Commercialisation d’éthanol cellulosique

La commercialisation de l’éthanol cellulosique est le processus de construction d’une industrie consistant à transformer des matières organiques contenant de la cellulose en éthanol cellulosique pour l’utiliser comme biocarburant. Des sociétés telles que Iogen, POET, DuPont et Abengoa construisent des raffineries capables de traiter la biomasse et de la transformer en bioéthanol. Des sociétés telles que Diversa, Novozymes et Dyadic produisent des enzymes qui pourraient permettre un avenir à l’éthanol cellulosique. Le passage des matières premières des cultures vivrières aux résidus et aux graminées indigènes offre des opportunités considérables à de nombreux acteurs, allant des agriculteurs aux sociétés de biotechnologie et des développeurs de projets aux investisseurs.

À partir de 2013, les premières usines commerciales produisant des biocarburants cellulosiques ont commencé à fonctionner. Des voies multiples pour la conversion de différentes matières premières de biocarburants sont utilisées. Dans les prochaines années, les données sur les coûts de ces technologies exploitées à l’échelle commerciale et leur performance relative seront disponibles. Les leçons apprises permettront de réduire les coûts des processus industriels impliqués.

Production d’éthanol cellulosique
L’éthanol cellulosique peut être produit à partir d’un large éventail de matières premières, telles que la pulpe de bois d’arbres ou de toute matière végétale. Au lieu de prendre le grain du blé et de le moudre pour obtenir de l’amidon et du gluten, puis de l’amidon, la production d’éthanol cellulosique implique l’utilisation de toute la récolte. Cette approche devrait permettre d’accroître les rendements et de réduire l’empreinte carbone, car la quantité d’engrais et de fongicides à forte intensité énergétique restera la même, ce qui permettra d’obtenir une plus grande quantité de matière utilisable.

Économie
Le passage à une ressource en carburant renouvelable est un objectif depuis de nombreuses années. Cependant, l’essentiel de sa production repose sur l’utilisation d’éthanol de maïs. En 2000, seulement 6,2 milliards de litres ont été produits aux États-Unis, mais ce nombre a augmenté de plus de 800% à 50 milliards de litres en seulement une décennie (2010). Les pressions exercées par le gouvernement pour se tourner vers les ressources en carburant renouvelable sont apparues clairement depuis la mise en œuvre par la US Environmental Protection Agency de la norme de 2007 sur le carburant renouvelable (RFS), qui stipule qu’un certain pourcentage de carburant renouvelable doit être inclus dans les produits carburants. Le gouvernement américain a fortement encouragé le passage à la production d’éthanol cellulosique à partir d’éthanol de maïs. Même avec ces politiques en place et les tentatives du gouvernement de créer un marché pour l’éthanol de cellulose, il n’y a pas eu de production commerciale de ce carburant en 2010 et 2011. La loi sur l’indépendance, la sécurité et l’énergie (Energy Independence and Security Act) fixait à l’origine les objectifs de 100 millions, 250 millions et 500 millions d’euros. gallons pour les années 2010, 2011 et 2012 respectivement. Cependant, à partir de 2012, il était prévu que la production d’éthanol cellulosique serait d’environ 10,5 millions de gallons, loin de l’objectif visé. En 2007 seulement, le gouvernement américain a consacré 1 milliard de dollars aux projets d’éthanol cellulosique, tandis que la Chine a investi 500 millions de dollars dans la recherche sur l’éthanol cellulosique.

En raison du manque de données existantes sur les usines commercialisées, il est difficile de déterminer la méthode de production exacte qui sera le plus couramment utilisée. Les systèmes modèles tentent de comparer les coûts de différentes technologies, mais ces modèles ne peuvent pas être appliqués aux coûts des installations commerciales. Actuellement, il existe de nombreuses installations pilotes et de démonstration en activité qui présentent une production cellulosique à plus petite échelle. Ces principales installations sont résumées dans le tableau ci-dessous.

Les coûts de démarrage d’usines pilotes d’éthanol lignocellulosique à l’échelle pilote sont élevés. Le 28 février 2007, le département américain de l’Énergie a annoncé l’octroi d’une subvention de 385 millions de dollars à six usines de production d’éthanol cellulosique. Ce financement sous forme de subvention représente 40% des coûts d’investissement. Les 60% restants proviennent des promoteurs de ces installations. Ainsi, un milliard de dollars au total sera investi pour une capacité d’environ 140 millions de gallons américains (530 000 m3). Cela se traduit par une capacité de production annuelle de 7 $ / gallon en coûts d’investissement pour les usines pilotes; les coûts en capital futurs devraient être inférieurs. Les usines de transformation du maïs en éthanol coûtent environ 1 à 3 dollars par an de capacité, bien que le coût du maïs lui-même soit considérablement plus élevé que celui du panic raide ou de la biomasse perdue.

À partir de 2007, l’éthanol est produit principalement à partir de sucres ou d’amidons, obtenus à partir de fruits et de céréales. En revanche, l’éthanol cellulosique est obtenu à partir de la cellulose, composant principal du bois, de la paille et d’une grande partie de la structure des plantes. Étant donné que la cellulose ne peut pas être digérée par l’homme, sa production ne rivalise pas avec la production d’aliments autres que la conversion de terres de production alimentaire en production de cellulose (qui a récemment commencé à devenir un problème en raison de la hausse des prix du blé.) Le prix à la tonne de la matière première est donc beaucoup moins cher que celui des céréales ou des fruits. De plus, la cellulose étant le composant principal des plantes, la plante entière peut être récoltée. Cela se traduit par de bien meilleurs rendements: jusqu’à 10 tonnes courtes par acre (22 t / ha), au lieu de 4 à 5 tonnes courtes / acre (9 à 11 t / ha) pour les meilleures cultures céréalières.

La matière première est abondante. On estime que 323 millions de tonnes de matières premières contenant de la cellulose pouvant être utilisées pour créer de l’éthanol sont jetées chaque année aux États-Unis. Cela comprend 36,8 millions de tonnes sèches de déchets de bois urbains, 90,5 millions de tonnes sèches de résidus de scieries primaires, 45 millions de tonnes sèches de résidus forestiers et 150,7 millions de tonnes sèches de tiges de maïs et de paille de blé. Les transformer en éthanol à l’aide d’enzymes hémi (cellulase) efficaces et rentables ou d’autres procédés pourrait fournir jusqu’à 30% de la consommation actuelle de carburant aux États-Unis. De plus, même des terres marginales pour l’agriculture pourraient être plantées avec des cultures produisant de la cellulose, telles que le panic raide, permettant ainsi de produire suffisamment pour remplacer toutes les importations actuelles de pétrole aux États-Unis.

Le papier, le carton et les emballages représentent une part importante des déchets solides envoyés chaque jour dans des décharges aux États-Unis, soit 41,26% de tous les déchets solides municipaux organiques (MSW), selon les profils de villes du California Integrated Waste Management Board.Ces profils de villes génèrent une accumulation de 612,3 tonnes courtes (555,5 t) par jour et par décharge, lorsque la densité de population moyenne de 2 413 habitants par mile carré persiste. Tous ces éléments, à l’exception des panneaux de gypse, contiennent de la cellulose pouvant être transformée en éthanol cellulosique. Cela peut avoir des avantages environnementaux supplémentaires, car la décomposition de ces produits produit du méthane, un puissant gaz à effet de serre.

La réduction de l’élimination des déchets solides par la conversion à l’éthanol cellulosique réduirait les coûts d’élimination des déchets solides pour les gouvernements locaux et les états. Aux États-Unis, on estime que chaque personne jette 2,0 kg de déchets chaque jour, dont 37% contiennent des vieux papiers, principalement de la cellulose. Cela représente 244 000 tonnes par jour de vieux papiers contenant de la cellulose. La matière première utilisée pour produire de l’éthanol cellulosique est non seulement gratuite, mais elle a un coût négatif: les producteurs d’éthanol peuvent être payés pour l’enlever.

En juin 2006, une audience du Sénat américain a été informée que le coût actuel de production d’éthanol cellulosique était de 2,25 USD par gallon américain (0,59 USD / litre), principalement en raison de la faible efficacité actuelle de la conversion. À ce prix, il faudrait environ 120 dollars US pour remplacer un baril de pétrole (160 litres), compte tenu du plus faible contenu énergétique de l’éthanol. Cependant, le ministère de l’Énergie est optimiste et a demandé un doublement du financement de la recherche. La même audience du Sénat a été informée que l’objectif de la recherche était de réduire les coûts de production à 1,07 USD par gallon américain (0,28 USD / litre) d’ici 2012. “La production d’éthanol cellulosique représente non seulement un pas en avant vers une véritable diversité énergétique pour le pays, Vinod Khosla, associé directeur de Khosla Ventures, a récemment déclaré lors d’un sommet mondial sur les biocarburants à Reuters qu’il pouvait voir les prix du carburant descendre à 1 $ par gallon d’ici dix ans.

En septembre 2010, un rapport de Bloomberg analysait l’infrastructure européenne de la biomasse et le développement futur des raffineries. Les prix estimés pour un litre d’éthanol en août 2010 sont de 0,51 EUR pour 1 g et de 0,71 pour 2 g. [Clarification nécessaire] Le rapport suggère que l’Europe copie les subventions américaines actuelles pouvant aller jusqu’à 50 USD par tonne sèche.

Récemment, le 25 octobre 2012, BP, l’un des leaders des produits à base de carburant, a annoncé l’annulation de son projet d’usine d’une capacité commerciale de 350 millions de dollars. Il a été estimé que l’usine produirait 36 ​​millions de gallons par an à son emplacement dans le comté de Highlands, en Floride. BP a toujours fourni 500 millions de dollars américains pour la recherche sur les biocarburants à l’Institut des biosciences de l’énergie. General Motors (GM) a également investi dans des sociétés de fabrication de cellulose, en particulier Mascoma et Coskata. Il y a beaucoup d’autres entreprises en construction ou en voie de le devenir. Abengoa construit une plate-forme technologique avec une plante de 25 millions de gallons par an, basée sur le champignon Myceliophthora thermophila, afin de convertir la lignocellulose en sucres fermentescibles. Le poète est également en train de produire 200 millions de dollars et 25 millions de gallons par an à Emmetsburg, dans l’Iowa. Mascoma, désormais partenaire de Valero, a annoncé son intention de construire 20 millions de gallons par an à Kinross, dans le Michigan. China Alcohol Resource Corporation a développé une usine d’éthanol cellulosique de 6,4 millions de litres fonctionnant en continu.

De plus, depuis 2013, la société brésilienne GranBio cherche à devenir un producteur de biocarburants et de produits biochimiques. La société familiale met en service une usine d’éthanol cellulosique (éthanol 2G) de 82 millions de litres par an (22 millions de tonnes) dans l’état d’Alagoas, au Brésil, qui sera la première installation industrielle du groupe. L’usine d’éthanol de deuxième génération de GranBio est intégrée à une usine d’éthanol de première génération gérée par Grupo Carlos Lyra et utilise la technologie de traitement de Beta Renewables, les enzymes de Novozymes et la levure de DSM. Début des travaux en janvier 2013, la mise en service est achevée. Selon GranBio Annual Financial Records, l’investissement total s’est élevé à 208 millions de dollars US.

Commercialisation par pays

Australie
Ethtec construit actuellement une usine pilote à Harwood, en Nouvelle-Galles du Sud, qui utilise des résidus de bois comme matière première.

Brésil
GranBio (anciennement connu sous le nom de GraalBio) est en train de construire une installation qui devrait produire 82 millions de litres d’éthanol cellulosique par an.

Canada
Au Canada, Iogen Corp. développe une technologie de traitement à l’éthanol cellulosique. Iogen a mis au point un procédé exclusif et exploite une usine de démonstration en Ontario. L’installation a été conçue et conçue pour transformer 40 tonnes de paille de blé par jour en éthanol à l’aide d’enzymes fabriquées dans une installation de fabrication d’enzymes adjacente. En 2004, Iogen a commencé à livrer ses premières livraisons d’éthanol cellulosique sur le marché. À court terme, la société a l’intention de commercialiser son procédé d’éthanol de cellulose en concédant des licences pour sa technologie dans le cadre de partenariats de construction d’usines clés en main. La société évalue actuellement des sites aux États-Unis et au Canada pour sa première usine à échelle commerciale.

Lignol Innovations possède une usine pilote utilisant le bois comme matière première à Vancouver.

En mars 2009, KL Energy Corporation du Dakota du Sud et Prairie Green Renewable Energy de l’Alberta ont annoncé leur intention de développer une usine d’éthanol cellulosique près de la baie d’Hudson, en Saskatchewan. L’installation d’énergie renouvelable du nord-est de la Saskatchewan utilisera la conception et l’ingénierie modernes de KL Energy pour produire de l’éthanol à partir de déchets de bois.

Chine
La production d’éthanol cellulosique existe actuellement aux niveaux “pilote” et “démonstration commerciale”, y compris une usine en Chine conçue par SunOpta Inc., détenue et exploitée par China Resources Alcohol Corporation, qui produit actuellement de l’éthanol cellulosique à partir de tiges de maïs (tiges et feuilles) sur une base continue, 24 heures par jour.

Danemark
L’usine de bioéthanol d’Inbicon basée à Kalundborg, d’une capacité de production de 5,4 millions de litres (1 400 000 litres) par an, a été ouverte en 2009. Considérée comme la plus grande usine d’éthanol cellulosique au monde à compter de début 2011, l’installation exploite environ 30 000 tonnes métriques tonnes) de paille par an et l’usine emploie environ 30 personnes. L’usine produit également 13 000 tonnes de boulettes de lignine par an, utilisées comme combustible dans les centrales de production combinée de chaleur et d’électricité, et 11 100 tonnes de mélasse C5 actuellement utilisée pour la production de biométhane par digestion anaérobie. Supplément alimentaire pour animaux à teneur élevée en glucides et matière première biologique potentielle pour la production de nombreux produits chimiques de base, y compris les diols, les glycols, les acides organiques et les précurseurs et intermédiaires de biopolymères.

Depuis octobre 2010, un mélange E5 de 95% d’essence et de 5% d’éthanol cellulosique est disponible dans 100 stations-service au Danemark. Distribué par Statoil, le mélange Bio95 2G utilise de l’éthanol dérivé de paille de blé collectée dans des champs au Danemark après la récolte et produit par Inbicon (une division de DONG Energy), à l’aide de la technologie enzymatique de Novozymes.

Usines commerciales ou expérimentales d’éthanol cellulosique au Danemark (opérationnelles ou en construction)

Entreprise Emplacement Matière première Montant annuel Opérationnel
Biogasol Bornholm La paille de blé 5 mégalitre 2012
Ensted-værket Aabenraa La paille de blé ? mégalitre 2013
Inbicon appartenant à Dong Energy Kalundborg, Zélande La paille de blé 5,4 mégalitre 2009
Maabjerg Energy Concept appartenant à Dong Energy Maabjerg La paille de blé 50-70 mégalitre Annulé 2016

Allemagne
La société de biocarburants Butalco a récemment signé un contrat de recherche et développement avec l’Université de Hohenheim. L’Institut de technologie de la fermentation du Département des sciences de l’alimentation et de la biotechnologie de l’Université de Hohenheim s’intéresse aux questions relatives à la production de bioéthanol depuis près de 30 ans. Ces dernières années, l’accent a été mis sur l’amélioration de l’évaluation des matériaux, de l’énergie et du cycle de vie de la production d’éthanol. L’intérêt particulier de BUTALCO est l’utilisation de la nouvelle usine pilote, équipée d’une salle de fermentation approuvée de classe de sécurité 1 avec 4 fermenteurs de 1,5 m³. Le concept de l’usine permet de traiter des matières premières à base d’amidon et de lignocellulosique. La collaboration permettra à BUTALCO d’optimiser techniquement ses souches de levure pour la fermentation de sucre C5 et la production de butanol et de produire les premières quantités de bioéthanol à partir de lignocellulose. L’ensemble du processus de production de biocarburant, depuis le choix de la matière première de la biomasse cellulosique jusqu’à la conversion en sucres et la fermentation jusqu’à la purification, sera optimisé dans des conditions industrielles.

À Straubing, la société de produits chimiques de spécialité Clariant exploite une usine précommerciale basée sur son processus de liquide solaire depuis 2012. L’usine est capable de produire jusqu’à 1 000 tonnes d’éthanol cellulosique à partir de résidus agricoles tels que la paille de blé, les tiges de maïs ou la bagasse de canne à sucre. La technologie du procédé utilise l’hydrolyse enzymatique, suivie de la fermentation du sucre C5 et C6 en éthanol. La société envisage de concéder une licence d’utilisation de cette technologie dans le monde entier.

Inde
La production d’éthanol cellulosique existe actuellement à l’échelle “pilote” et des efforts sont déployés pour utiliser la biomasse lignocellulosique résiduelle dans la production d’éthanol. Études à l’échelle pilote sur l’utilisation d’aiguilles de pin et de mauvaises herbes Lantana entreprises par la Division de la cellulose et du papier, Forest Research Institute, Dehradun, Inde.

Italie
Mossi & amp; basé en Italie Le 12 avril 2011, le groupe Ghisolfi a ouvert le terrain pour son usine d’éthanol cellulosique de 49 000 m3 (13 millions de gallons américains) à Crescentino, dans le nord-ouest de l’Italie. Il s’agira du plus grand projet d’éthanol cellulosique au monde, dix fois plus grand que exploite actuellement des installations de démonstration. L’usine “devrait être opérationnelle en 2012 et utilisera une variété de matières premières d’origine locale, à commencer par la paille de blé et Arundo donax, une canne géante vivace”.

Japon
Nippon Oil Corporation et d’autres fabricants japonais, y compris Toyota Motor Corporation, envisagent de créer un organisme de recherche chargé de développer les biocarburants dérivés de la cellulose. Le consortium prévoit de produire 250 000 kilolitres (1,6 million de barils) de bioéthanol par an d’ici mars 2014 et de produire du bioéthanol à 40 yens (0,437 dollar) le litre d’ici 2015.

En mars 2009, Honda Motor a annoncé un accord pour la construction d’un nouveau centre de recherche sur l’éthanol cellulosique au Japon. La nouvelle succursale de Kazusa du centre de recherche sur les technologies fondamentales de Honda sera construite dans le parc Kazusa Akademia, à Kisarazu, à Chiba. La construction devrait débuter en avril 2009 et devrait être opérationnelle en novembre 2009.

Norvège
En octobre 2010, Weyland, développeur norvégien de la technologie de l’éthanol cellulosique, a commencé la production de son installation pilote de 200 000 litres (environ 53 000 gallons) à Bergen, en Norvège. L’usine présentera le processus de production de l’hydrolyse acide de la société, ouvrant ainsi la voie à un projet à échelle commerciale. La société prévoit également de commercialiser sa technologie dans le monde entier.

Russie
Une usine commerciale convertissant du bois (50% de résineux + 50% de feuillus) en éthanol est en activité dans le nord de la Russie, la ville de Kirov, depuis 1972 et est toujours rentable. En tant que produit secondaire, la société Kirov Biochemical Works propose une levure fourragère sèche (20 tonnes / mois) et de la lignine. Pour installer du matériel de séchage et de combustion de la lignine, à la fois fraîche et accumulée dans la décharge, pour la vapeur et l’électricité, un emprunt bancaire de 200 millions de dollars a récemment été obtenu.

Espagne
Abengoa continue d’investir massivement dans la technologie nécessaire à la commercialisation de l’éthanol cellulosique. Utilisant la technologie de traitement et de prétraitement de SunOpta Inc., Abengoa construit une installation d’éthanol cellulosique de 5 millions de gallons américains (19 000 m3) en Espagne et a récemment conclu un accord de recherche-développement stratégique avec Dyadic International, Inc. (AMEX: DIL ), afin de créer de nouveaux et meilleurs mélanges d’enzymes pouvant être utilisés pour améliorer à la fois l’efficacité et la structure des coûts de production d’éthanol cellulosique.

Suède
SEKAB a mis au point un processus industriel de production d’éthanol à partir de matières premières de biomasse, notamment de copeaux de bois et de bagasse de canne à sucre. Les travaux de développement sont en cours dans une usine pilote de pointe à Örnsköldsvik et ont suscité un intérêt international. La technologie sera progressivement mise à l’échelle pour la production commerciale dans une nouvelle génération de bioraffineries de 2013 à 2015.

États Unis
Le gouvernement américain appuie activement le développement et la commercialisation de l’éthanol cellulosique par le biais de divers mécanismes. Au cours de la première décennie du 21e siècle, de nombreuses entreprises ont annoncé leur intention de construire des usines commerciales d’éthanol cellulosique, mais la plupart de ces projets se sont finalement effondrés et de nombreuses petites entreprises ont fait faillite. Actuellement (2016), il existe de nombreuses usines de démonstration à travers le pays et une poignée d’installations commerciales en exploitation ou à proximité. Aux États-Unis, le marché de l’éthanol cellulosique devrait continuer de croître au cours des prochaines années, les perspectives sont bonnes pour ce secteur.

Soutien du gouvernement
Le gouvernement fédéral américain encourage activement le développement d’éthanol à partir de matières premières cellulosiques comme alternative aux carburants classiques pour le transport du pétrole. Par exemple, les programmes parrainés par le US Department of Energy (DOE) comprennent des recherches visant à développer de meilleures enzymes d’hydrolyse de la cellulose et des organismes à fermentation éthanol, des études techniques de procédés potentiels et le cofinancement de l’éthanol initial provenant d’installations de production et de démonstration de biomasse cellulosique. Cette recherche est menée par divers laboratoires nationaux, notamment le Laboratoire national des énergies renouvelables (NREL), le Laboratoire national Oak Ridge (ORNL) et le Laboratoire national de l’Idaho (INL), ainsi que par des universités et le secteur privé. Les sociétés d’ingénierie et de construction et les sociétés d’exploitation effectuent généralement les travaux d’ingénierie.

En mai 2008, le Congrès a adopté un nouveau projet de loi sur l’agriculture qui accélérera la commercialisation de biocarburants avancés, y compris l’éthanol cellulosique. La loi de 2008 sur l’alimentation, la conservation et l’énergie prévoit des subventions couvrant jusqu’à 30% des coûts de développement et de construction de bioraffineries de démonstration destinées à la production de “biocarburants avancés”, qui comprennent essentiellement tous les carburants qui ne sont pas produits à partir d’amidon de maïs. Il prévoit également des garanties de prêt d’un montant maximal de 250 millions de dollars pour la construction de bioraffineries à échelle commerciale afin de produire des biocarburants avancés.

À l’aide d’un outil récemment développé appelé “modèle de déploiement des biocarburants”, les chercheurs de Sandia ont déterminé que 21 milliards de gallons américains (79 000 000 m3) d’éthanol cellulosique pourraient être produits chaque année d’ici 2022 sans déplacer les cultures actuelles. La norme sur les carburants renouvelables, qui fait partie de la loi de 2007 sur l’indépendance et la sécurité énergétiques, prévoit une augmentation de la production de biocarburants, qui atteindra 140 000 m3 (36 milliards de gallons) par an d’ici 2022.

En janvier 2011, l’USDA a approuvé des garanties de prêt de 405 millions de dollars dans le cadre de la loi agricole de 2008 afin de soutenir la commercialisation d’éthanol cellulosique dans trois installations détenues par Coskata, Enerkem et INEOS New Planet BioEnergy. Les projets représentent une capacité de production combinée annuelle de 73 millions de gallons (280 000 m3) et commenceront à produire de l’éthanol cellulosique en 2012. L’USDA a également publié une liste de producteurs de biocarburants avancés qui recevront des paiements pour développer leur production. En juillet 2011, le ministère de l’Énergie des États-Unis a consenti des garanties de prêt d’un montant de 105 millions de dollars à POET pour la construction d’une centrale de taille commerciale à Emmetsburg, dans l’Iowa.

Développement commercial
Aux États-Unis, l’industrie de l’éthanol cellulosique a mis au point de nouvelles usines de taille commerciale en 2008. Des installations d’une capacité totale de 12 millions de litres (3,17 millions de gallons) par an ont été mises en service et de 80 millions de litres supplémentaires (21,13 millions de gallons) par an – dans 26 nouvelles usines – était en construction. (À titre de comparaison, la consommation de pétrole aux États-Unis pour toutes les utilisations était d’environ 816 millions de gal / jour en 2008.)

Usines d’éthanol cellulosique aux États-Unis (en exploitation ou en construction)

Entreprise Emplacement Matière première Capacité (millions de gal / an) Exploité Type
Bioénergie d’Abengoa Hugoton, KS La paille de blé 25 – 30 2013 – 2016 (en faillite) Commercial
American Process, Inc Alpena, MI Les copeaux de bois 1,0 2012 – Manifestation
BlueFire Ethanol Fulton, MS Plusieurs sources 19 Construction arrêtée en 2011 Commercial
Coskata, Inc. Madison, Pennsylvanie Plusieurs sources 0,04 2009 – 2015 Semi-commercial
DuPont Nevada, IA Tiges de maïs 30 2015 – 2017 (fermé) Semi-commercial
Fener BioEnergy Reno, NV Déchets solides municipaux dix est. fin 2013 Commercial
Énergie de la côte du golfe Livingston, AL Déchets de bois 0,3 avant 2008 Manifestation
KL Energy Corp. Upton, WY Déchets de bois
Mascoma Kinross, MI Déchets de bois 20 Commercial
POET LLC Emmetsburg, IA Tiges de maïs 20 – 25 Septembre 2014 Commercial
POET LLC Ecosse, SD Tiges de maïs 0,03 2008 Pilote

Problèmes environnementaux
En fait, l’éthanol cellulosique et l’éthanol à base de céréales sont le même produit, mais de nombreux scientifiques pensent que la production d’éthanol cellulosique présente des avantages environnementaux distincts par rapport à la production d’éthanol à base de céréales. Sur la base du cycle de vie, l’éthanol produit à partir de résidus agricoles ou de cultures dédiées à la cellulose a nettement moins d’émissions de gaz à effet de serre et une note de durabilité supérieure à celle de l’éthanol produit à partir de céréales.

Selon des études du département de l’Énergie des États-Unis menées par le laboratoire Argonne National de l’Université de Chicago, l’éthanol cellulosique réduit les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 85% par rapport à l’essence reformulée. En revanche, l’éthanol d’amidon (issu du maïs, par exemple), qui utilise généralement du gaz naturel pour fournir de l’énergie au processus, réduit les émissions de gaz à effet de serre de 18% à 29% par rapport à l’essence.

Des critiques tels que David Pimentel, professeur d’écologie et d’agriculture à la Cornell University, et Tad Patzek, ingénieur à l’Université de Californie à Berkeley, s’interrogent sur la probabilité que la technologie de l’éthanol cellulosique apporte des avantages environnementaux, énergétiques ou économiques.