Pièce de caractère

La pièce de personnage est un calque de l’allemand Charakterstück, terme mal défini qui désigne une large gamme de musique pour piano du XIXe siècle, fondée sur une idée ou un programme unique. Le terme est moins fréquemment appliqué à la musique pour un autre instrument (jamais de voix) avec accompagnement au piano, mais très rarement pour des ensembles plus grands.

Les pièces de personnage sont un élément essentiel de la musique romantique et sont essentielles à l’intérêt de ce mouvement pour l’évocation d’humeurs ou de moments particuliers. Ce qui distingue les morceaux de personnage, c’est la spécificité de l’idée qu’ils invoquent. De nombreuses pièces de caractère sont composées sous une forme ternaire, mais cette forme n’est pas universelle dans le genre. Une caractéristique commune est un titre exprimant le caractère voulu, tel que Voyage autour de ma chambre de Stephen Heller, un exemple du genre à ses débuts, ou Abendklänge de Bruckner (“Harmonies du soir”). D’autres pièces de personnage portent des titres suggérant une brièveté et une singularité de concept, telles que Bagatelles de Beethoven, ou Préludes de Debussy, ou une construction informelle: le titre Impromptu est commun. Beaucoup de nocturnes et d’intermezzi du XIXe siècle sont également des personnages, notamment ceux de Chopin et de Brahms, respectivement.

L’histoire
Les premières mentions de charakter- dans les titres des pièces se trouvent déjà au 18ème siècle, par exemple chez Beethoven, qui a ainsi appelé l’ouverture symphonique «Leonora». Jusque dans les années 1830, le terme n’est guère utilisé, mais avec le développement de la musique pour piano, il trouve de plus en plus d’adhérents de cette forme. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, de nombreuses pièces de théâtre ont vu le jour et le sens du terme tend à se développer: outre la musique qui caractérise l’ambiance, il commence à porter sur la description musicale de lieux, d’événements et de personnages.

Origine
De temps en temps, des allégories musicales de la période baroque sont déjà comptées parmi les pièces de personnage. La théorie des affections combinait ambiances et dispositifs stylistiques musicaux. Certes, ce sont encore des correspondances très générales et symboliques, et non l’expression individuelle demandée depuis la fin du XVIIIe siècle et rendue possible par le son du pianoforte.

La sensibilité musicale du 18e siècle était un trait d’union entre le baroque et le romantisme: des œuvres de clavecinistes français tels que François Couperin ou Jean-François Dandrieu ont inspiré des compositeurs nord-allemands tels que Christian Gottfried Krause, qui a recommandé des morceaux dans son livre Von der musikalischen Poesie (1753) pour donner un titre. À ce moment-là, l’unité d’affect baroque, qui était aussi valable pour l’aria, et le principe de l’imitation de la nature, tels qu’il le fut par Charles Batteux, restaient importants à cette époque. La musique n’a pas encore été considérée comme un art indépendant.

Intérêt théorique et besoins éducatifs vers 1800
Le théoricien de la musique Friedrich Wilhelm Marpurg et le compositeur Johann Friedrich Reichardt étaient encore du même avis. Christian Gottfried Körner a écrit en 1785 son essai sur la représentation des personnages dans la musique.

La nécessité de ces œuvres musicales est venue avant tout des amoureux plutôt que des musiciens professionnels. Ce que l’on appelle des pièces à main pour le cours de musique, précurseur des études ultérieures (piano) du XIXe siècle.

En 1784, Gottlieb Christian Füger publia des pièces de piano caractéristiques pour la représentation de douze affects. Les pièces de caractère de Johann Abraham Peter Schulz («Six pièces diverses pour le clavecin ou le piano», 1778/79) n’ont plus de lien cyclique. L’émancipation du mouvement unique incitait les compositeurs à écrire des personnages. Mais seul le début du romantisme a créé de nouvelles conditions. Crucial à cette époque était que la sonate pour piano n’était plus considérée comme le genre représentatif de la musique pour piano. Au contraire, le principe de la conception lyrique et chantante est devenu la nouvelle base de la musique instrumentale à cette époque. La pièce de caractère avec ses inclinations poétiques a maintenant été menée à bien.

La poésie musicale au XIXe siècle
Johann Wenzel Tomaschek (1807), l’un des premiers représentants de la pièce de personnage la plus moderne, a écrit un total de dix albums avec des pièces de personnage prononcées datant de 1807 pendant plus de 30 ans, principalement sous forme de chanson en trois parties. Les eclogues publiées depuis 1810/1811 ont été suivies plus tard par des rhapsodies. En tant que variantes tardives de la représentation des effets baroques, on peut encore comprendre les études caractéristiques du pianoforte (1836) d’Ignaz Moscheles. Ils ont des titres comme: “colère, contradiction, tendresse, peur”.

Les “pièces à main” sont devenues de plus en plus techniques au fil du temps. Voici des points de départ essentiels pour les œuvres d’artistes postérieurs, dont Lieder ohne Worte de Felix Mendelssohn Bartholdy, Seven Characteristic Pieces op. 7 (1827). Ceux-ci sont dans le signe de leurs prédécesseurs Ludwig Berger et Moscheles. Contrairement à Mendelssohn, Franz Schubert a trouvé ses modèles musicaux principalement dans la musique vocale.

Dans Robert Schumann, l’élément poétique est souvent confirmé par des gros titres (scènes de forêt, scènes d’enfants, Nachtstück, pièce de fantaisie, pages d’albums, etc.). Les 18 Davidsbündlertänze op. 6 (1837) ne sont désignés comme pièces de caractère que dans la deuxième édition de 1850/51.

Popularisation et perte de prestige
Avec la vulgarisation de la pièce de personnage dans la musique populaire et l’avènement du programme symphonique, du poème symphonique et de la musique dans le ballet romantique où toutes les actions à grande échelle et de plus grands ensembles sont présentées musicalement, la pièce de personnage a perdu de son importance. Elle était d’autant plus souvent associée aux sensations visuelles de l’époque, telles que panorama et diorama ou encore l’image de la vie dans le théâtre populaire. En retour, l’idéal d’une musique absolue a été formé, qui devrait être “purifié” de significations extra-musicales.

Parmi les successeurs de Schumann, figuraient des artistes tels que Stephen Heller, Theodor Kirchner (Neue Davidsbündlertänze op. 17, 1872 et des pièces de caractère op. 61, 1882) et Adolf Jensen. La pièce de personnage est devenue de plus en plus une sorte de modèle. Plus tard, des compositeurs tels que Edvard Grieg développèrent leur propre style (jour du mariage à Troldhaugen [Bryllupsdag på Troldhaugen], 1897).

Variantes au 20ème siècle
L’impressionnisme de Claude Debussy est devenu une tradition française du personnage (Children’s Corner, Estampes, Images) allant de Maurice Ravel, Eric Satie à Olivier Messiaen.

À partir de la fin du XIXe siècle, les œuvres de musique de salon sont également appelées pièces de caractère. La musique radiophonique du XXe siècle utilisait le personnage comme souvenir touristique (sur l’Adriatique bleu de Gerhard Winkler) ou un morceau de musique fonctionnel (The Merry Alarm Clock de Boris Mersson). Le terme prend ainsi un caractère éblouissant et est souvent utilisé péjorativement. Dans les pièces de personnage de cette époque, un effet musical surprenant est au premier plan. Des exemples en sont la promenade en traîneau à Saint-Pétersbourg (il y a des coups de fouet et les aboiements de chiens) et le moulin dans la Forêt Noire (il y a des enregistrements avec le chant des oiseaux) de Richard Eilenberg, Sur un marché persan d’Albert Ketèlbey (musique de cirque la quintessence de l’Oriental) et la parade de la garde de Heinzelmänchen par Kurt Noack.

Démarcation du programme
Il n’est pas toujours facile de différencier les personnages de la musique programmée. Le musicologue Hugo Riemann considérait que “l’attente ravie du compositeur dans un seul effet” (Handbuch der Musikgeschichte, 1913) était une caractéristique de la pièce de personnage. En revanche, la musique de programme décrit toute une intrigue. La différence entre personnage et action peut être mieux utilisée dans la poétique d’Aristote: la musique programme décrit une sorte de drame ou d’épopée, tandis que la pièce de personnage reste statique et présente au mieux des contrastes (comme souvent dans une partie centrale).

Formes
Contrairement aux mouvements d’une sonate ou d’une suite, la pièce de caractère est souvent seule, comme Albumblatt, Pièce détachée ou Moment musical. Plusieurs morceaux lyriques se combinent parfois entre eux pour former des cycles, par exemple, sur des thèmes similaires (comme Kinderszenen de Schumann). En tant que modèle, servez dance, song et Rondoformen, puisque la romance était principalement utilisée pour les formes de chant.

Les morceaux de caractère sont essentiels dans la musique du romantisme et sont essentiels pour les mouvements dans lesquels l’évocation de modes ou de moments particuliers présente un intérêt. Ce qui distingue les pièces de caractère, c’est la spécificité de l’idée qu’elles évoquent. De nombreuses pièces de caractère sont composées sous forme ternaire, mais ce n’est pas une caractéristique universelle. L’intention de leur attribuer des titres expressifs, comme «Voyage autour de ma chambre» de Stephen Heller, constitue un trait commun. D’autres pièces de personnage portent des titres suggérant la brièveté et la singularité du concept, telles que des bagatelles de Beethoven ou de Preludesof de Debussy, ou une construction informelle: le titre Impromptu est commun. Beaucoup de nocturnes et d’intermezzi sont aussi des personnages, parmi lesquels ceux de Chopin et Brahms, respectivement.

Les grands ensembles de nombreuses pièces de caractère individuelles, destinés à être joués comme une seule pièce de musique, n’étaient pas rares; Les nombreux travaux de Schumann de cette forme (notamment Kreisleriana et Carnaval) en sont les exemples les plus connus. À la fin des XIXe et XXe siècles, lorsque la musique pour piano est devenue ambitieuse et de plus en plus grande, l’ampleur de ce à quoi une pièce de personnage pouvait faire référence s’est également élargie. The New Grove cite le “Festival des paysans tziganes” de Smetana et “Le Rameur” de Sibelius comme exemples de cette tendance ultérieure.