Château d’Angers, France

Château d’Angers (français: Château d’Angers) est construit sur un promontoire rocheux surplombant la rivière Maine. Découvrez ici les vestiges d’une colonie datant du néolithique, les remparts défensifs et les dix-sept tours de la forteresse de Saint-Louis, les élégants bâtiments et jardins des ducs d’Anjou, et la célèbre tapisserie médiévale de l’Apocalypse. Le Centre des monuments nationaux, établissement public national, ouvre ses portes au public et dirige le Château d’Angers

Le château d’Angers est un château de la ville d’Angers dans la vallée de la Loire, dans le département du Maine-et-Loire, en France. Fondée au IXe siècle par les comtes d’Anjou, elle a été agrandie au XIIIe siècle. Il est situé en surplomb de la rivière Maine. Il est classé monument historique depuis 1875. Désormais ouvert au public, le Château d’Angers abrite la tapisserie de l’Apocalypse.

Histoire À l’
origine, ce château a été construit comme une forteresse à l’ un des sites habités par les Romains en raison de son emplacement stratégique de défense.

Au 9ème siècle, l’évêque d’Angers a donné les comtes d’Anjou la permission de construire un château d’Angers. Il est devenu une partie de l’empire angevin des rois Plantagenêt d’Angleterre au 12ème siècle. En 1204, la région a été conquise par Philippe II et un énorme château a été construit pendant la minorité de son petit-fils, Louis IX ( « Saint Louis ») dans la première partie du 13ème siècle. La construction entrepris en 1234 le coût 4,422 livres, soit environ un pour cent du chiffre d’affaires estimé royal à l’époque. Louis a donné le château à son frère, Charles en 1246.

En 1352, le roi Jean II le Bon, a donné le château à son second fils, Louis qui devint plus tard comte d’Anjou. Marié à la fille du duc de Bretagne riche, Louis avait le château modifié, et en 1373 a commandé la célèbre tapisserie de l’Apocalypse du peintre de Bruges et Hennequin la tapisserie tisserand parisien Nicolas Bataille. Louis II (fils de Louis I) et Yolande d’Aragon ajouté une chapelle (1405-1412) et des appartements royaux au complexe. La chapelle est une sainte chapelle, le nom donné aux églises qui ont consacré une relique de la Passion. La relique à Angers était une écharde du fragment de la Vraie Croix, qui avait été acquise par Louis IX.

Au début du 15ème siècle, le malheureux qui dauphin, avec l’aide de Jeanne d’Arc deviendrait roi Charles VII, a dû fuir Paris et fut sanctuaire donnée au château d » Angers.

En 1562, Catherine de Médicis avait le château restauré comme une puissante forteresse, mais son fils, Henri III, réduit la hauteur des tours et avait les tours et les murs dépouillés de leurs crénelée; Henri III a utilisé les pierres du château pour construire les rues et développer le village d’Angers. Néanmoins, sous la menace d’attaques des huguenots, le roi a maintenu des capacités défensives du château en faisant un avant-poste militaire et en installant l’artillerie sur les terrasses supérieures du château. A la fin du 18ème siècle, comme une garnison militaire, il a montré sa valeur lorsque ses murs épais ont résisté à un bombardement massif par des canons de l’armée vendéenne. Impossible de faire quoi que ce soit d’autre, les envahisseurs ont simplement abandonné.

Une académie militaire a été créé dans le château pour former les jeunes officiers dans les stratégies de guerre. Arthur Wellesley, 1er duc de Wellington, le plus connu pour avoir pris part à la défaite de Napoléon Bonaparte à la bataille de Waterloo, a été formé à l’Académie militaire d’Angers. L’académie a été déplacé à Saumur et le château a été utilisé pour le reste du 19ème siècle comme prison, poudrière et casernes.

Le château a continué à être utilisé comme manège militaire par la Première et la Seconde Guerre mondiale. Il a été gravement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale par les nazis lors d’une décharge de stockage de munitions à l’intérieur du château a explosé.

Le 10 Janvier 2009, le château a subi des dommages graves d’un incendie accidentel dû à un court-circuit. Le Logis Royal, qui contient de vieux grimoires et des bureaux administratifs, a été le plus fortement endommagé une partie du château, ce qui 400 mètres carrés (4.300 sq ft) du toit étant complètement brûlé. Les tapisseries de l’Apocalypse ne sont pas endommagées. le total des dommages ont été estimés à 2 millions d’euros. Selon Christine Albanel, ministre de la Culture, la date prévue de l’achèvement de la restauration est le deuxième trimestre de 2009.

Mise en page
La paroi extérieure est de 3 mètres (9,8 pieds) d’ épaisseur, se prolonge pendant environ 660 m (2170 pieds) et est protégée par dix – sept tours massives. Chacun des tours de périmètre mesure 18 m (59 ft) de diamètre. Le château couvre une superficie de 20.000 mètres carrés (220.000 sq ft). Deux paires de tours forment la ville et les entrées vers la terre du château. Chacune des tours était une fois 40 mètres (130 pieds) de hauteur, mais ils ont été coupés plus tard vers le bas pour l’utilisation de pièces d’artillerie. Le Tour du Moulin est la seule tour qui conserve l’élévation d’ origine.

Architecture
L’aspect extérieur général des dates de la forteresse presque entièrement de l’époque de Louis IX et évoque de manière monumentale le rôle militaire du château. D’autre part, l’intérieur et les bâtiments de la cour, plus tard, construite entre Louis Ier d’Anjou et le roi René, rappeler le rôle résidentiel de la cour d’Anjou entre les XIVe et XVe siècles.

La porte des Champs
La porte des Champs a permis la connexion entre le château et l’extérieur de la ville. Il est l’élément architectural le plus attractif du château. Son parement extérieur est recouvert de tuf sur ses deux tiers. Le dernier tiers alterne entre les couches de tuf et des couches de schiste.

Deux tours flanquent une porte de voiture, qui donne accès par le biais d’un pont dormant, puis par un pont-levis qui devait être opéré par une seule chaîne à partir d’une ouverture au-dessus de la porte.

La défense de la porte a été faite d’abord par une série d’archers disposés en quinconce sur les quatre étages qui disposent chacune des tours. Certains de ces archers seront repris et transformé en canonnières. Au XVIIe ou XVIIIe siècle deux de ces canonnières étaient habillés avec de petits balcons semi-circulaires encorbellement.

L’entrée est ensuite gardée par une série de quatre archers (deux de chaque côté) qui se terminent au même niveau de l’entrée. Ce dernier a ensuite été défendu par un double système de herse, le tout renforcé avec un produit étonnant entre les deux. La herse en place aujourd’hui est une herse en bois d’origine avec des sabots de fer vêtu, datant probablement du XVe siècle au XVIe siècle. Enfin, une porte, dont il reste une charnière et les traces de la barre de fermeture, est venu renforcer cette entrée extrêmement bien défendue.

Retrait de l’entrée est du XIIIe siècle salle voûtée qui a soutenu les salles de garde et abrite aujourd’hui Logis du Gouverneur. L’intérieur des tours se compose de trois salles voûtées voûté reposant sur six bases. Ce sont plus travaillés que sur les autres tours de la forteresse et représentent des visages ou des motifs végétaux.

Pendant les 600 ans du roi René, Ateliers Perrault Frères ont construit pour l’occasion un pont temporaire qui rappelle le passé du château d’Angers.

La porte Ville
La porte de la ville a assuré autrefois la communication entre le château et la ville. De construction moins prudent que la porte des champs, il est essentiellement constitué de schiste et ponctués de liens de tuf. La ville porte a deux tours circulaires flanquant l’entrée. Ce passage a été remaniée au XVe ou XVIe siècle pour être en mesure de construire deux ponts – levis: une, à deux têtes, pour le passage charretier, l’autre pour le passage pour piétons.

Sa défense était similaire à la Porte des Champs. Les traces de deux herses entre lesquels a été installé un assommoir sont encore marqués. Plusieurs archers protègent l’entrée, dont certaines ont été transformées en canonnières.

Derrière la porte étaient les chambres des gardes, soutenus par un passage voûté. Ces chambres ont été retravaillés par Louis I.

L’enceinte et les tours de
la forteresse construite par Saint Louis en 1230 comprend dix – sept tours érigées avec une alternance de schiste et tuffeau. Ils sont une trentaine de mètres de haut, environ dix – huit mètres de large et reliés entre eux. Une dix – huitième tour existait avant, en dehors de l’enceinte vers le Maine, Tour Guillon. Il a été utilisé pour alimenter le château. La tour a été démolie en Guillon 1832. Les remparts massifs construits 1230-1240 à l’initiative de Saint – Louis une circonférence d’environ 800 m de long. Dans l’ ensemble, il est une superficie de 25 000 m2 qui est couvert par la forteresse. Du côté nord, la pente du plateau est telle que les architectes n’ont pas jugé nécessaire de compléter les défenses.

Le jardin des fossés
Les fossés ont été creusés depuis la construction de la forteresse sous le règne de Saint Louis. Au sud, ils ont séparé le château – construit sur la colline du même nom – du Faubourg de l’Esvière. Au nord, ils ont imposé la frontière entre la ville et le château. Ils ont été agrandi au XIVe et XVIe siècles. Deux puits sont situés là: l’ un à l’est, l’autre au nord. Bien que le Maine passe au pied du château, il n’a jamais été question de mettre les fossés dans l’ eau, principalement en raison de l’élévation du terrain.

Sous le roi René, les fossés ont été transformés en des listes pour la conduite des tournois que le duc de appreciated20. Au XVIIIe siècle, les fossés abritaient jardins et potagers. La ville d’Angers est devenu fossés locataire en 1912. De 1936 à 1999, ont été installés des cerfs et là. Aujourd’hui, les fossés ont été transformés en jardins.

La cour intérieure
La cour intérieure est divisée en deux parties. L’organisation des bâtiments construits entre les XIVe et XVe siècles divise l’intérieur de la forteresse entre la basse – cour, ou dans la cour de la garnison, et la cour seigneuriale, délimitée par le Logis Royal, la chapelle, le châtelet, et d’ autres bâtiments disparus ( communes, cuisines) maintenant remplacée par la galerie de l’Apocalypse.

La grande salle
La grande salle du château d’Angers date des états premiers du palais du comte au IXe siècle. Il est une aula, une salle d’apparat où est exercé le pouvoir comtal. La première chambre, grande de 300 m2, est agrandi vers le XIe siècle pour finalement atteindre 500 m. Au XIIe siècle, vers 1130, probablement après l’incendie de 1131, la grande salle a été réaménagée en perçant de petites fenêtres en plein cintre et perçant la porte actuelle, également semi-circulaire, décoré avec des bâtons brisés. L’ancienne aula carolingienne est à nouveau modifié vers la fin du XIVe siècle: de grandes fenêtres à meneaux et doubles croisillons, meublées avec des coussins, sont percés. Entre ces grandes fenêtres sont percées de petites fenêtres formant une alternance. Une cheminée monumentale est mis en place. La porte du XIIe siècle est préservée.

La chapelle Saint-Laud
Une chapelle sous le nom de Sainte-Geneviève existait déjà probablement sur le site avant la fin du IXe siècle depuis à cette époque, il reçoit les reliques de l’évêque de Coutance, Laud, qui donnera son nom de Saint-Laud.

Autour de 1060, le comte d’Anjou Geoffroy Martel crée un chapitre de chanoines pour assurer le culte. La chapelle a été détruite pour la première fois au début du XIIe siècle, reconstruite et consacrée par l’évêque d’Angers Renaud de Martigné le 8 Juin 1104. Il a été détruit à nouveau dans le feu de 1131 et reconstruite par Henri II Plantagenêt. Bien que partiellement enfouis par la reconstruction du château de Saint-Louis, il sert de chapelle du château jusqu’au XIVe siècle, quand il sera remplacé par la nouvelle chapelle construite par Yolande d’Aragon.

Les vestiges de la chapelle ont été découverts en 1953, au cours des travaux de terrassement de la galerie de l’Apocalypse. La chapelle actuelle Sainte-Geneviève-Saint-Laud est une chapelle du XIIe siècle construit avec vue sur le Maine, mais en dehors de l’enceinte du treizième. Il mesure cinq mètres par quinze et était couverte d’un berceau de voûte en pierre et en demi-cercle. Il y a encore des colonnes sur le mur nord avec des chapiteaux sculptés. Il est maintenant visible surplombante à la fin de la galerie de l’Apocalypse.

Le Royal Lodge
Royal Lodge a été construit par Louis II d’Anjou, autour de 1410. À l’époque, les bâtiments étendus à côté du Maine pour revenir à la Grande Salle, fermant ainsi la cour. Seule la maison attenante à la chapelle reste aujourd’hui.

La chapelle
A l’intérieur du château se dresse la chapelle construite à la demande de Yolande d’Aragon, épouse de Louis II d’Anjou. Sa construction a commencé en 1405 et a pris fin en 1413. Elle est dédiée à Saint-Jean-Baptiste. elle reflète le style architectural de style gothique angevin avec sa nef rectangulaire unique et trois voûtes angevines de voûte,. Le vaste bâtiment (22,85 mètres de long et 11,90 mètres de large) et bas (14.90 mètres sous les voûtes) présente au début du XVe siècle, une décoration typique du gothique international (nervures prismatiques, base dans la bouteille). Les trois clés de voûte sont finement sculptés: le premier représente le blason de Louis II et Yolande, le second est décoré avec le bouclier couronné de Louis II. La clé de voûte de la troisième est une croix avec une double croix, symbole de la Vraie Croix d’Anjou,

Sur la face sud a été placé l’oratoire seigneurial ou loggia seigneuriale. Celui-ci, construit sous Yolande, a été repris par René, qui a amélioré en ajoutant une triple arcade trifoliée donnant sur l’autel. L’oratoire est décoré du côté de la chapelle avec des décorations en pierre et moulures, tous les ornements saillants ont cependant été détruits pendant l’occupation militaire du building51. Seules les traces du négatif restent aujourd’hui. Il est accessible soit par une porte extérieure ou la chapelle. Une cheminée, dont la gaine a été masquée par un contrefort et un sommet, on laisse chauffer la pièce.

L’éclairage se fait principalement par la fenêtre de chevet à plat, face à l’est. Chaque baie est percée de deux fenêtres, l’une au nord, l’autre au sud. Les vitraux originaux ont été détruits. Cependant, on peut encore trouver dans la fenêtre au sud de la première baie les restes d’une vitrail du XVe siècle appartenant à l’origine à l’abbaye de Louroux. Transporté en 1812 à l’église de Vernante, il est donné en 1901 au Musée d’archéologie et réassemblé dans la chapelle de l’ancien hôpital Saint-Jean d’Angers. Il a finalement est retourné à la chapelle du château en 1951. Il représente le roi René et son épouse Jeanne de Laval à genoux dans la prière, flanquant la Vierge.

la galerie du Roi René
la galerie du roi René a été construit entre les années 1435 et 1453 par le duc René d’Anjou. Il se compose de quatre pignons chacun séparés par un arc-boutant. Sous chaque pignon étaient disposés deux fenêtres pour éclairer les deux étages de la galerie, servi au sud-est par un escalier. Les architectes du duc d’Anjou, Jean Gendrot et André Robin, font une façade largement vitrée et peu commune au XVe siècle. La galerie totalise quinze mètres de longueur pour une largeur de trois mètres vingt. Sur les quinze mètres de long, huit mètres trente sont ouverts dans onze fenêtres vitrées. Les quatre voûtes des quatre baies du rez-de-chaussée sont conservés avec leur clé sculptée, mais gratté depuis. Les côtes sont tombés sur les bouchons qui ont été détruits. Le premier étage est dans un meilleur état de conservation, les retombées des côtes et des décors avec des décorations de feuillage étant toujours en place. Les clés de voûte sont blasonnés, l’un représentant les armoiries de René d’Anjou, tandis qu’un autre représente la croix avec double croix appelée « Croix d’Anjou ». Les cadres en bois ont été restaurés à partir de vieux modèles. A la fin de la galerie, une porte fortifiée témoigne des bâtiments s’étendant l’habitation qui ont depuis disparu.

L’escalier a été placé dans l’angle entre la chapelle et la demeure royale, et sert le premier et le deuxième étage de la maison. Il permet également un accès au grenier de la chapelle. La partie supérieure de la cage d’escalier est recouvert d’une voûte de palme composé de seize quarts des voûtes séparées par des nervures prismatiques. A chaque croisement des nervures est une clé de transport pour six d’entre eux deux lettres de la devise Roi René: EN. DI. NOUS. DANS. ALORS. IT ( « En Dieu, en soi »). La clé est effacée septième et le huitième est un soleil. Les côtes tombent sur des chapiteaux à cul-de-lampe ornée de feuillage.

Lors de l’utilisation du château comme caserne et prison, la galerie est couverte par un toit en pente, les baies sont fortifiées et à l’intérieur des baies sont divisées par des murs de tuffeau. Les frontons ayant disparu, les restaurations les restaurées, ainsi que la pente du toit d’origine.

La construction de la galerie et l’escalier permet ainsi un accès indépendant aux chambres du Logis qui ont reçu l’ordre jusque-là. Il permet également d’avoir un double accès et une ouverture sur le boîtier du Sénéchal d’Anjou et sur la cour du Nord, où ont eu lieu les fêtes et les cérémonies.

Le château
châtelet est la porte de la cour seigneuriale. Il a été construit par le duc René d’Anjou et achevé en 1456. Il est l’œuvre de l’architecte Guillaume Guillaume Robin.

Au-dessus du passage, il se compose de deux étages desservis par un escalier de la tourelle. Le Chatelet est flanquée de trois tourelles en surplomb soutenues par des contreforts et surmonté d’un toit-poivrier, comme le Chatelet du Château de Saumur. Ceux-ci sont hors axe par rapport au pignon du bâtiment, lui donnant une apparence asymétrique. Les éléments de poivre isolés sur le toit principal sont le résultat d’une modification apportée pendant la construction. Le porche d’entrée a un arc surbaissé surmonté d’une archivolte avec accolade et croix. Vers l’intérieur de la cour, il a un arc brisé avec archivolte avec accolade et croix, mais un côté repose sur un capital tandis que l’autre descend vers le sol. Le bâtiment est construit en alternance avec un appareil de schiste et de tuffeau en utilisant uniquement le tuf pour les éléments saillants (tourelles, des angles, des images).

L’intérieur se compose d’un étage et le grenier aménageable en logements. Le sol sera habité par le fils de René, Jean II de Lorraine, et sera mentionné comme une prison en 1707.

La maison du gouverneur
Les dates des logements actuels du XVIIIe siècle, les deux ailes encadrant une tour d’escalier datant de la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle. Lors de la construction des maisons actuelles, une grande baie vitrée a été percé en dehors du mur, du côté est. La maison dispose de quatre chambres à l’ étage. Dans la seconde, les fenêtres ont été déroutés pour optimiser l’ éclairage et ne laissent pas les coins sombres. La maison dispose également d’ un étage sous le toit dont les fenêtres sont surmontées de frontons droites.

La galerie de l’Apocalypse
La galerie a été construite entre 1953 et 1954 par l’architecte en chef de Bernard Vitry Monuments historiques afin de tenir compte de la tenture du même nom. Il est neuf mètres de haut et est légèrement enterré pour ne pas dépasser la hauteur des remparts. La galerie est placée place et se trouve sur la route des bâtiments anciens qui ont fermé la cour seigneuriale. La première partie est de 40 mètres de long, la seconde. Afin d’harmoniser avec les bâtiments environnants, les gravats de schiste exposé couvre toutes les façades. A l’ intérieur, la galerie se marie avec la bosse des tours de l’enceinte.

La tapisserie de l’Apocalypse a été conservée depuis 1954, mais les grandes fenêtres qui laissent passer les rayons du soleil et la lune dégrader les couleurs. Rideaux ont été installés en 1975, puis accrocher les barres pour empêcher tout contact entre le mur et le mur en 1980. Tout d’abord présenté sur un fond rouge, il est remplacé en 1982 par un fond beige, puis en 1996, lors du réaménagement de la galerie, par un fond bleu foncé. La température constante et une lumière tamisée est mis en place pour limiter la distorsion des couleurs.

Visitez:
Aujourd’hui, appartenant à la Ville d’Angers, le château massif, austère a été transformé en musée abritant la plus ancienne et la plus grande collection de tapisseries médiévales dans le monde, avec le 14ème siècle « tapisserie de l’ Apocalypse » , comme l’ un de ses trésors inestimables. En hommage à son courage, le château n’a jamais été prise par une force d’invasion dans l’ histoire.

Le château d’Angers est géré par le Centre national des monuments qui l’emploie.

Visite est gratuite, avec des documents en neuf langues ou audioguides. Visites guidées de la pendaison de l’Apocalypse sont proposés tous les jours.

Tags: