Chine, Asie du Sud et Asie du Sud-Est, British Museum

Le Département de l’Asie couvre les cultures matérielles et visuelles de l’Asie, une vaste zone géographique englobant l’Asie de l’Est, du Sud et du Sud-Est, certaines parties de l’Asie centrale et s’étendant jusqu’en Sibérie. La collection couvre le néolithique, d’environ 5000 ans avant JC à nos jours. Les sociétés et groupes représentés vont des civilisations urbaines complexes aux communautés essentiellement rurales; ils comprennent également les cultures et modes de vie particuliers des peuples autochtones et des autres groupes minoritaires. L’art contemporain et les artefacts, en plus des acquisitions stratégiques d’ouvrages historiques importants, s’intègrent de manière passionnante dans le programme de collecte active du Département.

Les principales zones comprennent une vaste collection de sculptures du sous-continent indien, y compris les célèbres reliefs bouddhistes en calcaire d’Amaravati, ainsi qu’une gamme exceptionnelle d’antiquités japonaises et d’œuvres d’art.

La collection chinoise comprend les peintures bouddhistes des grottes de Dunhuang en Asie centrale et les instructeurs de l’Admonition de la Cour (également appelé rouleau d’Admonitions), largement considérées comme la peinture par rouleau la plus importante de l’histoire de l’art chinois. Il comprend également des exemples de laque, de bronze, de jade, de céramique chinoise et de porcelaine. Le département possède également l’une des plus anciennes et des plus importantes collections ethnographiques de textiles et d’objets du quotidien d’Asie du Sud-Est.

Ailleurs dans le Musée, l’archéologie et l’islam du Proche-Orient sont couverts par le Département du Moyen-Orient, pré-néolithique par le Département de Grande-Bretagne, d’Europe et de la Préhistoire, tandis que des pièces de la région sont conservées au Département des monnaies et médailles.

Chine et Asie du Sud (salle 33)
La galerie Sir Joseph Hotung
Préhistoire – présente

Chine
La moitié de la galerie présente les histoires de la Chine de 5000 à nos jours.

De la porcelaine bleue et blanche emblématique de la dynastie Ming aux délicates remous, des magnifiques figurines tombales de la dynastie Tang aux œuvres d’art modernes, les expositions présentent la richesse de l’art et de la culture matérielle en Chine. céramique.

Asie du sud
L’autre moitié de la galerie présente les nombreuses histoires de l’Asie du Sud chronologiquement et par région, de l’occupation humaine à nos jours.

Les points culminants incluent les phoques de la civilisation de l’Indus, les superbes sculptures indiennes du sud de Shiva et l’une des plus belles statues de la déesse Tara du Sri Lanka. Des peintures et des objets sophistiqués provenant des tribunaux des empereurs moghols côtoient des peintures du XXe siècle, notamment du lauréat du prix Nobel, Rabindranath Tagore.

Inde: Amaravati (salle 33a)
La galerie Asahi Shimbun
3ème siècle avant JC – 3ème siècle après JC

Le bouddhisme est originaire du nord de l’Inde et s’est étendu à d’autres parties du sous-continent au troisième siècle avant JC. Le Grand Sanctuaire d’Amaravati, fondé vers 200 av. J.-C. dans l’actuel État d’Andhra Pradesh au sud-est, était l’un des plus anciens, des plus grands et des plus importants monuments bouddhistes de l’Inde ancienne.

Le sanctuaire, avec sa structure solide en forme de dôme, était un stupa et contenait probablement une relique – peut-être un professeur célèbre. Les fidèles ont honoré la relique consacrée en marchant autour du stupa dans le sens des aiguilles d’une montre. Ce faisant, ils pourraient également bénéficier de la visualisation de scènes de la vie du Bouddha sculptées sur la rambarde entourant la passerelle. Certains dévots ont donné de l’argent pour la décoration du stupa et ces cadeaux sont enregistrés dans des inscriptions.

Jade chinois (salle 33b)
La galerie Selwyn et Ellie Alleyne
Environ 5000 ans avant JC – présent

En Chine, le jade est un matériau de la plus haute valeur depuis l’Antiquité, apprécié pour sa beauté et ses propriétés magiques. Les objets exposés dans cette galerie exquise, rouvrant après une rénovation majeure, illustrent l’histoire de la pierre exotique. Translucide mais robuste, le jade a été transformé en ornements, armes de cérémonie et objets rituels par des artisans chinois.

La plupart des jades présentés ici sont empruntés à la collection de Sir Joseph Hotung et démontrent différents types de fabrication. Elles vont des longues lames lisses du néolithique aux plaques, ornements, dragons, sculptures humaines et pendentifs complexes du XVIIIe siècle. La galerie rénovée comprend également de nouvelles acquisitions de jades contemporains, pour porter l’histoire au goût du jour.

Département d’Asie
La portée du département de l’Asie est extrêmement large. ses collections de plus de 75 000 objets couvrent la culture matérielle de tout le continent asiatique (de l’est, du sud, de l’Asie centrale et du sud-est) et du néolithique à nos jours. Jusqu’à récemment, ce département se concentrait sur la collecte des antiquités orientales provenant de sociétés urbaines ou semi-urbaines du continent asiatique. Beaucoup de ces objets ont été recueillis par des officiers coloniaux et des explorateurs dans d’anciennes parties de l’Empire britannique, en particulier dans le sous-continent indien. Les exemples incluent les collections faites par des individus tels que Charles Stuart, James Prinsep, Charles Masson, Sir Alexander Cunningham, Sir Harold Deane et Sir John Marshall. Un grand nombre d’antiquités chinoises ont été achetées au banquier anglo-grec George Eumorfopoulos dans les années 1930. Dans la seconde moitié du vingtième siècle, le musée a grandement bénéficié du legs du philanthrope PT Brooke Sewell, qui lui a permis d’acheter de nombreux objets et de combler les lacunes de la collection.

En 2004, les collections ethnographiques d’Asie ont été transférées au département. Celles-ci reflètent l’environnement diversifié du plus grand continent du monde et vont de l’Inde à la Chine, du Moyen-Orient au Japon. Une grande partie du matériel ethnographique provient d’objets appartenant à l’origine à des cultures tribales et à des chasseurs-cueilleurs, dont la plupart des modes de vie ont disparu au siècle dernier. Les collections les plus précieuses proviennent des îles Andaman et Nicobar (beaucoup assemblées par l’officier naval britannique Maurice Portman), du Sri Lanka (notamment par l’administrateur colonial Hugh Nevill), du nord de la Thaïlande, du sud-ouest de la Chine parmi eux la collection du zoologiste écossais John Anderson), de la Sibérie et des îles de l’Asie du Sud-Est, notamment à Bornéo. Ce dernier a bénéficié de l’achat, en 1905, de la collection Sarawak, constituée par le Dr Charles Hose, ainsi que d’autres officiers coloniaux tels qu’Edward A Jeffreys. En outre, Sir Stamford Raffles a assemblé un groupe d’objets uniques et précieux de Java, notamment des marionnettes d’ombres et un ensemble musical de gamelan.

La galerie principale consacrée à l’art asiatique dans le musée est la Galerie 33, avec son exposition complète d’objets chinois, du sous-continent indien et de l’Asie du sud-est. Une galerie adjacente présente les sculptures et monuments Amaravati. D’autres galeries situées aux étages supérieurs sont consacrées à ses collections de peintures japonaises, coréennes, de calligraphie et de céramique chinoise.

Les points saillants des collections comprennent:

La collection de sculptures la plus complète du sous-continent indien dans le monde, y compris les célèbres reliefs bouddhistes en calcaire d’Amaravati, mis au jour par Sir Walter Elliot
Une collection exceptionnelle d’antiquités chinoises, de peintures et de porcelaine, de laque, de bronze, de jade et d’autres arts appliqués
La collection la plus complète de l’art japonais d’avant le 20ème siècle dans le monde occidental, dont beaucoup appartenaient à l’origine au chirurgien William Anderson et au diplomate Ernest Mason Satow

Asie de l’Est
Une grande collection de bronzes rituels chinois (à partir de 1500 avant JC)
Huixian Bronze Hu, une paire identique de vaisseaux en bronze de la période orientale de Zhou, Chine (Ve siècle avant JC)
Antiquités japonaises de la période Kofun fouillées par l’archéologue pionnier William Gowland (3ème-6ème siècle après JC)
Le célèbre parchemin d’Admonitions de l’artiste chinois Gu Kaizhi (344-406)
Le colossal Amitābha Bouddha de Hancui, Chine, (585 après JC)
Série de figurines de Liu Tingxun en céramique, datant de la dynastie des Tang (vers 728)
Luohan assis de Yixian, l’un d’une série de huit statues survivantes, Chine, (907-1125 AD)
Un bel assemblage de peintures bouddhistes de Dunhuang, en Chine occidentale, collectées par l’explorateur anglo-hongrois Aurel Stein (Ve-XIe siècle ap. J.-C.)
Collection Pericival David de céramiques chinoises (Xe-XVIIIe siècles après J.-C.)
Stand d’ivoire en forme de lion assis, monastère Chos-‘khor-yan-rtse au Tibet (XIIIe siècle après JC)
Paire d’éléphants en céramique Kakiemon du Japon (17ème siècle après JC)
Estampes japonaises dont The Great Wave au large de Kanagawa (1829-1832)

Asie du sud
Objets extraits des sites de la vallée de l’Indus à Mohenjo-daro et Harappa, Pakistan (2500-2000 av. J.-C.)
Fragment de grès d’un pilier d’Ashoka avec inscription Brahmi de Meerut, Uttar Pradesh, Inde (238 av. J.-C.)
Le vase Kulu trouvé près d’un monastère dans l’Himachal Pradesh, l’un des premiers exemples d’art figuratif du sous-continent, nord de l’Inde (1er siècle avant JC)
Plaque de cuivre de Taxila, avec inscription importante de Kharoshthi, Pakistan, (1er siècle avant JC – 1er siècle après JC)
Grès indo-scythique Mathura Lion Capital et Bracket représentant l’une des portes du Grand Stupa à Sanchi, Inde centrale (1er siècle après JC)
Bimaran Casket et Wardak Vase, reliquaires d’anciens stupas d’Afghanistan (1er-2ème siècle après JC)
Dépôts de reliques des stupas de Manikyala, Ahin Posh, Sanchi et Gudivada (1er-3ème siècle après JC)
Bouddha assis du Gandhara et autres objets du Gandhara de Kafir Kot, Jamal Garhi et Takht-i-Bahi, Pakistan (1er-3ème siècle après JC)
The Buddhapad Hoard d’images en bronze du sud de l’Inde (VIe-VIIIe siècles après J.-C.)
Statue en pierre de Bouddha du trésor de Sultanganj, Bihar, Inde orientale. (7ème-8ème siècles après JC)
Statue de Tara du Sri Lanka et du Thanjavur Shiva du Tamil Nadu, sud de l’Inde (VIIIe siècle et Xe siècle après J.-C.)
Statue de la déesse Ambika trouvée à Dhar, dans le centre de l’Inde (1034)
Sculpture des deux Tainhankaras Jain Rishabhanatha et Mahavira, Orissa, Inde, XIe-XIIe siècle ap.

Asie du sud est
Tazza en faïence de la culture de Phùng Nguyên, nord du Vietnam (2000-1500 av. J.-C.)
Des vases et des tessons de poterie provenant de l’ancien site de Ban Chiang, en Thaïlande (Xe-Ier siècles av. J.-C.)
Cloche en bronze de Klang, Malaisie (2ème siècle avant JC)
Groupe de six plaques votives en argile bouddhiste trouvées dans une grotte en Patanie, Penang, Malaisie (VIe-XIe siècles ap. J.-C.)
Le célèbre trésor Sambas de figures bouddhistes en or et en argent de l’ouest de Bornéo, en Indonésie (VIIIe-IXe siècles après J.-C.)
Deux têtes de Bouddha en pierre du temple de Borobodur à Java, en Indonésie (9ème siècle après JC)
Figurine de lion en grès représentant un lion rampant, Vietnam, 11ème siècle
Figure de pierre représentant la partie supérieure d’un Avalokiteśvara à onze têtes, Cambodge, (XIIe siècle après JC)
Statue en bronze d’un Bouddha assis de Bagan, Birmanie (XIIe-XIIIe siècles après J.-C.)
Des récipients en céramique de la dynastie des Song du Sud ont été excavés à Pinagbayanan, municipalité de Taysan, Philippines (XIIe-XIIIe siècles après J.-C.)
Statue de la déesse Mamaki de Candi Jago, est de Java, Indonésie (XIIIe-XIVe siècles)
Figure en bronze gravée d’un Bouddha du district de Fang, faisant partie d’une grande collection asiatique du SE réunie par l’explorateur norvégien Carl Bock, Thaïlande (1540).

British Museum, Londres, Royaume-Uni

Le British Museum, situé dans le quartier de Bloomsbury à Londres, au Royaume-Uni, est une institution publique consacrée à l’histoire de l’humanité, à l’art et à la culture. Sa collection permanente compte environ 8 millions d’œuvres et figure parmi les plus vastes et les plus complètes ayant existé à l’époque de l’Empire britannique et documentant l’histoire de la culture humaine depuis ses débuts jusqu’à nos jours. C’est le premier musée public national au monde.

Le British Museum a été créé en 1753, en grande partie sur la base des collections du médecin et scientifique Sir Hans Sloane. Le musée a ouvert ses portes au public le 15 janvier 1759, à Montagu House, sur le site du bâtiment actuel. Son expansion au cours des deux siècles et demi qui suivirent fut en grande partie due à l’expansion de la colonisation britannique et a abouti à la création de plusieurs institutions, la première étant le British Museum of Natural History à South Kensington en 1881 Musée d’histoire naturelle).

En 1973, le British Library Act 1972 a détaché le département des bibliothèques du British Museum, mais il a continué à accueillir la British Library maintenant séparée dans la même salle de lecture et le même bâtiment que le musée jusqu’en 1997. Le musée est un organisme public non ministériel par le Département du numérique, de la culture, des médias et des sports et, comme pour tous les autres musées nationaux du Royaume-Uni, il ne facture aucun droit d’entrée, sauf pour les expositions de prêt.

En 2013, le musée a reçu un record de 6,7 millions de visiteurs, soit une augmentation de 20% par rapport à l’année précédente. Les expositions populaires telles que “La vie et la mort à Pompéi et Herculanum” et “Art de l’âge de glace” sont créditées pour avoir contribué à alimenter l’augmentation du nombre de visiteurs. Des plans ont été annoncés en septembre 2014 pour recréer l’ensemble du bâtiment ainsi que toutes les expositions du jeu vidéo Minecraft en collaboration avec des membres du public.