Lohengrin de Richard Wagner, Acte I, scène 3, Vidéo à 360 °, Théâtre municipal de São Paulo

Lohengrin, WWV 75, est un opéra romantique en trois actes composé et écrit par Richard Wagner, créé pour la première fois en 1850. L’histoire du personnage éponyme est tirée du roman allemand du Moyen Age, notamment le Parzival de Wolfram von Eschenbach et sa suite, Lohengrin inspiré par l’épopée de Garin le Loherain. Il fait partie de la légende du Chevalier du Cygne.

L’opéra a inspiré d’autres œuvres d’art. Le roi Louis II de Bavière a baptisé son château le château de Neuschwanstein en l’honneur du chevalier au cygne. C’est le patronage du roi Ludwig qui donna plus tard à Wagner les moyens et l’occasion de composer, de construire un théâtre et de mettre en scène son cycle épique L’Anneau du Nibelung.

La partie la plus populaire et la plus reconnaissable de l’opéra est le chœur de la mariée, mieux connu sous le nom de “Here Comes the Bride”, jouée souvent comme processionnelle lors de mariages à l’ouest. Les préludes orchestraux aux Actes I et III sont également souvent interprétés séparément en tant que pièces de concert.

Fond littéraire
La figure littéraire de Lohengrin est apparue pour la première fois en tant que personnage secondaire dans le dernier chapitre du poème épique médiéval Parzival de Wolfram von Eschenbach. Le chevalier du Graal Lohengrin, fils du roi du Graal Parzival, est envoyé à la duchesse de Brabant pour la défendre. Sa protection est soumise à la condition qu’elle ne demande jamais son nom. Si elle ne respecte pas cette exigence, il sera obligé de la quitter. Wagner a repris ces personnages et a placé le thème de la “question interdite” au cœur d’une histoire qui oppose des contrastes entre le pieux et le mondain, entre la chrétienté du bas âge et le paganisme germanique. Wagner tenta en même temps d’inclure des éléments de la tragédie grecque dans le complot. Il a écrit ce qui suit dans Mitteilungen and meine Freunde à propos de ses projets pour Lohengrin:

Qui ne connaît pas “Zeus et Sémélé?” Le dieu est amoureux d’une femme humaine et l’approche sous une forme humaine. L’amant s’aperçoit qu’elle ne peut pas reconnaître le dieu sous cette forme et lui demande de faire connaître la véritable forme sensuelle de son être. Zeus sait qu’elle serait détruite à la vue de son vrai moi. Il souffre dans cette conscience, souffre de savoir qu’il doit remplir cette demande et, ce faisant, ruiner leur amour. Il va sceller son propre destin lorsque l’éclat de sa forme pieuse anéantira son amant. L’homme qui aspire à Dieu n’est-il pas détruit?

Composition
En composant Lohengrin, Wagner a créé une nouvelle forme d’opéra, le drame musical composé. La composition n’est pas divisée en nombres individuels, mais jouée de scène en scène sans interruption. Ce style de composition contraste avec l’opéra classique, qui se divise en arias, récitatifs et sections chorales. Néanmoins, Lohengrin contient encore de longues performances – par exemple, “Alone in dark days” d’Elsa et aria Grail de Lohengrin – qui renvoient à la forme classique de l’aria solo.

Wagner a beaucoup utilisé les leitmotifs dans sa composition. Les exemples incluent le motif du Graal révélé pour la première fois dans le prélude et le motif de la “question” chanté pour la première fois par Lohengrin à Elsa dans l’acte I. Ces motifs ont permis à Wagner de raconter avec précision les pensées intérieures des personnages sur scène, même sans parole.

action

Acte je
Préliminaires et première levée

L’acte commence avec l’arrivée du roi Henri Ier de Germanie dans la région après l’annonce de la nomination de son héraut pour appeler les tribus allemandes à expulser les Hongrois de leurs terres. Le comte Friederich de Telramund est régent, car le duc Gottfried de Brabant, héritier du trône du Brabant, était encore mineur. Gottfried avait mystérieusement disparu et Telramund, contraint par sa femme, Ortrud, accuse Elsa d’avoir tué son frère et réclame le titre de duché pour lui-même.

Elsa est entourée de ses demoiselles d’honneur et, sachant qu’elle est innocente, se déclare disposée à se soumettre au jugement de Dieu par le combat. Elle appelle ensuite le protecteur dont elle rêvait une nuit et voit au jugement un chevalier dans une barque tirée par un cygne. L’arrivée n’avait eu lieu qu’après la deuxième demande du héraut. Il accepte de se battre pour elle tant qu’elle ne lui demande jamais son nom ni son origine, une proposition qu’il accepte facilement. Telramund accepte également le défi du procès par combat pour prouver la véracité de son accusation.

Le chevalier bat Telramund en duel, prouvant ainsi sa protection divine et l’innocence de la princesse. Cependant, il épargne la vie du perdant, déclare Elsa innocente et lui propose.

Le prélude représente l’aura du Graal. La musique commence par des sons de cordes doux, hauts et sphériques, gonfle à un point culminant et disparaît à nouveau en pianissimo sphérique. Friedrich Nietzsche a écrit que cette musique était “bleue, d’opiacée, effet narcotique”.

Au début du premier ascenseur, Heinrich der Vogler est assis dans une plaine inondable sur les rives de l’Escaut sous un chêne de cour pour organiser un spectacle militaire et une journée de cour dans la principauté de Brabant. Il annonce son intention de réunir une armée pour une guerre contre les Hongrois, à laquelle Brabant participera également avec des soldats.

“Que ce soit l’Est ou l’Ouest, tous sont égaux.
Quel pays allemand est, définissez des combattants.
Alors probablement personne ne révoltera le Reich allemand. ”

Il a également appris qu’une querelle de succession au sein de la dynastie avait éclaté. Il appelle donc Friedrich von Telramund pour témoigner devant le tribunal. Il est l’éducateur d’Elsa et de Gottfried, les enfants du regretté duc de Brabant. Telramund déclare que Gottfried a disparu dans les bois lors d’une promenade avec sa sœur. Il l’a donc accusée de fratricide, même si elle lui avait été promise en tant que mariée. Il s’est marié avec Ortrud, le dernier descendant du prince frison Radbod. Par conséquent, il revendique en outre la dignité princière du Brabant:

“Je parle à juste titre à ce pays,
car je suis le prochain du sang du duc.
Ma femme de la génération,
qui une fois a donné sa terre à ses princes. ”

Interrogée par le roi, Elsa dit seulement “Mon pauvre frère”. Elle explique que dans son rêve, elle est apparue à un chevalier qui la protégerait et la défendrait (récit de rêve d’Elsa: “Seul dans des jours sombres”).

Le roi Henry ordonne une bataille judiciaire en tant que jugement divin, en gros une farce, car les chevaliers actuels refusent de se battre contre Telramund (“nous ne combattons que pour vous”). Lorsqu’on lui a demandé qui devait la représenter au combat, Elsa a déclaré qu’elle serait assistée par le guerrier envoyé par Dieu qu’elle a vu dans le rêve.

À l’appel royal des guerriers, d’abord pas de combattant pour Elsa. Quand elle prie elle-même, un bateau apparaît, tiré par un cygne. Sur celle-ci se trouve un étrange chevalier en armure légère. Non seulement il veut argumenter pour Elsa, mais il veut aussi l’arrêter. Les deux sont liés à une condition:

“Tu ne devrais jamais m’interroger,
ni prendre soin de la connaissance,
d’où je suis venu le tour,
ni mon nom et genre. ”

Les chevaliers annoncent au peuple rassemblé qu’Elsa de Brabant est sans culpabilité. Il s’agit d’un duel dans lequel l’étranger bat le comte de Telramund. L’inconnu s’abstient de tuer Telramund (“Par la victoire de Dieu, ta vie m’appartient maintenant – je te la donne, que les Reu” la consacrent “). Avec la joie générale, Elsa enfonce son sauveur dans les bras.

Acte II
Deuxième ascenseur

L’acte commence à l’extérieur de la cathédrale la nuit. Ensemble, Telramund et Ortrud déplorent leur situation actuelle, moralement bannie de la communauté. Ortrud est un païen, traite de la magie et élabore un plan de vengeance pour Elsa afin de poser au chevalier les questions interdites, le forçant à partir. Aux premières lueurs du matin, Elsa apparaît sur le balcon, voit Ortrud dans la cour, déplore sa situation et l’invite à assister à la cérémonie du mariage. Inobservée, Telramund quitte la scène. Ortrud commence le complot en disant qu’il doit y avoir quelque chose dans la vie du chevalier qui lui fait honte, quelque chose qui le pousse à vouloir nier son passé.

Dans une autre scène, la population se rassemble et le héraut annonce que le roi a offert au chevalier le duché de Brabant. Il décline toutefois l’offre, souhaitant s’appeler “Protecteur du Brabant”. Lorsque le roi, le chevalier inconnu, Elsa et ses demoiselles d’honneur étaient sur le point d’entrer dans l’église, Ortrud apparaît et accuse le chevalier d’être un magicien, raison pour laquelle il a gagné la bataille. Telramund apparaît également et affirme avoir été victime de fraude, car il ne connaissait même pas le nom de son adversaire. Le chevalier refuse de révéler son identité, affirmant que seule Elsa a le droit de la connaître et que même le roi ne mériterait pas d’être connu. Elsa, bien que secouée par les accusations d’Ortrud et de Telramund, assure le chevalier de sa loyauté et ils entrent dans l’église.

Il se lève le lendemain du duel. Devant le palais, le comte Friedrich von Telramund se plaint de la perte de son honneur et accuse son épouse de l’avoir induit en erreur en donnant une fausse représentation à Elsa. Ortrud l’accuse de lâcheté envers l’étrange chevalier, dans lequel elle ne voit pas un héros envoyé par Dieu, mais un être “fort en sorts”. Le réticent Telramund (“Vous qui voyez comme un fou, comment détruisez-vous mystérieusement l’esprit encore une fois”) a convaincu Ortrud qu’il avait été lésé et que l’étranger ne pouvait gagner le duel qu’avec l’aide d’un sortilège. Les deux décident d’induire en erreur Elsa, son héros, la question interdite de “Nam ‘et Art”. Au cas où cela échouerait, Ortrud recommande l’utilisation de la force contre le héros étranger (“Jed”, fort par magie, arrachera seulement le plus petit membre du corps, devra bientôt s’évanouir tel qu’il est!

Peu de temps après, ils voient Elsa sur le balcon de sa tonnelle. Telramund se retire à la demande de sa femme. Ortrud semble avoir des remords envers Elsa, qui est sur le point de se marier, et réussit à éveiller la compassion d’Elsa et à être admise au palais. Elle appelle triomphalement les “dieux profanés” Wodan et Freia pour leur aide. Elsa est trop heureuse de pardonner à tout le monde et à Ortrud. Dans une conversation confidentielle à l’extérieur de la Porte, Ortrud suggère qu’il peut s’agir d’une compétence sombre à laquelle l’étranger est obligé de cacher son nom. Elsa rejette tous les doutes et emmène Ortrud au palais.

Un intermède musical mène à l’aube. Des tours sonne des signaux de trompette. Le guerrier du roi appelle les Brabantans et proclame que Telramund, comme le prévoient les lois, “parce qu’il a osé infidèle combattre le divin”, est tombé en amour. Le “Duché de Brabant” doit cependant être confié à “l’étranger envoyé par Dieu”: “Mais le héros ne veut pas être duc; vous le lui direz, protecteur du Brabant”. Le Heerrufer annonce que l’étranger épousera Elsa le même jour pour diriger le Brabanter le lendemain et suivre le roi Henry lors de la campagne.

En marge de la scène, quatre nobles du Brabant expriment leur mécontentement face à leur implication dans la campagne de Henry contre une menace lointaine. Telramund apparaît et informe qu’il pourrait empêcher l’étranger dans la campagne et qu’il avait falsifié la cour de Dieu par un sortilège. Les quatre nobles traînent Telramund dans l’église.

Du château se déplace le train de la mariée avec Elsa à la cathédrale. Il vient juste d’atteindre les marches devant le portail, quand Ortrud Elsa représente le chemin et réclame la préséance, car elle est issue d’une race respectée, alors qu’Elsa n’est même pas capable de nommer son mari. Elsa la désigne en se référant au Reichsacht, que son mari avait confisqué. Le roi Henry apparaît avec l’étranger, et Ortrud doit se retirer devant lui.

La procession du mariage se réorganise; Ensuite, le hors-la-loi Telramund apparaît et accuse l’étranger du sort, mais la plainte est rejetée. Le hors-la-loi demande à Elsa de poser la question interdite, mais Elsa s’efforce de réaffirmer sa confiance en son héros. La procession du mariage se déplace dans la cathédrale avec l’étranger et l’inquiétante Elsa.

Acte III
Troisième ascenseur

La cérémonie de mariage a lieu et les deux expriment leur amour l’un pour l’autre. Mais Elsa, persuadée par Ortrud, rompt le pacte avec le chevalier, maintenant son mari, en lui posant des questions interdites. Dans la même scène, Telramund semble attaquer le chevalier, mais est tué par celui-ci, qui se tourne ensuite vers Elsa et lui demande de l’accompagner, en présence du roi, pour révéler le mystère de son identité.

Cela change la scène, en se tournant vers le lieu du premier acte. Les troupes arrivent pour la guerre. Le corps de Telramund est apporté. Le chevalier explique le meurtre devant le roi et, avant tout, annonce sa véritable identité: il s’agit de Lohengrin, un chevalier du Saint Graal, fils du roi Parsifal. Il révèle également qu’il avait été envoyé par le Graal pour prouver l’innocence d’Elsa, mais qu’il était temps de revenir.

À la tristesse d’Elsa, le cygne réapparaît, indiquant le départ de Lohengrin. Il prie pour le retour du frère disparu d’Elsa. Le cygne disparaît dans l’eau et réapparaît sous la forme du jeune Gottfried, transformé en animal par le sort d’Ortrud. Un pigeon apparaît du ciel et, prenant la place du cygne, guide Lohengrin vers le château du Saint-Graal.

Le couple de jeunes mariés s’installe dans la chambre nuptiale en chantant (la marche nuptiale “est menée fidèlement”). Il s’agit de la première conversation confidentielle des deux. Elsa dit qu’elle serait un mari inconnu même si les soupçons d’Ortrud étaient vrais. Il veut la rassurer et souligne son arrière-plan élevé, qu’il a abandonné pour elle (“La seule chose que mon sacrifice mérite, je dois voir dans ton amour” et “par splendeur et béatitude je viens de”), ce qui rend Elsa vraiment peur de ne pas le satisfaire et de le perdre un jour. Et alors elle demande au chevalier son nom. À ce moment, Telramund entre dans la pièce. Il s’agit d’une bagarre au cours de laquelle Telramund est frappé par l’étranger.

Dans la dernière scène, les gens sont rassemblés pour dire au revoir à l’armée rassemblée et au roi Henry. Les quatre nobles apportent le corps de Telramund devant le roi. L’inconnu accuse Telramund de l’embuscade et Elsa l’infidélité. Elle lui avait posé la question interdite sur son nom et son origine, et il devait maintenant y répondre. Il ne pouvait donc rester ni mari ni chef militaire dans le Brabant. Puis il décrit son origine. Il parle du Palais du Graal de Montsalvat et du pouvoir divin conféré aux Gardiens du Graal, tant qu’ils se sont battus sans être reconnus pour leur droit. Mais s’ils étaient reconnus, ils devraient quitter les abris. Il est lui-même le fils du roi du Graal Parzival, et son nom est Lohengrin:

“Dans le pays lointain, à l’écart de vos pas,
se trouve un château appelé Monsalvat;
un temple lumineux se dresse là au milieu,
aussi précieux que tout ce qui est inconnu sur la terre;

un vaisseau de bénédiction miraculeuse
y est gardé comme le plus haut sanctuaire.
C’est que son homme le plus pur a été nourri, amené
par une foule d’anges.

Chaque année, une colombe approche du ciel,
pour renouveler son pouvoir miracle:
on l’appelle le Graal, et la foi pure est une bénédiction pure
donné par lui à son titre de chevalier.

Celui qui choisit de servir le Graal, il
se dote d’un pouvoir surnaturel;
où tout le mal est perdu,
quand il le voit, la nuit cède la place à la mort;

même ceux qui l’ont renvoyé dans des pays lointains,
martyrs nommés pour la vertu,
ne sont pas volés de son pouvoir sacré,
rester non reconnu comme son chevalier là-bas.

Si noble est la bénédiction du Graal,
a révélé qu’il doit fuir l’œil laïque;
Le tambour du chevalier ne devrait pas douter d’elle, vous
reconnais-le, alors il doit te prendre.

Maintenant écoutez, alors que je récompense une question interdite:
Je t’ai donc envoyé du Graal:
Mon père Parzival porte sa couronne,
son chevalier je – je m’appelle Lohengrin. ”

Le roi vaincrait les Hongrois sans lui.

“Oui, grand roi, laissez-moi vous prophétiser: vous avez remporté une grande victoire.”
S’adressant à Elsa, Lohengrin ajoute que cela n’a pris qu’un an et que Gottfried est retourné dans le Brabant.

Malgré les supplications d’Elsa et les pressions du roi, Lohengrin ne peut rester. Le cygne avec le bateau revient et emmène Lohengrin avec lui. Dans un triomphe terrible, Ortrud s’exclame d’avoir reconnu le cygne comme étant la filleule manquante, qu’elle a elle-même enchantée.

“Sur la petite chaîne que j’ai tissée autour de lui, j’ai bien vu qui est ce cygne: c’est l’héritier du Brabant!”
Sur la prière de Lohengrin, Gottfried est déjà racheté, même avant la fin de l’année. Le bateau dans lequel Lohengrin part tristement s’éloigne. Ortrud s’évanouit dans un hurlement, Elsa meurt d’épuisement mental, le peuple (chorale) donne son horreur “malheur! Oh!”

Historique de performance
La première production de Lohengrin a eu lieu à Weimar, en Allemagne, le 28 août 1850, à la Staatskapelle Weimar, sous la direction de Franz Liszt, ami proche et ancien partisan de Wagner. Liszt choisit cette date en l’honneur du citoyen le plus célèbre de Weimar, Johann Wolfgang von Goethe, né le 28 août 1749. Malgré les insuffisances du ténor principal Karl Beck, ce fut un succès populaire immédiat.

Wagner lui-même n’a pas pu assister à la première représentation, après avoir été exilé à cause de son rôle lors de l’insurrection de mai 1849 à Dresde. Bien qu’il ait dirigé divers extraits en concert à Zurich, Londres, Paris et Bruxelles, ce n’est qu’en 1861 à Vienne qu’il a pu assister à une représentation complète.

La première représentation de l’opéra en dehors des pays germanophones eut lieu à Riga le 5 février 1855. La première autrichienne eut lieu à Vienne au Theater am Kärntnertor le 19 août 1858, avec Róza Csillag dans le rôle d’Ortrud. L’œuvre est produite pour la première fois à Munich au Théâtre national le 16 juin 1867, avec Heinrich Vogl dans le rôle principal et Mathilde Mallinger dans le rôle d’Elsa. Mallinger a également joué le rôle d’Elsa lors de la création de l’œuvre à l’Opéra national de Berlin le 6 avril 1869.

La première russe de Lohengrin, en dehors de Riga, a eu lieu au Théâtre Mariinsky le 16 octobre 1868.

La première belge de l’opéra a eu lieu à la Monnaie le 22 mars 1870 avec Étienne Troy dans le rôle de Friedrich de Telramund et Feliciano Pons dans le rôle de Heinrich der Vogler.

La première américaine de Lohengrin eut lieu le 3 avril 1871 au Stadt Theatre au Bowery à New York. Dirigé par Adolf Neuendorff, Theodor Habelmann joua le rôle de Lohengrin, Luise Garay-Lichtmay, Elsa, Marie Frederici, Adolf Franosch comme Heinrich et Edward Vierling comme Telramund. La première représentation en Italie eut lieu sept mois plus tard au Teatro Comunale de Bologne le 1er novembre 1871, traduite en italien par le baryton à l’opéra Salvatore Marchesi. Ce fut notamment la première représentation d’un opéra Wagner en Italie. Angelo Mariani a dirigé la performance qui mettait en vedette Italo Campanini avec Lohengrin, Bianca Blume comme Elsa, Maria Löwe Destin comme Ortrud, Pietro Silenzi comme Telramund et Giuseppe Galvani comme Heinrich der Vogler. Le spectacle du 9 novembre a été suivi par Giuseppe Verdi,

La Scala produit l’opéra pour la première fois le 30 mars 1873, avec Campanini comme Lohengrin, Gabrielle Krauss comme Elsa, Philippine von Edelsberg comme Ortrud, Victor Maurel comme Friedrich et Gian Pietro Milesi comme Heinrich.

La première de Lohengrin au Royaume-Uni a eu lieu à l’Opéra royal de Covent Garden, le 8 mai 1875, en utilisant la traduction italienne de Marchesi. Auguste Vianesi dirigeait la performance, mettant en vedette Ernesto Nicolini comme Lohengrin, Emma Albani comme Elsa, Anna D’Angeri comme Ortruda, Maurel comme Friedrich et Wladyslaw Seideman comme Heinrich. La première représentation de l’opéra en Australie a eu lieu au Prince of Wales Theatre à Melbourne le 18 août 1877. Le Metropolitan Opera monta l’opéra pour la première fois le 7 novembre 1883, en italien, lors de la saison inaugurale de la compagnie. Campanini a interprété le rôle principal avec Christina Nilsson dans le rôle d’Elsa, Emmy Fursch-Madi dans le rôle d’Ortrud, Giuseppe Kaschmann dans le rôle de Telramund, Franco Novara dans le rôle de Heinrich et la direction d’Auguste Vianesi.

Lohengrin a été créé pour la première fois en France à l’Eden-Théâtre à Paris le 30 avril 1887 dans une traduction française de Charles-Louis-Étienne Nuitter. Dirigé par Charles Lamoureux, le spectacle mettait en vedette Ernest van Dyck en tant que héros du titre, Fidès Devriès en Elsa, Marthe Duvivier en Ortrud, Emil Blauwaert en Telramund et Félix-Adolphe Couturier en Heinrich. Il y eut cependant une représentation française de 1881 donnée à titre d’avantage, au salon du Cercle de la Méditerranée à Nice, organisé par Sophie Cruvelli, dans lequel elle interprétait le rôle d’Elsa. L’opéra a été présenté en première canadienne à l’Opéra de Vancouver le 9 février 1891 avec Emma Juch dans le rôle d’Elsa. Le Palais Garnier met en scène les travaux pour la première fois le 16 septembre suivant avec van Dyck dans le rôle de Lohengrin, Rose Caron dans le rôle Elsa, Caroline Fiérens-Peters dans le rôle Ortrude, Maurice Renaud dans le rôle de Telramund,

La première représentation de l’opéra à Chicago eut lieu le 9 novembre 1891 à l’Auditorium Building (qui fait maintenant partie de l’Université Roosevelt). La production, interprétée en italien, mettait en vedette Jean de Reszke dans le rôle de héros, Emma Eames dans Elsa et Édouard de Reszke dans le rôle principal. Heinrich.

Lohengrin a été joué pour la première fois dans le cadre du festival de Bayreuth en 1894, dans une production dirigée par la veuve du compositeur, Cosima Wagner, et interprétée par Willi Birrenkoven, Ernst van Dyck, Emil Gerhäuser, alternant avec Lohengrin, Lillian Nordica, Elsa, Marie Brema, Ortude, Demeter. Popovic comme Telramund et a été dirigé par Felix Mottl. Il a reçu 6 représentations lors de sa première saison à l’opéra que Wagner a construit pour la présentation de ses œuvres.

Une performance typique dure environ 3 heures 30 minutes à 3 heures 50 minutes.

Vols musical célèbre
Lohengrin est un opéra qui utilise beaucoup le leitmotiv, confirmant ainsi le début de la tradition wagnérienne initiée par Der fliegende Holländer. Il n’y a pas de division de l’opéra en “nombres” (arias, duos, trios, etc.). Toutefois, parmi les passages célèbres figurent le prélude au troisième acte et le célèbre choeur de noces qui le suit (Treulich geführt), qui est largement utilisé dans les cérémonies de mariage contemporaines.

Rôles
Selon la conception de Wagner, le rôle de Lohengrin est assumé par un ténor, tandis que celui d’Elsa de Brabant est celui d’une soprano. Friedrich de Telramund est un baryton et son épouse Ortrud est assumée par un mezzo-soprano. King Henry I est une basse, comme son héraut. Les quatre nobles du Brabant sont un mélange de ténors et de bas, tandis que les quatre demoiselles d’honneur sont un mélange de sopranos et de contralto. Gottfried, le frère d’Elsa, se tait dans le travail. Une chorale composée par les habitants du Brabant qui observent l’intrigue est également présente dans l’œuvre.

Théâtre municipal de São Paulo
Théâtre municipal de São Paulois, théâtre à São Paulo au Brésil, l’un des théâtres les plus importants du Brésil et l’une des cartes postales de la ville de São Paulo. Situé au centre de la ville, sur la place Ramos de Azevedo, il a été inauguré en 1911 pour répondre au désir de l’élite de São Paulo de l’époque, qui souhaitait que la ville soit à la hauteur des grands centres culturels.

Le Theatro Municipal de São Paulo a été construit dans la ville conformément aux grandes aspirations cosmopolites du début du XXe siècle. Le 27 mai 2011, le Theatro a été transféré du secrétaire de la Culture de la Ville à une fondation publique, qui gère les groupes artistiques notoires: Orquestra Sinfônica Municipal de São Paulo, Coro Lírico Municipal de São Paulo, Balé da Cidade de São Paulo, Quarteto de Cordes de São Paulo, Coral Paulistano Mário de Andrade, Orquestra Experimental de Repertório, Escola Municipal de Música de São Paulo et Escola de Dança de São Paulo. La Fondation gère également les sites: théâtre municipal de São Paulo, centrale Técnica do Theatro Municipal et Praça das Artes.

Tags: