L’éducation en Afghanistan

L’éducation en Afghanistan comprend l’enseignement primaire et secondaire, supervisé par le ministère de l’Éducation et le ministère de l’Enseignement supérieur à Kaboul, en Afghanistan. L’Afghanistan traverse un processus de reconstruction à l’échelle nationale et, malgré les revers, des institutions sont établies à travers le pays. En 2013, il y avait 10,5 millions d’élèves dans les écoles en Afghanistan, un pays avec une population d’environ 27,5 millions de personnes.

Histoire
L’une des plus anciennes écoles d’Afghanistan est le lycée Habibia de Kaboul, construit par le roi Habibullah Khan en 1903 pour éduquer les étudiants de la classe d’élite de la nation. Dans les années 1920, l’école secondaire Amani, financée par l’Allemagne, a ouvert ses portes à Kaboul et une dizaine d’années plus tard, deux lycées français (écoles secondaires) ont vu le jour, l’AEFE et le lycée Esteqlal. L’Université de Kaboul a été créée en 1932.

L’éducation a été améliorée sous le règne du roi Zahir Shah entre 1933 et 1973, rendant les écoles primaires accessibles à environ la moitié de la population de moins de 12 ans et développant le système d’enseignement secondaire et l’université de Kaboul.

En République démocratique d’Afghanistan, le gouvernement du Parti démocratique populaire d’Afghanistan (PDPA) a réformé le système éducatif; l’éducation a été soulignée pour les deux sexes, et de vastes programmes d’alphabétisation ont été mis en place. En 1978, les femmes représentaient 40% des médecins et 60% des enseignants de l’Université de Kaboul; 440 000 étudiantes étaient inscrites dans des établissements d’enseignement et 80 000 autres dans des programmes d’alphabétisation. Malgré les améliorations, un pourcentage important de la population reste analphabète. À partir de l’invasion soviétique de l’Afghanistan en 1979, les guerres successives ont pratiquement détruit le système d’éducation de la nation. La plupart des enseignants ont fui pendant les guerres dans les pays voisins. Au milieu des années 1990, environ 650 écoles ont été détruites ou utilisées comme bunkers. [Clarification nécessaire] En 1996, le régime taliban a restreint l’éducation des femmes et la madrassa (école de mosquée) est devenue la principale source d’enseignement primaire et secondaire. Environ 1,2 million d’étudiants étaient inscrits dans les écoles sous la domination des talibans, dont moins de 50 000 filles.

Après le renversement des talibans fin 2001, l’administration Karzaï a reçu une aide internationale substantielle pour restaurer le système éducatif. Environ 7 000 écoles fonctionnaient dans 20 des 32 provinces à la fin de 2003, avec 27 000 enseignants enseignant à 4,2 millions d’enfants (dont 1,2 million de filles). De ce nombre, environ 3,9 millions étaient dans les écoles primaires. Selon les estimations, 57% des hommes et 86% des femmes seraient analphabètes et le manque de travailleurs qualifiés et éduqués constituait un désavantage économique majeur. Lorsque l’Université de Kaboul a rouvert en 2002, quelque 24 000 étudiants et étudiantes se sont inscrits à l’enseignement supérieur. Entre-temps, cinq autres universités étaient en cours de réhabilitation. Les programmes scolaires publics ont inclus des sujets religieux mais l’enseignement détaillé est laissé aux enseignants religieux.

En 2006, plus de 4 millions d’étudiants et étudiantes étaient inscrits dans des écoles à travers l’Afghanistan. En même temps, des installations ou des institutions scolaires étaient en cours de rénovation ou d’amélioration, des écoles plus modernes étant construites chaque année. L’Université américaine d’Afghanistan (AUAF) à Kaboul a été créée en 2006. D’autres universités ont été rénovées ou reconstruites, comme l’université de Kandahar au sud, l’université Nangarhar et l’université Khost à l’est, l’université Herat à l’ouest et l’université Balkh au nord. . Malgré ces réalisations, il subsistait d’importants obstacles à l’éducation en Afghanistan, dont beaucoup découlaient d’un manque de financement. La planification des programmes scolaires et des programmes scolaires est difficile pour le ministère de l’Éducation, car une part importante du budget de l’éducation provient de donateurs externes, ce qui rend difficile la prévision du budget annuel.

Les obstacles à l’éducation étaient encore plus nombreux pour les filles afghanes. Le ministre afghan de l’Education, Mohammad Hanif Atmar, a déclaré en 2007 que 60% des étudiants étudiaient dans des tentes ou d’autres structures non protégées, et que certains parents refusaient de laisser leurs filles aller à l’école dans de telles conditions. Le manque d’enseignantes était un autre problème qui préoccupait certains parents, surtout dans les régions plus conservatrices. Certains parents ne permettaient pas à leurs filles d’être enseignées par des hommes. Mais cela signifiait souvent que les filles n’étaient pas autorisées à aller à l’école, comme l’agence d’aide internationale Oxfam a rapporté en 2007 qu’environ un quart des enseignants afghans étaient des femmes. En 2009, une autre préoccupation a été la destruction des écoles par les talibans, en particulier les écoles pour les femmes. Après la destruction de plus de 150 écoles en un an, de nombreux parents doutaient de la capacité du gouvernement à les protéger.

Les réalisations suivantes ont été réalisées dans la première décennie des années 2000:

Entre 2001 et 2016, les inscriptions dans l’enseignement primaire sont passées d’environ 1 million à 9,2 millions (une augmentation de neuf fois en quinze ans) et la proportion de filles est passée de pratiquement zéro à 37%.
Le nombre d’enseignants dans l’enseignement général a été multiplié par sept, mais leurs qualifications sont faibles. Environ 31% sont des femmes.
Depuis 2003 jusqu’en 2010, plus de 5 000 bâtiments scolaires ont été réhabilités ou nouvellement construits. Un peu plus de 50% des écoles ont des bâtiments utilisables.
L’inscription est faible: la moyenne est de 1 983 étudiants par établissement; trois établissements comptent moins de 200 étudiants. De plus, il y a un manque de professeurs qualifiés: seulement 4,7% (166 sur 3.522) du personnel enseignant détenait un doctorat. En plus “des problèmes de ressources insuffisantes, et le manque de personnel enseignant qualifié sont des problèmes de corruption.”

En 2010, les États-Unis ont commencé à établir des Lincoln Learning Centers en Afghanistan. Ils servent de plates-formes de programmation offrant des cours de langue anglaise, des installations de bibliothèque, des lieux de programmation, la connectivité Internet, des services éducatifs et d’autres services de conseil. L’un des objectifs du programme est d’atteindre au moins 4 000 citoyens afghans par mois et par lieu.

Selon l’indice de développement humain, en 2011, l’Afghanistan était le 15e pays le moins développé du monde.

En 2009 et 2010, un déploiement de 5 000 écoles OLPC – Un ordinateur portable par enfant a eu lieu à Kandahar grâce à un financement provenant d’une fondation anonyme. L’équipe OLPC recherche un soutien local pour entreprendre un déploiement plus important.

En juin 2011, des représentants des États-Unis ont signé une déclaration conjointe avec le ministre de l’Éducation, Ghulam Farooq Wardak, afin d’élargir les possibilités de soutien financier direct de l’USAID au ministère afghan de l’Éducation. En décembre 2011, la série télévisée pour enfants Baghch-e-Simsim (version afghane de Sesame Street) a été lancée en Afghanistan. Il est financé par le Département d’État des États-Unis et est produit en consultation avec le ministère de l’Éducation de l’Afghanistan. Le projet est conçu pour aider à éduquer les Afghans à partir du stade préscolaire et au-delà.

Il a été rapporté en mai 2013 qu’il y avait 16 000 écoles à travers l’Afghanistan, avec 10,5 millions d’élèves. Le ministre de l’Education Wardak a déclaré que 3 millions d’enfants restaient privés d’éducation et a demandé 3 milliards de dollars pour construire 8 000 écoles supplémentaires au cours des deux prochaines années.

L’histoire de l’Afghanistan dans l’éducation est toujours confrontée à des défis majeurs. Trois millions et demi d’enfants, dont 75% de filles, ne sont toujours pas scolarisés. La pauvreté, le manque d’enseignantes qualifiées dans les écoles rurales (qui est particulièrement liée à l’éducation des filles) et les installations scolaires de qualité médiocre expliquent toutes le faible taux de scolarisation. De plus, près de la moitié des écoles n’ont pas de bâtiment ou d’installations.

En 2015, à l’Université de Kaboul, a commencé le premier cours de maîtrise en genre et études des femmes en Afghanistan.

Les défis du développement de l’éducation

La violence
L’Afghanistan est l’un des pays les plus touchés par la violence contre les écoles, avec 670 attaques contre l’éducation en 2008. La violence sur les élèves a empêché près de 5 millions d’enfants afghans d’aller à l’école en 2010. En Afghanistan, 439 enseignants, étudiants tués en 2006-9, l’un des plus élevés au monde.

Informations d’identification de l’enseignant
Depuis le renversement du régime des talibans en 2001, jusqu’à 6 millions de filles et de garçons ont commencé à aller à l’école. En 2012, l’offre d’étudiants a largement dépassé le bassin d’enseignants qualifiés. Selon les statistiques fournies par le ministère de l’Éducation, 80% des 165 000 enseignants du pays ont obtenu l’équivalent d’un diplôme d’études secondaires ou n’ont pas terminé leurs études postsecondaires.

Curriculum
Depuis le renversement du régime taliban, sous les efforts conjugués d’experts afghans et internationaux, le programme a été modifié par rapport aux enseignements islamiques; il y a de nouveaux livres et une meilleure formation. Pourtant, il n’existe toujours pas de programme d’études standard pour les manuels scolaires du secondaire, et les manuels scolaires du secondaire restent terriblement inadéquats en nombre et en contenu.

Infrastructure
En 2012, les écoles étaient insuffisantes. Environ 4 500 écoles sont construites selon un récent rapport du gouvernement. 40% des écoles ont été menées dans des bâtiments permanents. Les autres ont organisé des cours dans des abris de l’UNICEF ou étaient des «écoles du désert» où des étudiants et des enseignants se rassemblaient dans le désert près d’un village.

Travail des enfants
En 2007, plus de la moitié de la population afghane avait moins de 18 ans. L’UNICEF estime que près d’un quart des enfants afghans âgés de sept à quatorze ans travaillaient. Dans les zones rurales, le problème est pire et il y a plus de filles qui travaillent que de garçons. Cela perturbe l’éducation des enfants et les empêche peut-être d’être complètement scolarisés.