Assemblage d’art

L’assemblage est une forme artistique ou un support créé habituellement sur un substrat défini et constitué d’éléments tridimensionnels faisant saillie hors ou à partir du substrat. C’est semblable au collage, un médium bidimensionnel. Cela fait partie des arts visuels et utilise généralement des objets trouvés, mais ne se limite pas à ces matériaux.

Technique
L’assemblage est obtenu en incorporant à une œuvre d’art pas spécifiquement des matériaux tridimensionnels artistiques et des «objets trouvés», c’est-à-dire des objets de tous les jours qui, élevés au rang des techniques les plus modernes, permettent aux artistes de défier l’idée traditionnelle de l’art lui-même. Au départ, il s’inspire du collage.

“L’espace, dans l’assemblage, n’exerce aucune” syntaxe “, n’impose aucun principe d’ordre:” aucun point de vue “n’est” privilégié “, car” chaque trait “veut” être tout aussi impressionnant “. De plus, il n’y a pas de règles pour sa réalisation: “le groupe de matériaux hétérogènes peut proliférer à volonté”.

Caractéristiques
L’assemblage est l’une des techniques d’expression les plus utilisées au XXe siècle et présente de nombreuses affinités avec les mécanismes de la collection, qu’il utilise pour atteindre une cohérence formelle et sémantique. En fait, la faculté de réunir librement et au même endroit les matériaux de la nature, de différentes époques et de différents pays, a longtemps été la prérogative exclusive des collectionneurs; la collection elle-même peut être considérée comme “le plus grand assemblage possible”.

La conscience que les objets, une fois assemblés, peuvent acquérir une grande force découle de l’idée de collection et d’assemblage. Dans la collection, l’objet se voit attribuer de nouvelles racines, une nouvelle profondeur sémantique en contact avec tout ce qui l’entoure.

L’histoire
L’origine de la forme artistique remonte aux constructions cubistes de Pablo Picasso c. 1912-1914. L’origine du mot (au sens artistique du terme) remonte au début des années 50, lorsque Jean Dubuffet créa une série de collages d’ailes de papillon qu’il intitula assemblages d’empreintes. Cependant, Marcel Duchamp, Pablo Picasso et d’autres avaient travaillé avec des objets trouvés pendant de nombreuses années avant Dubuffet. L’artiste russe Vladimir Tatlin a créé ses “contre-reliefs” au milieu des années 1910. Aux côtés de Tatlin, Elsa von Freytag-Loringhoven, la baronne Dada, fut la première artiste à s’essayer à l’assemblage. À Paris, dans les années 1920, Alexander Calder, José De Creeft, Picasso et d’autres ont commencé à réaliser des œuvres entièrement tridimensionnelles à partir de déchets de métal, d’objets trouvés en métal et de fils métalliques. Aux États-Unis, Louise Nevelson, l’une des plus anciennes et des plus prolifiques artistes de l’assemblage, a commencé à créer ses sculptures à partir de pièces de bois trouvées à la fin des années 1930.

Le peintre Armando Reverón est l’un des premiers à utiliser cette technique lorsqu’il utilise des matériaux jetables tels que le bambou, le fil de fer ou le papier kraft. Dans les années trente, il fabriqua un squelette avec des ailes de mucilage, adoptant ce style bien avant d’autres artistes. Plus tard, Reverón fabriqua des instruments et des décors tels qu’un téléphone, un canapé, une machine à coudre, un piano et même des livres de musique avec leurs partitions.

Plus tard, Duchamp et les ready-made utilisèrent cet assemblage, ainsi que des dada et des surréalistes, qui fondèrent leurs œuvres sur des combinaisons inhabituelles d’objets et d’images.

Kurt Schwitters collecte des fragments et des débris du nouveau paysage urbain: billets de train et de tram, manivelles, roues, verrous. Dans le tableau Merz, que l’artiste oppose au dadaïsme, les déchets préservés de la destruction sont soumis à un processus de transformation qui intègre les objets à l’intérieur de l’œuvre par collage, assemblage ou sculpture. La sensibilité extrême aux matériaux est à la base de l’expérience esthétique de Schwitters, qui a influencé le Bauhaus.

Les pages du magazine surréaliste Minotaure reproduisent souvent des peintures et des dessins des XVIe et XVIIe siècles, au point d’inciter certains critiques à trouver un parallèle dans le maniérisme avec l’utilisation de l’assemblage dans des créations surréalistes. La théorie, par exemple, de Francisco de Hollanda, qui en 1548 a jugé positive l’inclusion d’êtres chimériques dans des œuvres d’art, soutient cette hypothèse pour les critiques qui la soutiennent. La construction d’un ensemble de pièces très différentes les unes des autres, raison d’être de l’assemblage, désoriente et crée un effet de court-circuit des sens, qui constitue la partie irremplaçable de la nouveauté et des objets réalistes.

Dans les années cinquante, la technique devient particulièrement populaire et implique l’utilisation des matériaux les plus disparates, y compris les aliments. L’assemblage est un fil conducteur entre les avant-gardes du début du XXe siècle et l’art figuratif des années soixante.

Les représentants de l’art conceptuel des années soixante et soixante-dix reprennent la métaphore du musée, réarrangeant les fenêtres, les étagères, les outils de classement. Des mécanismes de réflexion sur l’art en tant qu’outil entrent en jeu; le besoin de thésauriser et de conserver dépasse le besoin de montrer. Les objets et leur forme physique, leur matière et leur couleur sont réduits à de simples contenants.

Depuis les années 1950, les artistes ont également de plus en plus utilisé l’environnement comme moyen alternatif d’utiliser l’assemblage. Les œuvres se caractérisent par une accumulation imprévue, par une dilatation de la matière au-delà des limites habituelles, en analogie avec l’installation de Duchamp, l’expérience surréaliste, avec les ateliers des artistes – lieux de chaos et de hasard. Le cas est invoqué systématiquement en tant qu’élément inspirant et technique de travail. Des exemples sont les travaux de Jackson Pollock, de Francis Bacon, d’Alexander Calder, de certains artistes japonais du milieu des années cinquante et d’Américains passionnés des années soixante.

En 1961, l’exposition “The Art of Assemblage” a été présentée au Musée d’art moderne de New York. L’exposition présentait le travail d’artistes européens du début du XXe siècle, tels que Braque, Dubuffet, Marcel Duchamp, Picasso et Kurt Schwitters, aux côtés des Américains Man Ray, Joseph Cornell, Robert Mallary et Robert Rauschenberg, ainsi que des assemblages moins connus de la côte ouest américaine. des artistes tels que George Herms, Bruce Conner et Edward Kienholz. Le commissaire de l’exposition, William C Seitz, a décrit les assemblages comme étant constitués de matériaux naturels ou manufacturés préformés, d’objets ou de fragments non destinés à être des matériaux d’art.

La somme de ces expériences, issues du concept d’accumulation et d’assemblage, a amené certains artistes à rechercher un nouveau concept d’espace et une approche plus raffinée. Les premiers signes se manifestent en Italie, notamment dans l’œuvre d’Alberto Burri, à qui Arte povera doit, bien que dans une moindre mesure que celle de Piero Manzoni, et l’utilisation de celui-ci de l’objet moderne, fruit de la revisitation du Exemples dadaïstes, surréalistes et néoréalistes. Les nouveaux assemblages se déroulent dans les espaces des galeries d’art.

Depuis le milieu des années soixante, plusieurs artistes italiens pratiquent l’installation et la transformation de l’objet, abandonnant progressivement l’essence du ready-made ou de l’objet trouvé. L’assemblage est dépouillé de toutes les caractéristiques constructives: l’espace vide reste la référence fondamentale, mais le travail qu’il met en avant met en avant tout le matériau, le geste, l’idée. Ce sont des exemples isolés, car en dehors de l’Italie, l’expression est souvent encore liée à l’esprit dadaïste, comme dans le cas de Joseph Beuys, et au concept de collection, à l’idée d’accumulation.

En Italie, il y a aussi des artistes qui collectionnent l’héritage de De Chirico et Savinio, c’est ainsi que l’on assemble des objets en peinture au moyen d’une suggestion intellectuelle, créant ainsi de nouveaux liens entre les objets. Ces derniers sont donc liés les uns aux autres du point de vue symbolique: un exemple est Claudio Parmiggiani, chez qui on ressent la même tendance à changer présente dans la tradition dadaïste et surréaliste.

Artistes principalement connus pour l’assemblage
Arman (1928-2007), artiste français, sculpteur et peintre.
Hans Bellmer (1902-1975), un artiste allemand connu pour ses poupées-femmes grandeur nature, réalisée dans les années 1930.
Wallace Berman (1926-1976), un artiste américain connu pour ses collages de verifax.
André Breton (1896-1966), artiste français, considéré comme l’un des principaux fondateurs du surréalisme.
John Chamberlain (1927–2011), un artiste de Chicago connu pour ses sculptures de pièces d’automobile naufragées soudées.
Greg Colson (né en 1956), artiste américain connu pour ses sculptures murales de cartes en bâton, de peintures construites, de systèmes solaires, de directions et d’intersections.
Joseph Cornell (1903-1972), habitant à New York, est connu pour ses boîtes délicates, généralement vitrées, dans lesquelles il a organisé des collections d’objets surprenantes, des images de peintures de la Renaissance et de vieilles photographies. Beaucoup de ses boîtes, telles que les fameuses boîtes de machines à sous Medici, sont interactives et doivent être manipulées.
Rosalie Gascoigne (1917-1999), une sculpteuse australienne née en Nouvelle-Zélande.
Raoul Hausmann (1886-1971), écrivain et artiste autrichien, figure emblématique de Berlin Dada, son œuvre la plus célèbre est l’assemblage Der Geist Unserer Zeit – Mechanischer Kopf (tête mécanique [l’esprit de notre temps]), v. 1920.
Romuald Hazoumé (né en 1962), artiste contemporain de la République du Bénin, expose beaucoup en Europe et au Royaume-Uni.
George Herms (né en 1935), artiste américain connu pour ses assemblages, ses papiers et ses pièces de théâtre.
Louis Hirshman (1905-1986), un artiste de Philadelphie connu pour son utilisation de matériaux 3D sur des substrats plats pour les caricatures de personnages célèbres, ainsi que pour des collages et assemblages de la vie quotidienne, des archétypes et des scènes surréalistes.
Robert H. Hudson (né en 1938), artiste américain.
Jasper Johns (né en 1930), artiste américain, peintre, graveur et sculpteur.
Edward Kienholz (1927-1994), artiste américain ayant collaboré avec sa femme, Nancy Reddin Kienholz, a créé des “tableaux” de grande envergure ou des scènes de la vie moderne, tels que The Beanery, avec des modèles de personnages, objets mis au rebut.
Lubo Kristek (né en 1943), artiste tchèque connu pour ses assemblages critiques d’os, de pièges, de matériaux jetés à la mer, de déchets et de téléphones portables (détruits lors d’un événement).
Jean-Jacques Lebel (né en 1936) a installé en 1994 un grand assemblage intitulé Monument à Félix Guattari au Forum du Centre Pompidou.
Janice Lowry (1946-2009), artiste américaine connue pour son art biographique sous la forme d’assemblages, de livres d’artistes et de revues, combinant des objets et des matériaux trouvés à des écrits et à des croquis.
Ondrej Mares (1949–2008), artiste et sculpteur australo-tchèque, principalement connu pour ses figurines «Kachina» – une série d’œuvres.
Markus Meurer (né en 1959), artiste allemand, connu pour ses sculptures à partir d’objets trouvés
Louise Nevelson (1899-1988), une artiste américaine, connue pour ses «boîtes» expressionnistes abstraites regroupées pour former une nouvelle création. Elle utilisait des objets trouvés ou des objets de tous les jours jetés dans ses “assemblages” ou assemblées, dont l’une avait trois étages.
Minoru Ohira (né en 1950), artiste d’origine japonaise.
Meret Oppenheim (1913-1985), artiste suisse d’origine allemande, s’identifie au mouvement surréaliste.
Wolfgang Paalen (1905-1959), artiste et théoricien surréaliste autricho-germano-mexicain, fondateur du magazine DYN et connu pour plusieurs objets assemblés, par exemple. Nuage articulé
Robert Rauschenberg (1925-2008), peintre et collagiste connu pour ses œuvres en techniques mixtes pendant six décennies.
Fred H. Roster (né en 1944), sculpteur américain.
Betye Saar (née en 1926), artiste plasticienne américaine, est principalement connue pour ses assemblages avec des souvenirs de famille, des personnages afro-américains stéréotypés issus de la culture populaire et de la publicité, des amulettes et des charmes mystiques ainsi que des objets rituels et tribaux.
Alexis Smith (né en 1949) est un artiste américain bien connu pour ses assemblages et ses installations.
Daniel Spoerri (né en 1930), artiste suisse, connu pour ses “images de pièges” dans lesquelles il capture un groupe d’objets, tels que les restes de repas consommés par des individus, y compris les assiettes, l’argenterie et les verres, qui sont tous fixés à la table ou le conseil, qui est ensuite affiché sur un mur.
Vladimir Tatlin (1885-1953), artiste russe connu pour ses contre-reliefs – des structures en bois et en fer à suspendre dans les coins des murs dans les années 1910.
Wolf Vostell (1932-1998), connu pour son utilisation du béton dans ses travaux. Dans ses environnements, installations vidéo et peintures, il utilisait des téléviseurs et du béton, ainsi que des téléphones de véritables voitures et pièces de voitures.
Gordon Wagner (1915-1987) était un pionnier de l’assemblage américain, connu pour son art de bazar, sa peinture, sa poésie et son écriture.
Jeff Wassmann (né en 1958), artiste contemporain né aux États-Unis, travaille en Australie sous le nom de plume du pionnier du moderniste allemand Johann Dieter Wassmann (1841-1898).
Tom Wesselmann (1931–2004), artiste américain, peintre, sculpteur et graveur.
H. C. Westermann (1922-1981), sculpteur et graveur américain.