Creamieu, Isère, Auvergne-Rhône-Alpes, France

Crémieu est une commune française située dans le département de l’Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Crémieu a conservé sa cité médiévale. Ce petit village médiéval de 3 500 habitants accueille chaque année en septembre une fête baptisée “Les Médiévales”, qui reconstitue l’art de vivre du Moyen Âge. Le sceau de la région comprend un dauphin. Les habitants de ce village sont aussi appelés “les dauphinois” du nom “dauphin” en français. Le plat local est “le gratin dauphinois” qui est un gratin de pommes de terre riche.

Les monuments médiévaux, en particulier le château delphinal (des dauphins viennois), et les différentes portes de la ville, ainsi que les marchés couverts. Nombreuses maisons anciennes à échoppes (avec une grande ouverture au rez-de-chaussée qui servait de stalle), couvent des Augustins avec son cloître intact, sa vaste cour qui fait office de place avec des restaurants, et son habitation qui abrite la mairie. On peut ainsi flâner dans la vieille ville, il est très agréable de s’y promener. Vous pouvez également gravir la colline Saint-Hippolyte, à deux pas de la ville, très verte, et qui offre un joli panorama sur la ville.

La ville de Crémieu s’est forgée plus de 800 ans, une histoire dont elle conserve les plus beaux témoignages architecturaux. Ce riche patrimoine révélé et valorisé par une restauration d’envergure entreprise ces dernières années, rappelle le souvenir du long chemin parcouru depuis le Moyen Âge: magnifiques tableaux et orgue répertoriés dans l’église, apothicaire au couvent des Visitandines, stalles typiques, cloître et le marché vous étonnera.

Crémieu est officiellement labellisée «Petites Cités de Caractère» en France. Une Petite Cité de Caractère, s’engage à offrir à chacun un patrimoine remarquable, valorisé et vivant, le tout dans une démarche de qualité d’accueil des visiteurs. Le concept de petites villes de caractère est né au milieu des années 1970 pour promouvoir les municipalités atypiques, à la fois rurales par leur emplacement, leur population limitée et urbaines par leur histoire et leur patrimoine. Le projet Petites Villes de Caractère est de fédérer les différents acteurs autour d’un objectif: la sauvegarde du patrimoine comme levier de développement.

L’histoire
Crémieu apparaît dans l’histoire au 12ème siècle. A cette époque, un prieuré bénédictin était établi au sommet des falaises de Saint-Hippolyte. Cependant, la première ville sera implantée tout au long du XIIIe siècle, sur les pentes de la colline Saint-Laurent dominée par les murs du château Delphinal, reconstruit à partir de 1282 par les Dauphins de la Tour.

Préhistoire
Crémieu est au cœur d’une région très animée à l’époque préhistorique. Dans la ville ont été découverts deux grottes à Beptenaz qui contenaient des silex du Magdalénien (13000-10000 avant JC) avec des os de rennes, aurochs, chevaux, cerfs.

Un tombeau de la chapelle Notre Dame de la Salette contenait un corps avec de très beaux meubles en bronze (épingle, bracelets, roue, agrafe) daté du début de l’âge du bronze tardif (1250-1100 av. J.-C.). Objets en bronze (couteaux, épée, bracelet) attestent de l’âge du bronze et du début de l’âge du fer.

Moyen Âge
Ancienne résidence des dauphins viennois. Crémieu est mentionné à partir du IX e siècle; mais apparaît dans l’histoire du 12ème siècle. A la fin du XIIe siècle, Crémieu est le siège d’une seigneurie (sorte d’unité administrative) de la baronnie de La Tour-du-Pin, rattachée en 1282 à la Dauphine, qui rend compte à la couronne de France en 1349 Le château est établi sur la colline Saint-Laurent. Située à la frontière entre le Dauphiné et la Savoie, la châtellenie de Crémieu joue un rôle militaire important. En face du château, un prieuré bénédictin, entouré de ses propres fortifications, se trouve au sommet des falaises de Saint-Hippolyte. En 1247, ce prieuré était rattaché à l’abbaye de Saint-Chef.

La ville s’agrandit le long du 13ème siècle sous les murs du château Dauphin et entre les deux collines; situé sur la route de l’Italie, il a une certaine activité en tant que centre du commerce des céréales entre la France et la Savoie, la Suisse et l’Italie. En 1315, une charte des franchises accordait aux habitants de nouvelles libertés et d’importants privilèges commerciaux. L’existence d’un atelier monétaire, attesté en 1337, indique le développement économique de la ville. La ville basse, du 14ème siècle, attire de riches marchands, conserve encore aujourd’hui des maisons et des hôtels particuliers à l’architecture soignée. C’est le début d’une période de prospérité de deux siècles qui nécessitera la construction de nouveaux remparts comprenant les deux collines et la ville basse; au 15ème siècle, une grande halle, couverte d’ardoise de Crémieu remplace le marché créé en 1314.

Au début du 14ème siècle, Jean II, Dauphin de Vienne, fonda dans la nouvelle partie de la ville, un prieuré pour abriter dix ermites de Saint Augustin, ordre mendiant formé au 13ème siècle. Les travaux de construction du couvent commencent au 14ème siècle et se poursuivent par de nombreux changements jusqu’au 19ème siècle construction de la tour au-dessus d’une tour de défense en 1508, réaménagement du cloître et construction du portail du 17ème siècle par exemple. Pendant la Révolution française, le 9 mai 1791 précisément, les bâtiments et l’église sont attribués à la commune de Crémieu pour la somme de 7 000 livres, et affectés à de nouveaux usages.

En 1315, une charte des franchises accorde de nouvelles libertés aux habitants ainsi que d’importants privilèges commerciaux. C’est le signal pour la ville d’une période de prospérité de deux siècles. La construction d’une nouvelle halle fut entreprise en 1434 ainsi que la construction d’une vaste enceinte fortifiée de près de deux kilomètres, armée de neuf portes et de quatorze tours. Cette enceinte englobera à la fois le château Delphinal, la vieille ville, les falaises de Saint-Hippolyte et la ville nouvelle implantée avec le couvent des Augustins. En 1337-39, la création d’un atelier monétaire à Crémieu établit le développement économique de la ville.

Moderne et contemporain
Suite à la suppression en 1702 des foires annuelles établies au 14ème siècle, le déclin économique de la ville incita les habitants à développer l’industrie textile et du cuir au 18ème siècle. En 1710, tanneries, cordonniers, filatures de laine et chanvre et carderies occupaient près d’un quart de la ville. Au siècle suivant, le plateau de l’Isle-Crémieu attire les paysagistes autour de Corot et de l’école lyonnaise de peinture, voyageurs et amoureux du pittoresque.

Jeanne de Chantal fonda le couvent de la Visitation en 1627, les religieuses n’avaient qu’une petite maison et une chapelle. Les bâtiments actuels construits entre 1632 et 1682 furent saisis comme bien national et vendus en 1792. Trente ans plus tard, la commune y installa l’hôpital, auquel fut annexé le Refuge des personnes âgées, en 1864. Une nouvelle chapelle fut construite en 1884 par L’architecte lyonnais Pierre Richard.

Le château du Dauphin fut abandonné au xviii e siècle et utilisé comme carrière de pierre jusqu’à la Révolution, avant d’être partiellement reconstruit au xix e siècle. Il a été classé monument historique en 1943.

Au début du XIX ème siècle Crémieu et ses environs deviennent une destination paysage Lyon et Grenoble en quête de sujets pittoresques. Très vite, des peintres d’horizons géographiques et artistiques variés installent leurs chevalets à l’Isle Crémieu. Une centaine d’artistes y ont travaillé au cours du siècle, dont Auguste Ravier, Paul Flandrin, Hector Allemand, mais aussi Camille Corot, Charles-François Daubigny et Gustave Courbet qui ont immortalisé l’écluse de l’étang de Tuille à Optevoz.

A la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, de jeunes artistes séjournent à Optevoz tour, attirés par la renommée de leurs illustres prédécesseurs. Alexis-Paul Pachot d’Arzac, Philippe Tassier et Charles Rouvière ont notamment laissé des décors peints dans plusieurs maisons du canton.

De nos jours
Cependant, il serait réducteur de ne parler que de l’aspect patrimonial et historique de Crémieu, car il est vrai que la ville possède d’autres atouts qu’elle tient à mettre à l’honneur comme ses spécialités gastronomiques (sabodet, foyer, ardoise chocolatée …) , ses événements de qualité: le Salon des Antiquaires de l’Ascension, le Festiv’Halle de l’artisanat et des saveurs dimanche et lundi de Pentecôte, la Ciné’Halle, les Gratiférias, Halloween, le Marché de Noël, la Foire de la Turquie et le désormais célèbre et incontournable «Médiéval» événements en septembre…

Crémieu cultive également un certain art de vivre ensemble, à travers l’accueil privilégié que ses marchands, artisans et tous les acteurs de la vie locale savent réserver aux visiteurs. Son marché du mercredi est un rendez-vous de qualité au cœur de la halle médiévale. C’est dans cette volonté constante de progrès que Crémieu a choisi de rejoindre des réseaux prestigieux tels que «Les plus beaux détours de France» et «Villes et villages fleuris». Ce souci constant de valoriser les monuments par la floraison et l’éclairage, dans le respect de la biodiversité et du développement durable… fait de Crémieu un «joyau médiéval du Nord-Isère».

Crémieu est aussi une ville ouverte sur la campagne environnante et la possibilité de nombreuses randonnées pédestres ou VTT facilement accessibles pour une balade en famille. Vous pouvez suivre la Via Rhôna, la voie verte «Crémieu-Arandon-Passins», et suivre les sentiers balisés.

Cette cité médiévale séduit par la richesse de son patrimoine préservé et la beauté naturelle de ses paysages. Les rues, les bâtiments témoignent de son passé prestigieux qui fut une place forte militaire, une ville marchande et une ville de couvents.

L’enceinte fortifiée de plus de deux kilomètres a protégé, depuis le Moyen Âge, le château delphinal mais aussi les petites maisons typiques aux façades en pierre ou enduites de chaux, les commerces à échoppes (XIIIe au XIXe siècles). Les maisons de vignerons ou de tanneurs côtoient de belles demeures Renaissance et des édifices religieux du XVIIe siècle. Un patrimoine à découvrir grâce à nos visites guidées ou à notre plan de visite.

Crémieu a également su préserver cette tradition commerciale depuis le 14ème siècle. Les boutiques et boutiques d’artisanat ouvertes toute l’année permettent aux visiteurs de découvrir les spécialités locales. Quant à la Halle du 15ème siècle, monument emblématique de la ville, elle accueille le marché traditionnel tous les mercredis; l’occasion d’apprécier les produits locaux que l’on retrouve sur les menus des restaurants de la ville.

Héritage historique
La ville conserve de nombreuses maisons anciennes (XVIe – XVIIIe siècle), de beaux vestiges de fortifications (portes des segments d’enceintes du XIVe siècle), de grandes halles couvertes (XVe siècle) et le couvent des Augustins dont le cloître est intact et a servi de mairie depuis la révolution française.

Le château du Dauphin, le château dit Saint-Laurent, dont il reste des vestiges des xiii e et xv e siècles, ancien siège de la seigneurie, domine le côté de la ville, tandis que les ruines d’un prieuré fortifié couvrent toute la colline Saint-Hippolyte Ouest.

A 2 kilomètres au sud-sud-ouest se dresse le château de Malin construit au 14ème siècle et repensé à la Renaissance.

Patrimoine gastronomique
La spécialité crémolienne: Lors de votre séjour dans la ville, découvrez la foyesse, cousine de la tarte au sucre. Et pour les amateurs de gastronomie, direction les deux restaurants gastronomiques: Le Castor Gourmand et Au Pré d’chez Vous.

Événements et festivals
Une renommée internationale: De nombreux événements culturels, sportifs et artistiques se succèdent et rythment la vie locale: rallye des Lauzes, marché aux fleurs, foire aux antiquaires, fête de l’artisanat, marché des potiers, salon du bien-être, concerts gratuits en été …

Sans oublier le Médiéval, le deuxième week-end de septembre et, à l’approche des fêtes de fin d’année, le marché de Noël et la foire aux dindes.

Espace naturel
Que ce soit du haut de la colline Saint-Hippolyte qui surplombe la ville et offre une vue exceptionnelle sur la vallée du Rhône ou à travers les sentiers de randonnée et la toute nouvelle voie verte, les amoureux de la nature seront surpris par la diversité de la flore et de la faune de la campagne environnante.

Tags: