Fleurs de flammes, Musée du verre de Bergstrom-Mahler

Le travail à la lampe, ou travail à la flamme, consiste à façonner le verre en le ramollissant sur une flamme à l’aide d’outils simples. Les premières preuves de ce processus remontent au Ve siècle avant notre ère pour la fabrication de perles. Au XVIIIe siècle, de petites figures et des tableaux en verre ont été créés à Nevers, en France et dans certaines régions d’Italie, selon cette méthode. Les lampes à huile ou à graisse servaient à la fabrication de perles jusqu’en 1843, année où Domenico Bussolin a inventé une torche à gaz à Venise. Cette technologie augmentait la consistance de la chaleur et augmentait la capacité de travail des fabricants. Quand les poids en papier sont devenus populaires, le travail à la lampe a fourni une autre méthode pour réaliser des designs d’intérieur, avec des fleurs parmi le motif victorien le plus populaire. Alors que la technique est devenue plus populaire au 20ème siècle, les artistes ont encouragé l’utilisation du terme flamme afin d’éliminer la référence aux lampes à huile qui ne sont plus utilisées. Le processus offre une grande flexibilité pour créer de petits objets sans investir dans des équipements en verre chaud. Cela a fourni aux artistes un moyen économique de créer avec du verre.

Fleurs simples
La popularité du presse-papier a atteint son apogée de 1845 à 1860 environ. Au cours de cette période, les usines françaises de Baccarat, Saint-Louis et Clichy ont créé des poids à motifs millefiori, un style de portrait commémoratif appelé sulfures, ainsi que plusieurs motifs floraux stylisés au chalumeau inspirés par l’intérêt victorien. dans le jardinage. Les fleurs simples étaient le plus souvent créées par ces usines.

Presse à papier avec canne centrale en nid d’abeille clématite (c.1845-1855)
L’usine de Baccarat a fabriqué plusieurs fleurs de type clématites. Cet exemple est une couleur rare qui est renforcée par un anneau de cannes de couleurs alternées. La fleur est centrée sur une base étoilée.

Le centre de cette fleur de clématite est détaillé à l’aide de ce qu’on appelle une canne millefiori en nid d’abeille. Ce détail apparemment mineur ajoute de l’importance à cette pièce.

Presse-papiers en milliers de pétales de roses (c.1845-1855)
L’élégance simple d’une seule fleur est magnifiquement dépeinte dans ce bourgeon à multiples pétales de rose et naturaliste. L’expert Paul Jokelson l’a déjà cité parmi les 100 poids de papier les plus importants.

Presse-papiers Buttercup (milieu du 19e siècle)
Cette fleur renoncule est un exemple remarquable des meilleurs presse-papiers créés par Baccarat. Le dessin est centré, les feuilles améliorent la composition et l’ajout du bouton rouge accentue la rareté.

Ici, vous voyez que l’étamine centrale est faite de cannes en forme d’étoile et que les bords extérieurs des pétales jaunes présentent une doublure blanche. Cela démontre l’utilisation de cannes multicolores utilisées pour façonner les pétales.

Presse-papiers Saumon Gentians (c.1845-1855)
Le baccara a créé une variété, même si les dessins étaient souvent stylisés. La gentiane est relativement rare et un exemple presque parfait. Les fleurs et les feuilles sont formées à partir de cannes multicouches.

Presse-papiers Crown Imperial (1845-1855)
Ce motif floral de couronne impériale est un exemple très rare et magnifique. Ce n’était pas originaire d’Europe, mais cultivé. Le nom fait référence à la couronne de l’empereur. Le baccara a créé très peu de ceux-ci.

Presse-papier Violettes (c.1845-1865)
Les fleurs avaient des significations distinctes à l’époque victorienne. Quand ils sont groupés, ils portaient souvent un message. La violette symbolisait la modestie et, dans cet exemple remarquable de Clichy, le petit bouton tombait légèrement.

Rose simple sur presse-papiers double coussin Latticinio
Cet exemple presque parfaitement réalisé par Clichy utilise une canne rose pour construire la fleur sur une tige, avec un bouton. Cette conception populaire à une seule rose se situe contre un fond de latticinio blanc presque parfait.

Presse-papier creux simple rose (c.1850)
Une seule rose blanche a toujours été synonyme de pureté. Ici, cette fleur délicate et extraordinairement conçue est centrée dans un dôme creux. C’est unique, suggérant qu’il a peut-être été fait pour quelqu’un.

Renoncule sur un presse-papier moulu à Jasper (1852-1880)
Ce presse-papier américain est un modèle simple posé sur un fond de verre broyé rouge et blanc. La fleur bouton d’or a deux significations disparates: charme et ingratitude.

Rose simple sur presse-papier moulue au cobalt (c.1878)
Saint-Louis, Baccarat et Clichy furent les principaux fabricants français de presse-papiers de 1845 à 1855, mais Monot, Père et Fils, et de Stumpf, Cristallerie de Pantin fabriquèrent très peu, mais audacieux, vers 1878.

Bouquets Floraux
Les presse-papiers flammés du XIXe siècle offrent une variété de compositions et démontrent le talent extraordinaire des fabricants de l’usine ainsi que leur ingéniosité. Les poids en papier fabriqués dans une usine étaient fabriqués à la main, mais pas nécessairement un artisan du début à la fin. Ils représentent les compétences spécialisées regroupées de plusieurs travailleurs. Les compositions résultantes sont un mélange enchanteur de motifs floraux variés avec des fleurs à la fois naturalistes et fantastiques, avec des centres de canne fantaisie et des feuilles stylisées. Certaines des très rares œuvres font preuve d’une sensibilité extraordinaire en termes de couleur et de composition, qui pourrait avoir été réalisée par un seul artiste et probablement réalisées sous forme de cadeaux ou de pièces de présentation uniques.

Bouquet de trois fleurs avec presse-papiers à ruban (1845-1855)
Cette composition de fleurs stylisées comprend une canne rose rose que Clichy a adoptée comme caractéristique de signature des Italiens, ce qui en fait un support hautement apprécié.

Noué d’un ruban rose, ce trio de fleurs envoie un message sentimental à son destinataire.

Presse-papiers plein bouquet (1845-1848)
Cette conception vaste et ambitieuse est unique et a peut-être inspiré des presse-papiers similaires de Saint-Louis. Il associe des fleurs au chalumeau à des cannes millefiori pour former un bouquet exceptionnel.

Les presse-papiers de cette période n’étaient pas toujours signés. Certaines caractéristiques ont aidé à les identifier. Les couleurs claires et audacieuses de ces centres de poids et de fleurs jaunes les relient à l’usine de Saint-Louis.

Les maîtres modernes
Les magnifiques presse-papiers du XIXe siècle ne sont pas fabriqués au-delà de 1878. Leur beauté a incité les décideurs du XXe siècle à suivre des techniques magistrales. Nombre d’entre eux ont fait appel aux compétences de l’industrie du verre scientifique pour créer des pièces d’expression artistique. Charles Kaziun fut l’un des premiers Américains à enquêter sur ces processus remarquables dans les années 1940. De plus en plus de fabricants suivirent et transformèrent lentement cette forme d’art du 19ème siècle en un format contemporain.

Gloire du matin sur treillis avec abeilles à feuille d’or (1969)
Ce travail délicat de Kaziun était un cadeau offert à Evelyn Campbell Cloak, conservatrice du musée Bergstrom-Mahler, qui l’a encouragée. Les gloires du matin sur un treillis sont ornées de feuilles d’or.

Clématite (1970)
C’est une expérience petite mais puissante de Paul Stankard. Ironiquement, il a essayé de copier toutes les caractéristiques de la conception antique traditionnelle dans ce travail très précoce, pour ensuite construire une carrière de changement.

Bruant des marais avec perce-neige et champignons (1988)
Rick Ayotte a immédiatement mis ses compétences à contribution pour créer son propre langage contemporain en partageant son amour de la nature. Il s’est spécialisé dans la représentation d’oiseaux dans leur environnement naturel.

Presse-papiers Double Superposition Coupe Gingham (1986)
Bob Banford a tenté et maîtrisé un dessin très difficile dans lequel les couches de couleur rouge et blanche sont découpées selon un motif vichy complexe. Cela a été inspiré par le travail extraordinaire de l’artisan du 19ème siècle.

Les couches de verre rouge et blanc sont appliquées à chaud, recouvrant complètement le verre transparent et le motif floral: d’abord blanc, puis rouge. Une fois refroidi, il ressemble à une boule rouge jusqu’à ce que la coupe commence à exposer les autres couches.

Pré de fleurs (1996)
Il s’agit d’un travail multi-floral extraordinairement ambitieux de Debbie Tarsitano. Il a été réalisé en hommage à son père avec lequel elle a partagé un studio. La composition est ample, fraîche, vibrante et délicate.

Stuart Drysdale Memorial Poids (1992)
Ce magnifique exemple unique de l’artiste Peter McDougall a rendu hommage à feu Stuart Drysdale. La maîtrise de ces compétences permet aux décideurs du 20ème siècle de faire progresser les passions du 19ème siècle.

Rose botanique (1982)
Lorsque les artistes du verre du XXe siècle ont perfectionné leurs compétences pour créer un message moderne, ils ont également élargi la forme de presse-papiers. Cette forme expérimentale a changé la carrière de Stankard et a ouvert la voie à d’autres.

Cube botanique Les Nymphéas et les Esprits (1989)
Cette forme de cube était une autre expérience pour Stankard, ainsi que la sensation aqueuse de la composition. Sa capacité à créer des représentations naturalistes a libéré le presse-papiers de ses frontières du 19ème siècle.

Orchidée de charme (1996)
Lorsque les artistes du verre ont été libérés des dessins prescrits dans les presse-papiers du format original du XIXe siècle, ils ont utilisé leurs talents extraordinaires pour créer des œuvres sculpturales à plus grande échelle.

Tétraèdre de mûre (c.2003)
Au XXIe siècle, les artistes sont en mesure de continuer à utiliser les sphères de presse papier traditionnelles avec des dessins vus d’en haut ou d’explorer de nouveaux formats multidimensionnels.

Bouquet de baies avec spiritueux Cloistered Botanical (1992)
Les presse-papiers du XIXe siècle étaient souvent rehaussés par un fond coloré. Ici, le changement de forme et le fond sombre ajoutent à la fois une dimension et un drame à l’appui de cette composition en colonnes détaillée et contemporaine.

Stankard a introduit la narration dans ses compositions, ajoutant une expression personnelle à cette forme d’art. Son détail remarquable montre de petites figures ou “personnes-racines” nourrissant la plante de dessous.

Iris rouge (2008)
Parcourir cette sphère sombre et dramatique, c’est comme trouver des fleurs sauvages délicates survivant dans les bois. De nouvelles compétences, formes, compositions et signification ont redéfini une forme d’art du XIXe siècle pour une nouvelle ère.

Musée du verre de Bergstrom-Mahler
Le musée du verre Bergstrom-Mahler est un musée d’art agréé situé dans la région des Fox Cities, dans le Wisconsin, à 200 km au nord de Chicago. Le musée d’art a ouvert ses portes en 1959 pour abriter la collection de papier-poids en verre la plus importante et la plus représentative au monde. Il abrite désormais également des récipients anciens à boissons germaniques, des verres d’art victorien et des verres d’atelier contemporains. Le musée se concentre uniquement sur le verre, présentant des expositions temporaires dans ce médium captivant. Le Glass Studio du musée du verre de Bergstrom-Mahler propose aux jeunes et aux adultes, toute l’année, des techniques de traitement à la flamme et de fabrication de verre au four.