Réalisme classique

Le réalisme classique est un mouvement artistique de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle. Le dessin et la peinture accordent une grande valeur à l’habileté et à la beauté, combinant des éléments de néoclassicisme et de réalisme du XIXe siècle.

Origines
Le terme “réalisme classique” est apparu pour la première fois comme une description du style littéraire, comme dans une critique de 1882 de la poésie de Milton. Son utilisation relative aux arts visuels remonte à au moins 1905 dans une référence aux peintures de Masaccio. Il tire son origine du titre d’un mouvement artistique contemporain mais traditionnel avec Richard Lack (1928-2009), élève de l’artiste de Boston R. H. Ives Gammell (1893-1981) au début des années 1950. Ives Gammell avait étudié avec William McGregor Paxton (1869-1941) et Paxton avait étudié avec l’artiste français du XIXe siècle, Jean-Léon Gérôme (1824–1904). En 1967, Lack fonde l’Atelier Lack, un studio-école de beaux-arts inspiré des ateliers parisiens du XIXe siècle et de l’enseignement des impressionnistes de Boston. En 1980, il avait formé un groupe important de jeunes peintres. En 1982, ils organisèrent une exposition itinérante de leur travail et de celui d’autres artistes appartenant à la tradition artistique représentée par Gammell, Lack et leurs étudiants. Vern Swanson, directeur du Springville Museum of Art de Springville (Utah) (lieu d’origine de l’exposition), a demandé à Lack de définir un terme qui différencierait le réalisme des héritiers de la tradition de Boston de celui d’autres artistes de représentation. Bien qu’il soit réticent à étiqueter cette œuvre, Lack choisit l’expression “réalisme classique”. Il a été utilisé pour la première fois dans le titre de cette exposition: Réalisme classique: L’autre XXe siècle. Le terme “réalisme classique” était à l’origine destiné à décrire un travail combinant le dessin raffiné et le design de la tradition académique européenne illustrée par Gérôme aux valeurs de couleur observées de la tradition américaine de Boston, illustrées par Paxton.

En 1985, Atelier Lack a commencé à publier le Classical Realism Quarterly, comprenant des articles écrits par Richard Lack et ses étudiants dans le but d’éduquer et d’informer le public sur la peinture de représentation traditionnelle. En 1988, Lack et plusieurs associés fondèrent la société américaine du réalisme classique, une société organisée pour préserver et promouvoir les beaux arts de la représentation. L’ASCR a fonctionné jusqu’en 2005 et a publié les publications influentes Classical Realism Journal et Classical Realism.

Dans le même esprit, le peintre et professeur d’art d’art Ted Seth Jacobs (né en 1927), qui a enseigné aux étudiants de la Art Students League et de la New York Academy of Art à New York, contribue à la renaissance des connaissances traditionnelles en dessin et en peinture. . Leur lignée est ancrée dans l’Académie Julian, l’âge d’or de l’illustration à New York et l’école de Paris. En 1987, Ted Seth Jacobs créa sa propre école d’art, L’Ecole Albert Defois à Les Cerqueux sous Passavant, en France (49). De nombreux étudiants de Jacobs tels qu’Anthony Ryder et Jacob Collins sont devenus des enseignants influents et ont été suivis par leurs propres étudiants.

Style et philosophie
Le réalisme classique est caractérisé par l’amour du monde visible et des grandes traditions de l’art occidental, notamment le classicisme, le réalisme et l’impressionnisme. L’esthétique du mouvement est classique en ce sens qu’elle manifeste une préférence pour l’ordre, la beauté, l’harmonie et la complétude; il est réaliste car son sujet principal provient de la représentation de la nature basée sur l’observation de l’artiste. Les artistes de ce genre s’efforcent de dessiner et de peindre à partir de l’observation directe de la nature et évitent l’utilisation de la photographie ou d’autres aides mécaniques. À cet égard, le réalisme classique diffère des mouvements artistiques du photoréalisme et de l’hyperréalisme. Stylistiquement, les réalistes classiques utilisent des méthodes utilisées par des artistes impressionnistes et académiques.

Les peintres réalistes classiques ont tenté de rétablir des programmes de formation qui développent un regard artistique sensible et des méthodes de représentation de la nature antérieures à l’art moderne. Ils cherchent à créer des peintures personnelles, expressives, belles et habiles. Leur sujet inclut toutes les catégories traditionnelles de l’art occidental: figuratif, paysage, portrait, genre intérieur et extérieur et peintures de natures mortes.

Une idée centrale du réalisme classique est la conviction que les mouvements d’art moderne du 20ème siècle s’opposaient aux principes et à la production de l’art traditionnel et causaient une perte générale des compétences et des méthodes nécessaires pour le produire. Le modernisme était opposé à l’art tel qu’il avait été conçu par les Grecs, ressuscité à la Renaissance et poursuivi par les académies des XIXe et début du XXe siècles. Les artistes réalistes classiques tentent de faire revivre l’idée de production artistique telle qu’elle était comprise traditionnellement: la maîtrise d’un métier pour fabriquer des objets qui gratifient et ennoblissent ceux qui les voient. Ce savoir-faire est ensuite appliqué au dessin, à la peinture ou à la sculpture de sujets contemporains que l’artiste observe dans le monde moderne.

À l’instar des modèles académiques du XIXe siècle dont il s’inspire, le mouvement a tiré des critiques pour la prime accordée à la performance technique, une tendance à la représentation artificielle et idéalisée de la figure et à la surestimation rhétorique appliquée au récit épique. Maureen Mullarkey du New York Sun a qualifié l’école de “style contemporain à l’appel rétro, à l’image du PT Cruiser de Chrysler”.

Écoles
Le mouvement réaliste classique est actuellement soutenu par des écoles d’art basées sur la méthode Atelier. De nombreuses académies et ateliers actuels suivent le cours de dessin de Charles Bargue. Richard Lack est généralement considéré comme le fondateur du mouvement des ateliers contemporains. Son école, Atelier Lack, a été fondée en 1969 et est devenue un modèle pour des écoles similaires. Ces ateliers modernes sont fondés dans le but de revitaliser l’éducation artistique en réintroduisant une formation rigoureuse aux techniques traditionnelles de dessin et de peinture, en utilisant des méthodes pédagogiques utilisées à l’École des Beaux-Arts. Ces écoles transmettent une méthode d’enseignement qui allie la formation artistique académique formelle à l’influence des impressionnistes français.

Sous le modèle de l’atelier, les étudiants en art étudient dans le studio d’un maître établi pour apprendre à dessiner et à peindre avec une précision réaliste et en mettant l’accent sur le rendu de la forme de manière convaincante. La base de ces programmes repose sur une étude intensive de la figure humaine, la réalisation de moulages en plâtre de sculptures classiques et l’émulation de leurs instructeurs. L’objectif est de permettre aux étudiants d’adhérer à l’observation, à la théorie et à l’artisanat tout en absorbant les idéaux classiques de la beauté.

Les écoles d’atelier
Les écoles d’ateliers fondées dans cette tradition comprennent (dans l’ordre chronologique de la fondation):

Académie des beaux-arts de Cracovie, Cracovie, Pologne (1818)
Collège d’art et de design de Laguna, Laguna Beach, Californie (1961)
Académie des beaux-arts de la Lyme Academy, Old Lyme, Connecticut (1976)
Charles H. Cecil Studios (1983)
Gage Academy of Art, Seattle (1989)
Académie des arts de Florence, Florence, Italie et Jersey City, New Jersey (1991)
Académie de design classique (2000)
Le Grand Central Atelier, Long Island, New York (2006)
Académie d’art réaliste, Toronto, Canada (1996)
Artistes notables
Jan Matejko (1838–1893), peintre
Pietro Annigoni (1910-1988), peintre
Igor Babailov (né en 1965), peintre
Jacob Collins (né en 1964)
Harvey Dinnerstein (né en 1928)
Everett Raymond Kinstler (né en 1926)
Samizu Matsuki (1936–2018), peintre
Jeffrey Mims (né en 1954)
Graydon Parrish (né en 1970)
Raymond Persinger (né en 1959), sculpteur
Richard Schmid (né en 1934)
Richard T. Scott (né en 1980)
Nelson Shanks (1937-2015)
Burton Silverman (né en 1928)
Abbey Ryan (née en 1979)