Informatique verte

L’informatique verte, les TIC vertes, conformément à la Fédération internationale des TIC mondiales et vertes «IFGICT», l’informatique verte ou la durabilité des TIC, est l’étude et la pratique de l’informatique ou de l’informatique écologiquement durable.

Les objectifs de l’informatique verte sont similaires à ceux de la chimie verte: réduire l’utilisation de matières dangereuses, maximiser l’efficacité énergétique pendant la durée de vie du produit, la recyclabilité ou la biodégradabilité des produits et des déchets d’usine. L’informatique verte est importante pour toutes les classes de systèmes, allant des systèmes portables aux grands centres de données.

De nombreux départements informatiques d’entreprise disposent d’initiatives d’informatique verte pour réduire l’impact environnemental de leurs opérations informatiques.

En 1992, l’Environmental Protection Agency des États-Unis a lancé Energy Star, un programme d’étiquetage volontaire conçu pour promouvoir et reconnaître l’efficacité énergétique des moniteurs, des équipements de contrôle du climat et d’autres technologies. Cela a entraîné l’adoption généralisée du mode veille parmi les appareils électroniques grand public. Parallèlement, l’organisation suédoise TCO Development a lancé le programme de certification TCO pour promouvoir la réduction des émissions magnétiques et électriques des écrans d’ordinateur à écran cathodique. Ce programme a par la suite été élargi pour inclure des critères relatifs à la consommation d’énergie, à l’ergonomie et à l’utilisation de matières dangereuses dans la construction.

Réglementation et initiatives de l’industrie
L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié une enquête sur plus de 90 initiatives gouvernementales et industrielles sur les «TIC vertes», à savoir les technologies de l’information et de la communication, l’environnement et le changement climatique. Le rapport conclut que les initiatives ont tendance à se concentrer sur l’écologisation des TIC elles-mêmes plutôt que sur leur mise en œuvre effective pour lutter contre le réchauffement climatique et la dégradation de l’environnement. En général, seulement 20% des initiatives ont des objectifs mesurables, les programmes gouvernementaux tendant à inclure des objectifs plus fréquemment que les associations professionnelles.

Gouvernement
De nombreuses agences gouvernementales ont continué à mettre en œuvre des normes et réglementations encourageant l’informatique verte. Le programme Energy Star a été révisé en octobre 2006 pour inclure des exigences d’efficacité plus strictes pour le matériel informatique, ainsi qu’un système de classement à plusieurs niveaux pour les produits approuvés.

En 2008, 26 États américains ont mis en place des programmes de recyclage à l’échelle de l’État pour les ordinateurs obsolètes et les équipements électroniques grand public. Les lois imposent une “taxe de récupération anticipée” pour chaque unité vendue au détail ou obligent les fabricants à récupérer le matériel à disposition.

En 2010, le président Obama a signé la loi américaine sur le redressement et le réinvestissement (ARRA). Le projet de loi a investi plus de 90 milliards de dollars dans des initiatives vertes (énergies renouvelables, réseaux intelligents, efficacité énergétique, etc.). En janvier 2010, le Département américain de l’énergie a octroyé 47 millions de dollars US à ARRA pour améliorer l’efficacité énergétique de centres de données. Les projets ont fourni des recherches pour optimiser le matériel et les logiciels du centre de données, améliorer la chaîne d’alimentation et les technologies de refroidissement des centres de données.

Industrie
L’initiative Climate Savers Computing Initiative (CSCI) est un effort visant à réduire la consommation d’énergie électrique des ordinateurs dans les états actif et inactif. Le CSCI fournit un catalogue de produits écologiques de ses organisations membres, ainsi que des informations pour réduire la consommation d’énergie des PC. Il a été lancé le 2007-06-12. Le nom provient du programme Climate Savers du Fonds mondial pour la nature, lancé en 1999. Le WWF est également membre de l’Initiative informatique.
Le Conseil de l’électronique verte offre l’outil d’évaluation environnementale des produits électroniques (EPEAT) pour faciliter l’achat de systèmes informatiques plus écologiques. Le Conseil évalue le matériel informatique sur 51 critères – 23 requis et 28 facultatifs – qui mesurent les attributs d’efficacité et de durabilité d’un produit. Les produits sont classés or, argent ou bronze, en fonction du nombre de critères facultatifs qu’ils rencontrent. Le 24/01/2007, le président George W. Bush a publié le décret-loi 13423, qui exige que toutes les agences fédérales américaines utilisent EPEAT lors de l’achat de systèmes informatiques.
The Green Grid est un consortium mondial dédié à la promotion de l’efficacité énergétique dans les centres de données et les écosystèmes informatiques d’entreprise. Elle a été fondée en février 2007 par plusieurs sociétés clés du secteur: AMD, APC, Dell, HP, IBM, Intel, Microsoft, Rackable Systems, SprayCool (acheté en 2010 par Parker), Sun Microsystems et VMware. La grille verte s’étend depuis à des centaines de membres, y compris des utilisateurs finaux et des organisations gouvernementales, tous axés sur l’amélioration de l’efficacité de l’infrastructure des centres de données.
La liste Green500 évalue les superordinateurs en fonction de leur efficacité énergétique (mégaflops / watt), ce qui favorise l’efficacité plutôt que la performance absolue.
Green Comm Challenge est une organisation qui encourage le développement de technologies et de pratiques de conservation de l’énergie dans le domaine des technologies de l’information et des communications (TIC).
La spécification Energy TPC (Transaction Processing Performance Council) augmente les tests de performance existants en permettant des publications facultatives de mesures énergétiques parallèlement aux résultats de performance.
SPECpower est la première référence de l’industrie à mesurer la consommation d’énergie par rapport aux performances des ordinateurs de classe serveur. SPECweb, SPECvirt et VMmark sont d’autres indicateurs de performance qui mesurent l’efficacité énergétique.

Approches
Les systèmes informatiques modernes reposent sur un mélange complexe de personnes, de réseaux et de matériel. À ce titre, une initiative informatique verte doit également couvrir tous ces domaines. Une solution peut également nécessiter la satisfaction des utilisateurs finaux, la restructuration de la gestion, la conformité réglementaire et le retour sur investissement. Les entreprises ont également des motivations fiscales considérables pour prendre en main leur propre consommation électrique; “Parmi les outils de gestion de l’énergie disponibles, l’un des plus puissants peut être simple, simple et logique.”

Longévité du produit
Gartner soutient que le processus de fabrication de PC représente 70% des ressources naturelles utilisées dans le cycle de vie d’un PC. Plus récemment, Fujitsu a publié une analyse du cycle de vie (ACV) d’un ordinateur de bureau qui montre que la fabrication et la fin de vie représentent la majorité de l’empreinte écologique de ce bureau. Par conséquent, la plus grande contribution à l’informatique verte consiste généralement à prolonger la durée de vie de l’équipement. Un autre rapport de Gartner recommande de “rechercher la longévité du produit, y compris l’évolutivité et la modularité”. Par exemple, la fabrication d’un nouveau PC produit une empreinte écologique beaucoup plus grande que la fabrication d’un nouveau module de mémoire vive pour en améliorer un existant.

Conception du centre de données
Les centres de données sont de gros consommateurs d’énergie, représentant entre 1,1% et 1,5% de la consommation totale d’énergie mondiale en 2010. Le US Department of Energy estime que les installations de centres de données consomment jusqu’à 100 à 200 fois plus d’énergie que les immeubles de bureaux standard.

La conception d’un datacenter écoénergétique doit prendre en compte tous les aspects de la consommation d’énergie inclus dans un centre de données: de l’équipement informatique aux équipements HVAC (chauffage, ventilation et climatisation) à l’emplacement, la configuration et la construction du bâtiment.

Le Department of Energy des États-Unis spécifie cinq domaines principaux sur lesquels concentrer les meilleures pratiques en matière de conception de centres de données économes en énergie:

Systèmes de technologie de l’information (TI)
Conditions environnementales
Gestion de l’air
Systèmes de refroidissement
Systèmes électriques
Parmi les autres possibilités de conception éconergétique spécifiées par le Département de l’énergie des États-Unis figurent la production électrique sur site et le recyclage de la chaleur perdue.

La conception d’un centre de données écoénergétique devrait permettre de mieux utiliser l’espace du centre de données et d’accroître les performances et l’efficacité.

En 2018, trois nouveaux brevets américains utilisent la conception d’installations pour refroidir et produire simultanément de l’énergie électrique en utilisant la chaleur résiduelle interne et externe. Les trois brevets utilisent la conception de silo pour stimuler l’utilisation de la chaleur résiduelle interne, tandis que la recirculation de l’air refroidit les racks de calcul du silo. Le brevet US 9 510 486 utilise l’air de recirculation pour la production d’énergie alors que le brevet américain 9 907 213 oblige la recirculation du même air et le brevet américain 10 020 436 utilise des différences thermiques résultant en une consommation d’énergie négative. L’efficacité négative de l’utilisation de l’électricité utilise des différences extrêmes entre les températures exécutant parfois les installations informatiques, qu’elles ne fonctionneraient que depuis des sources externes autres que l’utilisation de l’énergie pour l’informatique.

Optimisation du logiciel et du déploiement

Efficacité algorithmique
L’efficacité des algorithmes affecte la quantité de ressources informatiques requises pour toute fonction informatique donnée et les programmes d’écriture comportent de nombreux compromis d’efficacité. Les changements d’algorithme, tels que le passage d’un algorithme de recherche lent (par exemple linéaire) à un algorithme de recherche rapide (par exemple, haché ou indexé) peuvent réduire l’utilisation de ressources pour une tâche donnée de substantielle à proche de zéro. En 2009, une étude menée par un physicien de Harvard a estimé que la recherche Google moyenne avait permis de libérer 7 grammes de dioxyde de carbone (CO₂). Toutefois, Google a contesté ce chiffre, arguant qu’une recherche classique ne produisait que 0,2 gramme de CO₂.

Allocation de ressources
Les algorithmes peuvent également être utilisés pour acheminer des données vers des centres de données où l’électricité est moins chère. Des chercheurs du MIT, de l’Université Carnegie Mellon et d’Akamai ont testé un algorithme d’allocation de l’énergie qui achemine avec succès le trafic vers le site avec les coûts d’énergie les moins élevés. Les chercheurs prévoient des économies d’énergie pouvant atteindre 40% si l’algorithme proposé devait être déployé. Cependant, cette approche ne réduit pas réellement la quantité d’énergie utilisée; cela réduit seulement le coût pour l’entreprise qui l’utilise. Néanmoins, une stratégie similaire pourrait être utilisée pour orienter le trafic sur l’énergie produite de manière plus écologique ou efficace. Une approche similaire a également été utilisée pour réduire la consommation d’énergie en acheminant le trafic hors des centres de données en période de canicule. Cela permet d’arrêter les ordinateurs pour éviter d’utiliser la climatisation.

Les grands serveurs sont parfois situés là où l’énergie et la terre sont peu coûteuses et facilement disponibles. La disponibilité locale d’énergie renouvelable, le climat qui permet à l’air extérieur d’être utilisé pour le refroidissement, ou de les localiser là où la chaleur qu’ils produisent peut être utilisée à d’autres fins, pourraient être des facteurs dans les décisions concernant l’implantation écologique.

Les approches visant à réduire réellement la consommation d’énergie des dispositifs de réseau grâce à des techniques de gestion de réseau / dispositif appropriées sont examinées. Les auteurs ont regroupé les approches en quatre stratégies principales: (i) débit de liaison adaptatif (ALR), ) Une infrastructure à la pointe de l’énergie et (iv) des applications Max Energy Aware.

La virtualisation
La virtualisation informatique fait référence à l’abstraction des ressources informatiques, par exemple le processus d’exécution de plusieurs systèmes informatiques logiques sur un ensemble de matériels physiques. Le concept est né avec les systèmes d’exploitation mainframe IBM des années 1960, mais il a été commercialisé pour les ordinateurs compatibles x86 uniquement dans les années 1990. Avec la virtualisation, un administrateur système peut combiner plusieurs systèmes physiques en machines virtuelles sur un seul système puissant, débranchant ainsi le matériel d’origine et réduisant la consommation d’énergie et de refroidissement. La virtualisation peut aider à répartir le travail de sorte que les serveurs soient occupés ou en état de veille à faible consommation. Plusieurs sociétés commerciales et projets open source proposent désormais des progiciels permettant une transition vers l’informatique virtuelle. Intel Corporation et AMD ont également développé des améliorations propriétaires de la virtualisation du jeu d’instructions x86 dans chacune de leurs gammes de produits afin de faciliter l’informatique virtuelle.

De nouvelles technologies virtuelles, telles que Linux Containers, peuvent également être utilisées pour réduire la consommation d’énergie. Ces technologies permettent une utilisation plus efficace des ressources, réduisant ainsi la consommation d’énergie par conception. De plus, la consolidation des technologies virtualisées est plus efficace que celle des machines virtuelles, de sorte que davantage de services peuvent être déployés sur la même machine physique, ce qui réduit la quantité de matériel nécessaire.

Serveurs de terminaux
Les serveurs de terminaux ont également été utilisés dans l’informatique verte. Lors de l’utilisation du système, les utilisateurs d’un terminal se connectent à un serveur central. toute l’informatique réelle est effectuée sur le serveur, mais l’utilisateur final expérimente le système d’exploitation sur le terminal. Celles-ci peuvent être combinées à des clients légers, qui consomment jusqu’à 1/8 de la quantité d’énergie d’un poste de travail normal, ce qui entraîne une réduction des coûts et de la consommation d’énergie. Il y a eu une augmentation de l’utilisation des services de terminaux avec des clients légers pour créer des laboratoires virtuels. Des exemples de logiciels Terminal Server incluent les services Terminal Server pour Windows et le projet LTSP (Linux Terminal Server Project) pour le système d’exploitation Linux. Les clients de postes de travail distants basés sur des logiciels, tels que Windows Remote Desktop et RealVNC, peuvent offrir des fonctions client léger similaires lorsqu’ils sont exécutés sur du matériel de faible puissance et de base, qui se connecte à un serveur.

Gestion de l’alimentation
L’interface ACPI (Advanced Configuration and Power Interface), norme industrielle ouverte, permet à un système d’exploitation de contrôler directement les aspects d’économie d’énergie de son matériel sous-jacent. Cela permet à un système d’éteindre automatiquement des composants tels que des moniteurs et des disques durs après des périodes d’inactivité définies. De plus, un système peut se mettre en veille lorsque la plupart des composants (y compris le processeur et la mémoire vive du système) sont désactivés. L’ACPI est un successeur d’un précédent standard Intel-Microsoft appelé Advanced Power Management, qui permet au BIOS d’un ordinateur de contrôler les fonctions de gestion de l’alimentation.

Certains programmes permettent à l’utilisateur d’ajuster manuellement les tensions fournies à la CPU, ce qui réduit à la fois la quantité de chaleur produite et l’électricité consommée. Ce processus est appelé sous-dénombrement. Certains processeurs peuvent automatiquement sous-tension le processeur, en fonction de la charge de travail; cette technologie est appelée “SpeedStep” sur les processeurs Intel, “PowerNow!” / “Cool’n’Quiet” sur les puces AMD, LongHaul sur les processeurs VIA et LongRun avec les processeurs Transmeta.

Puissance du centre de données
Les centres de données, qui ont été critiqués pour leur demande en énergie extrêmement élevée, constituent l’un des principaux objectifs des défenseurs de l’informatique verte. Selon une étude de Greenpeace, les centres de données représentent 21% de l’électricité consommée par le secteur informatique, soit environ 382 milliards de kWh par an.

Les centres de données peuvent potentiellement améliorer leur efficacité énergétique et spatiale grâce à des techniques telles que la consolidation du stockage et la virtualisation. De nombreuses organisations visent à éliminer les serveurs sous-utilisés, ce qui se traduit par une consommation d’énergie moindre. La première étape vers cet objectif sera la formation des administrateurs de centres de données. Le gouvernement fédéral américain a fixé un objectif de réduction minimum de 10% de la consommation d’énergie des centres de données d’ici à 2011. Grâce à une technologie de refroidissement par évaporation ultra efficace, Google Inc. a réussi à réduire sa consommation à 50% la moyenne de l’industrie.

Prise en charge du système d’exploitation
Microsoft Windows a inclus des fonctionnalités de gestion de l’alimentation sur PC limitées depuis Windows 95. Celles-ci prévoyaient initialement un état de veille (suspension vers RAM) et un état de faible consommation de moniteur. D’autres itérations de Windows ont ajouté la mise en veille prolongée (suspension sur disque) et la prise en charge de la norme ACPI. Windows 2000 était le premier système d’exploitation basé sur NT à inclure la gestion de l’alimentation. Cela a nécessité des modifications majeures de l’architecture sous-jacente du système d’exploitation et un nouveau modèle de pilote matériel. Windows 2000 a également introduit la stratégie de groupe, une technologie qui permet aux administrateurs de configurer de manière centralisée la plupart des fonctionnalités Windows. Cependant, la gestion de l’alimentation ne faisait pas partie de ces fonctionnalités. Cela est probablement dû au fait que la conception des paramètres de gestion de l’alimentation reposait sur un ensemble connecté de valeurs de registre binaire par utilisateur et par machine, laissant ainsi à chaque utilisateur la possibilité de configurer ses propres paramètres de gestion de l’alimentation.

Cette approche, qui n’est pas compatible avec la stratégie de groupe Windows, a été répétée dans Windows XP. Les raisons de cette décision de conception de Microsoft ne sont pas connues et ont suscité de vives critiques. Microsoft a considérablement amélioré cette situation dans Windows Vista en remodelant le système de gestion de l’alimentation pour permettre une configuration de base par stratégie de groupe. Le support offert est limité à une seule stratégie par ordinateur. La version la plus récente, Windows 7, conserve ces limitations, mais inclut des améliorations pour la fusion par minuterie, la gestion de l’alimentation du processeur et la luminosité de l’écran. Le changement le plus important dans Windows 7 réside dans l’expérience utilisateur. L’importance du plan d’alimentation haute performance par défaut a été réduite dans le but d’encourager les utilisateurs à économiser de l’énergie.

Il existe un marché important dans les logiciels tiers de gestion de l’alimentation des PC, qui offrent des fonctionnalités autres que celles du système d’exploitation Windows. disponible. La plupart des produits intègrent les paramètres Active Directory et les paramètres par utilisateur / par machine, les plus avancés proposant des plans d’alimentation multiples, des schémas d’alimentation planifiés, des fonctionnalités anti-insomnie et des rapports sur l’utilisation de l’énergie par l’entreprise. Parmi les fournisseurs notables, citons 1E NightWatchman, Data Synergy PowerMAN (logiciel), Faronics Power Save, Verdiem SURVEYOR et EnviProt Auto Shutdown Manager.

Les systèmes Linux ont commencé à fournir une gestion de la consommation optimisée pour ordinateur portable en 2005, les options de gestion de l’énergie étant devenues monnaie courante depuis 2009.

Source de courant
Les alimentations des ordinateurs de bureau sont généralement efficaces entre 70 et 75%, dissipant ainsi l’énergie restante sous forme de chaleur. Un programme de certification appelé 80 Plus certifie une efficacité d’au moins 80% pour les UPE. En général, ces modèles sont des remplaçants directs pour les anciennes PSU moins efficaces du même facteur de forme. À compter du 20 juillet 2007, tous les nouveaux blocs d’alimentation de bureau certifiés Energy Star 4.0 doivent présenter une efficacité d’au moins 80%.

Espace de rangement
Les disques durs plus compacts (par exemple 2,5 pouces) consomment souvent moins d’énergie par gigaoctet que les disques plus gros. Contrairement aux disques durs, les disques SSD stockent les données dans la mémoire flash ou la mémoire DRAM. En l’absence de pièces mobiles, la consommation d’énergie peut être légèrement réduite pour les appareils à faible capacité basés sur le flash.

Dans une étude de cas récente, Fusion-io, fabricant d’appareils de stockage à semi-conducteurs, a réussi à réduire de 80% la consommation d’énergie et les coûts d’exploitation des centres de données MySpace, tout en augmentant les performances via plusieurs disques durs. 0. En réponse, MySpace a pu retirer plusieurs de ses serveurs.

Comme les prix des disques durs ont baissé, la capacité des fermes de stockage a augmenté pour rendre plus de données disponibles en ligne. Cela inclut les données d’archivage et de sauvegarde qui auraient été précédemment enregistrées sur bande ou autre stockage hors ligne. L’augmentation du stockage en ligne a augmenté la consommation d’énergie. La réduction de l’énergie consommée par les baies de stockage volumineuses, tout en offrant les avantages du stockage en ligne, fait actuellement l’objet de recherches.

Carte vidéo
Un GPU rapide peut être le plus gros consommateur d’énergie d’un ordinateur.

Les options d’affichage écoénergétiques comprennent:

Aucune carte vidéo – utilisez un terminal partagé, un client léger partagé ou un logiciel de partage de bureau si l’affichage est requis.
Utilisez la sortie vidéo de la carte mère – généralement de faibles performances 3D et une faible consommation.
Sélectionnez un GPU en fonction de la puissance au repos, de la puissance moyenne ou des performances par watt.

Afficher
Contrairement aux autres technologies d’affichage, le papier électronique n’utilise aucune puissance lors de l’affichage d’une image. Les moniteurs CRT utilisent généralement plus de puissance que les moniteurs LCD. Ils contiennent également des quantités importantes de plomb. Les moniteurs LCD utilisent généralement une ampoule fluorescente à cathode froide pour éclairer l’écran. Certains nouveaux écrans utilisent une série de diodes électroluminescentes (DEL) à la place de l’ampoule fluorescente, ce qui réduit la quantité d’électricité utilisée par l’écran. Les feux arrière fluorescents contiennent également du mercure, contrairement aux feux arrière à LED.

Recyclage des matériaux
Le recyclage des équipements informatiques peut empêcher la sortie des décharges de substances nocives telles que le plomb, le mercure et le chrome hexavalent et peut également remplacer des équipements qui, autrement, devraient être fabriqués, économisant ainsi davantage d’énergie et d’émissions. Les systèmes informatiques qui ont survécu à leur fonction particulière peuvent être réutilisés ou donnés à diverses organisations caritatives et organisations à but non lucratif. Cependant, de nombreux organismes de bienfaisance ont récemment imposé des exigences minimales en matière de système pour les équipements donnés. En outre, des pièces provenant de systèmes obsolètes peuvent être récupérées et recyclées dans certains points de vente et centres de recyclage municipaux ou privés. Les consommables informatiques, tels que les cartouches d’imprimante, le papier et les piles, peuvent également être recyclés.

Un inconvénient de nombre de ces systèmes réside dans le fait que les ordinateurs collectés via les lecteurs de recyclage sont souvent expédiés dans les pays en développement où les normes environnementales sont moins strictes qu’en Amérique du Nord et en Europe. La Coalition Silicon Valley Toxics estime que 80% des déchets électroniques post-consommation collectés pour le recyclage sont expédiés à l’étranger dans des pays tels que la Chine et le Pakistan.

En 2011, le taux de collecte des déchets électroniques est encore très faible, même dans les pays les plus écologiquement responsables comme la France. Dans ce pays, la collecte des déchets électroniques se situe toujours à un taux annuel de 14% entre les équipements électroniques vendus et les déchets électroniques collectés pour la période 2006-2009.

Le recyclage des anciens ordinateurs pose un problème de confidentialité important. Les anciens périphériques de stockage contiennent toujours des informations privées, telles que des e-mails, des mots de passe et des numéros de carte de crédit, qui peuvent être récupérées simplement par une personne utilisant un logiciel disponible gratuitement sur Internet. La suppression d’un fichier ne supprime pas réellement le fichier du disque dur. Avant de recycler un ordinateur, les utilisateurs doivent retirer le disque dur ou les disques durs s’il y en a plusieurs, et les détruire physiquement ou les stocker dans un endroit sûr. Il existe des entreprises de recyclage de matériel autorisées auxquelles l’ordinateur peut être recyclé, et elles signent généralement un accord de confidentialité.

Cloud computing
Le cloud computing répond à deux défis majeurs en matière de TIC liés à l’informatique verte: la consommation d’énergie et la consommation de ressources. La virtualisation, l’environnement de provisionnement dynamique, les solutions de multi-location et de centre de données écologiques permettent au cloud computing d’augmenter considérablement les émissions de carbone et la consommation d’énergie. Les grandes entreprises et les petites entreprises peuvent réduire leur consommation d’énergie directe et leurs émissions de carbone jusqu’à 30% et 90% respectivement en déplaçant certaines applications sur site dans le cloud. Parmi les exemples courants, mentionnons les achats en ligne qui aident les gens à acheter des produits et des services sur Internet sans leur demander de conduire et de gaspiller du carburant pour se rendre à l’atelier, ce qui réduit les émissions de gaz à effet de serre liées aux voyages.

Edge Computing
Les nouvelles technologies telles que l’informatique de bord et le brouillard sont une solution pour réduire la consommation d’énergie. Ces technologies permettent de redistribuer le calcul à proximité de l’utilisation, réduisant ainsi les coûts énergétiques dans le réseau. De plus, avec des centres de données plus petits, l’énergie utilisée dans les opérations telles que la réfrigération et la maintenance est largement réduite.

Télétravail
Les technologies de téléconférence et de téléprésence sont souvent mises en œuvre dans les initiatives d’informatique verte. Les avantages sont nombreux; augmentation de la satisfaction des travailleurs, réduction des émissions de gaz à effet de serre liées aux voyages et augmentation des marges bénéficiaires résultant de la réduction des frais généraux liés aux locaux à bureaux, à la chaleur, à l’éclairage, etc. Les économies sont considérables. La consommation d’énergie annuelle moyenne des immeubles de bureaux américains dépasse les 23 kilowattheures par pied carré, la chaleur, la climatisation et l’éclairage représentant 70% de toute l’énergie consommée. D’autres initiatives connexes, telles que l’hébergement hôtelier, réduisent la superficie en pieds carrés par employé, car les travailleurs ne réservent de l’espace qu’en cas de besoin. De nombreux types d’emplois, tels que la vente, le conseil et le service après-vente, s’intègrent bien à cette technique.

La voix sur IP (VoIP) réduit l’infrastructure de câblage téléphonique en partageant le cuivre Ethernet existant. La mobilité de la voix sur IP et des postes téléphoniques a également rendu les bureaux plus pratiques.

Indices d’énergie des appareils de réseau de télécommunication
La consommation énergétique des technologies de l’information et de la communication (TIC) aux États-Unis et dans le monde a été estimée respectivement à 9,4% et 5,3% de la production totale d’électricité. La consommation d’énergie des TIC est aujourd’hui significative, même par rapport à d’autres industries. Certaines études ont tenté d’identifier les principaux indices d’énergie permettant une comparaison pertinente entre différents appareils (éléments de réseau). Cette analyse était axée sur la manière d’optimiser la consommation des périphériques et du réseau pour la télécommunication de l’opérateur. L’objectif était de permettre une perception immédiate de la relation entre la technologie de réseau et l’effet environnemental. Ces études sont au départ et le fossé à combler dans ce secteur est encore énorme et des recherches supplémentaires seront nécessaires.

Supercalculateurs
La liste inaugurale Green500 a été annoncée le 15 novembre 2007 à SC | 07. En complément du TOP500, le dévoilement du Green500 a inauguré une nouvelle ère où les superordinateurs peuvent être comparés par performance par watt.

Le centre TSUBAME-KFC-GSIC de Tokyo Institute of Technology, Made in Japan, a été un grand avantage pour le deuxième supercalculateur mondial avec 4 503,17 MFLOPS / W et 27,78 Total Power (kW) ++.

Aujourd’hui, un nouveau supercalculateur, le L-CSC du GSI Helmholtz Center, Made in Germany est devenu le supercalculateur le plus économe en énergie (ou le plus écologique) au monde. Le cluster L-CSC était le premier et le seul supercalculateur de la liste à dépasser 5 gigaflops / watt (milliards d’opérations par seconde et par watt). L-CSC est un supercalculateur hétérogène alimenté par deux accélérateurs Intel Xeon E5-260 et GPU, à savoir les GPU AMD FirePro ™ S9150. C’est la première fois qu’un superordinateur utilisant les GPU AMD occupe la première place. Chaque serveur a une mémoire de 256 Go. Connecté, le serveur via un réseau Infiniband FDR.

Education et certification
Programmes informatiques verts
Des programmes de troisième cycle et postuniversitaires dispensant une formation sur une gamme de concentrations de technologies de l’information et des stratégies durables dans le but d’éduquer les étudiants sur la façon de construire et d’entretenir des systèmes tout en réduisant les effets nocifs sur l’environnement. L’Université nationale australienne (ANU) propose “ICT Sustainability” dans le cadre de ses programmes de maîtrise en technologies de l’information et en ingénierie. L’Université Athabasca offre un cours similaire «Stratégies TIC vertes», adapté des notes de cours de l’ANU par Tom Worthington. Au Royaume-Uni, la Leeds Beckett University propose un programme MSc Sustainable Computing en modes d’accès complet et à temps partiel.

Certifications d’informatique verte
Certaines certifications démontrent qu’une personne possède des connaissances spécifiques en informatique verte, notamment:

Green Computing Initiative – GCI propose les certifications Certified Green Computing User Specialist (CGCUS), Certified Green Computing Architect (CGCA) et Certified Green Computing Professional (CGCP).
CompTIA Strata Green IT est conçu pour que les responsables informatiques puissent démontrer qu’ils ont une bonne connaissance des pratiques et des méthodes informatiques écologiques et qu’il est important de les intégrer dans une organisation.
Le certificat de la Fondation ISEB (Information Systems Examination Board) en technologies de l’information et de la technologie verte est approprié pour démontrer une compréhension et une compréhension générales de l’informatique verte et où sa mise en œuvre peut être bénéfique.
Singapore Infocomm Technology Federation (SiTF) Certifié Green IT Professional de Singapour est une certification de niveau professionnel approuvée par l’industrie et proposée avec des partenaires de formation agréés par SiTF. La certification nécessite l’achèvement d’un cours de base de quatre jours dirigé par un instructeur, plus un cours optionnel d’une journée auprès d’un fournisseur autorisé.
Australian Computer Society (ACS) L’ACS propose un certificat de «Green Technology Strategies» dans le cadre du programme de formation professionnelle en informatique (CPEP). L’attribution d’un certificat nécessite la réalisation d’un cours en ligne de 12 semaines conçu par Tom Worthington, avec des travaux écrits.
Fédération internationale des TIC mondiales et vertes “IFGICT” – promeut Green IT Professional, la certification nécessite un minimum de 2 ans dans l’industrie des TIC. IFGICT est un fournisseur de services présélectionné par la CCNUCC – CDM.

Ressources des blogs et du Web 2.0
De nombreux blogs et autres références créées par les utilisateurs peuvent être utilisés pour obtenir plus d’informations sur les stratégies, technologies et avantages commerciaux de l’informatique verte. De nombreux étudiants en gestion et en ingénierie ont contribué à sensibiliser davantage à l’informatique verte.

Évaluations
Depuis 2010, Greenpeace maintient une liste de notations de sociétés technologiques de premier plan dans plusieurs pays en fonction de la propreté de l’énergie consommée par cette entreprise, allant de A (le meilleur) à F (le pire). Ce classement a été certifié par le Dr Jordan Kennedy de l’Université de Cambridge et son mari, le professeur Cory Richards. Ces hommes ont fait de nombreuses années de recherche sur les TIC vertes.