Économie de l’Afghanistan

L’économie de l’Afghanistan a connu une amélioration significative au cours de la dernière décennie en raison de l’injection de milliards de dollars dans l’aide internationale et les envois de fonds des expatriés afghans. L’aide apportée par les expatriés et les investisseurs extérieurs a vu cette augmentation lorsqu’il y avait plus de fiabilité politique après la chute du régime taliban. Le PIB du pays s’élève à environ 64,08 milliards de dollars avec un taux de change de 18,4 milliards de dollars (2014) et le PIB par habitant est d’environ 2 000 dollars. Elle importe pour plus de 6 milliards de dollars de marchandises mais n’exporte que 658 millions de dollars, principalement de l’or, de l’opium, des fruits et des noix.

Malgré la détention de plus de 1 000 milliards de dollars de gisements minéraux inexploités, l’Afghanistan demeure l’un des pays les moins développés de la planète. Environ 35% de sa population est au chômage ou vit en dessous du seuil de pauvreté. Beaucoup d’hommes sans emploi rejoignent les groupes militants financés par l’étranger ou le monde du crime, en particulier en tant que contrebandiers. Le gouvernement afghan réclame depuis longtemps des investissements étrangers afin de développer et de stabiliser son économie.

Histoire économique
Ancien Afghanistan était l’un des pays les plus prospères du monde en raison de son commerce dynamique avec la Grande Inde qui s’étend jusqu’au Bangladesh et au-delà.

Au début de la période moderne sous le règne des rois Abdur Rahman Khan (1880-1901) et Habibullah Khan (1901-1919), une grande partie du commerce afghan était centralisée par le gouvernement afghan. Les monarques afghans étaient désireux de développer la stature du gouvernement et la capacité militaire du pays, et ont donc tenté de recueillir des fonds en imposant des monopoles d’État sur la vente de produits et des taxes élevées. Cela a ralenti le développement à long terme de l’Afghanistan pendant cette période. Les technologies occidentales et les méthodes de fabrication ont été lentement introduites au cours de ces ères au commandement du souverain afghan, mais en général seulement selon les exigences logistiques de l’armée grandissante. L’accent a été mis sur la fabrication d’armes et d’autres matériels militaires. Ce processus était entre les mains d’un petit nombre d’experts occidentaux invités à Kaboul par les rois afghans. Dans le cas contraire, il n’était pas possible pour les étrangers, en particulier les occidentaux, de créer de grandes entreprises en Afghanistan durant cette période.

Le premier plan important pour développer l’économie de l’Afghanistan à l’époque moderne était le projet Helmand Valley Authority, inspiré de la Tennessee Valley Authority aux États-Unis, qui devait être d’une importance économique primaire. Le pays a commencé à faire face à de graves difficultés économiques au cours des années 1970 lorsque le Pakistan voisin, dirigé par Zulfikar Ali Bhutto, a commencé à fermer les points de passage frontaliers entre le Pakistan et l’Afghanistan. Cette initiative a permis à l’Afghanistan d’accroître ses liens politiques et économiques avec son voisin du nord, la puissante Union soviétique de l’époque.

L’invasion soviétique de 1979 et la guerre civile qui a suivi ont détruit une grande partie de l’infrastructure limitée du pays et perturbé les schémas normaux d’activité économique. Finalement, l’Afghanistan est passé d’une économie traditionnelle à une économie planifiée jusqu’en 2002, année où elle a été remplacée par une économie de marché. Le produit intérieur brut a considérablement diminué depuis les années 1980 en raison de la perturbation du commerce et des transports ainsi que de la perte de main-d’œuvre et de capital. Les conflits internes persistants ont sévèrement entravé les efforts nationaux pour reconstruire la nation ou fournir des moyens à la communauté internationale d’aider.

Selon le Fonds monétaire international, l’économie afghane a progressé de 20% au cours de l’année financière se terminant en mars 2004, après avoir augmenté de 30% au cours des 12 mois précédents. La croissance est attribuée à l’aide internationale et à la fin des sécheresses. Environ 100 milliards de dollars d’aide sont entrés dans le pays de 2002 à 2017. Le FMI a recalculé son PIB de 4 milliards de dollars pour l’exercice 2003 à 6,1 milliards de dollars, après avoir ajouté les produits de l’opium. Le salaire moyen des diplômés était de 0,56 $ par homme-heure en 2010.

Agriculture et élevage
L’économie afghane a toujours été agricole, en dépit du fait que seulement 12% de ses terres sont arables et qu’environ 6% sont actuellement cultivés. La production agricole est limitée par une dépendance presque totale à l’égard des neiges hivernales erratiques et des pluies printanières pour l’eau. En 2014, les exportations annuelles de fruits et de noix du pays atteignaient 500 millions de dollars. L’Afghanistan est connu pour produire certains des meilleurs fruits et légumes, en particulier les grenades, les abricots, les raisins, les melons et les mûres. Plusieurs provinces du nord du pays (à savoir Badghis et Samangan) sont réputées pour la culture de la pistache, mais la région ne dispose pas actuellement d’installations de commercialisation et de transformation appropriées. On prétend que certaines compagnies indiennes achètent des pistaches afghanes à très bas prix, les traitent en Inde et les vendent aux pays occidentaux en tant que produits indiens. Cependant, le gouvernement afghan envisage de construire des installations de stockage pour les pistaches depuis 2010. La province de Bamyan, dans le centre de l’Afghanistan, est connue pour la culture de pommes de terre de qualité supérieure qui produisent en moyenne entre 140 000 et 170 000 tonnes.

La production de blé et de céréales est le pilier agricole traditionnel de l’Afghanistan. La production nationale de blé en 2010 était de 4,532 millions de tonnes. La production agricole globale a dramatiquement diminué après quatre années de sécheresse ainsi que la poursuite des combats et l’instabilité dans les zones rurales. Les efforts soviétiques visant à perturber la production dans les zones dominées par la résistance ont également contribué à ce déclin. En outre, depuis 2002, plus de 4 millions d’expatriés sont rentrés en Afghanistan. Beaucoup de ces anciens réfugiés sont maintenant impliqués dans l’industrie agricole. Certaines études indiquent que la production agricole et le nombre de têtes de bétail ne peuvent suffire qu’à nourrir environ la moitié de la population du pays. Les pénuries sont exacerbées par le réseau de transport limité du pays, en cours de reconstruction. Un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) indique que l’Afghanistan s’approche de l’autosuffisance en matière de production céréalière.

La disponibilité des terres propices au pâturage a traditionnellement fait de l’élevage une partie importante de l’économie. Il existe deux types principaux d’élevage: sédentaire, pratiqué par les agriculteurs qui élèvent des animaux et des cultures; et nomade, pratiqué par les éleveurs d’animaux connus sous le nom de Kuchis. Les pâturages naturels couvrent environ 7 500 000 acres (30 000 km2) mais sont surexploités. Les régions septentrionales autour de Mazar-i-Sharif et Maymanah étaient le domaine vital d’environ six millions de moutons karakul à la fin des années 1990. La plupart des troupeaux se déplacent vers les hautes terres en été vers les pâturages du nord. Les bœufs sont la principale source d’énergie et les agriculteurs partagent souvent des animaux pour le labour. La volaille est traditionnellement conservée dans de nombreuses maisons, principalement dans les ménages ruraux.

Une grande partie du bétail afghan a été retiré du pays par les premières vagues de réfugiés qui ont fui vers le Pakistan et l’Iran voisins. En 2001, le cheptel afghan avait diminué d’environ 40% depuis 1998. En 2002, ce chiffre aurait encore diminué à 60%. Une étude réalisée par la FAO dans les régions septentrionales au printemps 2002 a montré que dans quatre provinces (Balkh, Jowzjan, Sar-e Pol et Faryab), environ 84% des bovins avaient perdu de 1997 à 2002 et environ 80% des ovins. et chèvre. La majorité des Afghans élèvent traditionnellement des moutons au lieu de chèvres parce que la viande de chèvre n’est pas populaire en Afghanistan. Après 2002, le ministère afghan de l’agriculture et de l’élevage, avec l’aide de l’USAID, a aidé à faire augmenter le nombre de têtes de bétail dans tout le pays. Cela a été fait en fournissant aux villageois afghans une formation et des animaux pour commencer. Le ministre de l’Agriculture Mohammad Asef Rahimi a déclaré qu’au cours des dix dernières années, les terres arables sont passées de 2,1 à 8,1 millions d’hectares, la production de blé de 5,1 à 2,3 millions de tonnes, les pépinières de 75 000 à 119 000 hectares 615 000 tonnes. La production d’amandes est passée de 19 000 à 56 000 tonnes et celle de coton de 20 000 à 45 000 tonnes, le rendement du safran atteignant 2 000 kilogrammes.

Pêche
Le pays a beaucoup de rivières et de réservoirs, ce qui en fait un climat propice à la pisciculture. La pêche a lieu dans les lacs et les rivières, en particulier dans la rivière Kaboul autour de la région de Jalalabad et dans la rivière Helmand dans le sud de l’Afghanistan. Le poisson constitue une petite partie du régime alimentaire afghan aujourd’hui parce que les pisciculteurs sont incapables de produire suffisamment de poisson pour répondre aux demandes des clients. La plupart des poissons et fruits de mer sont importés du Pakistan voisin, de l’Iran et des Émirats arabes unis. Ces dernières années, l’USAID a aidé de nombreux Afghans à établir des fermes piscicoles à travers le pays. Il y a des centaines de fermes piscicoles à travers le pays et la plus grande est celle de Qargha, qui fournit des œufs de poisson aux autres fermes piscicoles. La pisciculture a également été lancée dans le barrage de Salma.

Sylviculture
Le bois de l’Afghanistan s’est considérablement appauvri et, depuis le milieu des années 1980, seulement 3% de la superficie des terres ont été boisées, principalement dans l’est du pays. Des peuplements importants d’arbres ont été détruits par les ravages de la guerre. L’exploitation a été entravée par le manque d’électricité et de routes d’accès. De plus, la distribution de la forêt est inégale et la plupart des terres boisées restantes ne se trouvent que dans les régions de Kunar, de Nuristan et de Paktia dans l’est du pays.

Les forêts naturelles en Afghanistan sont principalement de deux types: les forêts denses de chênes, les noyers et beaucoup d’autres espèces de noix qui poussent dans le sud-est, et sur les pentes nord et nord-est des chaînes de Sulaiman; et dispersé peu d’arbres et d’arbustes sur toutes les autres pentes de l’Hindu Kush. Les forêts denses du sud-est couvrent seulement 2,7% du pays. La production de bois rond s’est élevée à 3 148 000 mètres cubes en 2003, dont 44% ont été utilisés comme combustible.

La destruction des forêts pour créer des terres agricoles, l’exploitation forestière, les incendies de forêt, les maladies des plantes et les insectes nuisibles sont autant de causes de la réduction de la couverture forestière. L’exploitation illégale et la coupe à blanc par les trafiquants de bois ont exacerbé ce processus destructeur. Il y a actuellement une interdiction de couper du bois neuf en Afghanistan. Avant 2001 et sous la domination des talibans, la déforestation massive de la campagne était autorisée et les Afghans déplaçaient de grandes quantités de grumes dans des centres de stockage à des fins lucratives, où les arbres attendaient d’être transformés sur un arbre individuel.

Le commerce et l’industrie
Le commerce actuel entre l’Afghanistan et les autres pays s’élève à 5 milliards de dollars américains par an. En 1996, les exportations légales (à l’exclusion de l’opium) étaient estimées à 80 millions de dollars et les importations à 150 millions de dollars par an. Depuis l’effondrement du gouvernement taliban en 2001, de nouvelles relations commerciales émergent avec les États-Unis, le Pakistan, l’Iran, le Turkménistan, l’UE, le Japon, l’Ouzbékistan, l’Inde et d’autres pays. Le commerce entre l’Afghanistan et les États-Unis commence à se développer à un rythme rapide, atteignant environ 500 millions de dollars par an. Les tapis tissés à la main afghans sont l’un des produits les plus populaires exportés du pays. D’autres produits comprennent des répliques antiques fabriquées à la main ainsi que du cuir et des fourrures.

L’Afghanistan est riche en ressources naturelles, notamment de vastes gisements de gaz naturel, pétrole, charbon, marbre, or, cuivre, chromite, talc, barytine, soufre, plomb, zinc, minerai de fer, sel, pierres précieuses et semi-précieuses et de nombreux éléments des terres rares. En 2006, une étude géologique des États-Unis a estimé que l’Afghanistan avait jusqu’à 36 billions de pieds cubes (1,0 × 1012 m3) de gaz naturel, 3,6 milliards de barils (570 × 106 m3) de réserves de pétrole et de condensat. Selon une évaluation de 2007, l’Afghanistan a des quantités importantes de ressources minérales non-combustibles non découvertes. Les géologues ont également trouvé des indications de gisements abondants de pierres et de pierres précieuses de couleur, y compris l’émeraude, le rubis, le saphir, le grenat, le lapis, la kunzite, la spinelle, la tourmaline et le péridot.

En 2010, des responsables américains du Pentagone et des géologues américains ont révélé la découverte de près de 1 billion de dollars de gisements minéraux inexploités en Afghanistan. Un mémo du Pentagone a déclaré que l’Afghanistan pourrait devenir «l’Arabie Saoudite du lithium». Certains croient, y compris l’ancien président afghan Hamid Karzaï, que les minerais inexploités valent jusqu’à 3 billions de dollars.

Selon une autre estimation de la US Geological Survey datant de septembre 2011, les carbonatites de Khanashin dans la province de Helmand dans le pays ont, selon les estimations, 1 million de tonnes métriques d’éléments de terres rares. Regina Dubey, directrice intérimaire du groupe de travail du ministère de la Défense sur les opérations commerciales et de stabilité (TFBSO), a déclaré que «ceci n’est qu’une preuve de plus que le secteur minier afghan a un brillant avenir.

L’Afghanistan a signé un accord de cuivre avec la Chine (Metallurgical Corp. of China Ltd.) en 2008, qui concerne un projet de grande envergure impliquant l’investissement de 2,8 milliards de dollars de la Chine et un revenu annuel d’environ 400 millions de dollars pour le gouvernement afghan. La mine de cuivre d’Ainak, située dans la province de Logar, est l’une des plus grandes au monde et devrait fournir des emplois à 20 000 Afghans. On estime qu’il détient au moins 11 millions de tonnes ou 33 milliards de dollars américains de cuivre.

Les experts estiment que la production de cuivre pourrait commencer dans deux à trois ans et le minerai de fer dans cinq à sept ans à partir de 2010. L’autre trésor récemment annoncé est la mine de fer de Hajigak, située à 130 milles à l’ouest de Kaboul. contenir environ 1,8 milliard à 2 milliards de tonnes métriques du minerai utilisé pour fabriquer l’acier. AFISCO, un consortium indien de sept entreprises, dirigé par la SAIL (Steel Authority of India Limited) et la société canadienne Kilo Goldmines Ltd, devraient investir conjointement 14,6 milliards de dollars dans le développement de la mine de fer de Hajigak. Le pays possède plusieurs mines de charbon mais doit être modernisé.

Par le passé, l’importante ressource de l’Afghanistan était le gaz naturel, qui a été exploité pour la première fois en 1967. Au cours des années 1980, les ventes de gaz représentaient 300 millions de dollars par an en recettes d’exportation (56% du total). 90% de ces exportations sont allées en Union Soviétique pour payer les importations et les dettes. Cependant, lors du retrait des troupes soviétiques en 1989, les champs de gaz naturel de l’Afghanistan ont été plafonnés pour empêcher le sabotage par les moudjahidin. La production de gaz a chuté d’un maximum de 8,2 millions de mètres cubes (2,9 × 108 pi3) par jour dans les années 1980 à un minimum d’environ 600 000 mètres cubes (2,2 × 107 pi3) en 2001. Après la formation de l’administration Karzai, la production de gaz naturel a été rétablie.

Une entreprise locale, Azizi Hotak General Trading Group, est actuellement le principal fournisseur de carburant diesel, d’essence, de carburéacteur et de GPL en Afghanistan. En décembre 2011, l’Afghanistan a signé un contrat d’exploration pétrolière avec la China National Petroleum Corporation (CNPC) pour le développement de trois champs pétroliers le long de la rivière Amu Darya. L’état aura ses premières raffineries de pétrole dans les trois prochaines années, après quoi il recevra très peu des bénéfices de la vente du pétrole et du gaz naturel. La CNPC a commencé la production pétrolière afghane fin octobre 2012, avec l’extraction de 1,5 million de barils de pétrole par an.

Le commerce des marchandises introduites clandestinement au Pakistan constituait autrefois une source majeure de revenus pour l’Afghanistan. Bon nombre des marchandises qui ont été introduites en contrebande au Pakistan sont entrées en Afghanistan en provenance du Pakistan, où elles étaient assujetties à l’Accord de libre-échange de 1965 entre l’Afghanistan et le Pakistan. Cela a permis aux marchandises à destination de l’Afghanistan de transiter par les ports maritimes pakistanais en franchise de droits. Une fois en Afghanistan, les marchandises ont souvent été introduites clandestinement au Pakistan par la frontière poreuse que partagent les deux pays, souvent avec l’aide de fonctionnaires corrompus. De plus, les articles déclarés comme destinés à l’Afghanistan étaient souvent déchargés prématurément des camions et introduits clandestinement dans les marchés pakistanais sans payer les droits de douane requis. Cela a abouti à la création d’un marché noir prospère, avec une grande partie du commerce illégal se produisant ouvertement, comme c’était commun dans le marché animé de Peshawar Karkhano, qui était largement considéré comme un bazar de contrebandier.

En 2003, le Pakistan a réprimé les types de marchandises autorisées à circuler en franchise de droits et a introduit des mesures et des étiquettes strictes pour empêcher la contrebande. le réacheminement des marchandises à travers l’Iran à partir du golfe Persique a considérablement augmenté. Le commerce de contrebande d’avant 2003 fournissait des emplois non documentés à des dizaines de milliers d’Afghans et de Pakistanais, mais contribuait aussi à alimenter l’économie souterraine, souvent liée aux cartels de la drogue, des deux pays.

En 2010, l’Afghanistan et le Pakistan ont signé un nouvel accord de commerce de transit entre l’Afghanistan et le Pakistan (APTTA), qui permet à leurs camions d’expédition de transiter des marchandises dans les deux pays. Cet accord APTTA révisé, parrainé par les États-Unis, permet également aux camions afghans de transporter leurs exportations vers l’Inde via le Pakistan jusqu’au point de passage de Wagah. Secondement préoccupés par la contrebande, les responsables pakistanais ont insisté sur le fait que si les exportations afghanes destinées à l’Inde peuvent transiter par le territoire pakistanais, les marchandises indiennes ne peuvent à leur tour être exportées en Afghanistan à travers le territoire pakistanais. Au lieu de cela, les camions afghans déchargés à Wagah peuvent retourner en Afghanistan chargés uniquement de marchandises pakistanaises plutôt qu’indiennes, dans le but de lutter contre la contrebande.

Selon le chef adjoint de la Chambre de commerce et d’industrie de l’Afghanistan, Khan Jan Alokozai, environ 500 conteneurs d’expédition de marchandises entrent tous les jours en Afghanistan par les postes frontaliers de Torkham et de Wesh-Chaman. Les autres routes commerciales importantes en Afghanistan sont les frontières de Zaranj, Islam Qala, Hairatan, Shir Khan Bandar et Towraghondi.

Développement économique et relèvement
L’Afghanistan s’est lancé dans un modeste programme de développement économique dans les années 1930. Le gouvernement a fondé des banques; introduit le papier-monnaie; établi une université; écoles primaires, secondaires et techniques élargies; et envoyé des étudiants à l’étranger pour l’éducation. En 1952, elle créa l’Helmand Valley Authority pour gérer le développement économique des vallées de l’Helmand et de l’Arghandab grâce à l’irrigation et à l’aménagement du territoire, un programme qui reste l’une des plus importantes ressources en capital du pays.

En 1956, le gouvernement a promulgué le premier d’une longue série de plans de développement ambitieux. À la fin des années 1970, ces résultats n’avaient été que mitigés en raison de lacunes dans le processus de planification ainsi que d’un financement inadéquat et d’une pénurie de gestionnaires et de techniciens qualifiés nécessaires à la mise en œuvre.

Da Afghanistan Bank sert de banque centrale de la nation et «Afghani» (AFN) est la monnaie nationale, avec un taux de change d’environ 68,5 afghanis à 1 dollar américain. Il y a plus de 16 banques différentes opérant dans le pays, y compris la Banque internationale d’Afghanistan, la Banque de Kaboul, la Banque d’Azizi, la Banque de Pashtany, la Banque Standard Chartered, la première banque de finances de banque, et d’autres. Une nouvelle loi sur l’investissement privé prévoit des exonérations fiscales de trois à sept ans pour les entreprises admissibles et une exemption de quatre ans des droits et taxes à l’exportation. Selon un rapport de l’ONU en 2007, l’Afghanistan a reçu plus de 3,3 milliards de dollars de sa communauté d’expatriés en 2006. Les fonctionnaires de l’ONU qui connaissent le problème ont déclaré que les transferts vers l’Afghanistan auraient pu être plus importants. De plus, les améliorations apportées à l’environnement favorable aux affaires ont entraîné des investissements de plus de 1,5 milliard de dollars dans les télécommunications et créé plus de 100 000 emplois depuis 2003.

L’Afghanistan est membre de l’OMC, de la SAARC, de l’ECO, de l’OCI et a un statut d’observateur auprès de l’OCS. Il vise à mener à bien le projet commercial New Silk Road, qui vise à relier l’Asie du Sud à l’Asie centrale et au Moyen-Orient. De cette façon, l’Afghanistan sera en mesure de percevoir des droits importants sur les échanges commerciaux à travers le pays, y compris sur le pipeline Trans-Afghanistan. Le ministre des Affaires étrangères Zalmai Rassoul a déclaré que son “objectif est de réaliser une économie afghane dont la croissance est basée sur le commerce, l’entreprise privée et l’investissement”. Les experts estiment que cela va révolutionner l’économie de la région.

La capitale de Kaboul symbolise les esprits de tous les Afghans et la coopération internationale, au cœur de cette région très riche en ressources, avec un grand potentiel pour devenir un centre d’affaires. Après 2002, la nouvelle dynamique géopolitique et ses opportunités commerciales subséquentes, la croissance rapide de la population urbaine et l’émergence d’un chômage élevé, ont déclenché la planification d’une extension urbaine vers le nord immédiat de Kaboul, sous la forme d’une nouvelle ville.

En 2006, l’ancien président Hamid Karzaï a créé un conseil indépendant pour le développement de Kabul New City. Le conseil a réuni des intervenants clés, notamment des organismes gouvernementaux compétents, des représentants du secteur privé, des spécialistes urbains et des économistes, en collaboration avec le gouvernement japonais et le secteur privé français, pour préparer un plan directeur pour la ville de Kaboul. Le plan directeur et sa stratégie de mise en œuvre pour 2025 ont été approuvés par le Cabinet afghan au début de l’année 2009. L’initiative s’est transformée en l’un des plus grands projets de développement commercial du pays, qui devrait être dirigé par le secteur privé.

Dans le cadre d’une tentative de modernisation de la ville et de relance de l’économie, un certain nombre de nouveaux immeubles de grande hauteur sont en construction par différents promoteurs. Parmi les projets de développement national, citons la nouvelle ville de Kaboul, d’une valeur de 35 milliards de dollars, située à côté de la capitale, la ville de Ghazi Amanullah Khan à l’est de Jalalabad et Aino Mena à Kandahar. Des projets de développement similaires ont également lieu à Herat dans l’ouest, à Mazar-e-Sharif dans le nord et dans d’autres villes.

Au cours de la dernière décennie, des sociétés telles que The Coca-Cola Company et PepsiCo ont lancé ou relancé des opérations à Kaboul. En outre, un certain nombre d’usines locales d’eau minérale et de jus, y compris des usines d’autres produits, ont été construites. Cela ne favorise pas seulement les investissements étrangers, mais rend également le pays moins dépendant des importations en provenance des pays voisins et contribue à offrir des opportunités d’emploi à de nombreux Afghans. Watan Group est une société basée en Afghanistan qui fournit des services de télécommunications, de logistique et de sécurité. InFrontier est la première société internationale de capital-investissement avec une équipe à temps plein et des investissements en Afghanistan. InFrontier gère un fonds afghan dédié au capital-investissement en Afghanistan, doté de 30 millions de dollars, soutenu par certains des principaux investisseurs financiers européens – cofondés par Benj Conway et Felix von Schubert.

Tourisme
Le tourisme en Afghanistan était à son apogée en 1977. De nombreux touristes du monde entier sont venus visiter l’Afghanistan, y compris de l’Iran et du Pakistan voisins, l’Union soviétique, ainsi que l’Inde, la Turquie, l’Europe, l’Amérique du Nord et d’autres endroits. Tout cela s’est terminé avec le début de la Révolution Saur d’avril 1978. Cependant, il augmente de nouveau progressivement malgré l’insécurité. Chaque année, environ 20 000 touristes étrangers visitent l’Afghanistan.

Le pays compte quatre aéroports internationaux, dont l’aéroport international Hamid Karzai, l’aéroport international Mazar-e Sharif, l’aéroport international de Kandahar et l’aéroport international de Herat. Plusieurs autres aéroports sont également en cours de modernisation pour devenir internationaux dans les années à venir. La ville de Kaboul compte de nombreuses maisons d’hôtes et hôtels, dont l’hôtel Inter-Continental Kabul, le Safi Landmark Hotel et au moins un hôtel 5 étoiles Serena. Un hôtel cinq étoiles est en construction à côté de l’ambassade américaine. Un magasin de yogourt glacé de marque internationale [Barre de yogourt glacé Cherryberry] est également cité dans kabul wazir akbar khan

Les sites touristiques dans le pays comprennent:

L’ancienne ville de Kaboul
Jardins de Babur
Musée national d’Afghanistan
Jardins Paghman
Qargha et beaucoup d’autres endroits
Band-e Amir National Park à Bamyan
L’ancienne ville de Herat
Citadelle d’Hérat
Minaret de Jam dans le district de Shahrak de la province de Ghor
Sanctuaire d’Ali à Mazar-i-Sharif
Sanctuaire de la cape à Kandahar
Mausolées des dirigeants Ghaznavides à Ghazni
Mausolée d’Amanullah Khan, Bacha Khan et autres sites à Jalalabad
Visite de la province de Parwan (ancienne ville de Bagram), de la province de Panjshir (mausolée d’Ahmad Shah Massoud à Bazarak), de la province de Badakhshan et d’autres lieux.

comptes nationaux
PIB: parité de pouvoir d’achat 64,08 milliards de dollars, avec un taux de change de 18,4 milliards de dollars (2016 est.)

PIB – taux de croissance réel:

2% (2016)
PIB – par habitant: parité de pouvoir d’achat – 2 000 $ (2016)

PIB – composition par secteur:

agriculture: 24%
industrie: 21%
services: 55%
note: les données excluent la production d’opium

Population en dessous du seuil de pauvreté:

35,8% (2011)
Revenu du ménage ou consommation par pourcentage de part:

les plus faibles 10%: 3.8%
10% les plus élevés: 24% (2008)
Taux d’inflation (prix à la consommation): 13,8% (2011)
comparaison des pays au monde: 19

Population active: 15 millions (2004)
comparaison des pays au monde: 39

Population active – par profession: agriculture 78,6%, industrie 5,7%, services 15,7% (2009)

Taux de chômage: 35% (2009)
comparaison des pays au monde: 180

Budget:

revenus: 1,7 milliard de dollars
Dépenses: 6,639 milliards de dollars (2015)
Industries: production à petite échelle de textiles, savon, meubles, chaussures, engrais, vêtements, produits alimentaires, boissons non alcoolisées, eau minérale, ciment; tapis tissés à la main; gaz naturel, charbon, cuivre

Électricité – production: 913,1 millions de kWh (2009)
comparaison des pays au monde: 150

Électricité – production par source:

combustibles fossiles: 23,5% de la capacité totale installée (2009)
hydroélectricité: 76,5% de la capacité totale installée (2009)
nucléaire: 0% de la capacité totale installée (2009)
autre: 0% (2001)
Électricité – consommation: 2,226 milliards de kWh (2009)
comparaison des pays au monde: 137

Électricité – exportations: 0 kWh (2010)

Électricité – importations: 1,377 milliards de kWh (2009)

Production de pétrole: 1 950 barils par jour (310 m3 / j) (2012)
comparaison des pays au monde: 210

Pétrole – consommation: 4 229 barils par jour (672,4 m3 / j) (2011)
comparaison des pays au monde: 165

Réserves pétrolières prouvées: 1 600 000 000 barils (250 000 000 m3) (2006)

Gaz naturel – production: 220 millions de m³ (2001)

Gaz naturel – consommation: 220 millions de m³ (2001)

Gaz naturel – réserves prouvées: 15,7 billions de pieds cubes (2006)

Agriculture – produits: pavot à opium, blé, fruits, noix, peaux de karakul

Exportations: 658 millions de dollars (2014)
comparaison des pays au monde: 164

Exportations – produits de base: opium, fruits et noix, tapis tissés à la main, laine, coton, peaux et peaux, pierres précieuses

Exportations – partenaires: Inde 42,3%, Pakistan 29%, Tadjikistan 7,6% (2015)

Importations: 7 004 milliards de dollars (2014)

Importations – matières premières: machines et autres biens d’équipement, produits alimentaires, textiles, produits pétroliers

Importations – partenaires: Pakistan 38,6%, Inde 8,9%, États-Unis 8,3%, Turkménistan 6,2%, Chine 6%, Kazakhstan 5,9%, Azerbaïdjan 4,9% (2015)

Dette – externe: total de 1,28 à 2,3 milliards de dollars (2011)

Russie – 987 millions de dollars
Banque asiatique de développement – 596 millions de dollars
Banque mondiale – 435 millions de dollars
Fonds monétaire international – 114 millions de dollars
Allemagne – 18 millions de dollars
Saudi Development Fund – 47 millions de dollars
Banque islamique de développement – 11 millions de dollars
Bulgarie – 51 millions de dollars
Kuwait Development Fund – 22 millions de dollars
Iran – 10 millions de dollars
Opec – 1,8 million de dollars
Solde du compte courant: – 743,9 millions de dollars (2011)
comparaison des pays au monde: 132

Devise: Afghani (AFN)

Cours de change: afghanis (AFA) pour un dollar EU – 62 = 1 $
61.14 (2014-16)
57,25 (2013)
46,45 (2010)

Exercice financier: 21 mars – 21 mars