Beaucroissant, Isère, Auvergne-Rhône-Alpes, France

Beaucroissant est une commune française située dans le département de l’Isère dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. La ville est connue pour la foire de Beaucroissant d’importance régionale qui s’y tient chaque année depuis le Moyen Âge. Paroisse de la province royale du Dauphiné sous l’Ancien Régime, la commune est située dans la partie nord du département de l’Isère entre les communes de Lyon et Grenoble. Il est également situé dans la communauté de communes de Bièvre Est dont le siège social est situé à Colombe, commune limitrophe de Beaucroissant.

Parménie La ville de Beaucroissant séduit par la richesse de son patrimoine. Du haut de la colline de Parménie, vous aurez l’occasion de découvrir un panorama exceptionnel sur la vallée de l’Isère, les massifs du Vercors, Belledonne, la Chartreuse et par temps clair, le Mont-Blanc. Beaucroissant et son parc forain s’étendent en contrebas. Le long des nombreux étangs, on peut observer des canards à collier vert, des foulques et des hérons cendrés.

Depuis 800 ans, la commune de Beaucroissant accueille chaque année au mois de septembre la plus grande et la plus ancienne foire de France. Sur plus de 30 hectares, 800 000 visiteurs viennent à la rencontre de 1 800 exposants de 70 départements. Cette foire d’origine agricole qui rassemble des milliers d’animaux (bovins, chevaux, ovins, porcins et caprins) ainsi que les secteurs du matériel agricole et des activités de travaux publics, s’est progressivement étendue à d’autres secteurs. comme par exemple l’habitat, le secteur de l’habillement et l’artisanat.

L’histoire
La ville est célèbre pour sa foire annuelle qui existe depuis 1219, en raison du pèlerinage de Notre-Dame de Parménie. L’histoire du village et de la foire de Beaucroissant est liée à la colline de Parménie qui la domine de ses 749 mètres d’altitude.

Préhistoire et antiquité
Pendant l’Antiquité, la région était peuplée des Allobroges, peuple gaulois dont le territoire était situé entre l’Isère, le Rhône et les Alpes du Nord. A partir de -121, ce territoire, nommé Allobrogie, est intégré à la province romaine de Vienne avec la ville de Vienne pour capitale, qui était également le siège de l’ancien diocèse romain de Vienne. Ainsi, et jusqu’au Haut Moyen Âge, le territoire municipal faisait partie des Viennois.

Le site de la Parménie est occupé depuis l’Antiquité, la présence d’une ancienne citerne gallo-romaine le confirme.

Moyen Âge et temps modernes
L’origine de la foire de Beaucroissant remonte à 1219, dans la nuit du 14 septembre, le lac naturel de Saint Laurent, (au-dessus de Bourg-d’Oisans) se brise, provoque une terrible crue qui inonde Grenoble et fait de très nombreuses victimes.

A partir du 14 septembre 1220, sous la houlette de l’évêque de Grenoble, les survivants commémorent cet événement par un pèlerinage à Parménie. Ils sont si nombreux qu’un village se forme pour les accueillir. Ce rassemblement attire une foule de marchands. C’est ainsi qu’est née la foire de Beaucroissant.

Époque contemporaine
Le site de la Chartreuse de Parménie est occupé par le maquis, puis sera incendié en 1944 par l’armée allemande.

Économie
Organisée deux fois par an (au printemps et en automne), la foire locale est la principale activité économique de cette petite ville qui ne possède pas de zone commerciale ou artisanale notable.

Ce salon est accessible en voiture (du fait de la présence de nombreux parkings) mais aussi en transports en commun dont le train (la gare offre la particularité d’être située au cœur de l’espace d’exposition)

Beaucroissant fait partie des communes d’une filière viticole pouvant prétendre au label IGP «Coteaux-du-grésivaudan», comme la plupart des communes de la vallée de l’Isère.

Foire de Beaucroissant
La foire de Beaucroissant est une foire agricole semestrielle qui se déroule sur la commune de Beaucroissant en Isère. Ses origines remontent officiellement à l’année 1219.

Ce salon, qui a lieu chaque année le dernier week-end d’avril et le deuxième week-end de septembre, rassemble plus de 1 500 exposants et attire, selon l’office départemental du tourisme, près d’un million de visiteurs. Le “Beaucroissant” s’étend sur un espace d’exposition de plus de trente hectares où sont exposés principalement des stands dédiés à l’élevage et à l’agriculture.

Sur le site de la foire et dans sa périphérie immédiate, les visiteurs peuvent également découvrir les attractions foraines, les stands de nourriture et les bars.

L’origine de la foire remonte au marché probable – «Vaude» – installé, selon des sources du IX e siècle ou du X e siècle, lorsque l’évêque de Grenoble vient chaque année célébrer la fête de la Sainte Croix. Le 14 septembre 1219, était un jour de fête à Grenoble où de nombreuses personnes étaient venues assister à la traditionnelle fête de la Sainte Croix. Malheureusement ce même jour un violent orage a éclaté dans la région, gonflant les torrents et les rivières et provoquant un réservoir d’eau créé à la suite d’un glissement de terrain quelques années plus tôt pour céder la place aux gorges de l’Infernet à Livet-et-Gavet. La vague et la montée du niveau des rivières Drac et Isère résultant de la rupture de ce barrage ont inondé la ville et tué des milliers de personnes.

L’année suivante, jour pour jour, le 14 septembre 1220, l’évêque de Grenoble, Jean de Sassenage accompagnait ses paroissiens à Notre-Dame de Parménie à Beaucroissant, pour remercier Dieu de les avoir épargnés et prier pour les victimes de cette catastrophe. . Ainsi, le grand nombre de pèlerins qui affluent chaque année vers la ville de Beaucroissant attire de nombreux commerçants qui y voient une aubaine pour leur commerce. Selon Bernard Janin et Denise Brizard, ce pèlerinage «offre désormais à Beaucroissant l’heureuse occasion de conjuguer cérémonie religieuse et tradition commerciale».

Au départ, c’était principalement du petit bétail qui était vendu pendant le salon, puis au fil des années de nombreux stands de produits manufacturés ont fait leur apparition, notamment grâce à la situation géographique de Beaucroissant. Ainsi sa situation sur l’ancienne route reliant Vienne à Turin, et à proximité des grands axes de circulation tels que les routes de Grenoble à Valence et de Grenoble à Lyon a permis au salon d’accueillir un commerce de transit. A la fin du Moyen Âge, la renommée de la foire grandit, ce sont des commerçants de toute l’Europe (Espagne, Italie, Pays-Bas, Suisse …) qui font leurs apparitions pour venir vendre leurs marchandises. La durée de la foire était initialement de trois jours, mais à ce moment-là, l’ampleur de la manifestation était telle qu’elle a été étendue à dix-sept jours. Chaque jour avait sa spécialité, le jour du blé, le jour du cheval, le jour de la bête à cornes, le jour des épices …

En 2017, le salon a réuni plus de 1500 exposants, dont plus de 250 entreprises de matériel agricole. Afin d’approvisionner les quelque 800 000 à 1 000 000 de visiteurs attendus, près d’une centaine de bars et restaurants seront installés le long des 15 kilomètres de ruelles répartis sur une quarantaine d’hectares.

La foire actuelle se compose de stands traditionnels que l’on retrouve année après année. Ainsi plus de 1 500 bovins et chevaux sont exposés au cours de la journée du 14 septembre, ainsi que plusieurs centaines de moutons et de porcs lors de cette journée dite du gros bétail. A cette occasion, un concours est organisé par le syndicat des éleveurs charolais du sud-est, délivrant plusieurs prix pour les plus beaux animaux. Des démonstrations de chiens de berger sont également organisées par le syndicat des éleveurs de moutons de l’Isère.

Les éleveurs de chiens sont également présents à la foire et occupent en moyenne une vingtaine de stands chaque année. Les volailles et autres petits animaux à fourrure ou à plumes (perruches, lapins, etc.) sont également représentés par une cinquantaine d’exposants. En plus de ces stands d’animaux, il y a des professionnels et des exposants de matériel agricole et de travaux publics avec de grands concessionnaires régionaux (John Deere, New Holland, etc.), ainsi que plusieurs exposants étrangers.

En 2020, en raison de la pandémie Covid-19, les deux éditions du salon sont supprimées dont la 801 e prévue pour septembre.

Lieux et monuments
Église composite St-Georges, paroisse Sainte-Croix (Rives, Renage, Beaucroissant, Izeaux, Saint-Paul-d’Izeaux)
Prieuré Notre-Dame de Parménie: Ancienne chapelle, il devint chartreuse du xiii ème siècle, incendiée au 15ème siècle, reconstruite au 17ème siècle, incendiée en 1944, et restaurée.
Vestiges du château de Beaucroissant, début 14ème siècle sur le molard Paul

Tags: