Des styles aux tendances, Musée national du costume au Portugal

Dans un esprit complètement différent – un espace blanc et neutre – l’exposition présente le costume du XXe siècle jusqu’à nos jours.

Costume du 20ème siècle

1910-2000
La République implantée au Portugal le 5 octobre 1910 met fin à la monarchie et transforme la dynamique sociale de la vie portugaise. De nombreux formalismes et contraintes sociales ont disparu et les arts, ainsi que la mode, ont été le théâtre de plusieurs changements. Les sports et les activités de plein air favorisaient un nouveau style de vie et les femmes préféraient les costumes pour hommes, comme le tailleur. D’origine anglaise, le tailleur formé d’une jupe et d’une veste s’adaptait bien aux promenades et était particulièrement apprécié des jeunes qui s’intégraient de plus en plus sur le marché du travail.

1910-1918
Les femmes portugaises ont rapidement rejoint une nouvelle silhouette mince proposée à Paris par Paul Poiret. Inspiré du costume d’époque napoléonienne, ce couturier a proposé l’utilisation de robes pour remplacer les costumes deux pièces pour femmes usés. Ses robes avaient des lignes droites et une taille haute, ce qui permettait à la femme de se libérer du corset. À Paris, les Ballets Russes de Diaghilev ont inspiré la mode, apportant des influences orientalisantes pour le vêtement à travers de nouvelles formes, des couleurs vives et des tissus luxueux.

Le costume masculin a gardé les formes de la fin du siècle dernier. Lors des occasions solennelles, le manteau et le manteau étaient usés, dans la vie quotidienne, la redingote commençait à être remplacée par le manteau court avec gilet et pantalon.

1920-1930
Les vêtements pour femmes ont donné à cette décennie le pas décisif vers la fonctionnalité, suivant le style Art Déco, caractérisé par une géométrie décorative et élégante. Les robes droites à la taille lâche montraient ses jambes depuis ses genoux. Les robes de danse étaient courtes et avaient un décolleté rond ou carré, généralement avec une jupe et parfois recouvertes de perles, de paillettes et de perles. Les bas et les chaussures sont devenus des morceaux de relief, remplis de couleurs. Les couleurs étaient vives, bien que le noir ait également été choisi.

Dans le costume masculin des années 1920, l’utilisation de manteaux de tons sobres en tweed, à épines ou en tuiles d’échecs, accompagnée d’un pantalon large à plis et plis à la base, en tissu uni ou fantaisie, était généralisée dans les villes. Le smoking est définitivement devenu le costume masculin préféré pour des événements semi-informels tels que des dîners publics ou privés, des soirées dansantes et des soirées. De couleur noire avec des revers en satin de soie, il était accompagné d’une cravate du même ton.

1930-1946
Dans les années 1930, la robe des femmes est revenue à des lignes plus arrondies, la longueur de la jupe a été réduite et la taille a retrouvé sa position naturelle. Les robes du soir étaient longues, avec le dos nu. Les tissus les plus appréciés étaient les crêpes et les satins. Les actrices de cinéma, avec leur glamour, inspirent les femmes et deviennent des modèles. Madeleine Vionnet a créé la coupe en biais, une technique qui donnait aux pièces une élasticité et une fluidité très appréciées, moulant les corps féminins de manière sensuelle.

La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) a engendré d’énormes contraintes matérielles. Le rationnement imposait des vêtements serrés et courts. Les femmes portaient des tailleurs à taille serrée, une jupe droite, des épaules pincées et de larges poches qui donnaient à leur silhouette une allure masculine, presque militaire.

1947 à 1950
À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Christian Dior a répondu aux aspirations des femmes en créant une silhouette féminine et luxueuse. Le style proposé par le couturier français s’appelle New-Look, c’est-à-dire une réaction à la mode fonctionnelle des années 1940. Présenté à Paris en 1947, il avait pour objectif de redonner à la femme l’aspect sensuel. Cette nouvelle image se caractérisait par l’utilisation de jupes droites ou larges, très rondes et cintrées, d’une taille étroite et délicate, de petites épaules et de rondes, et d’un corps corseté avec une poitrine bien définie.

Au moment même où l’apparence de New Look était en place, une génération inquiète de la classe moyenne a émergé, rejetant le matérialisme en vigueur. Aux États-Unis, les t-shirts ont été transformés en parties extérieures, en particulier après l’apparition de Marlon Brando avec un t-shirt White dans le film “On the Waterfront” en 1954. Le jean, appelé jean, a commencé à être adopté les gens comme une expression de leur rébellion.

1960 à 1970
Les années soixante représentent un nouveau changement de costume. La jeunesse est devenue un modèle à suivre, traduisant une attitude de non-conformité et de contestation vis-à-vis de la politique et de la mentalité en vigueur. Les mouvements de mode ont quitté la rue et ont commencé à influencer la Haute Couture. Les fabricants de vêtements ont rencontré de jeunes clients potentiels et ont commencé à créer des pièces spécialement pour eux. À la base de la mode féminine de cette décennie, la minijupe, présentée par André Courrèges, en 1965, et popularisée par Mary Quant.

À la fin de cette décennie, apparut à San Francisco en Californie, le mouvement hippie qui était avant un mouvement des mentalités et se répandit dans la musique pop. Leurs vêtements ont été inspirés par les robes ethniques internationales: les garçons portaient des robes de coton brut et des jeans, ils avaient les cheveux longs et la barbe; les filles portaient de longues robes, leurs cheveux lâches de fleurs et leur visage sans maquillage.

1980 à 2000
Les marques de prêt-à-porter ont commencé à prendre de l’importance avec l’émergence de créateurs qui, avec la Haute Couture, ont contribué à équilibrer la massification de l’industrie de la mode. La relative stabilité et la prospérité des années 1980 ont favorisé, une fois encore, la renaissance des valeurs et des goûts traditionnels. Cependant, les années 90 ont été internationales, donnant une juste part au village mondial. La télévision, les magazines de mode, le tourisme et Internet ont défait les frontières, permettant la diffusion de créations non seulement en français mais aussi en italien, anglais, japonais et américain.

Les marques de prêt-à-porter se sont développées à un rythme de plus en plus rapide pour répondre à ceux qui souhaitent donner une apparence contestée. D’autre part, les créateurs de mode font leur apparition et forment ce qu’il est convenu d’appeler «auteur de la mode», ce qui permet de créer une alternative de qualité et de style à la massification opérée par le développement de l’industrie textile et de la confection.

Les tendances:

La silhouette maigre
Les femmes suivirent rapidement la nouvelle silhouette élancée et maigre proposée par Paul Poiret, qui dictait la mode à Paris.

Ligne droite
Les robes étaient droites et à taille haute, ce qui permettait aux femmes de se libérer du corset.

Les années folles
Les années 1920 ou les années folles ont été une décennie de prospérité, de recherche du plaisir, de divertissement nocturne et de rénovation artistique.

Lignes droites
Les robes étaient coupées en lignes droites, avaient une taille basse et montraient les jambes au-dessus des genoux.

Attitude non conformiste
Les années 1960 caractérisaient un nouveau changement de tenue. La jeunesse est devenue le modèle à suivre, traduisant une attitude anticonformiste et une opposition à la politique et aux mentalités de l’époque. Les mouvements de mode sont venus de la rue et ont influencé la haute couture.

L’avant-garde
Paco Rabanne, André Courrèges et Pierre Cardin ont incarné les tendances d’avant-garde des années 1960 et ont été associés à la mode futuriste.

La maxi-jupe
Les tendances de la mode chez les jeunes dans les années soixante-dix incluent la maxi-jupe, le pantalon coupe-vent et le pantalon long.

Retour à la nature
Défiance envers l’establishment avec une idéologie utopique non violente défendant le retour à la nature.

Les années soixante-dix
Yves Saint Laurent était le couturier qui représentait le summum du chic dans les années soixante-dix et son nom est devenu synonyme d’élégance.

Prêt à porter
Yves Saint Laurent est l’homme qui a défini l’image des années 1970, bien qu’il ait lancé en 1966 le tailleur-pantalon et le smoking haute couture pour femme. Ses créations de prêt-à-porter ont publié des articles fondamentaux sur les vêtements pour femmes modernes.

Conscience écologique
Dans les années quatre-vingt-dix, l’accent est mis sur la conscience écologique et l’émergence de nouvelles formes de spiritualité. De nouvelles idées émergent à partir d’une perspective humanitaire globale et globale.

Le minimaliste
La mode s’est développée dans deux directions principales: le minimaliste et le spectaculaire.

Mode portugaise
Un grand nombre de vêtements de mode conçus en portugais ont vu le jour et ont connu le succès depuis les années 1980.

Musée national du costume au Portugal
Le musée national du commerce et de la mode est situé dans le palais de Monteiro-Mor, à Lisbonne, au Portugal. Il possède une collection de 33 000 articles, comprenant principalement des costumes masculins et féminins des 18e et 19e siècles.

Le musée est situé dans une vaste propriété acquise par l’État portugais en 1975. Cette propriété – une ancienne ferme de loisirs du XVIIIe siècle – possède un vaste espace vert maintenant ouvert au public et connu sous le nom – Parc botanique de Monteiro-Mor, et le siège est installé dans un bâtiment du 18ème siècle – le palais Angeja-Palmela.

Son objectif est d’établir une stratégie pour la recherche, la conservation et l’exposition publique de costumes et textiles. En outre, il a pour politique de sauvegarder et de promouvoir le parc botanique de Monteiro-Mor et de soutenir ce patrimoine au sein de la communauté.

Des collections
Les collections de l’institution comprennent des collections de vêtements civils – femmes, hommes et enfants, nationaux et internationaux – et leurs accessoires, des fragments d’étoffes et de vêtements, des matériaux et des équipements qui témoignent des processus de production du textile, du costume et des accessoires.

Les premières offres de pièces datent de 1974 dans les registres du Musée national du costume, toutes composées de personnes. La collection publique qui a intégré sa collection provenait du Musée national de l’automobile qui, depuis 1904, rassemblait une importante collection de costumes de la Maison royale.