Crinoline mode des femmes 1850s

Mode dans les années 1850, la femme porte une robe avec une taille basse serrée, un corps triangulaire et une jupe longue. Les manches larges se rétrécissent. À partir de 1845, le costume en deux pièces est créé, avec une jupe et une veste. Les jupons sont remplacés par un jupon renforcé de crin: la crinoline. En 1856 la cage comminoline de cerceaux métalliques flexibles apparaît. La jupe devient plus large et décorée de bandes et de volants. La crinoline nécessite des mètres de poussière. En raison du fort contraste, la taille extrêmement resserrée est également beaucoup mieux. (Parfois, les femmes s’endorment en raison de cette constriction extrême.) Les manches prennent une forme de pagode. En raison du grand châle, la silhouette ressemble à un triangle inversé. Les coiffures sont simples, avec une séparation moyenne, des boucles de tuyau ou tressées jusqu’à 1850 sur le côté du visage, et un pain plat contre l’arrière de la tête. Les chapeaux d’auvent deviennent de plus en plus petits, avec une bordure autour de la tête et sous le menton.

Aperçu

Silhouette
Cette mode ronde s’appelle “à la Pompadour”. Le mode du xviii e siècle a particulièrement influencé le Second Empire, notamment les paniers. La robe prend alors une forme de dôme, le tissu de la jupe affleure le sol, cachant les chaussures sans gêner le mouvement. En 1854, Le Petit Courrier des Damesquote une «jupe désossée». Une série d’os de baleine forme un jupon plus léger, soutenant la jupe volumineuse et donc lourde. Auguste Person présente en 1856 son modèle de crinoline-cage. Constitué d’une structure de cercles en acier de taille variable, allant du plus petit au plus large au fond, il forme une cage. Les éléments métalliques sont maintenus ensemble par des bandes de coton ou de lin, ou insérés dans un jupon. Ainsi, les crinolines pourraient être mises à plat pour des besoins de stockage ou de transport. Plusieurs facteurs conduisent à cette innovation: l’augmentation du volume de la jupe, le goût des tissus plus riches et plus lourds, la commodité d’une structure plus légère à déplacer et la libération des jambes.

1850 – 1858: la mode de voler
Ce mode correspond à la fabrication de soies, de laines et de tissus tissés ou imprimés en coton disponibles pour le vol ou le bowling, qui sont le succès de toutes les usines lyonnaises, alsaciennes et anglaises. Les motifs sont ainsi décernés lors des Expositions Universelles de 1851 et 1855. Le succès de ces robes, vendues “kit” s’explique par la facilité de montage. De plus, il crée un effet d’harmonie entre les volants et la forme de la jupe sur laquelle repose le buste. Après 1855, les tissus riches fatiguent, tout comme la profusion de volants. Aussi, à partir de 1858, les robes évoluent vers une coupe raffinée.

Robe de transformation
En 1845 apparaît la robe de transformation. Les journées des femmes sont ponctuées de visites, d’expositions, de déjeuners, de goûters, d’opéra, de théâtre, de bal … Chaque heure de la journée est une robe, avec un corsage particulier. La rapidité nécessaire du changement provoquée par les réunions rapprochées pendant la journée conduit à la division de la robe en deux parties. Ce doublage permet de garder toute la journée la crinoline et la jupe, sur lesquelles on attache un corsage fermé le jour et largement décolleté pour le bal du soir. Un troisième à l’encolure plus petite peut être porté pour le dîner ou le théâtre. Mais cette pratique se développe surtout après 1870. Des éléments peuvent également venir compléter la tenue, comme l’ajout de guirlandes de fleurs sur la jupe pour une boule par exemple. L’utilisation de guimpe, parfois avec des manches, dans les mêmes tissus, une écharpe ou un boléro qui cache l’encolure est également observable. Notez que les robes de mariées ont deux corsages: l’un pour l’église ou le temple, l’autre pour le soir. C’est en effet pendant son mariage que la femme peut, pour la première fois, révéler son buste. Une certaine codification stricte du décorum confère à la bourgeoisie un semblant d’aristocratie.

Le velours est apparu, la richesse du tissu de l’exemption des ornements et robes superflus a trouvé une certaine simplicité.
Le corsage est toujours porté sur les épaules et il est orné de jabot ou de dentelle uniquement pour accompagner les robes en soie ou en toile.
Les manches sont larges en haut et ouvertes et très larges en bas pour laisser tomber la dentelle soulignant la finesse d’une main gantée si possible.
Vers 1856 apparaît le jupon appelé crinoline qui va progressivement remplacer le jupon et donner un look impressionnant aux jupes.

1- 1852
2-1854
3-1850s
4-1850s
5- 1852
6-1850s
7- 1856
8- 1856
9- 1857
10- 1858

1. Reine Victoria et son cousin la Duchesse de Nemours, 1852
2.Eugénie, impératrice des Français
3.Mathilde Bonaparte, princesse de France
4.Claire de Béarn, Duchesse de Vallombrosa
5. Reine Isabella II d’Espagne, 1852
6.Marie Henriette d’Autriche
7.Alexandra Feodorovna, tsarine de Russie, 1856, musée de l’Ermitage
8.Princesse Louise de Prusse, 1856
9. Grande Duchesse Maria Nikolaievna de Russie Duchesse de Leuchtenberg, 1857 Ermitage
10.Princesse Tatiana Alexandrovna Yusupova, Hermitage, 1858

Robe Crinoline
Une crinoline est un jupon raidi ou structuré conçu pour tenir la jupe d’une femme, populaire à divers moments depuis le milieu du 19ème siècle. À l’origine, Crinoline décrit un tissu rigide en crin de cheval («crin») et de coton ou de lin qui a été utilisé pour faire des jupons et comme une doublure de robe.

Dans les années 1850, le terme «crinoline» était plus généralement appliqué à la silhouette à la mode offerte par les jupons en crin de cheval, et aux jupes cerceaux qui les remplaçaient au milieu des années 1850. Par leur forme et leur fonction, ces jupes de cerceau ressemblaient aux farthingales des XVIe et XVIIe siècles et aux sacoches du XVIIIe siècle, en ce sens qu’elles permettaient également aux jupes de s’étendre encore plus largement et plus complètement.

La crinoline à cage en fil d’acier à ressort a été introduite dans les années 1850, avec le premier brevet britannique pour une crinoline en métal (décrit comme un «jupon squelette de ressorts en acier attachés à la bande.») Accordé en juillet 1856.Crinolines ont été portés par des femmes de toutes les classes et classes sociales à travers le monde occidental, de la royauté aux ouvriers d’usine.

Style victorien des années 1850
Une silhouette similaire est restée dans les années 1850, alors que certains éléments de vêtements ont changé.

Les décolletés des robes de jour tombaient encore plus bas en forme de V, provoquant un besoin de couvrir la zone du buste avec une chimisette. En revanche, robes de soirée en vedette une Bertha, qui a complètement exposé la zone de l’épaule à la place. Les corsages commençaient à s’étendre sur les hanches, tandis que les manches s’ouvraient davantage et augmentaient en volume. Le volume et la largeur de la jupe ont continué à augmenter, en particulier en 1853, lorsque des rangées de volants ont été ajoutés.

Néanmoins, en 1856, les jupes se sont étendues encore plus loin; créer une forme de dôme, en raison de l’invention de la première cage artificielle crinoline. Le but de la crinoline était de créer une silhouette de sablier artificielle en accentuant les hanches, et en créant une illusion de petite taille;avec le corset. La cage crinoline a été construite en assemblant des bandes métalliques minces pour former une structure circulaire qui pourrait uniquement supporter la grande largeur de la jupe. Cela a été rendu possible par la technologie qui a permis de transformer le fer en acier, qui pourrait ensuite être tiré dans des fils fins. Bien que souvent ridiculisée par les journalistes et les dessinateurs de l’époque alors que la crinoline grossissait, cette innovation libérait les femmes du poids lourd des jupons et constituait une option beaucoup plus hygiénique.

Pendant ce temps, l’invention de colorants synthétiques a ajouté de nouvelles couleurs aux vêtements et les femmes ont expérimenté avec des couleurs voyantes et brillantes. L’innovation technologique des années 1860 a donné aux femmes liberté et choix.

Les robes
Dans les années 1850, les jupes en forme de dôme des années 1840 ont continué à se développer.Les jupes étaient remplies au moyen de volants (volants profonds), habituellement par trois, serrés au sommet et raidis avec une tresse de crin en bas.

Au début de la décennie, les corsages des robes du matin présentaient des panneaux sur l’épaule qui étaient réunis en un point émoussé à la taille légèrement baissée. Ces corsages étaient généralement attachés à l’arrière au moyen de crochets et d’œillets, mais une nouvelle mode pour un corsage [veste] apparaissait aussi, boutonnée devant et portée sur une chemisette. Des manches plus larges en forme de cloche ou de pagode étaient portées par-dessus de faux dessous de bras ou d’embouts de coton ou de lin, garnis de dentelle, de broderie anglaise ou d’autres fantaisies. Des petits cols séparés de dentelle, de frivolité ou de crochet étaient portés avec des robes du matin, parfois avec un ruban.

Les robes de bal du soir étaient très décolletées, décolletées et avaient des manches courtes.

L’introduction de la crinoline en cage d’acier en 1856 a fourni un moyen d’élargir encore la jupe, et les volants ont progressivement disparu au profit d’une jupe reposant plus doucement sur le jupon et les cerceaux. Les pantalettes étaient essentielles sous cette nouvelle mode pour l’amour de la pudeur.

Tissus
Vêtements d’extérieur
Des vestes semblables à des capes étaient portées sur les jupes très larges. Un autre vêtement extérieur à la mode était un châle indien ou un châle tissé à Paisley, dans le Renfrewshire, dans un motif de paisley imitant les styles indiens. Des capes à capuchon étaient également portées.

Les habitudes d’équitation avaient des vestes ajustées aux manches serrées, portées par-dessus une chemise à col ou (plus souvent) une chemisette. Ils étaient portés avec de longues jupes et des hauts-de-forme masculins.

Coiffures et coiffures
Les cheveux étaient vêtus simplement, entrecroisés et dans un petit pain ou une tresse enroulée à l’arrière, avec les côtés soufflés sur les oreilles ou avec des groupes de boucles de chaque côté à l’imitation des modes du début du 17ème siècle.

Le bonnet d’intérieur est devenu un peu plus qu’une dentelle et un ruban porté à l’arrière de la tête.

Les débuts de la réforme vestimentaire
1851 marque la naissance du mouvement de réforme vestimentaire victorien, lorsque Libby Miller, militante de la tempérance en Nouvelle-Angleterre adopte ce qu’elle considère comme un costume plus rationnel: un pantalon ample aux chevilles, surmonté d’une robe ou d’une jupe ourlée juste sous les genoux. Le style a été promu par l’éditeur Amelia Bloomer et a immédiatement été baptisé un costume Bloomer par la presse. En dépit de son caractère pratique, le costume de Bloomer a fait l’objet de beaucoup de ridicule dans la presse et a eu peu d’impact sur la mode traditionnelle.

Galerie de style 1850-1854

1 – années 1850
2 – 1850
3 – 1851
4 – 1851
5 – 1851
6 – 1851
7 – 1852
8 – 1853
9 – 1854

10-1853

1.Le costume Bloomer, une robe courte portée par-dessus un pantalon complet, a été adopté brièvement par les réformistes vestimentaires aux États-Unis dans les années 1850.
Tenue de plein air 2.Male et manège féminin de 1850 (New York).
3.1851 La plaque de mode parisienne montre l’utilisation à la mode des tissus imprimés à la disposition (avec des imprimés à la frontière) sur les volants de la jupe et sur les corsages et les manches.
4.Madame Moitessier porte une robe de soirée noire avec des volants. Elle porte une broche et des bracelets aux deux poignets. France, 1851.
5.Mrs. Coventry Patmore porte un petit collier fantaisie et un ruban à la gorge. Ses cheveux épais et ondulés sont entrés dans le centre et poufed sur ses oreilles, 1851.
6.Matilde Juva-Branca porte une robe du matin sombre avec un chemisier en dentelle ou une chemisette et des poignets et des gants en cuir courts. Ses cheveux sont séparés et portés en longues boucles de saucisse, 1851.
7.Doña Josefa García Solis porte une simple robe de satin vert avec des manches courtes lacées sur une chemise en lin ou une chemisette. Sa casquette de dentelle est garnie de glands et de rubans roses, et elle porte un éventail élaboré, 1852.
8.Doña Amalie de Llano et Dotres, Condesa de Vilches porte une robe bleue brillante avec une jupe à plusieurs niveaux. Le corsage long et pointu est garni de bandes horizontales de fronces sur une chemise ou une chemisette (ou une sous-couche de style chemise), 1853.
9.Un corset de réforme de Madame Caplin. Ce corset a été ajusté au corps, pas à la robe comme avant.
10.Fachions de 1853: jupes volantes, vestes ressemblant à des capes, et bonnets fortement garnis.

Galerie de style 1855-1859

1 – 1855
2 – 1855
3 – 1856
4 – 1857
5 – 1858
6 – 1859
7 – 1859
8 – 1859

1.Empress Eugenie et ses dames en attente portent une tenue de soirée (malgré le cadre extérieur).Les cheveux avec des boucles ou des boucles sur les côtés et un petit pain à l’arrière est typique.1855.
Robe de matin en taffetas de soie à carreaux 2.French à larges manches avec des volants plissés.c. 1855. Musée d’art du comté de Los Angeles, M.2007.211.767.
3.Mme Moitessier porte une robe de soirée fleurie avec des banderoles en ruban. Sa casquette de dentelle est un peu plus d’un volant garni de rubans rouges. (C’est peut-être une robe de dînette, portée avec un bonnet de robe, mais, à cause de la taille de son bonnet, il s’agit plus vraisemblablement d’une coiffe irrégulière.) 1856.
4.Charlotte Cushman porte ses cheveux séparés au centre et brossés en bouffées sur chaque oreille. Sa robe du matin a de larges manches pagodes et se porte par-dessus des manches ou des engageantes. Le haut décolleté est rehaussé d’un col blanc. Américain, 1857.
5. “Going Swimming Fully Dressed” ou maillot de bain de 1858 est conçu comme un costume Bloomer (acceptable dans le contexte des vêtements de plage), et comprend un bouchon pour confiner les cheveux.
6.Fashion assiette de Godey’s Magazine, avec crinoline de petite fille à part entière.
7.Countess Alexander Nikolaevitch Lamsdorff porte une robe du matin avec la garniture de ruban violet ruché et un collier en dentelle élaborée, 1859. La garniture violette et le chapeau noir peuvent indiquer les derniers stades de deuil.
8.Veste de Godey’s Lady’s Book, décembre 1859. Des vestes de zouaves colorées et garnies de galons, à la mode militaire, devinrent à la mode à la fin des années 1850 et restèrent si bien dans les années 1860.