Art au fusain

Le charbon de l’artiste est une forme de médium d’art sec composé de matériaux organiques finement broyés, maintenus ensemble par un liant à base de gomme ou de cire ou produits sans liants en éliminant l’oxygène à l’intérieur du matériau au cours du processus de production. Ces fusains sont souvent utilisés par les artistes pour leurs propriétés polyvalentes, telles que la texture rugueuse qui laisse des marques moins permanentes que d’autres supports artistiques. Le charbon de bois peut produire des lignes très légères ou extrêmement noires, tout en étant facilement amovibles, tout en étant vulnérable aux taches sur le papier. Le milieu sec peut être appliqué sur presque toutes les surfaces, du plus lisse au plus grossier. Les fixatifs sont souvent utilisés avec des dessins au charbon pour solidifier la position afin d’empêcher l’effacement ou l’effacement des poussières de charbon.

La méthode utilisée pour créer du charbon de l’artiste est similaire à celle utilisée dans d’autres domaines, tels que la production de poudre à canon et de combustible de cuisson. Le type de matériau du bois et la méthode de préparation permettent de produire une variété de types et de textures de charbon de bois.

Propriétés
En tant que matériau utilisé pour le dessin, le carbone cristallisé du graphite utilisé dans les crayons permet de se déplacer facilement sur le papier et de tracer des lignes précises et plus fines, grâce à la possibilité de tailler le crayon, le fusain laisse des traits plus épais et plus vagues. De même, il se prête au flou, permettant ainsi des effets et des tons variés. En revanche, le noir de graphite a tendance à laisser un lustre métallique et gris, tandis que le charbon de bois est noir.

L’histoire
Le bois carbonisé a été dessiné depuis des temps immémoriaux, comme en témoignent de nombreux dessins rupestres. Jusqu’au Moyen Âge, cependant, il s’agissait davantage d’un outil, par exemple pour les dessins préliminaires ou pour l’exercice. C’est seulement avec l’estimation plus élevée du dessin à la main en général et le développement de méthodes de fixation appropriées à partir du XVe siècle que des œuvres créées selon cette technique ont été créées comme objectif final et non comme étape préliminaire. À partir de ce moment, il a été fixé soit en le plaçant dans un bain de colle, soit en le recouvrant de colle. La meilleure méthode consistait à appliquer la colle sur la feuille avant le dessin, d’appliquer le charbon après séchage, puis à ramollir la colle à la vapeur pour fixer le dessin. Une autre possibilité s’est développée au milieu du XVIe siècle en Italie, où le charbon était imbibé d’huile peu de temps avant d’être traité. Le trait est plus plein et est à peine effaçable, ce qui empêche également une correction. En outre, l’huile jaunit, laissant des traces. Le dessin au fusain est utilisé jusqu’à présent, les possibilités de fixation ont été considérablement étendues par pulvérisation. Le fusain est également très bon avec les crayons gris, ce qui permet d’augmenter la palette de gris sans perdre le caractère de trait typique.

Production
Différents bois sont utilisés tels que le vin, le saule, le tilleul, les arbres fruitiers et autres. L’important est que le bois soit cultivé de manière uniforme. Le charbon ne doit pas être trop mou, ni trop dur, il traîne ou se brise sinon, il doit bien noircir. Les tiges coupées sont enveloppées dans de l’argile ou placées dans un pot en argile scellé. Ensuite, ils sont cuits lentement dans un four. Ces derniers temps, la poudre de charbon de bois est comprimée en barres, ce qui permet différents degrés de dureté.

Des arbres
Le bois le plus utilisé aujourd’hui est le saule car il permet une grande variété de diamètres, une homogénéité de tendreté et une bonne densité de noirs. D’autres arbres peuvent être utilisés pour leur fabrication: charbon de bois européen bien sûr, bouleau, épinette (en Finlande), tilleul, mais aussi noyer, figuier, prunier, myrte (en Grèce) ou romarin (en Italie) et buis.

Les imitations (chinoises en particulier) de charbon de bois proviennent de divers arbres: les branches les plus épaisses sont coupées dans le sens de la longueur pour imiter la taille du charbon de bois. Nous reconnaissons un anneau de charbon naturel entourant son cercle central (marque de son âge: un an).

Les catégories
Selon la partie de la branche dans laquelle il a été coupé, les bâtons peuvent être de tailles / diamètres différents: fin ou mignonette (2-3 mm), moyennement gros ou petit (4-6 mm), gros ou moyen (7 -9 mm), très gros ou grand buisson (12-14 mm) à géant pour la scénographie (16-24 mm).

Le charbon de bois peut être plus ou moins tendre. Quant à la mine de crayon, plus elle sera sèche et moins elle marquera le support, et au contraire, plus elle sera douce, plus elle s’assombrira.

Il existe également du charbon de bois comprimé ou comprimé: plus dur, il est constitué de poudre de charbon mélangée à un liant. Il est également plus difficile à effacer.

Les types
Il existe différents types et utilisations du charbon de bois en tant que médium artistique, mais les types les plus couramment utilisés sont: Compressé, Vigne et Crayon.

Le charbon de vigne est un bâtonnet de charbon long et mince qui résulte de la combustion de vignes dans un four sans air.

Le charbon de saule est un bâtonnet de charbon de bois long et fin qui résulte de la combustion de bâtons de saule dans un four sans air.

Les propriétés amovibles du charbon de saule et de la vigne, par dépoussiérage et gommage, sont privilégiées par les artistes pour la réalisation de croquis préliminaires ou de compositions de base. Cela rend également ce type de charbon moins approprié pour la création d’images détaillées.

Le charbon de bois comprimé (également appelé bâtons de charbon de bois) est façonné en un bloc ou un bâton. L’intensité de la nuance est déterminée par la dureté. La quantité de liant de gomme ou de cire utilisée au cours du processus de fabrication affecte la dureté, produisant plus doucement des marques intensément noires tout en laissant plus ferme les marques claires.

Les crayons de charbon de bois sont constitués de charbon de bois compressé enfermé dans une enveloppe en bois. Conçus pour ressembler aux crayons de graphite tout en conservant la plupart des propriétés du charbon, ils sont souvent utilisés pour des dessins fins et précis, tout en évitant de marquer la main de l’utilisateur.

D’autres types de fusains d’artistes, tels que les crayons de charbon de bois, ont été mis au point au 19e siècle et utilisés par les caricaturistes. Les poudres de charbon de bois sont utilisées pour créer des motifs et le ponçage, une méthode de transfert de motifs d’une surface à l’autre.

La teneur en charbon des artistes varie considérablement en fonction de la proportion d’ingrédients: du charbon de bois comprimé obtenu à partir de bouleau brûlé, de l’argile, du pigment noir de lampe et une petite quantité d’outremer. Plus ce mélange est chauffé longtemps, plus il devient mou.

Dessin au charbon de bois
Bien que, depuis la Renaissance, de nombreux artistes aient utilisé du charbon de bois (Léonard de Vinci, Verrocchio, Dürer, Pontormo), peu d’œuvres ont été conservées, parmi lesquelles celles de Carracci, Baroche, Reni ou Dominiquin. Le mot charbon ou fusine, en tant qu’instrument de dessin, est attesté en français depuis 1704. Les artistes l’appellent également charbon: le charbon de Garais.

Cependant, pour Karl Robert, “la montée du charbon de bois qui remonte à 1847 ou 1848 (p. 8)”. Cet usage n’est pas sans rapport avec le goût du moment pour rendre les lumières 4. Plus que les crayons, la pierre noire, le sang, en effet, le fusain se prête bien aux zones plates et rend le modelé (p. 10).

Les classiques (Prud’hon) et les romantiques (Delacroix, Goya) les utilisaient comme instruments de dessin.

Les post-impressionnistes l’utilisaient plus largement, comme Degas, Redon et surtout Seurat. Ce dernier fit de nombreuses études préparatoires à ses travaux et pointilliste (et c’est la majorité) de dessins indépendants (série de “noirs”) au fusain qui lui permettaient de travailler la composition par plans de valeurs, cherchant des volumes sans recours à la ligne et analyser le jeu des ombres et des lumières par le seul moyen des gris.

Augustus était l’un des maîtres du charbon de bois du 19ème siècle. Il enseigna le dessin au fusain et publia en 1873 un traité sur l’art traduit en plusieurs langues.

Histoire de l’art
Le charbon de bois était souvent un élément clé de la peinture rupestre, avec des exemples remontant à au moins 28 000 ans.

L’une des peintures les plus anciennes est celle d’un zèbre, trouvée dans la grotte Apollo en Namibie.

À la Renaissance, le charbon de bois était largement utilisé, mais peu d’œuvres d’art ont survécu à la suite de l’écaillage de particules de charbon de bois sur la toile. À la fin du XVe siècle, un procédé d’immersion des dessins dans un bain de gomme a été mis en place pour empêcher le charbon de s’écailler. Les peintures au fusain remontent à 23 000 ans av. Depuis lors, de nombreuses cultures ont utilisé le charbon de bois pour l’art, le camouflage et les rites de passage. De nombreux peuples autochtones d’Australie, d’Afrique, des îles du Pacifique, d’Asie et d’autres encore pratiquent la peinture corporelle pour les rites de passage, notamment la naissance d’enfants, les mariages, les rituels spirituels, la guerre, la chasse et les rites funéraires. De nombreux artistes utilisent le charbon de bois en raison de ses traits noirs foncés uniques. La faible structure du charbon de bois provoque un écaillage du matériau sur la toile.

Tout au long de l’histoire de l’art occidental, des artistes bien connus pour leurs médiums ont utilisé du fusain pour dessiner ou des études préliminaires pour la peinture finale. Robert Longo, William Kentridge, Dan Pyle et Joel Daniel Phillips sont des exemples d’artistes contemporains utilisant le charbon de bois comme support principal.

Techniques artistiques
Le papier utilisé avec le charbon de l’artiste peut varier en qualité. Une texture rugueuse peut laisser plus de charbon adhérer au papier. L’utilisation de papier tonique offre différentes possibilités, car les pastels à l’huile blancs (communément désignés par le nom de marque Conté) peuvent être utilisés en combinaison avec du fusain pour créer un contraste.

Selon le récit du poète Paul Valéry 6, Degas a expliqué que sa peinture résultait d’une série d’opérations commençant par la définition du dessin au fusain sur papier, de préférence du papier calque. Une fois que le premier dessin a été fait, et toujours sur le même papier, sans utiliser d’autres dessins ni d’études séparées, il a également apporté des corrections au fusain ou des ajustements qu’il a jugés appropriés, renforçant ainsi les traits initiaux. Une fois le dessin terminé, il pouvait appliquer la couleur de ses peintures au pastel de manière conventionnelle ou par un procédé de son invention, en appliquant le fixatif par couches successives à partir du dessin initial et en coloriant le fixatif, de sorte que le dessin au fusain reste “figé”. “ou scellé sans altération sous les couches successives de couleur.

Éclosion
C’est une méthode dans laquelle des lignes minces et sombres sont continuellement placées parallèlement les unes aux autres. Lorsque vous avez terminé avec du charbon de bois, il en ressort plus lisse et plus foncé.

Frottement
Le frottement se fait avec une feuille de papier pressée contre la surface ciblée puis le charbon de bois frotte contre le papier. Il crée une image de la texture de la surface.

Mélange
Le mélange est fait pour créer des transitions douces entre les zones les plus sombres et les plus claires d’un dessin. Il peut également créer un effet d’ombre. Deux méthodes de mélange courantes sont l’utilisation d’un doigt pour frotter ou étendre du charbon appliqué sur le papier ou l’utilisation de souches de mélange de papier, également appelées Tortillon. Beaucoup préfèrent utiliser un chamois, qui est un morceau de cuir doux et carré.

Levage (effacement)
L’effacement est souvent effectué avec une gomme en caoutchouc malaxée. C’est une gomme malléable qui est souvent dite auto-nettoyante. Vous pouvez le façonner en le malaxant doucement avec les mains, dans des pointes pour des zones plus petites ou en le retournant pour le nettoyer.

Conservation des dessins
La marque du charbon sur le support est fugace, ce qui présente l’avantage de permettre repentances et corrections, mais nécessite, pour conserver un dessin au fusain, d’utiliser un fixatif afin d’empêcher le carbone de se décoller, lorsqu’un objet est frotté sur le support. Utilisé pour être fixé le travail en imprégnant le papier de l’arrière avec un vernis fluide. Il existe maintenant des produits dans des bombes ou des flacons (à utiliser avec une petite bouche de pulvérisation). Il est économiquement possible d’utiliser de la laque, mais, n’étant pas destiné à cette fin, cela peut être gênant, car le jaunissement de la feuille finit par se produire.

S’il n’est pas encadré, le dessin au fusain sur papier sera conservé entre deux feuilles de papier cristal.