Automate

Un automate est une machine à fonctionnement automatique, ou une machine ou un mécanisme de commande conçu pour suivre automatiquement une séquence d’opérations prédéterminée ou pour répondre à des instructions prédéterminées. Certains automates, tels que les sonneurs d’horloges mécaniques, sont conçus pour donner à l’observateur occasionnel l’illusion qu’ils fonctionnent par leurs propres moyens.

Étymologie
Le mot “automate” est la latinisation du grec αὐτόματον, automate, (neutre) “agissant de sa propre volonté”. Homère utilisa ce mot pour la première fois pour décrire l’ouverture automatique des portes ou le mouvement automatique des trépieds à roues. Il est plus souvent utilisé pour décrire des machines en mouvement non électroniques, en particulier celles qui ressemblent à des actions humaines ou animales, telles que les vérins d’anciennes horloges à sonnerie, ou le coucou et tout autre personnage animé d’une horloge de coucou.

L’histoire

Ancien
Il existe de nombreux exemples d’automates dans la mythologie grecque: Héphaïstos a créé des automates pour son atelier; Talos était un homme artificiel de bronze; Dédale a utilisé de l’argent vif pour installer la voix dans ses statues en mouvement; Le roi Alkinous des Phaiaques utilisait des chiens de garde en or et en argent.

Les automates du monde hellénistique étaient conçus comme des outils, des jouets, des idoles religieuses ou des prototypes permettant de démontrer les principes scientifiques de base. Ktesibios, inventeur grec et premier chef de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie, construisit de nombreux automates fonctionnant à l’eau, par exemple, “utilisait l’eau pour siffler et faire bouger le hibou”. Il avait inventé la première horloge “coucou” au monde. “. Cette tradition s’est poursuivie à Alexandrie avec des inventeurs tels que le mathématicien grec Hero of Alexandria (parfois appelé Heron), dont les écrits sur l’hydraulique, la pneumatique et la mécanique décrivaient des siphons, une pompe à incendie, un organe d’eau, l’aéolipile et un chariot programmable.

On sait que des dispositifs mécaniques complexes ont existé en Grèce hellénistique, bien que le seul exemple encore en vie soit le mécanisme d’Anticythère, le premier ordinateur analogique connu. On pense que ce produit serait originaire de Rhodes, où il existait apparemment une tradition d’ingénierie mécanique; l’île était réputée pour ses automates; pour citer le septième Ode olympique de Pindare:

Les personnages animés se tiennent
Ornant chaque rue publique
Et semblent respirer dans la pierre, ou
déplacer leurs pieds de marbre.
Toutefois, les informations obtenues à partir d’analyses récentes des fragments indiquent qu’il pourrait provenir des colonies de Corinthe en Sicile et impliquerait une connexion avec Archimède.

Selon la légende juive, Salomon utilisa sa sagesse pour concevoir un trône avec des animaux mécaniques qui le salua comme roi lors de son ascension. en s’asseyant, un aigle mettrait une couronne sur sa tête et une colombe lui apporterait un rouleau de la Torah. On dit aussi que lorsque le roi Salomon est monté sur le trône, un mécanisme a été mis en marche. Dès qu’il a marché sur le premier pas, un bœuf et un lion en or ont tendu chacun un pied pour le soutenir et l’aider à passer à l’étape suivante. De chaque côté, les animaux aidaient le roi à s’asseoir confortablement sur le trône.

Dans la Chine ancienne, le texte de Lie Zi, écrit au IIIe siècle av. Il contient une description d’une rencontre bien antérieure entre le roi Mu de Zhou (1023-957 av. J.-C.) et un ingénieur en mécanique connu sous le nom de Yan Shi, un «artificier». Ce dernier a fièrement présenté au roi une figure grandeur nature, en forme humaine, de son ouvrage mécanique:

Le roi regarda la silhouette avec étonnement. Il marchait à pas rapides, bougeant la tête de haut en bas, de sorte que n’importe qui l’aurait pris pour un être humain vivant. L’artificier lui toucha le menton et se mit à chanter parfaitement. Il toucha sa main et elle commença à tenir, à garder le temps parfait … Alors que la performance touchait à sa fin, le robot cligna des yeux et fit des avances aux dames présentes, à la suite de quoi le roi s’énerva et aurait eu Yen Shih. [Yan Shi] exécuté sur place, ce dernier n’avait-il pas, dans une peur mortelle, immédiatement pris le robot en pièces pour le laisser voir ce que c’était réellement. Et, en effet, il s’est avéré qu’il ne s’agissait que d’une construction en cuir, en bois, en colle et en laque, de différentes couleurs: blanc, noir, rouge et bleu. En l’examinant de près, le roi trouva tous les organes internes complets: foie, galle, coeur, poumons, la rate, les reins, l’estomac et les intestins; et sur ceux-ci encore, des muscles, des os et des membres avec leurs articulations, leur peau, leurs dents et leurs cheveux, tous artificiels … Le roi tenta de supprimer le cœur et découvrit que la bouche ne pouvait plus parler; il a enlevé le foie et les yeux ne pouvaient plus voir; il a enlevé les reins et les jambes ont perdu leur pouvoir de locomotion. Le roi était ravi.

La colombe d’Archytas, mentionnée par Aulus Gellius, constitue un autre exemple notable d’automate. Des récits chinois similaires sur des automates volants sont écrits sur le philosophe mohiste Mozi du Ve siècle avant J.-C. et son contemporain Lu Ban, qui fabriquèrent des oiseaux en bois artificiels (ma yuan) pouvant voler avec succès, conformément au Han Fei Zi et à d’autres textes.

Médiéval
La tradition de fabrication des automates s’est perpétuée dans le monde grec jusqu’au Moyen Âge. Lors de sa visite à Constantinople en 949, l’ambassadeur Liutprand de Crémone a décrit des automates dans le palais de l’empereur Théophilos, notamment:

“des lions, en bronze ou en bois recouvert d’or, qui frappaient le sol avec leur queue et rugissaient avec la bouche ouverte et la langue tremblante”, “un arbre en bronze doré aux branches ornées d’oiseaux, également en bronze doré, et ces cris émis convenant à leur espèce “et au” trône de l’empereur “lui-même,” qui ont été faits de manière si rusée qu’à un moment il était tombé à terre, tandis qu’à un autre moment il s’élevait plus haut et devait être vu dans l’air.”

Dans le livre Περὶ τ contemporaryς ασιλείου Τάξεως, le contemporain de Luitprand, devenu plus tard empereur, a décrit des automates similaires dans la salle du trône (oiseaux chanteurs, lions rugissants et mouvants).

Au milieu du VIIIe siècle, les premiers automates éoliens ont été construits: “des statues qui tournaient avec le vent sur les dômes des quatre portes et sur le complexe palatial de la ville ronde de Bagdad”. “Le spectacle public des statues éoliennes avait son pendant privé dans les palais des Abbassides, où étaient principalement exposés des automates de divers types”. Toujours au 8ème siècle, l’alchimiste musulman, Jābir ibn Hayyān (Geber), a inclus des recettes pour la construction de serpents artificiels, de scorpions et d’humains qui seraient soumis au contrôle de leur créateur dans son Book of Stones codé. En 827, le calife Al-Ma’mun avait dans son palais de Bagdad un arbre argenté et doré, qui avait les caractéristiques d’une machine automatique. Il y avait des oiseaux métalliques qui chantaient automatiquement sur les branches pivotantes de cet arbre construit par des inventeurs et des ingénieurs musulmans. [Page nécessaire] Le calife abbasside Al-Muqtadir avait aussi un arbre d’or dans son palais à Bagdad en 915, avec des oiseaux battant dessus. ailes et chant. Au 9ème siècle, les frères Banū Mūsā ont inventé un joueur de flûte automatique programmable, qu’ils ont décrit dans leur Book of Ingenious Devices.

Al-Jazari a décrit les automates humanoïdes programmables complexes parmi d’autres machines qu’il a conçues et construites dans le Livre de la connaissance d’appareils mécaniques ingénieux en 1206. Son automate était un bateau avec quatre musiciens automatiques qui flottaient sur un lac pour divertir les invités lors de fêtes royales de beuveries. Son mécanisme comportait une boîte à rythmes programmable avec des chevilles (cames) qui se heurtaient à de petits leviers actionnant la percussion. Le batteur pourrait être amené à jouer différents rythmes et modèles de batterie si les piquets étaient déplacés. Selon Charles B. Fowler, les automates étaient un “groupe de robots” qui effectuait “plus de cinquante actions faciales et corporelles au cours de chaque sélection musicale”.

Al-Jazari a d’abord construit un automate pour le lavage des mains en utilisant le mécanisme de chasse maintenant utilisé dans les toilettes modernes. On y voit un automate féminin se tenant près d’un bassin rempli d’eau. Lorsque l’utilisateur actionne le levier, l’eau s’écoule et l’automate remplit le bassin. Sa “fontaine de paon” était un autre appareil plus sophistiqué pour le lavage des mains, avec des automates humanoïdes servant de serviteurs et de savon. Mark E. Rosheim le décrit ainsi: “En tirant un bouchon sur la queue du paon, le bec libère de l’eau; à mesure que l’eau sale du bassin remplit la base creuse, un flotteur monte et actionne un lien qui fait apparaître une figure servante par l’arrière. une porte sous le paon et offre du savon. Quand on utilise plus d’eau, un deuxième flotteur s’élève à un niveau supérieur et provoque l’apparition d’un second domestique, avec une serviette! ”

Samarangana Sutradhara, traité sanscrit de Bhoja (XIe siècle), comprend un chapitre sur la construction de dispositifs mécaniques (automates), notamment des abeilles et des oiseaux mécaniques, des fontaines en forme d’êtres humains et d’animaux, et des poupées mâles et femelles rechargeant des lampes à huile, dansées , a joué des instruments et a reproduit des scènes de la mythologie hindoue.

Villard de Honnecourt, dans son carnet de croquis de 1230, montre des projets d’automates animaux et d’un ange qui se retourne perpétuellement pour faire face au soleil. À la fin du XIIIe siècle, le comte d’Artois, Robert II, construisit dans son château d’Hesdin un jardin d’agrément incorporant plusieurs automates comme divertissement dans le parc clos. Le travail a été mené par des ouvriers locaux et supervisé par le chevalier italien Renaud Coignet. Il comprenait des marionnettes de singe, un cadran solaire soutenu par des lions et des “hommes sauvages”, des oiseaux mécanisés, des fontaines mécanisées et un organe à soufflet. Le parc était célèbre pour ses automates jusque tard au XVe siècle avant d’être détruit par des soldats anglais au XVIe.

L’auteur chinois Xiao Xun a écrit que, lorsque le fondateur de la dynastie Ming, Hongwu (n ° 1368-1398) détruisait les palais de Khanbaliq appartenant à la précédente dynastie des Yuan, il y avait – parmi de nombreux autres dispositifs mécaniques – des automates découverts qui avaient la forme tigres.

Renaissance et début de l’ère moderne
La Renaissance a connu un regain d’intérêt considérable pour les automates. Les traités de Hero ont été édités et traduits en latin et en italien. Giovanni Fontana a créé des diables mécaniques et des automates animaux propulsés par fusée. De nombreux automates d’horlogerie ont été fabriqués au 16ème siècle, principalement par les orfèvres des villes impériales libres d’Europe centrale. Ces merveilleux appareils ont trouvé leur place dans le cabinet de curiosités ou Wunderkammern des cours princières d’Europe. Des automates hydrauliques et pneumatiques, similaires à ceux décrits par Hero, ont été créés pour les grottes de jardin.

Léonard de Vinci a dessiné un automate plus complexe vers 1495. Le dessin du robot de Léonard n’a été redécouvert que dans les années 1950. Le robot pourrait, s’il est construit avec succès, bouger les bras, tordre la tête et s’asseoir.

La Smithsonian Institution compte dans sa collection un moine à l’horloge, mesurant environ 380 cm (15 po), datant probablement de 1560. Le moine est entraîné par un ressort à clé et marche sur le chemin d’une place, frappant sa poitrine du sien. bras droit, tout en levant et en abaissant une petite croix de bois et un chapelet dans sa main gauche, tournant la tête, hochant la tête, roulant des yeux et faisant des obsèques silencieuses. De temps en temps, il porte la croix à ses lèvres et l’embrasse. On pense que le moine a été fabriqué par Juanelo Turriano, mécanicien du Saint empereur romain germanique Charles Quint.

Descartes trouve une nouvelle attitude à l’égard des automates lorsqu’il suggère que les corps d’animaux ne sont que des machines complexes: les os, les muscles et les organes pourraient être remplacés par des rouages, des pistons et des cames. Ainsi, le mécanisme est devenu le standard auquel la nature et l’organisme ont été comparés. La France au 17ème siècle a été le berceau de ces jouets mécaniques ingénieux qui allaient devenir des prototypes des moteurs de la révolution industrielle. Ainsi, en 1649, alors que Louis XIV était encore enfant, un artisan nommé Camus lui conçut un carrosse miniature et des chevaux complets avec valets, page et femme dans le carrosse; toutes ces figures présentaient un mouvement parfait. Selon P. Labat, le général de Gennes construisit, en 1688, en plus des machines de tir et de navigation, un paon qui marchait et mangeait.

Le premier automate biomécanique construit avec succès au monde est considéré comme le joueur de flûte, inventé en 1737 par l’ingénieur français Jacques de Vaucanson. Les idées cartésiennes que les animaux ne sont plus que des machines de chair.

En 1769, une machine à jouer aux échecs appelée The Turk, créée par Wolfgang von Kempelen, fit le tour des tribunaux d’Europe prétendant être un automate. Le Turc était opéré de l’intérieur par un directeur humain caché et n’était pas un véritable automate.

Le prolifique suisse Pierre Jaquet-Droz (voir automates de Jaquet-Droz) et son contemporain Henri Maillardet sont d’autres constructeurs d’automates du XVIIIe siècle. Maillardet, un mécanicien suisse, a créé un automate capable de dessiner quatre images et d’écrire trois poèmes. L’automate de Maillardet fait maintenant partie des collections du Franklin Institute Science Museum à Philadelphie. Né en Belgique, John Joseph Merlin a créé le mécanisme de l’automate Silver Swan, qui se trouve maintenant au Bowes Museum. Un éléphant musical fabriqué par l’horloger français Hubert Martinet en 1774 est l’un des points forts du manoir de Waddesdon. Le tigre de Tipu est un autre exemple d’automate de la fin du XVIIIe siècle, réalisé pour Tipu Sultan, mettant en scène un soldat européen mutilé par un tigre.

Selon le philosophe Michel Foucault, Frédéric le Grand, roi de Prusse de 1740 à 1786, était “obsédé” par les automates. Selon Manuel de Landa, “il a mis sur pied ses armées comme un mécanisme d’horlogerie bien huilé dont les composants étaient des guerriers ressemblant à des robots”.

Le Japon a adopté des automates pendant la période Edo (1603-1867); ils étaient connus sous le nom de karakuri ningyō.

Les automates, en particulier les montres et les horloges, étaient populaires en Chine aux 18e et 19e siècles et des articles étaient fabriqués pour le marché chinois. Le fort intérêt des collectionneurs chinois au 21ème siècle a amené de nombreux articles intéressants sur le marché où ils ont réalisé des réalisations spectaculaires.

Moderne
Le célèbre magicien Jean Eugène Robert-Houdin (1805-1871) était connu pour avoir créé des automates pour ses spectacles.

En 1840, l’inventeur italien Innocenzo Manzetti construisit un automate à jouer de la flûte, en forme d’homme, assis sur une chaise. Cachés dans la chaise, des leviers, des bielles et des tubes à air comprimé faisaient bouger les lèvres et les doigts de l’automate sur la flûte, selon un programme enregistré sur un cylindre similaire à ceux utilisés dans les pianos pour joueurs. L’automate était actionné par une horloge et pouvait exécuter 12 airs différents. Dans le cadre de la performance, il se levait de la chaise, inclinait la tête et roulait des yeux.

La période de 1860 à 1910 est connue sous le nom de “l’âge d’or des automates”. Au cours de cette période, de nombreuses petites entreprises familiales de fabricants d’automates se sont développées à Paris. Depuis leurs ateliers, ils ont exporté des milliers d’automates mécaniques et d’oiseaux chanteurs mécaniques à travers le monde. Ce sont ces automates français qui sont collectés aujourd’hui, bien que maintenant rares et coûteux, ils attirent des collectionneurs du monde entier. Les principaux fabricants français étaient Bontems, Lambert, Phalibois, Renou, Roullet et Decamps, Théroude et Vichy.

Les automates contemporains perpétuent cette tradition en mettant l’accent sur l’art plutôt que sur la sophistication technologique. Les automates contemporains sont représentés par les œuvres de Cabaret Mechanical Theatre au Royaume-Uni, Dug North et Chomick + Meder, Thomas Kuntz, Arthur Ganson, Joe Jones aux États-Unis, Le Défenseur du Temps de l’artiste français Jacques Monestier et François Junod Suisse.

Certains jouets mécanisés développés aux 18e et 19e siècles étaient des automates en papier. Malgré la simplicité relative du matériau, les automates à papier nécessitent un degré d’ingéniosité technique élevé.

L’un des automates les plus avancés proposés à ce jour est l’Automaton Rover de la NASA pour environnements extrêmes (AREE), un automate éolien à utiliser pour explorer Vénus. Contrairement aux autres automates modernes, AREE est un automate à la place d’un robot pour des raisons pratiques. Les conditions difficiles de Vénus, notamment sa température de surface de 462 ° C (285 ° C), en rendent l’électronique d’exploitation impossible.

Dans l’éducation
Le projet éducatif de l’Union européenne intitulé Objets mécaniques, apprentissage enrichi: Automata Toys Construction (CLOHE), reconnaît le potentiel pédagogique des jouets mécaniques pour la formation de compétences transversales.

Les types

Têtes et machines parlantes
Au sein des automates, il existe un groupe qui a eu une grande diffusion au cours de l’histoire, les têtes parlantes, des êtres que l’on croyait entre la mécanique et la magie qui parlaient, conseillaient leurs propriétaires ou prédisaient l’avenir. La légende et le mythe ont beaucoup influencé ce type de mécanisme en étant les premières versions d’anciens récits arabes. L’un des exemples les plus célèbres est la tête en laiton de Roger Bacon (1214-1294), en forme de tête, qui pourrait répondre à des questions sur l’avenir, celle d’Alberto Magno en forme de femme, celle de Valentín. Merbitz dit qu’ils parlaient plusieurs langues, d’autres disent que, grâce à un ventriloque, la tête parlante du pape Sylvestre II, qui répondait au hasard «oui» ou «non» aux questions posées, ou à la figure du saint qui parlait d’Athanasius Kircher,

Dans tous les cas, la plupart d’entre eux ont eu la “voix” grâce à divers systèmes. Kratzenstein a été le premier à pouvoir documenter ce travail. Avec un système de tuyaux d’orgue, il pouvait reproduire les voyelles. Wolfrang von Kempelen expliqua plus tard dans une de ses œuvres comment fabriquer et manipuler l’une de ces machines afin qu’il puisse prononcer de courtes phrases à travers une sorte de soufflet à travers lequel l’air passait et les sons modulés. Ou ceux créés par l’abbé Mical, grandeur nature et qui, affichés deux par deux, se répondent. Déjà au dix-neuvième siècle, Joseph Faber avait mis au point la version la plus parfaite de ces machines, baptisée Euphonia, qui servait d’organe pour une église et pouvait aller de la récitation de l’alphabet à la réponse à des questions, en chuchotant ou en riant.

Les horloges
Une horloge d’automate ou une horloge d’automate est un type d’horloge en grève comportant des automates. De telles horloges ont été construites du Ier siècle avant notre ère à l’époque victorienne en Europe. Une horloge à coucou est une forme simple de ce type d’horloge.

La première mention connue concerne celles créées par l’ingénieur romain Vitruve, décrivant les premiers réveils fonctionnant avec des gongs ou des trompettes. Les automates plus tardifs fonctionnent généralement à l’heure, à la demi-heure ou au quart d’heure, généralement pour faire sonner les cloches. Les figures communes dans les horloges plus anciennes incluent Death (en référence à la mortalité humaine), Old Father Time, des saints et des anges. Dans les ères Régence et Victorienne, les figures communes comprenaient également des membres de la royauté, des compositeurs célèbres ou des industriels.

Plus récemment, les horloges automatiques construites sont répandues au Japon, où elles sont connues sous le nom de karakuri-dokei. La Nittele okedokei, conçue par Hayao Miyazaki pour être apposée sur le siège de la chaîne de télévision Nippon à Tokyo, est considérée comme la plus grande horloge animée au monde. Au Royaume-Uni, Kit Williams a produit une série de grandes horloges à automates pour une poignée de centres commerciaux britanniques, comprenant des grenouilles, des canards et des poissons.

Les exemples d’horloges automatiques incluent l’horloge Chariot et les horloges à coucou. Le musée Cuckooland expose des horloges autonomes.

Joueurs d’échecs
Wolfgang von Kempelen inventeur, comme il a été souligné ci-dessus, de l’une des premières machines parlantes était également le créateur de l’un des automates les plus célèbres de l’histoire, qui, à son tour, était l’une des plus grandes fraudes de son temps mais Pour cela, il a promu la création d’automates jusqu’à presque nos jours. Nous parlons d’El Turco.

Construit en 1769, “El Turco” était formé d’une table où était placé un mannequin en forme d’homme habillé en arabe. Une porte dans la partie avant s’est ouverte et a montré le mécanisme supposé de fonctionnement de l’automate. Ce joueur était l’une des plus grandes attractions de l’époque car, disaient-ils, il était invincible. Il parcourut l’Europe même après la mort de son créateur, passant entre les mains de Johan Maezel et battant même Napoléon Bonaparte lors de la campagne de la bataille de Wagram. Après avoir traversé les États-Unis, il atterrit à Cuba où meurt William Schlumberger, assistant de Maezel et probablement chargé d’entrer dans l’automate pour jouer aux jeux. En effet, après cette mort, “The Turk” cessa de paraître jusqu’à sa destruction en 1845 dans le grand incendie de Crême Philadelphia. Plus tard, on a dit que Tout au long de son histoire, l’automate a eu plusieurs opérateurs qui ont déplacé le mécanisme grâce à un échiquier secondaire. Chaque pièce de la carte principale contenait un aimant afin que l’opérateur puisse savoir quelle pièce avait été déplacée et où. L’opérateur effectuait son mouvement au moyen d’un mécanisme pouvant s’insérer dans la planche secondaire, indiquant au mannequin où se déplacer.

La renommée de cet automate fit que de nombreuses autres répliques furent créées avec le même artifice, certaines au 19ème siècle comme “Ajeeb” présenté par Charles Hooper en 1868 ou “Mephisto” né en 1876 en train de gagner. un tournoi d’échecs à Londres sans que personne ne remarque l’artifice.

Cependant, il y avait un automate dont le fonctionnement était complètement réel. Sa création est due à l’espagnol Leonardo Torres Quevedo, ingénieur et mathématicien, inventeur du “The Chess Player” présenté à la foire de Paris de 1914. Il fonctionnait à l’aide d’électroaimants sous le plateau, jouant automatiquement jusqu’au bout avec un roi et une tour un roi de n’importe quelle position sans aucune intervention humaine.

Ainsi, nous pouvons considérer ces automates, à la fois faux et réels, comme les pionniers des jeux d’échecs modernes et des ordinateurs comme Deep Blue qui maintiennent le même esprit et les mêmes objectifs que leurs prédécesseurs: obtenir une machine pour battre l’esprit humain

Animatronique et mécatronique
Reproduire l’apparence de la vie requiert des qualités artistiques, comme pour reproduire l’inanimé (statues …) et les techniques (mouvements) par des automates mécaniques. Cela nécessite du savoir-faire et des compétences dans de nombreux domaines.

Robotique
Automate, du latin automatia et cela du grec α automatτόματος, «spontané» ou «avec son propre mouvement». Selon la RAE, “une machine qui imite la figure et les mouvements d’un être animé” est aujourd’hui un équivalent technologique; ce seraient les robots autonomes. Si le robot est anthropomorphe, on l’appelle androïde.

Dans la fiction

Dans la mythologie
Prométhée, selon la mythologie grecque, créateur de l’être humain.
Pygmalion, étant de la mythologie grecque, a sculpté la statue d’une jeune fille qu’elle a appelée Galatée, si belle qu’il en est tombé amoureux, souhaitant avoir la vie.
Héphaïstos est une mythologie qui a créé des femmes à la mécanique construite en or qui l’a aidé dans son travail de forgeron.
Les Argonautes ont créé un chien robot pour protéger son navire.
Le géant de Talos, en bronze.
Le Golem, selon le folklore juif, a été créé à partir d’argile par le rabbin Löw en introduisant dans la bouche le shem, une inscription magique en hébreu contenant le nom de Yahweh.

Dans la littérature
Dans le Satiricón de Petronio, il est décrit un esclave avec un squelette argenté articulé qui sert des plats et des boissons.
Dans le Sandman, E. TA Hoffmann parle de Nataniel et de son amour pour l’automate Olympia. Sa fin sera le suicide pour découvrir la vraie nature de sa bien-aimée. Ce même auteur parlera dans la nouvelle “Los Automómatas” de “El Turco Parlante”, inspirée du faux automate de Von Kempelen.
Frankenstein, écrit par Mary Shelley en 1818 et raconte l’histoire du Dr Frankenstein, obsédé par la création d’un être vivant à partir de différentes parties du corps de cadavres disséqués.
Le joueur d’échecs Maezel d’Edgar Allan Poe où il tente de déchiffrer le véritable fonctionnement du turc.
Maestro Zacarías, de Jules Verne raconte l’histoire d’un horloger qui transfère son âme à ses automates.
Le rossignol de Hans Christian Andersen, où apparaît un oiseau mécanique imitant le son du rossignol.
Eva Futura de Villiers de L’Isle Adam décrit Hadaly, la femme artificielle idéale, mais critique en même temps les excès des inventions technologiques représentées par Edison.
Les aventures de Pinocchio de Carlo Collodi avec l’histoire de Gepeto et sa marionnette en bois qui s’anime grâce à l’intervention d’une marraine fée.
Les robots universels de Rossum, écrits en 1920 par le tchèque Karel Čapek et première œuvre dans laquelle le terme moderne “robot” est utilisé.

Au cinéma
Le Joueur d’echecs (1927) réalisé par Raymond Bernard, film anti-guerre basé sur le roman d’Henri Dupuy-Mazuel, inspiré de l’histoire du joueur d’échecs automates “The Turk”, créé par le baron hongrois Wolfgang von Kempelen.
Metropolis (1927) réalisé par Fritz Lang, où le scientifique Rotwang CA crée un robot anthropomorphe en forme de femme (ou de gynoïde).
Le magicien d’Oz (1939) réalisé par Victor Fleming, où le personnage apparaît comme un homme d’étain, qui se rend à Oz à la recherche d’un cœur.
2001: Odyssée de l’espace (1968) réalisé par Stanley Kubrick, dans lequel apparaît le personnage de HAL 9000, un ordinateur à l’intelligence artificielle qui finit par devenir fou, essayant de tuer l’équipage du vaisseau Discovery 1.
Westworld (1973) réalisé par Michael Crichton et mettant en vedette Yul Brynner, où les robots d’un parc thématique simulant l’ancien rebelle de l’Ouest américain se rebellent contre les visiteurs.
Les femmes parfaites (1975 et remake en 2004). Dans la ville de Stepford, les hommes ont remplacé leurs femmes par des automates qui obéissent à tous leurs ordres.
Blade Runner (1982) réalisé par Ridley Scott, où apparaissent les “Replicantes”, identiques aux êtres humains mais ayant une espérance de vie limitée, utilisés en tant que travailleurs.
The Terminator (1984) réalisé par James Cameron. À l’avenir, des machines ont asservi l’homme et ont envoyé le passé à un automate à l’apparence humaine afin d’éliminer la future mère qui sera le chef de la rébellion contre les machines.
Edward Scissorhands (1990), réalisé par Tim Burton, raconte l’histoire d’Edward, un automate à la lame tranchante aux mains qui était incomplet lorsqu’il mourut prématurément de son créateur.
Toy Story (1995), réalisé par John Lasseter, recouvre le mythe selon lequel les êtres inanimés, comme les jouets, ont une vie à part en l’absence de leurs propriétaires.
Artificial Intelligence (2001) de Steven Spielberg raconte l’histoire de David, un robot unique capable d’aimer.
The Man Bicentennial (1999), réalisé par Chris Columbus, est un film qui raconte l’histoire d’un automate capable de penser et de ressentir.
Hugo (film) (2011) Film réalisé par Martin Scorsese d’après le livre “L’Invention d’Hugo Cabret” où le grand cinéaste Georges Méliès crée un automate à travers lequel se déroule l’intrigue de cette histoire.

Musées
Musée des Automates de La Rochelle, France
Un autre célèbre musée des automates (Museu d’Autòmats) est situé dans le parc d’attractions Tibidabo, à Barcelone.
Il y en a un autre à Verdú près de Tárrega, il s’agit du Musée du jouet et de l’automate, Lleida, Catalogne.