Parc Naturel Gran Bosco di Salbertrand, ville métropolitaine de Turin, Piémont, Italie

Le parc naturel du Gran Bosco di Salbertrand est une zone naturelle protégée du Piémont qui s’étend à droite du Val di Susa. Il s’étend sur la droite du Val di Susa (Alpes du nord de Cozie), de 1000 mètres d’altitude à 2600 mètres du bassin versant. Il a été créé en 1980 principalement pour protéger la végétation luxuriante et en particulier les sapins précieux et les vastes mélèzes-cembreti. Il est occupé à 70% par les bois et les 30% restants par les pâturages d’altitude et les prairies. Les plus de 600 espèces végétales étudiées créent une variété d’environnements avec une faune également particulièrement riche en environ 70 espèces d’oiseaux nicheurs et 21 espèces de mammifères, parmi lesquelles dominent le cerf, le chevreuil et le chamois.

L’Autorité du parc a toujours combiné la protection de l’environnement avec la conservation et l’amélioration de la culture matérielle et immatérielle de sa communauté. Le site d’intérêt communautaire Gran Bosco di Salbertrand (IT1110010) a également été établi dans la région. Depuis 2012, il fait partie du système d’aires protégées des Alpes cotiennes. Son territoire est inclus dans le réseau Natura 2000 conformément aux directives Habitats et Oiseaux.

Le parc est situé dans la vallée de Susa, dans la province de Turin, sur la rive droite de la rivière Dora Riparia qui traverse la vallée, créant sa frontière au nord. Au sud, le parc s’étend jusqu’à la crête qui forme la frontière entre les vallées de Susa et Chisone, traversée par la route appelée “dei Sette Colli” ou “dell’Assietta”. Sur une longue distance, cette route borde le parc avec des entrées balisées vers les Colli (d’ouest en est) Costapiana, Blegier et Lauson. À l’ouest, le parc est limitrophe de la commune de Sauze d’Oulx et à l’est de la commune de Chiomonte.

La principale raison de la création du Parc réside dans la valeur naturaliste particulière du Gran Bosco proprement dit: 700 hectares de forêt mixte d’argent et d’épicéa, unique dans le panorama de la végétation piémontaise. Les bois ont une valeur biologique importante et comprennent, dans des conditions qualitatives remarquables, tous les précieux conifères du milieu alpin. En raison des exigences qualitatives peu communes, une partie du territoire est inscrite au National Book of Seed Woods pour trois espèces d’arbres: Abies alba, Picca excelsa et Pinus cembra.

Dans le passé, une grande partie de l’intérêt avait des raisons économiques: ces sapins fournissaient déjà le bois des grandes poutres à fil droit utilisées dans les grands ouvrages de génie civil et militaire, tels que l’Arsenal de Turin, la basilique de Superga dès 1700. et le château de Venaria Reale.

Actuellement la spécificité de cette forêt est liée à la présence ostentatoire d’épicéa, rare dans les Alpes occidentales, en raison du climat continental avec une aridité estivale; il est donc probable que sa diffusion dans le Gran Bosco ait deux causes principales: un microclimat particulier, avec stagnation de l’humidité atmosphérique, et l’existence d’un écotype résistant à la sécheresse estivale. Pour ces raisons, combinées à la vigueur végétative et à la bonne conformation des tiges, les peuplements en question (avec le mélèze et le pin cembro) ont été inclus dans le National Book of Seed Woods, et destinés à fournir du matériel de multiplication alors utilisé dans le reboisement. sur le reste des Alpes.

Faune
La grande variété des milieux et des espèces floristiques constitue un habitat idéal pour une faune tout aussi riche. 21 espèces de mammifères recensées parmi lesquelles dominent le cerf, le chevreuil, le chamois et les marmottes. 70 espèces d’oiseaux nicheurs dont le tétras lyre et la perdrix grise. Les colonies de cerfs et de chevreuils sont particulièrement nourries.

L’avifaune à elle seule compte environ quatre-vingts espèces nicheuses, dont un pourcentage élevé de l’espèce alpine. On retrouve donc de nombreux rapaces, dont l’Autour des palombes, l’Epervier, la Buse et le Crécerelle, tandis qu’un couple d’Aigle royal nichent régulièrement. Parmi les rapaces nocturnes, en plus de l’Allocco, présent aux plus basses altitudes, il sera possible d’entendre le chant du Grand-duc et, associé aux forêts de sapins, du Capogrosso Owl qui utilise les cavités creusées par le Pic noir pour sa nidification.

Deux tétras nichent dans le parc, la perdrix blanche et la tétras lyre, qui, avec la perdrix rocheuse, sont un symbole de l’avifaune alpine; pour signaler la présence de la Nocciolaia, étroitement associée dans les Alpes à la présence du pin parasol, dont elle se nourrit de pignons.

Les mammifères comprennent les lièvres (communs et alpins), les écureuils, les marmottes et de nombreux autres petits rongeurs; le renard et les mustélidés (hermine, belette, martre, martre et blaireau).

La présence de quatre espèces d’ongulés est importante: le chamois, qui a toujours été présent dans la région; le sanglier, dont la composante génétique originelle a presque disparu en raison d’hybridations et de croisements; le cerf et le chevreuil, introduits au début des années 60 par l’administration provinciale de la chasse et qui, en l’absence de prédateurs naturels, ont connu une véritable explosion démographique, causant des dégâts considérables aux forêts de toute la vallée de la Haute Suse.

Les programmes de rééquilibrage de la faune consistant en des abattages sélectifs et des captures pour le repeuplement d’autres territoires ont été et seront utiles pour essayer de maintenir le bon équilibre entre la présence animale et forestière. Une aide nouvelle et inattendue en ce sens est venue de la réapparition du loup, dont la présence, constatée et continue depuis 1997, fait l’objet de protection et d’étude.

Flore
La grande variété des environnements du parc permet la présence de plus de 600 espèces végétales, dont toutes les espèces forestières les plus importantes du Piémont. En aval du parc, il y a divers arbres à feuilles caduques; au cœur, des conifères tels que le sapin argenté, l’épinette, le mélèze, le pin parasol et le pin sylvestre; en altitude ici n’ont que des pâturages alpins.

En bordure des prairies du fond de la vallée, on retrouve une certaine diffusion de feuillus, dont frênes, bouleaux, érables et aulnes et de petites populations de hêtres, ainsi que la présence de quelques petits noyaux d’if.

En montant en altitude, vous entrez dans le royaume des conifères. Dans les zones les plus sèches et les plus ensoleillées, et sur des sols particulièrement peu profonds et rocheux, nous rencontrerons le pin sylvestre, parfois recouvert de grands buissons de gui. Entre 1300 et 1800 mètres, le sapin argenté et l’épicéa règnent en maître, s’étendant jusqu’à la limite orientale du parc. Vers la limite supérieure du sapin, on trouve une bande de transition dans laquelle s’ajoutent du mélèze et du pin cembro, qui prennent plus de 2000 mètres d’altitude. Le pin parasol est également présent en formation pure, très rare dans les Alpes occidentales, avec le beau pin parasol du Piccolo Bosco.

Il convient de noter la présence de deux espèces herbacées rares: la Corthusa Matthioli, une primulacée avec peu de stations sur le versant sud des Alpes, et la Menyanthes Trifoliata, caractéristique des zones d’eau stagnante, autrefois répandue dans les rizières du Piémont et aujourd’hui pratiquement disparu. L’intérêt de sa présence dans le Parc tient à l’exceptionnalité de l’altitude à laquelle il se situe (environ 2350 m).

Écotourisme
Le Parc Naturel du Gran Bosco di Salbertrand s’étend sur 3775 ha, de 1000 m du fond de la vallée à 2600 de la ligne de partage des eaux avec Val Chisone, dans les communes de Chiomonte, Exilles, Oulx, Salbertrand, Sauze d’Oulx, Pragelato, Usseaux. Les stations touristiques modernes alternent avec les villages de montagne traditionnels, où la nature est encore authentique et la présence séculaire de l’homme est tangible. Les retranchements d’Assietta et du Fort d’Exilles ne sont que quelques exemples de l’histoire du territoire qui s’écrit dans les livres, mais partout les traces laissées par le travail de l’homme sont évidentes, témoignage de siècles d’exploitation des ressources et de sacrifices de pauvres. Un exemple parmi tous, le Trou de Touilles, ouvrage hydraulique unique en son genre, un tunnel à 2000 m d’altitude construit en huit longues années,

Accès
Rejoignez le haut Val Susa avec la SS 24 ou l’autoroute A 32 (sortie Susa Ovest recommandée pour l’entrée à Exilles et / ou Salbertrand ou Oulx Circonvallazione pour l’entrée au parc depuis Sauze d’Oulx).

De Salbertrand: en voiture, vous accédez directement à la zone équipée de Pinea, avec parking. D’Exilles: depuis le village la route de Champbons puis sur un chemin de terre jusqu’au hameau de Sapè. De Sauze d’Oulx: il y a deux entrées. Le premier peut être atteint en procédant de la concentrique vers le hameau de Gran Villard et, après cela et en entrant dans la commune d’Oulx, en passant par le parc où il est possible de voyager en voiture à travers Monfol (hameau d’Oulx) jusqu’à la zone équipée de Ser Blanc. Le deuxième peut être atteint en procédant de la concentrique vers le hameau de Richardette vers la SP 173 de Colle dell’Assiettaup à Enfers d’où il est autorisé à entrer dans le parc en voiture jusqu’aux panneaux d’interdiction placés à l’intérieur du bois. De Susa et Chiomonte: vers Pian del Frais,

Écomusées
Depuis 1980, l’Autorité du parc s’occupe de la protection de l’environnement mais aussi de la valorisation du riche patrimoine local de la culture matérielle et immatérielle et depuis 1996, elle gère l’écomusée colombano-romain – travail et tradition dans la vallée de la Haute Suse, pas seulement un musée mais un chemin -découverte qui se développe entre le village de Salbertrand et l’aire protégée et se propose comme un outil de recherche, un témoignage de mémoire historique et de traditions, de développement territorial.

Le long d’un ring d’environ 7 km (durée de trajet d’environ 3 heures), des bâtiments anciens, des artefacts et des outils utilisés dans la vie quotidienne se présentent au visiteur comme des exemples d’un passé qui est aujourd’hui à découvrir. Les nombreux sites d’écomusées, de la glacière du XIXe siècle au moulin hydraulique, de l’église paroissiale avec ses trésors au site dédié au glorieux rapatriement des Vaudois, racontent des siècles d’histoire et d’exploitation des ressources du territoire et sont points de démonstration des activités de production réalisées avec des techniques traditionnelles.

Calcara
La fabrication de chaux à partir de calcaire et de bois est une technique de transformation traditionnelle qui a été préservée jusqu’à l’introduction récente du ciment. Des traces d’anciens fours à chaux sont visibles à proximité de la fosse à charbon et le long du premier tronçon du chemin Franchi qui mène de Salbertrand vers le hameau de Gad di Oulx.

Cour forestière
Le site de l’écomusée dédié au site forestier construit près du lac de Ghiacciaia est dédié à «Oreste Rey», mémoire historique de l’écomusée. Il s’agit de la reconstruction d’une cour forestière du début des années 1900 et a été installée près de la localité de Pinea où, dans le passé, la plupart des bois abattus étaient déposés dans le Gran Bosco.

Chapelle de l’Annonciation
La chapelle, située dans le hameau d’Oulme, est dédiée à Maria Annunziata mais a toujours été appelée la chapelle de San Cristoforo, en raison de l’imposante fresque du saint qui a dominé sa façade pendant cinq siècles. À l’intérieur, avec les restaurations de 2007, de précieuses fresques datées de 1534 ont été mises au jour: la Pietà, San Rocco, Santa Lucia et un incroyable cycle de fresques des Histoires de la Vierge.

charbon
Le site décrit les différentes étapes de mise en place d’une fosse à charbon dans les bois, de la préparation du bois à la distillation du charbon. Une production pratiquée partout où il y avait des difficultés de transport, qui sont restées quasiment inchangées depuis l’antiquité jusqu’à sa disparition récente. Une alchimie à laquelle mythes et légendes restent liés.

Écomusée “Colombano Romean”
Dans la commune de Salbertrand, l’Écomusée “Colombano Romean” vaut le détour, géré par l’organe de gestion des Aires Protégées des Alpes Cottiennes, témoignage important du travail et de la culture matérielle et immatérielle du passé.

Le moulin hydraulique de la Communauté de Salbertrand et le four à bois du hameau d’Oulme font partie des sections à visiter, qui permettent de documenter le cycle complet du pain en reliant les différentes étapes de la transformation des céréales et en illustrant les liens entre le monde du travail et le domestique.

Le musée des trésors paroissiaux logé dans la sacristie de l’église de San Giovanni Battista, la chapelle de l’Annonciation à Oulme, l’Hôtel-Dieu, ancien refuge de pèlerins, témoignent de la religiosité, de la sagesse et du dévouement d’une communauté étroitement liée à ses traditions.

Il est également possible de visiter la glacière du XIXe siècle et une reconstruction en bois de blockbau du prototype du sauna à fumée conçu par le grand architecte finlandais Alvar Aalto pour sa maison expérimentale à Muuratsalo (Finlande), un calcaire pour la cuisson de la pierre de chaux, un bunker de basse-cour avec les différentes étapes de mise en place d’une fosse à charbon dans les bois, la cour forestière, l’entrée de la mine avec le blindage, le chariot et les pistes et la section dédiée à la Glorieuse Rentrée.

Fontaines du Milieu
L’eau qui a façonné, gravé et façonné notre vallée avec sa force est l’un des trésors les plus importants des Alpes et les fontaines, avec le four et l’église, ont toujours été un élément architectural et fonctionnel essentiel pour la communauté. En vous promenant dans Salbertrand, vous pouvez rencontrer deux fontaines du XVIe siècle: la première, octogonale, datée de 1525 est située sur la Piazza San Rocco, au sommet de la Via Roma, en occitan Simadierä. La seconde, au milieu du village (Medierä), est caractérisée par un bassin rectangulaire, orné d’arcs suspendus et daté de 1524. La colonne octogonale qui émerge de l’eau présente un château, un lys, un dauphin sculpté parmi les décors. Il a été reproduit et placé à l’entrée du village médiéval de Valentino, à Turin, à l’occasion.

Four
L’ancien four à bois du hameau d’Oulme est, aujourd’hui comme au cours des siècles passés, un lieu de rencontre pour la communauté. La fabrication du pain tous les quinze jours s’y déroulait selon des méthodes et des horaires strictement disciplinés.

Glacière du XIXe siècle
Le bâtiment aux épais murs de pierre, souterrain et couvert d’arbres avec une fonction d’ombrage, est le dernier exemple d’une glacière piémontaise du XIXe siècle encore intacte. La glace produite en hiver dans le lac artificiel attenant était stockée jusqu’à l’été, avant d’être chargée sur des wagons, recouvertes de sacs de jute mouillés, et transportée vers les marchés de Turin et de Briançon. Le caractère saisonnier du travail (complémentaire de celui agricole) a fait de l’activité d’extraction et de conservation de la glace une ressource économique importante pour les alpinistes.

Grande Rentrée
Au pont de Chenebiere, une pierre commémorative commémore une bataille entre les Vaudois et l’armée franco-piémontaise qui s’est avérée décisive pour l’histoire de la communauté vaudoise. Ici passe un itinéraire culturel historique, créé à l’occasion des Jeux Olympiques de 2006 par Gal Escarton et Valli Valdesi appelé “Les routes des Vaudois – le Glorieux Rapatriement”. Il retrace le long voyage de 1000 hommes, qui ont quitté le lac Léman le 17 août 1689, trois ans après l’exil forcé suite à la révocation de l’édit de Nantes, vers les vallées piémontaises d’origine.

Hôtels à Dieu
L’Hôtel Dieu ou Maison Dieu est situé au centre de la ville, le long de ce qui fut autrefois l’ancienne “route de Monginevro”, puis “voie romaine de Gallie”, enfin (avec le passage de l’Alta Valle della Dora vers le Dauphiné – XII siècle) “Strada di Francia”, l’une des routes transalpines les plus importantes de l’Europe médiévale, et à ce titre parcourue en calèches, chevaux et cavaliers, notables, religieux, marchands, Romei en route pour les pèlerinages. Ancien abri pour les pèlerins et les voyageurs acheté en 2011 par l’Autorité du parc du Gran Bosco di Salbertrand (organisme de gestion de l’écomusée de Colombano Romean), le bâtiment ajoute une pièce importante au projet / chemin d’écomusée, garantissant un espace de développement supplémentaire.

Mien
Reconstruction de l’entrée d’un tunnel d’extraction, avec renfort en bois, chariot et rails. Le site décrit une activité qui, au fil des siècles, a largement impliqué la population locale et ajoute une nouvelle pièce à la documentation de la culture matérielle et de l’histoire locale. Au fil des siècles, les minéraux exploités dans la région de Salbertrand ont été l’argent, le plomb, l’étain, le fer, qui n’ont jamais fourni de grandes productions, mais, surtout en période d’autarcie, ont garanti une certaine autonomie et une bonne composante d’emploi.

Moulin hydraulique
L’ancien moulin témoigne de 800 ans d’histoire de l’exploitation de l’eau, des droits féodaux de broyage à la naissance de la société municipale d’électricité et abrite trois usines distinctes: le véritable moulin avec toutes les machines d’origine, y compris deux paires de meules et le gobelet capable de sélectionner des farines de différentes finesses; une piste monobloc en pierre où le chanvre a été défibré et différents types de graines (prunellier de Briançon, noisette, noix, pignons, chanvre …) ont été transformés pour la production d’huile alimentaire et pour l’éclairage; les panneaux de commande modernes de la dynamo et du tableau de distribution de l’électricité produite là-bas. Les salles récemment récupérées accueillent également diverses installations dédiées à l’artisanat traditionnel: la transformation du chanvre, de la graine au vêtement emballé, l’écurie, la salle de classe de l’école du passé,

Pertus par Colombano Romean
Dans la commune d’Exilles, sur la gauche hydrographique de la vallée, à 2000 m d’altitude, près du Quattro Denti di Chiomonte, se trouve un ouvrage hydraulique unique en son genre, qui aujourd’hui, comme il y a cinq cents ans, puise de l’eau le Rio Touilles et les conduit à animer le côté le plus chaud de la vallée de Suse jusqu’à Cels et Ramat, hameaux d’Exilles et de Chiomonte. Il s’agit d’un tunnel de cinq cents mètres de long avec une section d’environ un mètre quatre-vingt par un mètre creusé, à partir de 1526, en huit longues années, par Colombano Romean, mineur et carrière de Ramats, symbole du dur labeur dans les montagnes. auquel il a été décidé de dédier l’Écomusée du Parc.

Fumée-sauna
Au bord du lac de glace, on peut visiter la reconstitution en bois du blockbau du prototype Smoke-sauna conçu par le grand architecte finlandais Alvar Aalto pour sa maison expérimentale à Muuratsalo (Finlande). Créé entre 2003 et 2005, en trois chantiers successifs destinés aux étudiants du cursus en histoire et conservation du patrimoine architectural et environnemental de diverses universités européennes, selon les techniques traditionnelles du travail du bois en Finlande, sous la direction technique de maîtres charpentiers finlandais et avec la collaboration de travailleurs locaux. La construction d’un fumoir-sauna dans le Val di Susa pourrait apparaître comme un élément étranger à la culture et à l’environnement, mais, insérée dans le contexte de l’écomusée, elle assume une signification importante d’intégration entre différentes réalités de construction, surtout en ce qui concerne les traditions, les technologies. et les outils utilisés.

Trésors de l’église paroissiale
Défini par Mons. Savi l’église la plus riche et la plus complète de toute la vallée de la Haute Suse, l’église paroissiale de San Giovanni Battista est née comme une église romane et a subi «harmonieusement», lors de la reconstruction partielle de 1506, l’influence de l’art gothique. À l’extérieur, mais surtout sur les murs intérieurs, restaurés en 2000, il y a de précieuses fresques du XVIe siècle. Les livres liturgiques anciens, le mobilier et les vêtements sacrés, conservés dans la sacristie, constituent une exposition permanente qui témoigne de la sagesse et du dévouement d’une communauté alpine.

Les fortifications
Hannibal, Jules César, Charlemagne, le général Catinat ne sont que quelques-uns des grands chefs qui ont parcouru la vallée de Suse avec leurs armées. En raison de la position géographique stratégique par rapport aux nombreux cols de liaison avec les territoires au-delà des Alpes, les ouvrages fortifiés se sont multipliés au fil des siècles.

Surtout à partir du XVIIIe siècle, lorsque la haute vallée de Suse et la vallée de Chisone passèrent sous la domination de la Savoie, à la suite de batailles sanglantes comme celle qui eut lieu à la Testa dell’Assietta le 19 juillet 1747, épisode décisif de la guerre de Succession d’Autriche, le besoin est apparu de construire des ouvrages qui pourraient empêcher les Français d’accéder à Turin. Suite à l’unification de l’Italie et à la détérioration des relations avec la France à la fin du XIXe siècle, l’intervention fortifiante retrouve de la vigueur. Au contraire, la Première Guerre mondiale a vu un démantèlement progressif des ouvrages avec le déplacement des principales lignes défensives sur le front autrichien. La fortification de la frontière a cependant recommencé avec la montée du fascisme et la construction du soi-disant “Vallo Alpino”.

Forte del Sapè
Le fort de Sapè s’élève entre la Commune d’Exilles et la Commune de Salbertrand, sur le Sentiero dei Franchi. Il s’agit d’une fosse, presque entièrement entourée d’un grand fossé, qui se développe sur deux niveaux. Le fort Sapè, conçu en 1884 par le capitaine des ingénieurs Darbesio, fut achevé en 1886 et définitivement abandonné en 1928.

De la place devant l’ouvrage, un pont en partie dormant et en partie pont-levis traversait le fossé profond et menait au sobre portail qui menait au fort sur le hall d’entrée. En 1882, l’Italie avait rejoint la Triple Alliance (Allemagne, Italie et Autriche) et la France voisine, qui faisait partie de la Triple Entente (France, Angleterre et Russie), était devenue l’ennemi direct potentiel. Dans le projet de défense de ce tronçon de la frontière terrestre, point fort de la place d’Exilles, il a été décidé d’utiliser le fort déjà existant, en l’adaptant aux énormes progrès techniques dans le domaine de l’artillerie. Les rayures dans les canons avaient révolutionné les techniques militaires et augmenté énormément la portée des projectiles.

Pour résister à l’artillerie rayée, des forts de fosse (un grand trou protégé par des remblais de terre) ont été construits dans lesquels se trouvait la forteresse, comme le fort de Sapè. Avec ce type de forteresse a été établi le système fortifié appelé camp retranché, qui avait un point fort consistant en un ouvrage armé d’une grande artillerie (dans notre cas le fort modernisé d’Exilles, le fort principal), protégé par de nombreux autres ouvrages secondaires qui, pour la place d’Exilles, il aurait fallu sept: Sapè, Fenil, Case Garde, Serra la Garde, Clot Riond, Val Galambra et Icharette, mais qui en pratique ont ensuite été réduites à quatre puisque les trois dernières ne se sont jamais réalisées. La tâche de ces travaux complémentaires était de tenir à distance l’artillerie de campagne de l’attaquant en tirant ses propres pièces,

Fortification d’Exilles
A quelques kilomètres de Salbertrand se trouve le village d’Exilles. L’éperon rocheux qui domine la vallée depuis l’époque des Celtes et des Romains a toujours été un point stratégique important d’un point de vue militaire et un premier noyau fortifié est documenté à partir du 12ème siècle, lorsque les comtes d’Albon exerçaient un contrôle stratégique, militaire et mercantile, sur la route de Montgenèvre, et Exilles représentait la frontière extrême-orientale de la principauté.

Au XIVe siècle. le château est décrit comme un ensemble de bâtiments rassemblés autour d’une grande tour circulaire qui sera le donjon de la forteresse pendant des siècles. Au cours des siècles suivants, il subit des modifications sous le contrôle des Français qui décident, en 1601, de transformer le château médiéval en une forteresse bastion moderne. En 1708 avec le début de la dénomination savoyarde, selon un projet de l’ingénieur militaire Ignazio Bertola, le front de tir et les canons dirigés vers la France ont été renversés. Suite au traité de Paris de 1796, Napoléon décide de le démolir complètement. Le fort a été reconstruit par la famille Savoy entre 1818 et 1829 dans son aspect actuel qui suit la structure formelle et défensive de la forteresse du 18ème siècle, mise à jour en fonction de l’évolution de l’artillerie du 19ème siècle.

En 1915, le fort fut désarmé et son armement transféré sur le front oriental de la Première Guerre mondiale mais continua à être utilisé comme dépôt et centre de recrutement jusqu’en 1943. Après le 8 septembre, il fut définitivement abandonné par les militaires et commença son déclin arrêté. en 1978 avec l’acquisition par la Région Piémont. Aujourd’hui, ouvert au public après la restauration et la récupération fonctionnelle réalisées par la Région Piémont et le Musée National de la Montagne, le Fort d’Exilles offre au visiteur une possibilité d’utilisation articulée: deux espaces muséaux permanents dédiés aux troupes alpines et à l’architecture militaire et deux itinéraires de visites guidées (au fort inférieur et aux combles) caractérisés par des installations scéniques à fort impact émotionnel.

Le Vallo Alpino
À l’intérieur du parc se trouvent également des ouvrages fortifiés construits entre 1938 et 1942 et dans la plupart des cas jamais terminés, faisant partie du Vallo Alpino, voulu par Mussolini et construits avant la Seconde Guerre mondiale pour protéger la frontière italienne des pays voisins (France, Suisse, Autriche et Yougoslavie). Trois bunkers sont situés sur le mont Genevris, deux bunkers masqués par grange à Monfol, des grottes fortifiées non achevées au-dessus de Monfol, dans le Bergà et près du Gad où la tranchée antichar de Ponte Ventoso est également présente, en dehors des limites du parc .

Les fortifications d’Assietta
Dans la zone de crête, dans les limites du parc naturel du Gran Bosco, il y a des traces de la célèbre bataille d’Assietta (19 juillet 1747 – épisode important de la guerre de Succession d’Autriche): retranchements élevés dans des murs de pierres sèches, qui se poursuivent, entièrement entouré le Piano dell’Assietta, le relief de la Testa dell’Assietta et la forteresse du Gran Serin.

A la Testa dell’Assietta (2566 m. Altitude) se trouve la pierre commémorative érigée en 1882 par le CAI en mémoire de la bataille tragique qui a vu les vainqueurs des sept mille cinq cents Piémontais du général Cacherano di Bricherasio contre les vingt mille Français conduit par le chevalier de Bellisle. Une légende, encore aujourd’hui racontée dans le Val di Susa, raconte comment certaines nuits, sur la montagne au-delà du Gran Bosco vers le sommet du Gran Serin, les tambours et le pas lourd des bataillons français qui errent à la recherche de leur commandant . Sur le bassin versant, il y a aussi des fortifications du XIXe siècle construites lors du triple accord (entre 1884 et 1890) à des fins défensives contre la France: les batteries de la Gran Seren, des Mottas et de la Gran Costa.

Les lieux, accessibles par une courte promenade au départ de la route des crêtes, ne peuvent être visités qu’en été, étant donné les hautes altitudes auxquelles se trouve le plateau d’Assietta (environ 2500 m d’altitude). Chaque été, l’Autorité du parc organise des visites guidées des fortifications d’Assietta par les gardes du parc. La zone est accessible par la route provinciale n ° 173 de la colline Assietta (chemin de terre), praticable de juillet à septembre, en arrivant de la vallée de Suse (à travers le Colle delle Finestre), de la vallée de Chisone (de Pian dell’Alpe dans la commune d’Usseaux), ou de Sauze d’Oulx ou de Sestrières; à pied, vous devez suivre le chemin GTA dans la section Salbertrand-Usseaux.

Guide touristique
Un dense réseau de sentiers traverse le territoire du Parc, du fond de la vallée à la crête et permet de découvrir les endroits les moins fréquentés du Parc. Sentiers thématiques, sentiers autoguidés, itinéraires longue distance et routes militaires, d’international (Via Alpina, Strade dei Waldesi) ou national (Grande Traversata delle Alpi ou Via Francigena), d’autres sont extrêmement importants pour découvrir les particularités du territoire (Sentiers sentiers nature autoguidés, 14 sentiers Gran Bosco par les gardes du parc) qui offrent aux groupes scolaires, aux familles et aux randonneurs experts l’occasion de découvrir l’histoire, la nature et la culture de la haute vallée de Suse.

Les routes et les sentiers du parc Gran Bosco di Salbertrand ont été conçus essentiellement pour les voyages estivaux. En hiver, de nombreux itinéraires ne garantissent pas un niveau de sécurité adéquat.

Itinéraires de randonnée
Le parc est traversé par un réseau dense de sentiers de randonnée, pour tous les besoins et capacités, qui vont du fond de la vallée à la crête du bassin versant avec le Val Chisone et d’est en ouest la zone protégée. Certains sentiers sont d’importance internationale (Via Alpina, la Strade dei Valdesi) ou nationale (Grande Traversata delle Alpi ou Via Francigena), d’autres sont extrêmement importants pour découvrir les particularités environnementales, historiques et culturelles du territoire (Sentiers nature autoguidés, 14 Gran Bosco par les gardes du parc).

La route des écomusées
Entre le village de Salbertrand et le Parco del Gran Bosco, un itinéraire en boucle d’environ 7 km de vents (temps de trajet d’environ 2 heures) qui touche des structures et des bâtiments anciens qui témoignent de la religiosité et de la culture matérielle de la communauté Salbertrand et de toute l’Alta Vallée de Dora.

Le moulin hydraulique, le four communautaire, la glacière du XIXe siècle, le sauna à fumée, la cour forestière, l’entrée de la mine, la cave à charbon, les ruines du vieux calcaire, l’église paroissiale et ses trésors, la chapelle ornée de fresques du L’Annonciation, l’Hôtel Dieu, les fontaines antiques et le site dédié au glorieux rapatriement des Vaudois racontent des siècles d’histoire et d’exploitation des ressources du territoire et sont des points de démonstration d’activités de production réalisées avec des techniques traditionnelles.

Des produits
Promouvoir des initiatives de développement compatibles avec l’environnement, favorisant les activités de production et le développement du potentiel touristique et d’autres formes d’utilisation de l’aire protégée qu’elles créent. une intégration équilibrée des activités humaines avec la conservation des écosystèmes naturels. Mise en valeur des produits locaux, (précieuses variétés de pommes de terre de montagne, variétés anciennes de céréales, miel de montagne, tome de montagne marqué «Fromage typique des Alpes cotiennes» et vignes rares) en collaboration avec les entreprises qui les produisent et les restaurateurs.

Tags: