Musée Claude-Debussy, Saint-Germain-en-Laye, France

Le lieu de naissance de Claude Debussy, aujourd’hui connu sous le nom de musée Claude-Debussy, est situé au 38, rue au Pain à Saint-Germain-en-Laye dans le département des Yvelines.

Il date des xvii et xviii e siècles.

Le musée Claude-Debussy est un lieu unique regroupant tous les objets liés au célèbre compositeur français dans la maison où il est né: le lieu de naissance de Claude Debussy, situé dans le quartier historique de la ville de Saint-Germain-en-Laye.

C’est dans cette maison du 17ème siècle, propriété de la ville, que Claude Debussy est né le 22 août 1862 et a passé sa petite enfance. Son père avait en fait une boutique de faïence au rez-de-chaussée.

Caché derrière une porte, vous découvrirez une belle petite cour intérieure, ainsi qu’un somptueux escalier en bois, vous permettant d’accéder au musée.

Le musée labellisé “Maison des illustres” rassemble des objets et des photographies permettant de mieux comprendre le processus créatif du compositeur. Il aimait s’entourer d’objets de diverses origines artistiques et de courants qui ont fortement influencé sa musique. Par exemple, un panneau laqué en provenance du Japon, provenant de son hôtel parisien – deux poissons nageant sous un saule – a été transformé en un morceau de piano (1907) en Pisces d’Or.

Claude Debussy y est né le 22 août 1862. Ses parents y tenaient une faïencerie. Placé à l’inventaire des monuments historiques en 1972 et ouvert au public en 1990, il expose la vie et les documents musicaux du compositeur. Il rassemble des objets personnels ayant appartenu au compositeur, des partitions et des documents iconographiques. La cour de la maison comprend un escalier avec des balustrades du xvii e siècle. Des concerts de musique classique ont lieu à l’Auditorium Yvonne Lefébure, dédié à la mémoire du pianiste et professeur de musique.

Claude Debussy
Achille-Claude Debussy (22 août 1862 – 25 mars 1918) était un compositeur français. Il a été vu, de son vivant et après, comme le premier compositeur impressionniste, bien qu’il ait vigoureusement rejeté ce terme. Il était parmi les compositeurs les plus influents de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle.

Né dans une famille aux moyens modestes et peu impliqué dans la culture, Debussy a montré suffisamment de talent musical pour être admis à dix ans au Conservatoire de Paris. Il a d’abord étudié le piano, mais a trouvé sa vocation dans la composition innovante, malgré la désapprobation des professeurs conservateurs du Conservatoire. Il a mis de nombreuses années à développer son style mature, et a presque 40 ans avant d’atteindre la renommée internationale en 1902 avec le seul opéra qu’il a achevé, Pelléas et Mélisande.

Les œuvres orchestrales de Debussy comprennent Prélude à l’après-midi d’un faune (1894), Nocturnes (1897-1899) et Images (1905-1912). Sa musique était en grande partie une réaction contre Wagner et la tradition musicale allemande. Il considérait la symphonie classique comme obsolète et cherchait une alternative dans ses “sketchs symphoniques”, La mer (1903-1905). Ses œuvres pour piano comprennent deux livres de Préludes et deux d’Études. Tout au long de sa carrière, il écrit des mélodies basées sur une grande variété de poèmes, dont le sien. Il a été grandement influencé par le mouvement poétique symboliste du 19ème siècle. Un petit nombre d’œuvres, dont le début de La Damoiselle élue et le regretté Le Martyre de saint Sébastien ont des rôles importants pour le choeur. Dans ses dernières années, il se concentra sur la musique de chambre, complétant trois des six sonates prévues pour différentes combinaisons d’instruments.

Avec ses premières influences, dont la musique russe et extrême-orientale, Debussy a développé son propre style en utilisant l’harmonie et la coloration orchestrale, en se moquant de l’essentiel des institutions musicales de l’époque. Ses œuvres ont fortement influencé un large éventail de compositeurs, notamment Béla Bartók, Olivier Messiaen, George Benjamin et le pianiste et compositeur de jazz Bill Evans. La vie de Debussy a été interrompue par le cancer. Il mourut chez lui à Paris à l’âge de 55 ans après une carrière de compositeur d’un peu plus de 30 ans.

Style
Appartenant à la ville de Saint-Germain-en-Laye et à son illustre maison, nous découvrons aujourd’hui dans une ambiance feutrée ses souvenirs de famille, son quotidien, ses affinités artistiques et les objets qu’il aimait entourer (laque avec “Poissons d ‘ Ou “, Arkel”, son crapaud fétiche …), propice à son inspiration musicale.

Enfin, une maison commémorative, regroupant les monuments commémoratifs qui lui sont consacrés (Henry de Groux, Antoine Bourdelle, Aristide Maillol) montre également l’intérêt des artistes du XXe siècle pour ce grand compositeur.

Un auditorium complète le musée. Inspiré par les salons de musique, il vous permet de vivre cet “art libre” qu’est la musique à travers une saison musicale annuelle.

Debussy et l’impressionnisme
L’application du terme «impressionniste» à Debussy et la musique qu’il a influencée ont été très débattues, tant dans la vie du compositeur que par la suite. L’analyste Richard Langham Smith écrit que l’impressionnisme était à l’origine un terme inventé pour décrire un style de peinture française de la fin du XIXe siècle, typiquement des scènes imprégnées de lumière réfléchie dans lesquelles l’accent est mis sur œuvres de Monet, Pissarro, Renoir et autres. Langham Smith écrit que le terme a été transféré aux compositions de Debussy et d’autres qui “concernaient la représentation du paysage ou des phénomènes naturels, en particulier l’image de l’eau et de la lumière chère aux impressionnistes, à travers des textures subtiles imprégnées de couleur instrumentale”.

Parmi les peintres, Debussy a particulièrement admiré Turner, mais s’est également inspiré de Whistler. En 1894, le compositeur écrivit au violoniste Eugène Ysaÿe, décrivant les Nocturnes orchestrales comme «une expérience dans les différentes combinaisons pouvant être obtenues à partir d’une seule couleur – ce qu’une étude en gris serait en peinture».

Debussy s’est fortement opposé à l’utilisation du mot “impressionnisme” pour sa musique (ou celle de quelqu’un d’autre), mais il est continuellement attaché à lui puisque les auditeurs du Conservatoire l’ont d’abord appliqué, de manière opprobre, à son premier Printemps. Langham Smith commente que Debussy a écrit de nombreux morceaux de piano avec des titres évocateurs de la nature – “Reflets dans l’eau” (1905), “Les Fils et les parfums tournent dans l’air du soir” (1910) et “Brouillards” (1913). – et suggère que l’utilisation de coups de pinceau et de points par les peintres impressionnistes se retrouve dans la musique de Debussy. Bien que Debussy ait déclaré que quiconque utilisait le terme (que ce soit sur la peinture ou la musique) était un imbécile, certains érudits de Debussy ont adopté une ligne moins absolutiste. Le serrurier appelle La Mer “le plus grand exemple d’une œuvre impressionniste orchestrale”, et plus récemment, dans le Cambridge Companion to Debussy, Nigel Simeone commente: “Il ne semble pas exagéré de voir un parallèle dans les paysages marins de Monet”.

Dans ce contexte, on peut placer l’éloge funèbre de Debussy à Nature, dans une interview de 1911 avec Henry Malherbe:

J’ai fait de la Nature mystérieuse ma religion … Quand je regarde un ciel de coucher du soleil et que je passe des heures à contempler sa merveilleuse beauté en constante évolution, une émotion extraordinaire me submerge. La nature dans toute son étendue se reflète véritablement dans mon âme sincère mais faible. Autour de moi, les arbres étirent leurs branches vers le ciel, les fleurs parfumées qui éclairent la prairie, la douce terre tapissée d’herbe… et mes mains prennent inconsciemment une attitude d’adoration.

Contrairement à la caractérisation “impressionniste” de la musique de Debussy, plusieurs auteurs ont suggéré de structurer au moins une partie de sa musique sur des lignes mathématiques rigoureuses. En 1983, le pianiste et érudit Roy Howat a publié un livre affirmant que certaines des œuvres de Debussy sont proportionnées à l’aide de modèles mathématiques, même en utilisant une structure classique apparente telle que la forme sonate. Howat suggère que certaines des pièces de Debussy peuvent être divisées en sections qui reflètent le nombre d’or, ce qui est approximé par les rapports de nombres consécutifs dans la séquence de Fibonacci. Simon Trezise, ​​dans son livre Debussy: La Mer, en 1994, trouve les preuves intrinsèques “remarquables”, à la condition qu’aucune preuve écrite ou rapportée ne suggère que Debussy a délibérément recherché de telles proportions. Lesure adopte un point de vue similaire, approuvant les conclusions de Howat sans se prononcer sur les intentions conscientes de Debussy.

Idiome musical
Debussy a écrit “Nous devons convenir que la beauté d’une œuvre d’art restera toujours un mystère, nous ne pourrons jamais être absolument sûrs de la façon dont elle est faite. Nous devons à tout prix préserver cette magie propre à la musique sa nature est de tous les arts les plus réceptifs “.

Néanmoins, il existe de nombreux indicateurs des sources et des éléments de l’idiome de Debussy. Écrivant en 1958, le critique Rudolph Reti résume six traits de la musique de Debussy, selon lesquels il «établit un nouveau concept de tonalité dans la musique européenne»: l’utilisation fréquente de longues pédales – «pas simplement des pédales basses au sens propre du terme. , mais soutenu ‘pédales’ dans n’importe quelle voix “; passages scintillants et bandes de figurations qui distraient de l’absence occasionnelle de tonalité; l’utilisation fréquente d’accords parallèles qui ne sont “en substance pas des harmonies, mais plutôt des” mélodies d’accord “, des unisons enrichis”, décrits par certains auteurs comme des harmonies non fonctionnelles; la bitonalité, ou au moins les accords bitonaux; utilisation des échelles entières et pentatoniques; et des modulations non préparées, “sans pont harmonique”. Reti conclut que la réalisation de Debussy était la synthèse de la “tonalité mélodique” à base monophonique avec des harmonies, bien que différentes de celles de la “tonalité harmonique”.

En 1889, Debussy a eu des conversations avec son ancien professeur Guiraud, qui comprenait l’exploration de possibilités harmoniques au piano. La discussion et les improvisations au clavier de Debussy ont été notées par un jeune élève de Guiraud, Maurice Emmanuel. Les séquences d’accord jouées par Debussy incluent certains des éléments identifiés par Reti. Ils peuvent également indiquer l’influence sur Debussy de Satie 1887 Trois Sarabandes. Une autre improvisation de Debussy au cours de cette conversation comprenait une séquence d’harmonies de sons entiers qui pourraient avoir été inspirées par la musique de Glinka ou de Rimsky-Korsakov qui était connue à Paris à cette époque. Au cours de l’entretien, Debussy a dit à Guiraud: “Il n’y a pas de théorie. Vous n’avez qu’à écouter. Le plaisir est la loi!” – bien qu’il ait concédé, “je me sens libre parce que j’ai traversé le moulin, et je n’écris pas dans le style de la fugue parce que je le sais.”

Influences

Musical
Parmi les prédécesseurs français, Chabrier avait une influence importante sur Debussy (comme il l’était sur Ravel et Poulenc); Howat a écrit que la musique pour piano de Chabrier, telle que “Sous-bois” et “Mauresque” dans les Pièces pittoresques, explorait de nouveaux mondes sonores dont Debussy s’est servi 30 ans plus tard. Lesure trouve des traces de Gounod et Massenet dans certaines des premières chansons de Debussy, et remarque que ce sont peut-être des Russes – Tchaïkovski, Balakirev, Rimski-Korsakov, Borodine et Moussorgski – que Debussy a acquis son goût pour les modes antiques et orientaux. couleurs vives et un certain dédain pour les règles académiques “. Lesure considère également que l’opéra Boris Godounov de Moussorgski a directement influencé Pelléas et Mélisande de Debussy. Dans la musique de Palestrina, Debussy a trouvé ce qu’il a appelé “une parfaite blancheur” et il a estimé que, bien que les formes musicales de Palestrina aient une “manière stricte”, elles étaient plus que ses règles rigides. enseignants. Il s’est inspiré de ce qu’il a appelé «l’harmonie créée par la mélodie» de Palestrina, en trouvant une qualité d’arabesque dans les lignes mélodiques.

Pour la musique pour piano de Chopin, Debussy a professé sa “reconnaissance respectueuse”. Il était partagé entre consacrer ses propres études à Chopin ou à François Couperin, qu’il admirait également comme un modèle de forme, se considérant comme héritier de leur maîtrise du genre. Howat met en garde contre l’hypothèse selon laquelle Ballade de Debussy (1891) et Nocturne (1892) sont influencés par Chopin – selon Howat, ils doivent plus aux premiers modèles russes de Debussy – mais l’influence de Chopin se retrouve dans d’autres œuvres telles que les Deux arabesques 1891). En 1914, l’éditeur A. Durand & fils commença à publier de nouvelles éditions savantes d’œuvres de grands compositeurs, et Debussy entreprit de superviser l’édition de la musique de Chopin.

Bien que Debussy n’ait aucun doute sur la stature de Wagner, il ne fut que brièvement influencé par lui dans ses compositions, après La damoiselle élue et les Cinq poèmes de Baudelaire (tous deux commencés en 1887). Selon Pierre Louÿs, Debussy “n’a pas vu” ce que quiconque peut faire au-delà de Tristan “, bien qu’il ait reconnu qu’il était parfois difficile d’éviter” le fantôme du vieux Klingsor, alias Richard Wagner, au tournant d’un bar “. Après la courte phase wagnérienne de Debussy, il commence à s’intéresser à la musique non occidentale et à ses approches inhabituelles de la composition. La pièce pour piano “Golliwogg’s Cakewalk”, du Children’s Corner de la suite de 1908, contient une parodie de musique depuis l’introduction de Tristan, dans laquelle, selon le musicologue Lawrence Kramer, Debussy échappe à l’ombre du compositeur Wagner en insignifiance “.

Erik Satie a eu une influence contemporaine, selon “l’ami le plus fidèle” de Nichols Debussy parmi les musiciens français. L’orchestration de Debussy en 1896 des Gymnopédies de Satie (écrite en 1887) “met leur compositeur sur la carte” selon le musicologue Richard Taruskin, et la Sarabande de Debussy “Pour le piano (1901)” montre que [Debussy] connaissait les Trois Sarabandes à une époque où seul un ami personnel du compositeur pouvait les connaître. ” (Ils n’ont été publiés qu’en 1911). L’intérêt de Debussy pour la musique populaire de son époque est mis en évidence non seulement par Cakewalk des Golliwogg et d’autres pièces de piano présentant le rag-time, comme The Little Nigar (1909), mais aussi par la lente valse La plus que lente. plus que lent), basé sur le style du violoniste tzigane dans un hôtel parisien (à qui il a remis le manuscrit de la pièce).

En plus des compositeurs qui ont influencé ses propres compositions, Debussy a exprimé des opinions bien arrêtées sur plusieurs autres. Richard Strauss et Stravinsky, respectueux de Mozart, étaient pour la plupart enthousiastes et impressionnés par Bach, qu’il qualifia de «bon Dieu de la musique». Sa relation avec Beethoven était complexe. On le dit “le vieux sourd” et il demande à un jeune élève de ne pas jouer la musique de Beethoven car “c’est comme si quelqu’un dansait sur ma tombe”. mais il croyait que Beethoven avait des choses profondes à dire, mais il ne savait pas comment les dire, «parce qu’il était emprisonné dans une toile de représailles incessantes et d’agressivité allemande». Il ne sympathisait pas avec Schubert ou Mendelssohn, ce dernier étant décrit comme un “notaire facile et élégant”.

Avec l’avènement de la première guerre mondiale, Debussy devint ardemment patriote dans ses opinions musicales. En écrivant à Stravinski, il demanda: «Comment ne pas prévoir que ces hommes complotaient la destruction de notre art, tout comme ils avaient planifié la destruction de notre pays? En 1915, il se plaignait que “depuis Rameau, nous n’avions aucune tradition purement française. Nous tolérions des orchestres exagérés, des formes tortueuses que nous allions approuver à des naturalisations encore plus suspectes lorsque le bruit des coups de feu s’arrêtait brusquement”. Taruskin écrit que certains ont vu cela comme une référence aux compositeurs Gustav Mahler et Arnold Schoenberg, tous deux nés juifs. En 1912, Debussy avait fait remarquer à son éditeur de l’opéra Ariane et Barbe-bleue du compositeur juif Paul Dukas: “Vous avez raison, c’est un chef-d’œuvre, mais ce n’est pas un chef-d’œuvre de la musique française.”

Littéraire
Malgré son manque de scolarité formelle, Debussy a beaucoup lu et trouvé l’inspiration dans la littérature. Lesure écrit: «Le développement du vers libre dans la poésie et la disparition du sujet ou du modèle dans la peinture l’ont incité à réfléchir à des questions de forme musicale». Debussy a été influencé par les poètes symbolistes. Ces écrivains, dont Verlaine, Mallarmé, Maeterlinck et Rimbaud, ont réagi contre le réalisme, le naturalisme, l’objectivité et le conservatisme formel qui prévalaient dans les années 1870. Ils ont favorisé la poésie en utilisant la suggestion plutôt que la déclaration directe; Le chercheur littéraire Chris Baldrick écrit qu’ils ont évoqué «des états subjectifs par l’utilisation de symboles privés, tout en évitant de décrire la réalité extérieure ou l’expression de l’opinion». Debussy était très attaché au désir des symbolistes de rapprocher la poésie de la musique, de se lier d’amitié avec plusieurs grands représentants et de créer de nombreuses œuvres symbolistes tout au long de sa carrière.

Les inspirations littéraires de Debussy étaient principalement françaises, mais il n’a pas négligé les écrivains étrangers. Outre Maeterlinck pour Pelléas et Mélisande, il s’inspire de Shakespeare et Charles Dickens pour deux de ses Préludes pour piano – La Danse de Puck (livre 1, 1910) et Hommage à S. Pickwick Esq. PPMPC (Livre 2, 1913). Il a placé le Bienheureux Damozel de Dante Gabriel Rossetti dans sa première cantate, La Damoiselle élue (1888). Il a écrit une musique incidente pour King Lear et a planifié un opéra basé sur As You Like It, mais a abandonné cela une fois qu’il s’est tourné vers la mise en scène de la pièce de Maeterlinck. En 1890, il commence à travailler sur une pièce orchestrale inspirée de la chute de Poe dans The House of Usher et dessine plus tard le livret pour un opéra, La chute de la maison Usher. Un autre projet inspiré par Poe – une version opératoire de The Devil in the Belfry – n’a pas dépassé les esquisses. Parmi les écrivains français dont il a parlé, citons Paul Bourget, Alfred de Musset, Théodore de Banville, Leconte de Lisle, Théophile Gautier, Paul Verlaine, François Villon et Mallarmé. pièces d’orchestre, Prélude à l’après-midi d’un faune.

Tags: