Château de Christiansborg, Copenhague, Danemark

Le palais de Christiansborg est un palais et un bâtiment gouvernemental sur l’îlot de Slotsholmen dans le centre de Copenhague, au Danemark. C’est le siège du Parlement danois (Folketinget), le bureau du Premier ministre danois et la Cour suprême du Danemark. En outre, plusieurs parties du palais sont utilisées par le monarque danois, y compris les salles de réception royale, la chapelle du palais et les écuries royales.

Le palais abrite ainsi les trois pouvoirs suprêmes: le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire. C’est le seul bâtiment au monde qui abrite les trois branches du gouvernement d’un pays. Le nom de Christiansborg est donc aussi fréquemment utilisé comme métonymie du système politique danois, et familièrement il est souvent appelé Rigsborgen (Château du royaume) ou simplement Borgen (Le château).

Le château est grossièrement divisé au milieu avec les locaux du Folketing dans l’aile sud et les locaux royaux dans l’aile nord. Il y a six étages, comme les anciens châteaux, mais ils sont distribués différemment. L’étage principal est le 1er étage, Beletagen, qui dans les deux ailes contient les pièces les plus importantes.

En plus de la Chambre Royale des Représentants, l’aile royale comprend la Cour Suprême, située au rez-de-chaussée, et le Ministère de l’Intérieur, situé dans les locaux initialement prévus comme appartement privé du monarque au-dessus des locaux du Représentant Royal. .

Christiansborg a été brûlé et reconstruit deux fois, et aujourd’hui Christiansborg fait encore partie des trois bâtiments du château. Les bâtiments autour de la piste d’équitation (écuries, manège et musée du théâtre à Hofteatret) sont du premier Christiansborg; La même chose vaut pour le Thorvaldsen Museum, qui était à l’origine un parking, mais maintenant c’est très différent. De la seconde Christiansborg, l’église du château est le seul bâtiment entier à gauche. Cependant, il y a quelques détails et parties qui ont été réutilisés dans différents endroits.

Buliding:
Le palais est grossièrement divisé au milieu, avec le Parlement situé dans l’aile sud et les salles de réception royales, la Cour suprême et le bureau du Premier ministre dans l’aile nord.

Plusieurs parties du palais sont ouvertes au public après l’horaire publié avec des visites guidées disponibles, moyennant des frais substantiels. Il est situé dans le quartier Indre By (“City Centre”) de Copenhague.

La porte de la reine
La Porte de la Reine, qui relie respectivement la cour intérieure du château avec Slotspladsen et Prins Jørgens Gård. La porte royale n’a pas beaucoup de fonction car aucune des sections principales du château n’en a l’entrée; Cependant, la porte royale a l’entrée à l’exposition souterraine des ruines du château antique. La porte de la reine est l’entrée principale des locaux royaux dans l’aile nord.

La Cour suprême a son entrée principale à Prins Jørgens Gård, où elle a été réutilisée par la porte d’entrée de la porte royale de l’ancien château, qui a maintenant été soulevée à un emplacement au bout de l’escalier d’entrée. L’entrée du Folketing est située à Rigsdaggården.

Les façades sont recouvertes de granit; sauf pour les étages inférieurs de la ferme Prins Jørgens, où vous avez choisi d’utiliser du grès recyclé de l’ancien château. Le granit présente l’avantage d’être très résistant aux intempéries et pratiquement sans entretien, mais en même temps, les éléments décoratifs sont assez grossiers, car cette pierre ne convient pas pour affiner les détails les plus fins. Sur les planchers de vie et de sous-sol, on a utilisé des pierres qui ont été collectées et soumises de plus de 700 paroisses différentes au Danemark. Les nombreuses roches différentes donnent un certain schéma de couleurs, qui est souligné par le fait que l’extérieur des briques est grossièrement haché et a donc une surface rugueuse naturelle.

La plupart des sculptures en pierre pour l’ornementation de la façade ont été réalisées par le sculpteur Anders Bundgaard. Au-dessus de chaque fenêtre dans la plupart du rez-de-chaussée sont des masques de granit des hommes proéminents dans l’histoire danoise.

Les salles de représentation de la résidence royale sont situées au rez-de-chaussée de l’aile royale et au premier étage. Les sites sont utilisés par Kongehuset pour des événements officiels tels que des dîners de gala, des dîners, la Saint-Sylvestre, des réceptions d’ambassadeurs, des audiences et des ministres.

Les locaux du Représentant Royal
Les salles de représentation de la résidence royale sont situées au rez-de-chaussée de l’aile royale et au premier étage. Les sites sont utilisés par Kongehuset pour des événements officiels tels que des dîners de gala, des dîners, la Saint-Sylvestre, des réceptions d’ambassadeurs, des audiences et des ministres.

Il y a un accès aux locaux du Représentant royal par le biais de la porte Queen. De là, deux escaliers principaux mènent à l’aile royale: le deuxième Kongestad qui, par le Drabant Hall, est l’entrée principale des locaux du Représentant, et en partie l’escalier de la Reine qui est plus petit et mène aux étages supérieurs.

Au rez-de-chaussée, au pied du Kongestad, se trouve l’Audiensgemakket et la salle du Conseil d’État. Au premier étage se trouvent le Tronsalen, le Knights Hall, le Taffelsalen, la bibliothèque et le Alexander Hall.

Salles de réception royales
Les salles de réception royales du Palais de Christiansborg sont situées au rez-de-chaussée et au premier étage dans la moitié nord du palais. Les salles sont utilisées pour les fonctions officielles du monarque telles que les banquets, les dîners d’état, la levée du Nouvel An, les accréditations diplomatiques, les audiences et les réunions du conseil d’état.

Les salles de réception sont richement ornées de meubles et d’objets d’art récupérés des deux palais précédents, ainsi que des décorations de certains des meilleurs artistes danois, tels que Nikolaj Abraham Abildgaard, Christoffer Wilhelm Eckersberg, Laurits Tuxen, Joakim Skovgaard et Bjørn Nørgaard.

Les salles du Représentant royal contiennent des peintures, des tapisseries et des œuvres d’art d’artistes danois tels que Nicolai Abildgaard, Bertel Thorvaldsen, C.W. Eckersberg, Laurits Tuxen, Joakim Skovgaard et Bjørn Nørgaard. Les locaux contiennent également plusieurs meubles et accessoires provenant du second Christiansborg.

Salle du Trône
Le King’s Stairway donne accès à la Tour Hall (Tårnsalen). Le Tower Hall expose une série de tapisseries avec des motifs de chansons folkloriques danoises, tissés d’après des dessins animés peints par Joakim Skovgaard.

La salle du trône ovale est située au milieu de l’aile principale face à la place du château. Les deux troncs Salens sont conçus par C.F. Hansen et originaire de la seconde Christiansborg. La salle du trône est utilisée en relation avec la Saint-Sylvestre et pour les réceptions des ambassadeurs. En outre, il existe une tradition selon laquelle les souverains nouvellement nommés sont invités depuis le balcon de Tronsalen.

Face à la place du Palais se trouve la salle du Trône ovale (Tronsalen) où les ambassadeurs étrangers présentent leurs lettres de créance à la reine Margrethe II. La salle du trône donne accès au balcon où les monarques danois sont proclamés. La salle du trône est décorée d’une grande peinture sur plafond de Kræsten Iversen, illustrant comment le drapeau danois, Dannebrog, tomba du ciel en Estonie en 1219.

Les salles de réception royales comprennent également le Fredensborg Hall (Fredensborgsalen) avec la peinture de Laurits Tuxen du roi Christian IX et toute sa famille ensemble au Palais de Fredensborg et des parties de la Bibliothèque de la Reine.

Grand hall
Le Knights Hall est la plus grande salle de Christiansborg avec une longueur de 40 mètres et un plafond de 10 mètres. Il y a de la place pour environ 400 convives dans le hall, utilisés pour des réceptions, des dîners royaux et des dîners de gala lors de visites d’état.

Le Grand Hall est la plus grande et la plus spectaculaire des salles de réception royales. La salle mesure 40 mètres de long avec une hauteur sous plafond de 10 mètres, et une galerie s’étend tout autour de la pièce. Le Hall peut accueillir 400 invités et est utilisé pour des banquets, des dîners d’État et des réceptions.

Le Grand Hall a été rénové à l’occasion du 60ème anniversaire de la reine Margrethe II, lorsque les 17 tapisseries de l’artiste Bjørn Nørgaard racontant l’histoire du Danemark ont ​​été accrochées aux murs. Les tapisseries étaient un cadeau du monde des affaires danois à l’occasion du 50ème anniversaire de la reine Margrethe II.

Le hall d’Alexandre (Alexandersalen) est nommé d’après la frise de marbre de Bertel Thorvaldsen “Alexandre le Grand Entre Babylone”. La frise a été faite pour le deuxième palais de Christiansborg, et certaines parties ont survécu à l’incendie. Il a ensuite été restauré et monté dans cette pièce. La salle est utilisée pour les petites réceptions et les dîners officiels, souvent en rapport avec les visites d’État.

Aile du Parlement:
Dans l’aile du Riksdag, il y a une grande salle de promenade qui se termine à l’est du Folketing Hall et à l’ouest de l’ancienne salle du comté. Le long de la rue Vandrehallen, il y a plusieurs lieux tels que le bureau du président et le secrétariat parlementaire.

La Chambre de Folketing
Le premier étage de l’aile du Parlement est structuré autour du lobby. Aux deux extrémités du Lobby se trouvent les chambres de Rigsdagen, l’ancien parlement bicaméral; la chambre du Folketing est située à l’extrémité et la Landsting située à l’autre extrémité (la chambre la plus éloignée est la seule utilisée depuis que le Folketing est devenu la seule assemblée législative en 1953). Le long de la salle se trouvent diverses salles telles que le bureau du Président et des bureaux pour l’administration.

La salle a été ouverte en 1918, où la première réunion a eu lieu le 28 mai. Les chaises des membres sont situées dans des rangées en forme de fer à cheval avec la chaise et la chaise au centre vers le mur extérieur de la fente. Aux côtés se trouvent plusieurs étages qui sont distribués, entre autres, à la presse, à la maison royale, aux anciens membres et au public. La chaise est faite d’un grand egestam qui à l’origine a fait partie d’un broyeur de souches à Møn. La salle parlementaire s’étend sur trois étages et l’intérieur est caractérisé par les panneaux de chêne des murs et les grands travaux sur les murs supérieurs et dans le grenier. Sur le mur derrière le fauteuil il y a aussi les bureaux de vote principaux et en partie un tapis d’image fait par l’artiste Berit Hjelholt. Sur le mur opposé sont deux peintures de paysage faites par Olaf Rude.

Les membres ont des sièges permanents, et ils essaient de les distribuer après l’observation politique de sorte que “gauche” et “droite” siègent respectivement. à gauche et à droite (vu de la chaise). En outre, les sièges sont généralement distribués en tant que rapporteurs et les membres ayant une forte ancienneté sont à l’avant-garde et au plus près de la présidence. La distribution devient plus difficile, les partis les plus différents sont représentés et aussi si plus de sièges doivent être obtenus pour les ministres qui ne sont pas membres du parlement.

Ruines sous le palais
Sous le palais actuel se trouvent les ruines du château de l’évêque Absalon et du château de Copenhague. Lorsque les fondations du palais actuel de Christiansborg ont été coulées, les ouvriers ont découvert les ruines de plusieurs bâtiments et parties d’un mur-rideau.

Des experts ont été appelés du Musée national du Danemark et les ruines, qui se trouvaient sous la cour intérieure du palais, ont été déterrées. L’intérêt du public pour ces ruines, qui remontait à environ 1167, était énorme. Il fut donc décidé que les ruines ne devaient pas être recouvertes de nouveau mais conservées pour la postérité. La structure en béton armé érigée pour couvrir les ruines était la plus grande de son genre au Danemark lors de sa construction en 1908.

Les ruines sous la place du palais ont été fouillés en 1917 et une couverture a également été construite au-dessus d’eux. Les ruines ont été ouvertes au public depuis 1924. L’exposition des ruines a été rénovée au cours de la période 1974-77 et est restée plus ou moins intacte depuis lors.

La chapelle du palais
Christiansborg Palace Chapel fait partie du palais qui est à la disposition du monarque danois. Il est utilisé pour les cérémonies religieuses des membres de la famille royale danoise, notamment les baptêmes, les confirmations et les cérémonies officielles. Il est également utilisé par le Parlement danois pour le service de l’Église en relation avec l’ouverture du parlement.

L’histoire de la chapelle du palais de Christiansborg remonte au premier palais de Christiansborg, construit par l’entrepreneur général Elias David Häusser de 1733 à 1745. Le roi Christian VI était passionné par l’architecture et il a confié la conception de la chapelle du palais (1738-42) à un jeune architecte talentueux du service du bâtiment du roi, Nicolai Eigtved. Eigtved a saisi l’opportunité et a conçu l’un des intérieurs Rococo les plus distingués au Danemark.

En 1794 le feu a ravagé le palais et il a été décidé de démolir complètement les ruines. La démolition, cependant, n’a jamais eu lieu.

L’architecte Christian Frederik Hansen, qui a ressuscité le palais entre 1803-1828, a également été chargé de reconstruire la chapelle du palais en 1810. Les travaux ont commencé en 1813, en utilisant les fondations et la maçonnerie existantes autant que possible. L’église et le palais principal ont été construits dans le style néo-classique strict, avec une construction de dôme au-dessus d’un intérieur d’église central. La chapelle du palais a été inaugurée le dimanche de Pentecôte, le 14 mai 1826, à l’occasion du millénaire de l’introduction du christianisme au Danemark.

Le deuxième feu de palais en 1884 a épargné l’église, car le feu a été arrêté dans les bâtiments le reliant au palais. Cependant, le destin a finalement rattrapé l’église le 7 juin 1992. L’église a brûlé au sol, probablement incendiée par le feu d’artifice déclenché pendant le carnaval de Pentecôte.

Au cours de l’incendie de l’église de 1992, le toit, le dôme et le plancher de séparation ont été brûlés et l’inventaire gravement endommagé. Peu de temps après, l’agence Palaces and Properties du ministère des Finances danois a commencé à reconstruire la chapelle en collaboration avec Drawing Studio A / S d’Erik Møller et Jens Fredslund, inspecteur royal des bâtiments d’État. Aucun dessin n’existait du dôme et du toit, mais un exercice systématique de construction archéologique a enregistré les restes calcinés du bâtiment, et a permis de recréer le dôme et le toit. Des méthodes de construction historiquement précises ont également été utilisées tout au long du processus de reconstruction.

Les artisans danois ont été incapables d’entreprendre le travail difficile de restaurer et de recréer le scagliola de l’intérieur. L’un des principaux experts allemands, Manfred Siller, a pris en charge et enseigné la technique vénérable aux stucateurs danois.

L’église reconstruite a été inaugurée le 14 janvier 1997 pour célébrer le jubilé d’argent de la reine Margrethe II. La reconstruction a reçu le prestigieux prix Europa Nostra.

Les écuries royales
Il y a eu une équipe de chevaux importante au château et donc aussi une écurie considérable. La plupart des rez-de-chaussée des bâtiments équestres, y compris les ronds-points du pont Marmor, étaient donc des installations stables avec un total de 87 chevaux et 165 chevaux. Des parties de cette écurie sont toujours inchangées avec son équipement extravagant des colonnes de marbre et du concasseur de marbre; D’autres pièces sont conçues pour le musée du chariot avec les vieux véhicules tirés par des chevaux. Enfin, certaines parties sont transformées en d’autres fins telles que des bureaux et des garages pour les voitures de la famille royale. Il y a encore une équipe de chevaux avec un certain nombre de chevaux utilisés par Kongehuset.

La maison d’équitation
Ridehuset est situé dans la voie des chevaux du nord, en face de Hofteatret. Le décor est en grande partie inchangé depuis qu’il a été construit avec le premier Christiansborg. Il est construit avec une chaise king-size et un balcon ainsi surveillé ont pu assister aux exercices d’équitation et aux compétitions qui ont eu lieu. La chaise royale est remarquable car elle fait partie des rares pièces conservées au décor original du premier château.

Le manège est encore utilisé pour entraîner les chevaux dans les écuries royales. En outre, la salle est utilisée occasionnellement pour divers événements culturels tels que des spectacles de théâtre et d’opéra.

Le théâtre de la cour
Le Court Theatre est situé au-dessus des écuries de l’aile sud du complexe Riding Ground, en face de l’école d’équitation. Depuis 1922, le Court Theatre abrite la collection du Musée du Théâtre. L’auditorium est souvent utilisé pour des représentations théâtrales, des conférences et des émissions de télévision.

Déjà au château de Copenhague, l’une des ailes était aménagée en théâtre. Cependant, le premier palais de Christiansborg a été construit sans théâtre. Au début du règne du roi Christian VII, il est devenu habituel d’avoir des représentations théâtrales dans la salle des banquets, et en 1766, il fut décidé de construire un théâtre de cour approprié. Un magasin de harnais a été adapté à un auditorium. Le théâtre a été conçu par l’architecte français Nicolas-Henri Jardin et inauguré par le roi Christian VII et la reine Caroline Matilda en janvier 1767. Il reste peu de ce théâtre original puisqu’il a été reconstruit en 1842 suivant les plans de l’architecte Jørgen Hansen Koch. Avec le temps, le Court Theatre est devenu une annexe du Royal Danish Theatre. En 1881, le théâtre a été fermé en tant que lieu de spectacle après le feu tragique du Ringtheater à Vienne, qui a souligné les dangers liés à l’utilisation continue de vieux théâtres.

La tour
En juin 2014, une plateforme d’observation de la Tour, toujours la plus grande de la ville, a été rendue accessible au public, tandis que l’intérieur de la Tour a été rénové et un restaurant a été ouvert à la place de ce qui était autrefois une salle de stockage. L’accès à la plateforme d’observation est gratuit, mais une vérification de sécurité est requise en raison de la nature officielle du bâtiment. Il y a l’ascenseur confortable.

Autres caractéristiques
Le pont de marbre et les pavillons
Dans le projet original de Häusser du premier Christiansborg, les deux ailes du palais étaient reliées par une guérite à l’extrémité du canal de Frederiksholm, et un pont-levis conduisait au-dessus du canal. La commission du bâtiment du palais ne fut pas entièrement satisfaite de la proposition et demanda à deux jeunes architectes travaillant pour l’autorité royale du bâtiment, Nicolai Eigtved et Lauritz de Thurah, de proposer une autre suggestion.

Leur proposition comprenait un pont permanent sur le canal de Frederiksholm formant l’entrée principale du palais et deux pavillons de portail flanquant une promenade ouverte et fermant le complexe entre les deux ailes. Le pont et les pavillons étaient tous deux dans le nouveau style rococo.

La responsabilité a été transférée à Eigtved, qui a été le principal moteur du projet.

Le pont était extrêmement élégant – grès recouvert de décorations médaillon par le sculpteur Louis August le Clerc. Les pavés ont été pavés de marbre norvégien, d’où le nom de Marble Bridge (Marmorbro), et la chaussée pavée de pavés.

Les pavillons étaient tout aussi magnifiques que le pont. Ils étaient recouverts de grès de Saxe et le sculpteur Johan Christof Petzoldt a richement décoré les toits concaves des monogrammes dos-à-dos du couple royal et de quatre figures sur chaque toit symbolisant les traits positifs du couple royal. La décoration intérieure a été réalisée par le maître de pierre de la cour, Jacob Fortling. Le pont et les pavillons ont été terminés en 1744.

En 1996, lorsque Copenhague a été capitale européenne de la culture, l’agence Palaces and Properties a achevé une restauration des Showgrounds qui avait pris de nombreuses années. Le pont de marbre et les pavillons ont été restaurés entre 1978 et 1996 par l’architecte Erik Hansen et le Show Grounds de 1985 à 1996 par l’inspecteur royal des bâtiments d’État inscrits Gehrdt Bornebusch.

Statue équestre du roi Christian IX
Peu de temps après sa mort en 1906, une collection a été commencée pour la construction d’un monument au roi Christian IX. L’année suivante, quatre artistes ont été invités à participer à la commission. Il n’y avait pas de discussion sur la position de la statue. Il serait érigé sur Christiansborg Riding Ground Complex comme un pendentif à la statue du roi Frédéric VII sur la place du palais.

La sculpteure Anne Marie Carl-Nielsen, l’épouse du compositeur Carl Nielsen, a remporté le concours avec sa proposition d’une nouvelle statue équestre. Dans la proposition, la statue était représentée sur un haut piédestal, sur les côtés duquel se trouvaient des cortèges représentant les principaux hommes de l’époque, dont l’industriel Carl Frederik Tietgen, le politicien Jakob Brønnum Scavenius Estrup et les poètes Jens Peter Jacobsen et Holger Drachmann . Les reliefs ont été plus tard coupés, et l’architecte Andreas Clemmensen a conçu le piédestal qui porte le cheval aujourd’hui.

Le sculpteur a cherché dans tout le pays le bon cheval à servir de modèle, mais l’a trouvé à Hanovre en Allemagne. Cela a suscité beaucoup de mécontentement parmi les éleveurs de chevaux danois.

Le monument a mis longtemps à se terminer, mais en 1927, 21 ans après la mort du roi, il a été dévoilé sur le complexe de Riding Ground.

La gestion:
Le palais de Christiansborg appartient à l’Etat danois et est géré par l’Agence des Palaces et des Propriétés. Plusieurs parties du palais sont ouvertes au public.

Tags: