Épistémologie constructiviste

L’épistémologie constructiviste est une branche de la philosophie des sciences qui soutient que les connaissances scientifiques sont construites par la communauté scientifique, qui cherche à mesurer et à construire des modèles du monde naturel. Les sciences naturelles consistent donc en des constructions mentales visant à expliquer l’expérience et les mesures sensorielles.

Selon les constructivistes, le monde est indépendant de l’esprit humain, mais la connaissance du monde est toujours une construction humaine et sociale. Le constructivisme s’oppose à la philosophie de l’objectivisme et embrasse la conviction selon laquelle un humain peut connaître la vérité sur le monde naturel sans médiation d’approximations scientifiques avec différents degrés de validité et de précision.

Selon les constructivistes, il n’existe pas de méthodologie scientifique valable, mais une diversité de méthodes utiles.

Origine du terme
Le terme provient de la psychologie, de l’éducation et du constructivisme social. L’expression «épistémologie constructiviste» a été utilisée pour la première fois par Jean Piaget, 1967, sous une forme plurielle dans le célèbre article de «Encyclopédie de la Pléiade», Logique et connaissance scientifique, un texte important pour l’épistémologie. Il se réfère directement au mathématicien Brouwer et à son constructivisme radical.

Les termes constructionnisme et constructivisme sont souvent, mais ne devraient pas, être utilisés de manière interchangeable. Le constructionnisme est une approche d’apprentissage développée par Papert; Son travail avec Piaget a fortement influencé sa démarche, mais elle est très différente. Le constructionnisme implique la création d’un produit pour montrer l’apprentissage. Les constructivistes pensent que les représentations de la réalité physique et biologique, y compris la race, la sexualité et le genre, ainsi que les tables, les chaises et les atomes sont socialement construites. Marx a été parmi les premiers à suggérer une expansion aussi ambitieuse du pouvoir des idées pour éclairer les réalités matérielles de la vie des gens.

Concepts et idées
Pour la pensée constructiviste, la réalité est une construction dans une certaine mesure “inventée” par qui l’observe. L’une des critiques les plus courantes du constructivisme radical est son apparente proximité avec le solipsisme.

Le constructivisme affirme que la réalité ne peut jamais être connue comme telle, car face à l’objet de connaissance, il est uniquement possible de classer les données que l’objet offre dans le cadre théorique disponible. Ainsi, par exemple, pour le constructivisme, la science n’offre pas une description exacte de la façon dont les choses se passent, mais seulement une approximation de la vérité, qui sert tant qu’une explication intersubjective plus valable n’est pas disponible. Pour le constructivisme, il n’existe pas de description exacte de la façon dont les choses se passent, car la réalité n’a pas d’existence indépendante du sujet-observateur. [la citation nécessaire] En prenant un exemple d’Ernst von Glasersfeld, le chemin choisi par la science pour traiter avec la réalité est comme celui d’une clé qui convient à la serrure, bien que la manière dont la serrure soit fabriquée reste inconnue. En ce moment,

L’approche constructiviste s’oppose à la théorie cognitive du traitement de l’information; puisqu’elle considère que la réalité n’est ni unique, ni objective, ni indépendante, à qui elle cherche à décrire et à expliquer. Le sujet construit activement ses propres outils et symboles pour manipuler de manière concrète (physique) et abstraite (sémantique) le monde extérieur et sa conception de lui-même. Insistez sur le fait que les symboles manipulés sont des constructions sémiotiques, c’est-à-dire des schémas de comportement en matière de communication, notamment des signes et leurs systèmes de signification, et les moyens par lesquels les êtres humains communiquent. A leur tour, ces symboles sont produits de manière socio-historique, puisque le sujet commence à construire un sens déjà immergé dans les systèmes sociaux et culturels dans lesquels il est né.

Histoire Le
constructivisme découle de plusieurs philosophies. Par exemple, le développement précoce peut être attribué à la pensée de philosophes grecs tels que Héraclite (Tout coule, rien ne reste immobile), Protagoras (L’homme est la mesure de toutes choses). Protagoras est clairement représenté par Platon et par conséquent par la tradition relativiste. Les sceptiques pyrrhonistes ont également été interprétés de la sorte. (Bien que cela soit plus controversé.)

Après la Renaissance et les Lumières, avec la phénoménologie et l’événement, Kant donne une contradiction décisive à l’épistémologie des cartésiens qui s’est développée depuis Descartes malgré l’appel de Giambattista Vico dans Scienza nuova (“Science nouvelle”) en 1725 que “la norme de la vérité c’est l’avoir fait “. L’affirmation des Lumières selon laquelle l’universalité de la Raison était la seule véritable source de connaissance a généré une réaction romantique mettant l’accent sur la nature distincte des races, des espèces, des sexes et des types d’humain.

Gaston Bachelard, connu pour sa psychanalyse en physique et la définition d’un “obstacle épistémologique” pouvant perturber un changement de paradigme scientifique comme celui qui s’est déroulé entre la mécanique classique et le relativisme d’Einstein, ouvre la voie téléologique avec “La méditation sur l’objet prend la forme du projet “. Dans la célèbre phrase suivante, il insiste sur le fait que la manière dont les questions sont posées détermine la trajectoire du mouvement scientifique, avant de résumer “rien n’est donné, tout est construit”: “Et, quel que soit ce que l’on pourrait supposer, dans la vie d’un la science, les problèmes ne se posent pas d’eux-mêmes, c’est précisément ce qui distingue un problème du véritable esprit scientifique: toute la connaissance est une réponse à une question, s’il n’y avait pas de question, il n’y aurait pas de connaissance scientifique. Rien ne vient de lui-même. Rien n’est donné. Tout est construit. “, Gaston Bachelard (La formation de l’esprit scientifique, 1934). Alors que la mécanique quantique commence à se développer, Gaston Bachelard lance un appel pour une nouvelle science dans Le nouvel esprit scientifique.
Paul Valéry, poète français du XXe siècle, rappelle l’importance des représentations et de l’action: “Nous avons toujours cherché des explications, alors que ce n’étaient que des représentations que nous pouvions chercher à inventer”, “Ma main est touchée autant qu’elle touche; la réalité dit cela, et rien de plus “.
Ce lien avec l’action, que l’on pourrait qualifier de “philosophie de l’action”, était bien représenté par le poète espagnol Antonio Machado: Caminante, no foin camino, se hace camino al andar.
Ludwik Fleck établit le constructivisme scientifique en introduisant les notions de pensée collective (Denkkollektiv) et de style de pensée (Denkstil), grâce auxquelles l’évolution de la science est beaucoup plus compréhensible, car les objets de recherche peuvent être décrits en termes d’hypothèses (style de pensée). qui sont partagés pour des raisons pratiques mais aussi intrinsèquement sociales, ou simplement parce que tout collectif de pensées a tendance à se préserver. Thomas Kuhn s’est inspiré de ces notions.
Norbert Wiener donne une autre défense de la téléologie en 1943 Behavior, Intention and Teleology et est l’un des créateurs de la cybernétique.
Jean Piaget, après la création en 1955 du Centre international d’épistémologie génétique à Genève, utilise pour la première fois l’expression “épistémologies constructivistes” (voir ci-dessus). Selon Ernst von Glasersfeld, Jean Piaget est “le grand pionnier de la théorie constructiviste du savoir” (dans Une exposition du constructivisme: pourquoi certains l’aiment radicalement, 1990) et “le constructiviste le plus prolifique de notre siècle” (dans Aspects of Radical Constructivisme, 1996).
JL Austin est associé à l’idée que la parole ne décrit pas seulement de manière passive une réalité donnée, elle peut aussi changer la réalité (sociale) à laquelle elle est appliquée par des actes de langage.
Herbert A. Simon a appelé “les sciences de l’artificiel” ces nouvelles sciences (cybernétique, sciences cognitives, sciences de la décision et de l’organisation) qui, en raison de l’abstraction de leur objet (information, communication, décision), ne peuvent pas correspondre à l’épistémologie classique et sa méthode expérimentale et sa réfutabilité.
Gregory Bateson et son livre Steps to a Ecology of Mind (1972).
George Kelly (psychologue) et son livre The Psychology of Personal Constructs (1955).
Heinz von Foerster, invité par Jean Piaget, a présenté en 1976 à Genève à Genève, lors d’un colloque sur l’épistémologie génétique, «Objets: marques de comportements (propres)», un texte qui deviendrait une référence pour l’épistémologie constructiviste. Ses arguments épistémologiques ont été résumés dans le livre The Dream of Reality de Lynn Segal.
Paul Watzlawick, qui a supervisé en 1984 la publication de La réalité inventée: comment savoir ce que nous croyons savoir? (Contributions au constructivisme).
Ernst von Glasersfeld, qui a promu le constructivisme radical depuis la fin des années 70.
Edgar Morin et son livre La méthode (1977-2004, six volumes).
Mioara Mugur-Schächter, également spécialiste de la mécanique quantique.
Jean-Louis Le Moigne pour son ouvrage encyclopédique sur l’épistémologie constructiviste et sa théorie des systèmes généraux (voir “La défense du constructivisme de Le Moigne” par Ernst von Glasersfeld).
Niklas Luhmann, qui a développé le “constructivisme opératoire” au cours de l’élaboration de sa théorie des systèmes sociaux autopoïétiques, s’inspirant notamment des travaux de Bachelard, Valéry, Bateson, von Foerster, von Glasersfeld et Morin.

Constructivisme et sciences

Le constructivisme social en sociologie
Une version du constructivisme social soutient que les catégories de connaissance et de réalité sont créées activement par les relations et les interactions sociales. Ces interactions modifient également la manière dont l’épistème scientifique est organisé.

L’activité sociale présuppose que les êtres humains vivent dans des formes de vie partagées et, dans le cas de la construction sociale, utilisent des ressources sémiotiques (signifiant et signifiant) en se référant aux structures et institutions sociales. Plusieurs traditions utilisent le terme de constructivisme social: psychologie (d’après Lev Vygotsky), sociologie (d’après Peter Berger et Thomas Luckmann, eux-mêmes influencés par Alfred Schütz), sociologie de la connaissance (David Bloor), sociologie des mathématiques (Sal Restivo), philosophie des mathématiques (Paul Ernest). La dernière philosophie de Ludwig Wittgenstein peut être considérée comme un fondement du constructivisme social, avec ses concepts théoriques clés des jeux de langage intégrés dans des formes de vie.

Le constructivisme dans la philosophie de la science
Thomas Kuhn a fait valoir que les changements dans la vision que les scientifiques ont de la réalité contiennent des éléments subjectifs, mais résultent également de la dynamique de groupe, des “révolutions” de la pratique scientifique et des changements de “paradigmes”. Par exemple, Kuhn a suggéré que la “révolution” centrée sur le soleil remplace les vues de Ptolémée centrées sur la Terre, non pas à cause d’échecs empiriques, mais à cause d’un nouveau “paradigme” permettant de contrôler ce que les scientifiques jugeaient être le moyen le plus fructueux poursuivre leurs objectifs.

Mais les débats sur les paradigmes ne concernent pas vraiment la capacité de résolution de problèmes, même si, pour de bonnes raisons, ils sont généralement formulés dans ces termes. La question est plutôt de savoir quel paradigme devrait, à l’avenir, orienter la recherche sur des problèmes que nombre d’entre eux ne peuvent encore prétendre résoudre complètement. Une décision entre différentes manières de pratiquer la science s’impose, et dans les circonstances, cette décision doit être moins fondée sur les réalisations passées que sur la promesse future … Une décision de ce type ne peut être prise que par la foi.
– Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, pp 157-8

Stephen Hawking et Leonard Mlodinow ont qualifié de réalisme dépendant du modèle la réalité de la réalité. Tout en ne rejetant pas une réalité indépendante, le réalisme dépendant d’un modèle indique que nous ne pouvons en connaître qu’une approximation fournie par l’intermédiaire de modèles. Ces modèles évoluent avec le temps, en s’inspirant d’inspirations et d’expériences scientifiques.

Dans le domaine des sciences sociales, le constructivisme en tant qu’épistémologie incite les chercheurs à réfléchir aux paradigmes qui peuvent sous-tendre leurs travaux de recherche et, à la lumière de ceux-ci, à s’ouvrir davantage à envisager d’autres manières d’interpréter les résultats de la recherche. En outre, l’accent est mis sur la présentation des résultats comme des constructions négociables plutôt que comme des modèles visant à “représenter” plus ou moins précisément les réalités sociales. Norma Romm, dans son ouvrage intitulé Accountability in Social Research (2001), affirme que les chercheurs en sciences sociales peuvent gagner la confiance des participants et d’un public plus large dans la mesure où ils adoptent cette orientation et sollicitent les contributions des autres concernant leurs méthodes d’enquête et leurs résultats.

Constructivisme et psychologie
En psychologie, le constructivisme fait référence à de nombreux courants de pensée qui, bien qu’ils soient extraordinairement différents dans leurs techniques (appliquées dans des domaines tels que l’éducation et la psychothérapie), sont tous liés par une critique commune d’approches standard précédentes et par nature constructive active de la connaissance humaine. En particulier, la critique s’adresse au postulat “empiriste” de l’empirisme “associatif”, selon lequel l’esprit est conçu comme un système passif qui puise son contenu dans son environnement et produit, par le biais de la connaissance, une copie de l’ordre du réel. . “: 16

En revanche, “le constructivisme est une prémisse épistémologique fondée sur l’affirmation que, dans l’acte de savoir, c’est l’esprit humain qui donne activement sens et ordre à la réalité à laquelle il répond” 16: Les psychologies constructivistes théorisent étudiez comment les êtres humains créent des systèmes pour comprendre de manière significative leurs mondes et leurs expériences.

Constructivisme et éducation
Joe L. Kincheloe a publié de nombreux ouvrages sociaux et éducatifs sur le constructivisme critique (2001, 2005, 2008), une version de l’épistémologie constructiviste qui met l’accent sur l’influence exagérée du pouvoir politique et culturel sur la construction du savoir, de la conscience, et des vues de la réalité. Selon Kincheloe, à l’ère électronique contemporaine, les modes de pouvoir dominants n’ont jamais exercé une telle influence sur les affaires humaines. Dans une perspective pédagogique critique, Kincheloe affirme que la compréhension d’une épistémologie constructiviste critique est essentielle pour devenir une personne instruite et pour l’institution d’un changement social juste.

Caractéristiques du constructivisme critique de Kincheloe:

Le savoir est construit socialement: le monde et l’information se construisent l’un l’autre La
conscience est une construction sociale
Luttes politiques: le pouvoir joue un rôle exagéré dans la production du savoir et de la conscience
La nécessité de comprendre la conscience, même si elle ne se prête pas aux modes réductionnistes traditionnels de la mesurabilité
L’importance de l’union de la logique et de l’émotion dans le processus de connaissance et de production de la connaissance
L’inséparabilité du connaisseur et du connu
La centralité des perspectives des peuples opprimés – la valeur des perspectives de ceux qui ont souffert des conséquences de la social arrangements
L’existence de multiples réalités: Donner sens à un monde beaucoup plus complexe que nous l’avions imaginé Au départ,
devenir humbles travailleurs du savoir: Comprendre notre situation dans le réseau enchevêtré de la réalité
Épistémologie en perspective: En nous situant dans le réseau de la réalité, nous sommes mieux équipés Connaissances propres
Construire des connaissances pratiques pour des actions sociales critiques
Complexité: vaincre le réductionnisme Les
connaissances sont toujours ancrées dans un processus plus large
La centralité de l’interprétation: herméneutique critique
La nouvelle frontière des connaissances en classe: expériences personnelles se croisant avec des informations pluriverselles
Construire de nouvelles façons d’être humain: Ontologie critique

Tendances constructivistes

Le constructivisme culturel Le constructivisme
culturel affirme que la connaissance et la réalité sont un produit de leur contexte culturel, ce qui signifie que deux cultures indépendantes formeront probablement des méthodologies d’observation différentes.

Le constructivisme radical
Ernst von Glasersfeld était un défenseur important du constructivisme radical. Cela prétend que la connaissance n’est pas une marchandise qui est transportée d’un esprit à un autre. Il appartient plutôt à l’individu de “relier” des interprétations spécifiques d’expériences et d’idées à sa propre référence à ce qui est possible et viable. C’est-à-dire que le processus de construction de la connaissance, de la compréhension, dépend de l’interprétation subjective de l’expérience active donnée par l’individu, et non de ce qui “se produit” réellement. Les constructivistes radicaux ne perçoivent pas la compréhension et l’action comme un processus dualiste, mais comme une “conjonction conjonctive”.

Constructivist Foundations est un journal en ligne gratuit qui publie des articles évalués par des pairs sur le constructivisme radical par des chercheurs de multiples domaines.

Constructivisme relationnel Le constructivisme
relationnel peut être perçu comme une conséquence relationnelle du constructivisme radical. Contrairement au constructivisme social, il reprend les fils épistémologiques et maintient l’idée constructiviste radicale selon laquelle l’homme ne peut pas surmonter ses conditions de réception limitées (c’est-à-dire la cognition auto-opérant de manière référentielle). Par conséquent, les humains ne sont pas capables de tirer des conclusions objectives sur le monde.

Malgré la subjectivité des constructions humaines de la réalité, le constructivisme relationnel se concentre sur les conditions relationnelles s’appliquant aux processus de perception humaine. Björn Kraus le résume en quelques mots:

„Pour le constructivisme relationnel, il est essentiel que son origine découle d’un point de vue épistémologique, donc du sujet et de ses processus de construction. En partant de cette perspective, il se concentre ensuite sur les relations (non seulement sociales, mais aussi matérielles) sous lesquelles ces processus de construction cognitifs sont exécutés. Par conséquent, il ne s’agit pas uniquement de processus de construction sociale, mais également de processus de construction cognitifs exécutés dans certaines conditions relationnelles. “

Le constructivisme critique
Une série d’articles publiés dans la revue Critical Enquiry (1991) a servi de manifeste au mouvement du constructivisme critique dans diverses disciplines, y compris les sciences naturelles. Non seulement vérité et réalité, mais aussi “preuves”, “documents”, “expériences”, “faits”, “preuves” et autres catégories centrales de recherches empiriques (en physique, biologie, statistique, histoire, droit, etc.) révèlent leur caractère contingent en tant que construction sociale et idéologique. Ainsi, une interprétation “réaliste” ou “rationaliste” est sujette à la critique. La notion politique et pédagogique de Kincheloe (ci-dessus) est apparue comme une articulation centrale du concept.

L’épistémologie génétique
James Mark Baldwin a inventé cette expression, qui a ensuite été popularisée par Jean Piaget. De 1955 à 1980, Piaget a été directeur du Centre international d’épistémologie génétique à Genève.

Constructivisme et disciplines scientifiques
C’est souvent à partir de disciplines scientifiques spécifiques que l’épistémologie s’est développée. Parmi les références au constructivisme, plusieurs auteurs ont évoqué différentes périodes des “sciences nouvelles”: Giambattista Vico et son livre La scienza nuova de 1708, Gaston Bachelard et Le nouvel esprit scientifique (1934), Herbert Simon et la nouvelle science de la artificielle (La science de l’artificiel, 1969).

Constructivisme et sciences physiques
La méthode de conceptualisation relativiste de Mioara Mugur-Schächter (dite MCR), issue de la physique quantique, peut clairement être classée comme méthode constructiviste.

Cette épistémologie formalisée (MCR) introduit un véritable saut épistémologique: il s’agit d’une épistémologie qualitative mais formalisée, construite par des généralisations appropriées à partir de l’étude des fondements de la mécanique quantique. L’approche est déductive, basée sur un nombre limité de principes, postulats et définitions. Il est directement enraciné dans une factualité physique conceptuelle. Il établit une unification profonde, génétique, entre logique et probabilités. La place de la signification dans la théorie de “l’information” de Shannon est élucidée. Nous construisons un algorithme pour identifier la loi factuelle des probabilités à poser sur l’univers des événements élémentaires d’un espace de probabilité. Il définit des mesures relativistes de la complexité qui préservent les contenus sémantiques.

Herbert Simon et les “sciences de l’artificiel”
Par l’expression “sciences de l’artificiel”, Herbert Simon entend désigner les disciplines dont l’objet d’étude est créé par l’homme et ne provient pas de la nature, à savoir: de la théorie de la l’information, la cybernétique, l’informatique, l’automatisation, mais aussi les sciences de la cognition, de la décision, etc. Ces disciplines, qui n’ont pas trouvé place dans la classification classique des sciences observant la nature, sont réintégrées par le constructivisme. En effet, il considère tout objet d’étude comme construit par un sujet, y compris les sciences naturelles traditionnelles.

Psychologie du constructivisme
En psychologie, le constructivisme est considéré comme une théorie de l’apprentissage, développée notamment par Jean Piaget ou par des membres de l’école de Palo Alto en réaction au behaviorisme.

L’école de Palo Alto est un courant de pensée et de recherche qui a pris le nom de la ville de Palo Alto en Californie, à partir du début des années 50. Il est cité en psychologie et en psycho-sociologie ainsi qu’en science. information et communication. Ce courant est à l’origine de la thérapie familiale et de la thérapie brève. Ses fondateurs incluent Gregory Bateson, Donald D. Jackson, John Weakland, Jay Haley, Richard Fisch et Paul Watzlawick.

En 1976, Heinz von Foerster, qui, comme Gregory Bateson, avait participé aux conférences de Macy, a rejoint le MRI à l’occasion de la deuxième conférence commémorative Donald D. Jackson, au cours de laquelle il a présenté l’étendue des principes fondamentaux du radicalisme radical. constructivisme sur la psychothérapie.

Le constructivisme devient progressivement l’un des fondements de l’approche de Palo-Alto, comme en témoigne la publication en 1981 de L’invention de la réalité, Contributions au constructivisme sous la direction de Paul Watzlawick, qui comprend des contributions de von Foerster et von Glasersfeld.

Constructivisme social
En sociologie, le constructivisme social se situe à l’intersection de différents courants de pensée et a été présenté par Peter L. Berger et Thomas Luckmann dans leur livre La construction sociale de la réalité (1966), à la suite des travaux d’Alfred Schütz. Ce dernier cherche à découvrir la manière dont la réalité sociale et les phénomènes sociaux sont “construits”, c’est-à-dire la manière dont ces phénomènes sont créés, institutionnalisés et transformés en traditions. Dans son ouvrage “Things Say”, le sociologue Pierre Bourdieu propose de donner à sa théorie sociologique le nom de “structuralisme constructiviste” ou de “constructivisme structuraliste”.

Cependant, il convient de noter, comme Marc Loriol dans l’article “Réflexions sur le concept de” construction sociale “” [réf. nécessaire], que la conception de la réalité des sociologues utilisant la notion de “construction sociale” soit diverse, s’éloignant parfois de la conception de la réalité des épistémologies constructivistes.

Economie et constructivisme
Claude Mouchot présente dans son livre Méthodologie économique ce qui peut constituer une approche constructiviste en économie. Evoquant les conceptions épistémologiques de la physique, il dit: “La vision qui prévaut aujourd’hui: le constructivisme”. Cela montre notamment que “les représentations de l’économie font partie de l’économie”.

Robert Delorme a travaillé sur la complexité en économie.

En outre, on peut noter le développement d’une approche constructiviste en géographie 40.

Contribution du constructivisme Le
constructivisme propose de dépasser les antinomies classiques idéalisme / empirisme, sujet / objet, etc.

Cette position dépasse le réalisme scientifique en évitant le piège du relativisme.

En cherchant à produire des connaissances «dynamiques» exploitables, le constructivisme réhabilite la notion d’analogie et donne sa noblesse à des disciplines appliquées telles que l’ingénierie et le management. Un siècle avant la méthode Descartes, explique Jean-Louis Le Moigne 41, Léonard de Vinci invente sur papier le parachute, l’hélicoptère et le sous-marin. C’est donc, poursuit-il, un symbole de l’intelligence concevant un modèle valable par le dessin: c’est le disegno en italien qui a donné la conception en anglais.

Critiques
De nombreuses critiques ont été adressées à l’épistémologie constructiviste. Le plus commun est qu’il préconise explicitement ou se réduit implicitement au relativisme. En effet, il faut que le concept de vérité soit socialement “construit” (et donc socialement relatif). Cela conduit à l’accusation d’auto-réfutation: si ce qui doit être considéré comme “vrai” est relatif à une formation sociale particulière, alors cette conception même de la vérité ne doit elle-même être considérée que comme “vraie” dans cette société. Dans une autre formation sociale, cela peut être faux. Si tel est le cas, le constructivisme social lui-même serait faux dans cette formation sociale. En outre, on pourrait alors dire que le constructivisme social pourrait être à la fois vrai et faux.

Une autre critique du constructivisme est qu’il soutient que les concepts de deux formations sociales différentes sont complètement différents et incommensurables. Cela étant, il est impossible de porter des jugements comparatifs sur des déclarations faites selon chaque vision du monde. En effet, les critères de jugement devront eux-mêmes être fondés sur une vision du monde ou une autre. Si tel est le cas, cela remet en question la manière dont la communication entre eux sur la vérité ou la fausseté d’une déclaration donnée pourrait être établie.

Le philosophe wittgensteinien Gavin Kitching soutient que les constructivistes présupposent implicitement une vision déterministe du langage qui contraint sévèrement l’esprit et l’utilisation des mots par les membres des sociétés: ils ne sont pas simplement “construits” par le langage, mais sont littéralement “déterminés” par il. Kitching note ici la contradiction: l’avocat du constructivisme n’est pas limité de la même manière. Tandis que d’autres individus sont contrôlés par les concepts dominants de la société, le défenseur du constructivisme peut transcender ces concepts et voir à travers eux.

Les constructivistes prétendent souvent que le constructivisme libère parce que:

elle permet aux groupes opprimés de reconstruire “le monde” en fonction de leurs propres intérêts plutôt que des intérêts des groupes dominants de la société;

il oblige les gens à respecter les différentes visions du monde des groupes opprimés, car il est impossible de les considérer comme inférieurs aux visions du monde traditionnelles. Mais, comme l’indique le philosophe Welsgenstein Gavin Kitching 42, les constructivistes adoptent généralement implicitement une perspective déterministe du langage qui contraint sévèrement les esprits et l’utilisation de mots par les membres des sociétés: ces esprits “ne sont pas simplement construits” par le langage, mais ils sont littéralement “déterminé” par elle. Kitching souligne la contradiction: on ne sait pas vraiment comment, mais l’adepte du constructivisme n’est pas soumise à cette contrainte déterministe. Tandis que d’autres personnes sont le jouet des concepts dominants de leur société, l’adepte constructiviste peut identifier et dépasser ces concepts. Edward Mariyani-Squire a fait une remarque similaire:

“Même si le constructivisme social devait être vrai, rien ne libère de savoir que les entités sont des constructions sociales. Considérer que la Nature est une construction sociale n’apporte pas nécessairement un avantage politique si, en tant qu’agent politique, nous sommes systématiquement bloqués, marginalisé et soumis à une construction sociale.En outre, quand on regarde une grande partie du discours social constructiviste (en particulier celui influencé par Michel Foucault), on observe une sorte de bifurcation entre le théoricien et le non-théoricien. Le théoricien toujours joue le rôle de constructeur des discours, alors que le non-théoricien joue le rôle de sujet construit de manière totalement déterministe.

Cela rappelle la remarque déjà faite sur le théisme solipsiste avec ici le théoricien, au moins au niveau conceptuel, qui “joue à Dieu” avec son sujet (quel qu’il soit). En résumé, alors que l’on pense souvent que le constructivisme social induit la flexibilité et le non-déterminisme, il n’ya aucune raison logique de ne pas considérer les constructions sociales comme fatalistes. “