Salles d’exposition, Musée Pietro Canonica

Pietro Canonica, sculpteur, mélomane et compositeur de renommée internationale lui-même, s’est formé à Turin à la fin du XIXe siècle, puis a longtemps séjourné dans les tribunaux européens où l’aristocratie lui a demandé de représenter des portraits et des monuments festifs.

Il s’installe à Rome en 1922 et depuis 1927 il vit dans le bâtiment qui abrite aujourd’hui le musée qui, par conséquent, offre une image de l’artiste dans son intégralité, humaine et professionnelle.

Salle 1
Ici commence l’exposition, la salle présente quelques-uns des plus beaux marbres de l’artiste, principalement des portraits, un genre dans lequel Canonica excellait et auquel la renommée d’un interprète raffiné de la psychologie des personnages représentés est liée.

Personnages féminins, souvent de rang noble, que l’artiste dépeint dans leur beauté lisse, étudiant attentivement leurs traits physiques et capturant toutes les nuances psychologiques de leur personnage.

À l’intérieur de la salle, il y a également deux œuvres allégoriques, Sogno di Primavera et Stella le matin, œuvres dans lesquelles Canonica a combiné une intense recherche expressive avec les notations naturalistes du mouvement de la liberté.

Dans cette pièce sont exposés:
Après le vœu, sculpture de 1893, elle est en plâtre, c’est une copie de l’original dont l’emplacement est inconnu.
Le comunicande, sculpture de 1920 environ, copie du site d’origine à Palerme, est en marbre, à la galerie d’art moderne.
Femme Franca Florio, buste de 1900-1904.
Particulier d’After the Vow, il est en marbre, l’emplacement de l’original est inconnu.
La princesse Emily Doria Pamphili, buste vers 1920, est en marbre blanc posé sur un socle bardiglio, une copie de l’original situé à la galerie Doria Pamphilij.
Rêve printanier, buste vers 1920, copie en marbre de 1898 originaire du musée civique de Trieste.
Stella le matin, sculpture vers 1925, la sculpture représente une femme nue avec un agneau derrière elle.

Chambre 2
Il comprend principalement des portraits de fête et des œuvres liées à la famille impériale russe, à l’époque pré-révolutionnaire, et des monuments funéraires commandés par d’importantes familles italiennes.

L’affirmation de Canonica en tant que portraitiste et auteur d’œuvres monumentales a été consolidée à la cour des tsars, faisant pour le tsar Nicolas II et la tsarine Alexandra Feodorovna, de nombreux portraits de membres de la famille impériale et représentants de la noblesse russe. Le tsar a également commandé deux grandes œuvres de célébration à l’artiste: le monument au grand-duc Nicola Nicolajevich et le monument au tsar Alexandre II. Ces deux œuvres ont été détruites au cours des années de la Révolution et la preuve n’en demeure que grâce aux deux grands modèles originaux exposés dans cette salle et aux photos historiques conservées dans les archives du musée.

Les œuvres funéraires, Laura Vigo, le Raffica et l’Orfanella, sont peut-être parmi les œuvres les plus intenses de l’artiste.

Dans cette salle, il y a des œuvres liées à la famille du tsar de Russie, dont la principale est:
Au centre de la pièce se trouve le bronze équestre représentant Nicola Nicolajevic, une sculpture de 1912. Il s’agit d’une copie du site d’origine de la place Manejnaja à Saint-Pétersbourg et détruit en 1917.
D’autres œuvres comprennent les trois monuments funéraires suivants:
La Raffica – Monument funéraire de Mme Giulia Schenabl Rossi, sculpture de 1924, est en plâtre, modèle pour le complexe funéraire du cimetière de Pérouse, le modèle représente une femme avec des vêtements dépliés par le vent et une coiffure dans le style de la première vingt ans du XXe siècle
Le monument funéraire de Laura Vigo, le modèle utilisé par Canonica pour le monument funéraire de Turin, est en plâtre, le modèle représente une fille tenant un cerceau à la main.
L’Orfanella – in memoriam, les travaux de plâtre remontent à 1886. La statue est un modèle pour les monuments funéraires en bronze de Bongiovanni situés dans les cimetières de Mondovì et Guilzoni, Turin. Le monument représente une femme en robe et cagoule assise.

Salle 3
C’est l’une des plus grandes salles du musée. Il présente de plus grandes œuvres festives, funéraires et allégoriques. La base du monument à Kemal Ataturk, que Canonical a inauguré à Izmir en 1932 et celui à la République turque dans la bataille de Sakarya Group.

Cette salle abrite diverses œuvres allant de la célébration, du monument funéraire à l’allégorique. Parmi les principaux se trouvent le monument à Kemal Atatürk, Canonica l’a inauguré à Smyrne en 1932 et le Groupe de la bataille de Sakarya. Parmi les statues à des fins de portrait, il y a la statue équestre représentant Simón Bolívar et le roi Feysal d’Irak. Parmi les allégories figurent “Lo Scavatore” de 1910 et la “Vigile de l’âme” de 1901.

Il existe également des modèles pour les portes de l’église de l’abbaye de Montecassino

Les deux modèles de statues équestres dédiés respectivement au héros latino-américain Simon Bolivar et au roi Faysal d’Irak. Ce dernier ouvrage est particulièrement intéressant: la seule preuve qui reste après la destruction de l’original lors de la révolution de 1958.

En plus des monuments funéraires commandés par d’importantes familles aristocratiques, d’excellentes œuvres allégoriques telles que Lo Scavatore de 1910 complètent la collection de la salle. empreinte classique, La Vigile de l’âme de 1901, adhérant aux thèmes symbolistes, et les Quatre Saisons de 1914.

Salle 4
La salle IV est une petite salle de passage, où sont exposés les bustes réalisés en 1943 par Michele di Romania et sa mère Elena, reine de Roumanie, et par Emanuele Filiberto Duca d’Aosta (1934-36).

Dans cette salle, il y a deux bustes représentant des personnages nobles.

Salle 5
Il s’agit principalement de modèles et d’esquisses, de bustes en plâtre et d’études anatomiques réalisées par Pietro Canonica: parmi eux, le bas-relief en plâtre du monument à Alessandro Manzoni et Antonio Rosmini, et l’esquisse de la statue de la Vierge Immaculée, réalisée par l’artiste pour la ville de Cosenza et répliqué pour l’abbaye de Casamari.

Dans cette salle divers bustes de personnages nobles et la statue représentant: Souvenirs, buste d’environ 1916, est en marbre.

Salle 6
La salle est largement occupée par des œuvres à sujet sacré. Le long des murs se trouvent les reliefs de la Via Crucis (1958), les sculptures représentant le Christ sur la colonne, Saint Pierre, Saint Paul de Tarse et un Christ crucifié, modèle pour le travail du bronze réalisé par Pietro Canonica pour le Palazzo delle Congregazioni Orientals à Rome. Une autre œuvre inspirée par la passion est le Christ flagellé en marbre, reproduit par l’artiste pour sa collection en 1920, à partir d’un original de 1898.

Des sujets sacrés sont exposés dans cette salle, dont 14 bas-reliefs en bronze représentant la Via Crucis. Il y a aussi un bas-relief en bronze à patine de bronze intitulé “Procession funéraire”. Il s’agit du modèle original de la chapelle de la famille Chiappello au cimetière de Turin. Le modèle a été fabriqué en 1924.

Salle 7
La salle VII est la salle de portrait par excellence, à l’exclusion des trois œuvres allégoriques telles que Abyss, Woman’s Torso et Pudore. La longue salle qui relie le musée à l’appartement privé a l’apparence d’un couloir, avec un alignement de bustes (presque tous les modèles en plâtre, plâtre patiné bronze et terre cuite) placés sur des étagères le long des murs et une “épine” centrale des œuvres allégoriques en marbre.

Les personnages éminents représentés ici sont les protagonistes de plus d’un demi-siècle d’histoire, des aristocrates, des politiciens, des écrivains et des scientifiques d’Italie, d’Europe et même des Égyptiens et des Turcs, tous immortalisés par Pietro Canonica: parmi ceux-ci, les bustes de Luigi Einaudi, roi Fuad d’Egypte, Guglielmo Marconi, Vittorio Scialoja, Sidney Sonnino, Edward VIII d’Angleterre, Virginia Agnelli Bourbon del Monte, et du petit Vittorio Emanuele et Maria Pia di Savoia, et bien d’autres.

Dans cette salle sont exposés, entre autres, en plus de divers bustes à des fins de portrait, parmi diverses personnalités célèbres italiennes et étrangères, de hauts bureaux de l’État et du clergé, appartenant à la noblesse, dans ce dernier cas, enfants et adultes et d’une montagnarde de Gressoney:
L’abîme, une sculpture de 1909, est en marbre, la sculpture représente un homme et une femme s’embrassant.
May, sculpture de 1900, est en plâtre patiné, une copie de l’original en marbre situé à Amsterdam au Stedelijk Museum.
Le torse de donna, sculpture de 1896, est en marbre, la statue représente le nu d’une femme assise sans bras ni tête.
Pudore, sculpture de 1920 environ, est en marbre, la statue représente une femme nue assise en essayant de se couvrir le visage de ses bras, dans le sens, précisément de honte et de modestie.
Cette salle est actuellement fermée uniquement aux visiteurs, mais il est possible de voir les œuvres des deux côtés de la salle.

Biographie
Pietro Canonica (Moncalieri, 1er mars 1869 – Rome, 8 juin 1959) était un sculpteur et compositeur italien; il a été nommé sénateur à vie par Luigi Einaudi en 1950 et en 1958 il a présidé l’Assemblée en tant que président provisoire.

Il est né à Moncalieri, une ville de la province de Turin, dans le nord de l’Italie. Sa longue et prestigieuse carrière artistique a commencé à un âge précoce quand il est devenu assistant de Luca Gerosa à l’âge de dix ans. Un an plus tard, il est admis à l’Accademia Albertina di Belle Arti de Turin, où il est formé par Enrico Gamba et Odoardo Tabacchi à faire de la sculpture.

Il a d’abord adhéré aux traditions du naturalisme, avec des influences romantiques et de la Renaissance, tournées mais plus tard vers le réalisme, sans faire de concessions aux tendances artistiques plus avant-gardistes du XXe siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, Pietro Canonica s’est consacré à des œuvres plus religieuses.

Il a remporté un grand succès dans l’environnement officiel de Turin pour ses monuments civiques et religieux. Après la période de formation à Turin, il s’installe en 1922 à Rome, et participe à d’importantes expositions nationales et internationales à Milan, Rome, Venise (Italie), Paris (France), Londres (Angleterre), Berlin, Dresde (Allemagne), Monaco , Bruxelles (Belgique) et Saint-Pétersbourg (Russie), et a reçu une reconnaissance officielle. Commandé par l’aristocratie italienne et étrangère dans les tribunaux européens, Pietro Canonica a créé des portraits et des œuvres commémoratives avec passion. Le maître de la sculpture équestre a également produit de l’art métallique.

Il a été professeur de sculpture à l’Accademia di Belle Arti di Venezia (1910) et plus tard à l’Accademia di Belle Arti di Roma. Il fait partie du premier groupe de membres nommés à l’Académie royale d’Italie en 1929 et membre de l’Accademia Nazionale di San Luca (1930).

En 1937, il réussit à obtenir la concession de rénovation de la Villa Borghese, un immeuble du XVIe siècle appartenant à la ville de Rome et utilisé comme bureaux administratifs jusqu’à son abandon en 1919 suite à un incendie. En échange de la promesse de faire don de ses œuvres d’art à la ville, il a été autorisé à utiliser le bâtiment historique comme maison et studio, qu’il a réparé et décoré à ses frais. La construction architecturale inhabituelle au sein des jardins de la Villa Borghese, appelée aussi “La Fortezzuola”, est un musée dédié à son nom depuis 1961, exposant études, maquettes, croquis, moulages et oeuvres originales de l’artiste. Sa femme a fait don des précieux meubles et peintures trouvés dans leur section privée après sa mort en 1987.

Pietro Canonica était également un musicien accompli et a composé les opéras La sposa di Corinto (1918), Miranda (1937), Enrico di Mirval, Impressioni, Sacra Terra et Medea (1959).

En 1950, le président italien Luigi Einaudi le nomme sénateur à vie pour ses réalisations artistiques exceptionnelles. Pietro Canonica est décédé le 8 juin 1959 à Rome.

Musée Pietro Canonica
Le Musée Pietro Canonica est la maison-musée du sculpteur Pietro Canonica et fait partie du système de musées de la municipalité de Rome. Il est situé dans la via Pietro Canonica 2, près de la Piazza di Siena, dans la Villa Borghese, près de la forteresse (ainsi appelée pour son apparence, mais au XVIIe siècle connue sous le nom de “Gallinaro”). La maison, où l’artiste a vécu jusqu’à sa mort, lui a été donnée par la municipalité de Rome qui gère désormais le musée.

Le Museo Pietro Canonica, caché dans la verdure de la Villa Borghese, est un exemple important du modèle muséologique des musées basés sur des maisons d’artistes, et dans son intégrité est l’un des très rares exemples en Italie.

La collection du musée se compose principalement d’œuvres de Pietro Canonica: marbres, bronzes et modèles originaux, ainsi que d’un grand nombre de croquis, d’études et de répliques qui offrent un voyage complet à travers l’évolution des œuvres de cet artiste et est donc une ressource extrêmement intéressante pour apprendre les processus créatifs et pratiques impliqués dans la création de sculptures.

La disposition particulière de ce musée offre aux visiteurs, ainsi que l’itinéraire normal à travers les sept salles d’exposition au rez-de-chaussée, une visite privée plus “intime” qui serpente à travers l’atelier et, au premier étage, l’appartement privé de l’artiste. Cette aile du musée abrite une collection de meubles précieux, objets d’art, tapisseries flamandes et même un costume d’armure de samouraï du XVIIe siècle, ainsi qu’une collection extrêmement importante de peintures appartenant au sculpteur, notamment des toiles piémontaises du XIXe siècle, y compris des œuvres d’Enrico Gamba, Giovan Battista Quadrone, Antonio Fontanesi et Vittorio Cavalleri.