Mode victorienne tardive des femmes des années 1890

La mode féminine dans les années 1890 est caractérisée par de longues lignes élégantes, de hauts cols et la montée des vêtements de sport. C’était l’époque des grandes réformes vestimentaires guidées par l’invention de la bicyclette de sécurité surbaissée, qui permettait aux femmes de faire du vélo plus confortablement, créant ainsi le besoin de vêtements appropriés.

Réforme de la robe victorienne
La réforme vestimentaire victorienne comprenant divers réformateurs qui ont proposé, conçu, et portait des vêtements jugés plus pratiques et confortables que les modes de l’époque. Le mouvement a émergé à l’ère progressiste avec des appels à la tempérance, l’éducation des femmes, le suffrage et la pureté morale. La réforme vestimentaire a appelé à l’émancipation des «dictats de la mode», a exprimé le désir de «couvrir les membres ainsi que le torse de manière adéquate» et a promu «l’habillement rationnel». Le mouvement a eu son plus grand succès dans la réforme des sous-vêtements féminins, qui pourraient être modifiés sans exposer le porteur au ridicule social. Les réformateurs vestimentaires ont également contribué à persuader les femmes d’adopter des vêtements simplifiés pour des activités sportives comme le vélo ou la natation. Certains partisans du mouvement ont établi des salons de réforme vestimentaire, ou des devantures de magasins, où les femmes pouvaient acheter des modèles de couture pour les vêtements neufs ou les acheter directement.

Belle Epoque
L’Europe a des années d’excès (1890-1914); cela devient la belle époque (la belle époque). C’est l’époque du beau monde. Ce sont des années insouciantes et il y a un optimisme ensoleillé, de la richesse et de la décadence. Les riches gagnent beaucoup en peu de temps à travers la révolution industrielle et se retirent à la campagne pour des fêtes somptueuses et des dîners exclusifs. On s’attend à ce qu’une dame de la société s’habille plusieurs fois par jour, de la richesse sobre ou une robe de marche à une tenue de soirée impressionnante. En ce moment beaucoup de maisons de mode à Paris sont fondées. La cour britannique regorge de luxe grâce à la colonie indienne.

En 1890, la taille de la femme a été serrée avec un corset court et un modèle de sablier a été créé.La jupe est en forme de cloche et les manches en forme de ballon sont utilisées haut. En 1895 apparaît une jupe ample avec un chemisier ou une veste à manches longues. À partir de 1900, les femmes portent un long «corset de santé», qui fournit une ligne en S. Les côtes ne sont plus écrasées, mais le squelette est déformé. Certaines femmes portent des vêtements de soins de santé: des robes informes en forme de «sac» sans corset.

La mode féminine
Les styles vestimentaires des femmes à la mode perdent quelques-unes des extravagances des décennies précédentes, mais le corsage continue sans être atténué, ou même légèrement augmenté en intensité. Les robes du début des années 1890 se composaient d’un corsage serré avec la jupe froncée à la taille et tombant plus naturellement sur les hanches et les sous-vêtements que les années précédentes.

Vers le milieu des années 1890, on introduisit des manches de patte d’oie, qui grossissaient chaque année jusqu’à leur disparition vers 1906. Au cours de la même période du milieu des années 1890, les jupes prenaient une silhouette en forme de trapèze. La fin des années 1890 est revenue aux manches serrées souvent avec de petites bouffées ou des volants coiffant l’épaule, mais ajusté au poignet. Les jupes ont pris la forme d’une trompette, s’adaptant plus étroitement sur la hanche et évasant juste au-dessus du genou. Corsets dans les années 1890 ont contribué à définir la figure de sablier comme immortalisée par l’artiste Charles Dana Gibson. À la fin des années 1890, le corset s’allongeait, donnant aux femmes une légère silhouette en S qui serait populaire jusqu’à l’époque édouardienne.

Le chapeau est la capeline ornée de plumes ou de rubans.
Le manteau est porté très long, croisé avec une double rangée de boutons sur une veste cintrée avec des manches bouffantes sur le haut et serré par de longs gants au bas.
Le satin souvent décoré de velours et de paillettes est sur le chemin.
Le corsage est recueilli sur le buste ou avec un plastron et les manches sont gonflées.
Le bracelet et le collier de velours ou les rubans assortis sont les accessoires essentiels; Les colliers de ce genre sont appelés tour de cou.
Devant le bôme de la bicyclette, d’autres éléments de la combinaison apparaissent: le pantalon court et froncé aux genoux, il se porte avec des leggings ou des bas et un corsage à col rond et à manches bouffantes. Il est possible d’ajouter une jupe courte sur le pantalon ou même une jupe. Le tout avec une veste-veste flottante à larges revers portée avec ou sans cravate duveteuse qui préfigure déjà le tailleur.

Jupes évasées, corsages de veste.

1890
1891
1895

1895

1897

Robe
En 1890, la crinoline et l’agitation étaient complètement abandonnées, et les jupes s’évasaient naturellement de la taille minuscule du porteur. Il a évolué en forme de cloche, et ont été faites pour s’adapter plus serré autour de la zone de la hanche. Les encolures étaient hautes, tandis que les manches des corsages atteignaient initialement les épaules, mais leur taille augmentait en 1894. Bien que les grandes manches nécessitaient des coussins pour les maintenir en place, elles se rétrécirent vers la fin de la décennie. Les femmes ont donc adopté le style de la veste sur mesure, ce qui a amélioré leur posture et leur confiance, tout en reflétant les normes de la libération féminine précoce.

Vêtements de sport et vêtements sur mesure
L’évolution des attitudes vis-à-vis des activités acceptables pour les femmes a également rendu les vêtements de sport populaires pour les femmes, avec des exemples remarquables comme la robe de bicyclette et la robe de tennis.

Des vêtements sobres et sur mesure, adaptés du thème antérieur de la couture masculine et de la simplicité de la forme, ont été portés pour les activités de plein air et les voyages. Le chemisier, un costume avec un corsage ou une taille ajustée comme une chemise d’homme avec un col haut, a été adopté pour les vêtements de jour informels et est devenu l’uniforme des femmes qui travaillent.Les tenues de marche comprenaient des jupes à la cheville avec des vestes assorties. La notion de «tenue rationnelle» pour la santé des femmes a été un sujet largement discuté en 1891, qui a conduit au développement de la tenue de sport. Cela comprenait de larges jupes avec un chemisier ceinturé pour le hockey. En outre, le cyclisme est devenu très populaire et a conduit au développement de “costumes de cyclisme”, qui étaient des jupes plus courtes ou des “bloomers” qui étaient des tenues de style turc. Dans les années 1890, les femmes cyclistes portaient de plus en plus des bloomers en public et en compagnie d’hommes et d’autres femmes. Bloomers semblent avoir été plus communément porté à Paris qu’en Angleterre ou aux États-Unis et est devenu très populaire et à la mode. Aux États-Unis, les bloomers étaient plus destinés à l’exercice que la mode.La montée des sports collégiaux féminins américains dans les années 1890 a créé un besoin de mouvements plus libres que ne le permettaient les jupes d’exercice. À la fin de la décennie, la plupart des collèges qui admettaient des femmes avaient des équipes de basketball féminines, toutes équipées en bloomers. À travers les campus de la nation, des bloomers baggy ont été jumelés avec des blouses pour créer les premiers uniformes de gymnastique pour femmes.

La marguerite pluvieuse était un style de marche ou de jupe de sport introduit au cours de cette décennie, prétendument nommé d’après Daisy Miller, mais aussi nommé pour son aspect pratique par temps humide, car les ourlets plus courts ne pas absorber les flaques d’eau. Ils étaient particulièrement utiles pour le vélo, la marche ou les activités sportives, car les ourlets plus courts étaient moins susceptibles de s’accrocher aux mécanismes du vélo ou aux pieds, et permettaient un mouvement plus libre.

Maillots de bain a également été développé, généralement en laine bleu marine avec une longue tunique sur une culotte pleine.

Les robes de l’après-midi typiques de la période avaient des cols hauts, des tailles de guêpes, des manches bouffantes et des jupes en forme de cloche. Les robes du soir avaient un décolleté carré, une taille de guêpe et des jupes avec de longs trains.

Influence de l’habillement esthétique
Les années 1890 en Europe et en Amérique du Nord ont vu l’acceptation croissante de l’habillement artistique ou esthétique en tant que mode dominante influencée par les philosophies de John Ruskin et de William Morris. Cela a été particulièrement vu dans l’adoption de la robe de thé nonorseted pour l’usage à la maison. Aux États-Unis, pendant cette période, Dress, le magazine Jenness Miller (1887-1898), a signalé que les robes de thé étaient portées à l’extérieur de la maison pour la première fois dans des centres de villégiature estivaux à la mode.

Coiffures et coiffures
Coiffures au début de la décennie étaient tout simplement un report des styles des années 1880 qui comprenaient frange ou crépus frange sur le front ainsi que les cheveux balayés jusqu’au sommet de la tête, mais après 1892, les coiffures sont devenues de plus en plus influencés par la Gibson Girl . Vers le milieu des années 1890, les cheveux étaient devenus plus lâches et les cheveux et les franges ont progressivement disparu de la haute couture. À la fin de la décennie, les cheveux étaient souvent portés dans une grande masse avec un petit pain au sommet de la tête, un style qui serait prédominant pendant la première décennie du 20ème siècle.

Chaussures
Des souliers à patte avec une grande boucle avaient fait leur retour dans les années 1870 et ont été relancés dans les années 1890. Ce style populaire de chaussures a eu quelques noms tels que “Cromwell”, “Colonial”, et “Molière “.Dans ce temps des matériaux tels que le daim, le cuir, la dentelle et le métal ont été utilisés pour façonner la chaussure et la décorer. au marché en 1890 et était disponible dans quelques nuances pâles.

Vêtements de sport
Le passage à la mode fonctionnelle a également affecté les vêtements de sport pour femmes. Les femmes à Paris ont commencé à porter des bloomers à bicyclette dès 1893, tandis qu’en Angleterre, les bas de bicyclettes ont accueilli les robes que les femmes continuaient à porter pour la bicyclette.Les robes longues au sol ont progressivement cédé la place à des ourlets plus courts et à un style plus décontracté de vêtements de sport. De même, les maillots de bain sont également devenus plus courts et moins couverts – encore un autre exemple des débuts d’un changement de robe vers une plus grande liberté et fonctionnalité.

Galerie de style 1890-96

1 – 1890-92
2 – 1890-95
3 – 1892
4 – 1892-93
5 – 1893
6 – 1894
7 – 1895
8 – 1896
9 – 1896

1.Praskovia Tchaokovskaïa porte une robe d’après-midi à col haut avec des manches bouffantes et une ceinture ou une ceinture en tissu, Russie, 1890-1892.
2.Chemise de bain, 1890-1895, mode nautique: couleur marine et col marin et manches
Robes 3.Af après-midi de 1892 ont des tailles basses et des décolletés. Les manches ont une tête de manche haute et sont montées sur l’avant-bras. Les jupes sont plus pleines à l’arrière qu’à l’avant.
4.Les robes de soirée de 1892-3 sont dotées de manches courtes et longues, de manches bouffantes et de garnitures florales.
5.City ou costume de voyage a des pleines manches supérieures et la plénitude du dos dans la jupe.
6. Les costumes de marche de 1894 montrent des jupes plus courtes et des vestes assorties avec des manches de mouton.
7.Punch Cartoon de 1895 montre un costume de vélo à la mode.
8.Natalie Barney en 1896
9.Charvet publicité en 1896

Galerie de style 1897-99

1 – 1897
2 – 1897
3 – 1897
4 – 1898
5 – 1898
6 – 1898
7 – 1898
8 – 1898
9 – 1898-1900
10 – 1899
11-1899
12 – 1899

1.Madame Faydou porte ses cheveux dans un noeud sur le dessus de sa tête. Sa robe noire et la robe grise de sa fille (probablement un vêtement de deuil) ont des manches de mouton à la mode, 1897.
2.Catherine Vlasto porte une robe blanche avec des manches bouffantes et des nœuds en ruban.Ses cheveux sont séparés dans le centre et poufed négligemment à ses tempes, 1897.
3.1897 plaque de mode montre une forme idéalisée de la figure à la mode. La veste a une fermeture asymétrique et de nouvelles bouffées plus petites.
4. Les costumes de natation de 1898 ont des détails nautiques tels que des cols marins.
5.Dress de 1898 montre une courte, large bouffée à l’épaule sur une longue manche serrée.
6. Le corsage charvet de 1898 montre un corsage de Charvet. C’est une blouse de batiste rose finement tressée, et avec un volant en cascade blanc, également de batiste, au centre.
7.Shirt-taille de Charvet en 1898 montre une chemise-taille de Charvet. Il a un groupe de plis de chaque côté de l’avant et en arrière des épaules, et en plus a deux plis horizontaux profonds à travers le front. Un large pli de boîte au centre est bordé d’un petit volant noir, qui est également porté autour de la basque. Les manches sont nichées dans des groupes diagonaux.
8. Les chapeaux de la collection de printemps des fabricants
9.Ball robe (1898-1900) dessinée par l’un des plus grands couturiers français de la Belle Époque, Jacques Doucet, avec des caractéristiques du mouvement de la robe esthétique: «un design simpliste, mais extravagant par le choix des matériaux utilisés. est rehaussé par les sous-couches lamées solides et un sens du luxe est ajouté par le volant de dentelle cachée à l’ourlet. ”
10.1899 plaque de mode montre la jupe étroite, gored et épaule plus naturelle du début du 20ème siècle (ainsi que les résultats de corset “S-bend”).
11.La robe de thé de 1899 montre “dos Watteau” et garniture mousseuse.
12.Deux femmes dans des robes de thé à dos de Watteau avec une taille haute, 1899.

Mode Russe des années 1890

1- 1890
2- 1890
3- 1894
4- 1896
5- 1898

1.Philanthropist Olga Sergeyevna Aleksandrova-Heinz, 1890
2. Marie-Clotilde-Elisabeth Louise de Riquet, comtesse de Mercy-Argenteau, 1890
3.Napolitaine, 1894
4.Portrait de la comtesse Natalia Petrovna Golovina, 1896
5.portrait de Tevashova, 1898