Musée d’armes Luigi Marzoli, Brescia, Italie

Le musée d’armes Luigi Marzoli, situé dans le Mastonte Visconteo du château de Brescia, présente des collections d’armes européennes anciennes. Le donjon – l’une des plus anciennes parties du château, construit par les Visconti au XIVe siècle, et une partie imposante des fortifications survivantes de la colline de Cidnéo – abrite le musée des armes «Luigi Marzoli», inauguré en 1988 et conçu par Carlo Scarpa . Il s’agit de l’une des plus importantes collections européennes d’armures et d’armes anciennes. L’ancienne tradition brescienne de la production d’armes est illustrée par les 580 épées, armes à feu et armures exposées (sélectionnées parmi les 1090 objets légués par l’industriel Luigi Marzoli), ainsi que par l’histoire de la guerre et l’expression artistique que ces armements (qui sont en grande partie du 15ème au 18ème siècle Brescia et Milan) incarnent également.

Cette collection est le résultat de l’héritage testamentaire du 26 janvier 1965, avec lequel l’homme d’affaires Luigi Marzoli de Palazzolo sull’Oglio a lié sa collection privée d’armes anciennes à la commune de Brescia, collectée en cinquante ans de recherches. La collection est l’une de celles mentionnées par Douglas Cooper dans son volume de 1963, Great Private Collections, aux côtés des collections de Rotschild et de monsieur Denis Mahon.

Cette collection principale a été agrandie de 300 pièces supplémentaires, notamment des armes à feu du XIXe siècle, issues de la collection civique. Les dix salles d’exposition d’artisanat du musée commencent par une présentation des armements du XVe siècle, à l’époque de la cavalerie blindée, lorsque les casques et les gilets pare-balles étaient stratégiquement importants. Les pièces les plus rares comprennent un grand casque vénitien et un sous-casque avec visière en forme de museau de chien; l’épée du XIIIe siècle est le plus ancien objet exposé.

La collection comprend de nombreuses armes du XVIe siècle, qui reflètent les changements de modes d’attaque et le développement de tactiques de combat plus dynamiques à cette époque. Une armure plus légère et plus confortable était nécessaire, comme la superbe armure de style Maximilien, presque ostentatoire avec ses surfaces brillantes et courbes. Le musée illustre les aspects de l’affichage social et de l’honneur public que les armes et les armures ont commencé à acquérir, en plus de leurs fonctions sur le champ de bataille, en tant qu’objets de prestige et d’admiration lors des défilés publics. La reconstruction dans la «salle Elk» des escortes jumelles d’un cavalier, composé de soldats à pied et à cheval armés de hallebardes et de massues, ajoute à l’effet général saisissant. L’artisan ne perd jamais son sens de l’art, qui peut parfois dominer sur des considérations techniques, comme dans le cas des deux boucliers de parade ronds exposés dans la salle d’armure de luxe; l’une est paraphée et datée de 1563. Ce sont de véritables œuvres d’art: finement estampées de sections dorées et représentant le Triomphe de Bacchus.

Le voyage historique de découverte des secrets des armes comprend l’histoire évocatrice de l’épée, qui est passée d’une arme polyvalente à arêtes vives à un instrument d’escrime fin, un processus documenté par les exemples du milieu du XVIe au XVIIIe siècle affichés , qui deviennent de plus en plus fonctionnels et offrent progressivement plus de protection à la main du combattant. Un grand espace est réservé aux hallebardes, mousquets, pistolets et autres armes à feu dans la section du musée consacrée à la vaste collection d’armes à feu, avec des pièces réalisées par les armuriers les plus célèbres, Cominazzo, Chinelli, Dafino et Acquisti.

Les armes exposées montrent souvent de l’originalité dans les mécanismes ou la décoration de la poudre à canon, peuvent être de fabrication brescienne ou étrangère, et constituent une exposition inhabituelle de l’artisanat à travers les siècles. Les visiteurs du musée des armes intéressés par l’art et l’architecture historiques ont l’occasion d’apprécier les fresques de l’époque Visconti qui décorent les salles du donjon, la seule partie restante des fortifications du XIVe siècle.

L’atmosphère évocatrice du musée est encore augmentée par la présence des restes d’un temple romain sous-jacent du 1er siècle après JC; les bords de la fondation et un large escalier sont visibles. Il s’agit du seul survivant d’un groupe de temples qui se dressaient autrefois sur la colline de Cidnéo, une acropole impressionnante à l’époque romaine.

Le palais Duranti-Marzoli
Le Palazzo Duranti-Marzoli est un édifice Renaissance à deux étages du XVIe siècle, anciennement la maison des comtes Duranti et acquis en 1920 par l’entrepreneur Luigi Marzoli.

Le bâtiment a une structure architecturale composée de deux bâtiments reliés orthogonalement à L à l’angle nord-ouest et qui entourent, avec le portique délimité par des colonnes en pierre de Sarnico, un charmant jardin.

Le porche mène au rez-de-chaussée où se trouvent le hall et le hall, tous deux avec des fresques de 1770 – 1780. Les armes de la collection sont exposées dans ces pièces et dans d’autres pièces du rez-de-chaussée.

Dans la façade ouest extérieure sont coincées deux balles résultant d’une canonnade de 1705 entre les troupes françaises et autrichiennes à l’occasion de la guerre de succession espagnole.

La façade extérieure, sur la route royale qui relie Brescia à Bergame et Milan, est équipée d’un portail d’accès en grès gris de Sarnico surmonté d’un balcon délimité par une charpente du même matériau et style que le portail. L’ouverture du balcon est couronnée d’un pignon brisé.

La collection Luigi Marzoli
Le musée des armes de Brescia a été créé après le don de la collection de Luigi Marzoli, Cavaliere del Lavoro et homme d’affaires prospère, dont il porte le nom. Au cours de sa vie, Marzoli a acquis une grande collection d’armes et d’armures, qui est devenue l’une des collections privées les plus importantes au monde. Dans son testament, il a laissé cette précieuse collection à la ville, qui s’est engagée à créer un musée de l’armement dans le donjon Viscontéen du château de la ville.

L’importance de la collection de Marzoli, à laquelle les armes et armures déjà présentes dans la collection civique ont été ajoutées, est due non seulement à la quantité et à la qualité des pièces, mais aussi à leur sélection. L’intention de la Cavaliere del Lavoro n’était pas seulement de rassembler les articles les meilleurs et les plus rares en vente, mais d’obtenir des exemples des importantes productions d’armes traditionnelles de l’arrière-pays de Brescia, et également ailleurs en Lombardie.

Ce sont des armes construites dans la période du XVe au XVIIe siècle pour les blancs et jusqu’au XVIIIe pour les armes à feu, expression de la capacité et de l’habileté des artisans principalement lombards. L’exposition se compose d’armures et de pièces d’armures, principalement défensives, du XV-XVII siècle, d’armes blanches et courtes à poing blanc et d’enchères du XV-XVII siècle et d’armes à feu courtes et longues comprenant 15 canons du XV-XVIII siècle .

De la fonction défensive, des épées, des lames, des tiges, des poignards et des gourdins clairement offensifs sont exposés. Il existe une armure complète de chevalier, à la fois pour la guerre et le défilé.

De nombreuses armes offensives courtes dont les épées à deux mains se distinguent par leur originalité, et la cinquedee, espèce d’épées courtes et larges. Ceux-ci sont flanqués d’une série d’armes aux enchères, telles que des falcioni et des hallebardes de différentes formes et types, certaines gravées artistiquement.

Les armes à feu à allumage à silex du XVIIe siècle sont représentées aussi bien dans la version courte que longue, à silex, pistolets, terzette, Mazzagatti pour le premier et mousquets, fusils, mousquets, trompettes et fusils pour le second.

Dans la production d’armes à feu a excellé, en ce qui concerne «l’Italie, les artisans de Brescia Valtrompia, en particulier le quartier Gardone Val Trompia, où la disponibilité des matières premières, l’eau nécessaire au fonctionnement des machines hydrauliques combinée à une technique de capacité affinée au cours des siècles de la production d’armes à feu a rendu possible une tradition.

Faits saillants travaux

Armure

Casque militaire (moitié du 15e siècle après JC)
Ce casque – fabriqué en Allemagne et l’un des trois spécimens connus – est un bon exemple du projet de Cavaliere Marzoli de collectionner des objets rares et de haute qualité.

Grand Bascinet vénitien (XVe siècle après JC)
Un exemple d’une pièce lombarde extrêmement rare est ce bascinet, découvert au château de Chalcis en Eubée. Lors de la vente, Luigi Marzoli était en concurrence avec le New York Metropolitan Museum of Art, qui détient toutes les autres trouvailles de Chalcis. Ce spécimen témoigne d’une période spécifique de cette production lombarde – probablement milanaise -, comme l’indique le symbole P couronné, similaire à celles trouvées sur la plus ancienne armure en plaques (conservée à Castel Coira) et sur un bassin d’un puits du Palazzo Commune de San Gimignano, traditionnellement attribuée à Pietro Missaglia. Ce type de casque, qui représente une élaboration par rapport à d’autres exemples contemporains, a été fabriqué pour le marché vénitien et délivré aux garnisons locales, ou – comme dans ce cas – aux forces d’outre-mer.

Armure pour Tilt (vers 1560-1570)
Cette armure a été retrouvée avec une autre pièce similaire dans un château de la province de Brescia; les deux ont été achetés par Marzoli, mais un seul appartient à la collection civique. Cette armure était faite pour la joute, une compétition de tournoi entre deux cavaliers permettait la liberté de mouvement, qui pouvait frapper son adversaire de n’importe quelle direction. Cela nécessitait une protection particulièrement efficace et des composants supplémentaires ont été ajoutés à l’armure pour protéger les zones les plus à risque, donnant au jouteur une apparence étrangement asymétrique.

Demi-armure pour pied combact (environ 1590-1600)
L’un des éléments les plus importants de la collection est cette armure de combat à pied qui appartenait probablement à Charles Emmanuel I de Savoie, ou à l’un de ses fils. C’est l’une des plus belles pièces d’armure fabriquée dans un atelier de Milan à la fin du XVIe siècle et porte le cachet de Maestro del Castello a Tre Torri, un fabricant d’armures anonyme qui a produit de nombreuses pièces de haute qualité qui sont réputées encore aujourd’hui pour leur perfection et raffinement. En collaboration avec Pompeo della Cesa, le Maestro del Castello a introduit de nouvelles méthodes de forgeage et de décoration d’armures à la fin du 16e et au début du 17e siècle, comme le montre le spécimen de Brescia: il est forgé à l’aide de plaques épaisses et solides, avec des articulations des membres presque parfaites. La demi-armure pour le combat à pied était la plus forte, car le type de combat était particulièrement sanglant: deux équipes de chevaliers à pied se sont battues avec tous les types d’armes, mais elles étaient séparées par une barrière ce qui signifiait qu’il n’était pas nécessaire de protéger les jambes. Les gagnants sont ceux qui ont réussi à mettre tous leurs adversaires hors de combat. La décoration de bande raffinée, réalisée par gravure et application de feuilles d’or, présente le nœud Savoy, emblème de la Maison de Savoie.

Demi-armure (vers 1570-1580)
Armure de combat à pied de style romain de la collection civique de Brescia, qui appartenait probablement à l’une des familles Martinengo qui commandait les troupes vénitiennes. Cette demi-armure – gravée, gravée au burin et dorée – était une pièce d’armure ornementale de haute qualité.

Bouclier de parade (1563)
Ce bouclier, daté de 1563, est magnifiquement décoré de la scène mythologique du Triomphe de Bacchus dans le style maniériste italien. La gravure de ce bouclier montre une grande habileté et un grand talent artistique.

Chevaliers à cheval
L’exposition comprend des sculptures en bois d’un certain nombre de chevaliers à cheval; les chevaux aussi portent des gilets pare-balles et des vêtements de l’époque.

Chaffron (vers 1560-1570)
L’armure de tête de ce cheval avec le monogramme Medinaceli est l’une des plus finement fabriquées. L’importance de ce chaffron – en dehors de sa magnifique finition et de celle du propriétaire – est due au fait que tous les autres composants survivent, dans diverses armureries à travers le monde. L’Armeria Reale à Turin a l’armure du chevalier et une partie de la barde, l’armurerie du château de Konopiste le bouclier bouclier et le Philadelphia Museum of Art le casque avec visière. Sur le pinson, est inscrit le monogramme MEDINACELI, une référence à Juan della Cerda, quatrième duc de Medinaceli et gouverneur de Sicile à partir de 1557.

Armure de cuirassier (vers 1640)
Au 17e siècle, l’armure des cavaliers a subi un changement radical. Il est devenu plus léger, et les cuisses étaient couvertes de cuisses multi-assiettes qui descendaient jusqu’aux genoux, laissant le bas des jambes libre pour de grosses bottes. Il était porté par des soldats armés d’une paire de pistolets Wheellock; la rangée directement devant les lignes ennemies a tiré sur leurs adversaires, et ses membres se sont ensuite retirés à l’arrière de la colonne pour recharger, laissant la rangée suivante tirer afin de produire un assaut continu. Cette armure typique du XVIIe siècle est entièrement recouverte d’incisions faisant référence à une bataille contre les Turcs.

Armes à feu

Les armes à feu sont toujours le fleuron de la production d’armes de Brescia aujourd’hui. Aux 17e et 18e siècles, les canons fabriqués principalement par les artisans de Gardone Val Trompia étaient renommés dans le monde entier et certaines dynasties de fabrication d’armes sont devenues extrêmement célèbres. Un exemple frappant était Cominazzo, dont la marque habituelle était Lazarino Cominazzo, qui était si bien connue pour ses canons d’armes à feu («canne lazarine») que sa marque a été forgée sur des marchandises en provenance de l’Est.

Paire de pistolets Wheellock (vers 1640)
Paire de pistolets à mécanisme de tir à roue portant le nom de Giovanni Antonio Gavacciolo, datant de 1640; les tonneaux du nom de Giovanni Lazarino Cominazzo datent de 1660 environ.

Carabine à verrou (vers 1650)
Un fusil à blocage de roue fabriqué par des maîtres artisans bresciens. Le nom sur le canon est Jacomo di Fortunato Cominazzi, né en 1606; il a été produit vers 1640. La décoration des points d’os n’est pas typique de la production brescienne, mais a été ajoutée aux armes à feu destinées aux Balkans ou à l’Est.

Fusil à allumette à trois canons rotatifs (première moitié du XVIe siècle)
Une autre arme à feu importante d’une grande rareté est ce mousquet; une seule autre pièce similaire est connue, un pistolet à allumette à trois canons rotatifs conservé dans l’armurerie du Palazzo Ducale à Venise. Il est probable qu’il s’agissait d’armes militaires, probablement pour la guerre navale. Ce mousquet est important pour sa rareté; la seule autre arme similaire connue est un pistolet avec le même mécanisme de tir conservé dans l’armurerie du Palazzo Ducale à Venise.

Arme

Rapière (premier quart du XVIIe siècle)
Cette rapière, avec une magnifique lame de Tolède portant le nom de Pedro de La Velmonte montée sur une poignée dorée et damasquinée, a probablement été fabriquée à Milan. Pendant la domination espagnole du XVIIe siècle, les lames de Tolède avec des poignées décorées par des artisans lombards – qui se vantaient d’une longue tradition de production de poignées de haute qualité – étaient très demandées.

Rapière (vers 1490-1520)
La collection comprend cette épée de poussée finement fabriquée dans le nord de l’Italie entre environ 1490 et 1520. Le pommeau est décoré de plaques représentant le jugement de Paris d’un côté, et Ariane sur Naxos de l’autre, le travail de l’orfèvre et sculpteur Giovanni di Fondulino Fonduli.

Château de Brescia
Le château de Brescia est une forteresse médiévale perchée sur Cidnéo, près de la ville historique de Brescia. Le château se dresse sur la colline de Cidnéo, qui constitue un important parc dans la ville. C’est l’un des complexes fortifiés les plus intéressants d’Italie, dans lequel les signes des différentes périodes de domination sont encore évidents.

Le donjon central, les impressionnants murs crénelés et la tour ont été construits par les Visconti, tandis que les remparts massifs et l’entrée monumentale avec pont-levis témoignent de la puissance de la République vénitienne, qui a soutenu la ville pendant plus de quatre siècles.

Autrefois foyer de la célèbre rébellion «Dieci Giornate» de Brescia, le château a désormais abandonné toute belligérance et offre à la place aux visiteurs la possibilité de se promener sur ses pentes ondulées. Le sommet de la colline est accessible depuis le centre de la vieille ville, Piazzetta Tito Speri, par la Contrada Sant’Urbano. Le château regorge de sentiers inattendus et de pièces cachées et offre un merveilleux panorama sur tout le centre-ville, les collines et les vallées voisines.

Les tours encerclantes et la «Strada del soccorso», voie d’évasion de l’époque viscontéenne, ont participé aux nombreux sièges que la ville a connus. En suivant les sentiers, vous pourrez également découvrir l’éclectisme équilibré du château; l’un des vignobles les plus anciens et les plus prisés de la ville, sur une pente de la colline, coexiste naturellement avec des vestiges romains, tels qu’un groupe de réservoirs d’huile d’olive, des bastions médiévaux et une locomotive ferroviaire de 1909, la “Prigioniera del Falco d’Italia”, pour le plaisir des plus jeunes.