Architecture de Valladolid

Valladolid possède une richesse monumentale d’une grande valeur architecturale et touristique dans laquelle se détachent une série de monuments, civils et religieux. L’architecture de Valladolid a évolué parallèlement à celle de l’Espagne et a suivi de diverses manières les multiples tendances qui se sont produites dans le contexte de l’histoire de l’art occidental.

L’architecture de Valladolid reflète l’évolution depuis qu’elle était un petit village au Moyen Age jusqu’à ce qu’elle devienne la capitale de l’empire à l’époque moderne, après quoi est apparu un déclin démographique qui n’a été inversé qu’au XIXe siècle avec l’arrivée du chemin de fer à la ville (1864) et qui a énormément augmenté dans la seconde moitié du XXe siècle (décennies des 50, 60 et 70) où il y avait en Espagne l’émigration de la campagne à la ville, et plus précisément à Valladolid l’installation de usines dans les zones industrielles. A partir de ce moment, bien que la ville continue de croître, surtout vers le sud et l’est, ce rythme ralentira beaucoup car la croissance démographique et urbaine se déplacera vers les villes voisines telles que Arroyo de la Encomienda, Boecillo, Cistérniga, Laguna de Duero, Santovenia de Pisuerga et Zaratán. Le 21ème siècle continuera cette tendance.

Styles architecturaux
Valladolid a été repeuplé par le comte Pedro Ansúrez en 1072. Par conséquent, les vestiges de Vacce, Romains, Wisigoths et Arabes sont perdus, les plus anciens bâtiments survivants viennent du Moyen Age.

Moyen Age (476-1492)

Roman (11ème-12ème siècles)
Lorsque le comte Pedro Ansúrez est venu en l’an 1072 en tant que seigneur et gouverneur de Valladolid et il y avait deux paroisses (église de San Miguel et l’église San Julian, tous deux aujourd’hui disparus), un insignifiant (l’enceinte défensive Valladolid, mais plutôt une clôture basse ou une palissade). Peu de temps après, des bâtiments tels que l’église de Santa María La Antigua (1088, bien que modifiée depuis des siècles jusqu’au 20ème siècle) et la tour de l’église de San Martín (12ème-1621 après J.-C.). le bâtiment a été reconstruit en 1588).

Gothique (XII-XV siècles)
La Plaza de San Pablo prend rapidement de l’importance en tant que l’un des principaux centres névralgiques de la ville (alors qu’elle se trouvait à la limite nord de la ville), en construisant plusieurs bâtiments remarquables qui sont conservés aujourd’hui comme l’église San Pablo (1445-1616 ) et à côté le Collège de San Gregorio (1488-1496), siège actuel du Musée national de la sculpture. D’autres bâtiments ont été construits sur les routes directes à la place comme l’église de Santa Clara de Asís (1249-1742, qui était à l’extérieur des murs) ou la collégiale de Santa María la Mayor (Valladolid) (presque complètement démoli au 17ème siècle ) .pour faire place à la construction de la cathédrale). Beaucoup de ces bâtiments sont du style gothique élisabéthain et ont des influences et des caractéristiques de la Renaissance. L’église de San Lorenzo (s.XV-XX), sur l’autel duquel est vénéré le saint patron de Valladolid (la Vierge de San Lorenzo 15ème siècle. la façade.

Âge moderne (1492-1789)

Renaissance (XV-XVII siècles)
C’est l’époque de la splendeur de la ville, dans laquelle de nombreux bâtiments tels que des palais ou des églises sont érigés. En fait, le Palais de Santa Cruz (1486-1491) fut le premier bâtiment de la Renaissance construit en Espagne. Beaucoup de ces bâtiments ont aussi un mélange de différents styles tels que le gothique, la Renaissance et le baroque. Dans le cas du style de la Renaissance prévaut un d’origine espagnole: le soi-disant Herreriano. Le projet de construction de la cathédrale de Valladolid (1595-présent) est sans doute le plus ambitieux de l’époque dans l’architecture de la ville et l’un des plus représentatifs de ce style dans le pays. Même aujourd’hui, le bâtiment n’a pas fini (il est construit à 40-45%).

Encore une fois, c’est la Plaza de San Pablo, les routes voisines, comme l’un des endroits où sont construits plus de bâtiments, principalement des palais, tels que le Palais du Comte de Gondomar (1439-1540), le Palais des Pépinières (XV siècle), le Palais Pimentel (XVème siècle), le Palais Villena (XVIème siècle), le Palais Royal de Valladolid (XVIème siècle), le Palais Butrón (1565-1572), le Palais Marqués de Valverde (XVIème siècle)), la Maison l’Arenzana (s.XVI), le Palais de Fabio Nelli (1576-fin du même siècle), le Palais des Comtes de Benavente (1515-première moitié du même siècle), le Palais des Comtes de Buendía (XVe siècle), le palais archevêque de Valladolid (XVI siècle), style plateresque, le palais de l’Escudero-Herrera (XVI siècle) et le palais du Villagómez (s.XVII). Il y avait beaucoup plus de palais qui ont été perdus au cours des XIXe et XXe siècles par l’abandon ou par l’expansion urbaine qui a eu lieu, Fernando Chueca Goitia affirmant que la destruction du patrimoine historico-artistique de Valladolid était de neuf sur dix.

Palais de la Renaissance de Valladolid
Incendie de 1561
L’incendie a souffert le 21 septembre 1561 a détrui beaucoup du centre de la ville (le dixième total de la ville a été perdu). La reconstruction ordonnée par Felipe II a eu comme conséquence la levée de la Plaza Mayor, considérée comme la première place régulière en Espagne et ensuite imitée dans d’autres villes telles que Salamanque et Madrid. Les rues voisines ont également été reconstruites, comme la rue Platería, l’une des rues les mieux préservées de la ville.

Capitale de l’Empire espagnol (1601-1606)
La cour de Felipe III d’Espagne sous la validation du Duc de Lerma, a déménagé de Madrid à Valladolid entre le 11 janvier 1601 et le 4 mars 1606, pour revenir plus tard à Madrid. À cette époque, la ville est passée de 30 000 à plus de 70 000 habitants (après 1606, elle est tombée à 18 000 habitants en 1646). Dans ces brèves années, des palais tels que le Palacio de la Ribera (1602-1605, et dont seulement quelques restes sont conservés) et des maisons comme la Casa de Cervantes (1602-1605) sont construits, car c’est un temps de croissance urbaine. D’autres bâtiments existants tels que le Palais royal de Valladolid (16ème siècle) ont été considérablement remodelés.

Baroque (XVIIe-XVIIIe siècles)
La Façade de l’Université de Valladolid (1716-1718, aujourd’hui Faculté de Droit de l’Université de Valladolid) est sûrement le meilleur exemple du baroque dans la ville. L’église de San Juan de Letrán (1675-1730) est le bâtiment religieux le plus représentatif de cette époque qui est conservé dans la ville. D’autre part, l’église de Notre-Dame des Carmélites Extramuros (1583- moitié du 20ème siècle) a subi des restaurations majeures qui ont éliminé certains éléments baroques qu’elle possédait. Le Collège Royal de San Albano (1672-1679) avec sa façade en briques est considéré comme l’un des bâtiments les plus représentatifs de ce style dans la ville. Ce style est aussi l’Hermitage de San Isidro (1692), le seul ermitage de la ville actuellement conservé.

Âge contemporain (1789-présent)

Néoclassicisme (XVIII-XIX siècles)
Le meilleur exemple de néoclassicisme dans la ville est le Couvent des Philippins (1759-1930), qui possède également d’importants éléments baroques. Un autre bâtiment religieux remarquable de cette époque est le monastère royal de San Joaquín et Santa Ana (1780-1787) avec une façade sobre et situé au coeur de la ville. El Viejo Coso (1833), utilisé pour la tauromachie, a une façade en brique, suivant le modèle romain. Il aussi est de ce temps le plus grand parc de la ville, le Grand Champ (1787-s.XIX) bien que postérieurement, principalement dans le siècle XIX il se transforme intensément de sa conception néoclassique originale à la conception romantique et naturaliste qu’il a actuellement, spécialement depuis l’époque de Miguel Íscar en tant que maire de la ville.

Éclectisme et historicisme (1850-1936)
Au cours du XIXe siècle, plusieurs courants architecturaux qui se chevauchent. L’éclectisme ou Historicismo ne se réfère pas au même historicisme est l’utilisation d’une langue antérieure et l’éclectisme est l’utilisation de plusieurs langues antérieures dans une architecture unique. Le modernisme est le troisième grand courant architectural.

Les trois principaux courants architecturaux du XIXe siècle (éclectisme, historicisme et modernisme) à Valladolid peuvent être observés principalement dans la croissance de la ville vers la gare (1895), ce qui provoque le Recoletos Sidewalk et les environs de la Plaza de Zorrilla , à partir du milieu du 19ème siècle, l’icône de la bourgeoisie en plein essor. Faits saillants bâtiments de la fin du XIXe et début du XXe siècles: l’éclectique Casa Mantilla (1891) ou la moderniste Casa del Príncipe (1906) sont deux bons exemples. L’un des bâtiments les plus frappants de ce style est le théâtre Calderón (1864), design éclectique et tendance néoclassique. La nouvelle maison consistoriale (1897-1908) est de cette période, combinant différents styles tels que l’éclectisme avec un caractère Beaux-Artien avec l’inspiration de la Renaissance. Le Cercle des loisirs (1902) est éclectique avec une inspiration néo-Renaissance. Le passage Gutiérrez (1886) est l’un des trois exemples de galeries commerciales couvertes conservées en Espagne. L’Académie de Cavalerie de Valladolid (1921-1924) de style néoplateresque (appartenant à l’historicisme) est l’un des bâtiments les plus représentatifs de cette époque et de toute la ville. Le Palais des postes et télégraphes (1922) a été élevé dans le style néo-Renaissance, mais dans les années 70, il a été entièrement remodelé en perdant son attrait palatial. Un exemple de construction religieuse de cette période est l’église de San Juan Bautista (1930-1932), avec un style historiciste éclectique. L’église de Nuestra Señora del Pilar (1906-1907), de style néogothique, est l’édifice religieux le plus représentatif de l’époque. Un autre bâtiment très reconnaissable est l’Unión y el Fénix (1936), au début de la Calle de Santiago, qui quitte la Plaza Mayor et est de style néo-baroque. Dans la section industrielle met en évidence l’usine de la “Electra Popular Vallisoletana” (1906-1907, même si elle a été remodelée et élargie dans les années 20).

Les bâtiments civils de Valladolid construits au XIXe siècle et le premier tiers du XX style éclectique et historiciste ont souvent des caractéristiques communes telles que la sobriété dans sa façade, ont une décoration plus simple, des balcons fermés ou de petite taille et protégés par des rampes métalliques et environ 3 -4 étages haut. Ils sont principalement dans les routes reliant la Plaza Mayor, la Plaza de Zorrilla, la Place Espagne, la Plaza Colón et la Plaza Madrid l’une l’autre comme la rue Santiago, les Recoletos, la rue Duque de la Victoria, Cánovas del Castillo, Miguel Íscar, Gamazo ou López Gómez. Une grande partie de la ville de cette période doit sa forme et son design à l’architecte Jerónimo Ortiz de Urbina et à son fils Antonio Ortiz de Urbina y Olasagasti.

Modernisme (1888-1918)
Le modernisme est considéré comme un art différent des deux précédents parce que son intention est de créer un nouvel art qui représente une rupture avec les styles dominants de l’époque (historicisme et éclectisme). Comme dans le cas de l’éclectisme et de l’historicisme, les meilleurs exemples du modernisme de Valladolid se trouvent autour du Recoletos Sidewalk et de la Plaza de Zorrilla. Le meilleur exemple de cette période dans la ville est la Maison du Prince (1906). Un autre point fort est le bâtiment n ° 6, rue Canovas del Castillo (1916). Les deux sont les deux seuls représentants à Valladolid qui rappellent le modernisme catalan et le Modernismo Madrid, les deux principaux courants qui ont été développés dans le pays. Dans ce qui était alors la périphérie de la ville (aujourd’hui Parque Alameda) un autre exemple intéressant est la Casa Luelmo (1907-1912), qui est aujourd’hui le siège de la Fondation du patrimoine historique de Castilla y León.

Rationalisme et Art Déco (1918-1936)
La plupart des bâtiments rationalistes sont situés près de la Plaza Mayor ou sur les routes qui y sont reliées, comme la Calle de Santiago ou la Calle del Duque de la Victoria. Un exemple serait le bâtiment résidentiel, à l’angle de la Plaza Mayor et Corrillo, construit en 1926. Quant au style Art déco, le cinéma Roxy (1936, maintenant converti en Roxy Casino), est le meilleur exemple de ce style clairsemé disponible dans la ville.

Architecture de l’après-guerre (1936-1949)
Bien que la guerre civile espagnole (1936-1939) n’ait pas causé de grandes pertes patrimoniales puisque depuis le début Valladolid est resté dans la zone rebelle, c’est celle qui a fini par gagner la guerre, certaines églises ont été endommagées (fondamentalement) les premiers jours de la guerre et d’autres bâtiments ont été endommagés par les bombardements républicains. Ces bâtiments ont été progressivement restaurés, comme l’église de Notre-Dame de Carmen (1937-1949). Plus tard, en raison de la dure période d’après-guerre de la période de l’autarcie, un grand nombre de bâtiments n’ont pas été construits avant le début du développement dans les années 50. L’architecture franquiste avait une esthétique impériale et traditionaliste qui, en architecture, reproduisait les formes herrériennes. En raison de son ambition, il convient de souligner le projet (et a commencé à être construit en 1945) Alcázar de Cristo Rey, un complexe architectural autour du sanctuaire national de la Grande Promesse (1610-1941) de proportions énormes. Ce bâtiment conçu comme un «centre de pèlerinage» aurait une tour de 125 mètres de haut (plus haute que la cathédrale). Le projet gigantesque a fini par partir.

Le plan César Cort (1938) et ses conséquences
En 1938, l’urbaniste d’Alicante César Cort a réalisé un urbanisme conçu et partiellement exécuté qui consistait en la démolition de bâtiments anciens, couvents et cloîtres, y compris des dizaines de palais de la Renaissance, et qui ont été démolis pour construire de grands blocs d’appartements harmonie de la ville et rendre les rues plus piétonnières. Le remodelage du centre historique a consisté en l’ouverture de grandes artères qui devraient relier avec les routes et les ponts qui assureraient la connexion avec l’autre côté de la rivière et aussi la réalisation d’une avenue des usines, qui a facilité la mobilité du population active de Valladolid.

Le plan a souligné l’impossibilité:

«De toute amélioration qui ne part pas du principe de destruction totale des 10 existants»

Cette mesure drastique, s’a essayé contrecarrer moyennant un projet de conclusion de la cathédrale herreriana qu’était finalement dans rien, hormis la façade de l’est de la croisière (1962-1964).

L’un des exemples les plus controversés du plan était la tentative d’ouvrir une rue qui allait de la place Ochavo par la rue Platería à la Plaza de San Pablo, qui aurait impliqué la démolition de bâtiments historiques tels que l’église de la Vera Cruz (1581- 1595), bien que différents conflits entre la mairie, l’archevêché et la confrérie mettent un terme au projet de «Gran Vía» de Valladolid. Les conséquences des principes de ce plan ont duré jusqu’en 1978, lorsque Valladolid a été déclaré complexe historique et artistique.

Mouvement moderne (1950-1975)
C’est à ce moment que la plus grande croissance démographique de son histoire se produit dans la ville (voir Démographie de Valladolid). La ville passe de 119 499 habitants en 1950 à 320 281 habitants en 1981. Cette augmentation est due à l’émigration massive de la campagne vers la ville et a causé une grande perte de patrimoine historique et la construction de quartiers populaires tels que La Rondilla, Barrio del Hospital, Barrio de Girón, Los Pajarillos ou Las Delicias entre autres. La ville commence à se développer vers toutes les directions, surtout vers l’est et le sud (Paseo de Zorrilla). Il existe de nombreux bâtiments de ce style sur la Plaza de España tels que le bâtiment de la Banque d’Espagne (1954) ou l’église Notre-Dame de la Paix (1963), sans aucun doute un style moderne.

Transition et démocratie (1976-1999)
La ville continue son extension par la rive est de la rivière Pisuerga et vers le sud (comme les quartiers de Covares et Alameda Park). Dans le premier cas, le quartier Parquesol est construit, y compris le nouveau stade José Zorrilla pour la Coupe du monde de 1982. Deux églises modernes ont également été construites dans ce quartier; l’église du Christ Rédempteur (1991) et l’église de Notre-Dame du Prado (1993). Le siècle s’est terminé avec l’achèvement de la construction du bâtiment Duque de Lerma (1970-1999), le plus haut de la ville avec 87 mètres et qui, peu de temps après avoir été construit dans les années 70, est resté inachevé et dans cet état jusqu’en 1997 commence à réhabiliter.

Siglo XXI (2000-présent)
La première décennie du 21ème siècle, la ville connaît une croissance économique et urbaine, dans laquelle les bâtiments sont clairement inspirés par les tendances architecturales contemporaines du 21ème siècle, comme le Musée des Sciences de Valladolid (2003), le nouveau siège des Cortes de Castilla y León (2007), le Centre Culturel Miguel Delibes (2007), le nouvel Hôpital Rio Hortega (2000-2007) ou le Millennium Dome (2011). Le grand projet de la décennie est le métro, qui se terminera par la «cicatrice» qui traverse la ville du sud au nord et qui communiquera avec le reste de la ville de meilleurs quartiers tels que la Pilarica ou les Delicias. Bien que des projets de réaménagement soient réalisés avec des architectes tels que Richard Rogers, le projet est finalement abandonné en 2015 pour être économiquement non viable, en 2017 finalement engagé dans l’intégration de la surface du rail.