Écocomposition

L’écocomposition est une façon de regarder l’alphabétisation en utilisant des concepts de l’écologie. C’est une théorie post-traitement de l’instruction d’écriture qui tente de prendre en compte des facteurs allant au-delà des objectifs définis de manière hiérarchique dans des contextes sociaux; Cependant, ces objectifs ne sont pas écartés. Au contraire, il les intègre dans une vision écologique qui étend la gamme des facteurs affectant le processus d’écriture au-delà du social pour inclure des aspects tels que “le lieu” et la “nature”. Sa devise principale est donc “L’écriture prend place” (également le titre d’un des articles de Sidney I. Dobrin sur l’écocomposition).

La théorie de l’écocomposition remonte à l’essai de 1986 de Marilyn Cooper intitulé “L’écologie de l’écriture” et à “La logique écologique pour la classe de composition” de Richard Coe (1975). Plus récemment, Dobrin et Weisser (2002) ont élaboré une théorie plus détaillée de l’écocomposition, la plaçant par rapport à l’écoféminisme, à l’écocriticisme et à l’éthique de l’environnement. D’autres spécialistes (par exemple, Reynolds, 2004) ont montré sa proximité avec la géographie sociale. Selon la chercheuse écoféministe Greta Gaard (2001), “l’écocomposition, dans sa forme la plus inclusive, a le potentiel de traiter des questions sociales telles que le féminisme, l’éthique de l’environnement, le multiculturalisme, la politique et l’économie, en examinant des questions de forme et de style, d’audience et d’argumentation.” , et sources et documentation fiables “(p. 163).

L’écocomposition est l’un des domaines d’étude abordés lors de la Conférence sur la composition et la communication dans les collèges (CCCC), un forum national pour les professeurs d’écriture et les universitaires. En tant qu’activité éducative, elle est étroitement liée à l’éducation progressive (Dewey, 1915), à l’éducation critique (Giroux, 1987) et à l’éducation basée sur le lieu (Sobel, 2004).

Ecocomposition demande quels sont les effets d’un lieu (ou de différents lieux) sur le processus d’écriture. De quelle manière notre identité est-elle influencée par le lieu et quelle incidence cela at-il sur notre écriture? Quels types de relations nous aident à définir notre place, y compris la relation entre écrivain et lecteur? Comment les ensembles de relations parfois contradictoires dans lesquels nous écrivons nous permettent-ils de voir certaines possibilités et d’en exclure d’autres? Comment ces relations définissent-elles la réalité de chacun de nous de différentes manières?

L’écologie, au sens large de Coe et Cooper, englobe les relations naturelles et sociales. Par conséquent, les instructeurs d’écocomposition insistent non seulement sur le rapport de l’écrivain au lieu physique, mais également sur les relations sociales entre les écrivains et les lecteurs. En classe, cela se traduit par des pratiques pédagogiques qui “soulignent la valeur d’encourager la communauté et la collaboration tout au long du processus d’écriture” (Gaard, 2001, p. 166). En tant que méthode d’enseignement post-traitement de l’écriture, ecocomposition s’intéresse non seulement au processus d’écriture, mais également à ce qui arrive aux textes une fois ceux-ci écrits. Ainsi, les instructeurs en écocomposition se concentrent non seulement sur le processus de composition, mais également sur son objectif, en encourageant les étudiants à écrire pour des publics spécifiques.

La relation entre le processus d’écriture et les lieux naturels a été une préoccupation majeure, mais les concepts de spatialité s’appliquent également au cyberespace et à l’écriture en ligne – dans les MUD, les MOO, les chat relais Internet, les messages instantanés et les courriers électroniques (Syverson, 1999; Yagelski, 1999). 2002). Les professeurs d’écocomposition peuvent utiliser des blogs ou d’autres moyens pour permettre aux étudiants d’interagir les uns avec les autres et / ou d’écrire pour un public réel au-delà de la classe (voir, par exemple, Jones, 2008).

La composition écologique ne doit pas être confondue ou confondue avec d’autres approches systémiques de l’écriture telles que la théorie de l’activité, qui ne tiennent pas compte de la relation dynamique entre l’écriture et le lieu, mais posent un “contexte” transcendant qui affecte l’écriture.