Categories: Architecture

Hypostyle

En architecture, une salle hypostyle a un toit soutenu par des colonnes.

Étymologie
Le mot hypostyle vient du grec ancien ὑπόστυλος hypóstȳlos qui signifie «sous les colonnes» (où όπό hypó signifie ci-dessous ou en dessous et στῦλος stŷlos signifie colonne).

Construction
L’hypostyle est transversal à l’axe longitudinal du temple et se compose d’une nef centrale gonflée et de deux bas-côtés. Le plafond d’un hypostyle est plat.

La nef centrale forme le passage de l’avant-cour à l’intérieur du temple, mais dans de nombreux temples, l’hypostyle est suivi d’une seconde salle à piliers. Ce passage est flanqué des deux côtés d’une rangée de piliers dont les colonnes sont plus hautes et de plus grand diamètre que celles des bas-côtés. Dans la partie supérieure des murs de la nef centrale se trouvent de grandes fenêtres en faîtage, qui sont généralement la seule source lumineuse de l’Hypostyle.

Dans les allées se trouvent plusieurs rangées de colonnes avec des colonnes inférieures plus minces, qui sont disposées transversalement à l’axe longitudinal de la tempe. En raison de l’incidence de lumière clairsemée dans l’Hypostyl, l’impression d’une forêt de piliers tous azimuts est créée, en particulier dans les grands temples.

Symbolisme
Dans la représentation du microcosme de la création à travers le temple égyptien lui-même, l’hypostyle symbolisait le marais de roseaux autour du monticule primitif. L’utilisation de chapiteaux de papyrus a renforcé l’impression d’être dans une forêt de plantes. Dans le temple Amon de Karnak, ce symbolisme a été développé en élevant les 137 piliers sur des bases qui rappellent la terre autour des racines des plantes de papyrus. Les grandes colonnes le long de l’axe central ont une hauteur de 23 m et se terminent par de larges chapiteaux de papyrus ouverts, les colonnes restantes étant dans des chapiteaux de papyrus fermés. Toujours dans le temple Khnoum d’Esnathe, le symbolisme des marais a été renforcé par la représentation d’insectes sur les chapiteaux des colonnes. Les architraves sur les piliers et le plafond représentaient le ciel.

Profanbau
Les grades plus élevés en Egypte ont également utilisé Hypostyl dans leurs maisons. Tout comme dans le temple, l’attention a été portée sur une séquence spatiale traditionnellement déterminée. Au-dessus de la cour principale, on arrivait dans une salle ouverte à piliers, qui était accolée à une salle de réception disposée transversalement. La pièce principale suivante était habituellement érigée sous la forme d’une salle hypostyle à quatre colonnes.

Related Post

Options techniques
Le toit peut être construit avec des linteaux de pierre, de bois ou d’autres matériaux rigides tels que la fonte, l’acier ou le béton armé. Il peut y avoir un plafond. Les colonnes peuvent avoir toutes la même hauteur ou, comme dans le cas de la Grande Salle Hypostyle à Karnak, les colonnes flanquant l’espace central peuvent être plus hautes que celles des bas-côtés, permettant des ouvertures dans le mur au-dessus des plus petites colonnes, à travers laquelle la lumière est admise sur le toit de l’allée, à travers les fenêtres à claire-voie.

Applications
La forme architecturale a beaucoup d’applications, se produisant dans la cella des temples grecs antiques et dans beaucoup de bâtiments asiatiques, particulièrement de la construction en bois.

Temple égyptien
Dans les temples égyptiens, la salle hypostyle était la salle au-delà de la salle hypopérale et antérieure aux pièces suivantes, chaque fois plus reconduite. La salle hypostyle n’avait plus accès à la ville, mais l’aristocratie l’avait fait; qu’il ne pouvait pas continuer aux zones suivantes, réservées exclusivement au pharaon et aux prêtres (ce dernier est habituellement appelé sanctum sanctorum par rapport au Temple de Jérusalem).

La plus étudiée est la grande salle hypostyle du temple d’Amon à Karnak. Sur une plante rectangulaire (comparable à la plante « basilique » romaine et paléochrétienne), elle consiste en une nef centrale de plus grande hauteur flanquée de deux nefs latérales; tous soutenus par des colonnes de chapiteaux papyriformes. Il reçoit un éclairage lumineux à travers les treillis supérieurs du vaisseau central, étant les latéraux perpétuellement à l’ombre. C’est une innovation de la 19ème dynastie, et symbolise le concept de création: la pièce représente le marais primordial (Noun) d’où émergent les tiges des plantes de papyrus ou de lotus (représentées par les colonnes et leurs chapiteaux). La lumière (aussi un concept divin) fait que les plantes qui la reçoivent (les colonnes de la nef centrale) se développent plus que celles qui restent dans les ténèbres. Les temples des Ramsès répètent ce modèle (Ramesseum, temple Khonsu à Karnak, temple d’Amon à Louxor, temple de Ptah à Memphis, temple des millions d’années à Médinet Habou, temple de Bastet à Bubastis, temple de Toth à Hermopolis) . À la fin de la période, le modèle est abandonné, mais les salles hypostyles continuent à apparaître dans les édifices ptolémaïques et romains (temple de Hathor à Dendera, temple de Khnoum à Esna, temple d’Horus à Edfou, temple de Kom Ombo).

Mosquées
Avec une combinaison de colonnes et d’arcades, la salle hypostyle est devenue l’un des deux principaux types de construction de mosquées. Dans de nombreuses mosquées, en particulier les premières mosquées de la congrégation, la salle de prière a la forme hypostyle. L’un des plus beaux exemples de mosquées à plan hypostyle est la Grande Mosquée de Kairouan (aussi appelée Mosquée d’Uqba) dans la ville de Kairouan, en Tunisie.

Moderne
L’hypostyle est largement utilisé dans l’architecture moderne.

Share