Parc de la Ciutadella, Barcelone, Espagne

Le parc de la Ciutadella est situé dans le quartier de Ciutat Vella à Barcelone. Pendant des décennies après sa création au milieu du XIXe siècle, ce parc a été le seul espace vert de la ville. Il était aménagé sur l’ancien terrain de la forteresse de la Citadelle, d’où son nom, à l’image et à la ressemblance du jardin du Luxembourg à Paris. Il a été conçu par Josep Fontserè i Mestre et inauguré en 1881. Quelques années plus tard, en 1888, il a accueilli l’Exposition universelle de Barcelone. Le terrain de 280 000 m2 comprend le zoo de la ville, le Palau del Parlament de Catalunya, un petit lac, des musées et une grande fontaine conçue par Josep Fontserè.

Il est situé dans le quartier de la Ribera, dans le triangle entre la gare de France, l’Arc de Triomphe et le village olympique. Il est délimité par quatre itinéraires principaux: le Paseo de Pujades, le Paseo de Picasso, le Paseo de Circumvallación et la Carrer de Wellington. Il a dix entrées et a une superficie de 17,42 hectares (31 avec le zoo de Barcelone). C’est le plus grand parc urbain de Barcelone après Montjuïc.

Dans le parc se trouve l’ancien arsenal de la Citadelle, siège actuel du Parlement de Catalogne, ainsi que des installations du musée des sciences naturelles de Barcelone comme le musée Martorell (siège historique du musée des sciences naturelles depuis 1882 mais constitué de musée de géologie de 1924 à 2010) et le Château des Trois Dragons (Musée de Zoologie du Musée des Sciences Naturelles de 1920 à 2010). L’Umbracle et la Serre, consacrés à la conservation des espèces botaniques, font également partie du Musée des Sciences Naturelles. Le Parc de la Ciutadella abrite également le zoo de Barcelone et plusieurs bâtiments comprenant une église et une école (IES Verdaguer). Sur son territoire se trouve une vaste collection d’art public qui en fait un musée de sculptures à ciel ouvert.

Histoire
En 1714, pendant la guerre de Succession d’Espagne, Barcelone fut assiégée pendant 13 mois par l’armée de Philippe V d’Espagne. La ville tomba, Philippe V construisit la citadelle de Barcelone, à cette époque la plus grande forteresse d’Europe. En 1841, les autorités de la ville ont décidé de détruire la forteresse, qui était détestée par les citoyens de Barcelone. En 1869, le général Prim décida de céder ce qui restait de la forteresse à la ville et certains bâtiments furent démolis sous les ordres catalans.

La chapelle (aujourd’hui l’église paroissiale militaire de Barcelone), le palais du gouverneur (aujourd’hui l’école secondaire Verdaguer) et l’arsenal (qui abrite aujourd’hui le Parlement catalan) subsistent, le reste du site étant transformé en parc contemporain par l’architecte Josep Fontsére en 1872. Dix-neuf ans plus tard, en 1888, Barcelone a organisé l’extravagance de l’Exposition universelle de Barcelone, inspirée du maire Rius i Taulet, et le parc a été redessiné avec l’ajout de sculptures et d’autres œuvres d’art complémentaires. Cela a marqué la conclusion de la vieille Barcelone provinciale et sans progrès et la création d’une ville cosmopolite moderne. De ce point jusqu’en 1892, la moitié de la configuration du parc a été à nouveau améliorée afin d’obtenir un espace suffisant pour le zoo.

Origines
La parcelle sur laquelle se trouve le parc de la Ciutadella se trouve dans le district de Ribera, dans la partie orientale de la plaine alluviale de la rivière Besòs. À l’époque médiévale, il était situé à l’extérieur des murs de la ville. C’était un quartier de pêcheurs et de marins, dont les principaux bâtiments étaient l’église de Santa Maria del Mar et les couvents de Sant Agustí et Santa Clara. En 1700, la mort sans enfant du roi Charles II provoque un conflit de succession qui donne lieu à la guerre de succession d’Espagne (1701-1714), dans laquelle interviennent les principales puissances européennes: la France en défense du prétendant Philippe de Bourbon – futur Philippe V – et le Saint Empire romain germanique, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et le Portugal en faveur de Charles d’Autriche – futur empereur Charles VI.

La Catalogne a d’abord opté pour Felipe, qui a juré les constitutions catalanes devant le Parlement en 1701. Cependant, certains excès commis par le vice-roi Francisco Antonio de Velasco, ainsi que d’autres facteurs, ont provoqué un tournant dans les sympathies de certains dirigeants catalans, qui en 1705 se sont rangés du côté Charles. Philippe V a tenté de reprendre la capitale catalane en 1706, avec une armée qui a assiégé Barcelone par terre et par mer, mais a été contraint de se retirer. Néanmoins, le succès de l’offensive française dans les batailles d’Almansa (1707), Brihuega et Villaviciosa (1710) et le retrait du prétendant autrichien après son intronisation comme empereur en 1711 (Traité d’Utrecht, 1713), laissèrent la Catalogne tranquille. Barcelone a subi un siège prolongé (14 mois), jusqu’à ce que la ville soit prise le 11 septembre 1714.

Pour garder la ville sous contrôle ferme Philippe V ordonna la construction d’une forteresse, la Citadelle, en tant que partie intégrante d’un complexe militaire pour dominer la ville dans laquelle, à côté de la Citadelle elle-même, le château de Montjuïc, un ancien bastion situé à le sommet de la montagne du même nom. La construction de la Citadelle a été commandée par l’ingénieur militaire flamand Joris Prosper Van Verboom et a été réalisée entre 1716 et 1751. C’était un bastion pentagonal fortifié, avec un fossé protecteur et une esplanade de 120 m de séparation entre les murs et les bâtiments environnants .

Pour sa construction, il a fallu démolir une partie du quartier de La Ribera: 1200 maisons ont été démolies, le Rec Comtal a été détourné et plusieurs bâtiments d’intérêt artistique ont été démolis, comme les couvents de Sant Agustí, Santa Clara et Mare of God of Mercy, l’église de Santa Marta et l’hospice de Montserrat. Au total, environ 4 500 personnes ont été expulsées, n’ont reçu aucune compensation et ont été livrées à elles-mêmes. Certains ont été déplacés trois décennies plus tard dans le nouveau quartier de la Barceloneta, sur des terres acquises en mer.

La forteresse était formée de cinq bastions (du roi, de la reine, du prince, de Don Felipe et de Don Ferran), reliés par des murs rectilignes avec des revellins, et avait deux autres petites fortifications à proximité, le fort Pie et celui de Don Carles. À l’intérieur, la tour de Sant Joan servait de prison et était accompagnée de plusieurs bâtiments pour la caserne, dont l’arsenal, la chapelle et le palais du gouverneur. Il est à noter que la tour Saint-Jean avait été le clocher de l’église Sainte-Claire, qui a été utilisé pour sa nouvelle fonction après quelques réformes.

Au fil du temps, la Citadelle est devenue un symbole de répression et de nombreux prisonniers politiques y ont été exécutés, notamment pendant l’occupation napoléonienne et pendant le gouvernement absolutiste de Ferdinand VII. Entre 1828 et 1830, le capitaine général Charles d’Espagnac a commencé une répression brutale contre les libéraux, avec des centaines d’exécutions et des milliers d’emprisonnements, généralement sans procès ni preuves. En 1836, la nouvelle parvint à la ville des excès commis par les carlistes conduisant la foule à prendre d’assaut la prison de la Citadelle et à tuer une centaine de prisonniers de guerre carlistes. En 1841, le conseil de surveillance formé dans la ville après l’accession au pouvoir du général Espartero a commencé la démolition de la forteresse, mais l’échec du coup d’État anti-spartiate d’O ‘

Cependant, au début du XIXe siècle, diverses améliorations urbaines ont été apportées autour de la Citadelle, comme l’ouverture du Passeig de l’Esplanada (1797), large avenue sillonnée de peupliers et d’ormes et ornée de fontaines ornementales, qui jadis c’était le principal espace vert de la ville, disparu lors des travaux d’urbanisation du parc de la Citadelle; ou l’installation en 1816 du Jardin du Général, premier jardin public de la ville, à l’initiative du capitaine général Francisco Javier Castaños, d’une superficie de 0,4 ha, disparu en 1877 également lors de l’aménagement du parc.

En 1854, les murs médiévaux de la ville ont été démolis, bien que cette circonstance n’ait pas affecté la forteresse. La démolition des murs a conduit à l’Eixample de Barcelone, qui a été canalisé avec un projet d’Ildefons Cerdà préparé en 1859: le plan Cerdà a institué un tracé orthogonal entre Montjuïc et Besòs, avec un système de rues rectilignes qui délimitaient une série de plan des îles. Dans les contours de Cerda, la citadelle était occupée par des immeubles d’habitation, à l’exception de la partie nord, où se trouvaient un parc et un centre de services; en revanche, ce secteur aurait été divisé par l’avenue Meridiana. Cependant, cette partie du plan Cerdà ne s’est pas concrétisée.

Enfin, avec le déclenchement de la Révolution de 1868, la voie est ouverte à la démolition de la Citadelle: le 12 décembre 1869, le gouvernement du général Prim approuve le décret qui cède la forteresse à la ville, à la condition que le terrain être affecté à un jardin public et le conseil municipal prend en charge le coût de la démolition. Tout a commencé par la démolition de la tour de Sant Joan, la prison militaire située sur la Plaza de Armas de la Ciutadella. De la forteresse d’origine, il ne restait que la chapelle (aujourd’hui paroisse militaire), le palais du gouverneur (actuellement un lycée, l’IES Verdaguer) et l’arsenal, l’actuel siège du Parlement de Catalogne, sont restés .. Les travaux de démolition ont été effectués par l’architecte municipal Antoni Rovira i Trias.

Projet de parc
Compte tenu de la perspective de la démolition de la Citadelle créée après la révolution de 1868, quelques avant-projets d’architectes et de maîtres constructeurs ont déjà vu le jour qui ont offert leurs propositions à la Mairie: ce fut le cas de Miquel Garriga et Roca (15 octobre 1868, 17 novembre 1868 et 29 septembre 1871), Josep Fontserè i Mestre (19 octobre 1868) et Ermengol Támaro (27 février 1869). Ils partageaient tous l’idée d’un grand espace de loisirs combiné à la construction d’une salle d’exposition, dans la lignée de celle construite en 1860 au Camp de Mart – une esplanade devant la Citadelle – pour la visite de la reine Elizabeth II.

Fontserè a conçu de grands jardins pour les loisirs des citoyens, inspirés des jardins européens tels que ceux de William Rent en Angleterre, d’André Le Nôtre en France ou des villages de loisirs de Rome et Florence. Parallèlement à l’espace vert, il a conçu une place centrale avec une salle d’exposition, une rocade, une fontaine monumentale et divers éléments ornementaux, deux lacs et une zone forestière, ainsi que plusieurs bâtiments et infrastructures auxiliaires, comme un marché (le Born ), un abattoir, un réservoir d’eau (actuelle bibliothèque universitaire Pompeu Fabra), un pont en fer sur les voies ferrées et plusieurs cabanes de service.

Le projet Fontserè a pris en compte son articulation avec l’Eixample de Cerdà: les routes principales du parc ont été encadrées avec la parcelle de Cerdagne, avec une orientation préférentielle vers la nouvelle partie de la ville à travers le Passeig de Sant Joan; la connexion avec la partie ancienne de la ville s’est faite par une transition orthogonale articulée au moyen du marché; les pistes du parc étaient différenciées entre celles destinées aux voitures à l’extérieur et les sentiers pédestres à l’intérieur. Même le palais prévu sur la place centrale, nommé d’après Fontserè de la Indústria i les Belles Arts, avait une disposition octogonale similaire aux îles de l’Eixample, dans lesquelles le

Ce projet n’a été réalisé que partiellement: l’élément non construit le plus important était le grand palais sur la place centrale, tandis qu’un seul des deux lacs a été installé. Il faut également garder à l’esprit que Fontserè n’avait pas l’intention de maintenir des bâtiments dans la Citadelle, comme ce fut finalement le cas. Quant au projet paysager, Fontserè conjugue la rationalité des parterres d’appartenance classiciste à l’exubérance et la lanification des jardins romantiques, dans un exercice d’éclectisme typique de l’architecture historiciste du milieu du XIXe siècle. Le 22 mars 1872, la direction des travaux est confiée à Fontserè, à la tête d’une commission composée des architectes Elies Rogent, Joan Torras i Guardiola et Antoni Rovira i Trias. Les premiers travaux ont été réalisés en 1873, bien que les travaux durent jusqu’en 1886.

La lenteur des travaux était principalement motivée par le fait que la commission n’abordait pas le projet dans son ensemble, mais approuvait progressivement des travaux partiels, ce qui a finalement conduit à la mutilation du projet original de Fontserè. Ils ont également été influencés par les difficultés budgétaires généralement motivées par l’alternance politique à la tête du conseil municipal, ainsi que par les poursuites avec les héritiers des anciens propriétaires terriens dépossédés par Philippe V pour la construction de la forteresse. Fontserè a eu la collaboration d’un jeune Antoni Gaudí, qui a participé au projet de la cascade monumentale, l’un des points névralgiques du parc, où il a réalisé le projet hydraulique et conçu une grotte artificielle sous la cascade. Il a aussi probablement travaillé sur le portail d’entrée et sur la balustrade du monument à Aribau.

Les travaux de jardinage étaient sous la responsabilité de Ramon Oliva, directeur des jardins publics de Barcelone depuis 1874 et également responsable de divers projets de jardinage dans d’autres villes espagnoles, comme le Campo Grande à Valladolid et le Campo del Moro à Madrid. Oliva, formée en Belgique, a appliqué au jardinage les innovations de la révolution industrielle, notamment dans l’utilisation des machines, mais aussi dans la gestion avec des critères commerciaux. Les premiers travaux ont été réalisés dans le quartier du Born, où l’ancien Paseo de la Esplanade a été converti en un nouveau quartier résidentiel, dont les bénéfices ont servi à couvrir les travaux du parc; le marché Born a également été construit ici. En 1874, la restauration de la monarchie affaiblit la position de Fontserè, qui était républicain, et à partir de l’année suivante, toutes ses interventions devaient être préalablement approuvées par Rovira et Trias. Cela signifiait, par exemple, que le projet Fontserè pour le musée botanique – enfin le musée Martorell – a été rejeté et remplacé par un autre par Rovira.

L’arrivée du maire de Rius i Taulet en 1881 relança le projet et au cours des années suivantes de nombreux travaux furent achevés, comme la Gran Cascada en 1882, l’Umbracle en 1883 – construit selon un dessin de Fontserè – ou les Swiss Cowboys – un café-restaurant situé à côté de la gare de France – en 1884. Cependant, en 1884, il fut convenu de conserver plusieurs bâtiments de l’ancienne forteresse et de les convertir en musées et palais. des expositions, qui ont définitivement éliminé le projet fontesien d’un grand palais central. En 1888, le pont de la section maritime a été construit, qui reliait le parc à la mer au-dessus des voies ferrées, œuvre de l’ingénieur Gaietà Buïgas, guerre civile.

En revanche, dans les années 1880, une nouvelle conception d’un parc plus symbolique et lié au catalanisme émerge, loin de l’asepsie politique que Fontserè lui a donnée, fait qui se matérialise dans des monuments tels que ceux dédiés à Prim ou à Aribau, ou en le projet d’une galerie d’illustres Catalans qui prendrait forme au tournant du siècle avec le placement de plusieurs bustes d’éminents Catalans dans diverses activités.

Un parc scientifique
Le Parc de la Ciutadella a été conçu comme un parc de diffusion des sciences et de la culture, dans le cadre des progrès scientifiques réalisés au XIXe siècle. De nombreux travaux architecturaux réalisés ont répondu à cet objectif, comme l’Ombre et la Serre, qui, à côté d’un jardin botanique qui n’a pas été finalement créé, étaient des représentants de la conservation et de la diffusion des espèces botaniques; ou le musée Martorell, qui à côté du zoo est dédié aux sciences naturelles. En raison de l’emplacement de ces musées, Fontserè s’est inspiré du Jardin des Plantes à Paris, dont les musées d’histoire naturelle sont situés sur les côtés. En plus des échantillons exposés à l’intérieur des musées, plusieurs exposants de contenu scientifique ont été placés le long du parc: à l’extérieur du musée Martorell, une série de pierres et de roches d’origines diverses ont été placées, ainsi qu’un dolmen et un menhir de Campmany (Alt Empordà); bien que les deux derniers ne soient plus ici, la collection de roches est toujours visible devant le musée.

En face de l’Umbracle se trouvait également un parc météorologique, planifié par le marin, historien et météorologue Josep Ricart i Giralt en 1884, qui comprenait une colonne météorologique et une table en marbre avec des distances entre Barcelone et les principales villes du monde. Le premier comprenait un cadran solaire, un thermomètre, un baromètre et un hygromètre, en même temps que la colonne de marbre, prismatiquement, marque les quatre points cardinaux; les appareils ont été perdus et aujourd’hui seule la colonne subsiste. Quant à la table des distances, elle est conçue dans le style Beaux-Arts, et a un point au centre qui indique Barcelone et le reste des villes placées radialement.

D’autre part, il était prévu de faire une série de répliques d’animaux préhistoriques, dont seul le mammouth a été fabriqué, œuvre de Miquel Dalmau de 1907, située à côté du lac. Il devait aussi y avoir un parc géologique, dont le seul élément constitué était une réplique de la montagne de Montserrat, qui est encore préservée à l’intérieur du zoo, dédiée à la faune ibérique. L’ensemble a été complété par la cascade, qui comprenait un aquarium et une grotte avec des stalactites, maintenant fermées au public.

L’exposition universelle de 1888
L’idée d’organiser une exposition universelle à Barcelone a été reprise par l’homme d’affaires galicien Eugenio Serrano de Casanova, mais étant donné l’impossibilité de Serrano de mener seul l’événement, le projet a été repris par le conseil municipal présidé par Francesc Rius i Taulet. Le concours était initialement prévu pour 1887, mais le retard dans l’organisation de l’événement a conduit à son report à l’année suivante, une date qui a même été quelque peu ajustée pour le conclure avec succès. mais comme une nouvelle exposition à Paris était prévue pour 1889, elle ne pouvait plus être retardée.

Le 30 avril 1886, Fontserè fut démis de ses fonctions de directeur des travaux du parc, car il avait hésité à accueillir l’exposition dans les locaux, qui auraient été affectés par les travaux de l’événement; à sa place, le directeur Elies Rogent a été nommé. Le nouvel architecte dut surmonter de nombreuses difficultés, dont l’abandon définitif de l’armée des installations militaires, comme jusqu’au 4 septembre 1888 le dernier bâtiment, l’arsenal. Rogent a étendu le tissu urbain du parc à travers le Saló de Sant Joan, le Passeig de la Duana et vers la mer à travers la partie maritime de l’événement. Parallèlement aux nouvelles constructions, il a intégré les bâtiments de l’ancienne forteresse et réalisé divers travaux d’infrastructure dans le parc, notamment en termes de jardinage, d’éclairage et d’approvisionnement en eau.

L’Exposition universelle a eu lieu du 8 avril au 9 décembre 1888. Outre la section officielle, 22 pays du monde entier y ont participé et ont reçu environ 2 240 000 visiteurs. L’incitation des événements du salon a conduit à l’amélioration des infrastructures dans toute la ville, ce qui a fait un énorme bond en avant vers la modernisation et le développement. Mais c’était le banc d’essai d’un nouveau style artistique, le modernisme, qui jusqu’au début du XXe siècle était ce qui prévalait dans les nouvelles constructions de la ville.

Pour l’exposition, l’Arc de Triomf a été construit, conçu par Josep Vilaseca dans un style néo-mudéjar. Parmi les pavillons de l’enceinte, les plus démolis après le concours, se distinguaient le Palais des Beaux-Arts, l’œuvre d’August Font i Carreras, ainsi que le Palais de l’Industrie, de Jaume Gustà i Bondia. A noter également le pavillon de la Transatlantic Company, d’Antoni Gaudí, et l’International Hotel, de Lluís Domènech i Montaner. Le monument à Colomb a été construit à l’extérieur du site, œuvre de l’ingénieur Gaietà Buïgas, avec une sculpture du découvreur de Rafael Atché.

En revanche, tout le front de mer de la ville a été urbanisé, entre le parc de la Ciutadella et la Rambla, grâce à la construction du Passeig de Colom et d’une nouvelle jetée, le Moll de la Fusta. De plus, l’urbanisation a commencé sur la Plaça de Catalunya, un processus qui aboutirait en 1929 grâce à une autre exposition, International Electrical Industries; la Riera d’en Malla a été couverte, donnant lieu à la Rambla de Catalunya; l’Avinguda del Paral • lel a commencé et le Passeig de Sant Joan en direction de Gràcia et la Gran Via de les Corts Catalanes à l’ouest ont été prolongés. Un éclairage électrique a également été fourni dans les premières rues de Barcelone: ​​La Rambla, Passeig de Colom, Plaça de Sant Jaume et l’intérieur du Parc des Expositions.

Plusieurs des bâtiments construits pour l’exposition ont été conservés: le restaurant (connu sous le nom de Castell dels Tres Dragons et appartenant au Musée des Sciences naturelles depuis 1920), œuvre de Lluís Domènech i Montaner; la serre, l’oeuvre de Josep Amargós; le musée Martorell (siège historique du musée des sciences naturelles), par Antoni Rovira i Trias; et l’Umbracle, de Josep Fontserè.

Développement ultérieur
Après l’exposition, l’euphorie initiale avec laquelle la conception du parc avait été entreprise s’est estompée et de nombreux projets initialement pensés pour l’enceinte sont restés dans l’encrier, comme un panthéon d’illustres Catalans, une bibliothèque d’auteurs catalans, un jardin botanique ou le conversion de l’ancien arsenal en palais royal.

Les interventions suivantes dans le parc ont suivi les lignes générales du projet Fontserè, bien qu’avec des modifications. L’objectif est resté un parc dédié aux loisirs, à la culture et au symbolisme catalans. Les premiers travaux visaient à démanteler les pavillons construits provisoirement pour l’Exposition – dont certains sont restés jusque dans le XXe siècle, comme le Palais des Beaux-Arts ou la nef centrale du Palais de l’Industrie., Ainsi que la restauration et dont la consolidation devait rester permanente. Les principales difficultés ont été d’harmoniser au sein du parc la zone de l’ancienne cour et l’espace en demi-cercle laissé par le Palais de l’Industrie.

Le zoo a été inauguré en 1892, avec des animaux de la collection privée de Lluís Martí i Codolar. Deux ans plus tard, en 1894, au cours des travaux de réaménagement du parc, deux places avec fontaines ont été situées, situées de part et d’autre de la nef centrale du Palais de l’Industrie. Le premier, la source de l’Aigle, a été démoli en 1963 au cours de quelques travaux d’agrandissement du Zoo; le second, La Dame au parapluie, de Joan Roig i Solé de 1884, se trouve actuellement à l’intérieur du zoo.

En 1904, un vélodrome est installé sur la place principale du parc, composé d’une piste en bois pour les vélos et de supports en bois pour les spectateurs. Ouvert le 27 septembre, à la fin de la même année, il a été démantelé.

Au cours des premières années du XXe siècle, le parc a fait l’objet de nombreuses études pour établir des lignes directrices définitives sur sa fonction et sa localisation dans le tissu urbain, en particulier avant l’approbation en 1903 du nouveau projet urbain de Barcelone, le Plan Jaussely. L’ancien arsenal a été restauré par Pere Falqués entre 1904 et 1915, et cette dernière année, il a été inauguré en tant que musée d’art moderne. En revanche, à partir de 1905, l’idée est venue de tenir une autre exposition internationale – qui n’a eu lieu qu’en 1929 -, de sorte que la scène de la Citadelle a été à nouveau mélangée, plus tard reléguée par la montagne de Montjuïc.

Les Jeux Floraux ont eu lieu au Palau de Belles Arts depuis 1908 et l’idée est née de placer un buste dédié à un illustre personnage catalan comme point culminant chaque année, reprenant le vieux projet d’un illustre Catalans, bien que dans ce cas à l’extérieur. Cette coutume fut suivie jusqu’en 1913, date à laquelle l’année suivante elle fut interrompue par le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Dans ces années, les bustes de Manuel Milà i Fontanals (1908), Emili Vilanova (1908), Marià Aguiló i Fuster (1909), Víctor Balaguer (1910), Lleó Fontova (1910), Teodor Llorente (1912) ont été placés. et Joan Maragall (1913). La plupart sont situés dans le soi-disant «jardin romantique» dans la partie ouest du parc.

En 1911, le parc d’attractions Saturno Park est installé dans l’ancienne cour de la forteresse. À l’époque, c’était le lieu de loisirs préféré des habitants de Barcelone, qui profitaient d’attractions telles que les montagnes russes Los Urales, le toboggan Water Chutt, la piste de voiture électrique Witching Waves et la patinoire Skating Ring. Le site ferma en 1921 et fut remplacé par un jardin dessiné par Jean-Claude Nicolas Forestier, qui comporte un bassin ovale avec la célèbre sculpture Desconsol, de Josep Llimona.

Le casino a été construit en 1916 entre le lac et la cascade, l’architecte Josep Planted style Renaissance française. Il avait deux étages, celui du bas pour un café-restaurant et celui du haut où se trouvait le casino. Il a été démoli en 1964.

L’architecte et paysagiste Nicolau Maria Rubió i Tudurí, directeur des parcs et jardins de Barcelone, a effectué quelques interventions dans le parc en 1927: il a ordonné la démolition du palais de l’industrie, restauré les jardins et les bâtiments, agrandi le zoo, dessiné un nouveau design pour la soi-disant promenade militaire – de la statue de Prim à la rue Wellington – agrandit les jardins conçus par Forestier et adapta la promenade de contournement à la circulation automobile.

En 1932, l’arsenal de l’ancienne forteresse est transformé en siège du nouveau Parlement de Catalogne, après la restauration de la Generalitat au début de la Seconde République. Le plan Macià, un projet urbain ambitieux élaboré par Josep Lluís Sert et Le Corbusier qui ne s’est pas concrétisé, prévoyait que tous les bâtiments du parc soient utilisés pour les institutions régionales.

Après la guerre civile, certains bâtiments et infrastructures endommagés par les bombardements ont été démolis, comme le Palais des Beaux-Arts ou le pont de la section maritime. L’arsenal est à nouveau dédié au Musée d’Art Moderne, inauguré en 1945. L’église, qui en 1934 avait été utilisée comme panthéon par le président de la Generalitat Francesc Macià, a été transformée en chapelle militaire. Le palais du gouverneur est devenu un lycée pour femmes.

Le nouveau conseil franquiste a négligé le parc pendant de nombreuses années et a même approuvé une expansion du marché de fruits et légumes adjacent qui a conduit à l’enlèvement de plusieurs rangées d’arbres du Paseo del General Martinez Anido (actuellement Picasso). Cette action a provoqué une réaction de l’opinion publique barcelonaise en faveur du parc, ce qui a conduit à le déclarer jardin historico-artistique le 21 décembre 1951, suite à un avis de l’Académie San Fernando de Madrid.

La période à la tête de la mairie de Josep Maria de Porcioles (1957-1957) a donné un nouvel élan au parc, qui a été restauré et où de nouveaux projets ont été élaborés. En 1956, l’agrandissement et la modernisation du zoo ont été approuvés, avec de nouveaux critères plus naturalistes et de nouvelles installations plus attrayantes pour le public. La limite du nouveau zoo, qui occupait plus d’un tiers de la surface du parc, a rendu inutilisables plusieurs sections du Paseo de Circumvallación, destinées en 1961 aux espaces verts. Entre 1958 et 1965, plusieurs projets voient le jour pour les enfants: une ville miniature, un jardin d’enfants avec une bibliothèque et un parc de circulation. Entre 1961 et 1964 les jardins du lac ont été réaménagés, ce qui a entraîné la démolition du casino situé dans cette zone.

Après la restauration de la démocratie, l’arsenal est revenu à son travail parlementaire et la collection d’art a été transférée au Musée national d’art de Catalogne. A ce stade, le parc a subi peu de modifications et ses lignes générales ont été maintenues. La plupart des interventions ont été réalisées dans ses environs: ouverture du tronçon inférieur de l’Avinguda Meridiana, enfouissement partiel des voies ferrées qui quittent la gare de France, transfert du marché des fruits et légumes, nouvelles stations de métro, tracé de la ceinture côtière et assainissement des plages, Jeux Olympiques de 1992.

En 1982, le Paseo del Born a été ouvert, qui reliait le marché à la basilique de Santa Maria del Mar, avec un projet de Roser Amadó et Lluís Domènech i Girbau. La rénovation a impliqué la rénovation du Passeig de Picasso, qui avait comme élément le plus remarquable l’installation du monument Hommage à Picasso, l’œuvre d’Antoni Tàpies.

A l’occasion du centenaire du parc en 1988, plusieurs travaux de réhabilitation ont été réalisés: l’Umbracle a été restauré, l’éclairage, le canal d’irrigation et le mobilier urbain ont été mis à jour, et de nombreuses espèces végétales ont été labellisées.

Parmi les dernières interventions réalisées figurent celles produites entre 2009 et 2010, qui ont généré toute une polémique: le terrain de jeu de la circulation a été supprimé, dont le terrain a été agglutiné dans le Zoo, avec la perte d’un des deux jardins d’agrandissement de la plaza d ‘ armes conçues par Rubió i Tudurí en 1927; et un centre sportif a été construit à côté de l’entrée du parc sur l’avenue de Picasso, ce qui a entraîné la perte de 2000 m2 de jardins.

Depuis le début du 21ème siècle, plusieurs projets ont été formulés pour réformer et agrandir le parc, dont l’un des principaux locaux serait de le relier à la plage, en sauvant les voies ferrées de la gare de France: un premier projet, développé par Enric Batlle et Joan Roig, a été proposé en 2003 sous la mairie de Joan Clos; en 2012, sous la mairie de Xavier Trias, un autre a été esquissé par Enric Ruiz-Geli; enfin, en 2018, un autre projet a été annoncé lors de la mairie d’Ada Colau, qui en plus d’étendre le parc à la mer comprendrait la réhabilitation de la Serre, de l’Umbracle et du Château des Trois Dragons.

parc
Le parc de la Ciutadella est de forme rectangulaire sur trois côtés et semi-circulaire dans sa partie orientale, marquée par le Paseo de Circumvallació. Chacun des trois côtés rectangulaires avait une promenade intérieure parallèle aux itinéraires extérieurs qui l’entourent, dont deux sont conservés: celui des tilleuls, parallèle à la promenade de Picasso, où le long d’eux les bâtiments survivants de l’exposition de 1888 ; et celle des Àlbers, parallèle au Passeig de Pujades, qui s’appelle actuellement Passeig de Joaquim Renart, peintre, décorateur et collectionneur, fondateur de Foment de les Arts Décoratifs; le troisième, celui de l’OMS, était parallèle à la rue Wellington, mais a disparu dans l’agrandissement du zoo.

Les jardins situés en face du musée Martorell portent le nom de Fontserè i Mestre, par l’auteur du projet de parc. Un secteur de ces jardins est également appelé le jardin de la Cambalache, issu d’une exposition tenue à la Fundació Antoni Tàpies en 2001, sur la terrasse de laquelle un mélange de verger et de jardin avec divers objets, une œuvre d’art naturel du sculpteur sévillan Federico Guzmán .

Le parc se distingue par son grand espace paysager, avec de grands arbres et des zones de marche, ainsi que le lac et la cascade. Le lac est l’un des centres nerveux du parc, avec plusieurs îlots et une grande profusion de plantes exotiques et d’animaux aquatiques; vous pouvez naviguer dessus avec des bateaux à rames. A côté de la cascade se trouve le Jardin Romantique, avec une variété d’espèces végétales, dans lequel se trouve le rond-point avec le monument à Aribau, sur un terrain surélevé délimité par une balustrade en pierre avec des fleurs. Dans l’ancienne place d’armes se trouve un étang ovale avec la célèbre sculpture Desconsol, de Josep Llimona. Près de cette place et devant l’entrée du zoo se trouve le monument à Prim. Le parc est bordé de plusieurs autres sculptures, qui forment ensemble un véritable musée en plein air.

La zone dispose également de diverses installations, telles qu’une aire de jeux pour enfants, une zone pour chiens, un bar, des toilettes, une ludothèque, une aire de pique-nique, des tables de ping-pong et une station de compostage.

Le parc accueille régulièrement de nombreuses manifestations sociales et culturelles et est généralement l’un des épicentres des festivités de la Mercè. Elle est aussi souvent le théâtre de manifestations et d’événements politiques et vindicatifs, en raison de la présence du Parlement de Catalogne, notamment le 11 septembre, Diada de Catalunya.

la faune et la flore
Le parc de la Ciutadella compte plus d’une centaine d’espèces, dont beaucoup ont été plantées au 19ème siècle, ce qui en fait l’un des plus anciens parcs de la ville. Le tilleul (Tilia X europaea, Tilia tomentosa et Tilia X euchlora), le magnolia (Magnolia grandiflora), le peuplier (Populus alba et Populus alba “Pyramidalis”) et le bananier (Platanus X hispanica) sont abondants.

Trouvé avec d’autres espèces comme le micocoulier (Celtis australis), le paulownia (Paulownia tormentosa), l’arbre sacré (Ginkgo biloba), l’acacia (Robinia pseudoacacia), l’acacia de Constantinople (Albizia julibrissin), le cyprès (Cupressus macrocarpa et Cupressus) sempervirens), le pin australien (Casuarina cunnighamiana), l’orange de Louisiane (Maclura pomifera), la belle teinte (Phytolacca dioica), le châtaignier indien (Aesculus hippocastanum), le cyprès bal (Taxodium distichum), le palmier canari (Phoenix canariensis), la datte palmier (Phoenix dactylifera), palmier bleu (Brahea armata), manioc (Yucca elephatipes), laurier (Laurus nobilis), tamarix (Tamarix gallica)), le laurier-rose (Nerium oleander), le pitospore (Pittosporum tobira) et l’éponyme du Japon (Euonymus japonicus).

Plusieurs des arbres du parc sont inclus dans le catalogue des arbres d’intérêt local de Barcelone: ​​un acacia de Constantinople (Albizia julibrissin), un oranger de Louisiane (Maclura pomifera), un pin australien (Casuarina cunninghamiana) et un Quercus polymorpha. ainsi que des cyprès chauves (Taxodium distichum) du lac. En face du musée Martorell se trouve un pinaster (Pinus pinaster) qui a été offert en 1999 par Montserrat Pla, veuve de Nicolau Maria Rubió i Tudurí.

La faune du parc est composée principalement d’oiseaux, dont plus d’une centaine d’espèces différentes répertoriées, dont les goélands argentés, dont la colonie est actuellement la plus importante de Catalogne. Parmi d’autres espèces, on peut trouver dans le parc: Raspinell commun, canards colverts, oie cendrée, perruche à onglets, Perruche de Nanday, House Martin, buses, gros seins, rouge-queue noire, perruches, perroquets Kramer, corbeau, Paruline sarde, Blackcap, Starling Étourneau sansonnet, moorhen, aigrette, héron garde-boeuf, épervier à pattes jaunes, goéland, moineau, corbeau, faucons pèlerins, mésange bleue, Ibis sacré, chardonneret, bergeronnette blanche, torrent de bergeronnette, merle, moustique commun, pigeon, tudó, canard muet, canard bavard, merle, colombe turque, héron cendré à crête, arbalétrier, etc.

L’entrée
Le parc compte dix entrées, dont deux portes monumentales se détachent, l’une située sur le Passeig de Pujades et l’autre sur le Passeig de Picasso. Ils ont été conçus par Josep Fontserè, bien qu’ils aient généralement été attribués à Antoni Gaudí, l’assistant de Fontserè à l’époque.

Les portes ont été construites entre 1876 et 1880, et ont des barres de fer avec des lanternes de conception élaborée: à la base se trouvent des reliefs de lions, sur lesquels est placé la tige du lustre avec les armoiries de Barcelone et un ensemble de sept ou huit des ballons d’illumination, sur lesquels s’élève un mât surmonté d’un casque à couronne et d’une chauve-souris. Aujourd’hui, ils sont en très mauvais état.

Un autre point fort des portes sont les sculptures, deux dans chacune d’elles, situées sur des socles flanquant l’entrée. Ils ont une signification allégorique: dans le Paseo de Pujades se trouvent le Commerce et l’Industrie, œuvre d’Agapit Vallmitjana; dans le Paseo de Picasso se trouvent la marine et l’agriculture, fabriquées par Venanci Vallmitjana. Ils ont été placés en 1884.

Chute d’eau monumentale
La cascade monumentale a été construite entre 1875 et 1888 avec une conception générale de Josep Fontserè, tandis que le projet hydraulique était par Antoni Gaudí. L’ensemble architectural a une structure centrale en forme d’arc de triomphe avec deux pavillons sur ses côtés et deux ailes latérales avec des marches, qui abritent un étang divisé en deux niveaux. Le monument se distingue par sa profusion sculpturale, à laquelle ont participé plusieurs des meilleurs sculpteurs de l’époque: le groupe de sculptures en fer forgé La Quadriga de l’Aurora, de Rossend Nobas, ainsi que La naissance de Vénus, de Venanci Vallmitjana; le fronton est l’oeuvre de Francesc Pagès i Serratosa. D’autres sculptures sont: Amphitrite, de Josep Gamot; Neptune et Leda, de Manuel Fuxà; et Dànae, par Joan Flotats. Aussi, Rafael Atché a fait les quatre gris qui expulsent l’eau de la bouche, au pied du monument.

Rond-point de la musique
Le rond-point musical est situé en face de la cascade monumentale. L’élément principal est un kiosque où se trouvait autrefois la fanfare municipale, œuvre d’Antoni Maria Gallissà construite en 1884. Fait de pierre, de fer et de bois, il a une base circulaire avec un banc convexe de trencadís divisé en sept sections distinctes. par des pilastres couronnés de sphères, tandis qu’un huitième de la base a des escaliers; sur cette base se trouve la plate-forme de la bande, entourée d’une balustrade en fer forgé, et de là s’élèvent huit piliers qui soutiennent un toit octogonal avec une structure de poutres et d’affiches, surmonté d’une coupole octogonale. En 2013, cet espace a été baptisé rond-point Transsexuel Sònia, en l’honneur de Sònia Rescalvo, une transsexuelle assassinée sur ce site par un groupe de néonazis en 1991.

Place principale
L’ancien terrain de parade de la Citadelle a été réaménagé en 1921 avec un projet du paysagiste français Jean-Claude Nicolas Forestier. Arrivés à Barcelone en 1915 pour l’aménagement paysager de la montagne de Montjuïc pour la célébration de l’Exposition internationale, leur présence a servi à concevoir cette zone du parc, qui n’avait pas encore été convertie de son usage militaire précédent. Le projet de Forestier date de 1916, bien qu’il n’ait été réalisé qu’en 1921, date à laquelle le parc d’attractions Saturno Park, situé sur la place, a disparu.

Le projet de Forestier s’inscrit dans un style classique conforme à la charpente architecturale qui l’entoure, les bâtiments de l’ancienne forteresse du XVIIIe siècle. Dans le tracé rectangulaire du carré, il a placé au centre un étang ovale entouré d’une série de parterres de fleurs qui, ensemble, projettent la même forme ovale. Forestier a choisi de petits arbres et arbustes pour la végétation, plus adaptés à la géométrie du tracé et à la contemplation visuelle de l’environnement. Pour présider le complexe au centre de l’étang, il a choisi la sculpture Desconsuelo, de Josep Llimona, œuvre moderniste qui allait devenir l’un des emblèmes du parc – celle qui se trouve actuellement dans le parc est une copie, puisque l’original a été transféré au Musée national d’art de Catalogne.

En 1927, le directeur des parcs et jardins, Nicolau Maria Rubió i Tudurí, un disciple de Forestier, élargit le parcours dessiné par le paysagiste français aux deux extrémités, vers le lac et le Paseo Militar. Sur chacun de ces côtés, il a également placé des œuvres d’art: la Déesse de Josep Dunyach et le Monument aux volontaires catalans dans la guerre de 1914, de Josep Clarà, tous deux dans le style noucentista. Le côté est a ensuite été joint au zoo et la sculpture de Dunyach a été transférée au Paseo de los Alamos.

La place principale porte actuellement le nom de la place de Joan Fiveller, conseiller municipal de la ville de Barcelone à la fin du XVe siècle, célèbre pour la soi-disant «confrontation du vectigal» avec le roi Fernando I, qui en a fait un symbole des libertés municipales avant le pouvoir réel.

Plaza de Armas
L’ancienne Plaza de Armas de la Ciutadella a été remodelée en 1921 avec un projet du peintre paysagiste français Jean-Claude Nicolas Forestier. Arrivé à Barcelone en 1915 pour l’aménagement paysager de la montagne de Montjuïc pour la célébration de l’Exposition Internationale, sa présence a servi à la conception de cette zone du parc, qui n’avait pas encore été aménagée depuis sa création. usage militaire antérieur. Le projet de Forestier date de 1916, mais il ne fut exécuté qu’en 1921, lorsque le parc Saturno, situé sur la place, disparut.

Le projet de Forestier a été encadré dans un style classiciste en accord avec la charpente architecturale qui l’entoure, les bâtiments de l’ancienne forteresse du XVIIIe siècle. Dans le tracé rectangulaire du carré, il a placé au centre un bassin ovale entouré d’une série de parterres qui projettent ensemble la même forme ovale. Forestier a choisi de petits arbres et arbustes pour la végétation, plus adaptés à la géométrie du parcours et à la contemplation visuelle de l’environnement. Pour présider l’ensemble au centre du lac, il choisit la sculpture Desconsol, de Josep Llimona, œuvre moderniste qui deviendra l’un des emblèmes du parc – celle actuellement dans le parc est une copie, puisque l’original a été transféré au Musée national d’art de Catalogne.

En 1927, le directeur des parcs et jardins, Nicolau Maria Rubió i Tudurí, disciple de Forestier, prolonge le parcours dessiné par le paysagiste français aux deux extrémités, vers le lac et vers le Passeig Militar. Sur chacun de ces côtés, il a également placé des œuvres d’art: la Déesse de Josep Dunyach et le Monument aux volontaires catalans pendant la guerre de 1914, de Josep Clarà, tous deux de style noucentista. Le côté est a ensuite été agglutiné au zoo et la sculpture de Dunyach a été déplacée vers le Paseo de los Alberos.

La Plaza de Armas s’appelle maintenant Plaça de Joan Fiveller, un conseiller de la mairie de Barcelone à la fin du XVe siècle, célèbre pour la soi-disant «confrontation vectigale» avec le roi Ferdinand I, qui en a fait le symbole des libertés municipales avant le pouvoir royal.

zoo
Le zoo de Barcelone a ouvert ses portes le 24 septembre 1892. Les premiers animaux provenaient de la collection privée de Lluís Martí i Codolar, qu’il possédait dans une ferme à Horta. Son premier directeur était le vétérinaire Francesc Darder i Llimona.

En 1956, l’enceinte a été agrandie, qui a atteint 13 ha, en même temps qu’une modernisation de la même a commencé, avec une conception plus scientifique et visant à la préservation de l’espèce; entre autres, de nombreuses cages ont été remplacées par des espaces ouverts qui recréent les habitats naturels des animaux. En 1966 est venu Snowflake, un gorille albinos qui est devenu l’emblème du zoo. En 1972, l’espace des dauphins a été ouvert, ainsi qu’une volière et un terrarium. En 1985, elle a cessé de dépendre du Service des parcs et jardins municipaux et a été constituée en société privée municipale.

À l’heure actuelle, ses principales lignes directrices sont la conservation, la recherche et la diffusion culturelle. Il collabore également avec divers programmes internationaux pour le maintien et la reproduction d’espèces menacées, ainsi qu’avec des programmes de réintroduction d’espèces dans la nature. Il abrite environ 400 espèces dans le monde et compte environ 7 500 spécimens.

Palais du Parlement de Catalogne
Il a été construit comme un arsenal de l’ancienne forteresse de la Citadelle. Il a 5532 m2, avec deux étages et un grenier, et a été construit avec la pierre de Montjuïc et les tuiles rouges. De style classiciste français, il présente une plante cruciforme et deux étages avec des galeries voûtées, et quatre patios entre les bras de la croix. La façade se distingue par un ensemble d’arches qui forment un porche au rez-de-chaussée. Il a été restauré par le Père Falqués pour l’Exposition Universelle, alors qu’il était la résidence de la famille royale: sur le plan d’origine, il ouvrit quelques balcons au premier étage et transforma la cour centrale en escalier d’honneur; plus tard, entre 1904 et 1915, il ajouta deux corps latéraux au bâtiment principal. À l’intérieur, Falqués a développé une décoration de style moderniste, inspirée de l’Opéra de Paris. Entre 1932 et 1939, il a accueilli le Parlement de Catalogne,

Paroisse militaire
L’église de l’ancienne Citadelle continue de remplir sa fonction de nos jours, dédiée à la paroisse militaire. L’auteur, Alexandre de Rez, s’est inspiré de l’église de la Visitation de Paris, œuvre de François Mansart. Il a une seule nef avec une abside semi-circulaire, un transept avec une coupole ovale sur le transept et une façade semi-circulaire, avec une porte flanquée de pilastres qui supportent un fronton et une rosace au sommet. Au XIXe siècle, des chapelles latérales à coupoles ont été ajoutées.

Palais du gouverneur
L’ancien palais du gouverneur, aujourd’hui école secondaire (IES Verdaguer), fut également l’œuvre de Verboom et fut érigé simultanément dans l’église. De style classique français, il a un plan d’étage rectangulaire, avec une grande cour arrière entourée de plusieurs dépendances.

Musée Martorell
Il est de style néoclassique pompéien et a un corps central avec un portique d’entrée avec un fronton sur colonnes et deux ailes latérales symétriques. La façade présente deux statues des naturalistes Jaume Salvador et Félix de Azara, œuvre d’Eduard B. Alentorn. Le musée présente plusieurs collections de minéralogie, paléontologie et pétrologie du monde entier.

Parapluie
Il a été construit dans le but d’abriter des espèces végétales qui ont besoin d’ombre, en particulier tropicales. Il est construit avec des colonnes en fonte et une charpente en bois, avec une section centrale de cinq nefs de forme trilobée et deux façades aux extrémités, en briques apparentes.

Serre
C’est une serre avec une structure en métal et verre, avec deux pièces symétriques reliées par un couloir central, plus haut et avec les côtés ouverts. Il est actuellement utilisé comme salle d’exposition temporaire.

Château des Trois Dragons
Le château des Trois Dragons, a été construit comme un restaurant de l’Exposition, une fonction qui n’a jamais été remplie, car il n’a pas été achevé à temps, et a finalement été le Musée de Zoologie entre 1920 et 2010. De style moderniste, il a été construit avec brique apparente et fer laminé. Il a un corps central en forme de parallélépipède de trois étages, avec deux façades et quatre tours aux angles. Le sommet du bâtiment se distingue, où se trouve une frise en céramique surmontée de créneaux, avec des boucliers réalisés par Alexandre de Riquer, Dionís Baixeras et Joan Llimona. Il a été le musée de zoologie pendant la majeure partie de son histoire mais a également eu diverses fonctions, comme atelier d’arts industriels ou comme école municipale de musique.

Tags: