Musée monographique de Conimbriga, Condeixa-a-Velha, Portugal

Conímbriga est l’une des plus grandes colonies romaines découvertes au Portugal. Elle a été classée monument national en 1910. Située dans la paroisse civile de Condeixa-a-Velha et Condeixa-a-Nova, dans la municipalité de Condeixa-a-Nova, Il est situé à 2 kilomètres du siège de la municipalité et à 16 kilomètres de Coimbra (la ville romaine d’Aeminium).

Conímbriga est un établissement urbain fortifié entouré d’un rideau de structures de pierre d’une longueur d’environ 1 500 mètres. L’entrée de la colonie se fait à partir de structures voûtées composées de deux portes (une sur des charnières) et a été défendue par deux tours. Les murs sont parallèles par deux passages, canalisés vers les excavations, afin de supprimer les infiltrations d’eau des murs. Le règlement urbain comprend diverses structures telles qu’un forum, une basilique et des boutiques, des thermes, des aqueducs, des insula, des maisons de hauteurs variées (y compris des patios intérieurs) et des domus (telles que la Casa dos Repuxos et la Casa de Cantaber), basilique paléochrétienne.

Un centre d’accueil des visiteurs (comprenant un restaurant / café et une boutique de souvenirs) a été construit pour exposer les objets trouvés par les archéologues au cours de leurs fouilles, notamment des pièces de monnaie, des outils chirurgicaux, des ustensiles et des céramiques.

Ruines de Conimbriga
Le site de Conimbriga, qui aurait été habité depuis le néolithique, a une présence humaine sûre au chalcolithique et à l’âge du bronze, des époques provenant des premiers témoignages qui nous sont parvenus. Il est vrai que les Celtes sont ici: les toponymes se terminant par “querelle” témoignent clairement de cette présence. Conimbriga était donc un castro lorsque les Romains en 138 avant JC sont venus ici et ont saisi l’oppidum.

L’ensemble des ruines de Conimbriga, le musée monographique – construit à proximité immédiate – et le castellum alcabideque consubstantient un complexe archéologique de poids qui permet de reconstituer une cellule importante du grand empire romain. Avec Mirobriga (Santiago do Cacém) et Tongobriga (Freixo, Marco de Canaveses), il constitue le grand triangle de la mémoire romaine au Portugal.

L’imposture et le pragmatisme de l’architecture romaine sont bien représentés à Conimbriga, de même que la supériorité de son action civilisatrice, qui surpasse les détails les plus divers de la vie quotidienne. Comme, comme le précise le texte de l’épigraphe, il est habité depuis très longtemps, la fondation de Conimbriga et la plupart des bâtiments qui y ont été érigés remontent à l’époque de l’empereur Auguste (Ier siècle avant notre ère).

Dès 1928, les fouilles archéologiques ont révélé une partie très importante du tracé de cette ville, permettant au visiteur des Ruines de prouver un aménagement urbain laborieux et à l’écoute de tous les besoins: le forum, l’aqueduc, quartiers commerçants, industrie et logement, une auberge, plusieurs thermes, l’amphithéâtre, les remparts et la défense de la ville. De cet ensemble se dresse un quartier de riches manoirs – diamétralement opposés aux insula de la plèbe, en raison de la complexité de sa construction et de son raffinement décoratif – qui se démarque de “La Maison des Repuxos”, grand péristyle aménagé et pavé de mosaïques polychromes, conservées in situ, présentant des motifs mythologiques, géométriques ou représentant simplement la réalité quotidienne.

Musée monogarphique de Conimbriga
Le musée monographique de Conimbriga (fondé en 1962) expose une collection permanente qui témoigne de l’évolution historique du lieu, entre la fin du deuxième millénaire avant notre ère et le sixième siècle de l’ère chrétienne.

La première salle est consacrée aux divers aspects de la vie quotidienne (verre, poterie, travail de la pierre, filature, écriture, jeux et passe-temps, poids et mesures) tandis que la seconde salle évoque le forum à travers un modèle de ce qui était le sanctuaire de l’impériale. culte. La troisième salle a pour but de montrer, à travers des sculptures, des mosaïques et des fragments de stuc et des fresques, l’atmosphère exquise dans laquelle vivaient les familles les plus riches. Enfin, dans la quatrième salle, vous trouverez des objets liés à la religion (païenne et chrétienne), aux superstitions et au culte des morts pratiqués par les habitants de Conimbriga.

CASA MUSEU FERNANDO NAMORA
Le 30 juin 1990, le musée de la maison Fernando Namora a été ouvert au public. Il est immédiatement devenu l’un des centres d’intérêt culturel du comté de Condeixa-a-Nova et constitue une invitation irréfutable à tous ceux qui souhaitent connaître, avec propriété, l’expérience de la vie et la personnalité artistique aux multiples facettes de cette figure exceptionnelle des lettres et des arts portugais.

La maison du musée, outre une salle évoquant les origines de l’écrivain, présente une collection considérable de manuscrits, de notes originales, d’épreuves typographiques, de livres publiés et annotés pour les éditions futures, une bibliothèque privée de 4000 volumes et un ensemble d’objets personnels ( parmi eux, des médailles, des décorations et des prix, qui attestent de la reconnaissance de son travail).

Il existe également deux noyaux de la peinture: l’un de Fernando Namora lui-même (une de ses vocations moins connues) et l’autre comprenant des œuvres de divers auteurs nationaux et étrangers, témoignage expressif de la sensibilité et de l’intérêt de Namora dans ce domaine.

Galerie Manuel Filipe
Inaugurée en 2007 dans le bâtiment de l’ancienne école primaire Conde de Ferreira, la galerie Manuel Filipe rend hommage à cet artiste exceptionnel, né à Condeixa en 1908.

Manuel Filipe, contemporain – et compatriote – de Fernando Namora, était un peintre remarquable de la condition humaine. Il avait succédé, comme Jose Augusto França, “dans son expressionnisme amateur”, transposant sur la toile la misère et l’injustice auxquelles l’homme était confronté. condamné. De cette pente, il parlera avec éloquence de la “phase noire” de sa peinture.

En collaboration avec le Musée national d’art contemporain et le Centre d’art moderne de la Fondation Calouste Gulbenkian, la galerie a accueilli, début 2015, une importante exposition sur “La phase noire (1943-1948)” de Manuel Filipe, intégrant des œuvres jamais exposées dans la région centrale et qui pendant plus de 40 ans n’ont pas été vues par le grand public.

Le travail de Manuel Filipe est représenté dans dix-huit musées du pays. Dans la galerie, en exposition permanente, un ensemble significatif du travail de cet artiste peut être admiré. L’espace reçoit également des expositions temporaires occasionnelles.

L’histoire

Préhistoire
L’histoire de ce peuplement remonte à l’âge du cuivre et à l’âge du bronze, mais il est possible qu’elle ait existé auparavant, à l’âge de la pierre. Des traces de l’âge du bronze ont été découvertes, plus précisément des IXe et VIIIe siècles av. J.-C., parmi les objets trouvés, on peut énumérer plusieurs céramiques, un péroné et une faux.

Antiquité orientale
Au siècle dernier, les Phéniciens, des habitants de l’actuel Liban, ont créé plusieurs usines le long de la côte méditerranéenne de la péninsule ibérique. Après avoir bloqué le détroit de Gibraltar, ils ont fait de même sur la côte atlantique, l’un d’eux, dans la région de Baixo Mondego, entre Montemor-o-Velho et Majorque, Castro de Santa Olaia, qui a commercé avec Conímbriga. Sur ce marché ont été vendus ivoires, peignes, vaisselle et verrerie, a ensuite commencé à commercialiser également des vases grecs.

Antiquité classique
La première arrivée des Romains dont nous parlons date de 138 avant JC, lorsque les troupes du dixième Junius Brutus, dans leur campagne pour subjuguer les Galiciens, traversèrent les terres de Conímbriga.

Pline, dans son recensement des tribus de l’ouest de la péninsule, parle, au-dessous de la Vouga, déjà oppida des “villes” et non des “tribus” populi. Cela nous indique que les populations situées au-dessous de Vouga étaient plus grandes et possédaient une forme d’organisation différente, qu’elles n’auraient pas autant de liens tribaux, mais nous en connaissons deux: les Dovilonici et les Pintones.

Ce serait seulement à l’époque d’Auguste que Conímbriga serait réformé. L’empereur romain a envoyé des architectes pour le remodeler et l’adapter à l’urbanisme romain. Le forum fut le premier édifice construit par les Romains. Peu de temps après, les bains de la ville ont été créés en prenant les eaux de Alcabideque. La construction d’un mur artificiel a été complétée par la position défensive naturelle de la ville, de deux kilomètres. La ligne du mur donnait 23 hectares supplémentaires pour l’expansion de Conímbriga. Les maisons adjacentes au mur, avec des carreaux, datent des IIe et IIIe siècles.

Les Romains apportèrent avec eux de nouveaux éléments de génie civil: le marbre, la colonne, le stuc, le mortier de chaux et la pierre carrée. Ceci, combiné à l’arrivée de nouveaux concepts et méthodes, a accéléré la croissance de la colonie et créé un syncrétisme architectural entre l’ancienne tradition locale et la tradition romaine.

Conímbriga se gonflait de plus en plus dans le gouvernement de Vespasian devenu une municipalité entre 70 et 80. Le résultat de cette expansion de la ville, entre 77 et 78 ans, un citoyen de Conímbriga, M. Junius Lateran, fut choisi comme prêtre de la culte impérial de Lusitania, ce maître l’obligerait à vivre à Emerita Augusta, actuelle Mérida, la capitale de la province. Il est probable que cette désignation ait été faite comme précepte du règlement.

Par la suite, entre le deuxième et le troisième siècle, la ville entra dans une période obscure qui ne nous arrivait pas beaucoup aujourd’hui. Au milieu du troisième siècle, l’empire commença à être envahi par les tribus barbares. En 262, ils balayèrent les Pyrénées et rasèrent la péninsule de Levante; ils n’étaient pas connus pour atteindre la côte ouest de l’Atlantique. Dans ce climat d’instabilité, les défenses de Conímbriga ont été renforcées ainsi que le système d’approvisionnement en eau, y compris l’aqueduc.

Moyen Âge
Bien que l’Empire ait déjà été attaqué il y a bien longtemps, les menaces sont restées relativement lointaines, peut-être en raison de la position géographique de la région. Cependant, le calme dont il avait bénéficié grâce à la colonisation allait bientôt prendre fin. . Dans la région de Conímbriga, Lusitania, les Alans seraient fixes. C’était une période très instable pendant laquelle les barbares passaient des accords avec le gouvernement romain et rompaient avec ceux-ci. La situation économique était défavorable. Dans ce climat de troubles, les familles les plus influentes des villes prirent le pouvoir et devinrent leurs maîtres. de Conímbriga tout semble indiquer qu’il a été livré à la famille du Cantabrique.

La colonie tombe en 464 sous le joug des Suevos, la femme et la progéniture du chef de famille des Cantabriens sont kidnappées par ceux-ci. Les Souabes reviennent quatre ans plus tard, en 468, pour raser la ville et la région. La ville entrera dans une période avec peu d’informations documentaires.

On sait que la ville ne serait pas abandonnée cette fois-ci (même si elle était déjà en déclin) puisqu’elle était capitale en 561 d’un évêché, le prélat de celui-ci, Lucentius, participait au Premier concile de Braga. Il est également observé qu’il avait toujours la même position, le même prélat a signé en 572 le résumé du deuxième conseil de Braga.

En 586, la région tomba définitivement sous la domination wisigothique, après une longue lutte entre eux et les suevos. En plus de souligner la défaite définitive du royaume Suevi et l’unification politique de la péninsule sous le pouvoir wisigoth, Conímbriga était la fin, l’évêque et le gros de ses voisins sont partis vivre à Emínio (actuel Coimbra), Dernier endroit beaucoup plus fertile et avec un meilleur approvisionnement en eau essentielle, qui commençait à se faire rare à Conímbriga.

On sait cependant que la colonie continuerait à être habitée, du moins par une famille aisée, une pièce frappée sous le règne de Rodrigo en l’an 711, exactement la même année que le début de l’invasion musulmane d’Hispania. Certaines pièces de monnaie de l’ère musulmane suggèrent toujours qu’elle n’avait pas encore été totalement abandonnée. Cependant, avant 1086, elle aurait été définitivement inhabitée. Les quelques personnes qui y vivaient encore s’établiraient dans la vallée voisine et fonderaient Vila Cova, Vila Cova plus tard, la comtesse One Domga de Domna, qui deviendrait l’actuelle Condeixa-a-Velha.

Architecture
Le site de fouilles et le centre d’accueil des visiteurs sont situés à la périphérie de la communauté rurale de Condeixa-a-Nova, sur la base d’un éperon triangulaire en forme de plateau sur deux profondes dépressions (l’une occupée par Ribeira dos Mouros).

Bien que Conimbriga ne soit pas la plus grande ville romaine du Portugal, elle est la mieux conservée, les archéologues estimant que 10% seulement de la ville a été fouillée.

Bâtiments publiques
Ce ne serait qu’à l’époque d’Augustus que Conímbriga serait réformé. L’empereur romain a envoyé des architectes pour le remodeler et l’adapter à l’urbanisme romain.

Amphithéâtre
L’amphithéâtre de Conímbriga, autrefois référence terrestre, avait une arène ovale de plus ou 98 x 86 mètres. Pour entrer dans cette enceinte, il y avait au total six tunnels, trois de chaque côté.

Forum (ancien)
Le forum fut le premier édifice construit par les Romains. C’est devenu le centre de la vie en ville, puisque c’est là que se trouvaient les autorités et le commerce. Sur le côté ouest des marchands, neuf magasins ont été alloués au développement des activités commerciales. De l’autre côté, de la source, se trouvaient la curie et la basilique; le premier était le lieu de discussion entre les deux ou quatre hommes forts de la colonie, appelés magistrats; dans le second, il y avait la cour.

Forum (nouveau)
Le nouveau forum a été érigé dans le cadre de la célébration de la promotion de Conímbriga auprès de la municipalité. L’ancien forum a été démoli et il a été remplacé. Ce nouveau ne serait plus le stade de la justice ou du commerce. Il était entouré de hauts murs et exposait les statues d’hommes reconnus.

On sait que le nouveau forum resterait en place jusqu’au Ve siècle, quand une citerne colossale fut placée dans l’une de ses zones.

Carré
L’entrée de la place s’est faite en agitant une arche; de ​​là, au temple et à une fontaine, on peut en déduire qu’il s’agissait d’un lieu de culte; de l’autre côté, de l’ouest, compte tenu de la très mauvaise conservation, il est impossible de déterminer son utilisation. Les piliers étaient ornés de filets qui les divisaient en demi-roseaux.

La place avait un porche qui l’entourait de trois côtés différents. Plus loin, un autre portique servait de porte d’accès au porche du temple.

Temple
Le temple de Conímbriga est en très mauvais état de conservation, il ne lui reste que peu de pierres. Le temple était si petit que seules les statues divines y allaient, il n’y aurait pas de place pour des offices religieux. Ce bâtiment était relié à la place par un petit escalier latéral.

Spa
Les thermes datent également d’Auguste. Comme il n’y avait pas de source à Conímbriga capable de supporter l’approvisionnement en eau des sources chaudes, il a été décidé de rechercher des sources externes de nourriture. On a trouvé un puits d’un peu plus d’une demi-lieue de long pouvant supporter la demande.

Le bâtiment avait à l’entrée trois divisions pour la sécurité et les vêtements. Le complexe thermal d’Augusto est relativement petit, mais suffisant pour la ville en croissance. Comme c’était le cas chez les Romains dans les bains, il y avait trois piscines; une d’eau froide, une d’eau chaude de transition et une d’eau chaude. En dehors des bains eux-mêmes, le complexe avait une salle de gym.

Maisons
Les maisons de Conímbriga avaient une forme rectangulaire et étaient alignées, contrairement aux anciennes colonies des régions actuelles du centre de Beira (Beira alta, littoral de Beira), Trás-os-Montes, Galicia et Minho.

Monographie de Conímbriga
Le Musée monographique de Conímbriga est le musée en charge de la divulgation publique des découvertes du site archéologique de Conímbriga et lui est entièrement consacré. Il a été créé en 1962, parallèlement à la reprise des activités d’exploration dans les ruines.

Selon la Direction générale du patrimoine culturel (DGPC), le musée monographique de Conímbriga vise à:

sa mission est de protéger les ruines, de promouvoir leur exposition au public et de poursuivre des recherches archéologiques;

Le musée est dirigé par Virgílio Hipólito Correia, responsable de nombreux travaux archéologiques et études réalisés à la station.

En 2017, le ministère de la Culture a reclassé le musée monographique de Conímbriga en musée national. Au sujet de la décision, le ministre a déclaré:

Il est de la justice la plus élémentaire d’avancer avec cette classification, dans un musée qui est une référence absolument exemplaire, un paradigme du patrimoine archéologique mais aussi de l’investigation scientifique dans ce domaine au Portugal.

– Luís Filipe Castro Mendes
Grâce à cette nouvelle classification, le musée pourra bénéficier de fonds communautaires destinés à l’exploration et à l’étude des ruines de Conímbriga, tout cela grâce au protocole signé avec la DFPC en juin 2015 et à la collaboration entre le gouvernement et le conseil municipal de Condeixa. -a-Nova dans le cadre du programme de développement des infrastructures du programme muséologique de Conímbriga. Les investissements en valorisation des traces s’élèvent à trois millions d’euros.

Préservation
Les ruines de Conímbriga sont maintenant classées ZEP (zone de protection spéciale) par la Direction générale du patrimoine culturel. Selon la DGPC, le statut de zone spéciale Protection confère au site:

le paysage du bien et la perspective de sa contemplation, couvrant les espaces verts qui sont pertinents pour la défense du contexte respectif.

– Direction générale du patrimoine culturel
Le statut actuel de ZEP a été attribué par l’ordonnance du 12 novembre 1971, publiée au DG Série II n ° 277 du 25 novembre 1971. Bien que le statut de zone de protection spéciale confère au site un périmètre réservé, le entre dans cela, ne pas se conformer à la réglementation.

Ce site archéologique a été reconnu monument national en 1910 par le décret du 16 juin 1910, DG, n ° 136 du 23 juin 1910.

En 1930, à la suite du XIe Congrès international d’archéologie, l’État portugais obtint des terres dans la station archéologique.

En 1962, au cours de l’examen des ruines, le Musée monographique de Conímbriga a été créé pour transmettre les nouvelles connaissances sur les découvertes à la population.

Tags: