Architecture gothique française

L’architecture gothique française ou l’art français désigne un style architectural de la deuxième partie du Moyen Age qui a émergé dans ce qui est aujourd’hui la France comme une évolution de l’architecture romane. Il est apparu au XIIe siècle dans les régions d’Île-de-France et de Haute-Picardie sous le nom d’opus francigenum – en latin, signifiant «œuvre de France», par l’Île-de-France – et se répand rapidement: au nord de la Loire et ensuite au sud: plus tard, il a atteint toute l’Europe occidentale et a continué à être utilisé jusqu’au milieu du XVIe siècle, et même jusqu’au XVIIe siècle dans certains pays.

Les techniques gothiques et l’esthétique ont été perpétuées dans l’architecture française au-delà du XVIe siècle, au milieu de la période classique, dans certains détails et modes de reconstruction. Au dix-neuvième siècle, la vague d’historicisme, qui atteignit le début du XXe siècle, connut une véritable reprise, un style de renaissance appelé néo-gothique et apparu en France un peu plus tard que dans les autres pays européens.

Sa forte identité, à la fois philosophique et architecturale, représente probablement l’une des plus grandes réalisations artistiques du Moyen Age.

Esthétique de l’architecture gothique
Bien qu’il soit courant de résumer l’architecture gothique par l’utilisation de l’arche pointue (l’ogive des anciens antiquaires), vous ne pouvez pas réduire un style architectural spécifique, ou tout autre art ou discipline, à ses caractéristiques techniques. Opposition du roman au gothique par l’utilisation de l’arc en demi-point ou de l’ogive, n’a pas non plus de sens historique puisque l’arc en pointe et la voûte en croix ont été utilisés longtemps avant l’apparition des bâtiments gothiques.

Le gothique se caractérise également par l’utilisation de nombreuses autres ressources architecturales ou décoratives: l’alternance de piliers forts et de piliers faibles, qui rythme les nefs et renforce l’impression de longueur, d’horizontalité; la gestion du rapport hauteur / largeur des nefs qui accentuait ou diminuait la sensation de hauteur des voûtes; la forme des piliers, la décoration des chapiteaux, la proportion des plantes (grandes arcades, claire-voie, hautes fenêtres). Ainsi, les éléments architecturaux ont été mis au service du choix et de la recherche esthétique et n’étaient que des outils pour réaliser les effets désirés: pour élever des navires de plus en plus hauts, il fallait améliorer la technique des contreforts volants; pour augmenter la lumière et creuser les murs, l’utilisation de l’arche pointue était plus appropriée;

En bref, l’esthétique de l’architecture gothique était caractérisée par:

la volonté de hauteur (cathédrale de Saint-Pierre de Beauvais);
la recherche de la verticalité (cathédrale Notre-Dame de Amiens);
l’alternance de creux et de massifs (cathédrale Notre-Dame de Laon);
la fusion de l’espace (cathédrale de Saint-Étienne de Bourges);
la multiplication des jeux de lumières et de couleurs (cathédrale de Notre-Dame de Chartres);
la volonté d’accueillir le plus grand nombre de fidèles (les deux tiers de l’église gothique étaient réservés à cette époque aux laïcs).

Histoire
Le style gothique est apparu principalement en Haute-Picardie et en Île-de-France, bien que tous les premiers bâtiments protogothiques aient été érigés dans la région française (d’Île-de-France). L’hypothèse principale pour expliquer cela est qu’à cette époque il y avait de nombreux monuments chrétiens primitifs dans la région, en particulier des cathédrales à parois minces, perforées et armées de nombreuses lacunes. La région était déjà préparée aux nouveaux choix techniques et esthétiques du gothique. Elle coïncida avec l’arrivée au pouvoir des Capétiens et avec la consolidation de l’État qui, en annexant les domaines des seigneurs féodaux, imposa comme symbole du pouvoir réel la rénovation de ces bâtiments. Enfin, la zone délimitée par deux régions dynamiques en termes d’inventions architecturales: la Bourgogne – qui a inventé l’arc brisé de l’abbaye de Cluny et les contreforts volants de Cluny et Vézelay – et la Normandie – qui a importé la voûte d’Angleterre (Abbaye de Jumièges , abbaye de Lessay – La Picardie et l ‘Ile – de – France, lieux et pas de mélange, le premier gothique vu comme maîtres a synthétisé toutes ces influences.

Le style a évolué en France au fil du temps: le gothique dit «primitif» (XIIe siècle), suivi par le gothique «classique» (vers 1190-1230), puis le gothique «rayonnant» (rayonnant, vers 1230-ca. 1350), et enfin le «flamígero» gothique (flamboyant, XV et XVI siècles). À la Renaissance, le style gothique français a évolué vers un style hybride, qui combinait des structures gothiques à la décoration Renaissance (église Saint-Étienne-du-Mont à Paris).

Son expansion géographique a été principalement en Europe de l’Ouest et déclinée dans de nombreuses variantes locales: gothique angevin, gothique normande, perpendiculaire …

Avant le gothique
Dès la fin du Xe siècle en France, les églises étaient déjà construites dans le style roman commun dans une grande partie de l’Europe occidentale: les nefs étaient souvent couvertes d’une voûte en berceau; les murs étaient épais et stabilisés avec des contreforts massifs situés à l’extérieur. Le nombre et la taille des fenêtres étaient limités et l’intérieur des bâtiments était décoré de fresques colorées.

Les historiens de l’art moderne tendent à réduire le fossé entre les styles roman et gothique, montrant que le patrimoine antique n’était pas complètement oublié dans le style gothique et que les sculpteurs et les architectes étaient souvent inspirés par les méthodes romanes bien connues.

Le gothique primitif ou protogótico (1130-1180)
Bien que les éléments techniques utilisés par les maîtres de l’époque aient déjà existé pendant de nombreux siècles (ogive), la construction du choeur et la façade de la basilique de Saint-Denis et la cathédrale de Saint Etienne de Sens sont généralement considérées comme le premier jalons dans la genèse de l’esthétique gothique en architecture.

Les premiers bâtiments gothiques sont apparus vers 1130-1150 en Île-de-France et surtout en Picardie. À cette époque, l’augmentation de la population, conséquence de la croissance agricole et commerciale, a également exigé l’augmentation de la taille des bâtiments religieux. Les cathédrales de Trèves et de Genève, au IVe siècle, étaient déjà énormes par rapport à leur population, reflet fidèle d’une autre motivation: la fierté des évêques ou des abbés pour la construction de ces premiers édifices gothiques et après le «patriotisme urbain». “”) La religion, le culte des reliques, était déjà une composante essentielle de la vie des fidèles.

La diffusion des innovations techniques a rendu le travail de construction plus productif. Et le développement des villes et du commerce a fait émerger une bourgeoisie riche qui a voulu s’affranchir du pouvoir des seigneurs féodaux du XIe siècle à travers des lettres communales, avec l’obtention de franchises (droits d’impôts, de justice … ) et l’exemption des droits seigneuriaux précisés dans lesdites lettres. Cette bourgeoisie voulait aussi s’émanciper du pouvoir ecclésiastique, célébrant ses conseils non plus dans les églises, mais dans les conseils municipaux de la ville dont les églises beffrois et cloches rivalisaient avec les clochers religieux. Selon les circonstances, ces trois puissances rivalisaient ou alliaient pour financer les nouvelles églises et cathédrales: il y avait même concurrence entre le clergé de la cathédrale et celui des autres églises paroissiales, dont la responsabilité dans la collecte et l’administration des fonds pour sa construction était garantie par le conseil d’usine.

Ces sources de financement étaient principalement le revenu de l’évêque (qui a toujours participé à l’initiative des premiers bâtiments gothiques), le chapitre des canons (qui prendra le relais au milieu du XIIIe siècle, car les canons vont jouer un rôle plus important ), les dons des nobles (dons en «don pur, perpétuel et irrévocable» ou «sollicitation des masses») et des bourgeois (en particulier pour les pétitions concernant leur santé), les corporations (étant représentés dans les vitraux en échange) ou par les contributions de tous les fidèles (pétitions, indulgences, transport de reliques …).

Premières réalisations
Bien qu’il n’ait été consacré qu’en 1163, l’œuvre de la cathédrale Saint-Étienne de Sens a commencé en 1135 et est, en fait, considérée comme la première des cathédrales gothiques. Cependant, les premiers essais du nouveau style ne concernaient pas les cathédrales.

Les églises et les bâtiments abbatiaux de l’abbaye de Madame de Morienval (croiseur militaire d’environ 1125), de Saint-Martin de Paris (choeur de 1130) et de Saint-Germer-de-Fly (1135) ont déjà quelques caractéristiques gothiques. Ils sont antérieurs à l’abbaye de Saint-Denis, mais ce fut l’un des premiers édifices religieux encore debout qui se distinguait clairement du style roman.

L’abbaye bénédictine de Saint-Denis était un établissement prestigieux et riche, grâce à l’action de Suger de Saint-Denis, abbé de celle-ci de 1122 à 1151. Suger voulait rénover l’ancienne église carolingienne pour mettre en valeur les reliques de Saint Denis avec un nouveau refrain: pour cela j’ai voulu faire une élévation importante et avoir des trous qui laissent entrer la lumière. Suger décide de terminer la construction de sa nouvelle abbaye inspirée par le nouveau style déjà aperçu dans la cathédrale de Saint-Étienne de Sens. En 1140, il construit une nouvelle façade occidentale de type “harmonique”, s’inspirant des modèles Normands románicos comme l’Abbaye de Saint-Étienne de Caen qui offre un bon exemple de la façade normande-harmonique, et rompt avec la tradition carolingienne du massif occidental. En 1144, la consécration du chœur de la basilique marque l’avènement de la nouvelle architecture. Retournant au principe du déambulatoire avec des chapelles rayonnantes, en les dupliquant, il innove en profitant de la juxtaposition des chapelles, précédemment isolées, les séparant par un seul contrefort. Chacune des chapelles aura de grands trous jumeaux équipés de vitraux qui filtrent la lumière; La voûte a adopté la technique de la voûte de crucería pour mieux répartir les forces vers les piliers.

Le premier art gothique a été étendu pendant la deuxième partie du 12ème siècle dans le nord de la France. Le clergé séculier fut alors tenté par une certaine splendeur architecturale. Saint-Denis va être le prototype mais cette direction, très osée, ne sera pas immédiatement comprise et suivie: façade harmonique, double déambulatoire, voûtes nervurées. La cathédrale de San Esteban de Sens était un autre exemple initiatique de ce mouvement, bien que moins audacieux que Saint-Denis: supports alternés (piliers forts et piliers faibles), voûtes sexpartites, murs relativement épais – l’utilisation de contreforts volants n’est-elle pas généralisée jusqu’à la période classique (bien que sa première apparition ait été datée dans les années 1150 à Saint-Germain-des-Prés, jusqu’à la découverte de cet élément architectural en 1130 à l’abbaye de Cluny.) Cependant, on peut voir des innovations, comme la absence d’un transept qui unifie l’espace et permet un éclairage plus abondant. Les contributions de Sens ont été comprises plus rapidement que celles de Saint-Denis et auront un plus grand impact: bientôt de nombreux bâtiments suivront leur exemple, d’abord au nord de la Loire.

La cathédrale de Laon présente encore une forme “archaïque”, conservant une élévation sur quatre étages, y compris les tribunes. Le contraempuje du navire, malgré les voûtes sexpartitas et l’alternacia de piliers forts / faibles, n’est toujours pas totalement résolu.

Le gothique classique (1180-1230)
Dès l’époque de Philippe-Auguste, à la fin du XIIe siècle, la monarchie française s’affirme avec une expansion de son pouvoir et de son territoire: à la suite de sa rivalité avec le Plantagenet, les régions d’Aquitaine et de Normandie sont incorporées en France à partir du début du XIIIe siècle, et l’achèvement de la croisade albigeoise, en 1229, a pris fin avec l’annexion du comté de Toulouse en 1271. Le Saint Empire romain a également perdu son prestige en faveur du roi de France après la bataille de Bouvines. Ainsi, la France s’est consolidée comme la première puissance de l’Occident chrétien, qui se manifestera par les deux croisades du règne de Saint Louis et la fondation à Paris de la première université d’Europe.

Caractéristiques
Le gothique classique ouvre ce qu’on appelle au treizième siècle, l’âge des cathédrales: correspond à la phase de maturation et à l’équilibre des formes (fin XII-1230 environ). Les cathédrales principales ont été construites à cette époque – Reims, Bourges, Amiens, etc – et aussi des centaines d’églises, nouvelles ou modifiées, dans les villes et villages, ou pour les monastères, suivant les nouveaux principes de la fin du XIIe siècle. Dans les cathédrales, le rythme et la décoration étaient simplifiés; l’impulsion verticale était de plus en plus prononcée; et l’architecture est devenue uniforme. Pendant ce temps, le contrefort volant, qui traverse les couloirs latéraux pour transmettre la poussée de la voûte centrale, devient un organe essentiel. Son utilisation systématique a permis à Chartres la création régulière grâce à la voûte sexpartite et à l’abandon du principe des colonnes alternantes très marquées à Sens. C’est dans le domaine royal de la dynastie capétienne que ce style trouve son expression la plus classique. Onze

Dans cette période, les noms des architectes commencent à être connus, notamment grâce aux labyrinthes (comme à Reims). Les maîtres de construction ont rationalisé la production en utilisant progressivement la ressource pour la préfabrication de pierres taillées en carrière, et pour la standardisation des modules de maçonnerie. Le développement des contreforts volants a permis de supprimer les tribunes qui jouaient auparavant ce rôle. Le monument prototype est la cathédrale de Chartres, un projet ambitieux avec une élévation de trois étages qui aurait pu être possible grâce à l’amélioration des contre-coups. D’autres pays européens commencent à aborder cette nouvelle forme architecturale comme en Angleterre – les cathédrales de Cantorbéry et de Salisbury – ou en Espagne – les principes de Tolède et de Burgos.

Opposition des modèles de Chartres et de Bourges
Les historiens de l’art ont considéré trop tôt le projet ambitieux de la cathédrale de Chartres comme le prototype du gothique classique: le modèle chartréen où l’on cherchera l’équilibre entre lignes verticales et lignes horizontales, ainsi que la planéité des murs.

La construction de la cathédrale de Chartres est encadrée depuis 1194 dans un contexte d’émulation générale faite d’échanges et de transferts d’expériences. C’était possible grâce à l’amélioration des contre-poussées et à une meilleure maîtrise de la voûte nervurée, sacrifiant les tribunes si caractéristiques des années 1140-1180. La grande nef adopte maintenant l’élévation sur trois étages: grandes arcades, claire-voie et hautes fenêtres. Compte tenu de la mise en scène dans un seul avion, vous obtenez une nouvelle planéité de la peinture murale.

La base des piliers est réduite par rapport à la cathédrale de Noyon et le taureau inférieur écrasé commence à déborder de la base. L’établissement d’un nouveau type de pilastre de quatre colonnes attachées sera capable de créer une répétition sans fin tout en augmentant visuellement la poussée verticale. Les grands arcs en arcs brisés sont prolongés et délimités par une méplat (partie plate) disposée entre deux moulures qui reposent sur des colonnes de supports attachés. Afin de ne pas briser l’impulsion des lignes verticales, les crochets des chapiteaux sont maintenant remplacés par des anneaux de feuillage appliqués à l’abaque. L’abandon de la voûte sexpartite au profit d’une voûte quadripartite appelée barlong était une grande innovation qui crée un ordre régulier obtenu par la suppression définitive de l’alternance des supports. Cependant, il est subtilement rappelé comme un motif décoratif, en variant la conception des piliers qui sont alternativement circulaires et octogonaux. La claire-voie de quatre arches pointues, soulignée par deux bandes en forme d’amande, devient ici «continue», créant une poussée horizontale. Une autre nouveauté est que les murs et la légèreté sont vus non seulement comme des porteurs, mais plutôt comme un vêtement, dans lequel les hautes fenêtres peuvent maintenant occuper toute la largeur du mur et élargir l’espace réservé aux fenêtres: Composé de deux lancettes géminées systématiquement pointues, ces fenêtres atteignent alors la même hauteur que les grandes arches, apportant plus de lumière au bâtiment. Ils sont couronnés par une grande rose de huit lobes qui permettent la floraison de la technique du vitrail.

Cette élévation sur trois étages n’est toujours pas reconnue comme un acte fondateur du gothique classique. Ce sera plutôt la transformation de la perception des volumes et de l’espace intérieur par la planéité des murs et par ce nouvel équilibre entre les lignes verticales et les lignes horizontales qui marqueront une réelle avancée. L’esthétique définie aura une grande postérité. Le modèle de Chartres ne sera pas seulement repris à Reims (1211) et Amiens (1221), mais aussi à l’étranger, d’abord en Angleterre, dans les cathédrales de Cantorbéry et Salisbury, puis en Espagne dans la cathédrale de Burgos et plus tard dans le Sacrum germanique Empire romain dans la cathédrale de Cologne.

Suivant le modèle de Chartres, la cathédrale de Bourges, à partir de 1195, représente une autre esthétique, avec les effets désirés étant principalement les jeux de volumes avec une perspective longitudinale et un profil pyramidal.

Henri de Sully, archevêque de Bourges, a fait une donation au chapitre de la cathédrale de Bourges pour la construction d’un nouveau bâtiment. L’archevêque était le frère d’Eudes de Sully, évêque de Paris, d’où il y a une similitude de plan et d’élévation avec la cathédrale de Notre-Dame de Paris. Bien que l’idée d’un double déambulatoire soit reprise, le transept disparaît, ce qui contribue au sentiment d’unité d’espace et de longueur du bâtiment, totalement dépourvu de l’axialité qui caractérisait le modèle chartrien. Nouveauté à cette époque, toutes les moulures et chapiteaux ont la même hauteur, avec seulement deux diamètres de colonnes, quelle que soit leur position dans le bâtiment. Si, comme à Chartres, les gradins sont sacrifiés pour une élévation sur trois niveaux, il reste fidèle, comme à Paris, à la voûte gothique sexpartite, ce qui entraîne dans la nef centrale, l’adoption de pilastres forts et faibles alternés qui seront habilement déguisé par la présence de huit colonnes attachées à un cylindre. Cette plasticité est également maintenue en Bourgogne, dans la cathédrale Saint-Etienne d’Auxerre ou dans l’église Notre-Dame de Dijon.

L’effet obtenu est surprenant à la fois pour l’absence de transept et pour l’ouverture visuelle sur le double couloir qui entoure le choeur: il en résulte une perspective longitudinale avec une impression d’espace immense, dégagé de limites et dont les volumes s’ouvrent dans d’autres, en contraste frappant avec le modèle de Chartres qui se concentre principalement sur la hauteur et l’axe qui mène au chœur. Cela conduit au profil pyramidal de la section transversale, les cinq nefs ayant des hauteurs respectives de 9,0 m, 21,30 m et 37,50 m. Des navires extérieurs à la nef centrale. De plus, le modèle Bourges offre une nouvelle recherche de la lumière: les collatéraux internes, équipés de triforiums, ont une élévation sur trois étages et l’agencement des bâtiments, chacun avec de hautes fenêtres, permet de fournir un éclairage latéral qui s’ajoute au partie supérieure de la nef centrale et du choeur.

Malgré toutes ces innovations, le modèle de Bourges sera peu suivi: il ne sera repris qu’à Saint Julien du Mans, redessiné à Saint-Pierre de Beauvais et ne sera pas à l’étranger plus que dans la cathédrale de Santa María de Toledo .

Le gothique radiant
Une fois de plus, ce style est né à Saint-Denis, avec la réhabilitation des parties supérieures du chœur de l’église abbatiale en 1231. Il a été vraiment promu à partir des années 1240; les bâtiments encore en construction prennent immédiatement en compte cette nouvelle mode et modifient en partie leurs plans. Le gothique rayonnant se développera progressivement jusqu’à environ 1350 et se répandra dans toute l’Europe avec une certaine homogénéité. Les architectes et maîtres d’ouvrage français sont employés même à Chypre ou en Hongrie.

Les églises deviennent de plus en plus hautes. Techniquement, ce qui permettait de construire de tels grands bâtiments avec de très grandes fenêtres était l’utilisation de l’armure de fer (technique de la “pierre armée”). Les fenêtres ont été prolongées jusqu’à ce que les murs ont disparu: les piliers ont formé un squelette de pierre et le repos sera fait de verre, laissant dans une lumière abondante. La surface éclairée a été encore augmentée par la présence d’un triforium ajouré, comme dans la cathédrale de San Esteban de Châlons. Dans la cathédrale de Saint-Étienne de Metz, la surface du verre atteignait 6496 m 2. Les vitrines se caractérisaient également par des tracés d’une grande finesse qui ne gênaient pas la lumière. La rosette, déjà utilisée auparavant, finit par devenir un élément clé de la décoration (transept de Notre-Dame de Paris, façade de la cathédrale de Strasbourg).

L’espace de la cathédrale a été agrandi – une multiplication des chapelles latérales – et une certaine unité spatiale peut également être vue – les piliers deviennent tous identiques. Les piliers étaient souvent fasciculés, c’est-à-dire qu’ils étaient entourés de plusieurs colonnes groupées en facettes. Contrairement à la tendance du pilier fasciculé, tout un groupe de cathédrales et de grandes églises adoptèrent les piliers cylindriques à l’imitation de la cathédrale de Châlons.

Gothique flamboyant et gothique international
Le gothique flamboyant, parfois mal nommé gothique tardif, est né dans les années 1350 et, surtout, à Paris – chapelle de Notre-Dame-de-Bonnes-Nouvelles (aujourd’hui défunte), qui dépendait de l’hospitalier – et à Riom – Sainte-Chapelle construit selon les plans de Guy de Dammartin pour le palais de Jean de Berry. Il a été développé jusqu’au XVIe siècle dans certaines régions, comme la Lorraine ou la Normandie (voir par exemple la basilique de Saint-Nicolas-de-Port ou l’abbaye de Saint-Ouen). Ses derniers feux ne s’éteignent qu’au XVIIe siècle, comme par exemple dans l’église de Saint-Samson à Trégastel – dont la construction commença à la fin du XVIe siècle et ne fut achevée qu’aux alentours de 1630 – ou dans la cathédrale de la Sainte-Croix d’Orléans, détruite par les huguenots en 1599 et reconstruite dans le style gothique flamboyant. On peut même mentionner, au début du XVIIIe siècle, un projet d’église pour le céleste d’Orléans par Guillaume Hénault, en gothique flamboyant. Dans l’ancienne province de Champagne, il est arrivé après 1450 avec des maîtres maçons tels que Florent Bleuet, actif à Troyes et dans la basilique de Notre-Dame de L’Épine.

Le terme “flamboyant” (flamboyant) aurait été utilisé pour la première fois par Eustache-Hyacinthe Langlois, antiquaire normand, pour décrire les motifs en forme de flammes (soufflets et mouchettes) que l’on peut voir dans l’entrelacs des trous, rosettes ou pignons, par exemple.

La structure des bâtiments reste la même que dans la période précédente, mais ils auront une ornementation exubérante, caractérisée par une grande virtuosité en stéréotomie (coupe de la pierre). La technique de la pierre armée de la période rayonnante cède la place à la pierre sculptée: cela explique, par exemple, que les rosettes sont de dimensions plus modestes, même si elles sont plus aériennes lorsqu’elles reposent sur des structures plus légères, comme dans la Sainte-Chapelle de Vincennes. Les façades sont également sculptées dans plusieurs plans. À l’intérieur des bâtiments, les voûtes nervurées deviennent plus complexes, devenant, dans certains bâtiments, un élément décoratif; c’est le cas dans theSt. Cathédrale de Vitus de Prague. La clé ou le pendentif de la lampe, un véritable exploit technique, est plus courant (abbaye de Saint-Ouen, portail des Marmousets).

Dans cette période différents styles émergent dans différentes parties de l’Europe: en France, l’élévation se simplifie un peu et monte souvent à deux niveaux (Saint-Germain l’Auxerrois), ou avec une élévation sur trois étages, mais avec un triforium aveugle; les piliers s’étendent en continu, sans interruption, du sol à la clé de voûte; les multiples colonnes qui les encadrent sont remplacées par des nervures. Les bases du gothique flamboyant prennent de nombreuses formes: bouteille buticulaire, tressée, prismatique … Les arcs brisés des portails sont surmontés de clés. Les chapiteaux sont parfois réduits à des anneaux décoratifs, ou disparaissent lorsque les moulures pénètrent sans interruption de l’ogive dans la colonne qui le supporte.

Le gothique flamboyant est plus un style qu’une époque, et cet appel renvoie à l’architecture gothique dominée par des motifs curvilignes, des arabesques développées en courbes et contre-courbes, et où les entrelacs recouvrent les surfaces de motifs évoquant «flammes, cœurs ou des larmes “, comme disait Jules Michelet. Mais que ce style n’est qu’une des formes adoptées par l’architecture gothique du milieu du XIVe siècle. L’Angleterre connaît alors le gothique perpendiculaire, qui apparaît notamment dans le cloître de Gloucester, ouvrage probable de Thomas de Cambridge. Certaines régions allemandes voient se développer un style gothique particulièrement sobre, des surfaces blanches subtilement fragmentées en formes géométriques polygonales, comme dans l’Albrechtsburg de Meissen, Arnold de Westphalie, ainsi que dans de nombreux bâtiments de la ville de Slavonice, en République tchèque.

Déclin de l’art gothique à la Renaissance
Les humanistes de la Renaissance voulaient un retour aux formes héritées de l’antiquité classique, considérées comme un modèle de perfection. C’est à cette époque que le terme gothique fut utilisé pour la première fois par Giorgio Vasari en 1550 pour désigner l’art médiéval, avec une connotation péjorative: il désigne les Goths, barbares dont les armées avaient envahi l’Italie en particulier et pillé Rome en 410.

Le mépris de cet art était tel qu’il envisagea même de détruire la cathédrale Notre-Dame de Paris et de la remplacer par un nouveau bâtiment. Ce projet n’a pas pu être réalisé, cependant, parce que la révolution a éclaté. La vente ou l’abandon des biens de l’église a entraîné la disparition de nombreux chefs-d’œuvre de l’architecture gothique, principalement des abbayes, mais aussi de plusieurs cathédrales, comme Arras, Cambrai ou Liège (Belgique).

Malgré ce mépris avoué, le gothique a continué à connaître des succès dans la première moitié du XVIIIe siècle. Les formes gothiques disparaissent progressivement, se mêlant aux formes de la Renaissance, comme dans l’église de Saint-Eustache à Paris, où un décor Renaissance habille une structure gothique. Certaines églises gothiques de la fin du XVIe siècle ont subi l’influence de l’art de la Renaissance dans leur architecture, comme la cathédrale Notre-Dame du Havre.

Le romantisme réhabilite le gothique: le néo-gothique
La construction de bâtiments caractéristiques de l’architecture gothique n’avait pas complètement cessé au XVIe siècle, tant en France (à Tours) qu’en Angleterre (à Oxford) ou en Italie (à Bologne). En Angleterre, l’architecte baroque Christopher Wren construisit la Tom Tower pour le College Christ Church (Oxford) et son élève Nicholas Hawksmoor ajouta les tours ouest de l’abbaye de Westminster, toutes de style gothique en 1722. A la fin du XVIIIe siècle, le mouvement romantique, un intérêt pour l’ensemble du Moyen Age s’est développé, y compris l’architecture gothique, et le terme gothique a perdu sa connotation négative. Les amateurs comme Horace Walpole ont créé des manoirs avec des détails gothiques. Les innovations techniques ont permis aux constructions de dépasser certaines limites qui limitaient leur forme, et une nouvelle architecture a réinterprété leur patrimoine historique: après le néoclassique, le style néo-gothique est apparu, notamment en Angleterre, puis aux États-Unis dans les années 1840. il travaillait dans de nouveaux bâtiments, tels que des gares (St. Pancras Station à Londres), des musées (Musée d’histoire naturelle de Londres, Smithsonian Institution) et le Palais de Westminster. Après Oxford, ce style rencontra un grand succès dans les universités des États-Unis, comme à Yale.

La France apparaît assez tard dans la scène néo-gothique à cause des guerres napoléoniennes, qui mobilisèrent toutes les forces de la nation française, et le goût de l’empereur Napoléon Ier pour le style néoclassique. Le roman de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris (1831), a ravivé l’intérêt pour les cathédrales d’Île-de-France. La restauration des Bourbons a permis aux jeunes architectes de renouer avec le passé artistique du royaume de la France médiévale, notamment avec le style gothique français du XIIIe siècle. L’architecte Jean-Baptiste-Antoine Lassus a été l’un des précurseurs de cette rénovation architecturale. Eugène Viollet-le-DucHe a travaillé avec Lassus sur plusieurs projets – notamment à Notre Dame et Sainte Chapelle, tous deux sur l’île de la Cité à Paris – et il devra beaucoup de ses points de vue qu’il a appliqués dans ses restaurations de la paroi Cité de Carcassonne, dans le château de Roquetaillade et encore plus caractéristique à travers l’exemple “pédagogique” du château de Pierrefonds et du château de Pupetières.

Inspirés par les recherches de Lassus et de Viollet-le-Duc, de nombreux bâtiments, notamment religieux, imitent le style médiéval: à Paris, un exemple célèbre est l’église de Sainte-Clotilde. Depuis 1840, la basilique de Notre-Dame de Bonsecours, près de Rouen, inaugure l’ère des églises néo-gothiques, suivie de près par Nantes par l’église de San Nicolás. Ils ont suivi, entre autres, le Sacré Cœur de Moulins, dans l’Allier, l’église de Saint Vincent de Paul (ou des Réformés, à Canebière) à Marseille, l’église de Saint Paul de Strasbourg, etc., sans oublier, surtout, l’achèvement des cathédrales n’a jamais fini comme à Moulins et, surtout, à Clermont-Ferrand, avec ses hautes flèches.

Le succès du néo-gothique s’est étendu au début du XXe siècle dans de nombreux gratte-ciel, en particulier à Chicago et à New York. En Europe, le monument le plus célèbre qui a été inspiré par le patrimoine gothique tout en se distinguant clairement du style organique de Gaudí était probablement la Sagrada Familia de Barcelone (Espagne).

Les différentes formes locales

Le gothique angevin
Le gothique angevin, aussi appelé gothique Plantagenêt, qui s’est développé dans l’ouest de la France – en Anjou, en Touraine, en Limousin, en Poitou, en Aquitaine, dans le Maine et dans les royaumes angevins de Naples et de Sicile – se distingue par ses façades différentes. l’Île-de-France qui n’a pas trois portails. Leurs têtes n’ont pas nécessairement de contreforts volants (comme dans la cathédrale de Saint-Pierre de Poitiers, dont la tête est un simple mur vertical).

Mais ce qui caractérise le gothique angevin, ce sont surtout les voûtes: la voûte angevine a un profil très bombé – clé significativement plus haute que les arcs brisés et arches anciennement -, tandis que la voûte de l’Ile de France est plus plate – clé de voûte au même niveau comme les arcs brisés et les arches.

Ce système, typique du milieu du XIIe siècle, est une combinaison des influences du gothique rénové (voûte des ogives) et de l’architecture romane de l’ouest de la France (églises avec des rangées de dômes, comme la cathédrale Saint-Front de Périgueux ou la cathédrale de Saint-Pierre de Angoulême). Il est caractérisé par un seul navire, c’est-à-dire sans nefs latérales, et par des voûtes de bords très bombés qui poussent avec très peu de pente et qui ne nécessitent pas de contreforts volants.

Parmi les plus beaux exemples de voûtes angevines, on peut citer la cathédrale Saint-Maurice de Angers et l’ancien hôpital Saint-Jean de Angers, actuellement le musée Jean-Lurçat.

Le gothique normand
La Normandie a été très associée au mouvement gothique. Une des caractéristiques du gothique normand est la présence, sur le transept, d’une tour centrale qui peut être demander et / ou clocher, a construit dans de nombreuses grandes églises et cathédrales dans presque toute la province (Cathédrale de Coutances, Notre – Dame de Rouen, Notre-Dame d’Evreux, ancienne cathédrale de Lisieux, abbaye de la Trinité de Fécamp, etc.). La cathédrale de Notre-Dame de Séesit ne l’a pas, mais elle avait été prévue prévue. Cette architecture a été influencée dans une grande mesure par l’art gothique anglais, dans lequel la présence d’une tour centrale était la règle. Exceptionnel, il ya aussi une tournée dans d’autres parties de l’Europe, comme dans la cathédrale de Burgos ou dans la cathédrale de Lausanne.

Le gothique méridional
Le gothique méridional, Toulouse ou Languedocian, désigne un courant développé dans le sud du pays, qui se caractérise par l’austérité des bâtiments, par l’utilisation de contreforts au lieu de contreforts volants et les quelques ouvertures étroites (exemples: cathédrales de Santa Cecilia d’Albi, San Fulcran de Lodève ou San Pedro de Montpellier). En outre, de nombreux bâtiments de ce style n’ont pas d’allées latérales et sont recouverts de menuiserie reposant sur des arcs diaphragmes. Il avait un aspect un peu militaire, fortifié, conçu pour montrer le pouvoir de l’Église.

À l’apogée de l’hérésie cathare, le luxe de l’Église catholique était constamment miné par les parfaits ecclésiastiques cathares. Après l’éradication politique de l’aristocratie cathare lors de la croisade contre les Albigeois (1209-1229), il reconquit les esprits. En outre, la mise en place de l’Inquisition met l’accent sur un style architectural plus austère et dépouillé.