Musées civiques de Reggio Emilia, Italie

Le système de collections, de sites historiques et de salles d’exposition proposé par les musées municipaux de Reggio Emilia a accompagné la formation de l’identité culturelle des Reggiani. Dans les musées, les souvenirs de la nature, de l’archéologie, de l’art et de l’histoire de l’ensemble du territoire provincial sont documentés et valorisés, dans une vue d’ensemble englobant les cinq continents. Des collections, du paléolithique à nos jours, présentées dans cinq musées, deux monuments et trois lieux d’exposition. Une richesse d’œuvres et de bâtiments qui s’est développée au cours de nombreuses décennies, mettant à jour en permanence les propositions, et dont le premier noyau a débuté il y a un peu plus de 200 ans.

En fait, la fondation la plus ancienne des collections a été créée en 1799 avec l’acquisition, par la ville de Reggio Emilia, de la collection nationale de l’illustre savant Lazzaro Spallanzani, qui avait accumulé, chez lui à Scandiano, des ressources zoologiques, paléontologiques et minéralogiques. trouve. , lithologiques et botaniques, ainsi que des objets d’ameublement, tels que des tableaux, des tableaux et des bibelots. La collection, conservée intacte dans sa consistance du XVIIIe siècle, est installée depuis 1830 dans les salles du Palazzo dei Musei.

En 1862, grâce au travail du prêtre Gaetano Chierici, l’un des pères de la paletnologie moderne, fut créé le Gabinetto di Storia Patria, qui devint en 1870 le Musée d’histoire de la patrie. Précieuses preuves de la science et de la muséologie de la fin du XIXe siècle, les matériaux de la préhistoire et de la protohistoire locale sont comparés à des objets de la même période, mais d’origine géographique différente, notamment italienne. La collection a ensuite été renommée Museo Gaetano Chierici di Paletnologia, basé au Palazzo dei Musei.

Les expositions du Palazzo dei Musei sont ensuite étendues à la Galleria dei Marmi avec des découvertes en pierre, des épigraphes romaines et des sculptures du Moyen Âge au XVIIIème siècle; Atrium du musée avec mosaïques romaines et décorations du sol des XIIe et XIIIe siècles. Et encore avec Sale qui complètent les collections naturalistes de zoologie et de botanique; puis des collections d’ethnographie, de numismatique, de céramique, de bijoux et d’arts mineurs.

En 1902 fut créée la galerie Antonio Fontanesi, qui fut réorganisée, agrandie et enrichie plusieurs fois et documentait la culture artistique de Reggio du XIVe au XXe siècle.

Le site historique des musées municipaux fait maintenant partie d’un réseau qui comprend également d’autres lieux. Il comprend cinq musées. Outre le Palazzo dei Musei, la galerie Parmeggiani, le musée Tricolore, le musée d’histoire de la psychiatrie et le Temple Musée de la Sainte Vierge de la Ghiara. Le réseau comprend également deux sites monumentaux (la synagogue et le mauricien), trois lieux d’exposition (Spazio Gerra, Chiostri de San Domenico, Officina delle Arti) et la Biblioteca delle Arti.

Les musées municipaux, poursuivant dans le temps l’objectif de préservation des témoignages de la ville de Reggio Emilia et du territoire provincial de Reggio Emilia, ont simultanément encouragé la recherche scientifique, le savoir et le plaisir du public par le biais d’activités éducatives et pédagogiques. L’engagement et le rôle de promoteurs dynamiques de services culturels et éducatifs ont été assumés – dans les domaines disciplinaires qui caractérisent le patrimoine – en collaboration avec d’autres entités locales, publiques et privées: surintendances, universités, autorités locales, instituts de recherche, associations culturelles.

Galerie Parmeggiani
La galerie Parmeggiani est un épisode intéressant à collectionner qui a vu la collection à Reggio Emilia en 1925, dans un bâtiment érigé spécialement par Luigi Parmeggiani, trois collections du XIXe siècle: peintures, meubles et tissus appartenant à la collection du peintre, collectionneur et antiquaire Ignacio Leon y Escosura, armes et orfèvres proviennent de l’atelier parisien Marcy, tandis qu’une salle est consacrée à la production picturale de Cesare Detti.

Museo del Tricolore
Le Museo del Tricolore de Reggio Emilia a une longue histoire.

La collection est lancée par Gaetano Chierici, puis grandement enrichie par Naborre Campanini. Pour lancer l’idée du musée, l’historien Ugo Bellocchi a été chargé en 1966 de la reconstruction documentaire du modèle du premier Tricolore; Entre 1985 et 1987, le musée a trouvé une première place dans certaines salles adjacentes à la salle historique Tricolore, dans un cadre financé par le Lions Club d’hôte Reggio Emilia.

Les célébrations du bicentenaire de 1997 créent les conditions d’une relance et d’une nouvelle exposition, inaugurée le 7 janvier 2004 par le Président de la République, Carlo Azeglio Ciampi. La visite du musée, organisée par Maurizio Festanti, ne comprend au début qu’une section consacrée à la période de 1796 à 1814, années cruciales des événements politiques qui ont conduit à la naissance du drapeau italien à Reggio Emilia. Une deuxième section, inaugurée en 2006, continue l’histoire de l’histoire du drapeau, des révoltes de 1820-1821 à la conquête définitive de l’indépendance et de l’unité reconnaissant le symbole de la nouvelle nation sous la bannière tricolore.

Musée du sanctuaire de la Beata Vergine della Ghiara
En 1982, par le testament des temples et des musées municipaux, le musée et la trésorerie de la basilique della Ghiara sont nés. Installé dans certaines pièces du rez-de-chaussée du bâtiment qui sépare les deux cloîtres du musée, il accueille des objets liturgiques et des dons qui, au fil des siècles, sont parvenus au temple en signe de dévotion pour l’image miraculeuse du Madone. a donné lieu à la trésorerie de la basilique.

Le musée est composé de trois salles d’exposition et d’une salle didactique abritant la prétendue “sinopia” de la fresque de la Madonna della Ghiara, peinte par Giovanni Bianchi et intitulée Il Bertone en 1573 d’après un dessin de Lelio Orsi. Parmi les objets d’importance particulière, on trouve dans la première salle les “chandeliers ducaux”, offerts par le duc de Modène, Francesco I d’Este: destinés à garnir l’autel de la Madone les jours de fête, ils ont été confectionnés Rome par les orfèvres Gianfrancesco Frangi et Marco Marchi entre 1631 et 1634. Dans la deuxième salle sont conservés des vases et autres objets de mobilier liturgique. Dans la troisième salle se trouve la “couronne de 1674”, un magnifique bijou offert par la Communauté de Reggio à la Madone pour avoir préservé la ville de la peste.

Le parcours de l’exposition est complété par la “salle du trésor”, qui abrite des reliquaires, des ex-voto, des vases sacrés et d’autres objets d’ameublement.

Musée d’Histoire de Psychiatrie
La collection du musée a une histoire ancienne: elle a été créée par le directeur Carlo Livi en 1875 pour montrer les progrès réalisés, les découvertes et les applications qui faisaient la fierté de la science psychiatrique et de son institution et ont été élargies par les directeurs successifs gardé certains des objets de soins qui ne sont plus utilisés.

Après l’exposition Il rim del contagio (1980) au pavillon Lombroso, les objets ont été conservés à la bibliothèque scientifique Carlo Livi, avant d’être exposés ici.

Des collections
Les musées municipaux de Reggio sont hébergés dans le Palazzo dei Musei depuis 1830. Ils contiennent des collections et des collections relevant de l’archéologie (mosaïques romaines, Museo Chierici, section du Portique des Romains, musée romain, Musée de la préhistoire et de la protohistoire, Ethnographie, etc.). Histoire de l’art (Galleria Fontanesi, Galleria dei Marmi-section médiévale, mosaïques médiévales), Histoire naturelle (Collection Spallanzani, collections zoologique, anatomique, botanique, géo-minéralogique et paléontologique), Histoire de la ville (Musée d’art industriel, vitrine de les scientifiques de Reggio).

Collection “Lazzaro Spallanzani”
En 1799, à la mort de Lazzaro Spallanzani, la municipalité de Reggio Emilia acquit la “petite collection de productions naturelles” créée par le scientifique dans les pièces de son domicile à Scandiano. Il comprend des découvertes zoologiques, notamment des formes de vie marines, paléontologiques, minéralogiques, lithologiques et botaniques, ainsi que des objets de décoration, tels que des peintures, des tables et des bibelots, témoignant de la diversité des intérêts du scientifique, dans son hétérogénéité. . La collection, conservée intacte dans sa consistance du XVIIIe siècle, est depuis 1830 installée dans les salles du Palazzo dei Musei. Le plan actuel est lié au réaménagement réalisé en 1883 par Alfredo Jona, qui regroupe dans une première salle les objets personnels et les meubles, ainsi que les trouvailles de l’usine, et comporte le reste,

Musée de la palétologie “Gaetano Chierici”
L’expression directe de l’œuvre culturelle du fondateur, le prêtre Gaetano Chierici, est un précieux témoignage de la science et de la muséologie de la fin du XIXe siècle. En 1862, Chierici a commandé le Cabinet des antiquités Patria, agrandi en 1870 pour devenir un musée d’histoire de la patrie, dont le noyau est la collection de paletnologie. Conservé dans les meubles et dans la disposition originale, il représente l’expression la plus directe du travail d’un palétologue à l’époque des recherches préhistoriques, également affirmées en Italie. L’exposition est divisée en trois séries. La première rassemble les matériaux archéologiques de la province de Reggio Emilia. Les deux séries lui sont toujours subordonnées de documents extraprovinciaux illustrant respectivement l’archéologie d’autres régions italiennes et de documents pertinents pour les cultures archéologiques et ethnologiques d’autres pays européens et d’autres continents. Une quatrième section expose des “sépulcres” transportés intacts dans le musée. Dans la série locale, les documents, entièrement montrés, sont classés par ordre chronologique et subdivisés par origine, par sujet, par technologie, par type. Dans cette méthode de travail positiviste, les contributions de la géologie, des sciences naturelles et de l’anthropologie sont renforcées. À la mort de son fondateur (1886), la collection a été rebaptisée Musée de la palétologie “Gaetano Chierici”. par type. Dans cette méthode de travail positiviste, les contributions de la géologie, des sciences naturelles et de l’anthropologie sont renforcées. À la mort de son fondateur (1886), la collection a été rebaptisée Musée de la palétologie “Gaetano Chierici”. par type. Dans cette méthode de travail positiviste, les contributions de la géologie, des sciences naturelles et de l’anthropologie sont renforcées. À la mort de son fondateur (1886), la collection a été rebaptisée Musée de la palétologie “Gaetano Chierici”.

Zoologie
Les collections zoologiques des musées municipaux, réaménagées dans le centre d’exposition de la Sala Antonio Vallisneri au XIXe siècle, comprennent trois collections. Un premier noyau consiste en une sélection de collections zoologiques du XIXe siècle et du début du XXe siècle, disposées de manière systématique dans les fenêtres périphériques de la salle. La préparation taxidermique singulière d’un jeune cachalot est d’une curiosité particulière. Un deuxième noyau est constitué par la collection de la faune africaine du baron Raimondo Franchetti, composée de nombreux prototypes d’artiodactyles et de spécimens préparés dans des positions théâtralisées pour reconstituer des scènes de prédation, à laquelle est ajouté un grand spécimen de crocodile du Nil. des piliers au centre de la salle sont mis en place et une section dédiée à la faune de la région de Reggio. Les différents environnements naturels de la province sont pris en compte, depuis la crête des Apennins vers le Pô, depuis les forêts de montagnes et de collines, jusqu’à la campagne et les plaines, en passant par les zones humides, sans négliger la ville. Outre la faune sédentaire, les espèces migratrices sont considérées, celles récemment introduites et celles autrefois présentes et actuellement disparues du territoire.

Atrium des mosaïques
Le vestibule et l’atrium des musées municipaux abritent une précieuse collection de fragments de mosaïque d’origine romaine et médiévale, issus de fouilles et de découvertes faites dans des maisons privées et de l’architecture de la ville. Discentium commodo, advenarum spectaculo (pour servir les études, pour le plaisir des visiteurs) est l’inscription peinte sur la porte d’entrée, qui précise l’objet du Musée, véritable temple de la mémoire de la patrie. Entre 1873 et 1878, Gaetano Chierici installa le vestibule puis l’atrium. Son projet d’exposition aurait été achevé par Naborre Campanini entre 1910 et 1920. Le mur sud du vestibule abrite des échantillons de marbres colorés et des portions de sols en mosaïque à fond géométrique noir et blanc, provenant de maisons d’habitation situées au centre du Reggio romain.

Géologie
La section consacrée aux sciences de la Terre a pour objectif de fournir un aperçu des caractéristiques lithologiques, minéralogiques et paléontologiques de la région de Reggio. Les différentes formations rocheuses de la région de Reggio avec leur contenu minéralogique et, le cas échéant, paléontologiques, du triasique de Gessi della Valle del Secchia et du jurassique des masses ophioliques au quaternaire des gisements continentaux sont illustrées par ordre chronologique; du pedeappennino. Plus particulièrement, la richesse fossilifère des argiles du Pliocène et les restes de grands mammifères terrestres (éléphants du Sud, rhinocéros étrusques) découverts dans les années 70 dans les ruisseaux Crostolo et Modolena, à une courte distance de la ville de Reggio, la minéralogie de certaines espèces particulières du territoire de Reggio sont mises en évidence. Parmi les découvertes paléontologiques les plus importantes, on trouve le crâne de Mosasauro trouvé à San Valentino di Castellarano, dont une distribution est conservée, le “fossile de Toano”, le “Balena Valentina” et les faunes de villafranchiane des torrents Crostolo et Modolena.

Portique dei Marmi et Cloître
L’aile sud du cloître abrite, en lien direct avec la Collection de palétologie, la deuxième partie du musée d’histoire de la patrie de don Gaetano Chierici. Fondée en 1869 pour rassembler les matériaux romains du sous-sol de Brescello et ceux romains et médiévaux de la capitale, rassemblés auparavant sous le portique de l’hôtel de ville (1775), elle fut officiellement ouverte au public en 1875, aménageant le cloître adjacent. dans le jardin.

Botanique
Douze herbiers font partie des collections naturalistes des musées. Ils constituent un bref résumé des études et des classifications botaniques réalisées du milieu du XVIIe siècle à la fin du XXe siècle. Parmi ceux-ci, le plus ancien est “l’Antico Erborario del Santo Spirito in Reggio”, un livre relié datant probablement du milieu du dix-septième siècle. Également du XVIIe siècle, le “Herborarium Zanonium”, divisé en plusieurs fascicules, dont deux datés de 1673 et 1674, attribuable aux travaux du botaniste Jacopo Zannoni (1615-1682). Parmi les herbiers des XVIIIe et XIXe siècles, qui comprennent également la collection conservée dans la collection Spallanzani, se distingue celui de l’agronome Filippo Re (1763-1817), qui recueille dans 158 cas plus de 8000 espèces de plantes, locales et exotiques, ordonnées selon le linneana systématique. Il est rejoint par celui du collaborateur Giovanni Fabriani. Les herbiers d’Antonio Cremona Casoli (1870-1949), qui, notant les stations de collecte, offrent une image de la flore locale au début du XXe siècle, présentent un intérêt particulier au tournant des XIXe et XXe siècles. de Carlo Casali (1870 – 1930). L’herbier de Giuseppe Branchetti (1923-2009), consacré à la flore de Reggio Emilia, et la collection de champignons hypogeum d’Amer Montecchi, récemment réalisés. Les plantes médicinales sont associées à une précieuse collection de modèles de champignons en plâtre et à la cire et à une collection de modèles botaniques. et celle de Carlo Casali (vers 1870-1930). L’herbier de Giuseppe Branchetti (1923-2009), consacré à la flore de Reggio Emilia, et la collection de champignons hypogeum d’Amer Montecchi, récemment réalisés. Les plantes médicinales sont associées à une précieuse collection de modèles de champignons en plâtre et à la cire et à une collection de modèles botaniques. et celle de Carlo Casali (vers 1870-1930). L’herbier de Giuseppe Branchetti (1923-2009), consacré à la flore de Reggio Emilia, et la collection de champignons hypogeum d’Amer Montecchi, récemment réalisés. Les plantes médicinales sont associées à une précieuse collection de modèles de champignons en plâtre et à la cire et à une collection de modèles botaniques.

Anatomie
Composées de matériaux recueillis au XIXe et au début du XXe siècle, les collections anatomiques comprennent des préparations taxidermiques et ostéologiques, des artefacts conservés dans des modèles liquides et didactiques afin de documenter trois thèmes principaux: l’anatomie comparée, visant à montrer les similitudes et les différences entre les organes squelettiques et internes différentes espèces animales, l’anatomie humaine, illustrée par des découvertes et des modèles éducatifs, et la tératologie, la science qui traite des malformations.
Certaines préparations taxidermiques-ostéologiques, qui permettent de visualiser sur le même exemple de morphologie externe et de squelette, une vaste collection de découvertes tératologiques tant chez l’homme que chez l’animal, avec différents exemples de «jumeaux siamois». En ce qui concerne l’anatomie humaine, le squelette du «géant» et du crâne humain se caractérise par une augmentation anormale du tissu osseux. Parmi les modèles, la tête en cire “pelée” présente un grand intérêt.

Collection d’ethnographie
Gaetano Chierici souhaitait trouver le noyau le plus ancien de la collection ethnographique Reggian, dans la Collection de paletnologie, lorsque, dans le contexte culturel des études préhistoriques émergentes, un intérêt pour les populations non européennes émergeait, fondé sur des théories inspirées par la conception évolutionniste. de l’histoire humaine. Les collections de documents ethnographiques, qui ont continué à arriver au Musée même après la mort des Clercs (1886), sont maintenant placées dans un nouvel arrangement d’exposition (1999) qui propose l’intégration des collections du Musée des antiquités de Parme au Collection de Reggio. , acquise en 1970 par Giancarlo Ambrosetti.

Collections archéologiques
La décision de sauvegarder les collections historiques sur le faux-plancher du Palazzo dei Musei a conduit à la création de nouvelles collections archéologiques, afin de documenter les recherches effectuées sur le territoire de Reggio Emilia après le décès de Gaetano Chierici (1886), en particulier depuis les années 1970. siècle. Destinées à être réorganisées dans les années à venir, les nouvelles collections archéologiques sont actuellement divisées en Collections de la Préhistoire et de la Protohistoire et dans le hall de Reggio Romana.

Galerie Antonio Fontanesi
Située au deuxième étage du Palazzo dei Musei, la galerie vous permet de suivre les événements artistiques de Reggio Emilia du XIVe siècle à la première moitié du XXe siècle, en présentant environ cent quatre-vingt peintures.
La première exposition, datant de 1901 à 1904, était plutôt située à l’étage inférieur, dans les salles de l’ancienne sacristie du couvent. Ici, Naborre Campanini avait exposé les œuvres d’art appartenant à la ville (précédemment conservées à l’École des beaux-arts) et promu une importante campagne de dépôts des principales institutions publiques (la même école des beaux-arts, l’Hôpital, le Monte di Pietà ) sur laquelle repose aujourd’hui encore la consistance patrimoniale de la Galleria. En 1929, Emilio Spagni a transféré les œuvres au premier étage, suivies des œuvres de Marianna Prampolini Tirelli et de Mario Degani. En 1977, Giancarlo Ambrosetti a proposé le nouveau système qui privilégie les œuvres qui se rapportent exactement à la région de Reggio, telles qu’elles sont produites à Reggio par des artistes de Reggio ou mieux, car elles peuvent être liées à des épisodes et à des phénomènes de l’histoire culturelle et productive de la ville. Dans les années 80, la collection a été intégrée à une importante campagne d’acquisitions qui innove considérablement le patrimoine. En 1995, le chemin s’est élargi dans l’aile est du couvent et a permis de présenter de nombreuses œuvres du XIXe siècle, documentant ainsi les résultats picturaux locaux jusqu’à la première guerre mondiale.

Bibliothèque des arts
La bibliothèque des musées municipaux de Reggio Emilia existe depuis Gaetano Chierici, fondateur du Museo di Storia Patria (1870). Elle s’appelle Bibliothèque des arts et constitue depuis de nombreuses décennies une référence fondamentale pour les archéologues, les historiens de l’art et les spécialistes des disciplines anthropologiques et ethnographiques: elle est en effet spécialisée en archéologie et en histoire de l’art et peut compter sur 60 000 volumes. plus de 600 magazines.

Il est né dans le bâtiment historique du Palais des Musées, mais depuis 2009, il a été transféré dans les salles donnant sur la Piazza della Vittoria, le cœur de la ville, où se trouvent le théâtre Valli et le théâtre Ariosto, à l’intérieur du bâtiment Parmeggiani. étages accessibles aux handicapés par ascenseur.

Tags: