Ecopoétrie

L’écopoétrie est une poésie avec une emphase ou un message écologique fort. De nombreux poètes, poèmes et recueils de poèmes ont exprimé des préoccupations écologiques; mais ce n’est que récemment que le terme écopoétry a été utilisé. Il existe maintenant, dans la poésie anglophone, un sous-genre reconnaissable d’écopoésie.

Avant le terme, plusieurs poèmes avaient des messages écologiques. Bien que ces poètes n’aient pas mentionné le mot, ils étaient clairement «écopoétiques» et exerçaient une influence sur le sous-genre suivant. Les exemples incluent: The White Poem de Jay Ramsay & Carole Bruce (Rivelin Grapheme Press, 1988), Bosco (Hearing Eye, 1999; 2001) et (plus récemment) Heavy Water: un poème pour Chernobyl (Enitharmon Press, 2004). Les premières publications comprennent également The Green Book of Poetry de Ivo Mosley (1995, Frontier Publishing et Harper San Francisco, 1996, Earth Poems). Il comprend plus de trois cents poèmes du monde entier, dont beaucoup ont été traduits par Mosley, et ont contribué à définir et à établir le genre.

Ecopoetry: a Critical Introduction, publié par J. Scott Bryson (2002), est l’un des textes fondateurs ayant contribué à introduire le terme dans une utilisation plus large et critique. La revue Ecopoetics est un autre exemple de l’utilisation croissante de ce terme au tournant du millénaire. Ce terme a été élargi, passant ainsi de poésie à poies, interprété comme faisant ou écrivant plus généralement.

Depuis lors, une série d’anthologies et de livres de poésie est apparue, employant explicitement le mot ou utilisant l’idée comme principe directeur. Des exemples récents incluent The Thunder Mutters (2005) d’Alice Oswald, Redstart: une poétique écologique de Forrest Gander & John Kinsella et le révolutionnaire Earth Shattering: Ecopoems, édité par Neil Astley chez Bloodaxe Books (2007).

L’une des principales caractéristiques de l’écopoétrie, telle que définie par James Engelhardt, est qu’elle est connectée au monde d’une manière qui implique une responsabilité. A l’instar d’autres modèles explorant et supposant l’engagement (marxisme, féminisme, etc.), Ecopoetry est “entouré de questions d’éthique”.

L’écopoésie a été citée par des auteurs tels que John Burnside et Mario Petrucci comme moyen de décrire une poésie ou des projets poétiques tenant compte de l’impératif écologique en matière de sensibilité personnelle et de changement social.

Le contenu
Le thème récurrent des poèmes de “Ecopoetry” est la nature et sa préservation.
L’éco-poète n’est pas le chanteur de la Nature of Arcadia ni de la poésie classique bucolique, mais c’est lui qui détecte, outre la beauté, les problèmes qui la troublent. L’enchantement d’un paysage vierge plonge le poète dans la paix de l’unité de la création, mais lui donne en même temps la conscience de ses responsabilités pour sa conservation.

“Ecopoesia” est donc une tentative d’exprimer en termes la conscience de cette interconnexion avec la nature, ainsi que le travail de ceux qui dessinent et rapportent des émotions de l’intérieur, s’identifiant aux entités qui la peuplent; l’animal torturé, l’arbre séculier déraciné, la Terre entière parle directement et envoie son message d’alarme ou de douleur à travers les versets. Comme l’écrit la poète anglaise Helen Moore

“Que Gaia notre Grande Mère parle à travers moi … que je sois un canal, un conduit pour les mots de la Nature!”

Le poète devient ainsi un porte-parole de l’urgence environnementale et établit une relation nouvelle et équitable avec la Nature, en passant de la perspective anthropocentrique à la perspective biocentrique.
Comme l’écrit Jonathan Bate “Le poète doit avoir la capacité de nous rendre à la Terre, notre patrie”.

Dans «l’écopoétrie», à côté de la communication poétique empathique et purement émotionnelle traditionnelle, correspond le moment rationnel de la prise de conscience de la criticité environnementale de notre planète et de la nécessité d’y remédier.
Nous essayons ainsi de surmonter les préjugés de la pensée bipolaire du siècle dernier, qui établissait une séparation nette entre la raison et la création artistique.

Selon le poète canadien Di Brandt, la séparation de ces deux réalités a créé un conflit schizoïde au niveau de la capacité d’expression, conflit qui doit aujourd’hui être réparé par le biais de la “pensée réparatrice”, qui constitue une manière de penser et un sentiment interconnectés capables de temps, la rationalité et les sentiments génèrent une expression artistique multidimensionnelle proche de la sensibilité et de la formation culturelle des hommes d’aujourd’hui.

La poésie, avec la force de ses suggestions, devrait donc retrouver son rôle de communicateur d’émotions collectives.

La forme
“Ecopoesia” se caractérise également par sa spécificité dans la forme expressive. Sa forme poétique fait partie d’une réalité marquée par la mondialisation et l’interculturalité et utilise délibérément une communication poétique simple et claire, compréhensible pour toutes les cultures – donc facilement traduisible – pour se répandre auprès d’un public de plus en plus large et pour communiquer et partager les valeurs de votre temps.

Selon le poète espagnol Luis García Montero, “Un poème qui aspire à être réalisé comme un genre vivant et capable de créer des émotions significatives … utile pour nous rappeler que l’histoire est vécue uniquement à la première personne et pour nous apprendre que cette première personne est impliqué dans la réalité et a des responsabilités éthiques “. Pour ce faire, un langage poétique est libéré des artifices linguistiques et de la communication interculturelle accessible.

Diffusion
“L’écopoétrie” s’est particulièrement développée dans le monde de la culture anglo-saxonne, où la langue commune, la plus grande sensibilité aux problèmes environnementaux, ont fait que ce mouvement culturel s’est rapidement répandu comme une traînée de poudre, depuis les États Unis, en Inde, de l’Australie au Canada. Et c’est au Canada, à l’Université de Brandon, qu’est né un poste de recherche sur «L’écopoésie et la poésie postmodernes».

Le poète américain Gary Snyder, essayiste, écrivain et militant écologiste et la poète américaine Mary Oliver, dont la poésie de la Nature est sans doute parmi les plus inspirés, peuvent être considérés parmi les précurseurs d’Ecopoetry. Parmi les plus récents représentants: le poète et scientifique Mario Petrucci, ainsi que John Burnside et Alice Oswald.

Il existe des revues littéraires sur le sujet, dont le plus connu est “Ecopoetics” édité par Jonathan Skinner. Le texte de la critique littéraire “Ecopoetry – A Critical Introduction” de Scott Bryson, professeur de littérature anglaise au “Mount St. Mary’s College” de Los Angeles et l’un des critiques littéraires les plus reconnus et les plus experts en matière d’écopoésie, est fondamental. Il prépare actuellement une nouvelle anthologie d’écopées et de biographies sur les écopoéties.

Les deux recueils poétiques et les nombreuses anthologies de Neil Astley (auteur anglais et directeur de la maison d’édition “Bloodaxe Books”, qu’il a fondée en 1978) et en particulier celle publiée en 2007, intitulée “Earth Shattering – Ecopoems”, revêtent une grande importance.