L’inégalité des revenus aux Philippines

L’inégalité de revenu est la mesure dans laquelle le revenu du ménage est inégalement réparti entre une population. En d’autres termes, il fait également référence à l’écart de revenu entre ceux qui peuvent être considérés comme les riches de la population et ceux qui peuvent être considérés comme pauvres d’une population.

L’inégalité des revenus aux Philippines est la mesure dans laquelle les revenus, le plus souvent mesurés par le ménage ou l’individu, sont répartis de manière inégale aux Philippines. La différence de revenu entre les riches et les pauvres pourrait provoquer des tensions dans la société et une instabilité politique.

Vue d’ensemble
Sur la base des données recueillies, le produit intérieur brut (PIB) des Philippines a augmenté de 6,8%.

Année Taux de croissance annuel du PIB, prix constants
2008 4.153
2009 1,148
2010 7.632
2011 3,66
2012 6,801
2013 7.181
2014 6.096
Source: Philippines PIB-Taux de croissance réelle-Économie (www.indexmundi.com)

En effet, selon le directeur national de la Banque mondiale, Motoo Konishi, les Philippines sont devenues un «tigre ascendant» en Asie de l’Est. Cependant, au cours de l’exercice 2010-2011, la richesse des familles les plus riches de les Philippines, représentant 47,39% du total, représentaient 76,5% de l’augmentation du PIB pour cette année. Ainsi, les bénéfices de cette croissance économique ne se sont pas encore répercutés sur les couches les plus pauvres de la population, comme en témoignent la malnutrition et la pauvreté qui continuent de sévir dans le pays, même si l’économie semble se développer.

Selon les données recueillies en 2009, les 20% les plus pauvres de la population ne détenaient qu’une part de 4,45% du revenu national. Cela montre que la répartition de la richesse aux Philippines est inégale, car les données montrent que les 20% les plus pauvres gagnent 14 022 pesos, tandis que les 20% les plus riches atteignent 176 863 pesos.

Statistiques 2003 2006 2009
Revenu moyen par habitant (en PHP nominal)
Les plus pauvres 20 pour cent 7 015 9 494 14.022
Milieu inférieur 20 pour cent 12 461 16,747 24 396
Milieu 20 pour cent 19 476 26 404 37 606
Milieu supérieur 20 pour cent 32,014 44,247 62,129
Plus riche 20 pour cent 85.891 127.926 176 863
TOTAL 31 369 44.963 62 997
Part des 20 pour cent inférieurs dans le revenu national 4.48% 4,22% 4,45%
Ratio de Palma (tx, revenu du top 10 à 40%) 3,09 3.47 3.27
coefficient de Gini 0,495 0,516 0.506

Source: “La pauvreté et les inégalités changent-elles?”

La mesure
Index Gini
Le coefficient de Gini est également appelé indice de Gini ou ratio de Gini. Il mesure le degré d’inégalité dans la répartition du revenu familial dans un pays. Une courbe de Lorenz représente les pourcentages cumulatifs du revenu total reçu par rapport au nombre cumulé de bénéficiaires, en commençant par l’individu ou le ménage le plus pauvre. L’indice de Gini mesure l’aire entre la courbe de Lorenz et une ligne hypothétique d’égalité absolue, exprimée en pourcentage de l’aire maximale sous la ligne. Si la répartition des revenus était plus ou moins égale, l’indice serait inférieur ou proche de zéro; Si la répartition des revenus était plus inégale, l’indice serait plus élevé ou plus proche de 100. Le zéro indique une égalité parfaite, tandis que 100 indique une inégalité parfaite.

Rapport de palma
Le ratio de Palma est une mesure alternative de l’inégalité basée sur le travail de Gabriel Palma.C’est le ratio des 10% supérieurs de la part de la population dans le revenu national brut (RNB), divisé par les 40% les plus pauvres de la part du RNB de la population. Palma suggère que la politique de distribution se rapporte principalement à la lutte entre les riches et les pauvres et aux côtés des classes moyennes.

Le ratio de Palma pourrait être une bonne comparaison avec la mesure du coefficient de Gini et pourrait pallier les inconvénients de la Gini couramment utilisée.

Contexte historique
Seconde Guerre mondiale (1942-1945)
Lorsque les Japonais occupèrent les Philippines, ceux qui étaient suffisamment impitoyables pour traiter avec leurs compatriotes philippins et les forces japonaises devinrent membres de l’élite.Cependant, le nombre de personnes tombées dans les classes inférieures a augmenté et est ainsi devenu le principal problème de l’après-guerre. Le nombre de personnes tombées dans la pauvreté a augmenté en raison des combats qui ont entraîné des pertes de personnes et de biens, des destructions monumentales et des bouleversements sociaux.

Depuis que la production a été pratiquement détruite, les personnes engagées dans les activités d’achat et de vente. Pour encourager cela, les Japonais ont créé la monnaie dite “Mickey Mouse” comme monnaie pour les Philippines occupées, ce qui a provoqué une inflation. Cette inflation a eu pour effet que les prix ont atteint des niveaux astronomiques. Un bon exemple serait les matchs vendus à 100 pesos “Mickey Mouse”. Ce genre d’argent a provoqué l’inflation parce que les Japonais n’avaient aucun moyen de le soutenir, c’était donc sans valeur.

À la fin de la guerre, les installations d’irrigation dans les fermes ont été endommagées et détruites et les terres agricoles ont été négligées. Le bétail a également été réduit à 65%, ce qui a entraîné une pénurie de nourriture et, par conséquent, les chefs de famille ont rempli le nombre de membres de leur famille pour obtenir plus de nourriture, devenant ainsi des collectionneurs. En raison de cette accumulation, les prix ont augmenté et le président Osmena a donc tenté de résoudre ce problème en prescrivant des prix maximaux pour les marchandises. Cependant, en réalité, les prix réels du marché étaient beaucoup plus élevés que ceux indiqués par la commande d’Osmeña. Pour cette raison, les gens n’ont d’autre choix que de suivre les prix plus élevés fixés par les profiteurs, puisque l’argent circulait déjà.

En raison du manque de nourriture et de la dislocation économique, on pouvait voir dans les rues des personnes chercher de la nourriture ou mourir de maladie, tandis que ceux qui pouvaient tirer profit des vendeurs et profiteurs de la guerre pouvaient rejoindre la classe supérieure. Ainsi, au cours de la seconde guerre mondiale, le problème de l’inégalité des revenus, déjà présent, s’est aggravé dans la mesure où ses effets, tels que les vols, les enlèvements et les meurtres, se produisent régulièrement.

République des Philippines (1946-1972)
Après que les Philippines soient devenues une nation indépendante en 1946, la politique de la nation est restée la même qu’avant la guerre, même si en théorie, c’était une république constitutionnelle similaire à celle des États-Unis. Cependant, l’écart de revenu entre les propriétaires riches et leurs locataires et les travailleurs sans terre était si important qu’il a provoqué le problème des troubles agraires et du mouvement Huk. Ce mouvement a été écrasé par le président Ramon Magsaysay en utilisant les réformes et la force militaire. Pendant le mandat de Magsaysay, le pays a recommencé à prospérer grâce aux réparations de guerre des dépenses de la guerre de Corée du Japon et des États-Unis.

En dépit du fait que Magsaysay prenne le temps d’écouter les masses et de faire de son mieux pour développer les régions pauvres du pays, il n’a pas réussi à vraiment améliorer leur sort parce qu’il dépendait de lui pour les élever. ils avaient besoin de leur aide et il lui manquait une empreinte bleue pour les élever et en finir avec les riches. Ainsi, Magsaysay n’a pas réussi à mettre un terme à l’inégalité entre les masses et les élites.

Lorsque Diosdado Macapagal a été élu président pour succéder à Carlos P. Garcia, son plan pour l’économie indiquait qu’il comptait résoudre les inégalités de revenus en créant des conditions susceptibles de fournir plus de revenus à ceux qui ont besoin de plus pour satisfaire leurs besoins fondamentaux. a prévu de poursuivre le “programme d’austérité” du président Garcia avec son slogan de “vie simple”. Cependant, ce plan a été miné par ses camarades Kapampangans et d’autres membres de l’élite car ils ont organisé des soirées de luxe pour lui. Ainsi, la “vie simple” de Macapagal s’est avérée être une simple rhétorique et était seulement vraie pour les pauvres.

Loi martiale (1972-1991)
En 1972, le président Ferdinand Marcos a placé les Philippines dans un état de loi martiale car à cette époque, les manifestations étudiantes devenaient plus violentes pour les manifestants et les officiers de justice devenaient trop indisciplinés et incontrôlables. Selon Marcos, sa nouvelle société, qui devait être le résultat de la loi martiale, était basée sur le mécontentement des pauvres qui a mené à leur lutte contre les classes dirigeantes. Pour aider à atténuer la répartition inégale des richesses aux Philippines, Marcos a ordonné que toutes les propriétés de plus de 7 hectares soient distribuées aux locataires sans terre alors que les propriétaires recevaient une juste compensation.

Une autre réforme mise en œuvre par Marcos pendant la période de la loi martiale a été que les sociétés ont reçu l’ordre de commencer à vendre leurs actions au public afin que ces sociétés ne soient plus détenues par une seule famille et leurs amis, mais aussi Cette réforme a contribué à atténuer les inégalités de revenus dans une certaine mesure, car elle a permis de distribuer des revenus à la classe moyenne inférieure.

EDSA Revolution to the Present (1986-)
En raison du succès de la révolution EDSA, Marcos et sa famille fuiront à Hawaii et Corazon Aquino deviendra le nouveau président philippin. Lorsqu’elle a pris le pouvoir, le président Aquino a pu rétablir la démocratie et les droits fondamentaux, tels que l’ordonnance d’habeas corpus et la liberté d’expression. Cependant, quand une convention constitutionnelle a été établie pour remplacer la constitution de 1973, les délégués venaient principalement de l’ancienne élite. De plus, quand elle a redistribué les sociétés des copains, ces sociétés ont été vendues à des hommes d’affaires chinois et à des membres de l’ancienne élite. Le président Aquino était un leader honnête, mais elle n’a pas été en mesure de résoudre d’autres problèmes en raison de l’instabilité provoquée par des tentatives de coups d’État organisées par l’armée qui tentait de renverser son gouvernement.

Lorsque Fidel Ramos a succédé à Cory Aquino, il a assoupli les réglementations gouvernementales afin de permettre aux entrepreneurs d’être en mesure de concurrencer les sociétés étrangères et il a pu mettre fin à la crise de l’électricité du régime de son prédécesseur. Ramos a également été en mesure de rendre l’économie plus transparente en introduisant une réforme bancaire qui a permis aux banques locales et étrangères de faire face à la concurrence. Dans son SONA, le président Ramos a également prévu de créer des logements socialisés pour les pauvres et, plus important encore, de leur donner les outils pour mieux gagner leur vie grâce au crédit et à la réforme agraire.Le président Ramos a également juré de rendre le système fiscal plus équitable et progressif.Parallèlement, il a également élargi la TVA afin de simplifier les taxes de vente.

En 2005, la présidente Gloria Arroyo a mis en place la TVA électronique qui fixe la taxe sur la valeur ajoutée à 12%, ce qui finit par annuler l’augmentation de 25 pesos du salaire minimum. On a également dit que cette augmentation de la TVA était censée cibler les riches qui achètent plus de produits haut de gamme, mais ils peuvent la payer. Cependant, les pauvres sont plus touchés car ils doivent réduire leurs dépenses. En effet, la TVA a également pesé sur les tarifs de l’électricité, ce qui finit par réduire les revenus des pauvres en raison des dépenses supplémentaires.

Par région
Vue d’ensemble
Les données montrent que les revenus et les dépenses des familles sont cohérents entre les catégories de revenus et les régions des Philippines. Cela montre que les classes moyennes et supérieures ont des dépenses ou des dépenses moindres que le revenu. L’écart entre les revenus et les dépenses de la classe supérieure montre également une différence d’au moins 100 unités dans la région de Luzon, tandis que les Visayas et Mindanao affichent un déficit d’au moins 200 unités. On montre également que les catégories de revenus familiaux de moins de 40 000 à 60 000 à 99 999 affichent une tendance à la hausse des dépenses ou des dépenses moyennes par rapport au revenu moyen, le revenu moyen étant supérieur aux dépenses du groupe de 60 000 à 99 999.

Revenu et dépenses des familles annuelles selon la catégorie de revenu et la région 2012

Région Revenu moyen (en milliers) Dépenses moyennes (en milliers)
Moins de 40 000 40 000 – 59 999 60 000 à 99 999 100 000 – 249 999 Au dessus de 250 000 TOTAL Moins de 40 000 40 000 – 59 999 60 000 à 99 999 100 000 – 249 999 Au dessus de 250 000 TOTAL
NCR 31 51 82 176 551 379 41 61 89 172 455 325
VOITURE 31 50 81 161 526 257 32 53 79 138 346 188
Région I 30 52 81 156 477 204 33 51 76 134 327 159
Région II 29 52 82 154 476 195 28 50 76 125 286 140
Région III 32 52 81 166 474 259 43 61 89 156 347 211
Région IV – A 30 51 82 167 507 284 37 58 86 159 408 243
Région IV – B 31 50 80 150 490 179 31 47 77 125 332 138
Région V 29 51 81 148 472 162 32 53 82 138 367 163
Région VI 29 52 80 152 516 202 32 53 77 137 371 163
Région VII 29 50 79 159 487 209 32 53 77 138 344 164
Région VIII 30 51 79 145 521 166 32 51 75 125 361 132
Région IX 29 51 79 151 501 162 28 47 68 116 341 122
Région X 31 51 79 153 543 190 31 49 70 123 369 143
Région XI 31 51 81 155 470 194 33 54 79 137 329 156
Région XII 31 50 80 150 464 163 39 61 83 140 333 140
Région XIII 32 51 80 148 492 180 34 51 75 128 334 142
ARMM 35 53 81 140 400 130 42 60 85 125 254 114

Source: Revenu et dépenses annuels de la famille par catégorie de revenu et par région

Sur la base des données recueillies par l’Office philippin des statistiques, la région ayant les plus hauts revenus est la région de la capitale nationale, la plus faible étant celle de l’ARMM.

Analyse régionale
Les coefficients de Gini ont augmenté de manière constante et importante dans les régions en raison de la corrélation négative entre la croissance dans chaque région et les inégalités observées dans la région. La mesure de la croissance entre chaque région sera basée sur le Plan de développement des Philippines pour 2011-2016; un cadre de croissance inclusive, à savoir une forte croissance durable, génère des emplois de masse et réduit la pauvreté. Elle entend poursuivre une croissance et un développement économiques rapides et durables, améliorer la qualité de vie des Philippins, autonomiser les pauvres et les marginalisés et renforcer notre cohésion sociale en tant que nation et servir de guide pour la formulation de politiques et la mise en œuvre de programmes de développement pour la prochaine six ans.

Coefficient de Gini par région
Région 2006 2009 2012
Luzon
NCR 0,3988 0.4081 0.4028
VOITURE 0,4418 0,4658 0,4675
Région I 0,3953 0,4170 0,4265
Région II 0,4216 0,4560 0.4096
Région III 0.3994 0.3821 0.4084
Région IV-A 0.4082 0,4203 0,4186
Région IV – B 0,4106 0,4116 0,4476
Région V 0,4428 0,4268 0,4233
Visayas
Région VI 0,4326 0,4309 0,4754
Région VII 0,4639 0,4711 0,4712
Région VIII 0,4828 0.5008 0,4834
Mindanao
Région IX 0.5054 0,4915 0,4592
Région X 0,4806 0,4860 0,4844
Région XI 0,4225 0,4339 0,4330
Région XII 0,4006 0,4462 0,4570
Région XIII 0,4452 0,4732 0,4397
ARMM 0.3113 0.2991 0,2882

Source: coefficient de rendement GINI par région: 2006, 2009 et 2012

Les données du tableau du coefficient de Gini par région montrent une augmentation de l’inégalité des revenus sur une période de trois ans, de 2006 à 2012, par région.

Luzon (Hors Metro Manila)
L’économie de la région administrative de la Cordillera, selon le Plan de développement régional (PDR) de la NEDA, a connu une croissance stationnaire entre 2004 et 2009, mais la croissance économique est restée positive grâce aux fonds publics alloués aux routes et à la croissance du Business Process Outsourcing Center (BPO). Il espère réaliser une croissance économique soutenue et une équité environnementale et une source de ressources durable parmi les autres objectifs. En 2012, la RCA a contribué à hauteur de 12,3 milliards de dollars à l’industrie minière du pays en termes de production minière. La région I ou la région d’Ilocos ont montré une augmentation du produit intérieur brut régional et le plan de développement régional d’Ilocos pour 2011 – 2016 de NEDA montre des objectifs pour réaliser une croissance économique durable dans l’agribusiness, les infrastructures, le commerce et le tourisme et les opportunités d’emploi. La région, selon son PDR de la NEDA, a enregistré de bons résultats entre 2004 et 2012, avec des fluctuations des performances du revenu régional, de l’inflation, du travail et de l’emploi et des perspectives de développement, avec un potentiel industriel, commercial et touristique. Le Luçon central ou la région III a connu une croissance élevée et soutenue comme l’un des principaux contributeurs à la production nationale avec un lent déclin entre 1993 et ​​2009. Le PDR vise à améliorer la productivité agricole, les revenus des familles agricoles, l’accès au transport terrestre et le tourisme. les autres objectifs. CALABARZON a également propulsé son économie en ce qui concerne son agriculture, ses industries et ses MPME (micro et petites et moyennes entreprises) et l’urbanisation récente de la région avec d’autres possibilités de projets de développement tels que lotissements, centres de loisirs et complexes industriels. Avec la Région III, elle rejoint NCR comme les trois premières régions avec la plus grande part des revenus totaux générés par les sources locales, principalement des recettes fiscales. Leur PDR est centré sur le tourisme et les infrastructures, l’agroalimentaire et les technologies de l’information, les processus opérationnels et les industries créatives. MIMAROPA ou la région IV-B est la région en croissance la plus rapide en termes de GRDP en 2007, bien qu’elle ait lentement diminué au cours des dernières années en raison du taux de croissance négatif dans tous les secteurs. Ils prévoient de développer davantage leur connectivité physique, le développement de l’agriculture et du tourisme, le développement des entreprises, en particulier des petites et moyennes entreprises (MPME), les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) pour 2015; développement du logement et des établissements humains; et bonne gouvernance, selon son PDR. La région de Bicol ou la région V enregistre la croissance la plus rapide du GRDP en 2009 en raison de l’extraction minière et de l’exploitation en carrière. Malgré le positif, il y a encore des familles pauvres dans la région, principalement à cause du chômage, enraciné dans l’éducation et la spécialisation du travail. Les défis pour leur PDR concernent les besoins fondamentaux tels que l’éducation et le logement, la croissance économique dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche, de la foresterie, des mines, des carrières, de la fabrication, du commerce et du tourisme.

Visayas
Le programme intérieur régional brut (GRDP) des Visayas occidentales a connu une croissance annuelle moyenne de 5,9% entre 2004 et 2009. Ce taux était nettement supérieur à la croissance nationale de 4,7% enregistrée durant ces années. La croissance est en grande partie due au secteur de l’industrie, principalement en raison de la fabrication et de l’extraction du charbon dans l’île de Semirara, à Caluya et à Antique. Les Visayas occidentales sont également réputées pour leur économie basée sur l’agriculture, qui a réussi à croître régulièrement à 3,0% entre 2004 et 2009, sauf en 2004 où elle a connu une croissance notable de 7%. La construction de l’infrastructure au cours des dernières années a entraîné l’expansion de la section de l’industrie. En raison de cette croissance, l’économie des Visayas occidentales a augmenté sa contribution au produit intérieur brut en 2009, passant de 7,3% en 2008 à 7,6%.

Dans les Visayas centrales, l’objectif à long terme est d’être le principal centre de croissance du pays, ce qui permettrait à l’économie philippine de prendre de l’ampleur. L’objectif est de faire connaître les Visayas centrales localement et internationalement comme la première destination touristique et le centre du commerce et de l’industrie du pays. Les gouvernements Booth et privés travailleront ensemble pour accélérer la croissance de l’économie régionale à une moyenne de 7,2% à 7,7% pour la période 2011-2016.

De 2004 à 2009, le produit intérieur brut régional (GRDP) des Visayas orientales a progressé à un taux moyen de 3,6%. C’était en deçà de l’objectif du PDR de 6,1% et du taux de croissance national de 4,8%. La contribution de la région à l’économie nationale reste à 2,2%. Le déclin en 2009 était largement dû aux fortes pluies et à l’infestation de ravageurs et de maladies dans les principales zones de production. Les principaux sous-secteurs de l’économie régionale sont les sous-secteurs de l’agriculture et de la pêche, qui représentent 33,5% du PIB en région.

Mindanao (en dehors de l’ARMM)
En 2012, le taux de chômage est tombé à 4,6% après avoir atteint 5,0% en 2010. Cela s’est traduit par 48 000 nouveaux emplois et dépassait largement l’objectif de 45 000 à 50 000 nouveaux emplois par an. Le taux de sous-emploi est tombé à 26,2% en 2012, contre 28% en 2010, mais reste beaucoup plus élevé que l’objectif de fin de plan de 20%.

L’emploi dans la région a augmenté de 2,79% entre 2010 et 2012, soit un peu plus que la moyenne nationale de 2,16%. Sa contribution au taux de croissance national est d’environ 0,14%, la huitième parmi les 17 régions. Au cours de la même période, les salaires et traitements ont augmenté de 4,92%. Cependant, il reste une grande partie du secteur des travailleurs qui sont des travailleurs familiaux non rémunérés et à temps partiel. Le taux de sous-emploi élevé dans la région peut en partie impliquer une forte incidence de travailleurs dans le secteur informel, y compris dans les zones rurales et / ou agricoles.

La région a affiché le deuxième revenu familial annuel moyen le plus élevé à Mindanao en 2009, bien que inférieur à la moyenne nationale. Entre 2006 et 2009, le revenu familial annuel a augmenté de 16,2%, passant de 142 000 à 165 000 PHP. En moyenne, les revenus ont augmenté de 5,4% par an, dépassant l’objectif de 5% fixé par la région pour le PDR. L’épargne familiale annuelle moyenne dans la région a également augmenté, mais à un rythme moins rapide de 4%, passant de 25 000 PHP en 2006 à 26 000 PHP en 2009. Ce taux d’augmentation est toutefois inférieur à l’objectif d’épargne de 2% de la région.

ARMM
L’ARMM a les revenus les plus faibles de toutes les régions car il y a peu de bonnes routes et de bons moyens de transport, ainsi que des difficultés logistiques. Une autre raison expliquant le faible revenu moyen de l’ARMM est l’insurrection islamique en cours, qui déplace de nombreuses familles, ce qui cause des problèmes au gouvernement dans la mise en œuvre de politiques qui aident à réduire la pauvreté.

Cependant, la principale raison pour laquelle l’ARMM gagne très peu, malgré son autonomie, est que 93 à 94% de ses fonds proviennent toujours du gouvernement national par le biais de l’allocation de revenus interne ou de l’IRA. En conséquence, il est très dépendant du gouvernement central. Cette attribution ou attribution de taxes nationales est accordée à chaque administration locale car elle est prescrite par l’article X, section 6, de la Constitution philippine de 1987.

NCR
La région de la capitale nationale, ou RCN, en revanche, a les revenus les plus élevés de toutes les régions, principalement parce que c’est le centre économique, socioculturel et politique du pays. Sur le plan économique, cela se voit à Makati et Ortigas, qui sont les principaux quartiers d’affaires de la région. Cette région est également le siège du gouvernement philippin, même si Manille est désignée comme capitale officielle.

Une autre raison principale pour laquelle la RCN a les revenus les plus élevés, car plus de 50% de ses revenus proviennent de la fiscalité locale et d’autres sources de revenus, le reste provenant de l’allocation de recettes internes. En outre, la RCN alloue 12-13% de ses revenus à l’éducation et dispose d’un montant élevé d’économies, garantissant ainsi son indépendance vis-à-vis du gouvernement national. Cependant, la RCN est l’emprunteur le plus élevé de toutes les régions et, par conséquent, elle a également la dette la plus élevée.

Lien avec la corruption
L’une des principales causes de l’inégalité des revenus aux Philippines est sa culture politique. C’est un système de butin basé sur les relations entre les dirigeants des partis politiques et les autres politiciens et les élites locales. Ainsi, ce système client-client a créé un système dans lequel un petit nombre de familles puissantes et riches contrôlent le système politique. Grâce à cela, de puissants politiciens peuvent occuper des postes gouvernementaux avec leurs alliés et empêcher que des individus plus méritants, sans liens, puissent servir, refusant ainsi l’égalité des chances au sein du gouvernement.

Ce système de clientélisme qui cause la corruption et la corruption endémique entretient une société qui discrimine les pauvres en faveur des individus et des entreprises connectés, comme le montre un système d’imposition biaisé dont les avantages sont bien reliés. En outre, les dépenses sociales pour les marginalisés sont réduites parce que l’argent va à ceux qui ont des connexions et les projets gouvernementaux vont aux personnes bien connectées. Ainsi, le gouvernement ne peut pas distribuer les ressources de manière équitable.

Sur la base des données présentées dans un document de travail du FMI rédigé par Sanjeev Gupta, Hamid Davoodi et Rosa Terme, la corruption est source d’inégalité des revenus car elle entraîne une répartition inégale de la propriété des biens et de l’accès à l’éducation. Un niveau de corruption extrêmement élevé réduit également la progressivité du système fiscal et entrave les dépenses sociales. La cause en est que la corruption affecte à la fois l’augmentation des recettes et les dépenses publiques.

Connexion avec l’éducation
Aux Philippines, l’inégalité en matière d’éducation est l’une des principales causes de l’inégalité des revenus. Selon une étude menée par José De Gregorio, l’inégalité des revenus augmente avec l’inégalité en matière d’éducation. Sur la base du recensement de la population et du logement effectué aux Philippines en 2010, il existe une inégalité dans le niveau d’instruction le plus élevé entre hommes et femmes âgés de 5 ans et plus.

Niveau de scolarité de la population à domicile (en 2010)

Plus haut niveau de scolarité atteint Total Mâle Femelle
Élémentaire premier cycle et ci-dessous 22 507 670 12 130 365 10 377 305
Diplôme d’études secondaires 15 676 471 7 545 077 8 131 394
Diplômé de l’Université 8,291,282 3,642,352 4 648 930

Aux Philippines, l’inégalité en matière d’éducation est l’une des principales causes de l’inégalité des revenus. Selon une étude menée par José De Gregorio, l’inégalité des revenus augmente avec l’inégalité en matière d’éducation. Sur la base du recensement de la population et du logement des Philippines de 2010 figurant dans le tableau ci-dessus, il existe une inégalité dans le niveau d’instruction le plus élevé entre hommes et femmes âgés de 5 ans et plus.

La corrélation entre l’inégalité des revenus et l’inégalité en matière d’éducation a été présentée dans un document de recherche de l’Institut philippin d’études sur le développement qui a révélé que “les inégalités de revenus et les inégalités dans le travail et l’éducation ] processus de croissance “.

Selon le niveau d’instruction du chef de ménage
À partir de 2009

Niveau de scolarité du chef de ménage Taux de pauvreté Distribution des pauvres Répartition de la population
Au plus élémentaire diplômé 32,6 96,1 78,0
Un peu de lycée 7.5 3.3 11.7
Au-delà du lycée 1.6 0,6 10.3
Total 26,5 100.0 100.0

Sur la base des données recueillies par Albert et. al, “l’éducation est en corrélation avec le niveau de vie: pratiquement 19% des personnes pauvres en 2009 appartiennent à des ménages où la tête est peu ou pas scolarisée. Le manque d’éducation du chef de famille limite le potentiel de revenu du ménage”.

Jeunes non scolarisés
Sur la base de l’enquête 2013 sur l’alphabétisation fonctionnelle, l’éducation et les médias, qui comptait un échantillon de 36 millions de Philippins âgés de 6 à 24 ans, 19,2% des personnes interrogées ont cité le «manque de revenu familial» comme principale raison de ne pas fréquenter l’école.

Albert, Dumagan et Martinez ont révélé dans leur étude intitulée «Inégalités de revenu, de travail et d’éducation: le défi de la croissance inclusive»: «L’éducation est la meilleure sécurité pour un avenir meilleur. plutôt élevé, d’autant plus que l’on peut s’attendre à ce que les enfants contribuent aux revenus et à la subsistance du ménage ». En outre, leur étude a montré que “lorsque les enfants sont scolarisés et exercent une activité professionnelle, ils sont plus susceptibles d’abandonner l’école. La proportion de ces enfants au travail augmente avec l’âge et est plus élevée chez les garçons que chez les filles.” Parmi ces enfants au travail, environ neuf cent soixante-dix mille sont issus de familles pauvres “.

Fiscalité et inégalité de revenu
Consommation et autres taxes indirectes
Aux Philippines, l’un des facteurs contribuant à l’inégalité des revenus est le système d’imposition car il se concentre sur les taxes à la consommation qui sont basées sur la quantité consommée ou achetée par une personne, quel que soit son revenu. Comme les classes à faible revenu doivent dépenser davantage pour subvenir à leurs besoins quotidiens, elles finissent par payer davantage en taxes à la consommation, contrairement aux classes à revenu élevé, qui peuvent économiser de l’argent après avoir répondu à leurs besoins.

Les impôts indirects, pas seulement la TVA, sont intrinsèquement régressifs, car ils nuisent davantage aux pauvres qu’aux riches. En effet, les contribuables, comme les propriétaires et les hommes d’affaires, peuvent simplement répercuter ces taxes sur les gens ordinaires, ce qui entraîne une perte de revenus et une augmentation des prix des biens et des services. Cela se produit parce que ces contribuables peuvent ajouter les taxes qu’ils doivent payer aux prix de leurs marchandises, ce qui leur donne un fardeau.

Impôt sur le revenu
Cependant, l’impôt sur le revenu devient également un facteur d’inégalité des revenus car, selon l’Association de gestion fiscale des Philippines, les travailleurs philippins paient l’impôt sur le revenu le plus élevé dans toute la région de l’ASEAN. Un travailleur philippin moyen est imposé à 32% tant qu’il gagne plus que le salaire minimum. Ces salariés au salaire minimum sont les seuls à être exonérés d’impôt. Les sociétés sont moins imposées que les personnes physiques à un taux d’imposition de 30%.