Enotourisme

Enotourisme ou oenotourisme, se réfère au tourisme dont le but est ou comprend la dégustation, la consommation ou l’achat de vin, souvent à la source ou à proximité. Lorsque d’autres types de tourisme sont souvent de nature passive, l’œnotourisme peut consister en des visites de vignobles, la dégustation de vins, des promenades dans les vignobles ou même une participation active à la récolte.

Classification conceptuelle
Il n’y a pas de définition commune de l’œnotourisme dans la littérature pertinente. Selon l’Assemblée des zones rurales européennes (AREV), l’œnotourisme englobe toutes les activités «où le vin et la gastronomie locale de chaque région sont liés à la culture – matérielle ou autre». Divers auteurs attirent l’attention sur l’interconnexion de la culture et de l’œnotourisme. Cela se reflète, entre autres, dans les caractéristiques des composants des régions viticoles, tels que les pressoirs à vin ou les vignobles. De même, la motivation de voyager axée sur le vin est utilisée comme déterminant.

Globalement, le tourisme viticole est déterminé par trois acteurs différents: les producteurs de vin (vignerons, associations viticoles), les opérateurs touristiques et les voyageurs. De plus, la saisonnalité des facteurs est un facteur d’influence, en particulier depuis l’aventure viticole largement liée à la saison de croissance de la vigne couverte (de mai à octobre).

Histoire
L’ototourisme est une forme de tourisme relativement nouvelle. Son histoire varie beaucoup d’une région à l’autre, mais dans des régions comme la Napa Valley AVA et la région viticole, elle a connu une forte croissance après un effort de marketing concerté en 1975, renforcé par le jugement de Paris en 1976.

D’autres régions, comme la Catalogne, l’Espagne, n’ont commencé à commercialiser l’œnotourisme qu’au milieu des années 2000, en se concentrant principalement sur la manière dont il s’agit d’une forme alternative de tourisme sur la plage dans laquelle l’Espagne est connue.

En 2004, le film Sideways, dont les deux personnages principaux visitent des établissements vinicoles et des vins de la région de Santa Barbara, a connu une montée en flèche du profil de l’ototourisme chez les anglophones.

Intérêt pour l’œnotourisme pour le producteur et pour le touriste
Pour les vignerons, les visites au domaine leur permettent de valoriser et de faire connaître directement le fruit de leur travail. De plus, les dégustations génèrent des revenus sur place (seul un visiteur sur dix part sans avoir acheté) et les visiteurs, chez eux, achètent souvent à distance.

Pour les touristes, une part croissante d’entre eux cherche à donner à leurs vacances une valeur ajoutée en termes de culture, de découverte, d’art de vivre, de gastronomie, d’authenticité. Mais les vins sont recherchés comme les expressions les plus authentiques des terroirs.
Une bonne introduction pour les touristes se fait généralement dans les vignes, puis à travers la presse, la salle de tri, la cuve et enfin la cave. Des dégustations sérieuses peuvent explorer quatre ou cinq millésimes sous la direction de l’œnologue de la maison ou du propriétaire.

En 2009, le ministre du Tourisme a lancé un « Grand Prix du tourisme viticole » mais la première édition n’a pas eu l’écho souhaité.

Actuellement
L’industrie de l’œnotourisme s’est considérablement développée au cours de la première décennie du 21ème siècle. Aux États-Unis, 27 millions de voyageurs, soit 17% des vacanciers américains, se sont livrés à des activités culinaires ou liées au vin. En Italie, ce chiffre s’élève à environ cinq millions de voyageurs, générant 2,5 milliards d’euros de recettes.

Une initiative privée de Recevin organise chaque année, le deuxième dimanche de novembre, une «Journée de l’œnotourisme» pour promouvoir les visites de caves en Allemagne, en Autriche, en Slovénie, en Espagne, en France, en Grèce, en Hongrie, en Italie et au Portugal. En Amérique du Nord, la première Journée de l’industrie du vin a été créée le 11 mai 2013 avec des événements organisés sur tout le continent.

Au cours des dernières années, le Chili a vu croître son industrie de l’œnotourisme. Plusieurs routes touristiques ont été ouvertes dans tout le pays et plusieurs d’entre elles proposent des hébergements pour la nuit.

Activités
La plupart des visites aux établissements vinicoles ont lieu au site ou à proximité du lieu de production du vin. Les visiteurs apprennent généralement l’histoire de la cave, voient comment le vin est fabriqué, puis dégustent les vins. Dans certains établissements vinicoles, il est également possible de loger dans une petite maison d’hôtes à la cave. De nombreux visiteurs achètent les vins produits par la cave sur les lieux, représentant jusqu’à 33% de leurs ventes annuelles.

Les petites régions à faible production telles que le Priorat, en Catalogne, se concentrent sur de petites visites intimes avec le propriétaire en tant qu’hôte et incluent des promenades à travers les vignobles pour aider les visiteurs à comprendre les qualités uniques de la région.

Des dégustations plus élaborées peuvent inclure des dégustations horizontales et verticales ainsi que des repas complets axés sur la présentation des vins.

Au fur et à mesure que le secteur de l’œnotourisme se développe, des activités supplémentaires ont été ajoutées à des visites telles que la conduite de bicyclettes à assistance électrique, appelées « burricleta ».

Le tourisme viticole couvre de nombreuses activités de découverte:

les dégustations de vin, l’apprentissage de l’œnologie, l’analyse sensorielle, le sommelier;
les métiers et techniques de la vigne et du vin: visite de caves, caves, vignobles, rencontre avec les propriétaires, maîtres des caves, cueilleurs …;
connaissance des cépages, des sols, des classifications et des appellations;
le patrimoine historique et culturel: visite de musées (musées du tire-bouchon, labels, maison de Louis Pasteur à Arbois…), découverte d’architectures (châteaux, domaines, chapelles, caves…)… Saint-Emilion est un site du patrimoine mondial l’humanité (sur l’intégration des paysages viticoles). De nombreuses études ont été réalisées par Icomos;
la nourriture;
bien être avec la vinothérapie;
activités sportives et de loisirs: promenades et randonnées dans les vignes, vols en montgolfière ou en avion.

Avenir
La plupart des agences de tourisme le considèrent comme un segment de l’industrie à fort potentiel de croissance, déclarant que dans certaines régions, il ne fonctionne qu’à 20% de son potentiel.

À mesure que l’œnotourisme se développe, des régions telles que Napa Valley doivent faire face au succès continu et aux effets qui en découlent, tels que les foules et l’augmentation des frais de salle de dégustation. Cela peut à son tour avoir l’effet contraire souhaité, dans lequel les visiteurs potentiels sont chassés et ont renoncé à l’œnotourisme.

Le marché local, une conviction
Outre les marchés d’exportation et nationaux, il existe un troisième axe de croissance complémentaire: le marché local avec la commercialisation du vin à la propriété.

Le tourisme viticole et la vente directe à la propriété forment un canal de distribution à part entière qui s’inscrit dans une perspective de développement durable. Son succès repose sur une organisation d’entreprise proactive et une politique client cohérente afin de passer d’un œnotourisme du choix à un œnotourisme de conquête et de fidélité.

Le marché local s’appuie sur le talent des femmes et des hommes du vin et du tourisme, leur capacité à s’adapter à la nouvelle situation de leur secteur d’activité, leur capacité à se fédérer autour d’un projet prometteur et leur volonté de recourir à une stratégie compétitive.

Métiers de la stratégie de l’œnotourisme
Les quatre activités de la stratégie oenotouristique sont l’audit, le conseil, la mise en œuvre opérationnelle et le suivi opérationnel. L’audit est une aide à la compréhension dont le but est de déterminer clairement un potentiel enotouristique.

Le conseil est une aide à la décision pour concevoir avec précision les orientations stratégiques et refuser les actions les plus appropriées. La mise en œuvre opérationnelle et la formation aident à mettre en œuvre les recommandations et mènent efficacement au démarrage d’un projet d’énotourisme. Le suivi opérationnel est une aide pour contrôler les bénéfices obtenus par rapport aux résultats attendus.

Développement dans le monde
Le tourisme viticole contemporain a d’abord été développé dans les années 1970 et 1980 en Californie (Mondavi), puis dans d’autres régions des États-Unis (Oregon, Washington, New York), en Australie et dans la plupart des autres régions du monde. Les pays producteurs du « Nouveau Monde » tels que l’Argentine (Mendoza et Cafayate), l’Afrique du Sud (Stellenbosh) ou le Chili. L’ototourisme atteint alors le Canada, l’Europe, le Japon, la Corée du Sud ou la Chine. C’est donc avant tout au niveau mondial et historique que les réalisations de l’œnotourisme sont appréciées. Le réseau des capitales des grands vignobles qui comprend Logroño (La Rioja), Bordeaux, Florence, Le Cap, Mendoza, Napa Valley, Porto, Mayence, San Francisco et dont l’un des rôles est de mettre en avant les initiatives en matière de tourisme viticole dans ces villes, récompense chaque année le meilleur de ces actions avec le concours Best of Wine Tourism.

Related Post

Au niveau européen, le programme Vintur, associé à l’Assemblée des régions viticoles européennes, est un forum d’exploration du développement du tourisme viticole.

Les initiatives se sont multipliées ces dernières années, par exemple dans les pays méditerranéens, en Australie ou en Nouvelle-Zélande, avec le réseau Wine Tourism.

Italie
Les strade del vino sont marqués par un système de panneaux d’information culturelle (œnologique, historique …) et un réseau d’étapes d’hébergement (tavernes, établissements vinicoles, agriturismo, écomusées …). Il existe aujourd’hui 142 routes du vin et sont régies par la loi du 27 juillet 1999.

La première route du vin est née dans la région du Frioul en 1963. L’ancêtre de toutes les routes du vin a été « inventé » par le marquis Michele Formentini, président de la section locale de Gorizia. D’abord appelé Strada del Vino e delle Ciliegie (Route du vin et des cerises), il a été appelé plus tard Collio Road.

Allemagne
La Deutsche Weinstraße (route des vins allemande), longue de 85 kilomètres environ, traverse les principaux villages et villes viticoles de la région du Palatinat. Du nord au sud, il traverse les communes de Schweigen, près de Bad Bergzabern, à Bockenheim an der Weinstraße. La route est l’un des itinéraires de vacances les plus célèbres d’Allemagne. Il traverse la deuxième plus grande région viticole d’Allemagne. Beaucoup de villages viticoles le long des anciennes routes fédérales (Bundesstraße).

Deux villes dominent le vignoble: Landau, avec son université et son zoo, ainsi que de nombreux bâtiments datant de la Belle Epoque et de la Neustadt an der Weinstraße où l’élection et le couronnement de la reine allemande des vins (die Weinkönigin), située tout près de Château de Hambach, « le berceau de la démocratie allemande ». Les deux villes sont caractérisées par les villages viticoles pittoresques qui les entourent. La route des vins est réputée pour ses festivals, il y a plus de deux cents par an, parfois plus populaires, parfois plus élégants, mais tous permettent de connaître la région et ses habitants.

La création de cette route en 1935 était une mesure de l’expansion du tourisme après la libération de la région du Palatinat.

Espagne
Il est difficile d’estimer le nombre total de touristes visitant les régions viticoles chaque année. Il y avait environ 1,5 million de visiteurs en 2008. La diversité de l’architecture de ses établissements viticoles est également un atout pour le développement du tourisme. Le tourisme viticole offre de grandes opportunités dans un pays qui est le troisième producteur mondial de vin et qui possède la plus grande superficie viticole d’Europe.

Certains itinéraires sont dédiés au tourisme viticole: Bullas (Murcie), Jumilla (Murcie), La Mancha, Route des vins et spiritueux de Jerez, Route des vins Ronda, Vino Somontano Routa (Aragon), Route des vins et Cava de Penedès (Catalogne) etc.

France
Historiquement, en France, l’établissement de routes du vin (en Alsace – voir Route des Vins d’Alsace – puis dans d’autres régions) était évidemment un précurseur des actions locales.

L’étude réalisée par l’AFIT en 1999 a mis en évidence l’intérêt des touristes français et étrangers pour le tourisme viticole et a marqué le point de départ d’études et de nombreuses démarches pour développer ce type de tourisme. Selon l’AFIT, un Français sur cinq choisit sa destination de vacances car il s’agit de vin. 40% des visiteurs étrangers viennent en France « aussi » pour le vin et la gastronomie. 29% viennent uniquement pour le vin et la gastronomie.

La surface du vignoble français est de 850 000 hectares. 5 000 caves accueillent le public pour un volume moyen de 1 500 personnes par an et par cave. La « route des vins d’Alsace » compte environ 1,5 million de visiteurs par an, ainsi que les vignobles de Bourgogne. Ces dernières années, les initiatives se sont multipliées, qu’il s’agisse des élus, des associations viticoles, des syndicats, des municipalités, des offices de tourisme, des cavistes, des viticulteurs indépendants, des professionnels du tourisme, etc. possible de trouver des lieux de visites, des idées de séjours ou des offres touristiques « emballées ».

La France, à la fois le premier pays producteur de vin et la première destination touristique mondiale, dispose d’un potentiel touristique vitivinicole à la fois réaliste et lucratif. En matière de concurrence internationale, qu’il s’agisse de tourisme ou de viticulture, l’œnotourisme est une carte importante à jouer pour la France, d’autant plus que dans le monde des actions de développement de l’œnotourisme ont eu lieu. multiplié ces dernières années. Il reste beaucoup à faire, le rapport Dubrule (2007), commandé par le ministère français du tourisme, a souligné l’importance de valoriser le patrimoine viticole (en particulier le paysage et l’architecture), la visibilité et la mise en réseau de l’offre d’une licence professionnelle « ).

Dans cet effort de promotion du tourisme viticole français, le ministère des Affaires étrangères a lancé en février 2016 VisitFrenchWine, portail officiel de l’œnotourisme en France.

Brésil
Au Brésil, ce ne sont pas que les touristes, mais les randonneurs et les habitants qui traversent différentes routes oenotouristiques. Dans le Rio Grande do Sul, en plus du Vale dos Vinhedos, la Serra Gaúcha offre de nombreuses possibilités telles que la route pétillante, les chemins de pierre, Pinto Bandeira, les vins Flores da Cunha et Caxias do Sul. Outre le Rio Grande do Sul, il existe également la vallée du fleuve São Francisco (nord-est du pays) et la région de São Roque (État de São Paulo).

Le tourisme « bate vuelta » est très important dans la ville de São Roque – SP. Des gens de toute la région, à une distance approximative de 100 km, visitent la ville chaque semaine et profitent de belles promenades, de restaurants variés et des vins, spiritueux, distillés, artichauts et bonbons produits dans la ville.

le Portugal
Le tourisme viticole a, pour la plupart, des caractéristiques de niche. La pratique de l’œnotourisme est dans une phase de croissance importante, en raison de la valeur élevée accordée à ce secteur.
Du point de vue du développement des premières modalités émergentes, les visites de caves et de caves de vin de Porto remontent au début des années cinquante du XXe siècle. Plus récemment, il existe d’autres types de tourisme viticole qui complètent l’offre nationale dans ce domaine:

les Foires, Festivals et Evénements viticoles sont fréquents tant dans les centres urbains que dans les zones rurales;
les musées et centres d’interprétation du vin et de la vigne, encore en nombre limité mais situés à la fois dans des contextes urbains et ruraux et de nature publique ou privée;
l’agro-tourisme dans les quintas qui commence à se développer, avec une expression particulière dans certaines régions du pays;
les villages viticoles et les croisières, en particulier dans la région du Douro;
les Routes du vin, un projet qui, depuis 1994, a été adopté par plusieurs régions viticoles du pays.
En termes de demande internationale, le marché du vin portugais est principalement recherché par le Royaume-Uni et la France, suivi par le Brésil, l’Espagne et l’Allemagne. Il existe également une part intéressante de 25% du marché américain.

L’Équateur
Flag of Ecuador.svg Equateur: C’est l’une des régions d’Amérique latine où la culture du vin s’est développée. À la fin du siècle dernier, la culture dans la vallée de Patate, dans la province de Tungurahua, à 2 200 m d’altitude, avec quelques hectares de climat tropical et deux récoltes annuelles de variétés indigènes (national blanc, national noir et muscat) Plus tard, il a été élaboré pendant de nombreuses années, jusqu’à présent, le vin de moût concentré.

La culture du vin en Équateur se développe rapidement au cours de la dernière décennie. En 2006, un verre était consommé par habitant et aujourd’hui, 1,5 bouteille par habitant est consommée. Cette culture du vin a été largement développée par The Wine Guild 2

Il existe actuellement deux établissements vinicoles qui vinifient leurs raisins: un à Quito, Chaupi Estancia 3 qui produit du vin blanc à partir de raisins Palomino, et un autre à Guayaquil, Dos Hemisferios, qui utilise des raisins principalement d’origine française.

En 1999, la cave Dos Hemisferios a commencé à planter à Guayaquil à 0 mètre au dessus du niveau de la mer et à 10 kilomètres de la côte. Avec un climat tropical et un sol calcaire, il a 2 récoltes par an. La température maximale est de 32ºC et la température minimale est de 18ºC et l’amplitude thermique est de 14ºC. Malgré une humidité relative de 70% tout au long de l’année, il ya 3 mois de pluie en hiver et 9 mois de sécheresse en été.

Les parasites sont les maladies cryptogamiques, les acariens et autres insectes, les oiseaux et les chauves-souris. 18 à 20 cures par cycle végétatif doivent être effectuées.

En raison de l’absence de germination à froid, il convient d’induire avec Dormex, et même la fructification est très faible (50 qq / ha), mais avec un rapport feuille / régime élevé.

Les cépages Malbec, Cabernet, Merlot, Sauvignon, Ancellotta, Chardonnay et Sauvignon sont cultivés.

Share