Bibliothèque Livia Simoni, Musée Teatro alla Scala

La bibliothèque “Livia Simoni” est annexée au musée Teatro alla Scala, installé en même temps que le musée avec un noyau d’environ 10 000 volumes d’histoire et de critique théâtrale et de partitions musicales. En 1954, avec le legs testamentaire du critique de théâtre et dramaturge Renato Simoni, la bibliothèque a augmenté sa collection entière de 40 000 volumes; à la mémoire de la mère du critique, la bibliothèque porte le nom de Livia Simoni. Deux autres grandes collections ont ensuite coulé dans la bibliothèque, celle de l’acteur Ruggero Ruggeri (acquise par la Cassa di Risparmio des provinces lombardes et donnée au musée) et celle de l’écrivain Arnaldo Fraccaroli, donnée par son fils.

Aujourd’hui, le patrimoine de la bibliothèque comprend plus de 150 000 bibliothèques, ce qui en fait l’une des bibliothèques les plus importantes pour la richesse et l’exhaustivité des collections dans les domaines du théâtre, de l’opéra, de la musique et de la danse. De rares volumes du XVIe siècle relatifs aux représentations de thèmes sacrés et profanes et de contes pastoraux, des éditions illustrées de valeur du XVIIe siècle et un grand nombre de spécimens autographiés et annotés font partie du patrimoine bibliographique.

À sa création en 1913, le musée comprenait une bibliothèque d’environ 10 000 volumes, en grande partie de critiques, d’histoire théâtrale, de partitions et de biographies musicales.

Archiver
La bibliothèque au deuxième étage du Musée est dédiée à Livia Simoni conserve de merveilleux volumes sur le monde de la musique, de la danse et du théâtre. La bibliothèque a ouvert ses portes en 1913, lors de l’inauguration du musée, et elle comptait quelque 10 000 volumes.

La section des archives de la bibliothèque conserve de grandes collections de croquis d’ensembles, de figures théâtrales, de photographies, d’affiches et d’affiches, de livrets d’opéra, de lettres d’acteurs, de metteurs en scène, de compositeurs et de chanteurs qui, au fil du temps, collaborent avec le Teatro alla Scala depuis le siècle. XVII à nos jours. Il existe également de nombreuses partitions musicales manuscrites de Giuseppe Verdi, Gioachino Rossini, Giacomo Puccini et Gaetano Donizetti. Il y a aussi quelques manuscrits musicaux d’œuvres complètes, y compris: Requiem Mass de Giuseppe Verdi et Tancredi de Gioachino Rossini, ainsi que des pages et des croquis épars de Mozart, Beethoven, Puccini, Donizetti, Bellini.

Au début des années cinquante, le legs de Renato Simoni, de 54 000 volumes, agrandit la collection de la bibliothèque qui, à partir de la date de l’inauguration ultérieure, prend le nom de “Livia Simoni”, en mémoire de la mère, pour un testamentaire précis volonté.

Au fil des années, la donation des livres de Ruggero Ruggeri et Arnaldo Fraccaroli a suivi, ce qui a porté la collection à des dimensions considérables (plus de 150000 volumes) et l’a classée parmi les plus importantes d’Italie et du monde pour son secteur d’expertise.

Le volume le plus ancien contient les comédies de Plautus, imprimées à Venise par Lazzaro Soardi en 1511. Le XVIe siècle en compte 363, souvent dans des éditions d’une rare valeur; il y a plus de 400 œuvres du XVIIe siècle, tandis que la collection de volumes des siècles suivants est très riche. Les archives sont annexées à la bibliothèque, qui comprend 2 255 croquis, 6 959 croquis, 3 000 affiches théâtrales, 6 000 livrets d’opéra, 10 300 lettres autographes d’acteurs, de réalisateurs, de compositeurs et de chanteurs, 30 manuscrits musicaux d’œuvres complètes (y compris la messe de Verdi). Requiem et Rossini’s Tancredi) et 300 feuilles éparses (avec des pages de Verdi, Rossini, Donizetti, Puccini, Beethoven), 7 000 photographies et 10 000 gravures.

Le plus ancien volume de la bibliothèque est une édition des œuvres de Tito Maccio Plauto publiées à Venise en 1511 par Lazzaro Soardo. Le premier catalogue du Musée fait partie de la collection. Il a été publié un an après son inauguration. Il montre sur sa couverture une miniature de Quaglia représentant la chanteuse Giuseppina Grassini. Teatro Alla ScalaLIbretto pour la première représentation de l’opéra La Gioconda, musique d’Amilcare Ponchielli

Musée Teatro alla Scala
Le musée est en fait situé entre la via Filodrammatici et la Piazza della Scala, dans une aile latérale du bâtiment historique conçu par Giuseppe Piermarini.

La construction actuelle, datant de 1831, a été conçue par Giacomo Tazzini et a remplacé le soi-disant “Casino dei Nobili”, construit selon la conception de Piermarini en même temps que La Scala. Ce complexe est encore connu aujourd’hui sous le nom de “Casino Ricordi”. En effet, la célèbre maison d’édition musicale y était implantée depuis de nombreuses années.

Le premier noyau du musée a été créé en 1911 avec l’achat lors d’une vente aux enchères parisienne de la collection privée de l’antiquaire parisien Giulio Sambon, grand amateur de théâtre. L’achat a été rendu possible grâce à un abonnement public et une allocation gouvernementale. La cotisation était de 5 000 lires à l’époque, un chiffre considérable, qui avoisine aujourd’hui les 15 000 euros. La collection était destinée à documenter l’histoire du spectacle de l’Antiquité à la modernité, initialement sans relation avec l’activité spécifique du Teatro alla Scala. Le musée a été officiellement inauguré le 8 mars 1913.

Au cours des années suivantes, de nombreux dons et acquisitions ont été ajoutés au noyau initial de la collection. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les collections ont été déplacées vers des lieux sûrs pour être conservées et à la fin de la guerre, après la reconstruction, le musée a été réaménagé par Fernanda Wittgens. La zone d’exposition du musée se compose de quatorze salles et expose des bustes en marbre et des portraits de nombreux compositeurs, chefs d’orchestre et artistes du domaine musical européen des deux derniers siècles, des instruments de musique anciens. Certaines peintures représentent le Teatro alla Scala.