douceur et son élégance, se pose dans l’architecture et l’art visuel. Les vêtements ont des tons pastels clairs, et les volants et les accessoires reviennent. Louis ne s’intéresse pas aux affaires de l’État ou aux pauvres. Sa maîtresse, Madame de Pompadour, influence la mode: elle est féminine, enjouée et aérée. Vers 1740, le siècle des Lumières a commencé, caractérisé par un style vestimentaire informel avec des accessoires et des motifs de la nature. Il y a des conversations civilisées et les gens lisent beaucoup.

La distinction a été faite à cette époque entre la tenue vestimentaire portée à la cour et pour les occasions formelles, et les vêtements de jour ou de déshabillage. Au fur et à mesure que les décennies avançaient, de moins en moins d’occasions exigeaient un vêtement complet, qui avait presque disparu à la fin du siècle.

Au 18ème siècle la mode a eu une forte influence sur les Français. Au 18ème siècle, la mode en France reflète les attitudes sociales et politiques, les arts, et bien sûr, la richesse et la classe sociale des personnes. Le xviii e siècle apporte un nouveau roi et un nouvel espoir pour la France: Louis XV et la période gaieté succèdent à la fin rigide, pleurant solennellement le règne de Louis XIV. À l’avènement du roi, la lourdeur et les couleurs noires de la période précédente ont disparu et ont été remplacées par des pastels, la lumière et une certaine liberté d’esprit.

Les arts, le théâtre, l’architecture et la mode s’en ressentent. Avec le libertin du régent et la jeunesse du roi est également venu un sentiment de liberté et une joie de vivre qui reflétait bien à la mode de l’époque. À la cour, une certaine frivolité se développait. La politique et l’administration du pays ont été oubliées par la noblesse et le roi. Les affaires du pays étaient laissées à la classe moyenne, tandis que les nobles et la royauté poursuivaient le divertissement et le plaisir. L’éloignement du gouvernement, combiné à un nouveau scepticisme, a propagé les styles de la mode masculine traditionnelle; dans la transition du baroque au rococo, ce changement a apporté les styles élégants, doux et féminins. les tissus doux et les motifs floraux ont gagné en popularité.

Costume
Le costume masculin, aussi connu comme l’habit, est composé de trois parties: le justaucorps, une veste et une culotte. Au début du 18ème siècle, la veste a continué à avoir une jupe pleine. Les tissus pour hommes étaient principalement des soies, des velours et des brocarts, avec des laines utilisées pour la classe moyenne et pour les costumes de sport.

Chaussure
Au début du 18ème siècle, les chaussures pour hommes continuaient à avoir un pied carré, mais les talons n’étaient pas aussi hauts. De 1720 à 1730, les talons sont devenus encore plus petits, et les chaussures sont devenues plus confortables, ne contenant plus un pied de bloc. Les chaussures de la première moitié du siècle contenaient souvent une boucle oblongue généralement incrustée de pierres.

Accessoires
Les hommes de la classe supérieure portaient souvent une canne dans leurs tenues, la suspendaient par une boucle à l’un de leurs boutons de gilet pour permettre à leurs mains de bien tenir des tabatières ou des mouchoirs. La canne était donc moins fonctionnelle et plutôt pour la mode.

Coiffures et coiffures
Des perruques dans une variété de styles ont été portés pour différentes occasions et par différents groupes d’âge.

La grande perruque haute des 1690 resta populaire entre 1700 et 1720 environ. Pendant ce temps, différentes couleurs étaient portées, mais le blanc devenait plus populaire et les boucles devenaient plus serrées. Plus tard, les perruques ou les cheveux naturels ont été portés longtemps, brossé en arrière du front et matraqué ou attaché à la nuque avec un ruban noir. À partir d’environ 1720, une perruque de sac a rassemblé les cheveux de dos dans un sac en soie noir. Les rubans noirs attachés au sac ont été amenés à l’avant et attachés dans un arc dans un style appelé «solitaire».

Des chapeaux à larges bords avec des bords relevés sur trois côtés en tricornes ont été portés tout au long de l’époque. Ils étaient un élément essentiel du “domino”, un costume élégant pour les balles de mascarade, qui est devenu un mode de divertissement de plus en plus populaire. Le style «domino» se composait d’un masque, d’une longue cape et d’un chapeau tricorne, le tout généralement fait de couleurs foncées.

Galerie de style 1700s-1720s

1 – c. 1710

2 – 1711

3 – 1716

4 – 1721

1.Sir Isaac Newton dans la vieillesse, 1709-12. Il porte un banian avec une doublure à motifs. Notez la coupe en forme de T, sans couture d’épaule.

2.Louis XIV porte une grosse perruque, un justaucorps et des bas sur sa culotte.
3.Un prince allemand montre ses poignets à revers retroussés, brodés d’or, ainsi que le centre de son manteau, des bas par-dessus sa culotte.
4.La vue en arrière d’une couche de 1721 montre l’évent arrière central et les gores plissées dans les coutures latérales. Le monsieur porte des chaussures à bout carré et porte un tricorne sous le bras.

Galerie de style 1730s-1740s

1 – 1730s

2 – 1736

3 – 1736

4 – 1738

5 – 1747

6 – 1748

7 – 1749

8-1736.

9-1732.

10 – 1745–50

1.Joseph Leeson d’Irlande, plus tard 1er comte de Milltown, porte un manteau bleu à manches étroites doublé de rouge avec un gilet rouge et une culotte. Il porte un tricorne et de grandes bottes d’équitation noires, années 1730.

2.Man cartes à jouer porte un tricorne. Sa longue perruque brune (ou éventuellement ses cheveux) est attachée avec un ruban noir. Son manteau uni a des poignets profonds.
3.Dutch gentleman de 1736 porte un manteau gris sans col avec des poignets profonds et un long gilet, tous deux doublés de bleu ciel, avec une culotte assortie. Ses chaussures noires ont des boucles carrées.
4.Un gentleman anglais de 1738 porte un manteau formel à large croupe avec de la dentelle appliquée sur un gilet contrastant avec la hanche et des culottes rouges. Son manteau est doublé de rouge. Des chaussures avec des boucles élaborées et des bas blancs complètent l’ensemble.
5. Gilet (Garthwaite / Lekeux) (1747) de brocart de soie tissé à la forme, conçu par Anna Maria Garthwaite, collection du Costume Institute, Metropolitan Museum of Art.
6. L’Américain William Bowdoin, 1748, porte un gilet brodé d’or sous un manteau sombre doublé de blanc.
7.Portrait de Georg Friedrich Händel vêtu d’un manteau de couleur mûre garni de bandes de broderie et attaché avec des boutons et des boucles sur un gilet à motifs (à peine visible sous le manteau) et une chemise blanche à volants, 1749.
8.Jéronimus Tonneman et son fils portent des manteaux sans col avec des poignets profonds et des gilets assortis, portés avec des culottes, des chemises froissées, des bas de soie et des chaussures à boucles. Le jeune homme porte un sac à perruque et un solitaire, 1736.
9.Philippe Coypel porte un gilet rouge garni de dentelle dorée sous un manteau brun uni. Sa chemise a des volants de dentelle. Il porte un sac à perruque avec solitaire, 1732.
10. Manteau en soie à larges poignets, homme, 1745-1750, dans un motif floral de dentelle blanche sur marron, France. Musée d’art du comté de Los Angeles, M.2007.211.795.