Principe de construction écologique

La construction verte désigne les systèmes de construction ou d’établissement de maisons, de refuges ou d’autres constructions, réalisés avec des matériaux à faible impact environnemental ou écologique, recyclés, recyclables ou extra par des procédés simples et peu coûteux comme par exemple les matériaux d’origine végétale. et biocompatibles et qui ne supposent aucune toxicité pour l’homme et l’environnement.

Selon le travail Bioethics:

La prise de conscience de l’environnement conduit à la formulation de modèles ou à l’application de techniques de conception et de construction de bâtiments écologiques, de constructions durables, de processus constructifs en faveur d’architectures terrestres évoquant la présence de quatre éléments: terre, eau, air. et le feu, dans les processus de la vie en proportion juste, où si nous analysons cette proportion pour approcher l’optimum, d’un point de vue biologique, qui considère la résonance entre l’architecture et ses habitants, ces architectures terrestres seraient valorisées la pierre pour les fondations, le bois pour les plafonds, l’argile cuite pour les toits et les formes données à ces matériaux, résolvent l’harmonie de ces éléments. La terre et sa forme symbolique associée, le cercle, ont historiquement résolu les fondements de l’architecture du logement.

Principes de construction écologique
Les principes de la bioconstruction sont les principes généraux de l’environnementalisme: ils partent du désir de faire prendre conscience aux gens que la planète est notre foyer et qu’il est de notre responsabilité de la prendre en charge et de la préserver avec nous et les générations futures. les personnes qui l’habitent dans des conditions optimales, et considère que toute activité d’un être vivant a des répercussions sur les autres et provoque des réactions dans l’environnement, tangibles ou non, à plus ou moins long terme, plus ou moins éloignées. reste des êtres vivants, de la planète et ils ont un grand impact au-delà d’eux-mêmes.

La construction a un impact important sur l’environnement. La bioconstrucción a l’intention de la minimiser, en contribuant à un développement durable, qui n’épuise pas les ressources. Il essaie également d’obtenir un habitat sain. La bioconstrucción doit être comprise comme le moyen de construire respectueux avec tous les êtres vivants.

Pour cela, les éléments suivants doivent être pris en compte:

Gestion des sols
Gestion de l’eau
Gestion de l’air
Gestion de l’énergie
Consommation et développement local

La construction écologique est donc un moyen de créer un habitat adéquat pour l’être humain, en respectant de la meilleure manière possible l’environnement dans lequel il est fabriqué et en prenant soin des éléments de la nature. Il prend également en compte des facteurs tels que la proximité et l’utilisation de matériaux faciles à utiliser, avec la plus faible dépense énergétique. L’objectif est de réduire l’impact environnemental de la construction sur l’environnement, en essayant en même temps de l’enraciner dans la société en sensibilisant non seulement les personnes qui se sentent respectueuses de la nature et soucieuses de leur santé mais construction pour leur travail ou pour le simple intérêt de construire une maison, ne connaissent pas les techniques et les matériaux à faible impact environnemental pour le bâtiment.

les tâches
Réduction du cumul (pour l’ensemble du cycle de vie du bâtiment) de l’impact négatif des activités de construction sur la santé humaine et l’environnement, obtenu grâce à l’application de nouvelles technologies et approches
Création de nouveaux produits industriels
Réduction des charges sur les réseaux énergétiques régionaux et augmentation de la fiabilité de leur travail
Création de nouveaux emplois dans la sphère intellectuelle de la production
Réduire les coûts d’entretien des nouveaux bâtiments

Normes nationales de construction écologique
Dans les pays où la construction écologique se développe, des normes nationales sont élaborées qui tiennent compte des conditions socioéconomiques et naturelles du pays: législation, politique de l’État en matière de ressources énergétiques et d’environnement, conditions climatiques, niveau de sensibilisation à l’efficacité énergétique et environnementale. problèmes entre les communautés professionnelles et la population.

L’essence de l’élaboration de la norme nationale est la reformulation des seules recommandations conceptuelles des systèmes généralement reconnus d’évaluation environnementale des biens immobiliers, qui permettront de mettre en pratique le secteur national de la conception et de la construction. Par exemple, il est inapproprié d’introduire de telles recommandations dans les régions septentrionales de la Russie, telles que la production autonome d’énergie par des éoliennes et des batteries solaires. L’adaptation des normes vertes internationales vise à donner au secteur de la construction une base méthodologique pour les activités, pour la construction de logements économes en énergie, écologiques et confortables.

Les Green Building Councils, des organisations à but non lucratif spécialement créées, participent à l’élaboration et à la mise en œuvre des normes écologiques.

La coordination des conseils et d’autres sociétés de construction et de gestion axées sur l’environnement est assurée par le Conseil international des bâtiments écologiques, World Green Building Council (WorldGBC).

WorldGBC est une organisation à but non lucratif dont l’activité consiste à transmettre l’expérience des leaders de l’industrie de la construction à d’autres acteurs du marché et à fournir une plate-forme de discussion internationale pour discuter des méthodes de conception, de construction et d’architecture les plus avancées. développement durable des territoires (le concept généralement accepté est la reconnaissance de la priorité des solutions “vertes” dans l’industrie).

L’organisation a une multitude d’activités, notamment un soutien à la mise en place de conseils nationaux pour la construction écologique et des systèmes de certification permettant d’évaluer la qualité des bâtiments. Les experts de WorldGBC s’engagent dans le développement d’outils organisationnels, la promotion marketing de solutions vertes dans les principaux secteurs d’activité, le soutien à l’information des programmes WorldGBC et des conseils nationaux du bâtiment durable, ainsi que l’organisation de séances d’information indépendantes et le conseil des personnes intéressées par changement climatique et solutions vertes dans la construction et la conception.

Mesures pour la construction de bâtiments verts
La désignation de bâtiment écologique est associée à un grand nombre de pratiques et de techniques visant à réduire et à éliminer l’impact des bâtiments sur l’environnement et la santé humaine.

L’utilisation prioritaire des ressources renouvelables est souvent mise en avant, comme l’utilisation de la lumière solaire par des techniques passives, actives et photovoltaïques et l’utilisation de plantes et d’arbres sur les toits verts, dans les jardins pluviaux et pour réduire les précipitations. De nombreuses autres techniques, telles que l’utilisation de gravier comprimé pour le stationnement au lieu de béton ou d’asphalte pour améliorer le réapprovisionnement des eaux souterraines, sont également utilisées. Cependant, les bâtiments écologiques efficaces ne représentent pas seulement une collection aléatoire de technologies respectueuses de l’environnement. [12] Au contraire, ils nécessitent une planification minutieuse et systématique des ressources utilisées dans la construction – tant environnementales que de consommation – mais également l’émission de contaminants tout au long du cycle de vie d’un bâtiment.

Dans le même temps, la philosophie de l’architecture «verte» et de la planification durable repose sur l’intention de mettre en harmonie la conception d’un bâtiment avec les conditions naturelles et les ressources de son environnement. Dans ce contexte, plusieurs actions clés sont nécessaires: localiser du matériel “vert” à partir de sources locales, réduire la pollution, optimiser les systèmes et développer des énergies renouvelables localement.

Matériaux pour les bâtiments verts
Les matériaux de construction typiques généralement appelés «verts» comprennent les matières végétales à croissance rapide telles que le bambou et la paille, le bois provenant de forêts respectueuses de l’environnement, la pierre naturelle, la pierre recyclée, le métal recyclé et d’autres produits non toxiques, recyclables, renouvelables et / recyclable (par exemple trass, linoléum, laine de mouton, planches en papier, terre cuite, terre battue, argile, vermiculite, lin, sisal, algue, liège, argile expansée à grain, noix de coco, panneau de fibres de verre, grès calcique, etc.). [13] Les matériaux de construction devraient être récupérés et traités dans la zone locale du site afin de minimiser l’énergie devant être utilisée pour leur transport.

Consommation d’énergie réduite
Les bâtiments écologiques mettent souvent en œuvre des mesures pour réduire la consommation d’énergie. Afin d’accroître l’efficacité de l’enveloppe du bâtiment (le seuil entre les zones climatisées et les zones non climatisées), des fenêtres et des matériaux isolants performants sont utilisés dans les murs, les toits et les sols. Une autre stratégie – l’intégration de l’énergie solaire passive – est souvent utilisée dans les maisons à faible consommation d’énergie. La planification des fenêtres, des murs, des auvents locaux, des auvents et des arbres [14] est orientée vers l’affirmation de placer les fenêtres et les toits pour les mois d’été dans les zones ombragées. . De plus, la disposition efficace des fenêtres permet de fournir plus de lumière naturelle, réduisant ainsi l’utilisation de la lumière électrique pendant la journée. Les chauffe-eau solaires peuvent également réduire la charge énergétique.

En outre, la production sur place d’énergie renouvelable à partir de l’énergie solaire, éolienne, hydroélectrique ou de la biomasse peut avoir un impact significatif sur la performance environnementale du bâtiment. Enfin, la production d’électricité est également l’élément le plus coûteux d’un bâtiment.

Réduction des déchets
L’architecture “verte” réduit les déchets d’énergie, d’eau et de matériaux de construction. Lors de la phase de conception, l’un des objectifs devrait être de réduire la quantité de matière qui aboutit dans la décharge. Des bâtiments bien planifiés aident également à réduire la quantité de déchets générés par leurs habitants en proposant des concepts de solutions locaux tels que des seaux à compost.

Pour minimiser les impacts sur les sources ou les stations d’épuration, plusieurs options s’offrent à vous: les eaux grises (eaux usées des lave-vaisselle, machines à laver, etc.) peuvent être utilisées pour l’irrigation souterraine ou, si elles sont traitées, chasse d’eau ou lavage de voiture, sont utilisés. Les réservoirs d’eau de pluie sont utilisés de la même manière.

Les systèmes centralisés de traitement des eaux usées peuvent être coûteux et consomment beaucoup d’énergie. Une alternative à ce processus est le traitement des eaux usées en engrais, ce qui élimine les coûts inutiles et offre d’autres avantages. En collectant les déchets humains à la source et en les transmettant à une installation de biogaz semi-centrale avec d’autres déchets biologiques, il est possible de produire un engrais liquide. Ce concept a été démontré à la fin des années 1990 par une implantation à Lübeck. Le transport des déchets biologiques se déroule dans la pièce sanitaire via une toilette sous vide, car ici, avec très peu d’eau, le rinçage hygiénique peut être garanti. Dans ces pratiques, telles que le sol, des nutriments organiques sont fournis, ce qui entraîne des puits de CO2, le CO2 provenant de l’atmosphère et des émissions de gaz à effet de serre compensées. De plus, la production d’engrais artificiel coûte souvent plus cher que ce procédé. [15]

Construction durable, une approche intégrée
Impliquer l’ensemble de la chaîne des acteurs de la construction dès le début du projet de construction (phase de programmation et de conception) en suivant les étapes de la construction puis en vérifiant la pertinence des options sélectionnées et la qualité de leur mise en œuvre par les résidents et les utilisateurs, caractérise l’approche intégrée de toute approche de construction durable.

Ainsi, une approche de coût global pour un projet est préférable au coût de livraison. Cette approche économique intègre non seulement les positions d’investissement traditionnelles (telles que les coûts de conception, de gestion, de construction) mais également les coûts de maintenance et les coûts d’exploitation de déconstruction. La valorisation des énergies basées sur les ressources naturelles pour approcher les bâtiments à habitat passif (qui consomment très peu d’énergie) ainsi que l’utilisation de matériaux gris à basse énergie sont également des thèmes prioritaires à traiter.

La construction durable est également une philosophie cohérente avec la phrase “Penser globalement et agir localement”. En effet, l’impact social de tels programmes doit tenir compte des réalités sociales et économiques d’un pool d’emplois (formation professionnelle initiale et continue, innovation sociale et entrepreneuriale) et même de réalités culturelles (style de vie, identité architecturale). d’une région, traditions locales).

Natures d’œuvres
Les travaux concernés par la “Construction Durable” peuvent être de différentes tailles, allant des maisons unifamiliales aux projets immobiliers complexes pouvant se mélanger avec: des bâtiments tertiaires, des bâtiments publics, des logements collectifs, des éco-quartiers et même des sites industriels illustrant politiques de développement durable d’un territoire et d’une entreprise.

Une approche de construction durable peut impliquer des projets de réhabilitation ainsi que de nouveaux sites de construction. Au stade de la construction, certains matériaux d’un projet de construction durable peuvent être plus coûteux qu’un projet conventionnel, en utilisant des technologies de pointe, ou en fait moins chers, comme dans le cas de la paille qui réutilise les matériaux locaux vendus à faible coût. circuit.

Le budget d’investissement, qui est plus élevé, surtout si vous intégrez des technologies, peut être inférieur si le projet est bien conçu. Et lorsque ce surcoût concerne le bilan énergétique (étude thermique avancée, capteurs solaires, régulation, chaudière performante ou poêle de masse…), la différence s’inverse en quelques années (de 5 à 10 ans) par des économies d’énergie, de maintenance et entretien généré.

Ce type de construction offre généralement un meilleur confort thermique et hygro-thermique et un impact positif sur la santé des utilisateurs et des habitants grâce à l’utilisation de composants et de matériaux moins toxiques.

Matériel et équipement écologique
Ces bâtiments utilisent des matériaux de construction et une isolation écologique 2 tels c pierres, briques de terre crue, chanvre, paille (voir maison de paille), fibre de bois, laine de mouton, ouate de cellulose …

Il faut éviter autant que possible d’utiliser des matériaux dont les matières premières contiennent une grande quantité d’extraction, de fabrication ou de transport d’énergie. Sans oublier, bien sûr, la construction à ossature en bois, dont le bois provient de préférence du secteur étiqueté (PEFC pour le bois européen et FSC pour les bois tropicaux) pour la gestion durable des forêts et fournit une réponse concrète et quantifiable dans la lutte contre le réchauffement climatique . Pour améliorer encore l’isolation, il est également possible d’utiliser un toit vert ou un mur végétal.

Outre les économies d’énergie obtenues grâce à une bonne isolation, l’utilisation d’énergies renouvelables et naturelles telles que l’énergie solaire passive, les panneaux photovoltaïques, les chauffe-eau solaires, les éoliennes, l’énergie hydraulique (turbine hydraulique, moulins à eau) et toutes les énergies de la biomasse, telles que comme le bois, le biogaz, le compostage… réduisent également l’empreinte écologique.

Les écoconstructions peuvent également chercher à intégrer des systèmes de traitement des déchets (phytopurification, lagunage, composteur, toilettes sèches…) et de récupération des eaux pluviales, contribuant ainsi à l’amélioration de la résilience écologique autour du battisse.

Quelques bases du bâtiment vert

Bon emplacement
Eviter la proximité de sources émettrices de rayonnements électromagnétiques, de contamination chimique ou acoustique, telles que les usines, les grandes voies de communication, les lignes à haute tension, les sous-stations et les centres de transformation. Dans un autre ordre de choses, vous devriez également éviter de mettre en danger un écosystème ou un habitat.

Intégration dans l’environnement
Assurer la morphologie du terrain, les constructions adjacentes, les styles architecturaux traditionnels de la région, y compris la végétation du lieu et l’harmonie des formes constructives. Essayer d’intégrer plus que d’occuper. Les proportions spatiales, ainsi que les formes et les couleurs ont une grande importance dans l’harmonisation du lieu.

Design personalisé
Selon les besoins de l’utilisateur, de telle sorte que la maison s’y adapte et serve parfaitement à y développer sa vie. La bioconstrucción tente d’éviter les excès d’éléments rectilignes, les coins et les angles, ainsi que les matériaux trop rigides ou trop sollicités. Les lumières sont enregistrées avec des arches et des voûtes.

Distribution de l’espace et orientation
La distribution efficace des services ainsi que les considérations bioclimatiques, d’économie d’énergie et fonctionnelles seront abordées. Une bonne orientation sera poursuivie dans la mesure du possible. Les vitrages appropriés seront projetés pour une utilisation maximale thermique et lumineuse (murs et sols à forte inertie thermique). Emplacement des pièces peu utiles au nord: garages, garde-manger, escaliers et zones à la journée du sud. Dans les lieux de repos, il tentera d’éviter le passage de l’électricité, de l’eau ou de tout autre type de canalisation.

Utilisation de matériaux sains, biocompatibles et hygroscopiques
Ceux-ci devraient faciliter l’échange d’humidité entre la maison et l’atmosphère. La maison doit “respirer”. Les matériaux doivent être des matières premières aussi peu élaborées que possible et, si possible, utiliser les ressources de la région. Ils doivent être totalement exempts d’éléments nocifs tels que l’amiante, le polyuréthane ou le PVC. Les tuyaux sanitaires de grand diamètre peuvent être en céramique avec des raccords en caoutchouc et ceux de petit diamètre, en PP (polypropylène), PB (polybutylène) et / ou PE (polyéthylène).) Au lieu de PVC. Avec ces matériaux, les tuyaux sont plus stables, flexibles, durables et moins bruyants. Pour les conduits électriques, il existe déjà sur le marché des câbles sans halogène et sans PVC, ainsi qu’une boucle tubulaire en polypropylène. Nous éviterons les isolants et les peintures de pores fermés, plastifiés, retenant des éléments de poussière électrostatique (tapis, sols en plastique…) et tous les matériaux qui émettent des gaz toxiques lors de leur combustion. Nous devons utiliser des peintures au silicate, de l’eau, de l’huile de lin, de la colophane, des cires naturelles, etc., ainsi que des éléments décoratifs, des traitements du bois ou des lucidos et des plâtres. Dans les éléments de structure, nous utiliserons des ciments naturels ou de la chaux hydraulique. L’utilisation de l’acier devrait être limitée à l’essentiel et devrait être convenablement dérivée au sol. De nos jours, les éléments structurels en béton armé tels que les poutres, les piliers et les dalles font l’objet de maltraitances, en particulier les solives en béton armé précontraint, qui contiennent de l’acier avec une traction-torsion permanente, alors que dans de nombreux cas, ils peuvent être remplacés par des murs autoportants. fermes, arches et voûtes. D’autre part, le ciment de type Portland est composé de cendres volatiles et de scories d’acier qui affectent la durabilité et la santé de différentes manières:

Optimisation des ressources naturelles

Il est fortement recommandé de réaliser une étude des ressources locales, de manière à pouvoir déterminer les éléments naturels susceptibles de nous apporter un “travail” sans en limiter la durabilité, à savoir: Climatologie

Insolation (rayonnement solaire incident et temporalité)
Géologie et hydrologie
Pluviométrie
Vents dominants (force, temporalité et direction)
Biomasse (masse forestière)
Les écosystèmes

Au cours de l’histoire, le premier élément d’analyse pour le choix d’un lieu en tant qu’établissement humain a été l’eau. C’est l’élément primordial qui conditionne la durabilité d’un règlement. Aujourd’hui, nous devons le considérer comme une ressource rare. Un soin particulier sera apporté au traitement de l’eau, à sa collecte, à son accumulation, à son utilisation, à sa purification, à sa réutilisation et à son retour dans l’environnement naturel. La capture est pratique pour la réaliser dans une mine horizontale (si possible), sinon il faudra chercher le niveau phréatique ou une veine d’eau. Ou même canaliser et accumuler de l’eau de pluie. Les réservoirs d’eau doivent être protégés de la lumière et de la chaleur, ainsi que construits avec des matériaux naturels. Son utilisation doit être responsable et austère. Il est conseillé de séparer les eaux grises (éviers, éviers, douches) des eaux noires (toilettes) pour les traiter efficacement et de les purifier de manière biologique pour une utilisation ultérieure. Il essaiera de tirer parti de la lumière du soleil (insolation) comme élément primaire de l’éclairage et comme source d’énergie pour le chauffage des murs et des capteurs solaires. De la même manière, l’électricité peut être produite avec des panneaux photovoltaïques. Les vents dominants, leur intensité, leur direction et leur temporalité seront pris en compte. Avec cela, nous pouvons adopter des systèmes CVC basés sur le principe de “pression différentielle dans les conduits de ventilation et / ou de refroidissement”, ainsi que d’adopter des mesures pour éviter les conditions possibles en plaçant des écrans biologiques. Mettre en œuvre des éléments pour la climatisation naturelle, tels que peuplements forestiers, lagunes, couchers de soleil thermosolaires, serres,

Mise en place de systèmes et d’équipements pour réaliser des économies
Utilisation de Bioclimatic, par le biais de systèmes de captage solaire passif, de galeries de ventilation contrôlée, de systèmes hydrologiques végétaux régulant la température et l’humidité. Ventilation par bain thermosolaire. Eaves bien conçues. De préférence, des murs autoportants qui offrent une inertie thermique, avec isolation à l’extérieur. Sur les façades ventilées à forte isolation, des écrans ventilés peuvent être incorporés. Végétation vivace au nord et expirant, au sud, à l’est et à l’ouest. Lorsque le temps le permet, il est commode d’intégrer une couverture de plaine inondable. Atomiseurs pour économiser l’eau dans les robinets. Ceux qui sont utilisés pour la douche doivent être thermostatiques. Équipement de mobilier à faible impact avec une configuration ergonomique, des appareils à faible consommation d’énergie à faible émissivité électromagnétique et ionique, aucune émission hyperfréquence et des ondes gamma, etc. avec une mise à la terre adéquate, ne dégageant aucun gaz nocif et Il faut tenir compte non seulement de la disposition optimale du mobilier, mais également de sa forme et de ses contours géométriques.

Incorporation de systèmes et d’équipements de production propres
Après une étude des ressources naturelles du lieu et des besoins à couvrir, nous pouvons déterminer les systèmes les plus adéquats pour obtenir l’énergie dont nous avons besoin, tels que:

Énergie solaire thermique avec panneaux plats, concentrateurs ou tubes à vide pour couvrir les besoins en eau chaude sanitaire et en chauffage. Nous pouvons également produire du froid avec de l’énergie solaire, géothermique, de la biomasse ou du biogaz, en utilisant des machines à absorption. Au moyen de fours solaires et / ou de concentrateurs paraboliques, nous pouvons obtenir l’énergie nécessaire à la cuisson des aliments dans plus de 75% des jours.

La planification des systèmes qui envisagent d’économiser ne repose pas seulement sur l’épargne intrinsèque du mécanisme installé, mais également sur le type d’utilisation de celui-ci. C’est ainsi qu’un système de capture passive solaire, mais sans régulation individuelle par pièce, ne permet pas une bonne utilisation du système. Pour intégrer efficacement le système, nous allons considérer les besoins du système séparément des systèmes de consommation, afin d’optimiser l’efficacité énergétique. 3

Géothermique dans les endroits où il existe une veine magmatique et / ou de la vapeur provenant du sous-sol, par intarcambiadores pour tous les types de traitements thermiques tels que ceux couverts par le solaire thermique.
Biomasse issue de déchets d’agroforesterie pour le soutien solaire-thermique.
Biogaz provenant des digesteurs anaérobies de la STEP pour le soutien du solaire thermique.
Energie solaire photovoltaïque pour la production d’électricité.
Hydraulique pour la production d’électricité ainsi que les machines qui nécessitent une force motrice. Son utilisation devrait être considérée comme limitée aux endroits où son impact est minimal.
Vent exactement le même que l’hydraulique. Son utilisation devrait être considérée comme limitée aux endroits où son impact est minimal.
Programme de récupération et de traitement des rejets
Séparation des déchets à la source, avec programme de recyclage et si possible réutilisation des solides inorganiques et compostage des matières organiques. Nous devons accorder une attention particulière à l’épuration des eaux usées en vue de leur utilisation ultérieure, par exemple dans l’irrigation. Dans les endroits où il y a de graves pénuries d’eau, il faut intégrer des systèmes de déshydratation organiques ou des “toilettes sèches” avec leur programme de compostage ultérieur.

Manuel d’utilisation pour son utilisation et sa maintenance
Dans lequel sont détaillées les actions que l’utilisateur doit effectuer et celles que le mainteneur professionnel doit effectuer.

Certains des matériaux de la bioconstrucción
La bioconstruction est basée sur les traditions de construction avec des matériaux de base typiques du lieu à construire, tels que l’adobe (un mélange d’argiles, de fibres végétales et parfois d’excréments secs) ou de pierre.

Balles de paille de céréales ou de graminées hautes en blocs, recouvertes de pulpes, notamment des mélanges de chaux ou d’argile pour protéger des agents extérieurs. Ce système, même s’il peut sembler très rudimentaire, permet des constructions d’une grande résistance et d’une habitabilité acceptable, avec une isolation thermique et acoustique raisonnable, ce qui permet une plus grande économie d’énergie. Il y a des maisons en ballots de paille debout depuis 150 ans. Il y a même eu un centre sportif avec ce système en Allemagne.
Fibres de jute, de chanvre et de lin dans les agglomérats ou les mortiers à la chaux, pour la préparation de briques de grande résistance et de résistance au feu, ou dans divers matériaux isolants.
Bois et dérivés (mortiers, agglomérés, etc.), tant pour les structures que pour les panneaux de fibres de bois pour l’isolation
Terres et argiles “pour la construction avec tapial, BTC, cob, adobes et techniques mixtes.
Matières plastiques recyclées, papier (notamment pour l’isolation et entre façade et cloison intérieure ou sèche), verre, etc. L’isolation avec du papier journal recyclé et rectifié, également appelé isolation cellulosique, sacs réutilisés en jute, a été appliquée pendant 25 ans, aux USA pour un siècle. Son application est très simple avec des machines spéciales par soufflage ou projection humide dans des cavités, des façades, des greniers, des toits ou des faux plafonds ou des cloisons sèches.
En règle générale, tout ce qui émerge de l’utilisation et de l’idée d’un faible impact environnemental et économique peut être inclus dans la bioconstruction.

Isolement:

d’origine végétale: cellulose, fibre de bois, liège, chanvre, coton, lin, fibre de coco, jute, fibre de sisal.
d’origine animale: laine de mouton
d’origine minérale: arlite, perlite, vermiculite, argile
Systèmes de construction:

Terre brute: tapial, adobe, bloc de terre comprimée, torchis
Terre cuite: briques cuites de toutes sortes
Avec des matières végétales: ballots de paille, coffrage en bambou, chaux et canne, charpente en bois clair

Les avantages de la mise en œuvre de l’approche
Les avantages de la certification des bâtiments, des structures et des produits conformément aux normes vertes pour les investisseurs, les propriétaires, les promoteurs, les concepteurs et les sociétés de gestion:

Plus grande compétitivité dans la promotion de son projet ou de sa solution comme respectueux de l’environnement et conforme aux principes du développement durable de l’environnement;
Garantir que lors de la construction de l’installation, des technologies conformes aux principes de base du développement durable des territoires ont été appliquées;
Activer la recherche de solutions innovantes minimisant l’impact sur l’environnement;
Réduire les coûts d’exploitation et améliorer la qualité des environnements de travail et de vie;
Le respect de la norme, qui démontre les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs environnementaux de l’entreprise et de l’organisation, donne le droit d’être appelé publiquement la Green Company dans le domaine de l’immobilier.
En d’autres termes, la certification selon les normes vertes et la réalisation d’indicateurs d’efficacité énergétique élevés constituent un avantage concurrentiel important, ce qui accroît la rentabilité du projet grâce à une réduction des loyers et des coûts, très appréciée par les investisseurs potentiels.

Avantages pour l’environnement:

Réduction significative des émissions de gaz à effet de serre, des débris et des eaux polluées;
Expansion et protection de l’habitat naturel et de la diversité biologique;
Conservation des ressources naturelles.

Avantages pour la santé et la société:

Création de conditions plus confortables dans les locaux pour la qualité de l’air, ainsi que les caractéristiques thermiques et acoustiques;
Réduire le niveau de pollution dans l’eau, le sol et l’air et, en conséquence, réduire le fardeau des infrastructures urbaines;
Amélioration de la qualité de la vie grâce à une planification urbaine optimale – placement de lieux d’emploi à proximité immédiate de zones résidentielles et d’infrastructures sociales (écoles, établissements médicaux, transports en commun, etc.).

Bénéfices économiques:

L’utilisation de bâtiments écologiques par rapport aux installations traditionnelles est économiquement plus rentable. Alors:

La consommation d’énergie est réduite de 25%, ce qui réduit le coût de l’électricité.
La réduction de la consommation d’eau de 30% conduit naturellement à une réduction significative des coûts d’approvisionnement en eau;
La réduction des coûts d’entretien du bâtiment est obtenue grâce à la qualité supérieure des outils de gestion modernes, au contrôle efficace et à l’optimisation de tous les systèmes;
L’augmentation des revenus nets actuels (par exemple, une prime de 3% sur le taux de location moyen) et la valeur des actifs immobiliers (par exemple, une prime de 10% sur la valeur commerciale) peuvent entraîner une réduction des coûts financiers et d’assurance;
Diminution du nombre de refus de baux et de biens, augmentation de la satisfaction des locataires, ce qui peut également entraîner une réduction des coûts;
La mise en œuvre des principes de la construction verte est parfaitement adaptée pour attirer l’attention du public, contribue à un retour rapide sur les espaces locatifs et à une plus grande fidélité des locataires;
Selon une étude socio-économique, les analystes prévoient une croissance annuelle de 5% du marché des matériaux de construction écologiques, passant de 455 milliards de dollars en 2008 à 571 milliards de dollars en 2013. La plupart des plus grandes entreprises de construction du monde leurs contrats pour les bâtiments écologiques d’ici 2013;
Les bâtiments construits à l’aide de technologies vertes contribuent à la préservation de la santé des personnes qui y travaillent, ce qui peut réduire les pertes liées au paiement de l’assurance maladie.
Les principes régissant la construction de bâtiments écologiques sont déjà conformes au renforcement prévu de la législation environnementale relative à la séquestration du carbone;
Réduction constante du prix de revient. La plupart des bâtiments écologiques sont plus chers que les bâtiments conventionnels de moins de 4% et, dans un avenir proche, l’utilisation des technologies vertes sera le moyen le plus efficace de réduire le coût de la construction. À l’heure actuelle, le coût supplémentaire peut être amorti pendant l’exploitation du bâtiment et est généralement compensé au cours des 3 ou 5 premières années en raison d’une réduction des coûts d’exploitation.
De nombreux investisseurs envisagent déjà la construction de bâtiments conventionnels comme une augmentation de leurs risques et une responsabilité accrue.