Politique de construction écologique

La construction verte ou la construction durable est la création, la restauration, la rénovation ou la réhabilitation d’un bâtiment en lui permettant de respecter au mieux l’écologie à chaque étape de la construction et plus tard son utilisation (chauffage, consommation, rejet de divers débits: eau , déchets). Ce concept, apparu à la fin des années 40, vise également à intégrer autant que possible la construction dans l’environnement naturel en exploitant au mieux les ressources locales, peu transformées et saines, et en milieu urbain, de travail ou rural, en favorisant le développement social. les liaisons.

Un éco-bâtiment vise à consommer peu d’énergie pour le chauffage et l’eau chaude. Sa conception bioclimatique et la composition de ses murs lui permettent de consommer le moins d’énergie supplémentaire possible, en optimisant les gains solaires, les déphasages et une ventilation bien dimensionnée. A noter qu’une maison BBC (bâtiment basse consommation) ou HQE (qualité environnementale élevée) n’est pas forcément éco-construite: il peut s’agir d’une laine de verre isolée qui augmente considérablement son coût en énergie grise et peut en réduire l’efficacité. isolation en été. Un éco-bâtiment bien exécuté aurait tendance à stocker son surplus d’énergie produit pendant les périodes creuses afin qu’il puisse être utilisé pendant les pics de consommation.

Régulation et fonctionnement
En raison de l’intérêt accru pour les concepts et les pratiques de construction écologique, un certain nombre d’organisations ont élaboré des normes, des codes et des systèmes d’évaluation permettant aux organismes de réglementation, aux professionnels de la construction et aux consommateurs d’adopter la construction écologique en toute confiance. Dans certains cas, les codes sont écrits pour que les gouvernements locaux puissent les adopter en tant que règlements afin de réduire l’impact environnemental local des bâtiments.

Des systèmes d’évaluation des bâtiments écologiques tels que BREEAM (Royaume-Uni), LEED (États-Unis et Canada), DGNB (Allemagne), CASBEE (Japon) et VERDEGBCe (Espagne) aident les consommateurs à déterminer le niveau de performance environnementale d’une structure. Ils attribuent des crédits pour des caractéristiques de bâtiment optionnelles qui soutiennent la conception écologique dans des catégories telles que l’emplacement et l’entretien du site de construction, la conservation de l’eau, de l’énergie et des matériaux de construction, ainsi que le confort et la santé des occupants. Le nombre de crédits détermine généralement le niveau de réalisation.

Les codes et normes de construction écologiques, tels que le projet de Code international de la construction écologique du Conseil international du Code, sont des ensembles de règles créées par des organismes d’élaboration de normes établissant des exigences minimales pour des éléments de construction écologique tels que matériaux ou chauffage.

Parmi les principaux outils d’évaluation environnementale des bâtiments actuellement utilisés, citons:

États-Unis: Code international de la construction écologique (IGCC)

Cadres internationaux et outils d’évaluation

Quatrième rapport d’évaluation du GIEC
Changements climatiques 2007, le quatrième rapport d’évaluation (AR4) du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies (GIEC), est le quatrième d’une série de rapports de ce type. Le GIEC a été créé par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) pour évaluer les informations scientifiques, techniques et socioéconomiques concernant le changement climatique, ses effets potentiels et les options d’adaptation et d’atténuation.

PNUE et changement climatique
Programme des Nations Unies pour l’environnement Le PNUE s’emploie à faciliter la transition vers des sociétés à faibles émissions de carbone, à soutenir les efforts de lutte contre le changement climatique, à améliorer la compréhension de la science des changements climatiques et à sensibiliser le public à ce défi mondial.

Indicateur de GES
L’indicateur de gaz à effet de serre: Lignes directrices du PNUE pour le calcul des émissions de gaz à effet de serre pour les entreprises et les organisations non commerciales

Agenda 21
L’Agenda 21 est un programme des Nations Unies (ONU) relatif au développement durable. Il s’agit d’un plan détaillé des mesures à prendre aux niveaux mondial, national et local par les organisations des Nations Unies, les gouvernements et les grands groupes dans tous les domaines dans lesquels les êtres humains ont un impact sur l’environnement. Le nombre 21 fait référence au 21ème siècle.

PSM de la FIDIC
Les Directives pour la gestion de la durabilité des projets de la Fédération internationale des ingénieurs-conseils (FIDIC) ont été créées dans le but d’aider les ingénieurs de projets et les autres parties prenantes à fixer des objectifs de développement durable pour leurs projets, reconnus et acceptés par l’intérêt de la société dans son ensemble. Le processus vise également à permettre l’alignement des objectifs du projet sur les conditions et priorités locales et d’aider les personnes impliquées dans la gestion des projets à mesurer et à vérifier leurs progrès.

Les directives de gestion de la durabilité du projet sont structurées avec des thèmes et des sous-thèmes sous les trois rubriques principales de durabilité, à savoir sociale, environnementale et économique. Pour chaque sous-thème, un indicateur de projet principal est défini, ainsi que des indications sur la pertinence de cette question dans le contexte d’un projet individuel.

Le cadre de reporting en matière de développement durable fournit aux organisations des indications pouvant servir de base à la divulgation de leurs performances en matière de développement durable, et fournit également aux parties prenantes un cadre comparable, applicable à l’univers, pour la compréhension des informations divulguées.

Le cadre de rapport contient le produit de base des lignes directrices pour le rapport de durabilité, ainsi que des protocoles et des suppléments de secteur. Les lignes directrices servent de base à tous les rapports. Ils constituent la base sur laquelle reposent toutes les autres directives en matière de création de rapports et définissent un contenu de base pour la création de rapports qui est globalement pertinent pour toutes les organisations, quels que soient leur taille, leur secteur ou leur emplacement. Les Principes directeurs contiennent des principes et des directives, ainsi que des informations standard à fournir – y compris des indicateurs – pour définir un cadre de publication que les organisations peuvent adopter de manière volontaire, flexible et incrémentielle.

Les protocoles sous-tendent chaque indicateur dans les directives et incluent les définitions des termes clés dans l’indicateur, les méthodes de compilation, le champ d’application de l’indicateur et d’autres références techniques.

Les suppléments de secteur répondent aux limites d’une approche unique. Les suppléments sectoriels complètent l’utilisation des directives de base en capturant l’ensemble unique des problèmes de durabilité auxquels sont confrontés les différents secteurs tels que l’exploitation minière, l’automobile, la banque, les agences publiques et autres.

Code d’environnement IPD
Le code de l’environnement IPD a été lancé en février 2008. Il s’agit d’une norme mondiale conforme aux bonnes pratiques en matière de mesure de la performance environnementale des bâtiments d’entreprise. Son objectif est de mesurer et de gérer avec précision les impacts environnementaux des bâtiments de l’entreprise et de permettre aux dirigeants immobiliers de générer des informations de haute qualité et comparables sur les performances de leurs bâtiments, partout dans le monde. Le code couvre un large éventail de types de bâtiments (des bureaux aux aéroports) et vise à informer et à soutenir les éléments suivants:

Créer une stratégie environnementale
Saisir la stratégie immobilière
Communiquer un engagement pour l’amélioration de l’environnement
Création d’objectifs de performance
Plans d’amélioration de l’environnement
Évaluation et mesure du rendement
Évaluations du cycle de vie
Acquisition et cession de bâtiments
Gestion des fournisseurs
Systèmes d’information et population de données
Conformité à la réglementation
Objectifs d’équipe et personnels
IPD estime qu’il faudra environ trois ans pour rassembler des données significatives afin de développer un ensemble robuste de données de base pouvant être utilisées dans un domaine d’entreprise typique.

ISO 21931

L’ISO / TS 21931: 2006, Développement durable dans la construction – Cadre de méthodes d’évaluation de la performance environnementale des travaux de construction – Partie 1: Bâtiments, est destiné à fournir un cadre général permettant d’améliorer la qualité et la comparabilité des méthodes d’évaluation de la performance environnementale des bâtiments. bâtiments. Il identifie et décrit les problèmes à prendre en compte lors de l’utilisation de méthodes d’évaluation de la performance environnementale de bâtiments existants ou nouveaux, aux stades de conception, de construction, d’exploitation, de rénovation et de déconstruction. Il ne s’agit pas d’un système d’évaluation en soi, mais doit être utilisé conjointement avec la série de normes ISO 14000 et en suivant ces principes.

Instruments de réglementation, R & D, processus et exemples financiers et politiques dans certains pays
Il est impossible d’énumérer l’offre excédentaire existante d’initiatives publiques, privées (ou les deux) aux niveaux national et international. Un projet de document existant de l’OCDE / AIE et du PNUE donne au public une idée claire des politiques mises en œuvre dans différents pays.

Une conclusion générale à tirer de la lecture de la littérature est qu’il y a une augmentation notable du nombre de politiques et d’instruments en cours de planification ou en cours de planification.

Programme GreenBuilding de l’UE
Lancé en janvier 2005, le programme GreenBuilding est un programme volontaire de la Commission européenne conçu pour aider les propriétaires et les utilisateurs de bâtiments non résidentiels (privés ou publics) à améliorer l’efficacité énergétique de leurs bâtiments. Toutes les entreprises, entreprises et organisations qui souhaitent contribuer à la réalisation des objectifs de GreenBuilding en utilisant des sources d’énergie renouvelables peuvent y participer. Le programme GreenBuilding fonctionne grâce à l’engagement volontaire des entreprises et organisations participantes. Ces obligations découlent dans chaque cas de l’inventaire énergétique du bâtiment et des recommandations qui en résultent pour l’amélioration de l’efficacité énergétique et l’intégration des énergies renouvelables.

Les participants seront différents dans “partenaires” et “supporters”. Le statut de partenaire peut être acheté par tous les propriétaires ou locataires à long terme de bâtiments non résidentiels. En tant que partenaire de GreenBuilding, vous avez le droit de participer à la mise en œuvre d’un plan d’action visant à réduire les coûts d’exploitation dans le secteur de l’énergie. Ce plan d’action tient compte du fait que les qualités d’usage du bâtiment sont maintenues ou améliorées. Le statut de partisan est lié à un processus en cinq étapes.

Création d’un plan de développement GreenBuilding qui définit clairement les activités de l’organisation lors de la participation au programme GreenBuilding.
Preuve du soutien réussi d’au moins un propriétaire / utilisateur du bâtiment pour obtenir le statut de partenaire GreenBuilding.
Approbation du plan de soutien par la Commission européenne; La Commission accorde à l’organisation le statut de sponsor pour une période de trois ans.
Mise en œuvre du plan de soutien et présentation de rapports à la Commission.
Renouvellement du statut de sponsor par la Commission après trois ans, ce qui montre qu’au moins un autre propriétaire / utilisateur du bâtiment a été aidé à devenir un partenaire GreenBuilding.
Bien que le statut de supporters ne comporte aucune obligation légale et que les supporters puissent se retirer du programme à tout moment sans aucune conséquence, toutefois, pour obtenir le droit d’utiliser le statut de supporters dans leurs communications externes, les participants doivent d’abord passer par le troisième niveau.

Australie
En Australie, il existe une méthode appelée First Rate conçue pour accroître l’efficacité énergétique des bâtiments résidentiels. Le Green Building Council of Australia (GBCA) a établi une norme de construction écologique connue sous le nom de Green Star.

À Adélaïde, au moins trois projets différents travaillent pour saisir les principes des bâtiments écologiques. Le projet «Eco City» est situé dans le centre-ville d’Adélides, le village Aldinga Arts Eco a été établi à Aldinga et le «parc Lochiel» à Campbelltown. Les directives pour le développement des deux parcelles de projet sont résumées dans les statuts. Celles-ci incluent le recyclage des eaux grises et des eaux pluviales, la collecte des eaux pluviales, l’utilisation de capteurs solaires pour la production d’énergie et d’eau chaude, la planification des bâtiments solaires passifs ainsi que des jardins communaux et de l’architecture paysagère. D’autres projets, tels que “Mawson Lakes” et le projet “Lightview” près de Northgate, tous deux situés au nord du quartier central des affaires d’Adélaïde, respectent également les directives en matière de construction écologique.

Melbourne a développé une prise de conscience croissante de l’environnement, avec de nombreuses subventions et remises gouvernementales disponibles pour les réservoirs d’eau, les produits économes en eau (tels que les pommes de douche) et les systèmes d’eau chaude. La ville abrite de nombreux bâtiments écologiques et soutient de nombreux aménagements durables, tels que le parc environnemental CERES. EcoLinc dans Bacchus Marsh est un autre projet de ce type. En outre, deux des bâtiments commerciaux “verts” les plus célèbres d’Australie sont situés à Melbourne: 60L et Council House 2 (également connue sous le nom de CH2).

À Perth, au moins trois projets différents suivent les principes de la construction écologique. Le bâtiment commercial, situé sur la rue Murray à West Perth et conçu par Eco Design Consultant en collaboration avec Troppo Architects, en fait partie. Les deux autres sont des projets de construction mixtes le long de la rue Wellington dans le centre-ville. Les directives pour les plans de construction des projets sont résumées dans les statues et confirmées par le Green Building Council Australia. Les réalisations pour l’obtention du certificat, préoccupation de l’étoile verte

la qualité du climat intérieur,
l’énergie,
le transport,
l’eau,
les matériaux,
consommation de terre et protection de l’environnement
les émissions et
Innovations
Le dernier bâtiment récompensé par six étoiles est situé à Canberra, où se trouve l’Australian Ethical Investmentment Ltd. rénové un complexe de bureaux existant à la Maison Trevor Pearcey. Le coût total était de 1,7 million de dollars, la rénovation ayant permis d’économiser environ 75% des émissions de dioxyde de carbone et 75% de l’utilisation de l’eau et de consommer plus de 80% de matériaux recyclés. Les architectes étaient Collard Clarke Jackson Canberra, la conception architecturale a été réalisée par Kevin Miller, le design intérieur a repris Katy Mutton.

En Nouvelle-Galles du Sud, le système d’enquête en ligne BASIX (Building Sustainability Index) exige que, dans tous les lotissements nouvellement construits, la consommation d’eau et les émissions de CO 2 des maisons individuelles soient réduites de 40% et celles des bâtiments associés de 20 à 40%, respectivement. 30% par rapport à la consommation moyenne dans le pays est restreint. Le système en ligne fournit aux planificateurs un modèle mathématique du projet de construction qui prend en compte l’interaction entre l’ensemble du système d’énergie et d’eau en publiant des relevés climatiques et normalisés des précipitations pour chaque site.

Canada
Le Canada a adopté les lignes directrices «R-2000» pour les bâtiments construits après l’an 2000. Afin de respecter la norme R-2000 dans ses efforts pour accroître l’efficacité énergétique et promouvoir la durabilité, les constructeurs bénéficient de nombreuses incitations.

À la suite du programme résidentiel R-2000, le service ÉnerGuide pour les maisons neuves a été mis en place. Il est disponible partout au Canada et avait été prévu pour permettre aux constructeurs et aux acheteurs de maisons de construire des maisons qui consomment beaucoup moins d’énergie que des maisons normales. Certaines provinces canadiennes prescrivent ce service comme obligatoire pour toutes les nouvelles maisons.

En décembre 2002, le Conseil du bâtiment durable du Canada a été créé au Canada. En juillet 2003, le US Green Building Council lui a octroyé la licence exclusive lui permettant d’adapter le système d’évaluation LEED aux normes canadiennes. BREEAM-Canada, une norme d’évaluation de l’impact sur l’environnement mise au point par l’Association canadienne de normalisation en juin 1996, a déjà préparé la voie à l’entrée de LEED au Canada. Les auteurs américains de LEED-NC 1.0 ont adopté plusieurs de leurs utilisations de BREEAM- Le Canada pour l’orientation de son processus d’évaluation et l’attribution de points de crédit en fonction de critères de performance.
En mars 2006, le premier centre de services verts au Canada, le Light House Sustainable Building Centre, a été ouvert sur l’île Granville, au cœur de Vancouver. Également prévu pour accueillir des visiteurs publics et professionnels, le ministère des Ressources naturelles et des entreprises a créé le Centre de ressources du phare afin de mettre en œuvre des pratiques écologiques et de reconnaître le besoin économique de bâtiments écologiques pour la nouvelle économie régionale.

Le Beamish Munro Hall de l’Université Queen’s a été équipé de matériaux de construction écologiques tels que du béton de cendres volantes, des fenêtres à triple vitrage, des lampes fluorescentes à intensité variable et une matrice photovoltaïque raccordée au réseau.
Pour le pavillon Gene H. Kruger de l’Université Laval, des matériaux non polluants, recyclés et renouvelables, respectueux de l’environnement, ont été utilisés. Des concepts biomécaniques sophistiqués ont été utilisés pour comparer la consommation d’énergie avec un bâtiment en béton de 25% inférieur . La structure du bâtiment était entièrement composée de produits en bois, ce qui réduisait en outre l’impact environnemental du pavillon.
Le Water Centre de Calgary a été officiellement ouvert le 4 juin 2008 et a reçu le Gold Certificate of Canadian LEED. Cet immeuble de bureaux de 17 000 pieds carrés coûte 95 cents (CAD) par jour, ce qui économise de l’énergie et de l’eau, et offre un environnement productif et sain aux visiteurs et aux employés.
En 2005, l’École polytechnique de Montréal a reçu un certificat LEED en or du US Green Building Council pour ses deux bâtiments de Lassonde. Les bâtiments se caractérisent, par exemple, par leurs systèmes de contrôle BACnet, qui permettent un contrôle permanent des besoins en énergie et en eau, ainsi que par des capteurs qui éteignent automatiquement les systèmes de climatisation et d’éclairage.
France
En juillet 2007, le gouvernement français a mis en place six groupes de travail pour définir de nouvelles voies pour la politique environnementale de la France. Les recommandations proposées ont ensuite été soumises à une enquête publique menant à un ensemble de propositions, qui a été publié à la fin du mois d’octobre 2007. Les propositions qui y figurent ont été soumises au Parlement français au début de 2008.

Le processus, “Le Grenelle de l’Environnement”, est inspiré d’une conférence organisée en 1968 au cours de laquelle le gouvernement négocia avec les syndicats pour mettre fin à des semaines de troubles sociaux.

Les six groupes de travail traitent des thèmes suivants: changement climatique, biodiversité et ressources naturelles, santé et environnement, production et consommation, démocratie et gouvernance, compétitivité et emploi.

Les suggestions sont les suivantes:

l’investissement d’un milliard de milliards d’euros au cours des quatre prochaines années dans les énergies propres dans le cadre d’un vaste plan environnemental visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, y compris la proposition relative aux taxes vertes; réduire de 20% la consommation d’énergie de la France et augmenter de 20% son utilisation d’énergies renouvelables d’ici 2020, comme l’énergie éolienne et les biocarburants;
le transport de fret via de nouvelles voies ferrées à grande vitesse et de nouvelles voies navigables au lieu d’autoroutes;
un certain nombre de taxes “vertes”, dont une taxe sur les véhicules les plus polluants, ainsi qu’une taxe sur les camions de transport franchissant la frontière française.
Bauetiketten

La réglementation française (FR) pour les nouvelles structures de bâtiments a estimé que l’amélioration nécessaire du niveau nécessiterait une augmentation régulière (tous les cinq ans), atteignant 40% (par rapport à RT 2000) de la consommation d’énergie en 2020 (RT 2020). . Les étiquettes actuelles sont:

THPE 2005 = 20% de mieux que la RT 2005
THPE EnR 2005 = 30% de mieux que la RT 2005+ (production d’énergie renouvelable pour la majorité des systèmes de chauffage)
Dans le cadre du “Grenelle de l’environnement”, il est prévu que les performances des objets suivants destinées aux bâtiments tertiaires seront accélérées:

I. Bâtiments à faible consommation (BBC) à 2010 avec des besoins minimum en ce qui concerne les niveaux d’énergie renouvelable et de matériaux absorbant le CO 2.

II Nouvelles maisons passives (BEPAS) ou maisons positives (BEPOS) d’ici 2020.

III. Étiquettes pour la rénovation des bâtiments existants de la BBC

Tous ces projets sont compatibles avec les réglementations et les cadres européens et internationaux.

Allemagne
Le projet de l’Agence allemande de l’énergie “Maison basse consommation en stock” apporte une contribution importante à la rénovation énergétique des bâtiments en Allemagne. Les «maisons à faible consommation d’énergie» sont inférieures d’environ 50% aux exigences de l’ordonnance allemande sur les économies d’énergie (EnEV) pour les nouveaux bâtiments comparables. Dans le cadre de la réhabilitation, les deux méthodes du domaine de la construction écoénergétique et les connaissances de la planification urbaine, la rénovation durable des bâtiments résidentiels jouent un rôle majeur. Au moins un projet modèle est mis en œuvre dans chaque État fédéral. Les entreprises bénéficient en particulier des nouveaux bâtiments durables car leur efficacité énergétique peut contribuer à des économies significatives sur les coûts d’exploitation.

Les projets de construction suivants en Allemagne utilisent des techniques pour les bâtiments écologiques:

Établissement solaire à Fribourg-en-Brisgau, dans lequel des projets de construction à Plusenergiebauweise sont promus;
Projet Vauban, situé dans le quartier éponyme de Fribourg;
maisons prévues par Baufritz; ils combinent l’absorption de l’énergie solaire passive avec des murs hautement isolés, des portes et fenêtres à triple vitrage, des peintures et vernis non toxiques, des stores d’été, des systèmes de ventilation à récupération de chaleur et des systèmes de traitement des eaux grises.
le Reichstag reconstruit à Berlin, qui produit sa propre énergie.
Inde
La Confédération de l’industrie indienne (CII) s’emploie activement à promouvoir la durabilité dans l’industrie de la construction indienne et est le pilier central du Conseil des bâtiments verts indiens (IGBC). actuellement responsable de la certification de la construction et de la construction de coques en Inde conformément à ses normes, tandis que le US Green Building Council sera responsable de tous les autres projets. De nombreux bâtiments économes en énergie ont été construits dans les différentes zones climatiques de l’Inde. De plus en plus d’architectes indiens adoptent les Green Bulding Techniques.

La CII-IGBC a récemment annoncé que la société de construction Shree Ram Urban Infrastructure entend essayer d’obtenir le certificat LEED Platinum, ce qui en fait le premier projet de ce type à bénéficier de ce statut, non seulement en Inde, mais également dans le monde entier. Le bâtiment prévu, intitulé Palais Royale, sera construit à Worli, à Mumbai, et devrait dépasser 300 mètres de hauteur.

Israël
Récemment, Israël a adopté une norme volontaire pour les «bâtiments à pollution réduite» 5281. Cette norme repose sur un processus de notation (55 = certifié, 75 = excellent) et, avec les normes complémentaires 5282-1 5282-2 pour l’analyse énergétique. et 1738 pour les produits durables, fournit un système pour évaluer la performance environnementale des bâtiments. Le processus d’évaluation LEED du US Green Building Council a été appliqué à un certain nombre de bâtiments en Israël, y compris le nouveau centre de développement Intel à Haïfa. Cependant, l’industrie locale fait déjà pression pour l’introduction en temps voulu d’une version israélienne du LEED.

Malaisie
L’Institut de normalisation et de recherche industrielle de Malaisie (SIRIM) fait la promotion des techniques de Bulding Green. L’architecte malaisien Ken Yeang est un représentant de premier plan dans le domaine de la construction écologique.

Mexique
La ville mexicaine de San Felipe, en Basse-Californie, abrite la plus grande communauté d’Amérique du Nord au monde utilisant des cellules solaires: le ranch El Dorado, un projet de construction à San Felipe, a créé un quartier résidentiel complètement déconnecté du réseau et plus de 3000 propriétés.

En raison du climat aride de cette ville sur la mer de Cortez, de nombreuses initiatives pour des bâtiments écologiques ont été lancées, notamment:

La construction en ballots de paille permet des facteurs d’isolation de R-35 à R-50, tels que vérifiés par le US Department of Energy;
utilisation prédominante de Xeriscape Landscaping, une méthode permettant de réduire la consommation d’eau et d’énergie et l’utilisation de polluants chimiques;
Utilisation de la variété spéciale d’herbe Paspalum “SeaDwarf”, une herbe tolérante à l’eau salée capable de supporter une irrigation soutenue avec une teneur en sel de plus de 20 000 ppm de TDS dans la construction de terrains de golf.
Nouvelle-Zélande
Le New Zealand Green Building Council a été créé en juillet 2005. La même année, un comité institutionnel a été créé et finalement le 1er février 2006, avec le statut officiel de l’organisation. Le même mois, Jane Henley a été nommée PDG et a entamé des activités pour devenir membre du World GBC. En juillet 2006, le premier corps complet de 12 membres a été formé pour discuter des possibilités de participation de l’industrie néo-zélandaise. Certaines de leurs principales préoccupations pourraient encore être appliquées en 2006/2007, par exemple. L’adhésion à World GBC, le lancement de l’outil de conception de bureau Green Star NZ et l’incorporation d’autres sociétés.

Afrique du Sud
Le Green Building Council d’Afrique du Sud (créé en 2008) a mis au point Green Star SA, un outil d’évaluation basé sur le Green Building Council of Australia pour donner au secteur immobilier une mesure objective des bâtiments écologiques et écologiques. le secteur immobilier. Chaque instrument de notation de Green Star SA représente un secteur de marché différent (par exemple, bureaux, commerces de détail, immeubles à logements multiples, etc.).

Le premier instrument mis au point par le bureau de Green Star SA a été publié en version brute pour commentaires publics en juillet 2008. Une dernière version finale aura lieu lors de la convention et de l’exposition Green Building Council of Africa ’08, 2-4. Novembre 2008.

Le processus d’intégration d’une norme énergétique, qui vise à promouvoir les pratiques d’économie d’énergie en tant que norme dans le contexte sud-américain, bat actuellement son plein en Afrique du Sud.

Green Building Media (fondé en 2007) a également eu une influence déterminante sur l’établissement de bâtiments écologiques en Afrique du Sud. Cela s’est produit non seulement par le biais de leur portail d’information, mais aussi par le biais de la revue électronique mensuelle d’Afrique du Sud, envoyée aux experts du secteur de la construction. Il y a deux événements annuels consacrés à la durabilité: la conférence sur la construction écologique et un séminaire de recyclage.

Grande Bretagne
L’Association pour la protection de l’environnement (AECB) encourage la construction durable en Grande-Bretagne depuis 1989.

Le UK Building Code définit les exigences relatives aux niveaux d’isolation et à d’autres aspects de la durabilité dans le secteur de la construction.

Au pays de Galles, une organisation à but non lucratif appelée Rounded Developments Enterprises propose des informations et un accès à des bâtiments durables. Ils dirigent un centre de construction durable à Cardiff.

L’un des bâtiments écologiques les plus connus du Royaume-Uni est le Friendly Street Building by Media Centers.

les États-Unis d’Amérique
Parallèlement au LEED, de nombreux autres organismes et programmes de développement durable ont été créés aux États-Unis:

L’Association nationale des constructeurs d’habitations, un secteur de la construction, du réaménagement et de la fourniture de composants, a lancé un programme volontaire de construction écologique appelé NAHBGreen. Le programme comprend un système de notation en ligne, une certification nationale, une éducation de l’industrie et une formation des examinateurs locaux. Le système de notation en ligne peut être utilisé gratuitement par les entrepreneurs et les propriétaires.

La Green Building Initiative est une association à but non lucratif de grandes entreprises du secteur de la construction dont l’objectif est d’établir des conceptions progressistes et axées sur l’environnement, mais qui peuvent également être réalisées de manière pratique et rentable par les planificateurs. Le GBI a mis au point un processus d’évaluation basé sur le Web appelé Green Globes, qui sera étendu conformément aux procédures ANSI.

Le programme EnergyStar de la US Environmental Protection Agency évalue l’efficacité énergétique des bâtiments agricoles et fournit les certifications EnergyStar pour les nouveaux bâtiments résidentiels qui répondent à leurs normes de construction écoénergétiques.

Washington a été le premier État des États-Unis à légiférer en 2005 pour les bâtiments écologiques. Selon le rapport, toutes les installations publiques d’une superficie de plus de 465 m², y compris le bâtiment scolaire financé par l’État, doivent respecter ou dépasser les normes de construction ou de rénovation LEED. Les avantages associés à cette loi devraient être les suivants: réduction de 20% des coûts d’eau et d’énergie, réduction de 38% de la production d’eaux usées et réduction de 22% des déchets de construction.

Charlottesville, en Virginie, a été l’une des premières petites villes des États-Unis à appliquer une loi sur la construction écologique. Il s’agit d’un changement important dans la conception et l’architecture, les règles LEED étant à l’origine conçues pour les bâtiments agricoles. Cependant, à mesure que l’intérêt des propriétaires américains pour la construction de logements «verts» augmentera, les sociétés impliquées dans la production et la fabrication de matériaux de construction LEED seront probablement candidates au prochain tour de capital-investissement et d’investissement boursier.

Leadership en conception énergétique et environnementale
Le LEED est une partie progressive du US Green Building Council, qui cherche actuellement une norme nationale pour les bâtiments écologiques. Le Green Building Rating System est un programme de certification intermédiaire mis en place dans le but de contrôler la construction “verte” des bâtiments sur la base de critères spécifiques. Dans le cadre du programme LEED, diverses sous-sociétés sont résumées, telles que le LEED pour la nouvelle construction, le noyau et la coque, les intérieurs commerciaux, les bâtiments existants, les écoles, les commerces et les établissements de santé . Le LEED a mis au point des listes de vérification, des processus et des critères détaillés à respecter lors de la construction de bâtiments afin que ceux-ci puissent être certifiés par la société. L’objectif de cette certification est de faire des bâtiments une zone saine et sûre pour les personnes qui y vivent et y travaillent.

Le LEED a développé des modèles de certification à différents niveaux basés sur différents critères et pouvant être crédités à la fois en crédits et en points. Les crédits sont répartis dans six catégories:

emplacement écologique,
Efficacité de l’eau,
Energie et atmosphère
Matériaux et ressources,
Qualité environnementale de l’intérieur,
Processus d’innovation et de conception

Les différents niveaux de certification sont basés sur la quantité de points qu’un bâtiment reçoit pour répondre aux demandes dans les six catégories. Ils vont de «certifié» à «platine», qui est le meilleur niveau de certification LEED et indique la plus haute compatibilité environnementale et sanitaire.

En outre, le LEED attribue de nombreuses autres certifications, telles que:

LEED pour les nouvelles constructions: nouveaux bâtiments et rénovations majeures (la certification LEED la plus revendiquée)
LEED pour les bâtiments existants: certifications LEED pour les bâtiments existants
LEED pour les intérieurs commerciaux: locaux fournis par les locataires à des fins commerciales
LEED pour Core et Shell: Projets de construction bruts (bâtiment entier sans aménagement intérieur)
LEED for Homes: maisons
LEED pour le développement des quartiers: développement de l’environnement
LEED pour les écoles: apprécie le caractère unique de la conception et de la construction des écoles de la maternelle à la 12e année
LEED pour le commerce de détail: se compose de deux systèmes d’évaluation; l’une basée sur la nouvelle construction et les rénovations majeures, version 2.2, l’autre sur LEED pour les intérieurs commerciaux, version 2.0
Pour les bâtiments existants, le LEED a développé le système LEED EB (EB = bâtiment existant). Des recherches récentes ont montré que les bâtiments qui atteignent les scores LEED EB peuvent générer un retour sur investissement considérable. Selon un livre blanc publié par la Leonardo Academy, qui compare les bâtiments LEED-EB avec les données du rapport 2007 d’Expirience Exchange du BOMA, les bâtiments certifiés LEED-EB ont réalisé des économies de fonctionnement supérieures à la moyenne dans 63% des bâtiments évalués. Cela se situe entre 4,94 et 15,59 dollars le mètre carré, avec une valeur moyenne de 6,68 dollars et une médiane de 6,07 dollars.

Le coût total de la mise en œuvre des projets LEED-EB et de leur certification se situe entre 0,00 et 6,46 dollars par mètre carré. La valeur moyenne est de 2,43 $. Cela démontre que la réalisation de telles pratiques n’est pas coûteuse, en particulier par rapport aux économies de coûts possibles. Ces coûts sont à nouveau considérablement réduits si l’automatisation (automatisation du bâtiment ou automatisation des locaux) et la technologie sont intégrées dans la mise en œuvre.