Coco Chanel: La robe noire devient une icône du modernisme, Vidéo 360 °, Musée des Arts Décoratifs Paris

Explorez en 360 VR l’évolution de l’une des pièces les plus populaires de la garde-robe d’une femme: la robe noire. Voyez comment Gabrielle ‘Coco’ Chanel s’est inspirée pour créer ce vêtement emblématique. La couleur noire a régné dans le monde de la mode pendant des décennies. Découvrez comment, jusqu’au 19e siècle, le noir était uniquement porté par les veuves, la classe ouvrière et les élites. Aujourd’hui, la combinaison d’un design libérateur et d’une couleur universelle a rendu célèbre le design emblématique de Coco Chanel.

Gabrielle “Coco” Chanel
Gabrielle Bonheur “Coco” Chanel (19 août 1883 – 10 janvier 1971) était une créatrice de mode française, espionne et femme d’affaires nazie. Fondatrice et homonyme de la marque Chanel, elle était réputée, après la Première Guerre mondiale, avoir libéré les femmes des contraintes de la “silhouette corsetée” et popularisé un chic sportif et décontracté en tant que style féminin. Créatrice de mode prolifique, Chanel a étendu son influence au-delà des vêtements de couture, réalisant ainsi son esthétique esthétique en matière de bijoux, de sacs à main et de parfums. Son parfum, Chanel No. 5, est devenu un produit emblématique. Elle est la seule créatrice de mode figurant sur la liste du magazine Time des 100 personnalités les plus influentes du XXe siècle. Chanel a elle-même conçu son célèbre monogramme CC entrelacé, utilisé depuis les années 1920.:211

Plus que tout autre designer du XXe siècle, Coco Chanel a révisé et adapté la mode aux principes d’utilité et d’intégrité des matériaux, principes qui caractérisent le modernisme. Son accent mis sur le fonctionnalisme des vêtements de sport et ses appropriations tant dans la mode masculine que dans les uniformes de service et militaires, rompaient avec les styles et les pratiques vestimentaires de haute couture typiques. Pragmatique et résolue, ses vêtements ont été conçus avec des applications de style de vie réalistes. Les premiers ensembles de vêtements de sport de Chanel ont réformé les conventions restrictives édouardiennes. Son maillot sépare jupes, robes, pulls et cardigans pour libérer les femmes du prétexte de s’habiller pour une occasion ou un moment de la journée imparti. Rationnels et polyvalents, ils favorisaient l’autonomie et l’expression de soi.

Parlant d’elle-même à la troisième personne, Chanel a confié à Salvador Dalí que “toute sa vie, elle n’a fait que changer les vêtements des hommes en femmes: vestes, cheveux, cravates, poignets”.

En se référant aux codes vestimentaires de dandys du début du XIXe siècle tels que Beau Brummel, Chanel a préconisé un système de vêtement fondé sur la modestie, la simplicité et l’adaptabilité. Reflétant la sobriété absolue du dandy, bon nombre de ses costumes des années 1920 et 1930 ont été confectionnés en noir avec des blouses blanches ou crème, contraste qui est devenu une marque de commerce de Chanel.

Petite robe noire
La “petite robe noire” de Chanel vénérait également le style du dandy. Monastique dans son austérité, il attribuait la primauté à la fonction ou aux fonctions. Cette esthétique basée sur l’utilité, cependant, a contredit son exécution exemplaire, qui reposait sur les finitions raffinées et cousues à la main de la couture.

Les styles et les matériaux étaient différents pour le jour et le soir. Dans les années 1920, les versions de jour étaient souvent en jersey, en charmeuse de soie ou en crêpe de Chine et comportaient généralement des manches longues.

Les détails de couture tels que la couture, les plis soigneusement disposés, l’ourlet finement fini de la jupe et la ceinture cousue à la main font de cet ensemble un exemple de la pauvreté de luxe caractéristique de Chanel, une interprétation coûteuse d’un design simple fait de matières modestes.

Les versions de soirée de la «petite robe noire», qui avaient tendance à être sans manches, étaient souvent faites de dentelle ou de mousseline de soie à superpositions avec des ourlets asymétriques et des décolletés évasés.

Ce superbe exemple montre la sensibilité aiguë de Chanel à la coupe des formes de décolleté, toujours suspendue aux épaules avec une cascade de drapés légers de la robe tombant jusqu’aux genoux sans détection du buste ou des hanches. Vogue a dit de ces robes Chanel qu’elles lui montraient “l’art d’éviter les erreurs.” Ce même art est ce que recherchent les générations de femmes qui comptent sur “la petite robe noire”.

Des lignes de surpiqûres préservent les coutures de cette robe, tandis que la bordure picotée, technique plus associée à la lingerie, est utilisée pour finir ses périmètres.

Contrairement aux ourlets roulés, qui finissent le décolleté de la robe et de l’overblouse, les coutures picotées créent un bord léger mais nettement défini tout en empêchant le déroulé du tissu.

L’obscurcissement de la décoration étrangère correspondait aux versions de la “petite robe noire”, de jour comme de nuit. Même dans les robes entièrement embellies de paillettes, Chanel a réussi à affirmer une esthétique anti-déco.

Dans cet ensemble, les paillettes sont appliquées dans un champ uniforme, mettant en valeur la netteté monochromatique du vêtement ainsi que sa silhouette droite.

Simple ou brodée, cependant, la petite robe noire de Chanel, à la manière de sa séparation et de son costume deux ou trois pièces, créait un équilibre entre formel et discipliné, décontracté et spontané. C’est cet équilibre qui a fini par définir «le look Chanel», un style moderne, pratique et sans prétention qui a orienté le cours de la mode du XXe siècle.

Certains vêtements de soirée en paillette de Chanel révèlent des influences de vêtements de sport. Plusieurs d’entre elles étaient basées sur des vêtements distincts, tels que des hauts, des jupes et des foulards, certains corsages révélant des bretelles à base de maillots de bain.

Musée des Arts Décoratifs, Paris
Le Musée des arts décoratifs de Paris est un musée des arts décoratifs et du design situé dans l’aile ouest du Palais du Louvre, appelée Pavillon de Marsan, au 107 rue de Rivoli, dans le 1er arrondissement de Paris, en France. Il s’agit de l’un des trois musées des Arts Décoratifs, désormais appelés collectivement MAD.

Le musée accueille également des expositions de mode, de publicité et d’arts graphiques provenant de ses collections provenant des musées de la Publicité et du textile.

Tags: