Décollage

Le décollage en tant que technique visuelle est la méthode par laquelle des parties d’affiches collées sont détachées et retirées, grâce à quoi les couches sous-jacentes apparaissent et font partie de la nouvelle image. Le décollage a une forte affinité avec le démantèlement et forme en ce sens l’inverse du collage.

Le mot “décollage” se traduit littéralement en anglais par “décollage” ou “pour devenir décollé” ou “pour se décoller”. Des exemples de décollage incluent les étrécissements et la technique de découpe. Une technique similaire est l’affiche lacérée, une affiche dans laquelle l’une a été placée sur une autre ou sur d’autres, et l’affiche ou les affiches supérieures ont été déchirées, révélant plus ou moins l’affiche ou les affiches en dessous.

Parmi les premiers expérimentateurs de cette technique figurent Mimmo Rotella, Wolf Vostell, François Dufrêne, Raymond Hains, Jacques Villeglé. Cependant, il y a des opinions contradictoires sur qui était vraiment le premier à l’utiliser. Le dualisme est entre les deux pierres angulaires de cette expérimentation “néo Dada”, Rotella et Hains.

Il représente la protestation contre une situation sociale qui “survit” maintenant au milieu des faux mythes du consumérisme après la Seconde Guerre mondiale. Comme les coupes de Fontana, comme la combustion de Burri, comme la merde d’artiste de Piero Manzoni, Rotella utilise le décollage pour assurer une communauté artistique et culturelle de la seconde moitié du 900, une autre étude conceptuelle, pour découvrir l’art classique avec une simple systématique, action répétitive, lacérante, explicative.

Histoire
Depuis 1949, le décollage en France a été utilisé par Raymond Hains, Jacques de la Villeglé et à partir de 1957 par François Dufrêne; en 1960, ils faisaient partie des membres fondateurs du Nouveau Réalisme. Depuis le début des années 1950, la technique est également pratiquée par Mimmo Rotella et Wolf Vostell. De plus, cette technique a été utilisée sous une forme modifiée par Robert Rauschenberg, qui a brouillé les photographies et peint les images et les textes; César et John Chamberlain ont assemblé toutes sortes de biens de consommation métalliques.

Une autre forme de décollage est le Dé-coll / age de Wolf Vostell, qui se préoccupe non seulement de détruire, mais aussi de le rendre visible, dans le sens du flou et d’autres formes telles que l’essuyage, la décoloration, le doublement, la déformation, le flou et surimpression, est allé.

Wolf Vostell a trouvé le mot “décollage” sur la première page du Figaro à Paris le 6 septembre 1954, qui a été utilisé dans le cadre d’un Lockheed Super Constellation s’écraser sur le Shannon. Il a transféré le terme à ses pauses et événements. En 1958, Wolf Vostell a changé l’orthographe en Dé-coll / age. Dé-coll / age est devenu un principe de conception et un concept artistique complet pour Wolf Vostell. Le Dé-coll / age des Happenings vise à une décomposition critique de la conscience des conditions environnementales absurdes qui pressent les gens, par exemple pour se référer aux processus quotidiens, comme la circulation automobile. Dans les événements dé-coll / age du début des années 1960, les matériaux ont été détruits dans le cadre d’un traitement de démantèlement inutilement critique et provocateur.

Praticiens du décollage
Wolf Vostell était un important praticien du décollage. Wolf Vostell a remarqué le mot “décollage” dans Le Figaro le 6 septembre 1954, où il était utilisé pour décrire le décollage et l’écrasement simultanés d’un avion. Il a approprié le terme pour signifier une philosophie esthétique, appliquée également à la création de performances en direct, le concept de travail de Vostell de décollage, était le Dé-coll / age et commencé en 1954, est comme une force visuelle qui décompose les valeurs dépassées et les remplace avec la pensée comme une fonction éloignée des médias. Il a également appelé ses Happenings Dé-coll / age-Happening.

Les artistes les plus célèbres de la technique du décollage en France, notamment de l’affiche lacérée, sont François Dufrene, Jacques Villeglé, Mimmo Rotella et Raymond Hains. Raymond Hains a utilisé l’affiche lacérée comme une intervention artistique visant à critiquer la nouvelle technique publicitaire des publicités à grande échelle. En effet, son décollage détruit la publicité, mais laisse ses vestiges à la vue du public.

Souvent, ces artistes travaillaient en collaboration et leur intention était de présenter leurs œuvres dans la ville de Paris de manière anonyme. Ces quatre artistes faisaient partie d’un groupe plus large dans les années 1960 appelé Nouveau Réalisme (Paris), la réponse de Paris au mouvement pop art américain. C’était un groupe principalement basé à Paris (qui comprenait Yves Klein, Christo et Burhan Dogancay et a été créé avec l’aide du critique Pierre Restany), bien que Rotella était italien et soit retourné en Italie peu de temps après la formation du groupe. Certains des premiers pratiquants ont cherché à extraire l’affiche dégradée de son contexte d’origine et à l’intégrer dans des domaines de la poésie, de la photographie ou de la peinture.

Les affiches lacérées sont également étroitement liées à la pratique des fouilles de Richard Genovese. Les artistes contemporains employant des techniques de décollage similaires sont Mark Bradford, Michael Viviani et Brian Dettmer, qui utilise une nouvelle méthode de décollage en supprimant la matière des livres, laissant derrière lui des images et du texte sélectionnés pour former des collages sculpturaux. Il y a aussi Fizz Fieldgrass, un artiste anglais, qui utilise des images photographiques améliorées numériquement, superposées par duplication sur du papier de conservation japonais ou du papier mûrier fin, déchirées et roulées pour révéler d’autres couches générant l’image tridimensionnelle.

Le décollage est désormais couramment utilisé en français dans le domaine de l’aviation (comme lorsqu’un avion décolle du sol). Plus récemment, le terme a été utilisé en vol spatial; la page Web de l’ESA indique son utilisation équivalente à “Nous avons le décollage!” dans un centre de lancement de la NASA.

Déchirage
Déchirage («déchirer») est un style artistique qui détresse le papier pour créer un patchwork en trois dimensions. Il s’agit d’une forme de décollage qui démonte physiquement l’image d’origine par incision, séparation et décollement. Romare Bearden (né en 1911 – décédé en 1988), l’artiste de collage afro-américain a utilisé le déchirage comme un élément important de ses peintures expressionnistes abstraites. La première exposition publique de “Photographic” Déchirage (le déchirement de couches de photographies numériques pour créer une image tridimensionnelle distinctive) a eu lieu à l’exposition Art of Giving à la galerie Saatchi en 2010.

On peut faire valoir que le dépliage est une forme de décollage, car il est réalisé en retirant initialement les agrafes d’un magasin relié aux agrafes.

Adhérents du style
Wolf Fostel était un adepte influent du décollage. Il a trouvé le mot «décollage» dans le numéro du journal Figaro du 6 septembre 1954, où il était utilisé pour décrire un accident d’avion au décollage [au 1]. L’artiste a décidé d’utiliser le terme pour désigner la philosophie esthétique, y compris celle utilisée pour créer des performances. Dans la version de Fostel, le mot était divisé en parties: «Dé-coll / age» et définissait un pouvoir visuel qui détruit les valeurs usées et les remplace par une réflexion comme une fonction éloignée du porteur. Fostel a appelé ses événements «Dé-coll / age-happening».

Les artistes français les plus connus dekollazha ont utilisé la technique, en particulier l’affiche déchirée, sont François Dufresne (fr. François Dufrene), Jacques Villegle (fr. Jacques Villeglé), Mimmo Rotella et Raymond Enc (fr. Raymond Hains). Raymond Ens a utilisé la technique de l’affiche déchirée comme une intervention artistique visant à critiquer peu de temps avant cette publicité à grande échelle. En fait, son décollage a détruit la publicité, mais l’a laissé au public à contempler.

Ces artistes ont souvent travaillé ensemble et entendaient présenter anonymement leur travail à Paris. Ils faisaient partie d’un grand groupe dans les années 1960 appelé Nouveau Réalisme, une réponse parisienne au mouvement pop art américain. Le groupe était principalement composé de paridans (y compris Yves Klein, Kristo et Burhan Dogankai, et le critique Pierre Restany a aidé à la création), mais, par exemple, Rotella était italien et est retourné en Italie peu de temps après la formation du groupe. Certains des premiers adeptes de la technologie ont tenté de transférer l’affiche décollée de son contexte d’origine vers le domaine de la poésie, de la photographie ou de la peinture.

La technique de l’affiche déchirée est également étroitement liée à la technique du collage d’excavation de Richard Genovese. Parmi les artistes contemporains utilisant une technique de décollage similaire, on trouve Marc Bradford, Michael Viviani et Brian Dettmer, qui utilisent la nouvelle méthode de décollage en supprimant une partie du matériau des livres, laissant des images sélectionnées et créant ainsi un collage sculptural. L’artiste anglais Fitz Fieldgrass utilise des photographies traitées dans un éditeur graphique, recouvertes de papier, qu’il déchire puis dévisse pour ouvrir les couches inférieures et créer une image en trois dimensions.