Musée archéologique, Musées de Fiesole

Le musée a été construit par l’architecte Ezio Cerpi entre 1912 et 1914 sous la forme d’un temple romain de style ionique, et conserve des trouvailles de Fiesole et de son territoire et des dons privés, y compris la collection Costantini de grec, magno-grec et étrusque et le Collection Albites, avec de précieuses sculptures romaines. Parmi les trouvailles provenant de Fiesole et du territoire, il y a un fragment d’une statue de bronze peut-être d’une louve capitoline datée entre l’âge étrusque et le premier siècle avant JC, la stèle “Fiesolan” en grès de la période étrusque archaïque et cinéraire des urnes étrusques (sur l ‘une d’ elles le thème du Sanglier de Méléagre est représenté en bas – relief), ainsi que des bronzes votifs, des céramiques étrusques et romaines, des lampes en terre cuite et en bronze, et d ‘autres objets de la période étrusque et romaine.

Situé dans une position d’un intérêt extraordinaire pour son histoire et son paysage, le musée archéologique conserve les trésors historiques de Fiesole, montrant aux visiteurs toutes les cultures qui ont vécu sur le territoire, de la période Villanovan à la étrusque et des Romains aux Lombards. Une attention particulière est accordée à la période de la collection d’antiquités qui a apporté d’importants artefacts à Fiesole (une étape de la grande tournée).

Le premier musée a été créé grâce aux découvertes faites lors de fouilles dans le domaine du théâtre romain et aux dons de particuliers; en 1878, le petit musée civique a été inauguré à l’intérieur de certaines salles de l’hôtel de ville sur la Piazza Mino. En 1914, ce petit musée ressemblait à un «entrepôt en désordre» et la même année, la collection archéologique a été transférée dans un nouveau bâtiment conçu par l’architecte Ezio Cerpi. Le nouveau musée, situé à l’intérieur de la zone archéologique (très proche du théâtre romain), a des caractéristiques néoclassiques et reproduit un temple ionique. La collection archéologique a été organisée selon les différents lieux d’origine des objets, comme un musée de la ville.

Lors des fouilles de la zone archéologique et de la ville, la collection du Musée s’est agrandie et une rénovation a été nécessaire (1954). Une trentaine d’années plus tard, en 1981, un nouveau décor agrandit et modernise le musée archéologique, grâce aux galeries sur lesquelles la section antique a été placée; l’espace en bas, au lieu de cela, était dédié à la section topographique.

En 1987, le professeur Alfiero Costantini a fait don au musée de belles poteries de Grèce, de Magna Grèce et du territoire romain: la collection Costantini était située dans un bâtiment séparé, qui a été joint au musée en 1997 lorsqu’un passage souterrain a été ouvert pour relier le deux côtés et créer un itinéraire unique pour les visites.

Actuellement, les visiteurs, entrant par la zone archéologique, peuvent suivre un itinéraire à plusieurs niveaux:

Rez-de-chaussée:
Les première, deuxième et troisième salles sont dédiées au territoire de Fiesole (céramiques villanoviennes, bronze et pierre étrusques et romains) et aux objets mis au jour lors des fouilles. Une partie d’une lionne de bronze au milieu de la salle 3 est particulièrement importante. La petite salle 4, au lieu de cela, conserve certains artefacts de la première collection du musée et prépare les visiteurs à la section antique à l’étage supérieur.

Galeries:
les visiteurs peuvent observer la section antique, composée de la collection Costantini, bucchero étrusque (poterie étrusque typique), collection de pièces et sculptures, principalement de Rome.

Passage souterrain et le nouveau côté:
Celles-ci sont dédiées à la section lombarde (période médiévale). Certaines pierres funéraires, déterrées dans la zone archéologique et dans la ville, sont reconstruites dans ces salles et de nombreux objets contenus dans les lieux de sépulture sont exposés à leur emplacement d’origine.

Zone archéologique de Fiesole
Les fouilles dans la zone archéologique de Fiesole comprennent un théâtre romain, des thermes, un temple étrusque-romain et un musée archéologique. Ils sont situés entre via Duprè, via delle Mura Etrusche et via Bandini. Il contient des découvertes du IIIe siècle avant JC au IIe siècle après JC.

En 1809, le baron prussien Friedman Schellersheim fut le premier à faire effectuer des fouilles dans une ferme, appelée Buche delle Fate, où il trouva des ruines romaines. Il a fait des recherches jusqu’en 1814, puis les travaux ont été suspendus et repris plus tard en 1870. La municipalité a acheté en 1873 le terrain où les fouilles se sont poursuivies et en 1878 un premier musée a été créé dans le palais de Pretorio avec les matériaux mis au jour. Le directeur des fouilles désigné par la municipalité était le professeur Demostene Macci, qui a occupé ce poste jusqu’en 1910.

Dans l’esplanade des fouilles, il y avait l’ancien forum des Faesulae, dans la vallée entre les collines de San Francesco et Sant’Apollinare.

Théâtre romain
Le théâtre a été construit selon des modèles grecs (c’est-à-dire qu’il exploite la pente naturelle du sol, creusé pour faire les marches de cavea) et a été construit à l’époque de Silla et embelli par Claudio et Septimius Severus. Celui de Fiesole est toujours considéré comme l’un des plus anciens théâtres romains existants (le premier n’a vu le jour à Rome qu’au début du IIe siècle avant JC). Il a été élevé vers la fin du premier siècle avant JC, probablement au cours des vingt dernières années (alors que l’âge républicain était déjà terminé), mais il a subi de nombreuses restaurations et embellissements au fil du temps (en particulier sous l’Empire). En tant que structure, il est très proche du modèle théâtral grec (il n’est pas surprenant qu’il repose sur une pente naturelle), même s’il existe déjà de nombreux éléments de détachement de la tradition hellénique. Par exemple, l’orchestre, qui a des dimensions beaucoup plus petites que celles des théâtres grecs (ce qui se justifie par le fait que dans les tragédies grecques, une grande importance a été accordée au chœur). Autres différences fondamentales et évidentes par rapport à la tradition précédente.

La cavea a un diamètre de 34 m. Le niveau supérieur est détruit, tandis que les niveaux inférieurs sont bien conservés. Dans le théâtre, ci-dessous, il y avait trois ordres distincts de sièges et dix-neuf niveaux divisés par cinq escaliers (aujourd’hui seulement dix); d’un côté les marches sont creusées dans le bloc et de l’autre côté, où se trouve également le puits, elles reposent sur des voûtes soutenues par des murs concentriques. Au sommet des marches, il y avait les loges appelées tribunalia, pour les personnages les plus éminents. Le théâtre pouvait contenir environ trois mille personnes. La scène de devant était composée d’une loggia à deux étages qui a été détruite, dont il ne reste que les fondations qui montrent les trois portes réservées aux acteurs. Deux ailes couvertes (le versurae) encadraient la scène latéralement et menaient à un portique à l’est derrière la scène (dont il reste neuf piliers) et aux entrepôts à l’ouest, utilisés pour les costumes et le matériel scénique. L’orchestre était à l’origine pavé de mosaïques polychromes et conclu par un avant-scène. Les gradins, l’orchestre et la scène étaient accessibles depuis les propylées, qui avaient des étagères pour les scènes et étaient ornées de colonnes cannelées. Le théâtre est encore utilisé pendant l’été pour des représentations d’œuvres lyriques de la Fiesole Summer.

La récupération
Pour la construction, les Romains ont surtout exploité la pente naturelle du terrain, selon le modèle de la tradition grecque. Cependant, là où la dépression était trop élevée, des arches innovantes ont été construites, capables de supporter le poids des étages restants. Ces arcades, situées à l’est et à l’ouest de l’édifice, ont été les premiers vestiges retrouvés au Moyen Âge (les habitants du lieu les ont rebaptisés vulgairement “Buche delle Fate”). Cependant, le découvreur officiel du théâtre doit être considéré comme l’archéologue prussien Friedman Schellershein, qui en 1809 décida d’entreprendre des fouilles pour “faire de ce merveilleux document historique la ville de Faesule”.

Malheureusement, Schellershein, dès qu’il a récupéré des objets de valeur économique relative sur le site, l’a fermé quelques mois après son ouverture. C’est la principale raison pour laquelle, jusqu’en 1814, le théâtre a été honteusement utilisé comme carrière de pierre (ce n’était même pas la première fois de son histoire; en fait, il semble que déjà vers l’an 1000, certaines de ses pierres avaient été utilisées par nul autre que pour la construction du Duomo). Ainsi, pour limiter la destruction, à partir de 1815, le chapitre florentin décida à nouveau de rendre la zone cultivable, recouvrant complètement le théâtre de terre.

Heureusement, après le mouvement de la capitale à Florence en 1864 (avec une augmentation conséquente des fonds et des investisseurs dans la ville du lis), les territoires de Fiesole devinrent florentins. C’est au cours de ces années que le Chapitre décida de reprendre les fouilles, qui furent cependant à nouveau interrompues, car le professeur Migliarini, directeur des galeries florentines et estimée autorité municipale, jugeait le théâtre de peu d’intérêt culturel (à l’époque, en fait, en fait , il n’a donné de valeur historique qu’aux œuvres étrusques). Cependant, en 1870, avec la confiscation des biens ecclésiastiques par l’État, le terrain du théâtre revint d’abord à la propriété de l’État, puis, peu de temps après, il fut acheté par la municipalité de Fiesole, qui décida de donner un tour à la fouilles. En fait, en 1873,

En tout cas, à l’époque, il y avait beaucoup de critiques acerbes contre la municipalité. La plupart des critiques ont critiqué l’institution municipale pour avoir effectué une restauration trop lourde du théâtre, ce qui avait faussé l’essence du bâtiment. D’autres critiques étaient dues au fait que l’administration avait embauché le reste des agriculteurs locaux pour le reste, le tout au détriment de la qualité du travail.

Dans les années 50 et 60, les dernières ont été réalisées sur les murs, consolidant les thermes et le temple. De 2004 à 2006, les marches et l’avant-scène du théâtre ont été consolidés et restaurés.

À partir de 2016, ils ont fait l’objet de dégradations et de restaurations urgentes dans les zones des bassins de calidarium, laconicum et labrum, et dans le théâtre à l’intérieur du pulpitum, de la cavea et de la crypta.

Terme
Derrière le théâtre, il y a les ruines des thermes, construites à l’époque de Silla (1er siècle avant JC), restaurées et agrandies à l’époque d’Hadrien. Elles ont été “découvertes” en 1891, quand il a finalement été possible de donner une fonction aux trois arches qui ont toujours été visibles: elles constituaient la terrasse de la station thermale vers la vallée.

Les spas sont situés le long des murs et se composent des trois salles classiques du calidarium, du tepidarium et du frigidarium, ainsi que d’autres piscines et chambres. Une piscine rectangulaire et deux bassins (dont un immergé) servaient de bains publics et de nombreuses amphores ont été retrouvées sur leur fond, utilisées pour purifier l’eau, collectant les impuretés qui y descendaient.

Il y a les restes de locaux pour le chauffage de l’eau et la production de vapeur qui, au moyen de tuyaux en plomb ou en terre cuite, ont été distribués dans les différentes salles. Dans le calidarium, caractérisé par le sol du cocciopesto, de l’eau bouillante a été envoyée, dans le tepidarium (composé de trois réservoirs), de l’eau tiède a été recueillie et enfin de l’eau froide a été introduite dans le frigidarium; le frigidarium est divisé par une structure arquée (reconstruite), dont l’une a une forme semi-circulaire et est située à côté des latrines. Il y avait peut-être aussi un cryptoportique qui séparait les réservoirs. Certaines structures ont été reconstruites à la suite des fouilles.

Temple
Le temple étrusque-romain a été construit entre la seconde moitié du quatrième siècle avant JC et le deuxième siècle avant JC, bien que la zone ait été utilisée pour des rituels sacrés au moins à partir du VIIe siècle avant JC, et a été fouillée au début du XXe siècle. Il s’agissait très probablement de l’ancien Capitolium fiesolano.

La cellule est la partie la plus ancienne et est divisée en trois parties: cela suggère que le temple était dédié à Jupiter, Junon et Minerve (cette dernière attribution est presque certaine comme suggérerait un bronze hellénistique représentant un hibou trouvé à proximité et maintenant dans le musée). Devant le temple, il y a un petit autel en grès de pierre décoré (IVe siècle avant JC – IIIe siècle avant JC). À l’époque républicaine, le temple a été reconstruit, élevé et agrandi sur les ailes et sur le devant, réutilisant en partie les murs du bâtiment précédent. L’escalier, bien conservé, comporte sept marches et atteint le stylobateon qui dressait les colonnes du portique, surmonté du fronton du temple. La partie plus longue du stylobate suggère que le portique reliait le temple au Collegium.

Sur la gauche, vous pouvez voir les bases des trois colonnes restantes du portique qui entourait la cellule. Parmi ces ruines, des pièces de monnaie en bronze et en argent ont été trouvées (IIIe siècle avant JC – Xe siècle). À cet endroit, en outre, les restes d’un site funéraire barbare de la période lombarde (VII – VIII siècle) ont été trouvés, construits sur une zone de la cellule et les ruines d’un temple chrétien, construit sur les restes du païen autour le troisième siècle.

Musées de Fiesole
Les musées de Fiesole sont constitués par la zone archéologique, dans laquelle se trouvent les vestiges du théâtre antique, des temples et temples étrusques et romains, par le musée archéologique, qui contient des découvertes de la Fiesole étrusque, romaine et lombarde ainsi que d’importantes collections de céramiques et du musée Bandini qui abrite la collection du Canon Bandini dans laquelle sont exposées des peintures et des terres cuites du Moyen Âge à la Renaissance.