Haut couvent du couvent de la mère de Dieu, Musée national du carrelage du Portugal

Le haut choeur, où se réunissaient autrefois les religieuses de l’ancien couvent, était également appelé “la salle du trésor”, en raison du nombre de reliques stockées dans les vitrines en bois doré qui l’entouraient. Taillé dans une menuiserie étonnamment minutieuse puis dorée, cette collection de reliques n’a pas son pareil au Portugal.

Pour la plupart, les reliques représentent les bustes de certains des principaux martyrs de l’Église catholique et il existe peu d’exemples de corps entiers. Ce qui est particulièrement remarquable, c’est la modélisation des visages et des mains, traitée avec des caractéristiques individualisées, quelles que soient les époques de production. La lumière du jour qui illumine la pièce entre par des fenêtres entourées d’azulejos bleus sur blancs, représentant des héroïnes bibliques de l’Ancien Testament et des symboles de la Vierge.

Cette salle est l’un des espaces les plus importants de l’ensemble du couvent, marquée également par la présence des grands stalles du choeur, du sol en marqueterie en bois brésilien, de l’imposant tabernacle aux armoiries de D. José I (vers 1750). 1777) et la représentation de Dieu le Père entouré de figures allégoriques des vertus théologales – Foi, Espérance et Charité. En outre, il y a des peintures qui recouvrent la partie supérieure des murs et du plafond, avec des épisodes de la vie de Notre-Dame et de Jésus, ainsi que des portraits du XVIe siècle de deux des plus grands patrons du couvent: D. João III (1521- 1557) et son épouse D. Catarina d’Autriche (né en 1507 à 1578), attribué à Cristóvão Lopes (né en 1516 – déc. 1594) et daté de 1564 environ.

Couvent de la mère de Dieu
Le couvent Madre de Deus, qui appartenait autrefois à l’ordre de Santa Clara, est situé dans la partie orientale de Lisbonne et abrite à présent le musée national du carrelage. Construit en 1509 par la reine D. Leonor, épouse du roi D. João II, l’église actuelle de la Mère de Dieu, construite sur ordre de King D. João III, n’est construite qu’en 1550 environ, puis décorée sous le règne de D. Pedro II. , D. João V et D. José, entre la fin du XVIIe et le milieu du XVIIIe siècle.

Dans ce temple, la sculpture et les tuiles sont l’un des meilleurs exemples du baroque au Portugal.

Aujourd’hui, l’église Madre de Deus fait partie intégrante du musée national du carrelage, un important gardien de la mémoire de la culture portugaise.

Le musée abrite dans ses domaines une vaste collection qui explique la fabrication de la tuile, son histoire, ses tendances et d’autres aspects importants impliquant cet élément décoratif et symbolique.

En 1983, il participait à la XVIIe exposition européenne d’art, de science et de culture.

Le nom de ce couvent devait rechercher le nom du groupe de musique portugais Madredeus.

Église dorée
À la fin du XVIIe siècle, le roi D. Pedro II retourna chez les Clarisses du monastère de Madre de Deus et lui ordonna de réparer à nouveau. À cette fin, il a appelé João Rebello de Campos, procureur général de Mgr D. Jerónimo Soares et détenteur d’un grand génie pour la conception de plans de bâtiments, selon Diogo Barbosa de Machado.

Cette campagne a été particulièrement ressentie au niveau décoratif, car elle date de cette époque (vers 1670-1690), avec l’exécution des peintures des plafonds d’église, du haut choeur et du corps de l’église de l’atelier de Marcos da Cruz et de Bento Coelho da Silveira. . Les panneaux de tuiles hollandais ont été posés en 1686 aux frais de Luís Correia da Paz, un député du tribunal de commerce brésilien, qui, en retour, a été autorisé par les religieuses à s’enterrer dans une tombe et dans un tombeau. église du couvent. En plus des peintures et des carreaux, l’église a reçu des autels dorés, ainsi que des dorures dans les encadrements des peintures décorant l’église et le haut choeur.

En 1707, le frère Augustin de Santa Maria a témoigné devant les œuvres baroques du XVIIe siècle: l’église a un ciel ouvert; non seulement pour la consolation spirituelle reçue par toutes leurs âmes, mais aussi pour les ornements, les aceyo et leurs richesses, qui sont tous cuits à l’or; et orné de peintures riches et excellentes.

Le règne du roi Jean V a apporté de nouvelles campagnes décoratives au monastère. Sous la direction du père José Pacheco da Cunha, une nouvelle sacristie fut construite (1746-1750), où furent peints le peintre André Gonçalves, le maître sculpteur Félix Adauto da Cunha, le charpentier António da Silva, le maître serrurier Manuel da Rocha et les fermiers Luís. João et Amaro Gonçalves. Parallèlement, la sculpture du haut choeur et de l’église (voûte de la croisière) a également commencé à se renouveler au cours de ces années. À ce sacre est également due la campagne décorative de la Maison de l’Anté-choeur avec des peintures représentant la vie de Saint-Antoine attribuées à l’atelier d’André Gonçalves.

Le tremblement de terre de 1755 provoqua des ruines dans le bâtiment, en particulier dans l’église, avec l’effondrement de murs à moitié étouffés, la destruction de l’autel principal, la chute de peintures provenant du plafond de l’église et le haut choeur.

King D. José a financé les travaux d’arrangement qui consistaient en la réalisation d’une nouvelle galerie, la restauration et la production de nouveaux tableaux. Le peintre André Gonçalves et le sculpteur Félix Adauto ainsi que les doreurs Vicente Ribeiro, José Joaquim et le menuisier Mestre Bernardino ont à nouveau participé à cette campagne. Les premiers artistes ont documenté la peinture de trois nouveaux panneaux d’huile pour l’église et l’exécution de la chaire dorée, respectivement.

Tout cet ensemble a produit dans la grande émotion fidèle du fait de la décoration totale des espaces, caractéristiques du baroque, et de la richesse des matériaux (bleu des carreaux, doré de la gravure, polychrome des peintures à l’huile) contribuant à illustrer le concept d’art total.

Musée National Azulejo
Le Musée national des carreaux du Portugal est un musée d’art de Lisbonne, au Portugal, consacré à l’azulejo, carrelage traditionnel du Portugal et de l’ancien empire portugais, ainsi qu’à d’autres cultures ibériques. Installée dans l’ancien couvent de Madre de Deus, la collection du musée est l’une des plus importantes du monde en céramique.

Le Museu Nacional do Azulejo est installé dans l’ancien couvent de Madre de Deus fondé en 1509 par la reine Leonor. Sa collection présente l’histoire des carreaux émaillés au Portugal, de la seconde moitié du XVème siècle à nos jours, prouvant que les carreaux demeurent une expression vivante et identitaire de la culture portugaise.

Occupant différents espaces dans les anciennes ailes du couvent du bâtiment, l’exposition permanente du MNAz documente l’histoire de la tuile au Portugal du XVIe siècle à nos jours.

En lien étroit avec le patrimoine de carreaux présenté, d’autres objets en céramique appartenant aux collections du musée sont intégrés au discours de l’exposition.