Peinture fresque

La fresque est une technique de peinture murale réalisée sur un enduit à la chaux fraîche ou humide. L’eau sert de véhicule au pigment en poudre sèche à fusionner avec le plâtre et, lors de la pose du plâtre, la peinture devient partie intégrante du mur. Le mot fresco (italien: affresco) est dérivé de l’adjectif italien fresco signifiant “frais” et peut donc être mis en contraste avec les techniques de peinture murale fresco-secco ou secco appliquées au plâtre séché pour compléter la peinture à la fresque. La technique de la fresque est utilisée depuis l’Antiquité et est étroitement associée à la peinture de la Renaissance italienne.

La description
La fresque est une technique de peinture ancienne obtenue en peignant avec des pigments à base minérale généralement dilués dans de l’eau sur du plâtre frais: ainsi, une fois le processus de carbonatation terminé, la couleur sera complètement intégrée au résistance particulière à l’eau et au temps.

Il est composé de trois éléments: support, plâtre, couleur.

Le support, en pierre ou en brique, doit être sec et sans dégradés. Avant d’appliquer l’enduit, un mortier composé de chaux renversée ou de chaux éteinte, de sable de rivière grossier ou, dans certains cas, de pouzzolane et éventuellement d’eau, est étalé sur une épaisseur de 1 cm afin de rendre le mur aussi uniforme que possible.
Le plâtre (ou “tonachino”) est l’élément le plus important de toute la fresque. Il est composé d’une pâte faite de sable fin de rivière, de poussière de marbre ou de pouzzolane tamisée, de chaux et d’eau.
La couleur, qui doit nécessairement être étendue sur le plâtre encore humide (d’où le nom “frais”), doit appartenir à la catégorie des oxydes, car elle ne doit pas interagir avec la réaction de carbonatation de la chaux.

La principale difficulté de cette technique réside dans le fait qu’elle ne permet pas de réflexions: une fois laissée une marque de couleur, celle-ci sera immédiatement absorbée par le plâtre, les délais serrés de réalisation compliquent le travail de la fresque, la carbonatation a lieu dans les trois heures suivant le plâtre à dessin. Pour surmonter ce problème, l’artiste réalisera de petites portions de la fresque (jours). Les corrections possibles sont toutefois possibles à sec, c’est-à-dire par trempe appliquée sur le plâtre sec: elles sont cependant plus facilement dégradables.

Une autre difficulté consiste à comprendre quelle sera la nuance de la couleur: le plâtre humide assombrit les couleurs, tandis que le calcaire tend à les blanchir. Pour résoudre le problème, il est possible d’effectuer des tests sur une pierre ponce ou sur une feuille de papier faite pour sécher à l’air ou au vent sirocco ou à l’air chaud.

La technologie
Le pigment Buon fresco est mélangé avec de l’eau à la température ambiante et est utilisé sur une fine couche de plâtre frais et humide, appelée l’intonaco (d’après le mot italien «plâtre»). En raison de la composition chimique du plâtre, un liant n’est pas nécessaire, car le pigment mélangé uniquement avec de l’eau s’enfoncera dans l’intonaco, qui devient lui-même le support contenant le pigment. Le pigment est absorbé par le plâtre humide; Après un certain nombre d’heures, le plâtre sèche en réaction à l’air: c’est cette réaction chimique qui fixe les particules de pigment dans le plâtre. Les processus chimiques sont les suivants:

calcination du calcaire dans un four à chaux: CaCO3 → CaO + CO2
extinction de la chaux vive: CaO + H2O → Ca (OH) 2
prise de l’enduit à la chaux: Ca (OH) 2 + CO2 → CaCO3 + H2O

En peignant buon fresco, une sous-couche rugueuse appelée arriccio est ajoutée à l’ensemble de la zone à peindre et laissée sécher pendant quelques jours. De nombreux artistes ont dessiné leurs compositions sur cette sous-couche, que l’on ne verrait jamais, dans un pigment rouge appelé sinopia, nom également utilisé pour désigner ces sous-peintures. Plus tard, [quand?], De nouvelles techniques de transfert des dessins sur papier au mur ont été développées. Les lignes principales d’un dessin fait sur du papier ont été piquées avec une pointe, le papier maintenu contre le mur, et un sac de suie (spolvero) a été frappé sur elles pour former des points noirs le long des lignes. Si la peinture devait être réalisée sur une fresque existante, la surface serait rendue rugueuse pour offrir une meilleure adhérence. Le jour de la peinture, l’intonaco, une couche mince et lisse de plâtre fin, a été ajouté au montant du mur qui devait être achevé ce jour-là, épousant parfois les contours des figures ou du paysage, mais le plus souvent commençant par le haut de la composition. Cette zone s’appelle la giornata (“travail du jour”) et les différentes étapes de la journée sont généralement visibles sur une grande fresque, par une sorte de couture qui sépare les unes des autres.

Les fresques Buon sont difficiles à créer en raison de la date limite associée au plâtre de séchage. Généralement, une couche de plâtre nécessite 10 à 12 heures de séchage; idéalement, un artiste commencerait à peindre après une heure et continuerait jusqu’à deux heures avant le temps de séchage, soit sept à neuf heures de temps de travail. Une fois qu’une giornata est séchée, il ne peut plus être fait de fresque, et l’intonaco non peint doit être enlevé avec un outil avant de recommencer le lendemain. Si des erreurs ont été commises, il peut également être nécessaire de supprimer l’intonaco complet de cette zone ou de le modifier ultérieurement, un secco. Un élément indispensable de ce processus est la carbonatation de la chaux, qui fixe la couleur du plâtre pour assurer la durabilité de la fresque aux générations futures.

Une technique utilisée dans les fresques populaires de Michel-Ange et de Raphaël consistait à gratter des empreintes dans certaines zones du plâtre encore humide pour augmenter l’illusion de profondeur et accentuer certaines zones par rapport à d’autres. Les yeux des habitants de l’école d’Athènes sont engloutis grâce à cette technique qui leur donne une apparence plus profonde et plus pensive. Michelangelo a utilisé cette technique dans le cadre de sa marque de fabrique «décrivant» ses figures centrales dans ses fresques.

Dans une fresque de la taille d’un mur, il peut y avoir dix à vingt voire plus, ou plusieurs zones de plâtre. Après cinq siècles, le giornate, qui était à l’origine presque invisible, est parfois devenu visible et, dans de nombreuses fresques de grande envergure, ces divisions peuvent être vues depuis le sol. De plus, la frontière entre le giornate était souvent recouverte d’un tableau secco qui est tombé depuis.

L’un des premiers peintres de la période post-classique à utiliser cette technique est le maître Isaac (ou maître de la fresque Isaac, d’où le nom utilisé pour désigner le maître inconnu d’un tableau particulier) dans la basilique supérieure Saint-François. à Assise. Une personne qui crée une fresque s’appelle un frescoist.

Autres types de peinture murale
Une peinture secco ou fresco-secco est réalisée sur du plâtre sec (secco signifie “sec” en italien). Les pigments nécessitent donc un liant, tel que l’oeuf (tempera), la colle ou l’huile, pour fixer le pigment au mur. Il est important de faire la distinction entre un travail de secco effectué sur une fresque, qui, selon la plupart des autorités, était en fait standard à partir du Moyen Âge, et un travail entièrement réalisé sur un mur vierge. En règle générale, les travaux de fresques Buon sont plus durables que tous les travaux secco ajoutés, car ils durent mieux avec une surface en plâtre rugueuse, tandis que la vraie fresque doit avoir un aspect lisse. Un travail supplémentaire serait effectué pour apporter des modifications et parfois pour ajouter des détails, mais aussi parce que toutes les couleurs ne peuvent pas être obtenues à la fresque réelle, car seuls certains pigments agissent chimiquement dans l’environnement très alcalin du plâtre à base de chaux fraîche. Le bleu était un problème particulier, et on ajoutait souvent un secco au ciel et aux robes bleues, car ni le bleu azurite ni le lapis-lazuli, les deux seuls pigments bleus alors disponibles, ne fonctionnaient bien dans les fresques humides.

Il est également devenu de plus en plus clair, grâce aux techniques d’analyse modernes, que même au début de la Renaissance italienne, les peintres utilisaient assez fréquemment une technique de secco afin de permettre l’utilisation d’une plus large gamme de pigments. Dans la plupart des exemples précédents, ce travail a maintenant complètement disparu, mais toute une peinture faite avec un secco sur une surface rendue rugueuse afin de donner une clé à la peinture peut très bien survivre, bien que l’humidité soit plus menaçante que la simple fresque.

Un troisième type, appelé mezzo-fresque, est peint sur un intonaco presque sec, assez ferme pour ne pas laisser l’empreinte du pouce, selon l’auteur du seizième siècle, Ignazio Pozzo, de sorte que le pigment ne pénètre que légèrement dans le plâtre. À la fin du XVIe siècle, cette peinture avait largement supplanté la fresque de Buon et était utilisée par des peintres comme Gianbattista Tiepolo ou Michelangelo. Cette technique présentait, sous une forme réduite, les avantages d’un travail secco.

Les trois principaux avantages du travail effectué entièrement à secco sont sa rapidité, la possibilité de corriger les erreurs et la différence de couleur entre les couleurs appliquées et le séchage complet. Les modifications apportées à la fresque humide sont considérables.

Pour un travail entièrement secco, l’intonaco est appliqué avec une finition plus rugueuse, il est laissé sécher complètement, puis on lui donne une clé en frottant avec du sable. Le peintre procède alors comme il le ferait sur une toile ou un panneau de bois.

L’histoire

Egypte et Proche-Orient Ancien
L’investiture de Zimri-Lim de Syrie datant du début du XVIIIe siècle av. J.-C. est une ancienne fresque. En revanche, les anciens Egyptiens ont peint de nombreuses tombes et maisons, mais ces peintures murales ne sont pas des fresques.

Civilisations égéennes
Les plus anciennes fresques réalisées selon la méthode de Buon Fresco datent de la première moitié du deuxième millénaire avant notre ère à l’âge du bronze et se retrouvent parmi les civilisations égéennes, plus précisément la culture minoenne de l’île de Crète et d’autres îles de la mer Égée. Le plus célèbre d’entre eux, The Toreador, décrit une cérémonie sacrée au cours de laquelle des individus sautent par-dessus le dos de grands taureaux. Les plus anciennes fresques minoennes subsistantes se trouvent sur l’île de Santorin (classiquement connue sous le nom de Thera), datant de la période néo-palatiale (environ 1640-1600 av. J.-C.).

Bien que des fresques similaires aient été découvertes dans d’autres régions du bassin méditerranéen, notamment en Égypte et au Maroc, leurs origines sont sujettes à des spéculations. Certains historiens de l’art pensent que des fresques de Crète auraient pu être envoyées à divers endroits dans le cadre d’un échange commercial, une possibilité qui souligne l’importance de cette forme d’art dans la société de notre temps. Les fresques égyptiennes dans les tombes constituaient la forme de fresque la plus répandue, utilisant généralement la technique du secco.

Antiquité classique
Des fresques ont également été peintes dans la Grèce antique, mais peu de ces œuvres ont survécu. Dans le sud de l’Italie, à Paestum, une colonie grecque de la Magna Graecia, une tombe contenant des fresques datant de 470 av. J.-C., la prétendue Tombe du plongeur a été découverte en juin 1968. Ces fresques représentent des scènes de la vie et de la société. de la Grèce antique et constituent de précieux témoignages historiques. L’un montre un groupe d’hommes allongés lors d’un symposium, tandis qu’un autre montre un jeune homme qui plonge dans la mer. Des fresques étrusques, datant du 4ème siècle avant notre ère, ont été retrouvées dans le tombeau d’Orcus près de Veii, en Italie.

Les fresques thraces richement décorées de la tombe de Kazanlak remontent au IVe siècle av. J.-C., ce qui en fait un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Des peintures murales romaines, telles que celles de la magnifique Villa dei Misteri (Ier siècle av. J.-C.) dans les ruines de Pompéi et d’autres d’Herculanum, ont été achevées à la fresque.

Empire romain tardif (chrétien) Des fresques du Ier-IIème siècle ont été découvertes dans des catacombes situées sous Rome et des icônes byzantines ont également été trouvées à Chypre, en Crète, à Éphèse, à Cappadoce et à Antioche. L’artiste a peint des fresques romaines en peignant les œuvres sur le plâtre encore humide du mur, de sorte que la peinture fasse partie du mur, en réalité d’un plâtre coloré.

Une collection historique de fresques chrétiennes anciennes peut également être trouvée dans les églises de Göreme en Turquie.

Inde
Grâce à un grand nombre d’anciens temples de grottes taillées dans la roche, de précieuses fresques antiques et du début du Moyen Âge ont été préservées dans plus de 20 lieux en Inde. Les fresques sur les plafonds et les murs des grottes d’Ajanta ont été peintes entre 200 BC et 600 et sont les plus anciennes fresques connues en Inde. Ils décrivent les contes de Jataka qui sont des histoires de la vie du Bouddha dans des existences antérieures en tant que Bodhisattva. Les épisodes narratifs sont décrits l’un après l’autre, mais pas dans un ordre linéaire. Leur identification est un domaine de recherche central sur le sujet depuis la redécouverte du site en 1819. Parmi les autres fresques conservées de grande valeur et conservées, figurent les grottes de Bagh, les grottes d’Ellora, Sittanavasal, la grotte d’Armalalai, les temples de la grotte de Badami et d’autres lieux. . Les fresques ont été réalisées selon plusieurs techniques, notamment la technique de la tempera.

Les dernières peintures de Chola ont été découvertes en 1931 dans le passage circumambulatoire du temple de Brihadisvara en Inde et sont les premiers spécimens de Chola découverts.

Les chercheurs ont découvert la technique utilisée dans ces fresques. Une pâte lisse de mélange calcaire a été appliquée sur les pierres, ce qui a pris deux à trois jours. Au cours de cette courte période, ces grands tableaux ont été peints avec des pigments organiques naturels.

Au cours de la période Nayak, les peintures de Chola ont été peintes. Les fresques de Chola qui se trouvent en dessous expriment un ardent esprit de saivisme. Ils se sont probablement synchronisés avec l’achèvement du temple par Rajaraja Cholan le Grand.

Les fresques de peintures de style Dogra / Pahari existent sous une forme unique à Sheesh Mahal de Ramnagar (à 105 km de Jammu et à 35 km à l’ouest d’Udhampur). Des scènes d’épopées de Mahabharat et de Ramayan ainsi que des portraits de seigneurs locaux constituent le sujet de ces peintures murales. Rang Mahal de Chamba (Himachal Pradesh) est un autre site de la fresque historique de Dogri avec des peintures murales représentant des scènes de Draupti Cheer Haran et de Radha-Krishna Leela. Cela peut être vu conservé au Musée national de New Delhi dans une chambre appelée Chamba Rang Mahal.

Sri Lanka
Les fresques de Sigiriya se trouvent à Sigiriya au Sri Lanka. Peint pendant le règne du roi Kashyapa I (dirigé 477 – 495 après JC). L’opinion généralement admise est qu’il s’agit de représentations de femmes de la cour royale du roi, représentées par des nymphes célestes déposant des fleurs sur les humains en dessous. Ils ressemblent beaucoup au style de peinture Gupta que l’on trouve dans les grottes d’Ajanta en Inde. Cependant, ils sont beaucoup plus animés et colorés et ont un caractère uniquement sri-lankais. Ils sont le seul art séculaire de l’Antiquité qui subsiste au Sri Lanka aujourd’hui.

La technique de peinture utilisée sur les peintures de Sigiriya est “fresco lustro”. Elle diffère légèrement de la technique de la fresque pure en ce sens qu’elle contient également un liant ou une colle doux. Cela confère à la peinture une durabilité accrue, comme en témoigne clairement le fait qu’ils ont survécu, exposés aux éléments, pendant plus de 1500 ans.

Située dans une petite dépression abritée à une centaine de mètres du sol, 19 seulement survivent aujourd’hui. Les références anciennes, cependant, font référence à l’existence de cinq cents de ces fresques.

Moyen Âge

Vue intérieure avec les fresques datant de 1259, église Boyana à Sofia, monument de la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Pantocrator de Sant Climent de Taüll, au MNAC de Barcelone

Porteurs de myrrhiles sur la sépulture du Christ, vers 1235, monastère de Mileševa en serbe
La fin du Moyen Âge et la Renaissance ont été l’utilisation la plus importante de la fresque, en particulier en Italie, où la plupart des églises et de nombreux bâtiments gouvernementaux sont encore décorés de fresques. Ce changement a coïncidé avec la réévaluation des peintures murales dans la liturgie. Les églises romanes de Catalogne ont été richement peintes aux XIIe et XIIIe siècles, avec des rôles à la fois décoratifs et éducatifs pour les fidèles illettrés, comme on peut le voir dans le MNAC de Barcelone, où est conservée une importante collection d’art roman catalan. Au Danemark aussi, les peintures murales d’église ou kalkmalerier étaient largement utilisées au Moyen Âge (d’abord roman, puis gothique) et sont visibles dans quelque 600 églises danoises ainsi que dans des églises du sud de la Suède, alors danoises.

Un des rares exemples de fresques islamiques peut être vu à Qasr Amra, le palais du désert des Omeyyades au 8ème siècle Magotez.

Début de l’Europe moderne
Le nord de la Roumanie (région historique de la Moldavie) compte une douzaine de monastères peints entièrement recouverts de fresques intérieures et extérieures datant du dernier quart du XVe siècle au deuxième quart du XVIe siècle. Les plus remarquables sont les fondations monastiques de Voroneţ (1487), Arbore (1503), Humor (1530) et Moldoviţa (1532). Suceviţa, datant de 1600, représente un retour tardif au style développé 70 ans plus tôt. La tradition des églises peintes a continué au 19ème siècle dans d’autres régions de la Roumanie, mais jamais dans la même mesure.

Andrea Palladio, le célèbre architecte italien du XVIe siècle, a construit de nombreux hôtels particuliers aux façades sobres et aux intérieurs époustouflants remplis de fresques.

Henri Clément Serveau a réalisé plusieurs fresques, dont une peinture de trois mètres sur six, pour le lycée de Meaux, où il était autrefois étudiant. Il dirigea l’École de fresques de l’École nationale supérieure des beaux-arts et décora le Pavillon du Tourisme lors de l’Exposition internationale des arts et techniques de la vie moderne (Paris) de 1937, au Pavillon de la Ville de Paris; maintenant au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. En 1954, il réalise une fresque pour la Cité Ouvrière du Laboratoire Débat, Garches. Il a également réalisé des décorations murales pour le Plan des anciennes enceintes de Paris au musée Carnavalet.

La chapelle Foujita à Reims, achevée en 1966, est un exemple de fresques modernes, l’intérieur étant peint de scènes religieuses par le peintre de l’École de Paris Tsuguharu Foujita. En 1996, il a été classé monument historique par le gouvernement français.

Muralisme mexicain
José Clemente Orozco, Fernando Leal, David Siqueiros et les célèbres artistes mexicains Diego Rivera ont renouvelé l’art de la fresque au XXe siècle. Orozco, Siqueiros, Rivera et son épouse Frida Kahlo ont davantage contribué à l’histoire des beaux-arts mexicains et à la réputation de l’art mexicain en général que quiconque. Avec les œuvres d’Orozco, de Siqueiros et d’autres, les grandes fresques murales de Fernando Leal et Rivera ont établi le mouvement artistique connu sous le nom de Muralisme mexicain.

Exemples choisis de fresques

Début du moyen âge italien
Castelseprio

Quattrocento italien tardif
Panneaux (y compris Giotto (?), Lorenzetti, Martini et autres) dans les basiliques supérieure et inférieure de San Francesco d’Assisi
Giotto, Cappella degli Scrovegni (chapelle de l’arène), Padoue
Camposanto, Pise
Masaccio, chapelle Brancacci, Santa Maria del Carmine, Florence
Ambrogio Lorenzetti, Palazzo Pubblico, Sienne
Piero della Francesca, Église de San Francesco, Arezzo
Ghirlandaio, Cappella Tornabuoni, Santa Maria Novella, Florence
La Cène, Léonard de Vinci, Milan (techniquement une détrempe sur plâtre et pierre, pas une vraie fresque)
Série de murs de la chapelle Sixtine: Botticelli, Perugino, Rossellini, Signorelli et Ghirlandaio
Luca Signorelli, chapelle de San Brizio, Duomo, Orvieto

Italien “Haute Renaissance”
Plafond de la chapelle Sixtine de Michel-Ange
Stanza du Vatican de Raphaël
Villa Farnesina de Raphaël
Giulio Romano Palazzo del Tè, Mantoue
Mantegna, Caméra degli Sposi, Palazzo Ducale, Mantoue
Le dôme de la cathédrale Santa Maria del Fiore de Florence

Italie
Les amours des dieux, Annibale Carracci, Palazzo Farnese
Allégorie de la Divine Providence et du pouvoir Barberini, Pietro da Cortona, Palazzo Barberini
Plafonds, Giovanni Battista Tiepolo, (nouvelle résidence) Würzburg, (palais royal) Madrid, (Villa Pisani) Stra et autres; Scènes murales (Villa Valmarana et Palazzo Labia)
Plafond de la nef, Andrea Pozzo, Sant’Ignazio, Rome

Bulgarie
Eglise de Saint Georges à Sofia
Monastère de Bachkovo
Église de Boyana
Monastère de la Transfiguration
Monastère de rila

Serbe Médiéval
Visoki Dečani
Monastère de Gračanica
Monastère de Studenica
Monastère de Mileševa

République Tchèque
La rotonde ducale de la Vierge Marie et de Sainte Catherine à Znojmo

Mexique
Cycle de fresques des miracles de la Vierge de Guadalupe par Fernando Leal, à la basilique de Guadalupe, à Mexico
Cycle de fresques de l’épopée de Bolivar de Fernando Leal, au Colegio de San Ildefonso, à Mexico

Colombie
Santiago Martinez Delgado a peint une fresque murale dans le bâtiment du Congrès colombien, ainsi que dans le bâtiment national colombien.

Conservation des fresques
Le climat et l’environnement de Venise se sont avérés être un problème pour les fresques et autres œuvres d’art de la ville pendant des siècles. La ville est construite sur un lagon dans le nord de l’Italie. L’humidité et la montée des eaux au cours des siècles ont créé un phénomène connu sous le nom d’humidité ascendante. Lorsque l’eau de la lagune monte et s’infiltre dans les fondations d’un bâtiment, elle est absorbée et monte à travers les murs, causant souvent des dommages aux fresques. Les Vénitiens sont devenus très compétents dans les méthodes de conservation des fresques. La moisissure aspergillus versicolor peut se développer après une inondation, pour consommer les éléments nutritifs des fresques.

Le processus suivant a été utilisé lors du sauvetage de fresques à La Fenice, un opéra vénitien, mais le même processus peut être utilisé pour des fresques endommagées de la même manière. Tout d’abord, un bandage de protection et de soutien en gaze de coton et en alcool polyvinylique est appliqué. Les sections difficiles sont éliminées à l’aide de brosses douces et d’un aspirateur localisé. Les autres zones plus faciles à éliminer (parce qu’elles ont été endommagées par moins d’eau) sont éliminées avec une compresse de pâte à papier saturée de bicarbonate de solutions d’ammoniac et éliminées avec de l’eau déminéralisée. Ces sections sont renforcées et recollées, puis nettoyées avec des compresses de résine d’échange de base. Le mur et la couche imagée ont été renforcés avec de l’hydrate de baryum. Les fissures et les décollements sont arrêtés avec du mastic à la chaux et injectés avec une résine époxy chargée de silice micronisée.