Ashta Nayika

L’Ashta-Nayika est le nom collectif de huit types de nayikas ou héroïnes classés par Bharata dans son traité de Sanskrit sur les arts du spectacle – Natya Shastra. Les huit nayikas représentent huit états différents (avastha) en relation avec son héros ou nayaka. En tant qu’états archétypaux de l’héroïne romantique, il a été utilisé comme thème dans la peinture, la littérature et la sculpture indiennes, ainsi que dans la danse et la musique classiques indiennes.

Nayikas
Selon Ashta Nayika, il y a huit nayikas.

1, Vasakasajja Nayika, (वासकसज्जा नायिका), on s’est habillé pour l’union
2, Virahotkanthita Nayika, (विरहोत्कंठिता नायिका), on est affligé par la séparation
3, Svadhinabhartruka Nayika, (स्वाधीनभर्तृका नायिका), une ayant son mari sous le coup
4, Kalahantarita Nayika, (कलहांतरिता नायिका), un séparé par une querelle
5, Khandita Nayika, (खंडिता नायिका), Une enragée avec son amant
6, Vipralabdha Nayika, (विप्रलब्धा नायिका), Un trompé par son amant
7, Proshitabhartruka Nayika, (प्रोषितभर्तृका नायिका ), Un avec un mari en séjour
8, Abhisarika Nayika, (अभिसारिका नायिका), on va rencontrer son amant

Histoire et représentations culturelles
La classification Ashta-Nayika (nayika-bheda) apparaît pour la première fois dans Natya Shastra (24.210-11), un traité clé du sanskrit sur les arts de la scène indiens, écrit par Bharata (datant du IIe siècle avant JC et du IIe siècle après JC). La classification est détaillée dans des travaux ultérieurs comme le Dasarupaka (Xe siècle), Sahityadarpana (XIVe siècle) et divers autres traités sur la poétique et les textes érotiques de Kamashastra tels que Kuttanimata (VIIIe-IXe siècle) basés sur les courtisanes, Panchasayaka, Le Rasikapriya de Keshavadasa (16ème siècle) en hindi, décrit également le Ashta-nayika.

Les Ashta-Nayika ont été illustrés dans la peinture, la littérature, la sculpture indienne ainsi que dans la danse classique indienne. Les peintures médiévales notables qui représentent l’Ashta nayika sont les peintures Ragamala, comme celles de l’école de peinture Bundi.

Un exemple célèbre dans la littérature indienne est Gita Govinda (XIIe siècle) de Jayadeva, ainsi que dans les compositions du poète Vaishnava Banamali, Radha revêt les rôles des différents nayikas tandis que son nayaka est le dieu Krishna.

L’Ashta-Nayika est un thème central de la broderie Pahari utilisée pour décorer le Chamba Rumal, produit spécialement à Chamba, dans l’Himachal Pradesh. Les Ashta Nayika sont généralement représentés en huit panneaux sur le Rumal.

Dans la musique classique indienne (hindoustani), l’amour éternel entre Radha et Krishna est représenté à travers la conscience de Radha comme le leitmotiv qui domine les paroles. Surtout le genre semi-classique de Thumri imprègne la myriade d’humeurs de Radha comme Ashta Nayika consommée par l’amour passionné pour Krishna.

Le classement
Le Natya Shastra décrit les nayikas dans l’ordre suivant: Vasakasajja, Virahotkanthita, Svadhinabhartruka, Kalahantarita, Khandita, Vipralabdha, Proshitabhartruka et Abhisarika. Les nayikas sont en outre classés en deux variétés de rasa shringara, le rasa lié à l’amour: Sambhoga (l’amour en réunion) et Vipralambha (l’amour en séparation). Vasakasajja, Svadhinabhartruka et Abhisarika sont associés à Sambhoga; les autres avec Vipralambha.

Dans le Shringara Prakasha, Bhoja raconte les différents nayakas et nayikas avec des ragas musicaux et des raginis (un raga féminin). Les Ragavibodha de Somanatha (1609) et les Sangitadarpana de Damodara (vers 1625) poursuivent cette tendance.

Vasakasajja
Vasakasajja (“l’un habillé pour l’union”) ou Vasakasajjika attend que son amant revienne d’un long voyage. Elle est représentée dans sa chambre remplie de feuilles de lotus et de guirlandes. Elle s’habille pour l’union avec son amant et “désireuse d’attendre le plaisir de l’amour”. Kesavadasa compare sa beauté à Rati – la déesse de l’amour hindou, qui attend son mari, le dieu d’amour Kamadeva. Une sculpture de Vasakasajja se trouve dans le temple de Lakshmana à Khajuraho et au musée national de Delhi.

Le Ragavibodha associe les raginis Bhupali et Todi à Vasakasajja.

Virahotkanthita
Virahotkanthita (“Une détresse par la séparation”) ou Utka (comme décrit par Keshavadasa) est l’héroïne en détresse qui se moque de son amant qui, en raison de ses préoccupations, ne parvient pas à rentrer chez lui. Elle est représentée en train de l’attendre, assis ou debout sur un lit ou dans le pavillon.

Le Ragavibodha identifie les raginis Mukhari, Pauravi et Turushkatodi avec le Virahotkanthita, tandis que le Sangitadarpana désigne Patamanjari dans cette catégorie.

Svadhinabhartruka
Svadhinabhartruka (“celui qui a son mari en état de soumission”) ou Svadhinapatika (nommé par Keshavadasa) est la femme qui est aimée par son mari et qui la contrôle. Il est subjugué par son amour intense et ses qualités agréables.Il lui est dévouée et fidèle Dans les peintures, cette nayika est représentée avec un nayaka, qui applique mahawar sur ses pieds ou un tilak vermillon (marque) sur son front. Dans Gita Govinda de Jayadeva ainsi que dans le poème Kuru Yadunandana, Radha est dépeint comme une Svadhinabhartruka. Dans ce dernier cas, Radha ordonne à son amant, le dieu Krishna, de réorganiser son maquillage désorganisé à cause de leur coït féroce.

De nombreux raginis comme Malashri, Travanika, Ramakriti, Jaitashri et Purvi sont associés à Svadhinabhartruka.

Kalahantarita
Kalahantarita (“une personne séparée par une querelle”) ou Abhisandhita (nommée par Keshavadasa) est une héroïne séparée de son amant en raison d’une querelle ou d’une jalousie ou de sa propre arrogance. Son amant est généralement représenté en train de laisser son appartement découragé, alors qu’elle devient elle aussi sans cœur et repentante sans lui. Dans d’autres représentations, elle est représentée refusant les avances de son amoureux ou refusant une coupe de vin de sa part. Dans Gita Govinda, Radha est également représentée comme Kalahantarita dans un cas.

Khandita
Khandita (“une furieuse avec son amant”) est une héroïne enragée, dont l’amant lui avait promis de passer la nuit avec elle, mais au lieu de cela elle vient chez elle le lendemain après avoir passé la nuit avec une autre femme. Elle est représentée offensée, reprochant à son amant son infidélité.

Dans le Sangitadarpana, le ragini Varati représente le Khandita Nayika.

Vipralabdha
Vipralabdha (“une trompée par son amant”), est une héroïne trompée, qui a attendu toute la nuit son amant. Elle est dépeinte en train de jeter ses bijoux car son amant n’a pas tenu sa promesse. Cela se produit quand un amoureux rencontre un Khandita et promet un rendez-vous et casse sa promesse.

Le Sangitadarpana associe Vipralabdha au ragini Bhupali. Cependant, le Ragavibodha présente les raginis Varati et Velavati comme Vipralabdhas.

Proshitabhartruka
Proshitabhartruka (“l’un avec un mari en séjour”) ou Proshitapatika (nommé par Keshavadasa) est la femme dont le mari est parti pour des affaires et ne revient pas le jour même. Elle est représentée assise en deuil, entourée de ses servantes, mais refuse de se consoler.

Le Ragavibodha décrit les raginis Dhanashri et Kamodi comme Proshitabhartrukas.

Abhisarika
Abhisarika (“celui qui bouge”) est une héroïne, qui met de côté sa modestie et sort de chez elle pour rencontrer secrètement son amoureux. Elle est représentée à la porte de sa maison et en route vers le rendez-vous, défiant toutes sortes de difficultés comme la tempête, les serpents et les dangers de la forêt. Dans l’art, Abhisarika est souvent dépeinte rapidement vers sa destination.

Les raginis Bahuli et Saurashtri sont décrits comme ayant les traits de l’audacieux Abhisarika.