Fauvisme

Le fauvisme est le style des fauves, un groupe d’artistes modernes du début du XXe siècle dont les œuvres mettent l’accent sur les qualités picturales et la couleur forte des valeurs représentatives ou réalistes retenues par l’impressionnisme. Alors que le fauvisme commença vers 1904 et se poursuivit au-delà de 1910, le mouvement en tant que tel ne dura que quelques années, de 1905 à 1908, et eut trois expositions. Les dirigeants du mouvement étaient André Derain et Henri Matisse.

Le fauvisme est un mouvement artistique de la peinture française de 1898 à 1906 caractérisé par une violence des couleurs, souvent appliquée sans mélange de tubes de peinture produits dans de vastes zones plates, par une spontanéité et même une rugosité d’exécution et par un audacieux design de surface. le premier d’une succession de mouvements d’avant-garde dans l’art du XXe siècle et a influencé les tendances contemporaines et plus tardives telles que l’expressionnisme, l’orphisme et le développement de l’art abstrait.

Caractérisation
Trois groupes principaux, dont le franc-tireur néerlandais Kees van Dongen, contribuent à la formation du terme Fauvisme à:

les étudiants de Gustave Moreau et de l’Académie Carrière: Henri Matisse, Albert Marquet, Charles Camoin, Henri Manguin et Jean Puy.
le groupe de Chatou: André Derain et Maurice de Vlaminck.
le trio converti du Havre d’origine impressionniste: Othon Friesz, Raoul Dufy et Georges Braque.
Les peintres voulaient rompre avec le passé, surtout l’impressionnisme et le réalisme, et ne pas devenir dépendants d’un modèle. Ils travaillaient contre les tableaux impressionnistes à la plante plus de temps (en terme de prêt).

Dans la peinture de paysage, les objectifs de base ont été développés. Dans les sculptures, la lumière et le design intérieur sont équivalents en raison de la couleur. Les phénomènes spatiaux sont traités comme une surface pure sans modélisation et illusion du clair-obscur. La place de l’illusion de l’espace est remplacée par un espace poétique créé par la sensibilité et la fantaisie. Cet espace s’exprime visuellement à travers un jeu de couleurs pures et uniformément saturées. Les Fauves ont rejeté les références littéraires de la peinture.

L’expression de l’œuvre réside dans la surface colorée de l’image, captée par le spectateur dans son ensemble. La plus forte augmentation de couleur n’est pas suffisante pour caractériser le fauvisme. “Ce n’est que l’extérieur”, dit Matisse, “le fauvisme est causé par le fait que nous avons rejeté les couleurs imitatives et fait avec des effets purs beaucoup plus forts, en dehors de l’éclat des couleurs.” Car le fauvisme est aussi typique dans la mesure où les peintres recherchent la correspondance entre l’expression et le contenu intérieur de l’image à travers la composition ordonnée. La simplicité des moyens picturaux utilisés ici a reçu une attention particulière.

Artistes et style
Outre Matisse et Derain, Albert Marquet, Charles Camoin, Louis Valtat, Jean Puy, Maurice de Vlaminck, Henri Manguin, Raoul Dufy, Othon Friesz, Georges Rouault, Jean Metzinger, Kees Van Dongen et Georges Braque (par la suite le partenaire de Picasso dans Cubisme).

Les peintures des Fauves étaient caractérisées par un travail de pinceau apparemment sauvage et des couleurs stridentes, alors que leur sujet avait un degré élevé de simplification et d’abstraction. Le fauvisme peut être considéré comme un développement extrême du postimpressionnisme de Van Gogh fusionné avec le pointillisme de Seurat et d’autres peintres néo-impressionnistes, en particulier Paul Signac. D’autres influences clés sont Paul Cézanne et Paul Gauguin, dont l’emploi des zones de couleur saturée – notamment dans les peintures de Tahiti – influence fortement l’œuvre de Derain à Collioure en 1905. En 1888, Gauguin dit à Paul Sérusier: «Comment voyez-vous ces arbres? Ils sont jaunes, donc mis en jaune, cette ombre, plutôt bleue, la peignent d’outremer pur, ces feuilles rouges, mises en vermillon. Le fauvisme a été comparé à l’expressionnisme, à la fois dans l’utilisation de la couleur pure et dans le pinceau sans contrainte. Certains des Fauves ont été parmi les premiers artistes d’avant-garde à collectionner et étudier l’art africain et océanique, aux côtés d’autres formes d’art non occidental et folklorique, conduisant plusieurs Fauves vers le cubisme du développement.

Intégration historique

Société
Les peintres, qui avaient entre vingt et trente ans en 1905, sont nés peu après la défaite de la France en 1870 et les événements de la Commune de Paris et sont issus de relations familiales pour la plupart modestes. La France a été secouée et divisée en 1894 par l’affaire Dreyfus, beaucoup de protestations ont été faites. La confiance dans le pouvoir d’État, le pouvoir judiciaire, l’armée, l’église et le système économique a ébranlé de nombreux critiques. Ainsi, les tendances anticléricales, antimilitaristes, anticonformistes, voire anarchistes sont apparues.

L’anarchisme mais de 1900 à 1905 n’était pas un mouvement actif, violent plus en France, c’était plutôt un café anarchiste. Les Fauves avaient, dans un certain sens, approché l’anarchiste – de sorte que la lutte contre l’art bourgeois reconnu a également conduit à la lutte contre l’ordre établi. Mais Derain a déjà exprimé dans une lettre à Vlaminck en 1905: «Je suis tombé sur un anarchiste: partout où je vais, j’ai autour de moi une bande d’anarchistes qui détruisent le monde tous les soirs et les remettent ensemble le matin. surtout l’idée d’avoir cru que je suis moi-même.

L’exposition universelle de 1900 à Paris a mis en évidence le fossé qui existait entre la société industrielle européenne et les cultures nouvellement découvertes d’Extrême-Orient, d’Afrique et d’Océanie. De cette manière, des œuvres d’art venues de cultures lointaines atteignirent la capitale de la France, ce qui attira l’attention des Fauves.

Philosophie et littérature
L’esprit des Fauves est semblable aux pensées d’André Gide. Gide loue le culte de la vie, cet état d’enthousiasme passionné dans lequel se déploie l’individu, qu’il exprime en 1897 dans Les nourritures terrestres. L’attitude littéraire Gides, qui veut renouveler l’art de l’écriture par mécontentement au symbolisme, correspond à la réaction des Fauves. Ils se sont ainsi retournés contre l’improductivité de l’art officiel et les excès du symbolisme en peinture qui perd son anecdote.

En janvier et février 1900, le magazine Mercure de France publie des articles de Jules de Gaultier qui mettent l’accent sur les fondements anti-rationalistes et individualistes de la philosophie de Nietzsche ainsi que sur l’enthousiasme lyrique qui anime Zarathoustra. Un autre aspect de la pensée de Nietzsche était la défense de Dionysian contre Christianisme. Cette attitude fait de Nietzsche le prophète du Méditerranéisme, un philosophe des pays méditerranéens que les Fauves ont favorisé. La glorification de la vie, l’individualisme joyeux de Nietzsche à cette époque était perçue comme une réaction contre le pessimisme et les excès de la fin de siècle. Ce que dit Jules de Gaultier à propos de Zarathoustra pourrait faire partie d’un manifeste du fauvisme: «C’est un plaisir, un nouvel appétit, un nouveau don de voir les couleurs, d’entendre des sons et de se sentir comme avant, ni vu, ni entendu, se sentait. ”

La peinture
Les jeunes peintres du début du XXe siècle à Paris ont été influencés par de nombreuses influences et contre-courants. L’art populaire de cette époque était un mélange de «réalisme poétique» académique à la Bouguereau et d’apparitions fin de siècle comme l’Art Nouveau. Le style académique officiel présentait les dernières étapes du néoclassicisme et du réalisme. Le contraste avec cette peinture populaire était une partie importante de la culture de la peinture française, l’avant-garde, qui était déjà devenue une tradition. Ses deux courants principaux étaient l’impressionnisme et le néo-impressionnisme (voir → Divisionnisme), le symbolisme, le cloisonisme, le synthétisme, le groupe d’artistes des Nabis et les œuvres de Van Gogh, Gauguin et Cézanne. Leur préoccupation commune était de consolider l’impression d’image dissolue créée par l’impressionnisme. L’unité de l’image non-illusionniste dominait la volonté de l’avant-garde.

Les œuvres des grands esprits ont constitué les points de référence et de confrontation pour les jeunes peintres. Dans leurs œuvres, ils reconnaissent, par exemple chez van Gogh et Gauguin, que le traitement de surface de la couleur se manifeste, ce qui s’oppose à la dissipation des œuvres impressionnistes. Pour les divisionnistes, c’était la logique des couleurs et la théorie des couleurs de Chevreul qui se fondait sur le mélange de couleurs additives dans l’œil du spectateur, à l’aide duquel on voulait échapper au flux de la perfusion. Signac, théoricien et continuateur du mouvement, publia dans la Revue Blanche de mai à juillet 1898 tous les chapitres de son œuvre doctrinale sensationnelle: D’Eugène Delacroix au néo-impressionnisme. L’influence dominante, cependant, était le Cézanne, moins en termes de couleur pure, mais en tant qu’exemple de l’image et de la structure énergétique de sa mise en œuvre.

Développement
Moreau, l’enseignant
L’enseignant, dont certains Fauves parlèrent plus tard avec révérence et gratitude, était Gustave Moreau. Moreau a enseigné de 1891 à 1898 à l’École des Beaux-Arts. Il passait toute la matinée à parler à ses étudiants et les conduisait au Louvre encore et encore. André Suarès a écrit: «Il a eu le mérite de comprendre ce qui s’opposait à lui et qui aurait été le plus violent pour le repousser: il était le chef le plus sûr, le mentor le plus sage», affirme Roger Marx dans la Revue encyclopédique du 25 avril. », 1896:« Tous ceux qui veulent développer leur individualité se sont regroupés autour de Moreau. »Est devenu célèbre le dicton Moreau:« Je suis le pont ira sur certains d’entre eux. ”

Parlant dans les notes de Matisse, enregistrées par Tériade en 1951, il dit de son maître Moreau: «Mon professeur, Gustave Moreau, disait que les manières d’un style se retournent contre lui après un certain temps, et alors les qualités de l’image doivent sois assez fort pour ne pas échouer, c’est pourquoi je surveille toutes les techniques apparemment extraordinaires.

Matisse 1898-1905
Pour le développement du fauvisme, la carrière de Matisse était cruciale. Il a commencé à visiter Pissarro vers 1897, mais certainement après la mort de Moreau en 1898. Pissarro était la conscience morale et le chef artistique de son temps, recevant toujours l’enseignement direct de Corot, connaissant le développement de Cézanne et Gauguin et soutenant les efforts de Seurat . Il était également ouvert aux débuts de Matisse et lui a donné des conseils inoubliables. Matisse a commencé à créer des peintures dans lesquelles le début de la manifestation de la couleur est exprimé et augmenté jusqu’à la 1,901e

En 1935, dans son essai sur le modernisme et la tradition, Matisse a déclaré: «Quand j’ai commencé à peindre, nous n’avons pas contredit nos prédécesseurs, et nous avons exprimé nos opinions prudemment et graduellement: les impressionnistes étaient les leaders reconnus, et les post-impressionnistes leurs pas, je n’ai pas fait ça. ”

Le séjour corse en 1898 indique les premiers pas fauves. Matisse étudie la structure des formes de 1900 à 1903. Il entend par là, d’une part, le dessin qui exprime l’essence de l’objet, ce qu’il appelle le «diner» et, d’autre part, le dessin qui exprime la stabilité de l’objet, ce qu’il appelle dessin d’aplomb. Selon une autre discussion sur le néo-impressionnisme, Matisse a atteint la couleur du gardien du contour pour sauver l’espace et a illustré des relations contrastant les plans de couleurs – simplifiés lisibles à partir des zones de couleur – à construire.

Avec l’image Vue de Saint-Tropez (vue de Saint-Tropez), exposée en 1904 au Salon d’Automne, il initie le fauvisme. Elle correspond aux deux ou trois œuvres que Derain peint à la fin de 1904 et au début de 1905. La maturité précoce de Derain, le plus jeune des Fauves, est si frappante que Picasso lui a décerné sans hésitation la paternité du fauvisme.

Dans sa composition divisionniste Luxe, calme et volupté (1904-1905), Matisse découvre la contradiction entre la «plasticité linéaire et sculpturale» du dessin et la «plasticité des couleurs». La déclaration picturale s’exprime moins dans les couleurs pures que dans une définition plastique non-illusionniste de l’espace.

L’œuvre montrée par Matisse dans le Herbstsalon en 1904 inspira Friesz, qui avait déjà peint dans l’impressionnisme, pour rejoindre le mouvement.

Lorsque Matisse expose au Salon des Indépendants Luxe, calme et volupté, en 1905, Dufy change aussi de direction. Les deux peintres du Havre, Friesz et Dufy, renoncèrent à leur impressionnisme précoce et suivirent Matisse. Dufy a dit: “Avant ce travail, j’ai compris la légitimité du nouveau tableau, et le réalisme impressionniste a perdu son attrait pour moi face à ce miracle, pour traiter le dessin et la couleur purement imaginatifs.”

Ecole de Chatou depuis 1901
Il a Chatou l’Argenteuil – l’ancien terrain de jeu des impressionnistes – appelé Fauvisme. Dans cette petite banlieue, le rapprochement des trois pionniers du mouvement, Matisse, Derain et Vlaminck, ce dernier résidant à Chatou, avait eu lieu.

En 1901, lors d’une visite à l’exposition commémorative de Van Gogh à la Galerie Alexandre Bernheim (plus tard Bernheim-Jeune), Derain Matisse, qu’il avait déjà rencontré en copiant des œuvres classiques au Louvre, avait présenté son ami Vlaminck. Cette rencontre historique souvent mentionnée ne marque nullement la naissance du fauvisme, mais c’est l’une de ses cellules germinales les plus importantes. De temps en temps on parle aussi d’une école de Chatou. Matisse se souvint: «Franchement, la peinture de Derain et de Vlaminck ne m’a pas surprise, car elle ressemblait à mes propres tentatives.

Dans l’attitude de Matisse et de Vlaminck se tenait en face des deux pôles du fauvisme, d’où il tirait sa force et son unité, d’une part, mais conservait sa structure hétérogène, d’autre part. Matisse a soutenu qu’il était important de contrer l’instinct. Vlaminck, d’un autre côté, s’efforçait de peindre de tous ses sens sans penser au style. Matisse a hérité de l’héritage classique et n’a jamais nié l’influence des autres. La personnalité de l’artiste ne lui a été confirmée que par la lutte avec les idées contradictoires et la victoire honnête sur eux. Pour Vlaminck, en revanche, la peinture n’était pas une expérience esthétique, mais une fermentation des sucs, une «suppuration, un abcès». Il a rejeté toutes les influences des précurseurs. Par exemple, le restaurant de La Machine à Bougival de Vlaminck montre ses préférences pour les couleurs de base jaune, rouge et bleu.

Avec Derain, comme lien entre deux natures opposées, la trinité fondamentale du fauvisme s’est formée. À l’automne de 1904, Derain, qui était au service militaire depuis 1901, revint de la vie militaire. Cela a fait l’échange entre Matisse et la troupe restaurée de Chatou, en utilisant la couleur “cartouches de dynamite”, très animée.

Les œuvres de Derain durant cette période (1904) furent en partie créées sous l’influence de van Gogh et des néo-impressionnistes. Cependant, Bords de rivière, Chatou (Riverside, Chatou) montre déjà la recherche d’une synthèse de forme, à l’aide de laquelle la réalité n’est pas représentée, mais un monde imaginaire équivalent à elle doit être créé. Dans La Seine au Pecq (1904) pointe maintenant un style de peinture qui fait clairement face aux aspirations fauves.

Naissance du fauvisme à Collioure 1905
Matisse et Derain ont passé l’été 1905 ensemble à Collioure. Si Céret, après la parole de Salmons, était la «Mecque du cubisme», alors le fauvisme était né à Collioure, et il y avait la transition du postimpressionnisme au nouveau genre qui devait causer du scandale dans le salon d’automne.

Les premières œuvres à Collioure étaient encore des considérations divisionnaires. Dans la proche Corneilla-de-Conflent, il y avait une rencontre avec l’œuvre de Gauguin. Les deux peintres virent Daniel de Monfried, l’ami le plus fidèle de Gauguin, les œuvres encore inconnues d’Océanie. En eux, ils ont reconnu une confirmation de leur chemin vers la «couleur subjective» (→ résolution de la coloration de la représentation «objective» de la couleur locale). Dans le travail de Gauguin, la couleur plate est l’idée de base. Il surmonte “la dispersion de la couleur locale dans la lumière” en subordonnant la lumière à “l’accord des surfaces fortement colorées”. Sur ce point, Matisse a souligné que Gauguin ne peut pas être compté parmi les Fauves, car dans son travail, la construction de l’espace manque par la couleur. Le rôle de Gauguin comme précurseur est celui que l’on voit d’autre part aussi le nettoyage, qui avait atteint son successeur.

Le point de vue divisionniste était maintenant totalement remis en question, car il était en contradiction totale avec la relation entre l’artiste et la nature développée par Matisse et Derain. Plus tard, Matisse avait rigoureusement évalué le divisionnisme et, comme l’avait vu Pissarro, les limites et la stérilité d’une «doctrine trop formelle pour construire des couleurs». Selon lui, le style de peinture divisionniste est basé sur de simples «impressions de la rétine» et ne vise que «l’ordre purement physique» des couleurs. Paul Signactook Matisse rejette très personnellement le néo-impressionnisme. Derain a également dit à Vlaminck dans une lettre du 28 juillet 1905, une nouvelle conception de la lumière: qu’il doit “éradiquer tout ce que la subdivision des teintes implique,” ajoutant, “il nuit aux choses qui nuisent délibérément à leur harmonie Dessine la disharmonie. fondamentalement un monde qui se détruit dès que tu le pousses au bord de l’Absolu. ”

A partir de maintenant, les dernières œuvres de Collioure montrent le chemin de l’exagération qui déterminera la nature du fauvisme. En tant que transition, un nouveau mélange de divisionnisme et de couleur a émergé. Le pinceau est fin et fluide, presque aquarellé dans sa légèreté, comme dans La sieste de Matisse et Bateaux de pêche à Collioure de Derain. Dans ses peintures, l’illusion de l’espace, de la masse et de la matière a été complètement supprimée. Un autre exemple est la peinture de Matisse Open Window in Collioure.

Dans les œuvres de Collioure, toute trace de l’ancienne perspective pittoresque des couleurs disparaît, utilisant des tons chauds pour le premier plan et frais pour la distance bleutée, et que les impressionnistes ont également cherché à surmonter. Placées l’une à côté de l’autre dans des couleurs radieuses sans aucun contour, les couleurs forment la surface comme un tapis et créent cette pure harmonie que Matisse avait appelée un «espace spirituel». Ici, la signification de la lumière est réduite en tant qu’élément de la réalité qui modélise l’objet. L’espace de lumière est remplacé par un espace de couleur créé par le sentiment de l’artiste, et à la place de la reproduction descriptive des formes, le Fauve met en scène ce que Maurice Denis fait comme «noumène des images» et ce qu’on pourrait appeler aujourd’hui signes.

De retour à Paris, Matisse alla à la figure et peignit dans quelques jours La femme au chapeau. Il n’y a plus de hiérarchie entre la figure et la circonférence, tout est significatif et équivalent, inséré dans le rythme général par une série de surfaces colorées, suivant le modèle des aquarelles de Cézanne.

Aujourd’hui, le Chemin du Fauvisme à Collioure commémore l’émergence du fauvisme: en 20 endroits, où se dressaient les chevalets de Matisse et Derain, les reproductions des peintures qui en résultent sont appropriées.

Climax et fin

Groupe de fauves
Le groupe de Fauves s’est développé à partir de relations amicales. Pendant les années fauves, ils voyagent par paires et s’échangent entre eux: Vlaminck et Derain à Chatou, Matisse et Marquet à Paris, Marquet et Dufy à Sainte-Adresse, Trouville et Le Havre, Friesz et Braque à Anvers, Dufy et Friesz à Falaize et Le Havre, Matisse et Derain à Collioure, Dufy et Braque à L’Estaque.

Ce qui l’intéressait, c’était l’engagement passionné envers la couleur et l’utilisation de certains moyens pour l’utiliser. Chacun d’eux a dit «couleur» et tout le monde voulait dire quelque chose de différent. D’un autre côté, il est commun à tout le monde de chercher de l’aide dans leurs profondes crises dans l’œuvre de Cézanne. Le fauvisme n’a pas la même méthode unifiée que l’impressionnisme programmatique ou le néo-impressionnisme.

Une comparaison des images Dufys avec celles de Matisse et Derain montre les contraires. Chez Dufy, la forme et la ligne sont de plus en plus indépendantes les unes des autres. Ses œuvres contrastent non seulement avec l’effet de masse recherché par Derain pour ancrer visuellement ses champs de couleurs, mais aussi avec Matisse, qui tend la forme au maximum par la ligne. Par exemple, la peinture de Dufy est Les affiches à Trouville orientées (affiches à Trouville) à partir de 1906 encore plus proche de l’œuvre Marquet. Quand le cubisme est apparu, Dufy se concentrait temporairement sur ses aspirations.

Le “Fauviste sur pattes de velours” Marquet dit plus tard que sa présence dans la fameuse “cage” (salle VII) de 1905 plutôt aléatoire était un grand merci aux motifs pittoresques. Les cinq paysages qu’il y expose sont peints sous le ciel gris de Paris. Plus que Van Gogh et les impressionnistes, c’est Manet qui a eu une influence décisive sur lui. Les vues de Marquet sur Paris – telles que Le Pont Saint-Michel [Figure 5] – ajoutent une note spéciale au fauvisme.

Point culminant 1906
L’année 1906 a couronné le triomphe et la propagation du fauvisme en reliant Braque et son impact sur les pays étrangers. L’Herbstsalon de 1906 a réuni le groupe complet des Fauves dans leur développement le plus élevé, dans lequel ont révélé leurs principes essentiels.

Les photos de Derain de Londres sont quelques-unes des œuvres les plus réussies du fauvisme. Son séjour dans la capitale britannique a été inspiré par Vollard, qui voulait voir la célèbre série Monets renouvelée dans un esprit différent sous l’impression du travail du salon d’automne de 1905. Les œuvres ont été créées dans deux directions clairement distinctes: dans un large coup de pinceau et en juxtaposition de masses colorées. Le pont de Charing Cross [Figure 8] est un exemple de la première direction. Le pont de Westminster, que Derain avait choisi parmi toutes les images de Londres pour l’Herbstsalon 1906, résume le résultat de cette période. Dans cette image se déroule un roman et une synthèse magistrale de Lautrec et Gauguin.

Fin de 1907
A partir de 1907, l’unité du mouvement se dissout sous l’impulsion de Picasso et du cubisme Braque, à l’émergence desquels Matisse et Derain ne sont pas étrangers. Le fait que les deux mouvements opposés sont solidaires peut être vu chez Braque, qui a peint successivement et sans réserve, fauve et cubiste.

A l’occasion d’un troisième séjour à Braque à l’Estaque à l’Estaque en 1908, qui partagea Dufy depuis quelque temps, Braque renonça à la gamme fauviste. Il a construit ses paysages – comme les maisons de L’Estaque – et les natures mortes sur une échelle discrète de gris, d’ocre et de vert à partir de surfaces facettées qui ont amené Louis Vauxcelles à parler de «cubes».

Après la désintégration du mouvement, Derain se tournant également vers le cubisme à partir de 1907, Matisse prend une grande importance internationale. Son influence est devenue effective principalement en Allemagne et dans les pays nordiques. Ainsi, en 1909, une traduction de son livre Notes of a Painter, publié en décembre 1908 dans la Grande Revue, fut publiée dans le magazine allemand Kunst und Künstler. Cet essai a plus tard une signification programmatique pour le mouvement des Fauves.

accueil

Premières réactions
La désignation de Vauxcelles Fauves a été reçue par le public dérogatoire. Vauxcelles lui-même n’était pas opposé au mouvement. Camille Mauclair, le critique de Figaro, a contrasté avec une citation de John Ruskin en 1905, clairement dédaigneuse: “Un seau de peinture a été versé sur la tête du public!” Dans le Journal de Rouen, on pouvait lire dans un article d’un certain Nicolle: «Ce qu’on nous montre là-bas n’a, à l’exception des matériaux utilisés, rien à voir avec la peinture: bleu, rouge, jaune, vert, toutes les taches brillantes qui ont été réunis au hasard – enjouement primitif et naïf d’un enfant qui aime la boîte de couleur, il a été donné. ”

Cependant, appeler le public généralement «mélangé» est trop bienveillant. Beaucoup de visiteurs étaient contrariés. Il y avait même des tentatives pour détruire la peinture de Matisse La femme au chapeau.

Classification historique de l’art
La couleur n’a été pendant des siècles que le complément du dessin. Raphaël, Mantegna et Durer, comme presque tous les peintres de la Renaissance, ont construit l’image principalement à travers le dessin et ont ensuite ajouté la couleur locale. De Delacroix aux Impressionnistes en passant par Van Gogh et Cézanne, qui a donné l’élan décisif et introduit les masses colorées, on peut voir comment la couleur a reçu de plus en plus d’attention.

Une première vague expressionniste mêlée d’éléments symboliques et art nouveau apparaît déjà entre 1885 et 1900 comme une réaction contre l’impressionnisme et la volonté objective de Cézanne et Seurat. Leurs représentants étaient Van Gogh, Gauguin, Lautrec, Ensor, Munch et Hodler. La peur intérieure des artistes n’était pas seulement libérée par une augmentation de la couleur, mais aussi par des formes expressives et l’accent mis sur les lignes tendues. Une seconde vague expressionniste, beaucoup plus puissante que la première, était déjà évidente en France à travers les contributions de Rouault, dans les premiers travaux de Picasso, dans l’œuvre du fauvisme en général et en Allemagne avec la fondation du DresdenersBridge.

Le fauvisme a une courte durée de vie, mais la contribution du fauvisme à la peinture européenne ne dépend pas de sa courte durée. Pour la première fois dans l’histoire de la peinture occidentale, le fauvisme a placé au centre de sa conception la couleur, surtout la couleur ininterrompue. En conséquence, les possibilités, mais aussi les limites de la couleur elle-même ont été montrées. L’effet de couleur le plus fort est créé non pas avec les couleurs les plus colorées, mais avec la vision la plus riche de la couleur. Les œuvres fauves illustrent ainsi que la couleur n’a rien à voir avec la couleur animée.

Les fauves ne s’attendaient pas à ce que l’art change la société, ce qu’ils ont accepté avec leurs injustices et aussi avec leurs beaux côtés. Ils ne croyaient pas non plus que la peinture devait être détruite comme l’exigeaient les dadaïstes. Au contraire, ils ont trouvé que la peinture devait être développée davantage.

Position sur l’expressionnisme allemand
Une tendance récente de la critique d’art dans une orientation générale de la peinture européenne entre 1900 et 1910 est d’associer le fauvisme et le mouvement du pont de Dresde à l’expressionnisme. Il y a aussi des opinions qui nient toute différence entre le fauvisme et le pont, au motif qu’une telle distinction est fondée sur des considérations racistes et nationalistes et sur la compétitivité.

Dans les premiers temps du pont, cependant, des différences avec le fauvisme ont déjà émergé, comme dans la conception respective de la vie et de l’art. Les peintres, influencés par l’art nordique, ont puisé leur inspiration dans les vieux thèmes nordiques des obsessions compulsives, des impulsions inconscientes, des rêves et des cauchemars. Ils avaient aussi Kierkegaard comme source et sa conception de la peur, dans laquelle il voyait non seulement un caractère fondamental de l’homme, mais pour lui aussi toute la nature inventée. Ils ont été influencés dans le domaine de la peinture par les œuvres de Munch, qui sont tout à fait contraires au style de peinture Cézanne.

Pour les fauves, les couleurs affectent la rétine; Fils de Newton et Chevreul, elle s’intéresse au spectre solaire. Pour les expressionnistes, en revanche, les couleurs sont symboliques et mythiques, elles affectent l’âme. Ils doivent être évalués sur la base des conceptions de Goethe de la théorie des couleurs et de la métaphysique. Ainsi, l’expressionnisme allemand a trouvé une attention particulière en période de crise sociale et d’impuissance mentale. Dans l’expressionnisme, le schéma de couleurs semble sans retenue et indompté, alors que le fauvisme était sous la règle de la couleur.

Effets et influences
En France, le fauvisme a été remplacé par le cubisme vers 1907. En Allemagne, ce sont les peintres expressionnistes, en particulier les membres du Blaue Reiter, qui ont été inspirés par les Fauves. Kandinsky et Jawlensky étaient bien représentés dans le salon d’automne historique de 1905, mais pas dans la «cage des sauvages» mais dans la section russe organisée par Diaghilev. Sous l’influence de Matisse était la phase fauviste de Kandinsky et Jawlensky. Ainsi, dans les travaux de Kandinsky, on observe des périodes dans lesquelles, avec un certain retard, les phases développementales du fauvisme sont répétées. Après la visite de Matisse à Munich en 1908, Kandinsky fonda la «Neue Künstlervereinigung München» (NKVM) en 1909. La visite fut répétée en 1910.

Matisse avait exposé à l’hiver 1908/09 à Berlin avec Cassirer et était entre 1908 et 1910 trois fois en Allemagne. Promu par l’exemple de Matisse et du fauvisme, le style du pont de Dresde devint plus fort.

L’œuvre de Matisse représentait le contrepoids au cubisme en devenir, dont il formait l’antipode. En 1908, Matisse a fondé une école privée, l’Académie Matisse. Là, il a enseigné de janvier 1908 à 1911 et a finalement eu 100 étudiants de la maison et à l’étranger.

En 1909, van Dongen devint membre du groupe d’artistes Dresdner Brücke. Max Pechstein avait rencontré Van Dongen à Paris au tournant de l’année 1907/1908 et l’avait encouragé à présenter ses œuvres fauves dans une exposition des peintres Brücke en 1908 à Dresde.

L’art des Fauves a également touché les peintres de l’avant-garde russe, tels que Kasimir Malevich et Natalia Goncharova. Ils ont également influencé certains artistes néerlandais, peut-être aussi le futuriste italien Umberto Boccioni. Pour les peintres comme Pierre Bonnard, Fernand Léger, Robert Delaunay, František Kupka et Roger de La Fresnaye, la couleur devient le moyen d’expression artistique le plus important.

Sous l’influence de l’Institut culturel français d’Innsbruck, qui a favorisé l’échange culturel avec des expositions d’artistes français et des bourses pour des séjours en France, le fauvisme est arrivé au Tyrol après 1945, où il a développé un grand effet de peinture. Des artistes tels que Fritz Berger, Gerhild Diesner, Walter Honeder, Emmerich Kerle ou Hilde Nöbl ont pris à leur travail des emprunts clairs auprès des fauves.

Le fauvisme est parfois considéré comme un pionnier de la peinture abstraite. Les Fauves, cependant, n’ont pas achevé la dernière étape du renoncement complet à la relation à l’objet, puisque de cette manière, comme le soulignaient Matisse et Derain, l’abstraction n’était qu’imitée.